[Souveraineté, guerres et responsabilités] Oliver Stone : « On attend un leader français ou européen comme De Gaulle »

24/12/2017 | 11 commentaires

Entre­tien inté­res­sant d’O­li­ver Stone, sur RT en français :


https://​fran​cais​.rt​.com/​i​n​t​e​r​n​a​t​i​o​n​a​l​/​4​6​6​4​5​-​o​l​i​v​e​r​-​s​t​o​n​e​-​o​n​-​e​s​p​e​r​e​-​l​e​a​d​e​r​-​f​r​a​n​c​a​i​s​-​e​u​r​o​p​e​e​n​-​d​e​-​g​a​u​lle

Rap­pel :

• les entre­tiens d’O­li­ver Stone avec Pou­tine (dif­fu­sés sur France 3 en juin 2017, très inté­res­sants) dont il est ques­tion ci-dessus :

1. https://​rutube​.ru/​v​i​d​e​o​/​f​a​2​c​5​4​4​9​5​5​8​9​b​a​5​a​b​4​0​b​f​5​4​c​7​8​b​2​7​e​e1/

2. https://​rutube​.ru/​v​i​d​e​o​/​1​6​2​6​c​1​2​9​2​2​8​8​4​3​4​5​4​0​d​3​0​c​6​f​6​8​5​d​5​4​37/

3. https://​rutube​.ru/​v​i​d​e​o​/​e​6​5​6​3​0​b​b​9​a​3​e​f​c​6​e​8​a​b​0​9​a​a​c​b​7​a​1​d​9​aa/

4. https://​rutube​.ru/​v​i​d​e​o​/​e​8​1​0​2​5​a​c​1​7​6​c​d​b​8​a​3​8​1​1​4​b​b​0​5​d​3​6​e​3​0e/

• Je n’ar­rive pas à retrou­ver la vidéo du débat qui a sui­vi la dif­fu­sion de ce long film sur France 3, avec Hubert Védrine.

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​5​8​8​6​5​5​8​6​9​7​317

Catégorie(s) de l'article :

11 Commentaires

  1. etienne

    Mathilde Lar­rère (His­to­rienne des révo­lu­tions et de la citoyenneté) : 

    « À chaque Noël, je pense aux trêves de Noël sur le front, pen­dant la 1ère Guerre mondiale
    Quand les armes se tai­saient. Que des chants s’élevaient des tran­chées face à face.
    Les voix qui se mêlaient dans le no man’s land » :

    Mon com­men­taire :

    Si les trou­fions du monde fra­ter­ni­saient, les usu­riers du monde auraient du sou­ci à se faire pour leur sys­tème de domination.

    Exemple de consti­tu­tion d’o­ri­gine populaire :
    Art 1 : pas de guerre sans référendum.
    Art 2 : ceux qui ont voté oui à la guerre doivent par­tir la faire eux-mêmes.

    #Pas­De­Dé­mo­cra­tie­Sans­Ci­toyens­Cons­ti­tuants

    Réponse
  2. etienne

    (RT Bashing) L’angoisse de nos médias face à la perte de leur monopole de la propagande

    Oli­vier Ber­ruyer (les​-crises​.fr) : « Sur ce site, vous le savez main­te­nant, nous sommes très atten­tifs aux pro­pa­gandes média­tiques en tout genre, et à cet égard, il est évident que le lan­ce­ment de RT nous inté­resse tout par­ti­cu­liè­re­ment. Déjà, parce que cela marque la nais­sance d’un nou­veau média à sur­veiller, mais ensuite parce que les réac­tions de ses concur­rents outre­passent lar­ge­ment les bornes de la bienséance.

    Pen­dant ce temps, on le rap­pelle, la plu­part des Russes peuvent assez faci­le­ment accé­der aux chaines d’information occi­den­tales, par inter­net ou par satel­lite, afin de com­plé­ter leur propre vision.

    Le com­bat achar­né de quelques jour­naux contre l’arrivée d’une seule chaine russe, à l’audience somme toute limi­tée, et sous contrôle du CSA, en dit long sur leur crainte vis­cé­rale de perdre le mono­pole de l’information – et donc de la pro­pa­gande -, et de voir leurs méthodes remises en cause.

    Cepen­dant, les réac­tions ont été très nom­breuses, trop nom­breuses, il m’est impos­sible de vous pro­po­ser une ana­lyse de cha­cune d’entre elles. Alors voi­ci à la place le pal­ma­rès des « meilleurs » titres d’articles rédi­gés ces der­niers jours.

    I. Un accueil confraternel

    No com­ment

     

    Une excep­tion dans cette “semaine de la haine” : le Télé­gramme (de Brest) (sans juger glo­ba­le­ment, cela fait plu­sieurs fois que je tombe par hasard sur des articles de ce jour­nal de grande qua­li­té et inté­gri­té), à lire ici en inté­gra­li­té :

    (N.B. : le titre est de l’humour pour se moquer de la rus­so­pho­bie de la presse française !)

    Tous mes res­pects à Hubert Cou­du­rier, direc­teur de l’information du jour­nal Le Télégramme.

    II. Quand Le Monde appelle à interdire RT France

    Le jour­nal Le Monde a publié le 23 décembre une courte tri­bune que nous avons déci­dé de reprendre compte tenu de son apport « his­to­rique » au jour­na­lisme : il est en effet assez inédit qu’un grand média comme celui-ci appelle expres­sé­ment à faire inter­dire un concur­rent… qui n’a même pas encore com­men­cé à émettre.

    « Mon­sieur Schra­meck, sus­pen­dez l’attribution de la licence de dif­fu­sion à Rus­sia Today »

    Dans une tri­bune au « Monde », un col­lec­tif de spé­cia­listes de la Rus­sie inter­pelle Oli­vier Schra­meck, pré­sident du Conseil supé­rieur de l’audiovisuel (CSA), consi­dé­rant que l’autorisation don­née à la chaîne Rus­sia Today (RT) de dif­fu­ser en France est d’une extrême gravité.

    Le Monde | 20.12.2017 à 16h46 | Par Collectif

    Tri­bune. Nous nous adres­sons à vous, Oli­vier Schra­meck, […] une telle auto­ri­sa­tion ne pour­rait que sus­ci­ter une pro­fonde incom­pré­hen­sion, sinon l’indignation.

    Rus­sia Today est accu­sée aujourd’hui par des res­pon­sables du plus haut niveau aux Etats-Unis comme en Europe de semer la ziza­nie et d’affaiblir les démo­cra­ties. Au motif qu’elle relaie la pro­pa­gande du Krem­lin, cette chaîne est désor­mais obli­gée par les auto­ri­tés amé­ri­caines de s’enregistrer comme « agent de l’étranger ».
    Guerre hybride

    […]Dans un tel contexte de guerre hybride, l’autorisation don­née à Rus­sia Today de dif­fu­ser en France est d’une extrême gra­vi­té car elle peut conduire au brouillage des esprits et à la dés­union des Français.
    En consé­quence, nous vous prions, au nom de la pré­ser­va­tion de la paix civile, de sus­pendre l’attribution de la licence de dif­fu­sion à Rus­sia Today sur le ter­ri­toire français.

    A lire en inté­gra­li­té sur la source : Le Monde, 23/12/2017

    III. Quand un universitaire démonte en retour Le Monde et la “Gauche Pentagone”

    Réac­tion à la tri­bune précédente…

    Par Jean-Robert Raviot – maître de confé­rences à Sciences Po Paris. Il est éga­le­ment pro­fes­seur de civi­li­sa­tion russe et sovié­tique à Paris X. (
    https://​www​.face​book​.com/​j​e​a​n​r​o​b​e​r​t​.​r​a​v​i​o​t​/​p​o​s​t​s​/​1​7​7​9​6​6​4​5​1​5​4​1​0​908

    La tri­bune du Monde deman­dant la sus­pen­sion de la chaîne RT appelle de ma part deux commentaires.

    1. de qui se moque-ton ?

    Cette tri­bune n’est pas sérieuse. Il est tou­jours bon de lire avant d’écrire et d’étudier avant de dénoncer.

    Se fon­der sur les décla­ra­tions de Macron ou sur le rap­port (sans le citer) de la “com­mu­nau­té du ren­sei­gne­ment” US sur le sujet (dont ceux qui me suivent régu­liè­re­ment savent qu’il a été démon­tré, notam­ment par Robert Par­ry de Consor­tium News, qu’il était par­fai­te­ment vide), ce n’est pas sérieux, c’est même grotesque.

    Je ren­voie aux études sérieuses, par exemple aux tra­vaux de Maxime Audi­net, et notam­ment son superbe papier sur la chaîne RT paru dans le “Monde Diplo” d’avril 2017. Maxime est doc­to­rant sous ma direc­tion, il y a conflit d’intérêt, certes, mais je cer­ti­fie qu’il n’y a pas de meilleure ana­lyse dis­po­nible en langue fran­çaise à ce jour.

    2. pour qui nous prend-on ?

    Cette tri­bune est une tri­bune de mili­tants qui avancent mas­qués. Elle est typique de ce que j’appelle la “gauche Penta­gone” (même si cer­tains signa­taires, telle Mme F. Thom, sont clai­re­ment posi­tion­nés “à droite”, si cela a encore un sens). La “gauche Penta­gone”, c’est un vaste et puis­sant sec­teur de l’élite intel­lec­tuelle, stra­té­gique et média­tique fran­çaise qui, de manière sys­té­ma­tique, défend l’atlantisme inté­gral, la conti­nua­tion de la vieille guerre froide et sa dia­bo­li­sa­tion per­ma­nente de la Rus­sie par tous les moyens, c’est-à-dire les posi­tions les plus radi­cales de l’Etat pro­fond amé­ri­cain, habile à habiller ses inté­rêts (ceux du vaste com­plexe mili­ta­ro-indus­triel et stra­té­gique) des beaux atours de la “démo­cra­tie” et des “droits de l’homme”. Sur l’”Etat pro­fond”, voir les livres de Mike Lof­gren et sur l’atlantisme en France, voir le livre de Hadrien Desuin, “La France atlan­tiste”. Or, c’est ce sec­teur de l’élite, dont BHL est en quelque sorte le chef de file façon holo­gramme, cet ensemble de tous ceux qui se rangent plus ou moins sciem­ment et consciem­ment dans le “cercle de la rai­son”, qui domine, et lar­ge­ment!, l’espace public des grands médias en France.

    Les signa­taires de cette tri­bune ne défendent donc pas le plu­ra­lisme ou les “valeurs” dont ils se pré­valent : ils pré­co­nisent la cen­sure afin d’assurer le main­tien de la domi­na­tion des posi­tions atlan­tistes et des “valeurs” de l’anglosphère dans le pay­sage infor­ma­tion­nel fran­çais. Sous cou­vert de dénon­cer la “menace russe” en “spé­cia­listes”, ils servent la soupe des tenants de l’hégémonie contre le pluralisme.

    RT France n’émet que depuis trois jours et, à ce stade, il est tout de même dif­fi­cile de savoir si, oui ou non, elle sape la “paix civile” (sic), voire les fon­de­ments de la “démo­cra­tie française”!…

    En réa­li­té, il n’y a, au sujet de cette chaîne, que des ques­tions et aucune réponse tran­chée. Pour ceux qui connaissent la chaîne anglo­phone (ce qui appa­rem­ment n’est pas du tout le cas de nos signa­taires!), et en par­ti­cu­lier RT Ame­ri­ca – ce qui est mon cas, y étant même inter­ve­nu plu­sieurs fois – l’interrogation est la sui­vante : RT France réus­si­ra-t-elle à bous­cu­ler le pay­sage infor­ma­tion­nel, comme elle a su le faire aux Etats-Unis ? Outre-Atlan­tique, RT Ame­ri­ca est un seg­ment mar­gi­nal, mais par­fai­te­ment opé­ra­tion­nel, de remise en ques­tion de ce que l’on nomme par com­mo­di­té le MSM (mains­tream médiatique).

    RT France sau­ra-t-elle, comme RT Ame­ri­ca, affû­ter une stra­té­gie asy­mé­trique qui lui per­met­tra de jouer un rôle de “média alter­na­tif” dans le pay­sage infor­ma­tion­nel fran­çais ? Elle est bien plus dotée que tous les “médias alter­na­tifs” de la place, mais sau­ra-t-elle se posi­tion­ner en “grain de sable” effi­cace empê­chant la machine de tour­ner en rond ?

    Je n’ai pas de réponses, je n’ai que des inter­ro­ga­tions. Et le plus vif inté­rêt à suivre, en ana­lyste, ces évo­lu­tions poli­tiques et média­tiques sur un nou­veau ter­rain fran­co-russe qui s’ouvre !

    IV. Bonus Le Monde

    Je ne résiste pas à l’envie de vous par­ta­ger ce modèle de neu­tra­li­té jour­na­lis­tique, que nous devons au dénom­mé Alexandre Piquard, « pré­sen­té comme jour­na­liste » du Monde :

    Ce à quoi le jour­na­liste a répondu :

    Ce der­nier mes­sage est res­té à cette heure sans réponse.

    V. Magazine ELLE : LADY FAMATRICE !

    Je ter­mine sur un article magis­tral du maga­zine ELLE, qui pré­sente au grand public la pré­si­dente de RT France. C’est un chef d’oeuvre de pro­pa­gande, admi­rez plutôt :

    On salue­ra le talent de « D.W” (pra­tiques, les ini­tiales – quelqu’un aurait le nom ?), qui par­vient magis­tra­le­ment à glis­ser une belle bas­sesse à chaque phrase.

    (N.B. on rap­pel­le­ra que des jour­na­listes de BFM ou LCI ont rejoint RT France…)

    Enfin, on se rap­pel­le­ra l’opération de pro­pa­gande pro-milices-d-extrême-droite du maga­zine en 2014 que nous avions rele­vée :

    franc

    Précision finale

    Comme à chaque fois que j’essaie de mettre en lumière les méthodes peu éthiques des jour­na­listes, je me vois accu­ser de sou­te­nir un camp au détri­ment de l’autre. C’est bien évi­de­ment une faci­li­té de pen­sée, une forme de mani­chéisme nui­sible au débat et à la réflexion.

    Je pré­cise donc en des termes clairs et non équi­voques que je ne cherche pas à défendre RT France, qui ne béné­fi­cie­ra pour moi d’aucun trai­te­ment de faveur dans mon modeste exer­cice de cri­tique des médias.
    Pour l’heure, je n’ai vu qu’un seul de leur JT, plu­tôt de qua­li­té, qui affi­chait une ligne édi­to­riale propre à RT (tout comme France 24 ou CNN ont la leur).

    J’ai sim­ple­ment des prin­cipes, tels que ne pas accu­ser sans preuve, ne pas encou­ra­ger la para­noïa et la peur, évi­ter le deux poids deux mesures. Et ces prin­cipes, j’essaie de les appli­quer au mieux quelles que soient les circonstances… »

    Oli­vier Berruyer.

    Source : https://​www​.les​-crises​.fr/​r​t​-​b​a​s​h​i​n​g​-​l​-​a​n​g​o​i​s​s​e​-​d​e​-​n​o​s​-​m​e​d​i​a​s​-​f​a​c​e​-​a​-​l​a​-​p​e​r​t​e​-​d​e​-​l​e​u​r​-​m​o​n​o​p​o​l​e​-​d​e​-​l​a​-​p​r​o​p​a​g​a​n​de/

    Réponse
  3. etienne

    Lu ce très bon com­men­taire sur l’ar­ticle d’O­li­vier (signa­lé ci-dessus) :

    DUGUESCLIN :« Il fau­drait que cer­tains médias cessent d’accepter des termes mépri­sants tels que “les popovs”. Ou l’œil de Mos­cou. Les russes vivent mal ce mépris.

    Bien infor­més de ce que nous col­por­tons comme insultes envers eux et leur chef d’état, ils me posent la ques­tion : “Mais qu’est-ce qu’on vous a fait?”

    Il m’arrive, pour plai­san­ter, de me pré­sen­ter comme m’appelant “d’Artagnan”. Aus­si­tôt les sou­rires enjoués me répondent. Alexandre Dumas et les mous­que­taires sont très popu­laires. Ils aiment la France et ne com­prennent pas le mépris de nos poli­ti­cards et pseu­do jour­na­listes. Ils suivent nos infor­ma­tions. Ils ne com­prennent pas que la France che­va­le­resque qu’ils admirent soit deve­nue aus­si mépri­sante envers eux. 

    Mal­gré les cri­tiques habi­tuelles envers leur chef d’état, ils sont fiers de lui et de leur pays.

    Ils aiment la paix. Ils sont fra­ter­nels et cha­leu­reux une fois la “glace bri­sée”. Ils s’empressent de nous accueillir avec cha­leur et de nous faire décou­vrir leur pays.

    Alors…s’il vous plait, ne dites plus “les popovs”. »

    Réponse
  4. zedav

    Alain Soral répon­dant à une ques­tion dans « Soral répond n°4 à 1h 22mn 5s » :
    « Si j’é­tais à la tête de l’é­tat fran­çais, je me consi­dé­re­rais comme un des­pote éclai­ré […] la pre­mière chose que je ferais, j’ap­pel­le­rais Étienne Chouard pour qu’il mène à bien son pro­jet d’é­cri­ture de la consti­tu­tion par le peuple et qu’on mette en place le tirage au sort. Je trou­ve­rais ça une expé­rience très inté­res­sante et pas du tout uto­pique en réalité […] »
    On peut tou­jours affir­mer (sans savoir donc) qu’il ne le ferait pas mais tou­jours est-il que de pré­ten­dus poli­tiques de gauche s’y opposent avant même d’être en mesure de le mettre en œuvre.

    De Mélan­chon ou Soral, lequel est le plus autoritaire ?

    PS/ ce sys­tème anti-robot Capt­cha fonc­tionne très mal.

    Réponse
  5. joss

    Ber­nard Genet : Le groupe Bilderberg

    …le groupe qui écrit les par­ti­tions musi­cales jouées à tra­vers le monde.

    -à la min. 25, Macron président !
    ‑d’a­près le livre de Dome­ni­co Moro

    Réponse
  6. joss

    Alain Denault chez Tad­déi au sujet de « La Médiocratie »

    « Etre médiocre, c’est être en phase avec les exi­gences du pou­voir pré­sen­tées comme étant rai­son­nables, pon­dé­rées, nor­males… (…) Etre médiocre, c’est abdi­quer son pou­voir de pen­ser et c’est mettre de côté ses prin­cipes pour satis­faire des puis­sances aux­quelles on loue ses dis­po­si­tions intel­lec­tuelles et morales. »

    Confé­rence d’A­lain Deneault – démo­cra­tie et gouvernance

    Réponse
  7. joss

    Fran­çois Len­glet va apprendre ses leçons chez Bilderberg.
    Quel manque de créa­ti­vi­té ! Et ça tra­vaille sur une chaîne publique (enfin ce qu’il en reste, le mot peut-être).

    Réponse
  8. gracia

    ..Bonne année tout de même.. pour reve­nir sur » la guerre de pro­pa­gande » ou « la guerre  » tout court, il est néces­saire de bien regar­der la situation.
    Trump va t‑il déclen­cher une guerre ther­mo­nu­cléaire contre la Corée du Nord et contre la Chine car géo­gra­phi­que­ment ces 2 pays sont fron­ta­liers. On sait que si une guerre est menée contre la corée du nord, la Chine devra réagir vu que ces inté­rêts géos­tra­té­giques seront mena­cés. Une vic­toire (si cela est envi­sa­geable) des USA don­ne­rait l’op­por­tu­ni­té d’ins­tal­ler des bases amé­ri­caines pour sur­veiller toute la par­tie mari­time de la Chine et de la Rus­sie . Pour l’ins­tant Trump y regar­de­ra à 2 fois.
    Pour l’ins­tant la balle est dans le camp du numé­ro 1 coréen qui marque des points en fai­sant 2 tests de mis­siles inter­con­ti­nen­taux. La réac­tion de Trump est l’en­voi de 2 portes avions ain­si qu’un ren­for­ce­ment du contin­gent amé­ri­cain en corée du sud et au japon. On en est là pour l’instant.
    En ce qui concerne la Syrie les USA, l’O­TAN ont acté la « défaite mili­taire » de l’EI. même si ensuite ils reven­diquent les « droits de pro­prié­tés » de cette vic­toire. Les idiots utiles ou inutiles sont pour 1 fois dans le camp occi­den­tal. C’est la Tur­quie, la Rus­sie l’I­ran qui béné­fi­cient de cette nou­velle situa­tion. En diplo­ma­tie c’est tou­jours celui qui agît en pre­mier qui a l’i­ni­tia­tive. Dans ces 2 cas l’oc­ci­dent n’a jamais eu l’i­ni­tia­tive. En syrie la Rus­sie est inter­ve­nue en sept. 2015 et comme je l’ai dit plus haut pour la Corée par les 2 essais tests de missiles.
    Ce n’é­tait pas le cas en Libye ou au Koso­vo. Les USA et l’O­TAN avaient frap­pé les pre­miers. Sans par­ler du cas de l’A­ra­bie Saou­dite où les cartes sont beau­coup moins claires pour la redis­tri­bu­tion. Venue du nou­veau Roi d’A­ra­bie en Rus­sie puis les dif­fi­cul­tés de cette pétro­mo­nar­chie dans le conflit au Yémen. Pris en étau entre un Iran vigi­lant et par­fois « ani­ma­teur » de la guerre au Yémen puis de l’autre côté une admi­nis­tra­tion amé­ri­caine qui se rend compte de l’im­passe où se situe ce pays.
    Bref on est loin de la toute puis­sance amé­ri­caine des années 1990 QUI fai­sait ce qu’elle vou­lait n’ayant plus d’ad­ver­saire face à elle.

    Réponse
  9. gracia

    Pour y voir plus clair l’ex­cellent BLOG de Cathe­rine Galac­té­ros . Une vidéo excel­lente de cette même spé­cia­liste sur la situa­tion en Syrie et Tur­quie qui date un peu mais tou­jours percutante.
    Géo­pôles – Tout sur la Tur­quie et ses alliés d’hier et d’aujourd’hui TV libertés.

    Réponse
  10. gracia

    pardon..Caroline Galac­té­ros…

    Réponse
  11. etienne

    Tra­duit par l’in­dis­pen­sable site d’in­for­ma­tion quo­ti­dienne les​-crises​.fr :
    https://​www​.les​-crises​.fr/​g​o​o​g​l​e​-​r​e​n​f​o​r​c​e​-​l​a​-​m​i​s​e​-​s​u​r​-​l​i​s​t​e​-​n​o​i​r​e​-​d​e​s​-​s​i​t​e​s​-​w​e​b​-​e​t​-​d​e​s​-​j​o​u​r​n​a​l​i​s​t​e​s​-​d​e​-​g​a​u​c​h​e​-​p​a​r​-​a​n​d​r​e​-​d​a​m​on/

    Google renforce la mise sur liste noire des sites Web et des journalistes de gauche, par Andre Damon

    Dans une expan­sion géné­ra­li­sée de ses mesures visant à cen­su­rer Inter­net, Google a sup­pri­mé les prin­ci­paux sites Web et jour­na­listes de gauche de sa plate-forme d’agrégation d’articles d’informations, Google News.

    Au moment de la publi­ca­tion de cet article, une recherche pour « World Socia­list Web Site » sur news​.google​.com ne ren­voyait pas un seul article publié sur le WSWS. Une recherche du titre exact de l’un des articles publiés pen­dant cette période ne donne par ailleurs aucun résultat.

    Au cours des sept der­niers jours, news​.google​.com n’a redi­ri­gé que 53 per­sonnes vers le World Socia­list Web Site, ce qui repré­sente une baisse de 92 pour cent pour la moyenne heb­do­ma­daire par rap­port aux plus de 650 au cours de la der­nière année.

    Une recherche par Google News pour un article de l’édition du WSWS du jeu­di ne ren­voie aucun résultat

    Le jour­na­liste et auteur Chris Hedges, titu­laire du prix Pulit­zer, a infor­mé le WSWS mer­cre­di que ses articles avaient ces­sé d’apparaître sur Google News. Hedges a décla­ré que le chan­ge­ment est sur­ve­nu après la publi­ca­tion de son entre­tien [en anglais] avec le World Socia­list Web Site dans lequel il a dénon­cé la cen­sure par Google des sites de gauche.

    « Quelque temps après avoir accor­dé cet entre­tien, ils m’ont mis sur liste noire », a décla­ré Hedges. « Si vous allez dans Google News et tapez mon nom, il y a six articles, dont aucun n’a un rap­port avec moi. »

    Une recherche sur Chris Hedges par le biais de Google News ne ren­voie aucun résul­tat pertinent

    « J’écris constam­ment. Aupa­ra­vant, Google News a lis­té mes articles pour Tru­th­dig et mes contri­bu­tions à Com­mon Dreams et Alter­net, ain­si que des réfé­rences à mes livres », a décla­ré Hedges. « Mais main­te­nant tout s’est vola­ti­li­sé. Et je suis cer­tain que c’est parce que je me suis pro­non­cé contre la cen­sure par Google. »

    Google semble avoir conser­vé une ver­sion plus ancienne de son sys­tème d’agrégation de nou­velles dis­po­nible en ligne, acces­sible en se ren­dant sur google​.com et en cli­quant sur le lien news sous la barre de recherche. Cette ver­sion d’agrégation de nou­velles, qui semble être en voie de dis­pa­ri­tion, réper­to­rie 254 000 résul­tats pour la recherche « World Socia­list Web Site ».

    De même, une recherche pour « Chris Hedges » ren­voie 89 600 entrées.

    Les chan­ge­ments appor­tés à Google News marquent une nou­velle étape dans une cam­pagne sys­té­ma­tique de cen­sure et de mise sur liste noire qui a débu­té au moins depuis avril, lorsque Ben Gomes, vice-pré­sident char­gé de l’ingénierie, a décla­ré que Google cher­chait à pro­mou­voir des médias « fiables » par rap­port aux sources de nou­velles « alternatives ».

    Depuis lors, treize prin­ci­paux sites web de gauche ont vu un effon­dre­ment de 55 pour cent de leur fré­quen­ta­tion via le moteur de recherche de Google, de même pour le World Socia­list Web Site qui a connu une chute de 74 pour cent de sa fré­quen­ta­tion depuis le moteur de recherche.

    « Rien que du point de vue d’un jour­na­liste, c’est ter­ri­fiant », a décla­ré Hedges. « Ceux qui essaient tou­jours de faire du jour­na­lisme, ce sont eux qui en pâtissent ; en par­ti­cu­lier les jour­na­listes qui tentent de s’attaquer aux pro­blèmes de pou­voir et de l’intégration entre les grandes entre­prises et l’État. »

    « Cela montre non seule­ment com­ment l’état est en faillite, mais aus­si com­bien il est effrayé », a décla­ré Hedges.

    « Google déve­loppe des méthodes de plus en plus inten­sive de ciblage visant à blo­quer toutes les voix cri­tiques dis­si­dentes », a décla­ré David North, le pré­sident du comi­té de rédac­tion inter­na­tio­nal du World Socia­list Web Site.

    « C’est une attaque sans pré­cé­dent contre la liber­té d’expression. Dans l’histoire des États-Unis, la cen­sure à cette échelle n’a jamais été impo­sée en dehors de la guerre », a‑t-il ajou­té, sou­li­gnant le blo­cage des publi­ca­tions trots­kystes pen­dant la Seconde Guerre mondiale.

    Hedges a noté le pré­cé­dent de la répres­sion poli­tique pen­dant la Pre­mière Guerre mon­diale. « Au nom de la sécu­ri­té natio­nale, pen­dant toute la durée de la guerre, The Masses, un jour­nal de gauche anti-guerre a été pri­vé de publication. »

    L’intensification de la répres­sion par Google contre les sites de gauche a lieu dans le contexte d’une forte accé­lé­ra­tion de la cam­pagne anti-russe menée par les démo­crates du Congrès, ain­si que des sec­tions du Par­ti répu­bli­cain, des agences de ren­sei­gne­ment amé­ri­caines et les prin­ci­paux médias.

    Jeu­di, les séna­teurs du Par­ti démo­crate Mark War­ner et Amy Klo­bu­char ont pré­sen­té le pre­mier texte légis­la­tif issu de la cam­pagne entou­rant l’affirmation selon laquelle la Rus­sie cher­chait à « se mêler » de l’élection de 2016 en « semant des divi­sions » au sein de la socié­té amé­ri­caine, une théo­rie du com­plot non-étayée visant à créer une jus­ti­fi­ca­tion pour la cen­sure d’Internet.

    Un résu­mé du pro­jet de loi obte­nu par Axios vou­drait que « les pla­te­formes en ligne déploient des efforts rai­son­nables pour s’assurer que les per­sonnes et enti­tés étran­gères n’achètent pas d’annonces poli­tiques afin d’influencer l’électorat amé­ri­cain » et pour main­te­nir une base de don­nées des publi­ci­tés poli­tiques pré­ten­du­ment ache­tées par des étrangers.

    Dans ses remarques annon­çant le pro­jet de loi, War­ner a pré­ci­sé que son but était de l’utiliser comme point de départ pour des res­tric­tions plus agres­sives sur la liber­té d’expression sur Inter­net. « Ce que nous vou­lons essayer de faire est de com­men­cer par une touche légère », a décla­ré Warner.

    Com­men­tant le carac­tère pas à pas du régime de cen­sure créé aux États-Unis, M. Hedges a décla­ré : « Si vous regar­dez un sys­tème tota­li­taire, leur attaque contre la presse se fait pas à pas. Ain­si, même dans l’Allemagne nazie, quand Hit­ler pre­nait le pou­voir, il inter­di­sait les publi­ca­tions des sociaux-démo­crates pen­dant une semaine et les lais­sait par la suite de réap­pa­raître. Il ne fer­mait pas l’ensemble d’un seul coup. »

    « Google est impli­qué dans une conspi­ra­tion ouver­te­ment poli­tique, en coor­di­na­tion avec le gou­ver­ne­ment », a décla­ré North. « Un logi­ciel secret de cen­sure a été créé et diri­gé contre les oppo­sants à la poli­tique étran­gère amé­ri­caine. C’est une attaque illé­gale contre les droits pro­té­gés par la Constitution. »

    Hedges a ajou­té : « Je peux vous dire, après avoir vécu sous, et avoir écrit sur, des régimes des­po­tiques, je pense que nous devons tirer toutes les son­nettes d’alarmes pen­dant que nous en avons encore l’occasion, parce qu’ils ne vont pas s’arrêter. »

    (Article paru en anglais le 20 octobre 2017)

    Source : World Socia­list Web Site, Andre Damon, 21-10-2017


    Censure et chaussettes roses

    Source : Le Monde diplo­ma­tique, Pierre Rim­bert, 01-01-2018

    L’un, Google, pré­tend « orga­ni­ser l’information du monde et la rendre uni­ver­sel­le­ment acces­sible et utile ». L’autre, Face­book, veut « rap­pro­cher le monde » en connec­tant les gens. Chaque jour, plus d’un mil­liard de per­sonnes uti­lisent ces ser­vices comme s’ils échap­paient aux pesan­teurs poli­tiques avec autant d’agilité que leurs mai­sons mères esquivent leurs obli­ga­tions fis­cales. Géné­rés par de froids algo­rithmes, les résul­tats d’une requête ou la sélec­tion du fil d’actualité nous paraissent aller de soi : défor­més par la publi­ci­té, certes, mais imper­méables à l’idéologie. On n’accuserait pas un tuyau de gau­chisme ou d’atlantisme. On devrait.

    Le 18 novembre der­nier, lors d’un forum inter­na­tio­nal sur la sécu­ri­té, M. Eric Schmidt, alors pré­sident exé­cu­tif d’Alphabet, la socié­té qui contrôle Google, répond à un uti­li­sa­teur alle­mand indi­gné de rece­voir sur son smart­phone trop d’alertes Google en pro­ve­nance de l’agence publique russe Sput­nik : « Nous tra­vaillons sur la détec­tion et le déré­fé­ren­ce­ment de ce genre de sites, je pense à RT et à Sput­nik. Nous sommes bien conscients de ce qu’ils font — on en a beau­coup par­lé — et nous essayons d’élaborer un sys­tème pour empê­cher cela . » Avec sa cra­vate fuch­sia et ses chaus­settes assor­ties, M. Schmidt vient tran­quille­ment d’annoncer que le moteur de recherche le plus uti­li­sé dans le monde tru­que­rait désor­mais ses résul­tats au détri­ment de cer­tains médias sus­pects de véhi­cu­ler des fake news fausses nou­velles »). Pas n’importe les­quels : les seuls ouver­te­ment visés figurent dans le col­li­ma­teur du minis­tère de la défense amé­ri­cain, dont M. Schmidt est par ailleurs conseiller. Sous pres­sion depuis l’élection pré­si­den­tielle de 2016, Face­book et Twit­ter pour­chassent les publi­ci­tés ache­tées par des comptes asso­ciés au Krem­lin, tan­dis que Google s’emploie à ren­voyer dans les pro­fon­deurs du clas­se­ment les résul­tats trop proches des vues de Moscou.

    Mais com­ment sépa­rer auto­ma­ti­que­ment le bon grain de l’ivraie ? « Dans un com­mu­ni­qué publié le 25 avril, M. Ben Gomes, vice-pré­sident de l’ingénierie de Google, a décla­ré que la nou­velle ver­sion du moteur de recherche rétro­gra­de­rait les sites “offen­sants”, et ferait remon­ter plus de “conte­nus fai­sant auto­ri­té” »,écrivent Andre Damon et David North, du World Socia­list Web Site (wsws​.org, 2 août 2017). Aidé d’une socié­té d’analyse de réfé­ren­ce­ment, ce site trots­kiste a mesu­ré les effets du nou­vel algo­rithme qui, par défaut, pré­sup­pose les médias domi­nants fiables et la presse alter­na­tive louche. « On observe une perte impor­tante de lec­to­rat des sites socia­listes, anti­guerre et pro­gres­sistes au cours des trois der­niers mois, avec une dimi­nu­tion cumu­lée de 45 % du tra­fic en pro­ve­nance de Google. » Entre mai et juillet 2017, les visites de wsws​.org issues de Google ont chu­té de 67 %, celles du réseau Alter​net​.org de 63 %. La plate-forme audio­vi­suelle Demo​cra​cy​now​.org enre­gistre un plon­geon de 36 % ; Coun​ter​punch​.org, de 21 % ; et Thein​ter​cept​.com, de 19 %. « Dans la bataille contre les “fake news”, alerte l’association amé­ri­caine Fair­ness and Accu­ra­cy in Repor­ting (FAIR)(1), une grande par­tie des repor­tages les plus indé­pen­dants et les plus pré­cis sont en train de dis­pa­raître des résul­tats des recherches effec­tuées dans Google . » Tuer le plu­ra­lisme au nom de l’information ?

    Pierre Rim­bert

    (1) Robin Ander­sen, « Back­lash against Rus­sian “fake news” is shut­ting down debate for real », Fair​.org, 29 novembre 2017, dont le pré­sent article reprend plu­sieurs éléments.

    Source : Le Monde diplo­ma­tique, Pierre Rim­bert, 01-01-2018

    P.S. Google a par la suite démen­ti les pro­pos de son PDG (sic.)

    Nous vous pro­po­sons cet article afin d’é­lar­gir votre champ de réflexion. Cela ne signi­fie pas for­cé­ment que nous approu­vions la vision déve­lop­pée ici. Dans tous les cas, notre res­pon­sa­bi­li­té s’ar­rête aux pro­pos que nous repor­tons ici. […]

    Source : les​-crises​.fr Oli­vier Berruyer
    https://​www​.les​-crises​.fr/​g​o​o​g​l​e​-​r​e​n​f​o​r​c​e​-​l​a​-​m​i​s​e​-​s​u​r​-​l​i​s​t​e​-​n​o​i​r​e​-​d​e​s​-​s​i​t​e​s​-​w​e​b​-​e​t​-​d​e​s​-​j​o​u​r​n​a​l​i​s​t​e​s​-​d​e​-​g​a​u​c​h​e​-​p​a​r​-​a​n​d​r​e​-​d​a​m​on/

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles