Formidable Mabrouka, députée constituante tunisienne, ciselant l’essentiel comme un bijou, en 10 minutes

5/09/2017 | 16 commentaires

For­mi­dable Mabrou­ka, super virus démocratique 🙂

Extrait impor­tant de l’au­di­tion de Mabrou­ka M’ba­rek par l’é­quipe de La France Insou­mise, en 2016 :

Sacré bon virus démo­cra­tique, n’est-ce pas ? 🙂

Mer­ci Mabrou­ka, pour ce pré­cieux témoi­gnage et pour ce puis­sant plai­doyer pour des assem­blées consti­tuantes popu­laires, donc tirées au sort.

À connaître et à faire connaître.

Mer­ci Benoît, de réac­ti­ver ain­si nos plus belles perles 🙂

Étienne.

Fil face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​5​6​0​1​2​1​7​8​5​7​317

Catégorie(s) de l'article :

16 Commentaires

  1. etienne

    La « majo­ri­té » de nos repré­sen­tants « élus » nous mar­ty­risent, ça suffit ! 

    Pas de démo­cra­tie sans tirage au sort ! 

    Réponse
  2. Benoit

    Avec joie Etienne, mer­ci à toi 🙂

    Et voilà la retranscription de Mabrouka : 

    « Je trouve que la consti­tuante devrait être un exer­cice pour tout citoyen parce que ça vous trans­forme. C’était un énorme hon­neur pour moi d’y être et je me suis réveillée poli­ti­que­ment à tra­vers ces trois années parce que c’est une expé­rience qui trans­cende votre propre vie en fait. Je trouve que c’est extra­or­di­naire : tout de suite après la révo­lu­tion, il y a eu une orga­ni­sa­tion plu­tôt incroyable. Il y avait une orga­ni­sa­tion décen­tra­li­sée où il y avait des comi­tés dans chaque quar­tier et cha­cun tout à coup était poli­ti­sé, il com­men­çait à avoir des idées, cha­cun en fait partageait.

    Et l’erreur qu’on a faite c’était de tout cen­tra­li­ser dans un truc très bureau­cra­tique qui s’appelle la grande ins­tance pour la pro­tec­tion de la révo­lu­tion et la tran­si­tion démo­cra­tique et pour l’honneur des mar­tyrs. C’est une grande grande ins­tance mais qui était néces­saire parce que quand on a des comi­tés régio­naux ou locaux c’est dif­fi­cile d’organiser… c’était néces­saire mais le pro­blème en Tuni­sie c’est que ça a sup­pri­mé l’organisation locale plus ou moins. Il fau­drait trou­ver un moyen où il y a une méca­nique régio­nale, locale et en même temps une orga­ni­sa­tion qui soit inclu­sive et qui puisse jus­te­ment écrire la road­map, comme on appelle, la feuille de route. Parce qu’en fait en Tuni­sie qui a déci­dé qu’on allait pas avoir une élec­tion présidentielle ?

    Qui a déci­dé la convo­ca­tion d’une constituante ?

    Qui est déci­dée la loi de la pari­té entre femme et homme pour la constituante ?

    Tout ça c’est cette ins­tance donc cette ins­tance je ne cri­tique pas, je trouve que c’était extra­or­di­naire et cette ins­tance n’était pas élue. On a juste rajou­té tous ceux qui étaient des grands oppo­sants au dic­ta­teur. ça a mar­ché plus ou moins mais le sou­ci c’est que quand on coupe la méca­nique régio­nale et on a des jeunes qui ont fait la révo­lu­tion et ensuite ils se retrouvent à être spec­ta­teur et ça c’est dra­ma­tique et là vous avor­tez car­ré­ment la révolution.

    Tout va dépendre de la légi­ti­mi­té, d’où cette assem­blée consti­tuante va pui­ser sa légitimité.

    Est-ce que c’est les élec­teurs de Jean-Luc Mélen­chon ou est-ce que c’est un grand mou­ve­ment fran­çais un grand mou­ve­ment qui a été créé parce que les gens se rendent compte que c’est plus pos­sible main­te­nant… c’est plus une démo­cra­tie quand un par­ti poli­tique sort une loi de nulle part, dont il n’a même pas par­lé. Il uti­lise un article de la consti­tu­tion [49.3] pour la faire pas­ser et on vous sort des flics si vous vou­lez essayer d’être contre.

    Il faut quand même dire les choses comme elles sont : c’est plus du tout une démo­cra­tie, plus du tout. Et donc le défi c’est de faire com­prendre aux gens qu’on est plus en démo­cra­tie. Et je crois que, quand on m’a invi­tée à un congrès, c’est la pre­mière chose que j’ai dite. En Tuni­sie on a un avan­tage énorme (et vous c’est votre désa­van­tage). Notre avan­tage c’est que nous vient d’une dic­ta­ture et donc il y a une révo­lu­tion est donc nous on sait qu’on n’a pas de démo­cra­tie en train de la construire depuis le zéro. Le défi pour vous c’est de faire com­prendre à vos com­pa­triotes qu’ils ne sont pas en démocratie.

    On revient à la consti­tu­tion euro­péen : c’était la pre­mière fois où les gens se sont ren­du compte.

    Ils sont venus avec leur consti­tu­tion écrite en tout petit, vous votés, les fran­çais ont dit NON et pour­tant c’est pas­sé. Et à ce moment-là il y a eu un mou­ve­ment qui a démar­ré mais quand je
    vois ce mou­ve­ment-là au début et aujourd’hui ! Aujourd’hui vous avez des poli­ti­ciens de l’établissement fran­çais qui parlent de consti­tuante (là je parle pas que Jean-Luc Mélen­chon) mais je parle d’autres per­sonnes qui disent « Peut-être que le sénat on devrait le tiré au sort » ça com­mence, donc l’idée elle prend.

    A mon avis une consti­tu­tion c’est un docu­ment qui est là pour pro­té­ger les peuples. C’est pas du tout un contrat social qui orga­nise les pou­voirs il faut reje­ter tout ça. ça sert à pro­té­ger le peuple, ça donne des outils au peuple pour pou­voir être pro­té­gé envers ceux qui sont au pou­voir. En fait la consti­tu­tion elle n’est pas là pour orga­ni­ser les pou­voirs elle est là pour limi­ter les pou­voirs et en don­ner au peuple.

    Quand on est un pays sou­ve­rain on peut don­ner tous les moyens pour cette consti­tuante de réus­sir. Et les moyens c’est les moyens maté­riels, tech­no­lo­giques et sur­tout des consul­ta­tions locales ‑com­ment faire- parce que le plus impor­tant ce sont les consti­tuantes locales, ce sont les ate­liers constituants.

    Les ate­liers consti­tuants c’est pri­mor­dial ! D’ailleurs ça a déjà com­men­cé : ça fait des années qu’il y a des ate­liers consti­tuants, ça c’est ça c’est quelque chose de magni­fique. Il fau­drait essayer de fédé­rer ces gens qui depuis des années déjà apprennent à écrire leur consti­tu­tion et étendent cette for­ma­tion à tout le peuple. Avant même de com­men­cer la consti­tuante il faut démar­rer dès main­te­nant. C’est se don­ner tous les moyens pour faire remon­ter l’info. Encore une fois ça doit être très orga­nique et que se soit très trans­pa­rent, il faut prendre le temps que ça prenne c’est pas un pro­blème que ça prenne du temps puisqu’on a une tran­si­tion qui conti­nu la ges­tion des affaires cou­rantes. Vous pou­vez gar­der un sénat, chambre c’est pareil. La consti­tuante c’est vrai­ment quelque chose qui doit inclure tout le monde.

    Moi je recom­mande le tirage au sort. A mon sens c’est vrai­ment ce qui va pro­duire une consti­tuante qui soit le plus proche de l’idéal démocratique.

    – Le tirage au sort pour la dési­gna­tion des membres de la constituante ?

    – Oui. Et d’ailleurs la consti­tuante, encore une fois là on parle de [la consti­tuante cen­trale, mais] ça peut être des consti­tuantes régio­nales et des consti­tuantes locales. Celle qui va être cen­trale, elle va à mon sens cen­tra­li­ser et puis écrire et essayer d’avoir toutes ces mini-constituantes.

    C’est pour ça c’est un long pro­ces­sus mais à mon sens il ne faut pas avoir peur des gens qui vont dire « oui mais si on a des gens qui ne sont pas édu­qués ». Pas du tout : nous en Tuni­sie il y a beau­coup de jour­na­listes et beau­coup de gens qui ont obser­vés la consti­tuante qui nous disent « c’était une période extra­or­di­naire ». On avait l’impression qu’on avait vrai­ment une socié­té Tunisienne.

    Alors que là, aujourd’hui en Tuni­sie, l’assemblée des repré­sen­tants du peuple : la moi­tié c’est des busi­ness­men donc c’est aus­si une façon de per­pé­tuer les inté­rêts des cor­po­ra­tions, des entre­prises, c’est de mettre jus­te­ment des chefs d’entreprise.

    Donc là il y a un pro­blème, il y a un pro­blème d’intérêt, de conflit d’intérêts.

    L’idée de réfé­ren­dum ne devrait pas faire peur s’il y a une grosse méca­nique der­rière et que toutes les écoles, les entre­prises, tout le monde fait des [ate­liers constituants ?]

    Vous pou­vez même avoir une loi qui mette en place l’initiative consti­tu­tion­nelle. C’est man­da­toire : dans toutes les écoles le same­di matin ou le mer­cre­di après-midi c’est consti­tuante. Toutes les écoles, tous les lycées, toutes les facs c’est consti­tuant parce que c’est un moment his­to­rique. Vous allez avoir cinq ans il y aura que de la consti­tuante une après midi. Et les comi­tés d’entreprise et les syn­di­cats : toutes les franges de la société.

    C’est un article que j’ai défen­du la sou­ve­rai­ne­té ali­men­taire mais elle n’est pas pas­sée, c’est un peu dom­mage mais on a pas­sé beau­coup de très bons articles… l’article 10 qui dit
    que l’état peut don­ner prio­ri­té à l’économie natio­nale. Donc là vous n’avez plus l’OMC qui va vous dire « vous ne devez pas faire de la pré­fé­rence domestique ».

    Donc la consti­tu­tion c’est aus­si je n’ai pas dit mais c’est un méca­nisme qui va vous pro­té­ger, il va vous per­mettre d’être d’avoir les déci­sions en main. La consti­tu­tion tuni­sienne de 1959 il n’y avait pas le mot « sou­ve­rai­ne­té » c’est quand même bizarre parce que c’est après l’indépendance ! La consti­tu­tion de 2014 c’est par­tout ! Sou­ve­rai­ne­té dans la déci­sion natio­nale, sou­ve­rai­ne­té du peuple, les res­sources natu­relles appar­tiennent au peuple tuni­sien et l’état exerce la sou­ve­rai­ne­té du peuple
    s’agissant des contrats.

    C’est extra­or­di­naire, une consti­tu­tion, ça peut vrai­ment mener à des révo­lu­tions. Et il ne faut pas lou­per le coche : la mon­naie, la res­source natu­relle, la sou­ve­rai­ne­té ali­men­taire, le rôle de l’armée, parce que ça c’est impor­tant pour moi, ce sont des thèmes cru­ciaux, avec bien sûr les droits humains ! »

    Réponse
    • solambre

      Je viens de pas­ser la jour­née avec le GEM au parc des Oiseaux près de Bourg en Bresse(villars les dombes). Etant sous cura­telle ren­for­cée, je n’ai pas de carte bleue.Outre le prix de l’en­trée (19 euros), ce qui m’a sur­pris c’est l’in­ter­dic­tion de payer en liquide dans les maga­sins et res­tau­rants du parc​.Si on a que du liquide, il faut char­ger une carte qui ser­vi­ra après dans tous les com­merces. Je vou­lais savoir si c’est légal et si on pou­vait empê­cher cela . Merci.

      Réponse
      • majax

        J’ai tou­jours eu en tête qu’il fal­lait qu’un maga­sin pro­pose au mini­mum deux moyens de paie­ment. Je ne suis encore jamais tom­bé sur un maga­sin refu­sant du liquide, mais le jour où cela arri­ve­ra, ils ne seront pas prêts de me revoir. J’ai fait la jour­née vide-gre­niers, encore une chose qui serait ame­née à dis­pa­raître. Le méca­nisme de dis­pa­ri­tion du liquide est tel­le­ment sour­nois que je ne vois pas com­ment l’empêcher, à part en chan­geant de constitution.
        Pour votre cas, je vous pro­po­se­rai cyni­que­ment d’é­crire à Bri­gitte Macron, on ne sait jamais, il y a eu des avances sur l’en­ca­dre­ment le l’au­tisme après que cela soit pas­sé dans les medias.
        Bon cou­rage à vous.

        Réponse
      • Aquablue03

        Non ! Ce n’est pas légal !
        Il n’existe aucune loi exi­geant les paie­ments exclu­sifs par carte ( du moins pour l’ins­tant ) ! Et de votre compte , vous pou­vez reti­rer ou faire retirer
        1000 euros en une fois ! Bon , ensuite vous ne pou­vez plus le faire pen­dant huit jours !
        Per­son­nel­le­ment , je paie tout en mon­naie pleine , et je n’ai aucun pré­lè­ve­ment automatique !
        Il m’est arri­vé quatre ou cinq fois de me faire jeter avec ma monnaie ,
        J’ai lâché le panier plein au milieu du maga­sin et je suis sor­tie en leur disant , je vais chez vos concur­rents ! Ils ont reti­ré la caisse en ques­tion ! Conti­nuer de payer en mon­naie , si on s’y met tous , com­ment pour­ront-ils l’im­po­ser ? Sans rêver par le pri­vé ils y arriveront !
        Sauf si on les vire avant !
        Faire comme on peut ! Sous cura­telle , je com­prends la dif­fi­cul­té à assu­mer ses fac­tures ! Si vous avez des pré­lè­ve­ments auto­ma­tiques , essayez de négo­cier leurs paie­ments en TIP SEPA , c’est possible !
        Ain­si ce sera vous qui gére­rez votre argent si la cura­telle est d’accord !
        Je vous sou­haite de meilleurs jours !
        ève

        Réponse
  3. solambre

    Mer­ci beau­coup pour vos conseils…Il faut sur­tout sou­haitre de meilleurs jours à ceux qui se font expul­ser et vivent dans la rue, vic­times du sys­tème immo­bi­lier et ban­caire à la solde de pro­prié­taires avides qui engraissent des pro­mo­teurs qui magouillent et détournent des dis­po­si­tifs sen­sés aidés au loge­ment des classes moyennes… Bien à vous…

    Réponse
  4. Chabani

    En Tuni­sie, la « Révo­lu­tion a été confis­quée » par l’o­li­gar­chie de l’argent. Les mêmes qui sou­te­naient Ben Ali, sont tou­jours dans les rouages du pou­voir. Même si il y a eu des pro­grès, sur les droits humains, la sou­ve­rai­ne­té etc.……Mais aucun article qui garan­tisse au peuple tuni­sien de se pro­té­ger des tur­pi­tudes des hommes poli­tiques au pou­voir, dans un sys­tème mafieux héri­té de Bour­gui­ba et de Ben Ali, qui gan­grène tous les sec­teurs publics . Cette cor­rup­tions a un coût humain, des pauvres tou­jours plus pauvres et une classe moyenne qui s’ap­pau­vrie. Les tuni­siens sont désenchantés.

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Les activités de décembre 2022

Les activités de décembre 2022

Chers amis, Je n'ai pas publié sur le blog depuis juillet, pardonnez-moi je désespère, et je me recentre comme je peux sur un projet de livre dont je vous parlerai un de ces jours. Vous êtes nombreux à me poser des questions au sujet de la reprise des émissions "Jeudi...