En Syrie, le plus grand fiasco de la CIA ? par Maxime Chaix, sur Middle East Eye

29/08/2017 | 4 commentaires

Chers amis,

Je relaie ci-des­sous, inté­gra­le­ment, un texte impor­tant de Maxime Chaix, qui fait le point sur les manœuvres secrètes de la CIA pour désta­bi­li­ser la Syrie et en ren­ver­ser « le régime ».

[Quand « les médias » (La Prav­da des mil­liar­daires) vous parlent d’un « régime » (sic), c’est que les bom­bar­diers sont prêts, et qu’il ne reste plus qu’à vous pré­pa­rer psy­cho­lo­gi­que­ment pour accep­ter (et même vou­loir) que ces bom­bar­diers décollent en votre nom. Un gou­ver­ne­ment régu­lier que les médias de l’empire appellent « régime » peut se faire du sou­ci : ça va bien­tôt bar­der pour lui, ses oppo­sants « modé­rés » vont deve­nir sur­puis­sants et sur­ar­més, et sa popu­la­tion va beau­coup souffrir.]

Maxime Chaix, c’est ce jeune homme cou­ra­geux qui, par ailleurs, tra­duit les livres for­mi­dables de Peter Dale Scott sur l’É­tat pro­fond aux USA, livres publiés chez le non moins cou­ra­geux édi­teur Demi-Lune.

Tous les trois (auteur tra­duc­teur et édi­teur) sont évi­dem­ment trai­tés de « com­plo­tistes » par les com­plo­teurs et leurs com­plices, inver­sion accu­sa­toire qui devient (presque à tous les coups) la légion d’hon­neur de la vraie bonne résis­tance à l’op­pres­sion. De ceux qui ne sont pas trai­tés de « com­plo­tisme » ou de « confu­sion­nisme », le sys­tème de domi­na­tion par­le­men­taire (dit « capi­ta­liste ») n’a rien à craindre. Au contraire, ceux qui sont calom­niés de cette façon prouvent ain­si leur effec­tive dan­ge­ro­si­té contre les tyrans du moment et méritent le sou­tien des simples citoyens.

À mon avis, un jour­na­liste (ou un mili­tant huma­niste) qui s’in­ter­dit de dénon­cer les com­plots qu’il détecte ne sert plus à rien, pour la socié­té qu’il pré­tend défendre. Je dis bien À RIEN. Il s’est auto-désac­ti­vé et le sys­tème de domi­na­tion n’a plus rien à craindre de lui ; et nous, nous n’a­vons plus rien d’im­por­tant à attendre de lui. Il ne faut pas nous lais­ser inti­mi­der par ces ridi­cules accu­sa­tions de « com­plo­tisme ». Il faut être cou­ra­geux, là. 

Bref. Je sou­mets à votre esprit cri­tique ce papier que je trouve impor­tant (et sérieu­se­ment documenté).

Étienne.


AVANT-PROPOS DE L’AUTEUR :

Comme Étienne me l’a per­ti­nem­ment signa­lé, mon article ci-des­sous ne traite pas des innom­brables exac­tions com­mises par les forces syriennes et leurs alliés. Il a rai­son de le sou­li­gner, car nous ne pou­vons cau­tion­ner de tels actes. Or, ces crimes ont été lar­ge­ment dénon­cés par les médias, les ONG et les gou­ver­ne­ments occi­den­taux. Au contraire, la guerre secrète de la CIA et de ses par­te­naires en Syrie fut lit­té­ra­le­ment occul­tée par une majo­ri­té de la presse occi­den­tale, en par­ti­cu­lier dans les médias fran­co­phones. Pour­tant, comme je tente de le démon­trer dans l’article sui­vant, cette gigan­tesque opé­ra­tion clan­des­tine a consi­dé­ra­ble­ment aggra­vé ce conflit, ayant mas­si­ve­ment armé et sou­te­nu les milices jiha­distes au Moyen-Orient – dont al-Qaï­da et Daech –, dans l’objectif de ren­ver­ser Bachar el-Assad. À l’heure où nous sommes frap­pés par ces mêmes réseaux ter­ro­ristes, ces poli­tiques secrètes et irres­pon­sables des puis­sances de l’OTAN et de leurs alliés moyen-orien­taux doivent être dénon­cées et com­bat­tues. C’est l’objectif prin­ci­pal de cet article, qui syn­thé­tise mes inves­ti­ga­tions sur cet aspect cru­cial mais encore trop mécon­nu de la guerre en Syrie. D’avance, je vous remer­cie de relayer cette ana­lyse si vous esti­mez qu’elle est per­ti­nente, utile et intéressante. 

Infor­ma­ti­ve­ment vôtre,

Maxime Chaix


En Syrie, le plus grand fiasco de la CIA ?

par Maxime Chaix, 3 août 2017.

Source : Middle East Eye, http://​www​.midd​leeas​teye​.net/​f​r​/​o​p​i​n​i​o​n​s​/​e​n​-​s​y​r​i​e​-​l​e​-​p​l​u​s​-​g​r​a​n​d​-​f​i​a​s​c​o​-​d​e​-​l​a​-​c​i​a​-​1​3​9​1​7​5​839

membres du Front al-Nos­ra, la branche d’al-Qaïda en Syrie, rebap­ti­sé Front Fatah al-Cham en 2016 après avoir rom­pu offi­ciel­le­ment avec le groupe créé par Ous­sa­ma ben Laden (Reu­ters).

 
Alors qu’il n’est plus tabou de cri­ti­quer le rôle trouble des puis­sances moyen-orien­tales dans le ren­for­ce­ment des réseaux dji­ha­distes au Moyen-Orient, la cores­pon­sa­bi­li­té de leurs par­te­naires de l’OTAN ne peut et ne doit plus être éludée

Récem­ment, le Washing­ton Post a annon­cé la fin du sou­tien de la CIA en faveur des rebelles « modé­rés », confir­mant qu’en 2015, ceux-ci mena­çaient de ren­ver­ser Bachar el-Assad mais que cette issue chao­tique fut empê­chée par l’intervention mili­taire directe de la Rus­sie cette même année. Chao­tique, car le chro­ni­queur du Post, David Igna­tus, vient de sou­li­gner dans ce même jour­nal que Washing­ton et ses alliés ne pou­vaient pro­po­ser d’alternative poli­tique viable, démo­crate et modé­rée face au gou­ver­ne­ment syrien.

D’après le spé­cia­liste de la Syrie Charles Lis­ter, qui regrette ouver­te­ment la fin de cette guerre secrète coor­don­née par la CIA, l’Agence aurait consti­tué une force de 45 000 com­bat­tants à tra­vers cette opé­ra­tion, dont nous savons depuis jan­vier 2016 qu’elle a pour nom de code « Tim­ber Sycamore ».

Les rebelles « modé­rés » appuyés par la CIA et ses par­te­naires ont com­bat­tu jusqu’en jan­vier 2014 aux côtés de la milice ter­ro­riste qui allait deve­nir l’ « État isla­mique » six mois plus tard

Or, comme le rap­pelle l’universitaire amé­ri­cain Joshua Lan­dis, ces rebelles « modé­rés » appuyés par la CIA et ses par­te­naires ont com­bat­tu jusqu’en jan­vier 2014 aux côtés de la milice ter­ro­riste qui allait deve­nir l’ « État isla­mique » (EI) six mois plus tard, lors de la pro­cla­ma­tion du « cali­fat » par Abou Bakr al-Bagh­da­di. Cet argu­ment est confir­mé par l’expert de la Syrie Fabrice Balanche, qui a sou­li­gné à l’auteur de ces lignes que « les rebelles n’ont com­bat­tu Daech qu’à par­tir de l’hiver 2013–2014. Avant cette période, ils étaient main dans la main avec cette organisation. »

Depuis qu’ils ont rom­pu avec l’EI, ces groupes sou­te­nus par la CIA et ses alliés se sont majo­ri­tai­re­ment coor­don­nés avec la branche d’al-Qaïda en Syrie, qui s’est appe­lée le Front al-Nos­ra jusqu’en juillet 2016, avant de chan­ger de nom et de rompre super­fi­ciel­le­ment son allé­geance au réseau de feu Ous­sa­ma ben Laden.

Abou Bakr al-Bagh­da­di, lea­der de l’État isla­mique, a pro­cla­mé son « cali­fat » en 2014 (AFP)

 
Comme le New York Times le sou­li­gnait en octobre der­nier, lors de la bataille finale pour la reprise d’Alep-Est, « onze par­mi la ving­taine de groupes rebelles menant l’offensive ont été approu­vés par la CIA et ont reçu des armes de l’Agence, d’après Charles Lis­ter, un cher­cheur et spé­cia­liste de la Syrie au Middle East Ins­ti­tute, à Washing­ton. […] Mon­sieur Lis­ter et d’autres experts ont décla­ré que la vaste majo­ri­té des fac­tions rebelles approu­vées par les États-Unis à Alep com­bat­taient en pleine ville, et qu’ils pilon­naient mas­si­ve­ment les troupes du gou­ver­ne­ment syrien en appui des com­bat­tants affi­liés à al-Qaï­da, qui se char­geaient de l’essentiel des com­bats sur la ligne de front. “La triste véri­té, cepen­dant, est que ces groupes sou­te­nus par les États-Unis [et leurs alliés] res­tent d’une manière ou d’une autre dépen­dants des fac­tions affi­liées à al-Qaï­da dans ces opé­ra­tions, en termes d’organisation et de puis­sance de feu”, selon l’experte Gene­vieve Casa­grande, une spé­cia­liste de la Syrie au sein de l’Institute for the Stu­dy of War à Washington. »

Comment la CIA et ses alliés ont soutenu le djihad en Syrie

Plu­sieurs élé­ments trou­blants sont à rele­ver dans cette opé­ra­tion. Tout d’abord, sachant que les États-Unis se reven­diquent en guerre contre le ter­ro­risme depuis sep­tembre 2001, appuyer pen­dant près de cinq ans des groupes qui com­battent aux côtés d’al-Qaïda n’a pas sem­blé poser pro­blème aux déci­deurs amé­ri­cains et à leurs alliés occi­den­taux – ce qui est pour le moins déroutant.

Et comme l’a per­ti­nem­ment sou­li­gné Joshua Lan­dis, le gou­ver­ne­ment des États-Unis savait depuis le milieu de l’année 2012 que les armes livrées mas­si­ve­ment par la CIA et une quin­zaine de ser­vices spé­ciaux depuis la Tur­quie et la Jor­da­nie équi­paient prin­ci­pa­le­ment des groupes dji­ha­distes, un pro­ces­sus dévoi­lé par le New York Times en octobre 2012.

Comme l’auteur de ces lignes avait eu l’occasion de le défendre, le réseau qui a majo­ri­tai­re­ment béné­fi­cié de ces mil­liers de tonnes d’armements a été le Front al-Nos­ra ; ce fut d’ailleurs le cas jusqu’à récem­ment dans le gou­ver­no­rat d’Idleb, dont la capi­tale vient d’être prise par cette orga­ni­sa­tion, aujourd’hui rebap­ti­sée Hayat Tah­rir al-Cham.

Ces graves dérives ont été notam­ment confir­mées par le jour­na­liste spé­cia­li­sé Gareth Por­ter, dans un article expli­ci­te­ment inti­tu­lé « Com­ment les États-Unis ont armé des ter­ro­ristes en Syrie ». « Cet afflux mas­sif d’armes [coor­don­né par la CIA] vers le ter­ri­toire syrien, ain­si que l’entrée de 20 000 com­bat­tants étran­gers dans ce pays – et ce prin­ci­pa­le­ment depuis la Tur­quie –, ont lar­ge­ment défi­ni la nature de cette guerre », a sou­li­gné Gareth Por­ter en se réfé­rant au vaste réseau de tra­fic d’armes mis en place par la CIA et ses alliés depuis les Bal­kans et la Libye, de même qu’à l’acquisition de 15 000 mis­siles TOW made in USA par l’Arabie saou­dite. Fabri­qués par Ray­theon, ces mis­siles anti­chars ont été intro­duits en masse dans ce conflit à par­tir de 2014, et les pertes infli­gées aux forces syriennes avec ces arme­ments auraient été le prin­ci­pal fac­teur de l’intervention mili­taire russe au début de l’automne 2015.

Dans cet article soli­de­ment docu­men­té, Gareth Por­ter ajoute que « les armes [injec­tées par la CIA et ses par­te­naires dans le conflit syrien] ont contri­bué à faire de la branche d’al-Qaïda en Syrie […] et de ses proches alliés la plus puis­sante des forces anti-Assad dans ce pays – et elles ont aus­si per­mis l’émergence de Daech ».

Les forces de Bachar al-Assad et de ses alliés ont repris Alep des mains de l’opposition syrienne en décembre 2016 (Reu­ters)

 
Rap­pe­lons qu’à l’origine, le Front al-Nos­ra et le futur « État isla­mique » ne fai­saient qu’un avant leur scis­sion au prin­temps 2013, qui débou­cha sur une guerre fra­tri­cide entre ces deux fac­tions. Plus exac­te­ment, les com­bat­tants majo­ri­tai­re­ment ira­kiens de ce qui était alors appe­lé l’ « État isla­mique d’Irak » (EII) ont fon­dé, à par­tir de l’été 2011, la milice qui allait deve­nir le Front al-Nos­ra en jan­vier 2012.

Encore aujourd’hui à la tête de ce réseau, leur lea­der, Moham­med al-Jou­la­ni, un dji­ha­diste syrien ayant affron­té la coa­li­tion de George W. Bush en Irak, avait été char­gé par Abou Bakr al-Bagh­da­di de com­battre les forces de Bachar el-Assad en 2011. D’après Forei­gn Poli­cy, lors de cette scis­sion d’avril 2013 entre ces deux enti­tés ter­ro­ristes, « une large majo­ri­té de com­man­dants et de com­bat­tants d’al-Nosra en Syrie ne sui­virent pas [leur chef al-Jou­la­ni] » et prê­tèrent allé­geance au futur « calife » d’al-Baghdadi, ce qui aurait repré­sen­té « jusqu’à 15 000 com­bat­tants sur envi­ron 20 000 », d’après une esti­ma­tion du cher­cheur Fabrice Balanche.

Le gigan­tesque tra­fic d’armes et de muni­tions orga­ni­sé par la CIA pour équi­per les rebelles en Syrie a, direc­te­ment ou non, pro­fi­té à Daech. Le fait que si peu d’experts et de jour­na­listes occi­den­taux l’aient sou­li­gné (ou remar­qué) est incompréhensible

Tou­jours selon Forei­gn Poli­cy, « par­tout dans le nord de la Syrie, Daech s’empara des quar­tiers géné­raux d’al-Nosra, des caches de muni­tions et des dépôts d’armes » durant cette sépa­ra­tion, qui condui­sit à la créa­tion de l’ « État isla­mique en Irak et au Levant » (EIIL), rebap­ti­sé « État isla­mique » au milieu de l’année suivante.

En d’autres termes, le gigan­tesque tra­fic d’armes et de muni­tions orga­ni­sé par la CIA pour équi­per les rebelles en Syrie a, direc­te­ment ou non, pro­fi­té à Daech et favo­ri­sé sa mon­tée en puis­sance dès jan­vier 2012. Le fait que si peu d’experts et de jour­na­listes occi­den­taux l’aient sou­li­gné (ou remar­qué) est incompréhensible.

Derrière l’alibi des « rebelles modérés »

Même consé­quence pour le ver­sant « for­ma­tion mili­taire » de ce pro­gramme de l’Agence et de ses alliés, qui a conduit les Forces spé­ciales déta­chées auprès de la CIA à entraî­ner mal­gré elles une forte pro­por­tion de dji­ha­distes offi­cieu­se­ment affi­liés à al-Nos­ra ou à Daech – selon des sources ano­nymes du SOCOM et de l’Agence qui étaient direc­te­ment impli­quées dans cette opération.

Des com­bat­tants du Front al-Nos­ra tra­versent la ville syrienne d’A­lep en mai 2015 (AFP)

 
En clair, de nom­breux mer­ce­naires anti-Assad recru­tés par la CIA ont dis­si­mu­lé leur appar­te­nance à (ou leur attrait pour) ces groupes ter­ro­ristes, le pro­ces­sus de sélec­tion des com­bat­tants étant par­ti­cu­liè­re­ment laxiste. Or, la simple exis­tence de cette pro­cé­dure a per­mis à la CIA de main­te­nir une façade de res­pec­ta­bi­li­té en affir­mant qu’elle ne for­mait que des « rebelles modé­rés ».

En réa­li­té, pour qui­conque s’affranchit de cette notion orwel­lienne, les dyna­miques de cette opé­ra­tion peuvent être résu­mées ain­si : super­vi­sés par la CIA et qua­torze autres ser­vices spé­ciaux, dont ceux de la France, du Royaume-Uni, d’Israël, de la Tur­quie, de l’Arabie saou­dite et du Qatar, le finan­ce­ment, la for­ma­tion et l’approvisionnement en armes des rebelles depuis les ter­ri­toires turc et jor­da­nien ont pro­fi­té à l’ensemble des groupes armés, y com­pris à Daech et au Front al-Nosra.

En des termes plus par­lants, qui sont ceux du spé­cia­liste Sam Hel­ler, « la majeure par­tie du sou­tien amé­ri­cain fut diri­gée vers des fac­tions de l’“Armée syrienne libre” (ASL), qui ont en fait ser­vi d’auxiliaires et de sources d’armements à de plus puis­santes fac­tions isla­mistes et dji­ha­distes, dont la branche d’al-Qaïda en Syrie ».

Super­vi­sés par la CIA et qua­torze autres ser­vices spé­ciaux, dont ceux de la France, du Royaume-Uni, d’Israël, de la Tur­quie, de l’Arabie saou­dite et du Qatar, le finan­ce­ment, la for­ma­tion et l’approvisionnement en armes des rebelles depuis les ter­ri­toires turc et jor­da­nien ont pro­fi­té à l’ensemble des groupes armés, y com­pris Daech et al-Nosra

Ces dérives ne furent tou­te­fois pas sys­té­ma­ti­que­ment inten­tion­nelles. L’exemple de « Cheg Cheg », deve­nu le plus grand tra­fi­quant d’armes syrien durant cette guerre, pour­rait l’illustrer. Mort dans l’explosion de son véhi­cule en avril 2016, ce baron de la contre­bande d’armements avait ven­du à des inter­mé­diaires bédouins un cer­tain nombre d’armes issues des bases super­vi­sées par la CIA, dont la mise en place en Tur­quie et en Jor­da­nie avait dyna­mi­sé ses affaires. Or, ces inter­mé­diaires les avaient ache­tées pour le compte du mal­nom­mé « État isla­mique », ce que « Cheg Cheg » n’ignorait pas.

À l’origine de ces révé­la­tions, le quo­ti­dien émi­ra­ti The​Na​tio​nal​.ae évo­qua des trans­ferts « invo­lon­taires » d’armements de la CIA et de ses alliés vers l’EI, à tra­vers les réseaux de « Cheg Cheg ». Pour­tant, selon dif­fé­rentes enquêtes appro­fon­dies, dont une récem­ment publiée par le JDD, il ne fait plus aucun doute que les ser­vices spé­ciaux des pétro­mo­nar­chies du Golfe – essen­tiel­le­ment ceux de l’Arabie saou­dite – ont sciem­ment armé Daech en Syrie comme en Irak, en par­ti­cu­lier via une ligne d’approvisionnement Bal­kans-Moyen-Orient mise en place avec l’aide dis­crète de la CIA à par­tir de jan­vier 2012.

Ambas­sa­deur amé­ri­cain en Syrie de 2011 à 2014, Robert S. Ford est per­sua­dé de l’implication de l’Agence dans ces manœuvres, qui furent d’après lui « stric­te­ment confi­nées aux réseaux des ser­vices secrets ». Éton­nam­ment, cette enquête du JDD ne fait pas men­tion de ce rôle cen­tral de la CIA dans la créa­tion de ce tra­fic d’armes pro­duites dans les Bal­kans. Tou­te­fois, son auteur a répon­du à une demande de cla­ri­fi­ca­tion en sou­li­gnant que « les pro­pos de Robert S. Ford, qui s’est expri­mé plus en détail sur ce sujet dans le New York Times, portent davan­tage sur l’approvisionnement en armes du Front al-Nos­ra… dont a ensuite pro­fi­té Daech. »

Une telle fran­chise est mal­heu­reu­se­ment trop rare dans les médias occi­den­taux, et en par­ti­cu­lier fran­co­phones. En réa­li­té, alors qu’il n’est plus tabou de cri­ti­quer le rôle trouble des puis­sances moyen-orien­tales dans le ren­for­ce­ment des réseaux dji­ha­distes en Irak et au Levant, la cores­pon­sa­bi­li­té de leurs par­te­naires de l’OTAN dans ces poli­tiques catas­tro­phiques ne peut et ne doit plus être élu­dée par les médias.

L’opération Timber Sycamore : un fiasco historique

Pour dres­ser le bilan de cette désas­treuse poli­tique, que la majo­ri­té de la presse occi­den­tale a dis­si­mu­lée au pro­fit d’une nar­ra­tion sédui­sante impli­quant des rebelles « modé­rés » n’ayant qu’un poids limi­té sur le ter­rain, on peut dire que la CIA et ses par­te­naires ont impo­sé à la Syrie une guerre secrète meur­trière, et que celle-ci a eu comme consé­quence des dizaines de mil­liers de morts dans les rangs de l’armée syrienne et de leurs alliés, ain­si qu’un nombre indé­ter­mi­né de vic­times civiles, de bles­sés, de réfu­giés et de dépla­cés internes.

Un Syrien porte deux enfants bles­sées après une attaque aérienne à Hamou­ria, dans la Ghou­ta orien­tale, en avril 2017 (AFP)

 
Cette cores­pon­sa­bi­li­té majeure des puis­sances occi­den­tales dans ce conflit a été dura­ble­ment occul­tée du débat public, à tra­vers ce qui pour­rait être consi­dé­ré un jour comme l’un des plus grands échecs col­lec­tifs de l’histoire du jour­na­lisme contemporain.

Cette cores­pon­sa­bi­li­té majeure des puis­sances occi­den­tales dans ce conflit a été dura­ble­ment occul­tée du débat public, à tra­vers ce qui pour­rait être consi­dé­ré un jour comme l’un des plus grands échecs col­lec­tifs de l’histoire du jour­na­lisme contemporain

Bien qu’indiscutablement condam­nable, le gou­ver­ne­ment Assad a béné­fi­cié d’un sou­tien popu­laire suf­fi­sant pour tenir face à la rébel­lion, et il s’est main­te­nu au pou­voir grâce à l’intervention déci­sive de la Rus­sie, ce qui n’avait pas été anti­ci­pé par les stra­tèges d’Obama.

Cen­sées être en guerre contre le jiha­disme depuis l’automne 2001, les puis­sances occi­den­tales ont fait le pari cynique de cou­vrir diplo­ma­ti­que­ment et d’aider mili­tai­re­ment leurs alliés régio­naux dans leur sou­tien en faveur de groupes extré­mistes éprou­vant la même détes­ta­tion à l’égard de notre modèle démo­cra­tique qu’envers l’État syrien laïc et ses alliés russes et chiites.

Pro­vo­quant un véri­table désastre huma­ni­taire, la ful­gu­rante mon­tée en puis­sance de Daech en 2014 est en bonne par­tie la consé­quence de cette poli­tique incons­ciente et court-ter­miste, dont l’Arabie saou­dite a été le prin­ci­pal finan­ceur – le rôle de nos « alliés » turc et pétro­mo­nar­chiques dans l’essor du dji­had armé dans cette région (et au-delà) n’ayant d’ailleurs jamais fait l’objet d’une quel­conque pro­tes­ta­tion offi­cielle de la part d’États occi­den­taux pour­tant frap­pés par le terrorisme.

Après d’innombrables hési­ta­tions, ces der­niers ont fini par accep­ter le réel. De ce fait, ils ont pro­gres­si­ve­ment aban­don­né l’objectif de ren­ver­ser Bachar al-Assad ; et ils ont mis en prio­ri­té la lutte contre un monstre Fran­ken­stein en grande par­tie engen­dré par leurs propres erre­ments stra­té­giques et diplo­ma­tiques, encou­ra­gés dans ces dérives par leurs « alliés » néo-otto­mans et wahhabites.

À l’aune du sévère bilan que l’on peut dres­ser de l’interventionnisme occi­den­tal au Moyen-Orient, en Asie cen­trale et en Afrique du Nord, il serait plus que jamais salu­taire que les jour­na­listes, les experts et d’éventuels lan­ceurs d’alertes dénoncent plus expli­ci­te­ment le rôle majeur de nos États dans l’élaboration, la conduite et la dis­si­mu­la­tion de ces poli­tiques clan­des­tines inconsidérées.

À LIRE : La poli­tique d’Obama en Syrie et l’illusion de puis­sance amé­ri­caine au Moyen-Orient

En atten­dant, espé­rons que le poten­tiel aggior­na­men­to du pré­sident fran­çais Emma­nuel Macron sur le dos­sier syrien, et la conclu­sion du pro­gramme anti-Assad de la CIA décré­tée par son homo­logue amé­ri­cain, marquent la fin durable de ces stra­té­gies aven­tu­ristes à l’origine de tant de souf­frances et de des­truc­tions – offi­ciel­le­ment impo­sées au nom de la démo­cra­tie, de la paix et des droits de l’homme.

Dans tous les cas, au regard des consé­quences dra­ma­tiques de cette ultime guerre secrète de la CIA – que le Washing­ton Post avait décrite en juin 2015 comme étant « l’une [de ses] plus vastes opé­ra­tions clan­des­tines » –, il n’est pas impos­sible que les his­to­riens la consi­dèrent un jour comme le plus grand fias­co de l’Agence ; un désastre aux consé­quences poten­tiel­le­ment plus graves que celles de la baie des Cochons, ou de la ten­ta­tive de recru­te­ment de deux futurs pirates de l’air du 11 sep­tembre par la CIA et les ser­vices secrets saou­diens. Comme l’avait rela­té un ex-agent spé­cial du FBI à l’auteur de ces lignes, cette opé­ra­tion illé­gale condui­sit l’Agence à dis­si­mu­ler à la police fédé­rale la pré­sence de ces hommes de Ben Laden aux États-Unis, ce qui aurait empê­ché le Bureau de déjouer ces attentats.

Visi­ble­ment, cette tra­gé­die était bien loin dans les mémoires des res­pon­sables du pro­gramme Tim­ber Syca­more, qui ont mas­si­ve­ment armé la nébu­leuse ter­ro­riste contre laquelle les auto­ri­tés amé­ri­caines et leurs alliés se reven­diquent en guerre depuis 2001.

Maxime Chaix.

- Maxime Chaix est tra­duc­teur et jour­na­liste indé­pen­dant, spé­cia­li­sé dans les domaines du ren­sei­gne­ment, des opé­ra­tions clan­des­tines, des ques­tions stra­té­giques, de la cri­mi­na­li­té finan­cière et du ter­ro­risme glo­bal. Il est diplô­mé d’un Mas­ter 2 « His­toire, théo­rie et pra­tique des droits de l’Homme » à la Facul­té de Droit de Gre­noble. En 2015, il a lan­cé son propre site afin de regrou­per ses dif­fé­rents articles et tra­duc­tions. Depuis 2014, il a notam­ment écrit pour dede​fen​sa​.org, Paris Match, et le Club de Media­part.

Les opi­nions expri­mées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas néces­sai­re­ment la poli­tique édi­to­riale de Middle East Eye.

Source : Middle East Eye, http://​www​.midd​leeas​teye​.net/​f​r​/​o​p​i​n​i​o​n​s​/​e​n​-​s​y​r​i​e​-​l​e​-​p​l​u​s​-​g​r​a​n​d​-​f​i​a​s​c​o​-​d​e​-​l​a​-​c​i​a​-​1​3​9​1​7​5​839

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :

https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​5​5​8​1​5​5​7​8​1​2​317

Catégorie(s) de l'article :

4 Commentaires

  1. etienne

    L’influence de l’Arabie saoudite

    par Pierre Cone­sa

    Réponse
  2. BA

    A pro­pos de l’en­tre­prise du luxe Chanel :

    Les deux pro­prié­taires de Cha­nel sont deux frères, Alain et Gérard Wer­thei­mer. Ce sont deux hommes d’af­faires de natio­na­li­té française.

    Der­niers chiffres connus : tous les chiffres du groupe sont en très nette baisse. Le chiffre d’af­faires, d’a­bord, qui recule de 9% à 5,67 mil­liards de dol­lars, mais aus­si le résul­tat opé­ra­tion­nel, qui baisse de 20%, à 1,278 mil­liard et le béné­fice net, qui recule, lui, de 35%, à 874 mil­lions de dollars. 

    Les deux pro­prié­taires de Cha­nel ont donc décidé …

    … de dou­bler leur dividende !

    Le béné­fice net de Cha­nel s’ef­fondre, il est tom­bé à 874 mil­lions de dol­lars … et donc ses deux pro­prié­taires vont gagner 3,4 mil­liards de dol­lars cette année !

    Lisez cet article :

    Ils se sont voté 3,4 mil­liards de dol­lars en divi­dendes au titre de 2016. Une somme énorme. Presque dis­pro­por­tion­née… C’est deux fois plus que les 1,6 mil­liard qu’ils s’é­taient attri­bués l’an der­nier. C’est presque deux tiers du chiffre d’af­faires du groupe, et c’est sur­tout quatre fois ce que l’en­tre­prise a décla­ré en béné­fice net ! La ponc­tion a été si forte, nous apprend encore ce docu­ment de 92 pages que Chal­lenges et le maga­zine suisse Bilan se sont pro­cu­rés, que la tré­so­re­rie de l’en­tre­prise est tom­bée, pour la pre­mière fois depuis long­temps, sous le mil­liard de dollars ! 

    https://​www​.chal​lenges​.fr/​l​u​x​e​/​c​h​a​n​e​l​-​l​-​i​n​c​r​o​y​a​b​l​e​-​d​i​v​i​d​e​n​d​e​-​d​e​s​-​f​r​e​r​e​s​-​w​e​r​t​h​e​i​m​e​r​_​4​9​4​435

    Bien enten­du, Alain et Gérard Wer­thei­mer ne veulent pas payer d’im­pôts en France. Les impôts, c’est bon pour les gueux.

    Les deux frères sont donc par­tis en Suisse pour ne plus payer d’im­pôts : ils habitent aujourd’­hui à Genève.

    http://​www​.latri​bune​.fr/​v​o​s​-​f​i​n​a​n​c​e​s​/​i​m​p​o​t​s​/​f​i​s​c​a​l​i​t​e​/​2​0​1​1​1​2​0​1​t​r​i​b​0​0​0​6​6​8​2​0​1​/​d​e​c​o​u​v​r​e​z​-​l​a​-​l​i​s​t​e​-​d​e​s​-​4​4​-​p​l​u​s​-​g​r​a​n​d​e​s​-​f​o​r​t​u​n​e​s​-​f​r​a​n​c​a​i​s​e​s​-​e​x​i​l​e​e​s​-​e​n​-​s​u​i​s​s​e​.​h​tml

    Conclu­sion :

    Depuis des dizaines d’an­nées, la grande bour­geoi­sie dirige la France.

    La grande bour­geoi­sie a com­plè­te­ment ver­rouillé le sys­tème finan­cier, le sys­tème poli­tique et le sys­tème médiatique.

    Aujourd’­hui, il faut une révo­lu­tion pour détruire le système.

    Réponse
  3. Le Dieu venu du Centaure

    Devi­nette :

    Pour­quoi n’a-t-on jamais repro­ché à l’Em­pire Bri­tan­nique les cen­taines de mil­lions de chi­nois, indiens etc. morts de famines orga­ni­sées où mas­sa­crés ? (à part Marx)

    Indice :

    Cet Empire a per­du sa ver­tu seule­ment avec les camps d’ex­ter­mi­na­tion des blancs boers.
    Et Trump advint, quand le mur abat­tu lais­sa voir le véri­table objec­tif du Nou­vel Empire, non pas la lutte contre le com­mu­nisme … car la Rus­sie ne l’est plus.
    La CIA a un autre maître, qui veut un Qué­bec his­pa­nique au sud des USA. Alors qui se bat­tait en Syrie ?

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...