La littérature et la condition animale

22/07/2017 | 6 commentaires

Une émis­sion très émou­vante de Répliques, ce matin :
https://www.franceculture.fr/emissions/repliques/la-litterature-et-la-condition-animale‑0

On y évoque les « bêtes noires », l’as­ser­vis­se­ment des ani­maux par les hommes, la vio­lence débri­dée, le miroir que tendent aux hommes la tor­ture et le mas­sacre quo­ti­dien des ani­maux pour fina­le­ment les man­ger ou les jeter, la peur panique res­sen­tie par les ani­maux d’élevage indus­triel à la vue du soleil incon­nu, la vio­lence quo­ti­dienne des bâti­ments d’engraissage avec les hur­le­ments de bêtes, les vio­lences sonores, vio­lences olfac­tives, vio­lences pri­mi­tives décu­plées par l’in­dus­trie mar­chande, pro­duc­ti­viste, tech­nique, fonc­tion­nelle, la « pro­duc­tion ani­male » (nom don­né au mas­sacre per­ma­nent), la des­crip­tion d’une por­che­rie, cette « struc­ture », sou­vent cachée dans une zone indus­trielle, aux odeurs chi­miques éma­nant des tuyaux de la soupe, la pro­tec­tion méti­cu­leuse des ani­maux (deve­nus extra­or­di­nai­re­ment fra­giles) pour péné­trer dans « l’outil » (l’abattoir) , le voca­bu­laire tech­nique, insen­sible, ges­tion­naire, comp­table, qui dis­si­mule la réa­li­té de la mort et de la vio­lence, cet œil ani­mal éper­du­ment ten­du vers vous par­fois croi­sé au milieu de 250 bêtes (nombre énorme, très inha­bi­tuel) au garde-à-vous de peur à votre entrée, les cou­loirs avec la musique de varié­tés jouée à la radio et mélan­gée aux hur­le­ments des bêtes, bêtes sans nom, sans exis­tence propre, numé­ro­tées, cho­si­fiées pour être tor­tu­rées puis assas­si­nées sans remord, une ville de mil­liers d’animaux, seg­men­tée en bâti­ments inti­tu­lés fal­la­cieu­se­ment « mater­ni­té et soins au petits » (!) pour dési­gner, d’une part l’enfermement à vie des truies dans des cages de fer, condi­tion infer­nale sans le moindre espace pour bou­ger (soi-disant pour pro­té­ger leurs petits parce que les mères deviennent évi­dem­ment toutes folles de dou­leur), et d’autre part pour dési­gner le broyage des dents et la cas­tra­tion des bébés (!), les per­son­nels qui doivent « se blin­der » pour sur­vivre, la dépor­ta­tion des bébés de la « mater­ni­té » vers le « sevrage » puis « l’engraissement » (où ils seront gavés) puis le « quai d’embarquement » et puis « l’abattoir » ; « les hommes et les femmes sépa­rés » (parce que mâles et femelles n’ont pas le même rythme pour man­ger et que les sépa­rer est plus ren­table), entas­sés par groupes de 40 ; la des­crip­tion de ces autres éle­vages, plus petits, label­li­sés « bio », non pas par convic­tion mais par sou­ci du gain finan­cier, la spé­cia­li­sa­tion des tâches entre celui qui est à la tue­rie qui n’est pas celui qui est au décou­page, la ques­tion essen­tielle de la souf­france, le rap­pel de la ques­tion cen­trale de Jere­my Ben­tham : « la ques­tion n’est pas de savoir s’il peuvent rai­son­ner ou par­ler, mais l’important est de savoir s’ils peuvent souf­frir », la zoo­tech­nie et la « moder­ni­té » qui ont pris Des­cartes au mot et qui tra­vaillent avec des « ani­maux-machines », la per­ma­nence et la conti­nui­té déses­pé­rantes entre l’élevage d’autrefois et l’élevage indus­triel, la seule issue à la souf­france ani­male qui est, pour les hommes, de ces­ser de man­ger de la viande avec donc comme consé­quence pro­bable l’extinction de l’animal d’élevage et peut-être même la fin de la pay­san­ne­rie , l’effort pour ima­gi­ner un monde dans lequel l’homme ne domi­ne­rait pas l’animal, le fait que 90% des ani­maux d’élevage ne voient jamais la lumière du jour, la néces­saire et sou­hai­table dis­pa­ri­tion de l’espèce des ani­maux d’élevage deve­nus com­plè­te­ment « débiles », inca­pables de se défendre seuls dans la nature, la des­truc­tion com­plète de la figure pro­tec­trice du « bon pas­teur », le paral­lèle avec la terre et aus­si avec nos propres esprits qu’on met aus­si « sous contrainte de struc­ture de pro­duc­tion inten­sive », l’indécence éthique qu’il y a à gas­piller 15 500 litres d’eau pour « fabri­quer » un seul bœuf pen­dant que plus d’un mil­liard d’humains manquent affreu­se­ment d’eau, la néces­si­té par­fois d’un mou­ve­ment très radi­cal pour trou­ver un nou­vel équi­libre (fina­le­ment moins extrême), les dif­fé­rences qui n’en sont pas dans l’abattage local (tou­jours à la chaîne) plu­tôt que cen­tra­li­sé, « l’empathie abs­traite » des mili­tants eux-mêmes « hors-sol », cita­dins qui n’ont jamais côtoyé les ani­maux et dont la mort leur fait hor­reur et qui tirent peut-être trop vite un trait sur 10 000 ans d’histoire entre hommes et bêtes, la trop com­mode construc­tion de l’esprit qui consiste à par­ler d’animaux « en accord » avec les humains (est-ce qu’ils sont « en accord » avec leur exploi­ta­tion et avec leur mas­sacre ?) ou dire qu’on doit « tuer digne­ment » (impos­si­bi­li­té abso­lue), la folie affreuse qui s’empare des pauvres truies désa­ni­ma­li­sées de mille façons et à qui l’on donne des « cal­mants », le pre­mier roman de la truie « Mari­na » à qui on donne un nom (fait raris­sime qui fait déra­per toute la machine de mort) et qui s’échappe de sa pri­son après avoir tué tous ses petits pour les sau­ver de leur sort atroce, l’autre roman de « la bête » qui elle aus­si s’échappe et retrouve en forêt ses attri­buts d’animal sau­vage, l’importance du regard por­té par l’éleveur qui peut le chan­ger en pro­fon­deur s’il advient seule­ment qu’il éta­blit un lien, un seul lien, avec un ani­mal, les larmes qui ne sont pas le propre de l’homme, le « regard liquide » des truies et même la fonte des muscles en eau dans l’épouvante avant de mou­rir, l’avis de Lucrèce sur les larmes de la mère du veau sacri­fié, la seg­men­ta­tion et la mise à mort indus­trielle qui nous insen­si­bi­lise tous et qui inter­dit la conscien­ti­sa­tion des bour­reaux, le cochon qui, phy­sio­lo­gi­que­ment, ne peut pas lever la tête, ce qui fait qu’il faut se bais­ser soi-même pour ren­con­trer son regard, tou­jours très expres­sif et bouleversant… 

Toute cette heure est poi­gnante, comme la plu­part de celles qui visent à défendre nos amis les bêtes, que nous « aimons » de façon si cruelle. Je m’en veux chaque fois davan­tage de n’être pas encore deve­nu végé­ta­rien. Ça vien­dra, évidemment.

Les ani­maux devraient-ils faire par­tie du peuple ?

Tout ça sus­cite, par ailleurs, mille réflexions com­plé­men­taires sur notre propre regard sur les humains qui souffrent par­tout sur terre, et sur les mal­heurs indi­cibles qui les accablent tous les jours pour notre confort, ici dans les pays « riches ».

Étienne.

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​5​4​7​2​7​0​6​4​9​7​317

Catégorie(s) de l'article :

6 Commentaires

  1. etienne

    Un pays pétro­lier qui résiste à l’Empire depuis plus de quinze ans et qui a sor­ti du néant ses « fils de rien »

    VENEZUELA : le bain de sang approche. Que fait la gauche internationale ?

    par Jean ORTIZ

    Il ne fau­dra pas venir pleu­rer demain lorsque l’on assas­si­ne­ra, tor­tu­re­ra, « dis­pa­raî­tra », les mili­tants cha­vistes. Les pré­cé­dents his­to­riques sont mal­heu­reu­se­ment nombreux.

    Les classes domi­nantes véné­zué­liennes veulent une revanche sociale, liqui­der la « révo­lu­tion boli­va­rienne », ou ce qu’il en reste, afin que le peuple des anciens « invi­sibles » ne relève plus jamais la tête. L’oligarchie veut que ces « fils de rien », aux­quels le cha­visme a don­né sta­tut et digni­té, retournent au néant.

    On peut émettre des cri­tiques sur la ges­tion, sur la stra­té­gie du pré­sident Madu­ro. Mais il a été élu, certes de peu, mais élu. Donc légi­time. Il pro­pose le dia­logue, et a le droit de se défendre contre des émeu­tiers. La plu­part des médias véné­zué­liens et étran­gers s’acharnent à don­ner une image chao­tique du pays, à mettre sur le dos des cha­vistes les exac­tions com­mises par des groupes vio­len­tis­simes, mas­qués, sou­vent armés, les « gua­rim­bas », qui veulent la guerre civile.

    L’opposition véné­zué­lienne n’est pas toute favo­rable à ce coup d’Etat per­ma­nent, qui va débou­cher sur un mas­sacre. Mais les sec­teurs qui dominent cette oppo­si­tion sont par­ve­nus à la radi­ca­li­ser, à ins­tru­men­ta­li­ser le dépit de sec­teurs popu­laires éprou­vés. Ils sont majo­ri­tai­re­ment d’ultra-droite. Ils veulent en découdre, et rapi­de­ment désor­mais. Ouver­te­ment encou­ra­gés par la brute va-t-en guerre Trump, ils redoublent d’exactions, de sabo­tages, de des­truc­tion de bâti­ments et de ser­vices publics, de vio­lences en tout genre.

    Le pays étant encore en grande par­tie capi­ta­liste, l’oligarchie, les pro­prié­taires, les pos­sé­dants, orga­nisent la guerre éco­no­mique sur des pro­duits ciblés, et font por­ter la res­pon­sa­bi­li­té des dif­fi­cul­tés struc­tu­relles, des pénu­ries et des queues inter­mi­nables sur le gou­ver­ne­ment, qui n’est pas tout blanc, mais qui cherche, par la Consti­tuante, une issue paci­fique à la crise abyssale.

    On peut, voire il faut, cri­ti­quer les erreurs du régime, mais n’oublions jamais que les cha­vistes et le peuple (même si une par­tie peut s’en éloi­gner) sont sous le feu per­ma­nent d’une véri­table guerre menée par les Etats-Unis contre un pays aux énormes res­sources pétro­lières, et qui a osé résis­ter à « l’Empire » pen­dant plus de quinze ans et cher­cher une autre voie que celle de l’inféodation, vers l’indépendance, la jus­tice sociale, le socia­lisme. Qui a eu le culot, par la voix d’Hugo Cha­vez, de remettre les diri­geants des Etats-Unis (« ¡Váyanse pal cara­jo, yan­quis de mier­da ! ») à leur place.

    N’est-il pas temps que la gauche dans son ensemble se res­sai­sisse et mani­feste sa condam­na­tion de l’ingérence étran­gère dans un pays sou­ve­rain, et affirme sa soli­da­ri­té, fût-elle cri­tique, voire condi­tion­nelle (ni dans l’aveuglement, ni don­neuse de leçon), avec la révo­lu­tion bolivarienne ?

    « La soli­da­ri­té est la ten­dresse des peuples » disait Che Gue­va­ra. Il faut être aveugle, ou incon­sé­quent, pour ne pas sai­sir ce qui est aujourd’hui en jeu au Venezuela.

    Jean ORTIZ, Maître de confé­rences, uni­ver­si­té de Pau.

    https://​www​.legrand​soir​.info/​v​e​n​e​z​u​e​l​a​-​l​e​-​b​a​i​n​-​d​e​-​s​a​n​g​-​a​p​p​r​o​c​h​e​-​q​u​e​-​f​a​i​t​-​l​a​-​g​a​u​c​h​e​-​i​n​t​e​r​n​a​t​i​o​n​a​l​e​.​h​tml

    Source : Le Grand Soir

    Réponse
  2. etienne

    En réac­tion à ce billet, ma chère Ana a écrit ceci, sur Facebook :

    « Il existe un pays où la rivière dis­pose du sta­tut de citoyen.
    Je trouve cette situa­tion admirable.
    Non pas for­cé­ment une avan­cée, mais plu­tôt la réha­bi­li­ta­tion de phi­lo­so­phies assas­si­nées, très anciennes, exemplaires.

    Elle (la rivière) ne peut bien enten­du se rendre au par­le­ment, ni par­ti­ci­per à des débats publics. Il est donc néces­saire qu’elle soit repré­sen­tée, par des êtres conscients, doués de parole, à la main pré­hen­sile, qui déci­de­ront de la défendre chaque fois qu’elle sera atta­quée par cer­tains de leurs sem­blables, ou par des enti­tés éco­no­miques, conglo­mé­rats avides ou autres socié­tés anonymes.

    Il en est de même des ani­maux sen­sibles, de ceux dont le regard de souf­france nous touche lors­qu’ils sont vic­times de cette bar­ba­rie qui existe en l’homme, qu’il tourne tan­tôt vers lui-même, tan­tôt vers ses cou­sins de la famille ani­male. Eux aus­si (les ani­maux sen­sibles) méritent un sta­tut, eux aus­si méritent des repré­sen­tants sin­cères et engagés.

    Il en est de même de toi, « citoyen » faible, si mal repré­sen­té. Qui, bien que doué de parole, n’en est pas moins pri­vé du dire efficace.

    Mais, ou car, nous savons com­bien la confiance dans les repré­sen­tants est naïve, donc dan­ge­reuse pour les repré­sen­tés, qu’ils soient rivière, cha­ro­lais, ou électeur.

    C’est pour­quoi les êtres les plus conscients doivent s’en­ga­ger pour l’é­mer­gence d’ins­ti­tu­tions justes, qui res­pec­te­ront & feront res­pec­ter tous les faibles, les sans-dents, les sans-mains, les sans-Verbe, quel que soit celui des règnes où leur nais­sance les a rangés.

    Ana Sailland. »

    Réponse
  3. Gaudefroy

    Un super héros très cré­dible qui sauve des vies en s’abs­te­nant de les man­ger : capi­taine vegan 😉
    https://​bou​tique​.l214​.com/​b​a​d​g​e​s​-​e​t​-​a​u​t​o​c​o​l​l​a​n​t​s​/​a​u​t​o​c​o​l​l​a​n​t​s​/​4​1​-​g​o​-​v​e​g​a​n​-​c​a​p​t​a​i​n​-​v​e​gan

    Il existe un sup­plé­ment ali­men­taire pour rendre n’im­porte quel repas végé­ta­lien déli­cieux : la levure mal­tée (en par­ti­cu­lier de la marque markale)
    Repas du midi : pain com­plet, trem­pé dans l’huile de lin, un peu de sauce soja pour le sel et croque carotte ou concombre. Délicieux…
    Repas du soir : riz com­plet, oignons et hari­cots verts cuits vapeur au cous­cous­sier puis ser­vir le tout en ajou­tant à froid huile d’o­live, épices et l’in­dis­pen­sable levure maltée…

    Il faut voir l’ex­cellent docu­men­taire de Kip Ander­sen  » what the health  » (dis­pos sur le net avec ses sous-titres).
    On y apprend que 22 experts de l’OMS, en se pen­chant sur plus de 800 études, ont clas­sé la consom­ma­tion de viande indus­trielle aka  » the pro­ces­sed meat  » (kebab, jam­bon, sau­cisses, char­cu­te­rie) comme can­cé­ri­gène de classe A, cad dans le même groupe que la ciga­rette, l’a­miante et le plutonium !

    La consom­ma­tion de viande indus­trielle (can­cé­ri­gène classe 1) ou de viande rouge (can­cé­ri­gène classe 2) est reliée à une dou­zaine de cancers.

    Lien en PDF :

    https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwiuyN2wtaLVAhXKlxoKHdelBkAQFggsMAA&url=https%3A%2F%2Fwww.iarc.fr%2Fen%2Fmedia-centre%2Fpr%2F2015%2Fpdfs%2Fpr240_E.pdf&usg=AFQjCNHKyMQoMO-GMCpD5vb35LnmNtsMPg

    Comme dans le cho­quant docu­men­taire  » Vaxxed « , on est face à un immense scan­dale. On y apprend que, là aus­si, les auto­ri­tés éta­tiques publiques éta­zu­niennes, char­gées de veiller à la san­té du peuple, sont infil­trées et pira­tées par les lob­bys indus­triels, qui eux ne connaissent que la loi du pro­fit maximum.

    Réponse
    • Berbère

      Malt…est-ce le même que ceux-ci…? :
      http://​on​-deconne​-pas​-avec​-la​-bouffe​.over​-blog​.com/​a​r​t​i​c​l​e​-​m​a​r​r​e​-​d​u​-​g​l​u​t​a​m​a​t​e​-​9​8​8​4​4​0​0​8​.​h​tml

      mal­to­dex­trine
      – extrait de malt
      – orge malté
      – arômes
      – arômes naturels
      – bouillon
      – épices
      – ami­don modifié
      – carraghénanes
      – géla­tine hydrolysée
      – pro­téine de soja
      – acide citrique (seule­ment celui fabri­qué à par­tir du maïs, plus cou­rant aux USA qu’en France)
      – lait ou petit lait en poudre
      – pro­téine de lait
      – enzymes
      – concen­tré de pro­téine de soja
      – ami­don modifié
      – colo­rant caramel
      – E 620, E 625

      Réponse
      • Gaudefroy

        Non, la levure de bière en paillettes, en forme de petits flo­cons de cou­leur jaune, n’a rien à voir avec la poudre blanche du glutamate.

        Si tous les deux sont des exhaus­teurs de goût, l’un est un tré­sor de vita­mines et de miné­raux alors que l’autre est une véri­table salo­pe­rie que Corinne Gou­get n’a ces­sé sa vie durant de dénon­cer avec raison. 

        L’une se trouve dans les maga­sins bios en vrac ou en paquets alors que l’autre est four­gué clan­des­ti­ne­ment sous des noms divers dans les pré­pa­ra­tions indus­trielles à bas coût.

         » Levure de bière et glu­ta­mate naturel :

        La levure de bière est riche en glutamate2 natu­rel (tout comme les cham­pi­gnons, le par­me­san, la morue, les tomates ou le lait), ce qui en fait un excellent exhaus­teur de goût. Rien à voir avec le glu­ta­mate mono­so­dique fabri­qué indus­triel­le­ment ! Ce der­nier est ajou­té à de nom­breuses den­rées agroa­li­men­taires (notam­ment les plats cui­si­nés, les soupes, les sauces…) pour en rehaus­ser la saveur, et appor­ter un goût appe­lé « una­mi ». On le trouve aus­si beau­coup dans la cui­sine asia­tique. C’est ce glu­ta­mate syn­thé­tique (et non le glu­ta­mate natu­rel) qui serait res­pon­sable des phé­no­mènes d’allergie, aus­si connus sous le nom de « syn­drome du res­tau­rant chi­nois » et qui se mani­festent par des rou­geurs sur le haut du corps, des migraines, une sen­sa­tion de brû­lure, des bouf­fées de chaleur… » 

        Tiré de Lefief-Del­court, Alice – la Levure de Bière, c’est Malin (2010)

        Réponse
        • Berbère

          Mer­ci pour toutes ces précisions 🙂
          Ce syn­drôme du res­to chinois…ce pour­rait-il qu’il soit un fac­teur res­pon­sable de rup­tures d’anévrisme…?
          Quoi qu’il en soit, la mal­bouffe indus­trielle est à évi­ter, ain­si que de trop consom­mer de pro­duits animaux… 😉
          Quelques trucs et astuces pour com­pen­ser en ce sens, sont tou­jours bons à prendre 🙂

          Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...

[Contre la tyrannie qui vient] Grand Appel et Marche pour défendre la Liberté

Chers amis, Sentez-vous que le temps est venu de prendre nos responsabilités pour défendre notre liberté ? Si ne disons jamais non aux pouvoirs abusifs, ils ne s'arrêteront jamais d'abuser : "tout pout pouvoir va jusqu'à ce qu'il trouve une limite" (Montesquieu)....