Olivier Berruyer : « APPEL AUX DONS : J’ai VRAIMENT besoin de vous pour défendre ce blog ! » (les​-crises​.fr)

20/02/2017 | 16 commentaires

Chers amis,

Oli­vier Ber­ruyer a besoin de nous. Comme d’autres, qui résistent cha­cun à leur manière aux inti­mi­da­tions et aux médias-men­songes de l’empire du moment, il fait l’ob­jet d’une sale cam­pagne de calom­nies croi­sées (ça me rap­pelle bien des choses). Il a besoin de sous pour se défendre et, comme nous avons besoin de lui pour nous défendre, je pense que nous devrions l’aider. 

Cha­cun fera comme il le peut, libre­ment, bien sûr, et je suis sûr qu’on l’ai­de­ra sub­stan­tiel­le­ment. Voi­ci la page par laquelle il nous appelle à l’aide :

APPEL AUX DONS : J’ai VRAIMENT besoin de vous pour défendre ce blog !


http://​www​.les​-crises​.fr/​a​i​d​e​-​j​a​i​-​b​e​s​o​i​n​-​d​e​-​v​o​u​s​-​p​o​u​r​-​d​e​f​e​n​d​r​e​-​c​e​-​b​l​og/


Je pro­fite de l’oc­ca­sion, que me donne cet appel à notre soli­da­ri­té pour défendre le bien com­mun, pour rap­pe­ler que Sté­pha­nie Gibaud, cou­ra­geuse et pré­cieuse lan­ceuse d’a­lerte, a aus­si vrai­ment besoin d’aide. Voyez ces deux liens :

http://​www​.leet​chi​.com/​c​/​s​o​l​i​d​a​r​i​t​e​-​d​e​-​g​i​b​a​u​d​-​s​t​e​p​h​a​nie

http://​lemur​de​sin​sou​mis​.fr/


Je met­trai ci-des­sous, en com­men­taires, dif­fé­rents liens concer­nant ces bagarres pour le bien com­mun menées par de simples citoyens contre les puis­sants du moment. Vous allez voir comme les calom­nia­teurs sont vrai­ment de fief­fés men­teurs sous fausse ban­nière, et vous ver­rez comme il y a les mêmes outre-Atlan­tique : « anti­fas » « anti­cons­pis » « anti­com­plo­tistes » du monde entier, tous unis pour aider l’Em­pire à impo­ser la guerre par­tout dans ses pro­vinces.

Je compte sur vous pour aider Oli­vier du mieux que vous le pouvez. 

Il fau­dra sans doute qu’on s’aide de plus en plus les uns les autres, au fur et à mesure que les guerres vont s’ap­pro­cher et que seront dénon­cés et mar­ty­ri­sés ceux qui s’op­posent à ces guerres.

Bon cou­rage à tous 🙂

Étienne.

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​4​9​8​5​1​0​2​5​0​2​317

Catégorie(s) de l'article :

16 Commentaires

  1. etienne

    Complotisme et post-vérité, par François-Bernard Huyghe

    Oli­vier Ber­ruyer : « À la dif­fé­rence de la plu­part des clowns auto­pro­cla­més “experts es com­plo­tisme”, Fran­çois-Ber­nard Huy­ghe est un des grands spé­cia­listes fran­çais de la chose, et d’une pro­bi­té morale exem­plaire, comme il l’a mon­tré durant la guerre d’Irak en 2003. »

    ___________

    Fran­çois-Ber­nard Huy­ghe, 25-12-2016 :

    « Qui ne dénonce le com­plo­tisme ? L’auteur de ces lignes lui a consa­cré des articles depuis long­temps, démarche qui ne pré­tend nul­le­ment être ori­gi­nale. Donc le com­plo­tisme, c’est mal, c’est sot, et c’est sur­tout le délire de l’autre (car nous, n’est-ce pas, nous sommes cri­tiques mais pas para­noïaques…). Certes.

    Le pro­blème est que les thèses com­plo­tistes gagnent ce dont témoignent aus­si bien les son­dages offi­ciels que les tests que cha­cun peut faire dans son entou­rage ou sur les réseaux sociaux. Si bien que com­plo­tiste est deve­nu une caté­go­rie com­mode qui sert à dis­qua­li­fier le dis­cours pré­su­mé popu­liste, dji­ha­diste, pou­ti­nien, anti-sys­tème, etc. Ou un moyen de clore le bec à un oppo­sant dans un débat télévisé.

    Que peut-on réel­le­ment repro­cher au théo­ries du com­plot ? Ils nous semble qu’elles pèchent par trois aspects (d’ailleurs inhé­rent à leur carac­tère globalisant) :

    Faute métho­do­lo­gique. Les com­plo­tistes appliquent un double stan­dard. Dans le dis­cours offi­ciel, ou dans l’information des mass médias, ils trouvent tout bizarre : drôles de coïn­ci­dences, choses qui servent trop les inté­rêts de X pour tom­ber par hasard, contra­dic­tions dans les faits ou les pro­ba­bi­li­tés, syl­lo­gismes et impré­ci­sions des experts inter­ro­gés, sources sus­pectes et enga­gées, etc. Sur ce point les com­plo­tistes ont rai­son : il ne faut rien tenir pour assu­ré de ce que l’on vous dit et véri­fier, confron­ter, ana­ly­ser… Les choses se gâtent quand ils n’appliquent plus du tout les mêmes cri­tères à leurs propres théo­ries alter­na­tives : un pho­to floue, une vague décla­ra­tion d’un expert sup­po­sé, et, hop, on conclut que l’autre expli­ca­tion (par le pou­voir des Illu­mi­na­ti, les ordres d’un groupe de finan­cier, ou les manœuvres de la CIA…) est, elle, avérée…

    Faute phi­lo­so­phique pour ne pas dire méta­phy­sique : croire que le réel est si ration­nel que tout est inten­tion­nel. Ima­gi­ner qu’il y a un lieu unique et caché du pou­voir. Attri­buer à une poi­gnée d’hommes la capa­ci­té de trom­per et de manœu­vrer le reste du monde, sans se faire prendre (sauf par quelques esprits lucides qui décryptent) et sur­tout sans se trom­per, se contre­dire ou jamais échouer. Or le pou­voir (et a for­tio­ri une sorte de pou­voir suprême) n’est pas un logi­ciel que l’on fait fonc­tion­ner avec un bou­ton depuis un poste de com­man­de­ment unique. Le pou­voir est la résul­tante de rap­ports mul­tiples et com­plexes entre des centres dis­per­sés (d’autorité, d’influence, de contrainte, etc.). Et la carac­té­ris­tique des plans machia­vé­liens (car il y en a de vrais) est de sou­vent échouer à cause de la fric­tion ou du brouillard du réel, et sur­tout du fait de l’imperfection humaine. Ces serait trop simple. Et peut-être trop beau : il suf­fi­rait de s’emparer de ce centre du pou­voir pour libé­rer les hommes.

    Faute psy­cho­lo­gique. Le com­plo­tisme tend à tout réduire à la lutte de deux repré­sen­ta­tions du réel. La fausse, celle qu’imposeraient les puis­sants avec leurs com­plices, les médias, par exemple, et la vraie à laquelle seuls peuvent atteindre les esprits les plus affu­tés. Ou plu­tôt, l’erreur des com­plo­tistes est de croire a) que presque tout le monde adhère sans hési­ta­tion ni recul au dis­cours idéo­lo­gique et trom­peur et b) qu’il suf­fi­rait de l’exposer en pleine lumière ce qui était dis­si­mu­lé pour convaincre et libé­rer. Affaire de secret à lever, en somme.

    Mais si donc il faut lut­ter contre le com­plo­tisme et les dom­mages qu’il fait sur les esprits de nos contem­po­rains, encore faut-il le faire de façon non com­plo­tiste, et sans repro­duire en miroir ses défauts.

    Confu­sio­nisme : le com­plo­tisme est une théo­rie, donc une grille qui pré­tend don­ner une cohé­rence appa­rente à des des évé­ne­ments pas­sés et sur­tout à venir ; il explique (beau­coup trop d’ailleurs) et cette expli­ca­tion doit être jugé ou vraie ou fausse en fonc­tion des faits. Elle doit sur­tout être éva­luée en fonc­tion des évé­ne­ments qui per­mettent de la réfu­ter. Par exemple la thèse selon laquelle le gou­ver­ne­ment du pays X est infil­tré par les ser­vices du pays Y, est réfu­tée par le fait que gou­ver­ne­ment X prend des mesures défa­vo­rables au pays Y. Mais le com­plo­tisme ne s’appuie pas obli­ga­toi­re­ment sur des faits ima­gi­naires ou sur des men­songes fla­grants. Démon­trer que les par­ti­sans, d’un camp dans une guerre ou une élec­tion par exemple, font de la pro­pa­gande, s’appuient sur des docu­ments tru­qués ou dou­teux, ou sont prêts à croire n’importe quoi sur leurs adver­saires, c’est juste rap­pe­ler que la nature humaine est constante ou que l’idéologie existe.

    Méta-com­plo­tisme ou com­plo­tisme au car­ré. Même en pre­nant “com­plo­tisme” au sens le plus large, c’est-à-dire comme la convic­tion vague que tout est de la faute de… – de la finance, des ser­vices impé­ria­listes, d’une poi­gnée d’hommes se coor­don­nant secrè­te­ment, rayez la men­tion inutile‑, il ne faut pas attri­buer aux dits com­plo­tistes des pou­voirs ima­gi­naires, ce serait repro­duire leurs pires défauts. Ain­si l’idée que les ser­vice russes aient pu tru­quer l’élection amé­ri­caine, en aidant Wiki­leaks à accé­der à des mails pri­vés du camp Clin­ton, est d’une niai­se­rie qui fait presque regret­ter les fines ana­lyses des macar­thystes pen­dant la guerre froide. Pas de cau­sa­li­té dia­bo­lique, svp.

    Auto-légi­ti­ma­tion idéo­lo­gique. Voir des com­plo­tistes, des intoxi­ca­teurs ou des para­noïaques der­rière chaque mou­ve­ment d’opinion anti-sys­tème, réduire la cri­tique à la jobar­dise, et l’opposition des valeurs à l’effet de la dés­in­for­ma­tion, c’est s’accorder à bon compte le mono­pole de la réa­li­té et de la rai­son. Il n’y aurait pas d’alternative aux inter­pré­ta­tions domi­nantes sauf à se faire mani­pu­ler par des déli­rants. Or cette façon de dis­tin­guer un par­ti de la véri­té et un par­ti de l’irrationnel équi­vaut à dire qu’il n’y a qu’une inter­pré­ta­tion – ou des varia­tions ration­nel­le­ment admis­sibles – et que l’adversaire ne peut agir que par sot­tise ou méchan­ce­té. Donc c’est la meilleure manière de ne rien com­prendre au fait pour­tant aveu­glant que, si des mil­lions de gens croient aux expli­ca­tions “alter­na­tives”, c’est que le dis­cours des élites ou des médias que l’on aurait autre­fois dit domi­nants se heurte au scep­ti­cisme de masse crois­sant. S’il y a tant gens qui vivent dans la post-véri­té, comme disent avec mépris les médias anglo-saxons c’est parce que les dis­po­si­tifs d’information qui, par leur omni­pré­sence, leur tech­ni­ci­té et leur ampleur devraient nous garan­tir une vision de la réa­li­té sous tous ses angles, fonc­tionnent de façon post­dé­mo­cra­tique. Si bien que la caco­pho­nie déli­rante des révé­la­teurs de secrets en lignes et inter­prètes des plans secret ne fait sans doute qu’offrir une image inver­sée de l’unanimité de ceux d’en haut. »

    Fran­çois-Ber­nard Huy­ghe, 25-12-2016.

    http://​www​.les​-crises​.fr/​c​o​m​p​l​o​t​i​s​m​e​-​e​t​-​p​o​s​t​-​v​e​r​i​t​e​-​p​a​r​-​f​r​a​n​c​o​i​s​-​b​e​r​n​a​r​d​-​h​u​y​g​he/

    Réponse
  2. etienne

    [C’est pareil outre-atlantique !]
    Le Washington Post coupable de “fausses informations”, par Robert Parry

    http://​www​.les​-crises​.fr/​l​e​-​w​a​s​h​i​n​g​t​o​n​-​p​o​s​t​-​c​o​u​p​a​b​l​e​-​d​e​-​f​a​u​s​s​e​s​-​i​n​f​o​r​m​a​t​i​o​n​s​-​p​a​r​-​r​o​b​e​r​t​-​p​a​r​ry/

    Source : Consor­tium News, le 27/11/2016

    Exclu­sif : Selon Robert Par­ry, le thème des “fausses infor­ma­tions” a tel­le­ment cap­ti­vé le Washing­ton Post et les médias amé­ri­cains qu’ils s’abaissent à des calom­nies mac­car­thistes contre les publi­ca­tions qui ne sont pas en concor­dance avec la ligne de pro­pa­gande du dépar­te­ment d’État.

    Par Robert Par­ry

    L’hystérie des prin­ci­paux médias amé­ri­cains sur les “fausses infor­ma­tions” a atteint son paroxysme logique (ou illo­gique) : une liste noire, à la McCar­thy, de jour­na­listes hon­nêtes qui montrent sim­ple­ment leur scep­ti­cisme pro­fes­sion­nel vis à vis des auto­ri­tés, ce qui inclut les décla­ra­tions des diri­geants amé­ri­cains comme ce qui est écrit dans The Washing­ton Post et le New York Times.

    Appa­rem­ment, se mon­trer scep­tique vous expose main­te­nant à être trai­té de dif­fu­seur de “pro­pa­gande russe”, d’”idiot utile” ou de quelque autre immonde qua­li­fi­ca­tion rap­pe­lant la Guerre froide. Main­te­nant que nous sommes entrés dans une nou­velle Guerre froide, je sup­pose qu’il est logique de s’attendre à un nou­veau maccarthysme.

    L'avocat Roy Cohn (à droite) avec le sénateur Joseph McCarthy.

    L’avocat Roy Cohn (à droite) avec le séna­teur Joseph McCarthy.

    À mon retour d’un voyage de Thanks­gi­ving à Phi­la­del­phie same­di, j’ai appris que Consor​tium​news​.com, site d’investigation qui, au cours de ses 21 ans d’existence, a mis à mal des “groupes de réflexion” indé­li­cats, tant Répu­bli­cains que Démo­crates ou d’autres obé­diences, figu­rait par­mi les quelques 200 sites Inter­net dif­fu­sant ce qu’un cer­tain site web ano­nyme, Pro­pOr­Not, consi­dère être de la « pro­pa­gande russe ».

    J’aurais nor­ma­le­ment igno­ré de telles inep­ties mais elles ont été révé­lées par le Washing­ton Post, qui a consi­dé­ré ces “cher­cheurs indé­pen­dants” non cités comme des experts poin­tus qui ont tra­qué le fonc­tion­ne­ment  de la pro­pa­gande russe et en ont dres­sé la liste noire.

    Et je ne plai­sante pas quand je dis que ces néo-mac­car­thistes ne sont pas nom­més. L’article publié par Craig Tim­berg jeu­di der­nier décrit sim­ple­ment Pro­pOr­Not comme “un groupe non par­ti­san de cher­cheurs ayant des connais­sances en poli­tique étran­gère, et dans les domaines mili­taires et tech­no­lo­giques [qui] pré­voyait de publier ses propres résul­tats ven­dre­di, mon­trant la por­tée sur­pre­nante et l’efficacité des cam­pagnes de pro­pa­gande russes.”

    Le Post a accor­dé au groupe et à ses diri­geants l’anonymat pour dif­fa­mer les jour­na­listes qui ne suivent pas à la lettre les décla­ra­tions offi­cielles du Dépar­te­ment d’État ou quelque autre source irré­pro­chable quant aux véri­tés qui-ne-peuvent-être-remises-en-cause. Le Post a même publié une cita­tion “aveugle” (ou non attri­buée) du diri­geant de ce site téné­breux, que voici :

    “La façon dont cet appa­reil de pro­pa­gande a sou­te­nu [Donald] Trump équi­va­lait à l’achat d’une quan­ti­té énorme de publi­ci­té,” a décla­ré le direc­teur exé­cu­tif de Pro­pOr­Not, qui a par­lé sous condi­tion d’anonymat pour évi­ter d’être ciblé par les légions de hackers russes.”

    Le Mes­quin Washing­ton Post

    En tant que jour­na­liste pro­fes­sion­nel depuis plus de quatre décen­nies, il est dif­fi­cile pour moi de com­prendre com­ment un jour­nal soi-disant répu­té comme The Washing­ton Post aurait per­mis à un per­son­nage ano­nyme d’attaquer le patrio­tisme des jour­na­listes amé­ri­cains tout en cachant le nom de la per­sonne der­rière l’excuse ridi­cule qu’il ou elle pour­rait être ciblé(e) par des pirates.

    Les bureaux du Washington Post (Crédit photo: Daniel X. O'Neil)

    Les bureaux du Washing­ton Post (Cré­dit pho­to : Daniel X. O’Neil)

    En 1985, alors que j’étais jour­na­liste d’investigation pour The Asso­cia­ted Press et que j’étais le pre­mier à expo­ser la fonc­tion secrète d’Oliver North à la Mai­son-Blanche pour sou­te­nir des rebelles Contra au Nica­ra­gua, j’ai reçu quelques cri­tiques pour avoir uti­li­sé le nom de North parce qu’il pré­ten­dait qu’il aurait pu être ciblé par des assas­sins – bien qu’il ne fut pas offi­ciel­le­ment un agent secret (son nom et son titre figu­raient dans l’annuaire de la Mai­son-Blanche, par exemple).

    Donc, aus­si stu­pides et infon­dées que puissent être les inquié­tudes de North – et The Washing­ton Post m’a ensuite sui­vi en publiant le nom de North – ses inquié­tudes, au moins, por­taient sur sa sécu­ri­té per­son­nelle. Mais main­te­nant, nous avons The Post qui traite d’une pré­ten­due étude de soi-disant “cher­cheurs indé­pen­dants” comme ayant besoin de la pro­tec­tion de l’anonymat pour per­mettre au Direc­teur exé­cu­tif du site web d’exposer les calom­nies de ce groupe sans don­ner son nom.

    Dans ce cas, com­ment le public est-il sup­po­sé juger les dif­fa­ma­tions ? Et déter­mi­ner si ces cher­cheurs sont effec­ti­ve­ment « indé­pen­dants » ou sont finan­cés par un vrai réseau de pro­pa­gande, comme ceux finan­cés par le Natio­nal Endow­ment for Demo­cra­cy ou USAID ou par le spé­cu­la­teur finan­cier George Soros, voire par le groupe de réflexion d’un com­plexe militaro-industriel ?

    En effet, ce site web pro­mu par le Post n’utilise-t-il pas l’essence même des “fausses infor­ma­tions” à la McCar­thy : faire de vagues accu­sa­tions et impo­ser la culpa­bi­li­té par asso­cia­tion, sug­gé­rant que tous les sites web sur sa liste sont soit des traitres ou des idiots utiles [pro­pa­gan­distes sans le savoir, NdT] ?

    Alors que le Post ne semble pas se sou­cier de l’équité concer­nant les quelques 200 sites web sou­mis à ce mac­car­thysme, l’opération de dif­fa­ma­tion ne pré­sente même pas la preuve que quelqu’un fasse par­tie de cette grande conspi­ra­tion de pro­pa­gande russe. Le site Pro­pOr­Not admet que les cri­tères de son « ana­lyse » sont « com­por­te­men­taux » et non probants.

    En d’autres termes, l’évaluation repose sur la ques­tion de savoir si ce groupe ano­nyme n’aime pas qu’un jour­na­liste remette en ques­tion la ligne de pro­pa­gande du Dépar­te­ment d’État ou four­nisse des infor­ma­tions qui ne conviennent pas au récit de l’OTAN sur un sujet qui implique éga­le­ment la Rus­sie, l’Ukraine, la Syrie ou tout autre point chaud international.

    Pour­tant, vous et d’autres jour­na­listes sont dépeints comme des offi­ciers de ren­sei­gne­ment russes actifs ou alors “ils agissent, au mieux, comme de bons « idiots utiles » des ser­vices de ren­sei­gne­ment russes et sont dignes d’un exa­men plus appro­fon­di, » selon PropOrNot.

    Une calom­nie issue de la Guerre froide

    Comme l’a recon­nu le Post dans son article, l’expression « idiot utile » ou « imbé­cile utile » vient de l’ancienne Guerre froide – quand les jour­na­listes et les citoyens qui ne sui­vaient pas la pro­pa­gande de Washing­ton étaient tel­le­ment stig­ma­ti­sés. Qu’une locu­tion aus­si gro­tesque et péjo­ra­tive ait été uti­li­sée dans cette étude soi-disant “indé­pen­dante” aurait dû être un aver­tis­se­ment à tout jour­nal pro­fes­sion­nel pour jeter le rap­port à la pou­belle. Au lieu de cela, le Washing­ton Post l’a accep­té comme parole d’évangile.

    Sergey V. Lavrov, Ministre russe des Affaires étrangères, s'adresse à l'Assemblée Générale des Nations Unies le 23 septembre 2016 (Photo ONU)

    Ser­gey V. Lavrov, Ministre russe des Affaires étran­gères, s’adresse à l’Assemblée Géné­rale des Nations Unies le 23 sep­tembre 2016 (Pho­to ONU)

    Ce qui est encore plus remar­quable dans cette “étude” bizarre, c’est qu’elle regroupe une grande varié­té de groupes poli­tiques, idéo­lo­giques et jour­na­lis­tiques divers, y com­pris cer­tains des meilleurs sites de jour­na­lisme indé­pen­dant sur Inter­net, tels que Coun­ter­punch, Tru­th­dig, Naked Capi­ta­lism, Zero Hedge, Truth-out, Wiki­Leaks et – je le sug­gère hum­ble­ment – Consortiumnews.

    De plus, ni la véri­té ni le jour­na­lisme fac­tuel ne semblent être impli­qués dans cette “ana­lyse”. Per­sonne de ce site web ou du Washing­ton Post ne m’a contac­té au sujet de pré­ten­dues inexac­ti­tudes ou « pro­pa­gande » dans les his­toires de Consortiumnews.

    De toute évi­dence, il y a eu des moments où nous avons contes­té les “faits” tels que reven­di­qués par le gou­ver­ne­ment des États-Unis et le Post, y com­pris leurs affir­ma­tions de 2002-03 sur la fic­tion des armes de des­truc­tion mas­sive en Irak. (À l’époque, nous étions dénon­cés par les fans de George W. Bush comme des « apo­lo­gistes de Saddam ».)

    Nous avons éga­le­ment cité des cas de désac­cord à l’intérieur de la com­mu­nau­té des ser­vices de ren­sei­gne­ment des États-Unis au sujet d’autres “groupes de réflexion” qui étaient pres­sés d’agir par le Dépar­te­ment d’État et les prin­ci­paux médias d’information des États-Unis, comme par exemple les doutes internes de la CIA au sujet de qui était res­pon­sable de l’attaque au gaz sarin du 21 août 2013 à l’extérieur de Damas, en Syrie.

    Consor­tium­news a éga­le­ment cité des révé­la­tions enfouies pro­fon­dé­ment dans les articles du Post et du New York Times sur le rôle impor­tant des néo­na­zis et d’autres milices ultra-natio­na­listes dans le putsch qui a ren­ver­sé le Pré­sident élu de l’Ukraine Vik­tor Ianou­ko­vitch le 22 février 2014 et dans la guerre civile qui en a résulté.

    Je sup­pose que les lec­teurs sont cen­sés igno­rer ces rafales occa­sion­nelles d’honnêteté d’un jour­na­liste de ter­rain qui se sent obli­gé de men­tion­ner les swas­ti­kas et autres sym­boles nazis déco­rant les chambres et les uni­formes de ces « com­bat­tants de la liber­té » sou­te­nus par les États-Unis – bien que le jour­na­liste et les rédac­teurs en chef sachent assez bien col­ler ces réfé­rences vers la fin des récits que peu de gens sont sus­cep­tibles de lire. Notre “culpa­bi­li­té de pro­pa­gande” est que nous lisons la fin de ces articles et met­tons en évi­dence ces déve­lop­pe­ments intéressants.

    Symboles nazis sur les casques portés par les membres du bataillon Azov d'Ukraine, (tels qu'ils ont été filmés par une équipe de cinéma norvégienne et montrés à la télévision allemande)

    Sym­boles nazis sur les casques por­tés par les membres du bataillon Azov d’Ukraine, (tels qu’ils ont été fil­més par une équipe de ciné­ma nor­vé­gienne et mon­trés à la télé­vi­sion allemande)

    Puis, il y a des moments où Consor­tium­news a par­lé de ces aveux occa­sion­nels à pro­pos des néo­na­zis et les a com­pa­rés aux réfé­rences cou­rantes posi­tives concer­nant ces mêmes néo­na­zis. Par exemple, le Times lui-même com­por­tait au moins une brève réfé­rence à cette réa­li­té néo-nazie, bien qu’il l’ait enfouie au fond d’un article (le 10 août 2014, un article du Times men­tion­nait le bataillon néo-nazi Azov dans les trois der­niers para­graphes d’un long article sur un autre sujet).

    “Les com­bats pour Donetsk ont pris un carac­tère mor­tel : l’armée régu­lière bom­barde les posi­tions sépa­ra­tistes de loin, s’ensuivent alors des assauts chao­tiques et vio­lents de la part d’une demi-dou­zaine de groupes para­mi­li­taires qui entourent Donetsk et veulent plon­ger dans le com­bat urbain,” rap­porte le Times.

    “Les res­pon­sables de Kiev disent que les milices et l’armée coor­donnent leurs actions, mais les milices, qui comptent envi­ron 7000 com­bat­tants, sont en colère et, par­fois, incon­trô­lables. L’une d’entre elles, connue comme fai­sant par­tie d’Azov, a par­ti­ci­pé à la prise du vil­lage de Marin­ka et agite un dra­peau por­tant un sym­bole néo­na­zi res­sem­blant à une Swas­ti­ka. “[Voir Consor​tium​news​.com “NYT Dis­co­vers Ukraine’s Neo-Nazis at War.”]

    Plus tard, cepen­dant, le Times a publié un article sur la défense par le gou­ver­ne­ment ukrai­nien du port de Mariou­pol contre les rebelles eth­niques russes, et le bataillon Azov a été consi­dé­ré comme le der­nier bas­tion de la civi­li­sa­tion lut­tant contre les bar­bares à leur porte. De façon remar­quable, l’article a lais­sé de côté toutes les réfé­rences aux Swas­ti­kas nazis du bataillon Azov. [Voir Consor​tium​news​.com “NYT Whites Out Ukraine’s Brown Shirts.”]

    C’est cette expo­si­tion des dis­tor­sions de la réa­li­té ukrai­nienne par les médias amé­ri­cains qui a per­mis à Consor­tium­news de gagner sa place dans cette liste étrange de pro­pa­ga­teurs volon­taires de « pro­pa­gande russe » et d’« idiots utiles ».

    Les “fausses infor­ma­tions” du Washing­ton Post

    On peut éga­le­ment noter que Consor­tium­news a, à plu­sieurs reprises, fait remar­quer que le Washing­ton Post a faus­se­ment décla­ré comme état de fait que l’Irak cachait des armes de des­truc­tion mas­sive ; mais les rédac­teurs ayant approu­vé la pro­pa­gande du Dépar­te­ment d’État, qui mena 4500 sol­dats amé­ri­cains et des cen­taines de mil­liers d’Irakiens à la mort, n’ont jamais fait face à leurs res­pon­sa­bi­li­tés. [Voir Consor​tium​news​.com “A Media Unmoo­red from Facts.”]

    Fred Hiatt, rédacteur de la page éditoriale du Washington Post, qui a publié comme un fait avéré que l'Irak cachait des stocks d'ADM.

    Fred Hiatt, rédac­teur de la page édi­to­riale du Washing­ton Post, qui a publié comme un fait avé­ré que l’Irak cachait des stocks d’ADM.

    Iro­ni­que­ment, il faut aus­si noter que, same­di, le New York Times, qui a éga­le­ment fus­ti­gé le thème des “fausses infor­ma­tions”, a publié un article rela­ti­ve­ment res­pon­sable révé­lant com­ment un impor­tant site web de “fausses infor­ma­tions” n’était pas du tout lié à la Rus­sie mais bien à l’effort entre­pre­neu­rial d’un étu­diant géor­gien sans emploi qui uti­li­sait un site web à Tbi­lis­si pour gagner de l’argent en fai­sant la pro­mo­tion d’histoires pro-Trump, vraies ou fausses d’ailleurs.

    Le pro­prié­taire du site web, Beqa Lat­sa­bidse, âgé de 22 ans, a décla­ré qu’il avait d’abord essayé de pro­mou­voir des his­toires favo­rables à Hil­la­ry Clin­ton, mais que cela s’était révé­lé non ren­table, donc il avait retour­né sa veste en publiant des articles anti-Clin­ton et pro-Trump, vrais ou non.

    L’article de pre­mière page du Times a révé­lé ce qui se passe – les entre­pre­neurs qui veulent gagner de l’argent ont col­por­té des “infor­ma­tions” pro-Trump parce que ce sont elles qui obtiennent des clics et donc les dol­lars publi­ci­taires. Ce com­por­te­ment n’incrimine pas Consor­tium­news ou tout autre site web indé­pen­dant qui défie la pro­pa­gande du Dépar­te­ment d’État. (Consor­tium­news s’appuie sur les dons des lec­teurs et de cer­taines ventes de livres pour faire face à son modeste bud­get de 200 000 $ par an.)

    Fusion­ner ces deux groupes – sites à but lucra­tif ne se sou­ciant pas de la véri­té et sites de jour­na­lisme hon­nête mon­trant le scep­ti­cisme pro­fes­sion­nel envers la pro­pa­gande du gou­ver­ne­ment, quelle que soit sa source – est une sorte d’exemple clas­sique de « fausses infor­ma­tions » encore que dans ce cas le mys­té­rieux site web Pro­pOr­Not et The Washing­ton Post vendent de la désinformation.

    Le jour­na­liste d’investigation Robert Par­ry a publié bon nombre d’articles pour The Asso­cia­ted Press et News­week dans les années 1980 à l’époque de l’Irangate [appe­lé aus­si Iran-Contra, NdT].

    Source : Consor­tium News, le 27/11/2016

    Tra­duit par les lec­teurs du site http://​www​.les​-crises​.fr. Tra­duc­tion libre­ment repro­duc­tible en inté­gra­li­té, en citant la source.

    http://​www​.les​-crises​.fr/​l​e​-​w​a​s​h​i​n​g​t​o​n​-​p​o​s​t​-​c​o​u​p​a​b​l​e​-​d​e​-​f​a​u​s​s​e​s​-​i​n​f​o​r​m​a​t​i​o​n​s​-​p​a​r​-​r​o​b​e​r​t​-​p​a​r​ry/

    Réponse
  3. etienne
  4. etienne

    [Vidéo importante] Gabriel Galice : “Les Américains ont un plan qui est de remodeler le Moyen-Orient”

    http://​www​.les​-crises​.fr/​v​i​d​e​o​-​g​a​b​r​i​e​l​-​g​a​l​i​c​e​-​l​e​s​-​a​m​e​r​i​c​a​i​n​s​-​o​n​t​-​u​n​-​p​l​a​n​-​q​u​i​-​e​s​t​-​d​e​-​r​e​m​o​d​e​l​e​r​-​l​e​-​m​o​y​e​n​-​o​r​i​e​nt/

    Notez bien ces trois dates : 2003 ! 2006 ! 2011 !


    Gabriel Galice : « Les Amé­ri­cains ont un plan… par les-crises

    Je pose cette ques­tion : qui, dans les médias fran­çais, à part Oli­vier Ber­ruyer, donne la parole à ce Gabriel Galice (que je découvre là), qui ? Oli­vier est un ser­vice public à lui tout seul.

    Réponse
  5. etienne

    Amnesty international attise la guerre en Syrie

    http://​lesa​ker​fran​co​phone​.fr/​a​m​n​e​s​t​y​-​i​n​t​e​r​n​a​t​i​o​n​a​l​-​a​t​t​i​s​e​-​l​a​-​g​u​e​r​r​e​-​e​n​-​s​y​rie

    Par Rick Ster­ling – Le 11 février 2017 – Source Consor­tium News

    La vaste machine de pro­pa­gande occi­den­tale a atti­ré plu­sieurs groupes aupa­ra­vant res­pec­tables tels Amnes­ty inter­na­tio­nal qui vient de publier un dou­teux rap­port sur les « droits de l’homme » des­ti­né à atti­ser la guerre en Syrie.

    Amnes­ty inter­na­tio­nal (AI) a fait de bonnes inves­ti­ga­tions et de bons rap­ports au fil des ans, qui ont méri­té au groupe un large sou­tien. Cepen­dant, ce qui est moins connu est qu’Amnesty inter­na­tio­nal a aus­si mené des enquêtes fau­tives aux consé­quences san­glantes et désastreuses.

    Des « rebelles modé­rés” syriens appuyés par les États-Unis sou­rient tan­dis qu’ils se pré­parent à déca­pi­ter un gar­çon de 12 ans (à gauche), dont la tête sec­tion­née est main­te­nue en l’air triom­pha­le­ment dans une par­tie ulté­rieure de la vidéo. (Cap­ture d’écran de la vidéo YouTube)

    Un exemple mar­quant est celui de l’Irak où AI a cor­ro­bo­ré l’histoire fausse que des sol­dats ira­kiens volaient des incu­ba­teurs du Koweit, lais­sant les bébés mou­rir sur le sol gelé. La trom­pe­rie a été pla­ni­fiée et effec­tuée à Washing­ton afin d’influencer le public et le Congrès des États-Unis.

    Un exemple plus récent est celui de 2011 où de fausses accu­sa­tions ont été por­tées concer­nant la Libye et Mouam­mar Kadha­fi alors que les puis­sances occi­den­tales et du Golfe ten­taient de ren­ver­ser son gou­ver­ne­ment. Les diri­geants d’AI se sont joints à la cam­pagne en décla­rant que Kadha­fi employait des « mer­ce­naires » pour mena­cer et tuer des civils qui pro­tes­taient paci­fi­que­ment. La pro­pa­gande a réus­si à faire taire la cri­tique envers ce qui est deve­nu une inva­sion et un « chan­ge­ment de régime ».

    Au-delà d’une réso­lu­tion du Conseil de sécu­ri­té de l’ONU afin de « pro­té­ger des civils », l’OTAN a lan­cé des attaques aériennes sou­te­nues et ren­ver­sé le gou­ver­ne­ment libyen en condui­sant au chaos, à la vio­lence et à un flot de réfu­giés. AI a plus tard réfu­té ses accu­sa­tions de « mer­ce­naires », mais le dom­mage avait été fait.

    Puis, le 7 février, Amnes­ty inter­na­tio­nal a publié un nou­veau rap­port inti­tu­lé« Abat­toir humain : pen­dai­sons et exter­mi­na­tions de masse à la pri­son de Say­da­na », qui accuse le gou­ver­ne­ment syrien d’exécuter des mil­liers de pri­son­niers poli­tiques, un ensemble d’accusations qui ont reçu un trai­te­ment sans dis­cer­ne­ment dans les nou­velles des prin­ci­paux médias.

    À l’instar des his­toires des incu­ba­teurs irakiens/koweïtiens et des « mer­ce­naires« libyens, le rap­port sur l’« abat­toir humain » arrive à un moment cri­tique. Il accuse et condamne le gou­ver­ne­ment syrien au sujet d’atrocités hor­ribles envers des civils – et AI en appelle expli­ci­te­ment à la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale pour prendre « des mesures ». Mais le rap­port d’AI est pro­fon­dé­ment biai­sé et se résume à une condam­na­tion du gou­ver­ne­ment syrien par un tribunal-bidon.

    Les normes d’AI ignorées

    Le rap­port d’Amnesty inter­na­tio­nal viole les propres normes de recherche de l’organisation. Comme en fait état le pro­fes­seur Tim Hay­ward ici, le Secré­taire géné­ral d’Amnesty inter­na­tio­nal, Salil Shet­ty, pro­clame qu’Amnesty fait sa recherche « de façon très sys­té­ma­tique et pri­maire, en ce que nous recueillons des preuves avec notre propre per­son­nel sur le ter­rain. Et chaque aspect de notre col­lecte de don­nées est basé sur la cor­ro­bo­ra­tion et le recou­pe­ment de la part de toutes les par­ties, même s’il y a, vous savez, plu­sieurs par­ties dans toute situa­tion parce que toutes les ques­tions dont nous trai­tons sont pas­sa­ble­ment contes­tées. Alors il est très impor­tant d’obtenir dif­fé­rents points de vue et de véri­fier les faits de façon transversale. »

    Une image de pro­pa­gande déchi­rante conçue pour jus­ti­fier une impor­tante opé­ra­tion mili­taire amé­ri­caine en Syrie contre l’armée syrienne.

    Mais le rap­port d’Amnesty fait défaut à tous égards : il s’appuie sur des tiers, il n’a pas ras­sem­blé son infor­ma­tion à par­tir de dif­fé­rents points de vue et il n’a pas été contre­vé­ri­fié par toutes les par­ties. Les conclu­sions du rap­port ne sont pas basées sur des sources pri­maires, des preuves maté­rielles ou le propre per­son­nel d’AI ; les résul­tats sont uni­que­ment basés sur les reven­di­ca­tions d’individus ano­nymes, prin­ci­pa­le­ment dans le sud de la Tur­quie d’où la guerre en Syrie est coordonnée.

    Amnes­ty a ras­sem­blé des témoins et des dépo­si­tions d’un seul côté du conflit : l’opposition sou­te­nue par l’Occident et le Golfe. Par exemple, AI a consul­té le Réseau syrien pour les droits de l’homme qui est connu pour recher­cher l’intervention de l’OTAN en Syrie. AI a éta­bli une liai­son avec la Com­mis­sion pour la jus­tice inter­na­tio­nale et la res­pon­sa­bi­li­té, une orga­ni­sa­tion finan­cée par l’Ouest pour pous­ser des chefs d’accusation cri­mi­nels contre le lea­der­ship syrien. Celle-ci n’est évi­dem­ment pas une orga­ni­sa­tion neutre, indé­pen­dante ou non partisane.

    Si AI fai­sait ce que son secré­taire géné­ral pré­tend que l’organisation fait tou­jours, elle aurait consul­té des orga­ni­sa­tions à l’intérieur ou à l’extérieur de la Syrie pour entendre diverses ver­sions de la vie à la pri­son de Sayd­naya. Depuis la sor­tie du rap­port d’AI, AngryA­rab a publié le récit d’un dis­si­dent syrien, Nizar Nayyouf, qui a été empri­son­né à Sayd­naya. Il contre­dit plu­sieurs affir­ma­tions dans le rap­port d’Amnesty inter­na­tio­nal, le type de contre-véri­fi­ca­tion qu’AI a négli­gé de faire dans le cadre de cette impor­tante étude.

    L’accusation d’Amnesty selon laquelle les exé­cu­tions étaient « extra­ju­di­ciaires » est exa­gé­rée ou fausse. D’après la propre des­crip­tion d’Amnesty, chaque pri­son­nier com­pa­rais­sait briè­ve­ment devant un juge et chaque exé­cu­tion était auto­ri­sée par un haut diri­geant du gou­ver­ne­ment. Nous ne savons pas si le juge consul­tait de la docu­men­ta­tion ou d’autre infor­ma­tion concer­nant chaque pri­son­nier. On pour­rait faire valoir que le pro­ces­sus tel que décrit était super­fi­ciel, mais il est clair que même si les allé­ga­tions d’AI sont vraies, il y avait là une forme de pro­ces­sus judiciaire.

    La sug­ges­tion d’Amnesty selon laquelle tous les pri­son­niers de Sayd­naya sont condam­nés est fausse. Amnes­ty cite un témoin qui explique à pro­pos de la cour :« Le juge demande le nom du déte­nu et s’il a com­mis le crime. Selon que la réponse est oui ou non, il sera condam­né. » Mais cette affir­ma­tion est contre­dite par un ancien pri­son­nier de Sayd­naya qui est main­te­nant un réfu­gié en Suède. Dans ce repor­tage, l’ancien pri­son­nier dit que le juge « lui a deman­dé com­bien de sol­dats il avait tué. Quand il a répon­du ‘aucun’, le juge l’a épar­gné. » Ceci est l’évidence qu’il y a un pro­ces­sus judi­ciaire de quelque sorte et qu’il y a des acquittements.

    Le rap­port d’Amnesty inclut des pho­to­gra­phies satel­lites avec des légendes qui sont dénuées de sens ou erro­nées. Par exemple, comme le sou­ligne le dis­si­dent syrien Nizar Nayyouf, la pho­to à la page 30 expo­sant un cime­tière de mar­tyrs est « stu­pide au-delà de toute expres­sion ». La pho­to et la légende montrent que ce cime­tière a dou­blé en taille. Cepen­dant, cela ne prouve pas les pen­dai­sons de pri­son­niers qui n’auraient jamais été enter­rés dans un « cime­tière de mar­tyrs » réser­vé aux sol­dats de l’armée syrienne. Au contraire, cela confirme le fait qu’Amnesty inter­na­tio­nal ignore par ailleurs : des sol­dats syriens sont morts en grand nombre.

    Le rap­port d’Amnesty reven­dique à tort – basé sur des don­nées four­nies par l’un des groupes recher­chant l’intervention de l’OTAN – que « les vic­times sont mas­si­ve­ment des civils ordi­naires qui sont cen­sés s’opposer au gou­ver­ne­ment ». Bien qu’il soit cer­tai­ne­ment vrai que des civils inno­cents sont par­fois injus­te­ment arrê­tés, comme cela se pro­duit dans tous les pays, la sug­ges­tion que la pri­son de Sayd­naya est rem­plie avec 95% de « civils ordi­naires » est absurde. Amnes­ty inter­na­tio­nal peut seule­ment faire cette affir­ma­tion sans affron­ter le ridi­cule parce qu’AI et d’autres orga­ni­sa­tions occi­den­tales ont effec­ti­ve­ment « dis­pa­ru » de la réa­li­té de la Syrie.

    Des faits manquants

    D’autres faits essen­tiels, com­plè­te­ment absents du rap­port d’Amnesty, sont les suivants :

    Le roi Sal­man d’Arabie saou­dite et son entou­rage arrivent pour accueillir le pré­sident Barack Oba­ma et la pre­mière dame Michelle Oba­ma à l’aéroport inter­na­tio­nal de King Kha­lid à Riyadh, en Ara­bie saou­dite, le 27 jan­vier 2015. (Pho­to offi­cielle de la Mai­son-Blanche par Pete Sousa)
    • Les puis­sances occi­den­tales et les monar­chies du Golfe ont dépen­sé des mil­liards de dol­lars annuel­le­ment depuis 2011 pour recru­ter, finan­cer, entraî­ner, armer et sou­te­nir au moyen d’une pro­pa­gande sophis­ti­quée une vio­lente cam­pagne pour ren­ver­ser le gou­ver­ne­ment syrien.
    • Dans le cadre de cette opé­ra­tion, des dizaines de mil­liers de fana­tiques étran­gers ont enva­hi la Syrie et des dizaines de mil­liers de Syriens ont été radi­ca­li­sés et payés par les monar­chies wah­ha­bites dans le Golfe pour ren­ver­ser le gouvernement.
    • Plus de 100 000 sol­dats de l’Armée syrienne et de la Défense natio­nale ont été tués en défen­dant leur pays. La plu­part de cette infor­ma­tion publique est tou­jours igno­rée par Amnes­ty inter­na­tio­nal et les autres médias prin­ci­paux dans l’Occident. Cette opé­ra­tion de « chan­ge­ment de régime » s’est accom­pa­gnée d’une dis­tor­sion mas­sive et d’un camou­flage de la réalité.
    • Sans four­nir de preuve, Amnes­ty inter­na­tio­nal accuse le plus haut diri­geant reli­gieux sun­nite en Syrie, le grand muf­ti Ahmad Badred­din Has­soun, d’autoriser l’exécution de « civils ordi­naires ». Alors que le grand muf­ti est une vic­time per­son­nelle de la vio­lence de la guerre – son fils a été assas­si­né par des ter­ro­ristes près d’Alep –, il a constam­ment appe­lé à la récon­ci­lia­tion. Après le meurtre de son fils, le grand muf­ti Has­soun a pro­non­cé un dis­cours élo­quent expri­mant le par­don pour les meur­triers et deman­dant la fin de la violence.

     
    Qu’est-ce que cela dit, à pro­pos d’Amnesty inter­na­tio­nal, en ce qu’elle porte des accu­sa­tions per­son­nelles spé­ci­fiques contre des per­sonnes qui ont per­son­nel­le­ment souf­fert, ne four­nis­sant aucune preuve de culpabilité ?

    Dans le rap­port, Amnes­ty uti­lise des accu­sa­tions sen­sa­tion­nelles et émo­tion­nelles à la place de preuves fac­tuelles. Le titre du rap­port est : « Abat­toir humain ». Et qu’est-ce qui accom­pagne un « abat­toir » ? Un fri­go à viande. Ain­si, le rap­port uti­lise l’expression « fri­go à viande » en sept ins­tances sépa­rées, vrai­sem­bla­ble­ment pour faire en sorte de ren­for­cer la méta­phore cen­trale d’un abattoir.

    Même la cita­tion d’ouverture du rap­port est hyper­bo­lique : Sayd­naya est la fin de la vie – la fin de l’humanité. Le rap­port offre un contraste mar­qué avec la recherche objec­tive fon­dée sur des faits et l’investigation ; il semble conçu pour mani­pu­ler les émo­tions et, ain­si, créer un nou­veau sou­tien public en Occi­dent pour une nou­velle esca­lade de la guerre.

    Pour­tant, les accu­sa­tions d’Amnesty inter­na­tio­nal selon les­quelles le gou­ver­ne­ment syrien applique une poli­tique d’ « exter­mi­na­tion » sont contre­dites par le fait que la vaste majo­ri­té de Syriens pré­fère vivre dans des zones contrô­lées par le gou­ver­ne­ment. Quand les « rebelles » ont fina­le­ment été écon­duits d’Alep-Est en décembre 2016, 90% des civils se sont pré­ci­pi­tés dans des zones sous contrôle gou­ver­ne­men­tal.

    Ces der­niers jours, des civils de la pro­vince de Lat­ta­quié qui avaient été empri­son­nés par des ter­ro­ristes au cours des trois der­nières années ont été libé­rés dans le cadre d’un échange de pri­son­niers. [Cette https://​you​tu​.be/​s​v​f​x​U​r​g​M​YRw montre le pré­sident syrien Bachar Al-Assad et sa femme ren­con­trant cer­tains civils.]

    Une vidéo

    Le rap­port d’Amnesty est accom­pa­gné d’un https://​you​tu​.be/​8​r​c​L​J​z​5​q​njY de pro­pa­gande de trois minutes qui ren­force le récit selon lequel des civils syriens qui pro­testent paci­fi­que­ment sont empri­son­nés et exé­cu­tés. En écho avec le thème du rap­port, l’animation s’intitule : « Pri­son de Sayd­naya : abat­toir humain ». Amnes­ty inter­na­tio­nal semble nier qu’il y a des dizaines de mil­liers d’extrémistes vio­lents en Syrie, déclen­chant des voi­tures pié­gées, lan­çant des mor­tiers et atta­quant par ailleurs des zones civiles chaque jour.

    Le jour­na­liste James Foley peu de temps avant qu’il ne soit exé­cu­té par un agent de l’État isla­mique en août 2014 quelque part en Syrie.

    Compte tenu de la crise natio­nale – avec autant de dji­ha­distes vio­lents à confron­ter – il est impro­bable que la sécu­ri­té syrienne ou des auto­ri­tés de la pri­son gas­pillent des res­sources sur des civils non vio­lents, même si cela ne garan­tit pas que le gou­ver­ne­ment syrien a les mains propres non plus. Des erreurs et abus doivent se pro­duire dans cette guerre comme dans toutes les autres.

    Mais le rap­port d’AI res­semble davan­tage à la pro­pa­gande qui a entou­ré le conflit syrien depuis le début, étant pau­vre­ment équi­li­bré et rap­pe­lant la « ges­tion de la per­cep­tion » uti­li­sée pour jus­ti­fier l’invasion éta­su­nienne de l’Irak en 2003 et l’assaut de l’Occident en Libye en 2011. L’hyperbole d’AI est aus­si contre­dite par le fait que la Syrie a plu­sieurs par­tis d’opposition qui se dis­putent des sièges à l’Assemblée natio­nale et qui font ouver­te­ment cam­pagne pour le sou­tien public tant à la droite qu’à la gauche du par­ti Baas.

    L’affirmation d’Amnesty selon laquelle les auto­ri­tés syriennes répriment bru­ta­le­ment les pro­tes­ta­tions paci­fiques ignore davan­tage le pro­ces­sus de récon­ci­lia­tion syrienne. Au cours des der­nières années, des mili­tants armés de l’opposition ont été encou­ra­gés à dépo­ser leurs armes et à rejoindre paci­fi­que­ment la socié­té, un pro­gramme lar­ge­ment non signa­lé dans les médias occi­den­taux parce qu’il contre­dit le récit du « cha­peau noir » du gou­ver­ne­ment syrien. [Un exemple récent est rap­por­té ici.]

    Le rap­port d’Amnesty cite les pho­to­gra­phies « César » comme des preuves à l’appui de ses accu­sa­tions d’« abat­toir », mais ignore le fait que presque la moi­tié de ces pho­to­gra­phies démontre le contraire de ce qui est reven­di­qué. Les « pho­to­gra­phies César » lar­ge­ment publi­ci­sées étaient un canu­lar finan­cé par le Qatar pour sabo­ter les négo­cia­tions de Genève de 2014 comme docu­men­té ici.

    Alors que le rap­port d’Amnesty porte plu­sieurs accu­sa­tions contre le gou­ver­ne­ment syrien, AI ignore la vio­la­tion de la sou­ve­rai­ne­té syrienne effec­tuée par les pays occi­den­taux et du Golfe. Il est curieux que de grosses ONG comme Amnes­ty inter­na­tio­nal foca­lisent sur des vio­la­tions des « droits humains » et de« droit huma­ni­taire », mais qu’elles ignorent le crime d’agression, aus­si appe­lé guerre contre la paix.

    Selon le tri­bu­nal de Nurem­berg, l’agression est « le crime inter­na­tio­nal suprême, dif­fé­rant seule­ment des autres crimes de guerre en ce qu’il contient en lui-même le mal cumu­lé de l’ensemble ». L’ex-ministre nica­ra­guayen et ancien pré­sident de l’assemblée géné­rale des Nations Unies, le père Miguel D’Escoto, est quelqu’un qui devrait savoir. Il dit : « Ce que le gou­ver­ne­ment des États-Unis fait en Syrie équi­vaut à une guerre d’agression, laquelle, selon le tri­bu­nal de Nurem­berg, est le pire crime qu’un État puisse com­mettre contre un autre État. » Amnes­ty inter­na­tio­nal ignore cette réalité.

    For­ma­tion et contexte

    Nico­lette Wald­man (Boeh­land) est la co-auteure de ce rap­port d’Amnesty inter­na­tio­nal, et elle a été inter­viewée sans cri­tique dans Demo­cra­cy­Now, le 9 février. La for­ma­tion et les œuvres anté­rieures de Wald­man révèlent les inter­con­nexions entre les « think tanks » influents de Washing­ton et les fon­da­tions de mil­liar­daires qui financent des « orga­ni­sa­tions non gou­ver­ne­men­tales » – ONG – décla­rant être indé­pen­dantes, mais qui ne le sont pas dans les faits.

    Wald­man a pré­cé­dem­ment tra­vaillé pour le « Centre pour les civils en conflit » diri­gé par des res­pon­sables comme l’Open Socie­ty de Georges Soros, le Human Rights Watch finan­cé par Soros, Bla­ckrock Solu­tions et le Centre pour une nou­velle sécu­ri­té amé­ri­caine (CNAS).

    Le mil­liar­daire spé­cu­la­teur de devises George Soros. (Cré­dit pho­to­gra­phique : geor​ge​so​ros​.com)

    Le CNAS peut être l’indication la plus signi­fi­ca­tive d’une orien­ta­tion poli­tique depuis qu’il est diri­gé par Michele Flour­noy qui était pres­sen­tie pour deve­nir secré­taire à la Défense si Hil­la­ry Clin­ton avait gagné l’élection. Le CNAS a été un moteur prin­ci­pal der­rière les plans néo­con­ser­va­teurs et inter­ven­tion­nistes libé­raux visant à inten­si­fier la guerre en Syrie. Alors que les tra­vaux pas­sés ou les asso­cia­tions ne défi­nissent pas tou­jours les tra­vaux nou­veaux ou futurs, dans ce cas-ci, les accu­sa­tions sen­sa­tion­nelles et dou­teuses semblent s’aligner sur ces objec­tifs poli­tiques. [L’Open Socie­ty de George Soros a aus­si four­ni des fonds à Amnes­ty international.]

    Alors que faire du nou­veau rap­port d’Amnesty inter­na­tio­nal ? L’organisation jadis gran­de­ment res­pec­tée s’est, dans un pas­sé récent, lais­sée uti­li­ser comme outil de pro­pa­gande pour jus­ti­fier l’agression occi­den­tale contre l’Irak et la Libye, ce qui semble être le rôle qu’AI joue pré­sen­te­ment en Syrie.

    Le rap­port d’Amnesty inter­na­tio­nal est un mélange d’accusations sur ouï-dire et de sen­sa­tion­na­lisme dans la lignée des thèmes de pro­pa­gande occi­den­tale qui ont entou­ré la guerre syrienne dès le départ. En rai­son de la répu­ta­tion non méri­tée d’Amnesty pour son indé­pen­dance et son exac­ti­tude, le rap­port a été repris et dif­fu­sé lar­ge­ment. Les organes de presse des médias libé­raux sup­po­sé­ment pro­gres­sistes se sont joints de concert pour faire écho aux accu­sa­tions douteuses.

    Peu ou pas de scep­ti­cisme s’applique lorsque la cible est le gou­ver­ne­ment syrien, qui a fait face à des années d’agression par­rai­nées par l’étranger. Si ce rap­port jus­ti­fie une nou­velle esca­lade du conflit, comme Amnes­ty inter­na­tio­nal semble le vou­loir, le groupe va à nou­veau ser­vir à ratio­na­li­ser l’agression occi­den­tale en Syrie, comme il l’a fait en Irak et en Libye.

    Rick Ster­ling est un jour­na­liste d’investigation basé dans la région de la baie de San Francisco.

    Tra­duit par Julie, relu par Cathe­rine pour le Saker francophone

    Source : http://​lesa​ker​fran​co​phone​.fr/​a​m​n​e​s​t​y​-​i​n​t​e​r​n​a​t​i​o​n​a​l​-​a​t​t​i​s​e​-​l​a​-​g​u​e​r​r​e​-​e​n​-​s​y​rie

    Réponse
    • fanfan

      Curieu­se­ment, aucun rap­port sur les droits de l’homme par AI sur le ter­ro­risme israé­lien dans les ter­ri­toires occupés !

      La vie quotidienne dans « la seule démocratie du Moyen-Orient » par Sayed Hasan – Le 10 février 2017

      http://​lesa​ker​fran​co​phone​.fr/​l​e​-​t​e​r​r​o​r​i​s​m​e​-​i​s​r​a​e​l​i​e​n​-​d​a​n​s​-​l​e​s​-​t​e​r​r​i​t​o​i​r​e​s​-​o​c​c​u​pes
      Source sayed7asan

      Alors qu’Israël vient de voter une loi léga­li­sant le vol de terres pales­ti­niennes dans les ter­ri­toires occu­pés, une réa­li­té constante depuis 1967, ce docu­men­taire d’Abby Mar­tin nous rap­pelle que le meurtre d’hommes, de femmes et d’enfants Pales­ti­niens est de fac­to auto­ri­sé et même encou­ra­gé par Israël, tant pour les sol­dats de Tsa­hal, « l’armée la plus morale du monde », que pour les colons. Les « dji­ha­distes juifs », comme les appelle Nor­man Fin­kel­stein, sont bien les par­faits équi­va­lents des « dji­ha­distes wah­ha­bites » de Daech. A quand une loi qui don­ne­ra la force du droit à cet état de fait ? Et, pour­quoi pas, qui octroie­ra une récom­pense pour le « scalp » ou la dépouille car­bo­ni­sée des autoch­tones, seul moyen d’édifier un « Etat juif » raciste et supré­ma­tiste puri­fié de la pré­sence des Arabushim ?

      Les Pales­ti­niens sont constam­ment mena­cés, agres­sés et sou­mis à des trai­te­ments inhu­mains et dégra­dants dans les ban­tous­tans insa­lubres qui leur sont réser­vés, condam­nés à une vie misé­rable qui n’est qu’une mort à petit feu. Les innom­brables condam­na­tions des crimes de guerre israé­liens par l’ONU et les asso­cia­tions de défense des droits de l’homme n’ayant jamais été sui­vis de mesures concrètes (sanc­tions éco­no­miques, embar­go sur les armes, etc.), Tel-Aviv a pu pour­suivre sa poli­tique de colo­ni­sa­tion en toute impu­ni­té. Il est aujourd’hui évident que la solu­tion à deux Etats, qui a tou­jours été reje­tée tant par les diri­geants que par les juifs israé­liens, est défi­ni­ti­ve­ment morte, et que le silence, l’inaction et/ou la com­pli­ci­té de la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale ne laissent aucun autre recours aux Pales­ti­niens que l’Intifada et la résis­tance armée, droit sacré et inalié­nable, et même devoir indis­pen­sable face à une force occu­pante recou­rant sys­té­ma­ti­que­ment à la terreur.

      Il est aujourd’hui évident que la solu­tion à deux États, qui a tou­jours été reje­tée tant par les diri­geants que par les citoyens juifs israé­liens, est défi­ni­ti­ve­ment morte, et que le silence, l’inaction et/ou la com­pli­ci­té de la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale ne laissent aucun autre recours aux Pales­ti­niens que l’Intifada et la résis­tance armée, droit sacré et inalié­nable, et même devoir indis­pen­sable face à une force occu­pante qui recourt sys­té­ma­ti­que­ment à la terreur.

      Sayed Hasan

      Vidéo tra­duite et sous-titrée en fran­çais par Sayed Hasan

      La pro­duc­trice de la vidéo, Abi­gail Suzanne « Abby » Mar­tin, née en 1984, est une jour­na­liste US-amé­ri­caine. Elle est la pré­sen­ta­trice de The Empire Files, un pro­gramme d’information et d’investigation heb­do­ma­daire sur télé­SUR en anglais. Elle a été autre­fois l’animatrice de l’émission Brea­king the Set pour RT Ame­ri­ca, tra­vaillant depuis les bureaux de Washing­ton DC. Avant d’animer sa propre émis­sion, elle avait tra­vaillé pen­dant deux ans comme cor­res­pon­dante de RT America.

      Mar­tin est aus­si une artiste et une mili­tante, elle a contri­bué à la créa­tion du site de jour­na­lisme citoyen Media Roots. Elle siège au conseil d’administration de la Media Free­dom Foun­da­tion qui gère le Pro­jet Cen­su­ré. Mar­tin appa­raît dans le film docu­men­taire Pro­jet Cen­su­ré le Film : Ter­mi­ner le règne des Infor­ma­tions-Mal­bouffe (2013) et co-réa­li­sé 99% : Le Film Col­la­bo­ra­tif Occu­py Wall Street (2013).

      Source : http://​lesa​ker​fran​co​phone​.fr/​l​e​-​t​e​r​r​o​r​i​s​m​e​-​i​s​r​a​e​l​i​e​n​-​d​a​n​s​-​l​e​s​-​t​e​r​r​i​t​o​i​r​e​s​-​o​c​c​u​pes

      Réponse
  6. etienne
  7. etienne

    Ques­tion posée sur le blog d’Olivier :

    « Com­ment fait-on ? On les dénonce, mais sans pro­non­cer le mot “com­plot”, puisque les chas­seurs de com­plo­tistes-conspi­ra­tion­nistes ont pour­ri ce mot.

    Les juges de Nurem­berg auraient été bien embêtés :
    http://​www​.livres​de​guerre​.net/​f​o​r​u​m​/​c​o​n​t​r​i​b​u​t​i​o​n​.​p​h​p​?​i​n​d​e​x​=​4​3​928
    Ils auraient encou­ru les foudres de Conspi­ra­cy Watch… »

    Réponse
    • joss

      Franck Lepage dans cette inter­view (sur la langue de bois):

      Extrait :
      « Il y a 2 erreurs dans la théo­rie du complot :
      ‑la 1ère, c’est d’en voir partout,
      ‑la 2ème, c’est de n’en voir nulle part ! »

      Réponse
  8. etienne

    Lettre ouverte aux épurateurs du Décodex

    par MAXIME VIVAS, 20 février 2017 :

    Le site dont je suis un admi­nis­tra­teur (legrand​soir​.info) est sévè­re­ment épin­glé dans votre Décodex.

    « Le Grand Soir. Un site peu fiable qui relaie les théo­ries conspirationnistes .
    Ce site dif­fuse régu­liè­re­ment des fausses infor­ma­tions ou des articles trom­peurs. Res­tez vigi­lants ou cher­chez d’autres sources plus fiables. Si pos­sible, remon­tez à l’origine de l’information ».

    Pour­tant, nous satis­fai­sons à 100% (par­fois plus, en toute modes­tie) aux 6 cri­tères que vous avez choi­sis pour être bien notés.

    1- Le site pos­sède-t-il une page « à pro­pos » ou « qui sommes-nous ? »
    Réponse. Bien sûr. Et grâce à Google, à Wiki­pé­dia, à You­tube et à Ama­zon-Livres, nos lec­teurs en savent même beau­coup plus sur nous que les vôtres sur vous.

    2 – Avons-nous affaire à un site paro­dique (style Le Gorafi) ?
    Réponse. Non, nous sommes sérieux, voire rébar­ba­tifs (sauf notre col­la­bo­ra­teur Théo­phraste R. qui louche vers Le Gora­fi, parfois).

    3- Qui se cache der­rière le site en ques­tion (là, on revient sur le droit à l’anonymat) ?
    Réponse. Sei­gneur ! Per­sonne ne se cache der­rière le site. Nos noms, pho­tos, CV sont sur Internet.

    4- Quelles sont les sources du site et des articles ?
    Réponse. Nos sources sont variées (1 900 rédac­teurs du monde entier, 23 000 articles), fiables et tou­jours citées. Tous nos articles et les noms des auteurs sont en archives libres. Il nous arrive d’écrire nous-mêmes des articles (avec par­ci­mo­nie) et croyez bien qu’on les déchi­re­rait sans même les relire si on avait l’impression que Le Monde pour­rait les publier.

    Nous avons aus­si publié 80 000 com­men­taires de lec­teurs, com­men­taires « modé­rés » (pour évi­ter les injures, pro­pos racistes, trolls…), mais jamais en fonc­tion des idées expri­mées. Par exemple, un lec­teur sera publié, même s’il écrit : « Je suis abon­né au Monde, jour­nal de réfé­rence. » C’est dire ! Bon, s’il l’écrit dix fois par jour, c’est un troll, repé­ré à son IP. Ou alors on demande à Pierre Ber­gé, Mat­thieu Pigasse et Xavier Niel d’arrêter de jouer à ça. Est-ce qu’ils n’ont rien de mieux à faire ?

    5- L’information est-elle pré­sen­tée de manière équilibrée ?
    Réponse. Mieux : Notre site pré­tend pré­sen­ter l’information de manière authen­tique, véri­fiée, croi­sée. Hon­nête, quoi ! Oui, je sais, cela sur­prend, on a du mal à y croire, sur le coup. Mieux : si vous publiez cette lettre dans Le Monde, on publie­ra en retour votre réponse. Facile : on n’est pas sujet au ver­tige, vir­tuoses de l’équilibre sur le fil d’acier de la déontologie.

    6- Est-ce que de fausses infor­ma­tions ont déjà été publiées ?
    Réponse. Non, sauf peut-être si un jour de fatigue ou d’ivresse (les moji­tos ! On ne boit que ça, dès l’aube) nous avons bafouillé que Le Monde est un jour­nal objec­tif (sic). Mais nos lec­teurs auront rec­ti­fié d’eux-mêmes.

    Donc, voyez, on a tout bon. Envoyez-nous d’urgence la bonne étoile j le cercle avec la croix de la bonne cou­leur pour le revers de notre col Mao.

    Ou alors, petit conseil (vous êtes jeunes) ajou­tez un 7 ème critère :

    7- Le site a‑t-il com­men­cé à dire du mal du pré­sident états-unien avant l’élection de Trump, a‑t-il dénon­cé Robert Ménard alors que toute la presse l’encensait, a‑t-il com­men­cé à dire il y a 20 ans sur Cuba ce que Oba­ma, Ségo­lène Royal et Hol­lande ont dit l’an der­nier. Pas vous, je sais, vous conti­nuez comme avant à faire croire que les Cubains appe­laient Fidel Cas­tro « le lider Maxi­mo ». Pour évo­luer, vous atten­drez que Pierre Ber­gé, Mat­thieu Pigasse et Xavier Niel aient ache­té l’île.

    Notre réponse « oui » à cette 7ème ques­tion méri­te­rait alors (d’accord, d’accord) un double cercle rouge ou une dénon­cia­tion au Minis­tère de l’Intérieur pour une salu­taire mesure de fer­me­ture de site anti-amé­ri­cain pri­maire, conspi­ra­tion­niste, confu­sion­niste, sta­li­nien (ajou­tez : anti­sé­mite, si vous ne recu­lez devant rien).

    À part ça, est-ce qu’on pour­rait avoir la liste com­plète de vos col­la­bo­ra­teurs qui se cachent (sic) der­rière le Déco­dex pour cette saine et sainte entre­prise d’épuration ? Et vos sources : la liste des sites qui vous informent, car vous n’avez pas (encore) lu nos 23 000 articles, si ?

    Mer­ci de me répondre et d’entretenir ain­si la flamme vacillante de l’information pluraliste.

    Maxime VIVAS

    Source : Le Grand Soir

    Écri­vain, jour­na­liste, admi­nis­tra­teur du site Le Grand Soir.

    PS. « Pour mon­ter au mât, il vaut mieux avoir le der­rière propre ».

    Dans un excellent article (« Déco­dex : le vieux Monde se meurt ») très docu­men­té et sour­cé, publié sur le site Investig’Action de notre ami Michel Col­lon, Gré­goire Lalieu montre ce que vaut le Déco­dex du Monde qui a clas­sé Investig’Action dans la rubrique « rouge » (bien­ve­nue au club).

    Mesu­rons, grâce à Gré­goire Lalieu, le sérieux des censeurs :

    « La deuxième pièce jus­ti­fi­ca­tive du Déco­dex est par­ti­cu­liè­re­ment élo­quente. Il s’agit d’un article de Libé­ra­tion, daté du 9 février 2012 (« Des réseaux fran­çais au ser­vice de la Syrie ») qui cite briè­ve­ment Michel Col­lon. Il aurait par­ti­ci­pé à un voyage de presse en Syrie aux côtés de sym­pa­thi­sants du Front Natio­nal. Le hic ? Col­lon n’a jamais fait par­tie de cette expé­di­tion. Il n’a même jamais mis un pied en Syrie. Ain­si, le Déco­dex, spé­cia­liste du fact-che­king qui invite à « véri­fier une infor­ma­tion avant de la par­ta­ger », relaie un article erro­né pour jus­ti­fier la mise au ban d’Investig’Action. Les bra­con­niers ne font pas les meilleurs garde-chasses !
    http://​www​.inves​ti​gac​tion​.net/​d​e​c​o​d​e​x​-​l​e​-​v​i​e​u​x​-​m​o​n​d​e​-​s​e​-​m​e​u​rt/

    Source : Inves­tig’Ac­tion, http://​www​.inves​ti​gac​tion​.net/​l​e​t​t​r​e​-​o​u​v​e​r​t​e​-​a​u​x​-​e​p​u​r​a​t​e​u​r​s​-​d​u​-​d​e​c​o​d​ex/

    Réponse
  9. etienne

    Allemagne : le gouvernement menace Facebook de lourdes amendes s’il ne supprime pas les intox

    « À quelques mois des élec­tions fédé­rales, les poli­ti­ciens alle­mands veulent impo­ser des amendes allant jusqu’à 500 000 euros à Face­book, si ce der­nier ne sup­prime pas dans les 24h les intox ou posts dou­teux trai­tant de poli­tique. » […]

    Lire la suite :
    http://​www​.les​-crises​.fr/​a​l​l​e​m​a​g​n​e​-​l​e​-​g​o​u​v​e​r​n​e​m​e​n​t​-​m​e​n​a​c​e​-​f​a​c​e​b​o​o​k​-​d​e​-​l​o​u​r​d​e​s​-​a​m​e​n​d​e​s​-​s​i​l​-​n​e​-​s​u​p​p​r​i​m​e​-​p​a​s​-​l​e​s​-​i​n​t​ox/

    Source : Oli­vier Ber­ruyer les​-crises​.fr

    Com­men­taire appré­cié sur le blog d’Olivier :

    « Cali­ban :

    Sym­pa. Après avoir reti­ré l’économie du champ de la poli­tique (ordo­li­bé­ra­lisme), nos amis alle­mands se ver­raient bien inter­dire la poli­tique du champ de la politique.

    Der­rière ce dis­cours des “fake news” il y a l’affirmation que le citoyen est un enfant, sans capa­ci­té de dis­cer­ne­ment. Et que le dis­cer­ne­ment est une affaire d’experts (poli­tiques, médias, …)

    Comme le sen­ti­ment d’un grand bond en arrière. »

    Réponse
  10. etienne

    Olivier Berruyer : L’Intox du Monde sur mes soi-disant 600 “articles erronés supprimés”

    « Il est quand même inté­res­sant de voir jusqu’où peut désor­mais aller une équipe non contrô­lée dans le plus grand quo­ti­dien français.

    Plan :

    I. La rumeur mal­veillante des Décodeurs
    II. La dif­fu­sion de la rumeur
    III. La ten­ta­tive “d’officialisation” de la rumeur…
    IV. Pour­quoi c’est faux
    4–1/ Le scoop des déco­deurs : une table des matières com­plè­te­ment buggée
    4–2/ Et sérieu­se­ment, il y a quoi dans ces 650 liens ?
    4–3/ L’instant risible : une inca­pa­ci­té d’en “venir aux faits”
    4–4/ Recours clas­sique à la culpa­bi­li­té par asso­cia­tion : l’exemple Paul Craig Roberts
    4–5/ Mais il y a encore mieux !
    4–6/ Bonus : le paroxysme de la mau­vaise foi
    V. Ça suffit !

    —–

    I. La rumeur mal­veillante des Décodeurs

    Pris dans mes ana­lyses du patri­moine Macron (billet du 24 février) et du révi­sion­niste ukrai­nien invi­té à l’Université d’Assas, je n’ai pas vu sur le moment l’incroyable rumeur lan­cée par l’équipe des Déco­deurs du Monde sur Twitter.

    Le 21 février, j’ai sor­ti l’information sur le blan­chis­se­ment “ver­dis­se­ment” du site Doc­tis­si­mo le jour d’un accord Le Monde/Doctissimo (un hasard selon les Déco­deurs). Plus inté­res­sant, je mon­trais dans une mise à jour en fin d’article que, pris la main dans le pot de confi­ture, la pre­mière réac­tion de Samuel Laurent et d’Adrien Séné­cat était de men­tir se tromper : […]

    Lire la suite :
    http://​www​.les​-crises​.fr/​l​i​n​t​o​x​-​d​u​-​m​o​n​d​e​-​s​u​r​-​m​e​s​-​6​0​0​-​a​r​t​i​c​l​e​s​-​e​r​r​o​n​e​s​-​s​u​p​p​r​i​m​es/

    Source : les​-crises​.fr

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...

[Contre la tyrannie qui vient] Grand Appel et Marche pour défendre la Liberté

Chers amis, Sentez-vous que le temps est venu de prendre nos responsabilités pour défendre notre liberté ? Si ne disons jamais non aux pouvoirs abusifs, ils ne s'arrêteront jamais d'abuser : "tout pout pouvoir va jusqu'à ce qu'il trouve une limite" (Montesquieu)....