[Lanceurs d’alerte, contrôle des politiciens et constitution d’origine citoyenne] Rendez-vous le 10 décembre 2016 à Paris, avec Philippe Pascot, Yvan Stefanovitch et Stéphanie Gibaud

21/11/2016 | 21 commentaires

[Lanceurs d’alerte, contrôle des politiciens et constitution d’origine citoyenne] Rendez-vous le 10 décembre 2016 à Paris, avec Philippe Pascot, Yvan Stefanovitch et Stéphanie Gibaud

Je vous donne ren­dez-vous le same­di 10 décembre pro­chain, à Paris, pour une table-ronde sur le thème « Alerte ! Quelle socié­té vou­lons-nous pour demain ? », avec trois per­sonnes que je trouve admi­rables, pour leur dévoue­ment au bien com­mun et pour leur cou­rage : Phi­lippe Pas­cot et Yvan Ste­fa­no­vitch, deux jour­na­listes qui mènent des enquêtes re-mar-qua-bles sur les pri­vi­lèges scan­da­leux et sur la cor­rup­tion impu­nie gran­dis­sante des « élus » de la « Répu­blique », et Sté­pha­nie Gibaud, lan­ceuse d’a­lerte héroïque, qui a dévoi­lé la tur­pi­tude de son employeur (UBS, acteur cen­tral de l’é­va­sion fis­cale en France) et qui, au lieu d’être récom­pen­sée et pro­té­gée, est hon­teu­se­ment aban­don­née par le gou­ver­ne­ment après l’a­voir bien servi.

L’an­nonce SynerJ : https://​synerj​.org/

L’an­nonce Face­book de la rencontre :
https://​www​.face​book​.com/​e​v​e​n​t​s​/​3​3​6​1​5​0​3​1​3​4​2​9​4​52/

[Lanceurs d’alerte, contrôle des politiciens et constitution d’origine citoyenne] Rendez-vous le 10 décembre 2016 à Paris, avec Philippe Pascot, Yvan Stefanovitch et Stéphanie Gibaud    


Je vou­drais insis­ter par­ti­cu­liè­re­ment sur le cas de Sté­pha­nie Gibaud, qui a vu sa vie rui­née — lit­té­ra­le­ment — pour son cou­rage et son hon­nê­te­té, et pour­tant SANS ÊTRE AIDÉE DU TOUT PAR LE GOUVERNEMENT (qui, aujourd’­hui, la laisse se débattre seule et cre­ver sans rien faire !!!!!!), alors que cette femme a per­mis de ren­flouer le Tré­sor public avec des sommes colos­sales (au moins 12 mil­liards d’eu­ros !!).

Une fois de plus, je trouve le com­por­te­ment de nos gou­ver­nants révol­tant et scan­da­leux : à l’é­vi­dence, les ministres et les par­le­men­taires, et même les juges, pro­tègent les ultra­riches qui les portent au pou­voir, en mar­ty­ri­sant osten­si­ble­ment les lan­ceurs d’a­lertes, de façon à dis­sua­der d’a­gir les pro­chains héros citoyens.

Faute d’une consti­tu­tion digne de ce nom, les voleurs d’argent et les voleurs de pou­voir s’en­traident en secret pour res­ter hors de por­tée de la colère du peuple.

Mais sur­tout, je trouve qu’ « on n’a pas de figure », nous autres, pré­ten­dus « citoyens », si on n’est même pas fou­tus de pro­té­ger nous-mêmes nos lan­ceurs d’a­lerte. Je vous invite donc à faire comme moi et à aider finan­ciè­re­ment Sté­pha­nie, qui se débat dans les pires galères maté­rielles alors qu’elle nous a ren­du les plus grands services. 

Il y a une adresse où on peut l’ai­der : http://​www​.leet​chi​.com/​c​/​s​o​l​i​d​a​r​i​t​e​-​d​e​-​g​i​b​a​u​d​-​s​t​e​p​h​a​nie. Si cha­cun lui verse un ou deux euros par mois jus­qu’à ce qu’elle se sorte d’af­faire (elle nous pré­vien­dra), elle rece­vra à la fois une aide publique (qu’elle mérite mille fois), et des signes tan­gibles de gra­ti­tude et de sou­tien (qui l’ai­de­ront mora­le­ment dans les bagarres qui l’attendent). 

On peut aus­si aider Sté­pha­nie en lui ache­tant son livre (pas­sion­nant) :

[Lanceurs d’alerte, contrôle des politiciens et constitution d’origine citoyenne] Rendez-vous le 10 décembre 2016 à Paris, avec Philippe Pascot, Yvan Stefanovitch et Stéphanie Gibaud
https://​www​.cherche​-midi​.com/​l​i​v​r​e​s​/​l​a​-​f​e​m​m​e​-​q​u​i​-​e​n​-​s​a​v​a​i​t​-​v​r​a​i​m​e​n​t​-​t​rop

J’ai hâte de vous y retrou­ver, avec ces trois héros : il devrait y avoir de l’ambiance 🙂

Je compte sur vous, bande de virus 🙂

Étienne.

PS : quelques docu­ments utiles, à lire et à voir :

Stéphanie Gibaud : « Pourquoi moi, lanceuse d’alerte, je dois quitter mon appartement » (24 mars 2016) :

https://​blogs​.media​part​.fr/​s​t​e​p​h​a​n​i​e​-​g​i​b​a​u​d​/​b​l​o​g​/​2​4​0​3​1​6​/​p​o​u​r​q​u​o​i​-​m​o​i​-​l​a​n​c​e​u​s​e​-​d​a​l​e​r​t​e​-​j​e​-​d​o​i​s​-​q​u​i​t​t​e​r​-​m​o​n​-​a​p​p​a​r​t​e​m​ent

Lanceurs d’alerte : « Une Légion d’honneur pour Stéphanie Gibaud » (7 avril 2016) :

http://​lex​pan​sion​.lex​press​.fr/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​-​e​c​o​n​o​m​i​q​u​e​/​l​a​n​c​e​u​r​s​-​d​-​a​l​e​r​t​e​-​u​n​e​-​l​e​g​i​o​n​-​d​-​h​o​n​n​e​u​r​-​p​o​u​r​-​s​t​e​p​h​a​n​i​e​-​g​i​b​a​u​d​_​1​7​8​0​5​5​7​.​h​tml

Stéphanie Gibaud explique son cas sur LCI (24 mars 2016) :

[Lanceurs d’alerte, contrôle des politiciens et constitution d’origine citoyenne] Rendez-vous le 10 décembre 2016 à Paris, avec Philippe Pascot, Yvan Stefanovitch et Stéphanie Gibaud

Stefanovitch chez Bourdin : « Le Sénat, un paradis fiscal pour des parlementaires fantômes » :

Philippe Pascot – Pilleurs d’Etat – Bourdin Direct – RMC :


______________

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​4​7​0​1​5​2​8​9​8​2​317

Catégorie(s) de l'article :

21 Commentaires

  1. Rahir

    Je suis Belge, poli­cier fédé­ral (et donc inter­dit par notre consti­tu­tion de tout com­men­taire ou avis politique…hum hum 😉 ) 

    Cela étant, vous sui­vant depuis un moment, et ayant une édu­ca­tion ber­cée par l’es­prit cri­tique, je vous adresse mes encou­ra­ge­ments sur ce site pour une tâche qui risque encore de vous bles­ser pro­fon­dé­ment je le crains.
    Gar­dez le moral et res­tez rassembleur. 

    Il est clair que si mes dis­po­ni­bi­li­tés le permettent,
    je vien­drai de Bel­gique pour vous écou­ter et débattre le cas échéant. 

    Je ne suis qu’un virus mais fier de l’être 😉
    Bon cou­rage et rap­pe­lez-vous cette phrase :
    « Ce n’est pas les plus forts qui gagnent, mais bien ceux qui n’a­ban­donnent jamais ! » 

    Ami­ca­le­ment
    Oli

    Réponse
  2. binnemaya

    Bon­jour à Tous
    Excel­lente ana­lyse de Lor­don sur l’at­ti­tude des médias :
    http://blog.mondediplo.net/2016–11-22-Politique-post-verite-ou-journalisme-post

    Politique post-vérité ou journalisme post-politique ?

    par Fré­dé­ric Lor­don, 22 novembre 2016

    Un sys­tème qui, le len­de­main de l’élection de Donald Trump, fait com­men­ter l’événement par Chris­tine Ockrent — sur France Culture… — et le sur­len­de­main par BHL inter­viewé par Apha­tie, n’est pas seule­ment aus­si absurde qu’un pro­blème qui vou­drait don­ner des solu­tions : c’est un sys­tème mort. On ne s’étonnera pas que le thème des morts-vivants connaisse un tel regain d’intérêt dans les séries ou dans les films : c’est l’époque qui se repré­sente en eux, et c’est peut-être bien le sen­ti­ment confus de cette époque, à la fois déjà morte et encore vivante, qui tra­vaille secrè­te­ment les sen­si­bi­li­tés pour leur faire appa­raître le zom­bie comme le per­son­nage le plus par­lant du moment.

    Les morts-vivants

    On objec­te­ra sans doute que les morts-vivants sont plu­tôt des tré­pas­sés qui reviennent, alors qu’en l’occurrence l’époque, si toute vie s’en est reti­rée, n’en finit pas de mou­rir. Ins­ti­tu­tions poli­tiques, par­tis en géné­ral, par­ti socia­liste en par­ti­cu­lier, médias, c’est tout le sys­tème de la conduite auto­ri­sée des opi­nions qui a été comme pas­sé à la bombe à neu­trons : évi­de­ment radi­cal au-dedans, ou plu­tôt chairs fon­dues en mar­me­lade indif­fé­ren­ciée, seuls les murs res­tent debout, par un pur effet d’inertie maté­rielle. Au vrai, ça fait très long­temps que la décom­po­si­tion est en marche, mais c’est que nous avons affaire à un genre par­ti­cu­lier de sys­tème qui ignore ses propres mes­sages d’erreur-système. Dès le 21 avril 2002, l’alarme aurait dû être géné­ra­li­sée. Mais ce sys­tème qui enseigne à tous la constante obli­ga­tion de « chan­ger » est lui d’une immo­bi­li­té gra­ni­tique — tout est dit ou presque quand Libé­ra­tion, l’organe du moderne intran­si­tif, fait chro­ni­quer Alain Duha­mel depuis cent ans. Il s’en est logi­que­ment sui­vi le TCE en 2005, les étapes suc­ces­sives de la mon­tée du FN, le Brexit en Grande-Bre­tagne, Trump aux États-Unis, et tout le monde pressent que 2017 s’annonce comme un grand cru. Voi­là donc quinze ans que, désar­çon­né à chaque nou­velle gifle, vécue comme une incom­pré­hen­sible ingra­ti­tude, le sys­tème des pres­crip­teurs fait du bruit avec la bouche et clame que si c’est ça, il faut « tout chan­ger » — avec la ferme inten­tion de n’en rien faire, et en fait la radi­cale inca­pa­ci­té de pen­ser quoi que ce soit de différent.

    On ne s’étonnera pas que le thème des morts-vivants connaisse un tel regain d’intérêt : c’est l’époque qui se repré­sente en eux

    Mais avec le temps, le tra­vail de l’agonie devient mor­dant, et le sys­tème se sent main­te­nant la proie d’une obs­cure inquié­tude : com­mence même à lui venir la conscience confuse qu’il pour­rait être en cause — et peut-être mena­cé ? Sans doute réagit-on dif­fé­rem­ment en ses dif­fé­rentes régions. Le Par­ti socia­liste n’est plus qu’un bulbe à l’état de bécha­melle, dont on mesure très exac­te­ment la vita­li­té aux appels de Cam­ba­dé­lis, après l’élection de Trump, à res­ser­rer les rangs autour de Hol­lande (ou bien aux pers­pec­tives de lui sub­sti­tuer Valls).

    C’est la par­tie « médias », plus expo­sée peut-être, qui exprime un début d’angoisse ter­mi­nale. A la manière dont elle avait pris la raclée du TCE en 2005 — une gigan­tesque éruc­ta­tion contre le peuple imbé­cile (1) —, on mesure quand même depuis lors un effet des gifles à répé­ti­tion. Alors les médias, un peu son­nés à force, com­mencent à écrire que les médias pour­raient avoir eu une res­pon­sa­bi­li­té. Le propre du mort-vivant cepen­dant, encore debout mais en ins­tance de mou­rir, c’est que rien ne peut plus le rame­ner com­plè­te­ment vers la vie. Aus­si, la ques­tion à peine posée, viennent dans l’instant les réponses qui confirment le pur simu­lacre d’une vita­li­té rési­duelle, et la réa­li­té de l’extinction en cours. Y a‑t-il res­pon­sa­bi­li­té des médias ? « Oui, mais quand même non ».

    La pro­tes­ta­tion socio­lo­gique des médias

    Comme le sys­tème pres­crip­teur du chan­ge­ment pour tous n’a aucune capa­ci­té de chan­ge­ment pour lui-même, défaut qui signe d’ailleurs la cer­ti­tude qua­si-évo­lu­tion­naire de sa dis­pa­ri­tion, il s’arrange pour poser la ques­tion sous la forme qui le remette aus­si peu que pos­sible en ques­tion : non nous ne sommes pas « cou­pés », et nous ne vivons pas dif­fé­rem­ment des autres ; oui nous avons fait notre tra­vail, la preuve : nous avons tout par­fai­te­ment fact-checké.

    Dans un mou­ve­ment aus­si sin­cè­re­ment scan­da­li­sé que tou­chant de can­deur, Tho­mas Legrand, par exemple, pro­teste sur France Inter qu’on puisse trou­ver la presse « décon­nec­tée » : n’est-elle pas désor­mais « peu­plée de pigistes et de pré­caires » (2) ? Il faut vrai­ment être arri­vé au bout du che­min pour n’avoir plus d’autre res­source que de trans­for­mer ain­si le vice en ver­tu, et se faire un rem­part de la pro­lé­ta­ri­sa­tion orga­ni­sée des sou­tiers, pro­vi­den­tielle garan­tie socio­lo­gique d’une com­mune condi­tion qui ren­drait sans objet les accu­sa­tions de « décon­nexion ». Mais on en est là. Des hips­ters pré­ca­ri­sés jusqu’au tro­gnon servent de bou­clier humain à des édi­to­ria­listes recuits qui, désor­mais étran­gers à toutes les régu­la­tions de la décence, n’hésitent plus à en faire un argument.

    Comme on veut cepen­dant don­ner tous les gages de la meilleure volon­té réflexive, on concède qu’on doit pou­voir encore mieux faire pour connaître ce qui agite les popu­la­tions réelles, et l’on pro­met de l’enquête, du ter­rain, de la proxi­mi­té, de l’immersion, bref de la zoo­lo­gie. On se demande alors si le contre­sens est l’effet d’une roue­rie de rac­croc ou d’une inson­dable bêtise. Car si l’élection de Trump a révé­lé « un pro­blème avec les médias », ça n’est que très super­fi­ciel­le­ment de « ne pas l’avoir vue venir » : c’est plu­tôt d’avoir contri­bué à la pro­duire ! L’hypothèse de la bêtise prend imman­qua­ble­ment consis­tance avec les cris d’injustice que pousse sur Twit­ter un mal­heu­reux pré­sen­ta­teur de France Info : « Mais arrê­tez de dire que c’est un échec de la presse, c’est d’abord un échec de la poli­tique ! C’est pas la presse qui donne du taf aux gens ». Ou encore : « C’est dingue de se foca­li­ser uni­que­ment sur les médias. La dés­in­dus­tria­li­sa­tion de la Rust Belt ce n’est pas à cause des jour­naux ». Tran­chant de la forme, puis­sance de l’analyse — l’époque.

    « C’est dingue de se foca­li­ser uni­que­ment sur les médias »

    Tout y est, et notam­ment que « la presse » ne se recon­naît aucune res­pon­sa­bi­li­té depuis vingt ans dans la conso­li­da­tion idéo­lo­gique des struc­tures du néo­li­bé­ra­lisme, qu’elle n’a jamais réser­vé la parole à ceux qui en chan­taient les bien­faits, qu’elle n’a jamais réduit à l’extrême-droite tout ce qui, à gauche, s’efforçait d’avertir de quelques incon­vé­nients, de la pos­si­bi­li­té d’en sor­tir aus­si, qu’elle n’a jamais fait de l’idée de reve­nir sur le libre-échange géné­ra­li­sé une sorte de mons­truo­si­té morale, ni de celle de cri­ti­quer l’euro le recom­men­ce­ment des années trente, qu’elle n’a jamais péda­go­gi­sé la flexi­bi­li­sa­tion de tout, en pre­mier lieu du mar­ché du tra­vail, bref qu’elle n’a jamais inter­dit, au nom de la « moder­ni­té », du « réa­lisme » et du « prag­ma­tisme » réunis, toute expres­sion d’alternative réelle, ni bar­ré abso­lu­ment l’horizon poli­tique en don­nant l’état des choses comme indé­pas­sable — oui, celui-là même qui pro­duit de la Rust Belt dans tous les pays déve­lop­pés depuis deux décen­nies, et fata­le­ment pro­dui­ra du Trump avec. Mais non, bien sûr, la presse n’a jamais fait ça.

    Si l’élection de Trump a révé­lé « un pro­blème avec les médias », ça n’est que très super­fi­ciel­le­ment de « ne pas l’avoir vue venir » : c’est plu­tôt d’avoir contri­bué à la produire !

    Le petit bon­homme de France Info ne doit pas écou­ter sa propre chaîne qui, en matière éco­no­mique, édi­to­ria­lise à un che­veu de BFM Busi­ness, comme toutes les autres au demeu­rant, rai­son pour quoi d’ailleurs le pauvre est deve­nu stric­te­ment inca­pable d’avoir même l’idée d’une dif­fé­rence pos­sible, l’intuition qu’il y a peut-être un dehors. De ce point de vue on pour­ra égailler autant qu’on veut des bataillons de pigistes pré­ca­ri­sés dans la nature avec pour feuille de route « le retour au ter­rain », on ne voit pas trop ce que cette dis­per­sion pour­rait pro­duire comme révi­sions édi­to­riales sérieuses, qui auraient dû sur­ve­nir il y a long­temps déjà, et ne sur­vien­dront plus quoi qu’il arrive. On en a plus que l’intuition à cette phé­no­mé­nale décla­ra­tion d’intention du direc­teur du Monde qui annonce avoir consti­tué une « task force » (sic) prête à être lâchée à la ren­contre « de la France de la colère et du rejet » (3), et l’on mesure d’ici l’ampleur des dépla­ce­ments de pen­sée que des enquêtes ain­si mis­sion­nées vont pou­voir pro­duire auprès de leur com­man­di­taire. Il est vrai que celui-ci n’hésite pas à témoi­gner d’un confra­ter­nel ascen­dant à l’endroit des « médias amé­ri­cains confron­tés à leur 21 avril. Nous avons eu aus­si le réfé­ren­dum de 2005. On a appris à être plus vigi­lants ». La chose n’avait échap­pé à personne.

    L’intuition tourne à la cer­ti­tude qua­si-expé­ri­men­tale quand, au len­de­main d’un désastre comme celui de l’élection amé­ri­caine, on peut lire qu’Hillary Clin­ton « avait le seul pro­gramme réa­li­sable et solide » (Jérôme Feno­glio, Le Monde), que « la réac­tion iden­ti­taire contre la mon­dia­li­sa­tion ali­mente la déma­go­gie de ceux qui veulent fer­mer les fron­tières » (Laurent Jof­frin, Libé­ra­tion), que « le choix de la presse [fina­le­ment il y en avait un ?] était le triste choix de la ratio­na­li­té contre le fan­tasme » (Tho­mas Legrand, France Inter), que « la mon­dia­li­sa­tion n’est pas seule en cause [car c’est] la révo­lu­tion tech­no­lo­gique [pour­rait-on être contre ?] qui est autant, sinon plus, res­pon­sable du déman­tè­le­ment des vieux bas­sins d’emploi, c’est elle qui porte la délo­ca­li­sa­tion du tra­vail, bien plus que l’idéologie [sic]  » (Le Monde), scies hors d’âge, qu’on lit à l’identique depuis 2005, enfer­mées dans l’antinomie de la mon­dia­li­sa­tion ou du qua­trième Reich, pro­duits de série embou­tis sur enclumes édi­to­ria­listes, l’ironie tenant au fait qu’on aura rare­ment vu pro­pa­gan­distes de la flexi­bi­li­té frap­pés d’une telle rigi­di­té, puisqu’il est main­te­nant acquis que, ayant per­du toute capa­ci­té de révi­sion cog­ni­tive, ils iront jusqu’au bout du bout, d’un pas méca­nique, les bras devant à l’horizontale.

    Le ful­gu­rant édi­to­ria­liste du Monde devrait pour­tant se méfier de ses propres ana­lyses, dont une part pour­rait finir par s’avérer fon­dée : c’est qu’on sait déjà ce qu’il va écrire fin avril-début mai 2017, qu’on pour­rait même l’écrire dès aujourd’hui à sa place, et qu’une telle sim­pli­ci­té donne imman­qua­ble­ment des envies d’automatisation — la fameuse tech­no­lo­gie —, à moins, il est vrai un cran tech­no­lo­gique en des­sous, qu’on ne fasse tirer au sort la construc­tion de phrases par un singe, dans un sac où l’on aura mélan­gé des cubes avec écrit : « pro­tes­ta­taire », « popu­lisme », « colère », « tout chan­ger », « repli natio­nal », « manque de péda­go­gie », « l’Europe notre chance », et « réfor­mer davan­tage ». Sub­sti­tu­tion par le sys­tème expert ou bien par le macaque, il est exact en tout cas que l’emploi de l’éditorialiste du Monde, lui, n’aura pas été vic­time, selon ses propres mots, de « l’idéologie ».

    La « poli­tique post-véri­té » (misère de la pen­sée éditorialiste)

    On en fini­rait presque par se deman­der si l’indigence de ses réac­tions ne condamne pas ce sys­tème plus sûre­ment encore que l’absence de toute réac­tion. C’est que pour avoir depuis si long­temps désap­pris à pen­ser, toute ten­ta­tive de pen­ser à nou­veau, quand elle vient de l’intérieur de la machine, est d’une déses­pé­rante nul­li­té, à l’image de la phi­lo­so­phie du fact-che­cking et de la « post-véri­té », radeau de la méduse pour jour­na­lisme en per­di­tion. L’invocation d’une nou­velle ère his­to­rique dite de la « post-véri­té » est donc l’un de ces som­mets que réserve la pen­sée édi­to­ria­liste : une nou­velle race de poli­ti­ciens, et leurs élec­teurs, s’asseyent sur la véri­té, nous aver­tit-elle (on n’avait pas vu). Des Brexi­teers à Trump, les uns mentent, mais désor­mais à des degrés inouïs (plus seule­ment des petits men­songes comme « mon enne­mi c’est la finance »), les autres croient leurs énor­mi­tés, on peut donc dire n’importe quoi à un point nou­veau, et la poli­tique est deve­nue radi­ca­le­ment étran­gère aux régu­la­tions de la véri­té. C’est une nou­velle poli­tique, dont l’idée nous est livrée là par un gigan­tesque effort concep­tuel : la « poli­tique de la post-véri­té ». Sou­te­nue par les réseaux sociaux, pro­pa­ga­teurs de toutes les affa­bu­la­tions — et à l’évidence les vrais cou­pables, ça la presse l’a bien vu.

    Car, on ne le dit pas assez, contre la poli­tique de la post-véri­té, le jour­na­lisme lutte, et de toutes ses forces : il fact-checke. On ne pour­ra donc pas dire que le jour­na­lisme a failli face à Trump : sans relâche il a com­pul­sé des sta­tis­tiques et retour­né de la docu­men­ta­tion — n’a‑t-il pas éta­bli qu’il était faux de dire que tous les Mexi­cains sont des vio­leurs ou qu’Obama n’était pas amé­ri­cain ? Mais voi­là, la post-véri­té est une vague géante, un tsu­na­mi qui emporte tout, jusqu’aux digues métho­diques du fact-che­cking et du jour­na­lisme ration­nel, et les popu­la­tions écu­mantes de colère se mettent à croire n’importe quoi et n’importe qui. Au fait, pour­quoi en sont-elles venues ain­si à écu­mer de colère, sous l’effet de quelles causes, par exemple de quelles trans­for­ma­tions éco­no­miques, com­ment en sont-elles arri­vées au point même de se rendre aux pires men­songes ? C’est la ques­tion qu’il ne vient pas un ins­tant à l’idée du jour­na­lisme fact-che­ckeur de poser.

    Il est d’ailleurs mal par­ti pour en trou­ver les voies si l’on en juge par les fortes pen­sées de ses intel­lec­tuels de l’intérieur, comme Katha­rine Viner, édi­to­ria­liste au Guar­dian, à qui l’on doit les for­mi­dables bases phi­lo­so­phiques de la « post-véri­té ». Et d’abord en armant la per­cée concep­tuelle de connais­sance tech­no­lo­gique der­nier cri : les réseaux sociaux, nous explique Viner, sont par excel­lence le lieu de la post-véri­té car ils enferment leurs adhé­rents dans des « bulles de filtre », ces algo­rithmes qui ne leur donnent que ce qu’ils ont envie de man­ger et ne laissent jamais venir à eux quelque idée contra­riante, orga­ni­sant ain­si la végé­ta­tion dans le même, l’auto-renforcement de la pen­sée hors de toute per­tur­ba­tion. Mais on croi­rait lire là une des­crip­tion de la presse mains­tream, qui ne se rend visi­ble­ment pas compte qu’elle n’a jamais été elle-même autre chose qu’une gigan­tesque bulle de filtre ! Ain­si excel­lem­ment par­tie pour un exer­cice déca­pant de remise en cause, Katha­rine Viner en vient logi­que­ment à conclure que Trump « est le symp­tôme de la fai­blesse crois­sante des médias à contrô­ler les limites de ce qu’il est accep­table de dire » (4). Le tuto­rat moral de la parole publique, spé­cia­le­ment celle du peuple et des « popu­listes », voi­là, sans sur­prise, le lieu ter­mi­nal de la phi­lo­so­phie édi­to­ria­liste de la « post-vérité ».

    Com­prendre ce qui engendre les erre­ments de cette parole, pour lui oppo­ser autre chose que les pos­tures de la ver­tu assis­tée par le fact-che­cking, par exemple une action sur les causes, ne peut pas un ins­tant entrer dans une tête d’éditorialiste-de-la-vérité, qui com­prend confu­sé­ment que, « les causes » ren­voyant à ce monde, et l’hypothèse d’y chan­ger quoi que ce soit de sérieux étant par prin­cipe bar­rée, la ques­tion ne devra pas être posée.

    Le jour­na­lisme post-politique

    Ce que le jour­na­lisme « de com­bat » contre la post-véri­té semble donc radi­ca­le­ment inca­pable de voir, c’est qu’il est lui-même bien pire : un jour­na­lisme de la post-poli­tique — ou plu­tôt son fan­tasme. Le jour­na­lisme de la congé­la­tion défi­ni­tive des choix fon­da­men­taux, de la déli­mi­ta­tion caté­go­rique de l’épure, et for­cé­ment in fine du gar­dien­nage du cadre. La fré­né­sie du fact-che­cking est elle-même le pro­duit déri­vé tar­dif, mais au plus haut point repré­sen­ta­tif, du jour­na­lisme post-poli­tique, qui règne en fait depuis très long­temps, et dans lequel il n’y a plus rien à dis­cu­ter, hor­mis des véri­tés fac­tuelles. La phi­lo­so­phie spon­ta­née du fact-che­cking, c’est que le monde n’est qu’une col­lec­tion de faits et que, non seule­ment, comme la terre, les faits ne mentent pas, mais qu’ils épuisent tout ce qu’il y a à dire du monde.

    Le pro­blème est que cette véri­té post-poli­tique, oppo­sée à la poli­tique post-véri­té, est entiè­re­ment fausse, que des faits cor­rec­te­ment éta­blis ne seront jamais le ter­mi­nus de la poli­tique mais à peine son com­men­ce­ment, car des faits n’ont jamais rien dit d’eux-mêmes, rien ! Des faits ne sont mis en ordre que par le tra­vail de média­tions qui ne leur appar­tiennent pas. Ils ne font sens que sai­sis du dehors par des croyances, des idées, des schèmes inter­pré­ta­tifs, bref, quand il s’agit de poli­tique, de l’idéologie.

    Le spasme de dégoût que sus­cite imman­qua­ble­ment le mot d’idéologie est le symp­tôme le plus carac­té­ris­tique du jour­na­lisme post-poli­tique. Comme « réforme » et « moderne », le « dépas­se­ment de l’idéologie » est l’indice du cré­tin. Sans sur­prise d’ailleurs, le cré­tin post-poli­tique est un admi­ra­teur de la « réa­li­té » — sys­té­ma­ti­que­ment oppo­sée à toute idée de faire autre­ment. Les deux sont évi­dem­ment inti­me­ment liés, et le fact-che­cking à dis­tance avec eux. La pur­ga­tion ache­vée de l’idéologie laisse enfin appa­raître la « réa­li­té », telle qu’en elle-même immar­ces­cible, qu’il n’y a plus qu’à célé­brer ration­nel­le­ment en fact-che­ckant la confor­mi­té des énon­cés (post-)politiques à ses « faits ».

    Il faut avoir fait l’expérience de regards de sidé­ra­tion bovine confron­tés à l’idée que la « fin des idéo­lo­gies », le « refus de l’idéologie », sont des sum­mum d’idéologie qui s’ignorent pour se faire plus pré­ci­sé­ment une idée du déla­bre­ment intel­lec­tuel d’où sont sor­tis simul­ta­né­ment : la « réa­li­té » comme argu­ment fait pour clô­tu­rer toute dis­cus­sion, c’est-à-dire évi­dem­ment la néga­tion de toute poli­tique comme pos­si­bi­li­té d’une alter­na­tive, la noyade de l’éditorialisme dans les caté­go­ries du « réa­lisme » et du « prag­ma­tisme », la place de choix don­née par les médias à leurs rubriques de fact-che­cking, la cer­ti­tude d’être à jour de ses devoirs poli­tiques quand on a tout fact-che­cké, le désar­roi sin­cère que les popu­la­tions ne se rendent pas d’elles-mêmes à la véri­té des faits cor­rects, et cepen­dant la per­sé­vé­rance dans le pro­jet de sou­mettre toute poli­tique à l’empire du fact-che­cking, à en faire la vitrine d’une presse moderne qui, très signi­fi­ca­ti­ve­ment, pousse sur le devant de la scène ses Déco­deurs et sa Désintox’.

    Mais voi­là, les déco­deurs recodent sans le savoir, c’est-à-dire, comme tou­jours les incons­cients, de la pire des manières. Ils recodent la poli­tique dans le code de la post-poli­tique, le code de la « réa­li­té », et les dés­in­toxi­queurs intoxiquent — exac­te­ment comme le « décryp­tage », cette autre abysse de la pen­sée jour­na­lis­tique, puisque « décryp­ter » selon ses ineptes caté­go­ries, c’est le plus sou­vent voi­ler du plus épais brouillard.

    Le fact-che­cking qui, épou­van­té, deman­de­ra dans un cri de pro­tes­ta­tion si c’est donc qu’« on pré­fère le men­songe à la véri­té », est sans doute ici hors d’état de sai­sir l’argument qui n’a rien à voir avec l’exigence élé­men­taire d’établir cor­rec­te­ment des faits, mais plu­tôt avec l’accablant symp­tôme, après Trump, d’une auto-jus­ti­fi­ca­tion des médias presque entiè­re­ment repliée sur le devoir fact-che­ckeur accom­pli. Trump a men­ti, nous avons véri­fié, nous sommes irré­pro­chables. Mal­heu­reu­se­ment non. C’est qu’un Trump puisse débou­ler dans le pay­sage dont vous êtes cou­pables. Vous êtes cou­pables de ce qu’un Trump n’advient que lorsque les organes de la post-poli­tique ont cru pou­voir tenir trop long­temps le cou­vercle sur la mar­mite politique.

    Dif­fé­rences et préférences

    Car voi­là toute l’affaire : la post-poli­tique est un fan­tasme. Elle est le pro­fond désir du sys­tème inté­gré de la poli­tique de gou­ver­ne­ment et des médias mains­tream de décla­rer for­clos le temps de l’idéologie, c’est-à-dire le temps des choix, le désir d’en finir avec toutes ces absurdes dis­cus­sions igno­rantes de la « réa­li­té », dont il nous est enjoint de com­prendre que, elle, ne chan­ge­ra pas. Mais c’est le désir de ce sys­tème, et de ce sys­tème seule­ment. Pour son mal­heur, le peuple obtus conti­nue, lui, de pen­ser qu’il y a encore matière à dis­cu­ter, et quand toutes les ins­ti­tu­tions éta­blies de la post-poli­tique refusent de faire droit à cet élé­men­taire désir de poli­tique, alors ce peuple est prêt à sai­sir n’importe quelle pro­po­si­tion, fût-ce la pire, pour­vu qu’elle soit celle d’une dif­fé­rence (5). Tout le fact-che­cking du monde n’ôtera jamais que la poli­tique est l’exercice de la dif­fé­rence quand il est, lui, le pro­non­cé silen­cieux de la fin des dif­fé­rences, ce qui reste quand on a déci­dé qu’il n’y aurait plus de dif­fé­rences : le règne vide et insi­gni­fiant des « faits » — mais pour mieux lais­ser inques­tion­né, dans l’arrière-plan, le signi­fié-maître : le monde est comme il est.

    Il reste alors une seule ligne de repli au jour­na­lisme mains­tream, au jour­na­lisme de la post-poli­tique qui se croit le jour­na­lisme de la véri­té : concé­der qu’il reste bien en effet une dif­fé­rence, mais une seule, et qu’elle est hideuse au point que tout devra lui être pré­fé­ré — « tout » devant s’entendre adé­qua­te­ment comme l’ensemble des sacri­fices à consen­tir « hélas » à la « réa­li­té ». Main­te­nir cette confi­gu­ra­tion du pro­blème post-poli­tique, n’admettant comme exté­rieur que la poli­tique innom­mable de l’extrême-droite, requiert alors d’opérer le déni radi­cal de la dif­fé­rence de gauche. Et si jamais celle-ci com­mence à faire son che­min, de la com­battre impitoyablement.

    Le Pen ne sor­ti­ra pas de l’euro, Trump a déjà fait savoir qu’il pré­ser­ve­rait la déré­gle­men­ta­tion finan­cière, la Grande-Bre­tagne du Brexit ne sera pas exac­te­ment un enfer anti-capitaliste

    C’est bien en ce point que ce sys­tème laisse affleu­rer ses propres pré­fé­rences, ses haines inavouables. Disons ici car­ré­ment ceci : plu­tôt qu’une dif­fé­rence de gauche, il pré­fé­re­ra prendre le risque de la dif­fé­rence d’extrême-droite, dont il doit bien pres­sen­tir que ses propres efforts, déri­soi­re­ment inef­fi­caces, ne suf­fi­ront plus long­temps à en empê­cher l’advenue. Et voi­là, au bout de ses échecs à endi­guer quoi que ce soit, où il fini­ra d’impuissance : s’il faut en pas­ser par l’expérience d’extrême-droite, ain­si soit-il ! Elle sera tel­le­ment ignoble qu’elle aura au moins le mérite de remo­né­ti­ser le dis­cours de la ver­tu, et la « réa­li­té » sera ré-ins­tal­lée dans ses droits en une alter­nance à peine.

    Au reste, il s’en trou­ve­ra bien quelques-uns au sein du grand par­ti post-poli­tique pour aper­ce­voir que les rap­ports de l’extrême-droite et de la « réa­li­té » sont en fait loin d’être si dis­ten­dus que le fact-che­cking pour­rait le faire croire : Marine Le Pen ne sor­ti­ra pas de l’euro, Trump a déjà fait savoir qu’il pré­ser­ve­rait la déré­gle­men­ta­tion finan­cière, la Grande-Bre­tagne du Brexit ne sera pas exac­te­ment un enfer anti-capi­ta­liste. À coup sûr, ce sont les migrants, les étran­gers, et en France tous ceux qui ne res­pirent pas la souche, qui connaî­tront leur dou­leur. Mais, d’une part, un répu­bli­ca­nisme auto­ri­taire capa­ra­çon­né d’islamophobie s’en accom­mo­de­ra par­fai­te­ment. Et, d’autre part, la post-poli­tique de la morale cache­ra sa joie de se refaire la cerise aus­si faci­le­ment — le der­nier espoir pour les ventes de Libé­ra­tion, du Monde et de L’Obs, c’est bien le FN.

    Le déni de l’homogénéité (pauvre Décodeur)

    Si donc, du point de vue de la « réa­li­té », le choix est entre le bien et un moindre mal, dont on expli­que­ra qu’on le tient cepen­dant pour le som­met du mal, alors il faut se mettre à tout prix en tra­vers du vrai mal, mais sans pou­voir dire ouver­te­ment que c’est lui qu’on consi­dère comme tel : le mal d’une autre dif­fé­rence, le mal qui ne croit pas à la « réa­li­té », celui qui pense que les défi­ni­tions impli­cites de la « réa­li­té » sont tou­jours men­son­gères, au moins par omis­sion, qu’elles occultent sys­té­ma­ti­que­ment d’où sont venus ses cadres, qui les a ins­tal­lés, qu’ils n’ont pas tou­jours été là, par consé­quent qu’il est pos­sible d’en inven­ter d’autres. Ce mal à com­battre sans mer­ci, c’est la dif­fé­rence de gauche.

    On ne s’étonnera pas de lire sous la plume d’un déco­deur demi-habile la puis­sante cri­tique de « lémé­dia » (6), injuste réduc­tion à l’uniformité d’un pay­sage si cha­toyant de diver­si­té. « Les​jours​.fr ou Le Chas­seur Fran­çais  » ne racontent pas la même chose nous apprend le pen­seur-déco­deur, de même qu’« Arte c’est [pas] pareil que Sud Radio ». Comme c’est pro­fond, comme c’est per­ti­nent. « L’actualité sociale [n’est pas] pré­sen­tée de manière iden­tique dans L’Humanité et dans Valeurs Actuelles  » pour­suit-il si bien lan­cé, et n’est-ce pas tout à fait vrai ? On pense aus­si­tôt à Gilles Deleuze : « on connaît des pen­sées imbé­ciles, des dis­cours imbé­ciles qui sont faits tout entiers de véri­tés ». Misère de la pen­sée fact-checkeuse.

    Dans le registre qui est pour­tant le sien, pour ne pas trop le secouer quand même, on pour­rait deman­der à notre déco­deur com­bien de fois par an il entend citer L’Humanité, Poli­tis ou Le Monde Diplo­ma­tique dans la revue de presse de France Inter, ou ailleurs, com­bien de fois il voit leurs repré­sen­tants à la télé ou dans les radios. Vou­drait-il avoir l’amabilité de se livrer à ce genre de décompte ? (on lui signale qu’Acrimed s’y livre à sa place depuis deux décen­nies et que, de même, jamais un article d’Acrimed n’est cité dans lémé­dia bario­lés). Au hasard, puisqu’il décode au Monde, pour­rait-il fact-che­cker vite fait com­bien de reprises ont salué l’édifiante enquête de Poli­tis sur les méthodes mana­gé­riales de Xavier Niel (7), où l’on com­prend tout de même une ou deux choses sur ce qui conduit de la vio­lence néo­li­bé­rale aux rages qui sai­sissent les classes salariées ?

    La gauche, l’inadmissible différence

    Sauf pour cette forme de céci­té inté­res­sée qui tient des varia­tions de queues de cerises pour des dif­fé­rences onto­lo­giques, lémé­dia existent bel et bien, on peut même en don­ner la carac­té­ris­tique consti­tu­tive : la haine com­mune de la gauche que, signi­fi­ca­ti­ve­ment, tous nomment de la même manière : « extrême-gauche » ou « gauche radi­cale », quand ça n’est pas le risible « gauche de la gauche », cet aveu invo­lon­taire que ce qu’ils appellent usuel­le­ment « la gauche » est bel et bien à droite. Sans sur­prise, cette haine est por­tée à son comble dans les médias de gauche de droite, où le culte de la « réa­li­té », c’est-à-dire le schème fon­da­men­tal de la pen­sée de droite, a été si pro­fon­dé­ment inté­rio­ri­sé que le recon­naître met­trait à mal des enga­ge­ments de plu­sieurs décen­nies — au ser­vice de la « réa­li­té » —, et pire encore, des repré­sen­ta­tions intimes de soi, des luttes per­son­nelles trop incer­taines pour s’efforcer de croire qu’on est « quand même de gauche ».

    Il suf­fit d’observer dans ces médias le trai­te­ment com­pa­ré, tex­tuel, ico­no­gra­phique et poli­tique, des per­son­na­li­tés de gauche (de vraie gauche) et des per­son­na­li­tés du centre, voire car­ré­ment bien ins­tal­lées à droite, pour se faire une idée de leur lieu réel — encore ce week-end dans Libé­ra­tion, « NKM, la geek, c’est chic », oui, c’est d’une insou­te­nable vio­lence. S’il y a des endroits où l’on fait sans mer­ci la chasse à la dif­fé­rence de gauche, à cette dif­fé­rence qui pense que le monde pré­sent n’est pas la « réa­li­té », parce qu’il n’a pas tou­jours été ce qu’il est, qu’il l’est deve­nu par l’effet d’une série de coups de force, dont la plu­part d’ailleurs ont été poli­ti­que­ment accom­plis par des gou­ver­ne­ments « de gauche », et sym­bo­li­que­ment vali­dés par des médias « de gauche », s’il y a des endroits où cette dif­fé­rence fait l’objet d’une traque éra­di­ca­trice, ce sont bien, en effet, « lémédia ».

    Or l’étouffement sys­té­ma­tique de la dif­fé­rence de gauche, celle qui s’en pren­drait ouver­te­ment à la mon­dia­li­sa­tion libé­rale, qui frac­tu­re­rait le ver­rou à toute poli­tique pro­gres­siste pos­sible de l’euro, qui contes­te­rait l’emprise du capi­tal sur toute la socié­té, et même : remet­trait en ques­tion les droits de la pro­prié­té lucra­tive sur les moyens de pro­duc­tion, orga­ni­se­rait juri­di­que­ment le contrôle poli­tique des pro­duc­teurs sur leur acti­vi­té, cet étouf­fe­ment ne laisse ouvert que le sou­pi­rail de l’extrême-droite, porte des Trump au pou­voir car ceux-ci arrivent lan­cés avec bien plus d’avance que des San­ders, dont lémé­dia, en effet, ont tout fait pour qu’il ne vienne pas déran­ger la can­di­date ché­rie (8), comme ils font tout pour abais­ser Cor­byn, traî­ner Mélen­chon dans la boue, tous noms propres à lire ici plu­tôt comme des noms com­muns, comme les appel­la­tions géné­riques d’une pos­si­bi­li­té de dif­fé­rence. Oui lémé­dia existent, bons apôtres du dépas­se­ment de l’idéologie en proie à des haines idéo­lo­giques incoer­cibles : par haine de San­ders, ils ont eu Trump ; par haine de Cor­byn, ils main­tien­dront May ; à Mélen­chon ils pré­fé­re­ront taci­te­ment Le Pen — mais atten­tion, avec des édi­to­riaux gran­di­lo­quents aver­tis­sant qu’il y a eu « un séisme ». Et si d’aventure le désir d’une dif­fé­rence de gauche dés­in­ves­tis­sait ces per­son­nages trop ins­ti­tu­tion­nels et sou­vent trop impar­faits, pour prendre la rue sérieu­se­ment, c’est-à-dire, par-delà le folk­lore du monôme, avec la menace de consé­quences, lémé­dia n’y ver­raient plus que des « cas­seurs », comme lors de Nuit Debout quand, pas­sé le moment du ravis­se­ment citoyen, le cor­tège de tête a com­men­cé à affo­ler les rédac­tions, inter­lo­quées d’« une telle violence ».

    L’écroulement ?

    C’est qu’un sys­tème signale son impuis­sance à ses points de stu­pé­fac­tion, qui le voient désem­pa­ré d’incompréhension aux situa­tions qu’il a lui-même contri­bué à pro­duire. On sait qu’on se rap­proche de ces points lorsque, résul­tat néces­saire de la pro­hi­bi­tion des dif­fé­rences, la confu­sion s’accroît, nour­rie par le com­men­taire média­tique, lui-même de plus en plus déso­rien­té. Alors des élec­teurs de « gauche » affo­lés se pré­ci­pitent à une pri­maire de droite ; on débat gra­ve­ment de la légi­ti­mi­té d’une telle par­ti­ci­pa­tion ; on laisse un pur pro­duit du sys­tème se qua­li­fier lui-même d’anti-système quand une telle bouf­fon­ne­rie devrait lui valoir le ridi­cule uni­ver­sel ; on com­men­te­ra bien­tôt son livre inti­tu­lé Révo­lu­tion, et le sauf-conduit accor­dé sans sour­ciller à une pareille impos­ture lexi­cale livre­ra en effet l’essence réelle de lémé­dia, leur com­mune col­la­bo­ra­tion au dévoie­ment des mots, à l’effacement de toute pers­pec­tive de trans­for­ma­tion sociale dont le signi­fiant his­to­rique, « révo­lu­tion », recouvre désor­mais la sup­pres­sion des 35 heures et la libé­ra­li­sa­tion des auto­cars. Car il faut ima­gi­ner com­ment aurait été reçue la Révo­lu­tion d’un Macron dans les années 70, à l’époque où lémé­dia n’avaient pas encore acquis leur consis­tance d’aujourd’hui : dans un mélange d’outrage, de rires et d’épluchures. Dans un for­mi­dable téles­co­page où le for­tuit exprime inin­ten­tion­nel­le­ment toute une néces­si­té, c’est sur Macron, pré­ci­sé­ment, que L’Obs fait sa une le jour même de l’élection de Trump — Macron, l’agent par excel­lence de l’indifférenciation, du règne de la non-dif­fé­rence, le car­bu­rant de la dif­fé­rence d’extrême-droite.

    Lorsque la gauche offi­cielle, celle que lémé­dia accom­pa­gne­ront jusqu’à la décharge, devient à ce point de droite, qui peut s’étonner que la droite pour conti­nuer d’avoir l’air de droite, c’est-à-dire dif­fé­rente de la gauche, n’ait d’autre solu­tion que d’aller encore plus loin à droite, et que tout le pay­sage soit alors empor­té d’un seul mou­ve­ment ? Mais pous­sé par qui ? Sinon par cette « gauche » elle-même et sémé­dia. Pacte de res­pon­sa­bi­li­té, CICE, TSCG, loi tra­vail, étran­gle­ment de l’AP-HP, mas­sacre social pas­si­ve­ment obser­vé à La Poste : les com­man­de­ments dou­lou­reux mais incon­tes­tables de la « réa­li­té » — elle, hors fact-che­cking. Et pen­dant la des­truc­tion qui trum­pise infailli­ble­ment toutes les socié­tés, lémé­dia sou­tiennent à bout de force la « gauche-qui-se-confronte-au-réel (elle !) », cet asile de la démis­sion poli­tique, cette pau­vre­té pour têtes fari­neuses, qui ont trou­vé leur der­nière redoute dans ce roga­ton de pensée.

    Plu­tôt l’abîme que la vraie gauche, voi­là à la fin des fins le choix impli­cite, le choix de fait, de lémé­dia. C’est que les pro­tes­ta­tions outra­gées d’une telle impu­ta­tion n’en pour­ront mais : de quelque manière que les indi­vi­dus recouvrent leurs actes en paroles, ce sont bien ces actes qui tra­hissent leur pré­fé­rences de fait, leur pré­fé­rences réelles. Après avoir tout fait pour ne lais­ser aucune chance à la seule dif­fé­rence oppo­sable à la dif­fé­rence d’extrême-droite, on dira alors que, comme Trump, Le Pen est arri­vée… parce que le bas peuple ne croit plus à la véri­té. Voi­là où en est la pen­sée de lémé­dia. Qui n’auront bien sûr, pas plus à ce moment qu’aujourd’hui, aucune res­pon­sa­bi­li­té dans l’état des choses.

    Un sys­tème qui ne pos­sède plus aucune force de rap­pel, plus aucune régu­la­tion interne, plus aucune capa­ci­té de pilo­ter une réelle tran­si­tion poli­tique à froid ne mérite que de dis­pa­raître. Il va. Le propre d’un sys­tème aus­si rigi­di­fié, aus­si her­mé­tique à son dehors, et inca­pable d’enregistrer ce qui se passe dans la socié­té, c’est qu’il ne connait pas d’autre « ajus­te­ment » que la rup­ture, et qu’il suf­fit de très peu de temps pour le faire pas­ser de l’empire écra­sant qui barre tout l’horizon à la ruine com­plète qui le rouvre entièrement.

    Fré­dé­ric Lordon

    Réponse
  3. L.G

    Bon­jour,

    Pro­fes­seur d’es­pa­gnol jus­qu’en 2013, j’é­tu­diais avec mes élèves de ter­mi­nale un excellent film inti­tu­lé La méthode de Mar­ce­lo Piñey­ro réa­li­sé en 2005 : une fic­tion qui montre cepen­dant quel est le sort réser­vé aux lan­ceurs d’a­lerte à tra­vers le per­son­nage de Julio. La réflexion que je menais alors avec mes élèves concer­nait le conflit entre « loyau­té » à l’en­tre­prise et res­pect de la loi. 

    Le fait que le gou­ver­ne­ment soit si timo­ré au moment de défi­nir un sta­tut pour les lan­ceurs d’a­lerte n’a rien d’é­ton­nant : il expo­se­rait de fait la fonc­tion publique et obli­ge­rait ain­si le gou­ver­ne­ment à recon­naître un cer­tain nombre de dys­fonc­tion­ne­ments pour l’ins­tant étouf­fés par une omer­ta tout aus­si scan­da­leuse que dans les entre­prises privées.

    Cor­dia­le­ment,

    A‑L L.G

    Réponse
  4. etienne

    Monténégro : Le dernier jouet de l’OTAN pour provoquer la Russie

    Par Finian Cun­nin­gham – Le 9 novembre 2011 – Source Stra­te­gic Culture

    « Dif­fi­cile d’avoir cette semaine un gros titre plus sen­sa­tion­nel que celui-ci : « Le Mon­té­né­gro dit avoir déjoué le plan sou­te­nu par la Rus­sie de tuer le Pre­mier ministre Dju­ka­no­vic ». L’information spec­ta­cu­laire a sui­vi l’annonce dimanche der­nier par le pro­cu­reur géné­ral du pays qu’une ten­ta­tive de coup d’État effec­tuée – pré­ten­du­ment – par des natio­na­listes russes avait été déjouée pen­dant les élec­tions par­le­men­taires du mois dernier.

    Sans four­nir aucune preuve à l’appui de sa décla­ra­tion choc, le pro­cu­reur géné­ral Mili­voje Kat­nic a affir­mé qu’une « orga­ni­sa­tion puis­sante » com­pre­nant quelque 50 natio­na­listes russes, serbes et mon­té­né­grins avait com­plo­té pour blo­quer les élec­tions tenues le 16 octobre et déclen­cher un coup d’État en assas­si­nant le Pre­mier ministre en poste depuis long­temps, Milo Djukanovic.

    Il a été affir­mé que le sup­po­sé coup d’État avait été déjoué par les auto­ri­tés mon­té­né­grines la veille des élec­tions. Main­te­nant les mêmes auto­ri­tés ont conclu que le com­plot avait été our­di à l’intérieur du ter­ri­toire russe.

    Sans dévoi­ler les iden­ti­tés des indi­vi­dus qui auraient été arrê­tés, la ver­sion offi­cielle manque de crédibilité.

    Le porte-parole du Krem­lin Dmi­try Pes­kov a reje­té les accu­sa­tions d’interférence russe au Mon­té­né­gro. Les par­tis poli­tiques de l’opposition mon­té­né­grine ont quant à eux condam­né ces affir­ma­tions comme de la « pro­pa­gande gros­sière » des­ti­née à pous­ser l’agenda du Pre­mier ministre pro-OTAN et pro-euro­péen de Djukanovic.

    « Il est évident que le pro­cu­reur spé­cial est deve­nu un ser­vi­teur du Par­ti démo­cra­tique des socia­listes [au pou­voir]», a décla­ré Milu­tin Duka­no­vic, chef de l’opposition Front démo­cra­tique, cité par Radio Free Europe.

    En effet, depuis que Milo Dju­ka­no­vic a annon­cé, il y a près d’un an, ses pro­jets d’adhésion à l’alliance mili­taire diri­gée par les États-Unis qu’est l’OTAN, son gou­ver­ne­ment s’est heur­té à une vive oppo­si­tion au sein de la minus­cule popu­la­tion du Mon­té­né­gro, qui compte envi­ron 620 000 habitants.

    Beau­coup de Mon­té­né­grins se sou­viennent que leur pays a été bom­bar­dé par l’OTAN il y a 16 ans, lorsqu’il fai­sait encore par­tie de la Ser­bie résul­tant de l’ancienne You­go­sla­vie. En 2006, le Mon­té­né­gro est deve­nu indé­pen­dant de Bel­grade, mais les mémoires res­tent mar­quées par le bom­bar­de­ment aérien de l’OTAN, dans lequel des mil­liers de gens ont été tués au cours d’une cam­pagne mili­taire, qui ser­vait les inté­rêts occi­den­taux emme­nés par les États-Unis pour démem­brer les Bal­kans et en faire des États pro-occi­den­taux. Ces États ont depuis lors ren­for­cé l’expansion de l’OTAN vers les fron­tières de la Russie.

    Aujourd’hui, le Mon­té­né­gro se trouve être le der­nier trem­plin pour l’agression de l’OTAN contre la Russie.

    Cela semble plus qu’une coïn­ci­dence que trois jours seule­ment avant que le Mon­té­né­gro ne porte ses graves accu­sa­tions de sub­ver­sion russe, la secré­taire adjointe de l’OTAN se soit ren­due dans le pays, pro­met­tant qu’il serait élu 29e membre de l’alliance dès 2017.

    L’adhésion du Mon­té­né­gro à l’OTAN doit être approu­vée par cha­cun des membres de l’alliance. Leur vote semble assu­ré à la lumière des der­nières décla­ra­tions sur l’«agression » russe.

    La Rus­sie a lon­gue­ment expri­mé sa désap­pro­ba­tion offi­cielle d’une nou­velle expan­sion en direc­tion de ses fron­tières. Mos­cou a ouver­te­ment appor­té son sou­tien poli­tique aux par­tis d’opposition au Mon­té­né­gro, qui sont contre l’adhésion à l’OTAN.

    Le gou­ver­ne­ment Dju­ka­no­vic affirme que Mos­cou finance les par­tis d’opposition – des affir­ma­tions que Mos­cou et les par­tis à l’intérieur du pays nient caté­go­ri­que­ment. Ces der­niers disent que les allé­ga­tions de finan­ce­ment par Mos­cou ne sont que des entour­loupes de Dju­ka­no­vic pour dis­cré­di­ter l’opposition légi­time à ses ambi­tions otanesques. » […]

    Lire la suite :
    http://​lesa​ker​fran​co​phone​.fr/​m​o​n​t​e​n​e​g​r​o​-​l​e​-​d​e​r​n​i​e​r​-​j​o​u​e​t​-​d​e​-​l​o​t​a​n​-​p​o​u​r​-​p​r​o​v​o​q​u​e​r​-​l​a​-​r​u​s​sie
    Source : le Saker Francophone

    Réponse
  5. Merome

    A Étienne et les lec­teurs de ce blog, je tente de lan­cer un truc pour dif­fu­ser mas­si­ve­ment l’i­dée que nous ne sommes pas en démocratie. 

    Mer­ci d’en prendre connais­sance et de dif­fu­ser si vous esti­mez que ça vaut la peine : 

    Financement participatif d’une prise de conscience massive

    https://​merome​.net/​b​l​o​g​/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​?​p​o​s​t​/​2​0​1​6​/​1​1​/​2​4​/​F​i​n​a​n​c​e​m​e​n​t​-​p​a​r​t​i​c​i​p​a​t​i​f​-​d​-​u​n​e​-​p​r​i​s​e​-​d​e​-​c​o​n​s​c​i​e​n​c​e​-​m​a​s​s​ive

    Une idée qui me trotte dans la tête depuis quelques années déjà, et que je sou­mets à la critique.

    L’i­dée que nous ne sommes pas en démo­cra­tie est encore trop peu dif­fu­sée à mon goût, et empêche même les pen­seurs les plus en pointe avec qui je me trouve des accoin­tances, de for­mu­ler une alter­na­tive à ce qu’ils ana­lysent comme des ano­ma­lies ou pire des échecs.

    Très récem­ment, le Brexit, le CETA et l’é­lec­tion de Trump ont fait appa­raître une contes­ta­tion sérieuse de l’ordre éta­bli, mais très peu semblent être ceux qui en com­prennent réel­le­ment les res­sorts, car ils ana­lysent la chose en consi­dé­rant que nous sommes en démo­cra­tie et par consé­quent que l’é­lec­tion ou même le réfé­ren­dum res­tent des moyens d’ex­pri­mer direc­te­ment et véri­ta­ble­ment son point de vue.

    Une masse crois­sante, mais néan­moins mino­ri­taire, d’in­ter­nautes nour­ris aux confé­rences et bou­quins de Fran­cis Dupuis-Deri, Yves Sin­to­mer, Domi­nique Rous­seau, Ber­nard Manin, Cor­ne­lius Cas­to­ria­dis, David Van Rey­brook… tré­pignent d’im­pa­tience et vitu­pèrent en enten­dant les com­men­taires des jour­na­listes car ils savent que l’é­lec­tion est un mode de sélec­tion de repré­sen­tants qui, par défi­ni­tion, ne per­met pas la démo­cra­tie. Ils savent que le mot « démo­cra­tie » lui-même a été volé par les par­tis poli­tiques à des fins élec­to­ra­listes. Ils savent que choi­sir une per­sonne par­mi des can­di­dats non-choi­sis n’est pas un suf­frage. Ils savent que les médias jouent un rôle déter­mi­nant et par­ti­cipent à la cor­rup­tion de toute élite politique.

    Ces faits, par­fai­te­ment docu­men­tés, rele­vés par les his­to­riens et les poli­to­logues, sont pour la plu­part igno­rés du grand public et les médias de masse ne s’en font pas l’écho.

    D’où l’i­dée, peut-être sau­gre­nue, sans doute naïve, d’u­ti­li­ser le finan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif pour lan­cer, avant les élec­tions pré­si­den­tielles une cam­pagne d’af­fi­chage publi­ci­taire natio­nale sur le thème « Nous ne sommes pas en démocratie ».

    Une cam­pagne neutre, citoyenne, n’ap­pe­lant à rien d’autre que s’in­for­mer sur ce sujet.

    Il s’a­git de sor­tir de l’entre soi du web mili­tant et tou­cher à la fois le citoyen lamb­da qui se demande pour qui il va bien pou­voir voter et, si l’am­pleur de la mobi­li­sa­tion est suf­fi­sante, d’at­ti­rer l’at­ten­tion des médias tra­di­tion­nels qui devront s’in­ter­ro­ger sur l’o­ri­gine d’une telle campagne.

    Par exemple (j’ai fait ça vite fait, hein, je pense qu’on pour­rait mobi­li­ser des talen­tueux gra­phistes pour faire mieux que ça) :

    Avant de lan­cer véri­ta­ble­ment un pro­jet de crowd­fun­ding, j’au­rais vou­lu savoir com­bien on était à être capables de mettre 5, 10 ou 50 euros dans un tel pro­jet, juste pour que la démo­cra­tie, la vraie, avance plus vite.

    Sachant que la moindre cam­pagne publi­ci­taire d’en­ver­gure se chiffre à plu­sieurs dizaines de mil­liers d’eu­ros, mais le finan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif a mon­tré par le pas­sé que ce genre de choses était possible.

    Qui me suit ?

    https://​merome​.net/​b​l​o​g​/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​?​p​o​s​t​/​2​0​1​6​/​1​1​/​2​4​/​F​i​n​a​n​c​e​m​e​n​t​-​p​a​r​t​i​c​i​p​a​t​i​f​-​d​-​u​n​e​-​p​r​i​s​e​-​d​e​-​c​o​n​s​c​i​e​n​c​e​-​m​a​s​s​ive

    Réponse
    • etienne

      Moi, ça m’intéresse 🙂
      et je participerai.
      Étienne.

      Réponse
    • Ronald

      Bof, l’af­fi­chage, moi je trouve pas ça top. L’in­for­ma­tion sur la démo­cra­tie néces­site tout de même un peu d’ex­pli­ca­tions. Per­sonne ne s’ar­rête devant une affiche durant dix minutes pour lire un texte. Il faut ame­ner le texte devant les yeux de gens qui sont déjà occu­pés à lire. Ce serait plus appro­prié de faire pas­ser un com­mu­ni­qué dans un jour­nal. Par exemple, dans Direct matin, on peut ache­ter une page pour 140.000 euros (majo­ré de 15 % s’il s’a­git d’un communiqué) :
      http://​www​.tarif​spresse​.com/​P​D​F​/​0​0​6​2​9​_​2​0​1​6​0​3​2​2​.​pdf

      Bien enten­du, il faut s’a­dap­ter au sup­port. On évi­te­ra ain­si par exemple d’é­crire que Bol­lo­ré est une crapule …

      Réponse
      • Merome

        @Ronald : ta remarque est per­ti­nente, mais Direct Matin (ou un autre jour­nal) encore faut-il l’a­che­ter et le lire. La pub affi­chée s’im­pose à toi, c’est même pour ça qu’on la cri­tique ! Et il ne s’a­git pas de publier le ver­ba­tim d’une confé­rence d’E­tienne sur une affiche, mais bien de mettre un mes­sage per­cu­tant, et de ren­voyer vers un site web qui explique en détail.

        Réponse
        • Ronald

          Non, non, je pense que ce n’est pas la bonne méthode.
          Je pense qu’il y a des gens qui s’in­forment par inter­net, et d’autres par les médias clas­siques. Mettre un nom de site sur une affiche papier ne fonc­tion­ne­ra pas. Il faut faire un com­mu­ni­qué (un « article spon­so­ri­sé ») pour les lec­teurs de jour­naux (et j’ai jus­te­ment cité Direct Matin parce qu’il ne faut pas l’a­che­ter : c’est un jour­nal gratuit).
          Et pour ceux qui s’in­forment par le net, alors là oui, on peut faire une annonce plus brève – sur un site de média tra­di­tion­nel type Huf­fing­ton post ou libe​ra​tion​.fr – avec une adresse ou un lien ren­voyant à une site plus détaillé.
          Enfin bon ce n’est que mon avis, je n’ai pas plus de connais­sance en com­mu­ni­ca­tion poli­tique que ça.

          Réponse
  6. etienne

    [Cra­pu­le­rie des grands patrons, tou­jours pré­sen­tés comme exem­plaires par lémé­dia, bien sûr]

    Chez Veolia, le banquet des fauves

    par Mar­tine Orange (Media­part) :

    « Deux diri­geants de la branche Eau de Veo­lia France sont deve­nus action­naires d’une socié­té luxem­bour­geoise après lui avoir confié un énorme contrat : le trai­te­ment des paie­ments de toutes les fac­tures d’eau du groupe. Ils espé­raient revendre par la suite cette socié­té 200 mil­lions d’euros au mini­mum. À Veo­lia de préférence.

    La machi­na­tion était cen­sée ne jamais venir au grand jour. Com­ment ima­gi­ner un tel dévoie­ment au sein de Veo­lia ? Alors que le groupe a sup­pri­mé plu­sieurs mil­liers d’emplois dans l’activité Eau au cours des quatre der­nières années, et lan­cé un pro­gramme d’économies de plus de 600 mil­lions d’euros, deux des plus hauts res­pon­sables de l’activité de la branche Eau tra­vaillaient sur­tout à leur enri­chis­se­ment, en uti­li­sant les moyens finan­ciers, les clients, la répu­ta­tion du groupe pour leur seul pro­fit personnel.

    Dans la plus grande dis­cré­tion, ces diri­geants sont deve­nus action­naires, avec une poi­gnée d’acolytes, d’une toute petite struc­ture basée au Luxem­bourg, Olky Pay­ment Ser­vice Pro­vi­der. Une socié­té qu’ils venaient jus­te­ment de choi­sir pour lui confier un énorme contrat : le trai­te­ment de tous les paie­ments des fac­tures d’eau des abon­nés de Veo­lia en France ! 

    Cette pla­te­forme, qui gère en par­ti­cu­lier les paie­ments par TIP (titre inter­ban­caire de paie­ment), a une tech­nique par­ti­cu­lière : elle repré­sente auto­ma­ti­que­ment les fac­tures impayées auprès des banques et peut mettre en place des paie­ments frac­tion­nés. Un huis­sier des temps modernes en quelque sorte.

    Ce sys­tème est cen­sé lut­ter contre les impayés, de plus en plus impor­tants dans la ges­tion des ser­vices d’eau. Non pas parce que la pau­vre­té sévit de plus en plus en France, à entendre les grands conces­sion­naires d’eau (Veo­lia, Suez envi­ron­ne­ment, Saur), mais en rai­son de la loi Brottes, votée en 2013. Celle-ci, selon eux, serait une inci­ta­tion à ne pas payer puisqu’elle ins­ti­tue un droit mini­mum à l’eau et inter­dit toute cou­pure défi­ni­tive. Vent debout contre ce texte, les conces­sion­naires d’eau réclament désor­mais que les muni­ci­pa­li­tés prennent à leur charge une par­tie des fac­tures impayées, au titre de l’aide sociale.

    Pen­dant ce temps, les deux diri­geants de la branche Eau avaient tout mis en place pour engran­ger les béné­fices. Avec l’espoir de faire une culbute encore plus grande dans un délai assez bref. Car le but était de revendre l’ensemble de la socié­té au groupe, ou à d’autres, le plus rapi­de­ment pos­sible. Le prix de revente avait déjà été fixé entre les dif­fé­rents action­naires : 200 mil­lions d’euros minimum ! 

    Antoine Fré­rot, PDG de Veo­lia © Reuters

    200 mil­lions d’euros ! La cupi­di­té des diri­geants est déci­dé­ment deve­nue sans limite. Depuis des années, la chro­nique des affaires de rému­né­ra­tion et d’enrichissement per­son­nel dans le monde patro­nal ne cesse de s’étoffer. Mais cette affaire tra­duit un degré sup­plé­men­taire dans l’effondrement moral, l’absence de toute éthique, de tout scru­pule. Avec un sen­ti­ment com­plet d’impunité, ces diri­geants se sont appuyés sur leurs connais­sances, ce petit monde de réseaux, de com­bines, d’entre-soi qui fait si sou­vent la marque du capi­ta­lisme fran­çais, pour mon­ter leur machi­na­tion. L’argent empor­tant tout.

    L’affaire paraît avoir été pen­sée et orches­trée de longue date. Car tous les engre­nages du méca­nisme s’emboîtent en un temps record. Les socié­tés néces­saires sont créées au moment vou­lu. Tout le monde semble jon­gler avec aisance dans l’opacité de la finance dis­crète et des para­dis fiscaux.

    Tout com­mence en 2014. » […]

    Lire la suite :
    https://​www​.media​part​.fr/​j​o​u​r​n​a​l​/​e​c​o​n​o​m​i​e​/​2​4​1​1​1​6​/​c​h​e​z​-​v​e​o​l​i​a​-​l​e​-​b​a​n​q​u​e​t​-​d​e​s​-​f​a​u​ves

    Source : Mediapart

    Réponse
  7. etienne

    « Communication stratégique de l’Union visant à contrer la propagande dirigée contre elle par des tiers » :

    Mon com­men­taire : L’UE, ce n’est pas la paix, c’est la guerre : contre la Ser­bie c’est fait, contre l’U­kraine c’est fait, et bien­tôt contre la Russie 🙁
    Le fas­cisme unio­neu­ro­péen pro­gresse chaque jour. Seuls des citoyens deve­nus consti­tuants pour­ront y faire face. Si nous res­tons de misé­rables élec­teurs (des enfants muse­lés, quoi), c’est foutu.

    http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-%2F%2FEP%2F%2FTEXT+TA+P8-TA-2016–0441+0+DOC+XML+V0%2F%2FFR&language=FR

    Réponse
  8. etienne

    Anissa Naouai : There’s a crusade against « fake news »

    […]
    Mis­lea­ding, misin­for­ming, pul­ling out of the context, and pro­pa­ga­ting war, that’s is your inten­tion, for sure. Remem­ber WMDs ? [« We should have been more skep­ti­cal »] Yes, you should have been. But les­sons aren’t learnt. Yugo­sla­via, Iraq, Afgha­nis­tan, Libya, Syria, ISIS, ter­ro­rists, or what do you call them « mode­rate rebels » ? 

    What you do is way more dan­ge­rous : your « real news » starts wars, kills and dis­places mil­lions, and des­troy entire regions.
    So fuck « fake news » ! Most can see that coming. It’s the real news that need a check.

    Je tra­duis vite fait :

    Anis­sa Naouai : Il y a une croi­sade qui démarre contre les pré­ten­dues « fausses nou­velles » [sur Face­book, sur Inter­net et sur les réseaux sociaux]
    […]
    Trom­per, mal infor­mer, sor­tir du contexte, et pro­pa­ger la guerre, ça c’est votre inten­tion, pour sûr. Vous vous sou­ve­nez du coup des « armes de des­truc­tion mas­sive » ? [un notable avoue : « nous aurions dû être plus pru­dents »] Oui, vous auriez dû. Mais les leçons n’ont pas été apprises. La You­go­sla­vie, l’I­rak, l’Af­gha­nis­tan, la Libye, la Syrie, les ISIS, les ter­ro­ristes, ou les — com­ment les qua­li­fiez-vous ? « rebelles modérés »?… 

    Ce que VOUS faites est beau­coup plus dan­ge­reux : vos pré­ten­dues « vraies nou­velles » démarrent des guerres, tuent et détruisent des mil­lions de per­sonnes, et détruisent des régions entières. 
    Alors, fuck vos pré­ten­dues « fausses nou­velles » ! La plu­part des citoyens vous voient venir. Ce sont vos pré­ten­dues « vraies nou­velles » qui ont besoin d’être vérifiées.

    https://​www​.face​book​.com/​i​n​t​h​e​n​o​w​/​v​i​d​e​o​s​/​7​1​5​6​1​5​8​5​5​2​5​5​4​53/

    Réponse
  9. etienne

    HOMME BLANC AVOIR LANGUE FOURCHUE…
    Le double jeu infamant de l’Occident avec Gorbatchev

    par Eric Zuesse – Le 10 sep­tembre 2015 – Source Stra­te­gic Culture

    La condi­tion­na­li­té de l’accord de l’Union sovié­tique, pour per­mettre à l’Allemagne de l’Ouest de récu­pé­rer l’Allemagne de l’Est, et ter­mi­ner ain­si la guerre froide, était que l’OTAN ne s’étendrait pas « d’un pouce vers l’est ». C’est l’accord qui a été approu­vé par le pré­sident russe de l’Union sovié­tique, Mikhaïl Gor­bat­chev, un grand homme et un héros exem­plaire pour les démo­crates par­tout dans le monde.

    Il accep­ta alors de mettre fin à l’Union sovié­tique, en aban­don­nant le com­mu­nisme, et donc de mettre fin à la guerre froide. Il a accep­té cela, parce qu’on lui avait pro­mis que l’OTAN ne s’étendrait pas « d’un pouce vers l’est » ou « d’un pouce à l’est », selon la façon dont la pro­messe a été tra­duite et com­prise – mais elle a le même sens, peu importe la tra­duc­tion. Il a fait confiance au pré­sident amé­ri­cain George Her­bert Wal­ker Bush, dont l’ami et secré­taire d’État James Baker a fait cette pro­messe à Gor­bat­chev. Avec cette pro­messe, Gor­bat­chev a accep­té de mettre fin à l’Union sovié­tique, au pacte com­mu­niste de défense mutuelle, qui était leur équi­valent de l’OTAN, le Pacte de Var­so­vie. Et il croyait que la nation res­tante, la Rus­sie, qu’il diri­ge­rait alors, serait accep­tée comme une démo­cra­tie occidentale.

    Il a même été pro­mis par les États-Unis que « nous allions être un membre [de l’OTAN], nous serions d’abord obser­va­teurs, puis un membre ». En d’autres termes, les États-Unis ont pro­mis que l’OTAN ne s’étendrait pas jusqu’aux fron­tières de la Rus­sie en deve­nant une menace mor­telle pour la sécu­ri­té natio­nale du peuple russe, iso­lé et sépa­ré de ses anciens alliés mili­taires. Au lieu de cela, a dit Gor­bat­chev, la Rus­sie serait elle-même accueillie dans l’Alliance occi­den­tale, et fina­le­ment devien­drait un membre de l’OTAN. C’était l’accord, met­tant fin à une guerre froide de qua­rante-six ans.

    La Rus­sie a res­pec­té sa part de l’accord. Les États-Unis ne l’ont pas fait. Les États-Unis ont la langue four­chue [comme dans leurs accords avec les Amé­rin­diens, NdT] et ont depuis élar­gi l’OTAN, pour y inté­grer les anciennes nations membres du Pacte de Var­so­vie dans une alliance mili­taire anti-russe – exac­te­ment ce que les États-Unis avaient pro­mis de ne jamais faire. Le pré­sident amé­ri­cain George Her­bert Wal­ker Bush a dit en pri­vé au chan­ce­lier de l’Allemagne de l’Ouest Hel­mut Kohl (qui était d’accord avec ce que James Baker avait arran­gé) : « Qu’ils aillent au diable ! Nous avons vain­cu, pas eux. » Il ne vou­lait pas la paix avec la Rus­sie. Il vou­lait la conqué­rir. Il vou­lait enfon­cer le nez des Russes dans leur infé­rio­ri­té par rap­port aux Américains.

    Le désir constant de la Rus­sie de rejoindre l’OTAN a été reje­té. C’est une guerre inten­tion­nelle de l’OTAN. C’est exac­te­ment le contraire de ce que les États-Unis avaient pro­mis à la Rus­sie, sur la base de quoi le Pacte de Var­so­vie a pris fin. Com­ment le peuple russe peut-il alors faire confiance à un pays comme les États-Unis ? Ils seraient fous de le faire.

    Mais cette trom­pe­rie, cette double peine, n’est pas seule­ment la honte de l’Amérique. Elle est aus­si deve­nue la honte de l’ensemble des nations qui ont adhé­ré à cette pro­messe occi­den­tale à l’époque. Parce que tous ont accep­té le lea­der­ship de l’Amérique dans le double jeu de cette guerre contre la Rus­sie, la guerre de l’Amérique pour conqué­rir la Rus­sie. Ils l’acceptent tout sim­ple­ment, en res­tant membres de ce gang mili­taire, main­te­nant néfaste, que l’OTAN est deve­nue. Pire encore, cer­tains des pays membres de l’OTAN à l’époque étaient – comme Kohl en Alle­magne occi­den­tale, le modèle de sa pro­té­gée Ange­la Mer­kel, qui per­pé­tue main­te­nant le crime – eux-mêmes des par­ti­ci­pants majeurs à l’élaboration, puis main­te­nant à la rup­ture, de cette pro­messe faite aux Russes.

    Voi­ci la preuve de ce crime inter­na­tio­nal his­to­rique, mas­sif et constant. Le crime qui est à l’origine de tant de misère, de des­truc­tions et de morts, non seule­ment en Rus­sie, mais dans le reste de l’Europe, où des mil­lions de réfu­giés fuient la Libye, la Syrie, l’Ukraine et d’autres anciens pays alliés de la Rus­sie – suite au chaos engen­dré par les États-Unis.

    LE TÉMOIGNAGE […]

    Lire la suite :
    http://​lesa​ker​fran​co​phone​.fr/​h​o​m​m​e​-​b​l​a​n​c​-​a​v​o​i​r​-​l​a​n​g​u​e​-​f​o​u​r​c​hue

    Source : le Saker Francophone

    Réponse
  10. Scipion

    Bon­jour à tous,

    j’ai­me­rais vous racon­ter une petite his­toire. En 1942, les juges qui condam­naient à mort des civils consi­dé­rés comme « résis­tants » étaient retrou­vés la tête écla­tée contre les pavés dans des ruelles sombres. Hé hé hé.

    C’est juste une ques­tion de rap­port de force en vérité.

    Si ils font ça c’est parce qu’ils voient que de toutes façons rien de les bloquera.

    Réponse
  11. etienne

    IMPORTANT : communiqué de SynerJ à J‑15 :

    « Bon­jour à tous,

    Nous voi­ci désor­mais à 15 jours de la table-ronde SynerJ avec Phi­lippe Pas­cot, Etienne Chouard, Sté­pha­nie Gibaud et Yvan Stefanovitch.

    Au regard des nom­breuses ins­crip­tions que nous avons déjà enre­gis­trées, il s’a­vère que cette soi­rée ren­contre un vif suc­cès et nous vous en remer­cions chaleureusement.

    Pour rap­pel, la salle peut accueillir 300 places assises et afin de garan­tir votre pré­sence le jour‑J, il est vive­ment conseillé de vali­der votre ins­crip­tion en nous envoyant un mail au plus vite.

    !!! Atten­tion, les ins­crip­tions Face­book ne consti­tuent pas la vali­da­tion de votre ins­crip­tion, en cas de trop forte affluence, nous serons dans l’o­bli­ga­tion de prio­ri­ser les ins­crip­tions par mail !!!

    La pro­cé­dure pour vous ins­crire est très simple :
    Envoyez-nous un simple mail à collectif@synerj.org

    En pré­ci­sant votre nom et pré­nom, ain­si que ceux de toutes les per­sonnes qui vous accompagneront.

    Vous rece­vrez rapi­de­ment un mail de confirmation.

    Mer­ci pour votre com­pré­hen­sion à tous et nous vous don­nons ren­dez-vous le 10 décembre. »

    Toute l’é­quipe SynerJ

    https://​www​.face​book​.com/​e​v​e​n​t​s​/​3​3​6​1​5​0​3​1​3​4​2​9​4​5​2​/​p​e​r​m​a​l​i​n​k​/​3​4​3​0​1​2​1​9​9​4​0​9​9​30/

    Réponse
    • Aquablue03

      Des nou­velles de la péti­tion aux infos direct tv !
      Il manque le nom de l’é­quipe que M.Morand a « omis » de don­ner pour na pas faire d’ombre à l’é­cri­ture de son bou­quin sur la cor­rup­tion française !
      Juste le nombre de signa­tures appa­raissent ver­ba­le­ment .….147.000 intéressés !
      Bonne nuit

      Réponse
    • Aquablue03

      Bon­jour ! Récep­tion Mail de L’au­teur de la péti­tion :« Pour l’interdiction aux déten­teurs d’un casier judi­ciaire d’ef­fec­tuer un man­dat élec­to­ral » vous envoie un message !
      Boîte de réception
      x
      MesO­pi­nions Se désabonner

      27 janv. (Il y a 2 jours)

      À moi
      Si ce mes­sage ne s’af­fiche pas cor­rec­te­ment, sui­vez ce lien
      Bon­jour à toutes et à tous,

      Vous avez signé la péti­tion « Pour l’interdiction aux déten­teurs d’un casier judi­ciaire d’ef­fec­tuer un man­dat électoral ».

      Le 27/01/2017 :

      Mer­ci à tous ceux qui ont per­mis que cette loi voit le jour le 1er février.
      Mer­ci à Xavier Jan­do dit Dan­jou, Yan­nick Tal­houet, Jean Bolt les trois autres ins­ti­ga­teurs de la pétition.

      Peti­tion : Pour l’interdiction aux déten­teurs d’un casier judi­ciaire d’ef­fec­tuer un man­dat électoral

      Même s’ils « se réveillent un peu tard (loi, pas valable en 2017, amen­de­ments à pré­voir, sénat sans doute réfractaire)même « s’ils » tirent un peu beau­coup la cou­ver­ture à eux en oubliant (volon­tai­re­ment?) qu’ils ne l’ont fait cette loi que sous la pres­sion popu­laire que nous avons organisé.

      Cela, prouve que l’on peut gagner si nous nous orga­ni­sons : ON EST LE NOMBRE !
      Si quelques médias ou jour­na­listes encore un peu libre nous relaient, si nous uti­li­sons le sys­tème pour mieux le remettre à sa place : au ser­vice des citoyens !
      Mer­ci à tous,
      Phi­lippe Pascot

      Une loi « casier judi­ciaire vierge » pour « en finir avec le sen­ti­ment d’im­pu­ni­té » des élus :Voir l’article

      Signons , par­ta­geons ! Soyons 150 000 avant le 1er février !
      Par­ta­gez cette péti­tion avec vos amis :
      Bon dimanche

      Réponse
  12. etienne

    Quand j’é­coute Jean-Luc Mélen­chon aujourd’­hui, je suis heu­reux de voir que germent enfin les idées que je défends depuis onze ans (citoyens consti­tuants, tirage au sort…), et il y a des trou­vailles issues du tra­vail de cet homme-là (et bien des idées à discuter) :

    MÉLENCHON – FAQ – 6E RÉPUBLIQUE, CONSTITUTION, TIRAGE AU SORT, CANNABIS, BIO, YOUTUBE, SNOWDEN, ASSANGE…

    Réponse
    • Aquablue03

      Bon­soir ,
      Oui , mais il va concou­rir pour une place d’élu …,
      soi disant pour la lais­ser après ! À suivre .…
      C’est mon favo­ri après vous bien sûr

      Réponse
  13. Ronald

    En atten­dant que ne soit mise en ligne la vidéo de la réunion de SynerJ, voi­ci la video de la réunion pré­cé­dente, avec Loïc Blon­diaux.

    Le temps est révo­lu où les idées de démo­cra­ti­sa­tion étaient ridi­cu­li­sées. Au fur et à mesure qu’elles vont s’é­tendre, elle vont être reprises et dis­cu­tées par des pro­fes­sion­nels des ins­ti­tu­tions. Cela va être inté­res­sant de voir com­ment ces idées vont être refor­mu­lées, défen­dues ou critiquées. 

    Glo­ba­le­ment, vous connais­sez déjà les grandes lignes de la pré­sen­ta­tion, mais il y a des mises en pers­pec­tive intéressantes.
    On note­ra en fin de pre­mière vidéo (54′ et sui­vantes) le pas­sage où il explique com­ment doit se faire la tran­si­tion vers une consti­tu­tion démo­cra­tique de manière non révo­lu­tion­naire. C’est à peu près ain­si que je voyais les choses. Juste que je ne com­prend pas trop pour­quoi il juge néces­saire de poser au préa­lable que l’on res­pec­te­ra le bloc de consti­tu­tion­na­li­té actuel, ça me semble un peu bizarre.

    L’ex­po­sé :

    L’é­change avec le public :

    Réponse
  14. etienne

    [Graphique de répartition] Les inculpés de LuxLeaks :

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Oui, la planète fut détruite. Mais pendant un bref et merveilleux moment, une énorme plus-value fut créée pour les actionnaires.

        Fil Facebook correspondant à ce billet : https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10159883602597317     Tweet correspondant à ce billet : https://twitter.com/Etienne_Chouard/status/1521818079159803904     Telegram...

Vidéo de mon intervention au 3ème Festival Citoyen (près de Toulon) du 1er mai 2022

  Sur l’élection et le tirage au sort, sur le RIC, sur le processus constituant populaire permanent, sur Alain (Émile Chartier), sur les élections sans candidats, sur les gilets jaunes et sur la priorité absolue que nous devrions tous donner à l'élaboration des...