Ce type est vraiment passionnant.

“Diplomatie en carton” me paraît un euphémisme trop gentil, comme si les acteurs politiques faisaient de leur mieux pour servir le bien commun, mais en étaient incapables.

L’hypothèse de la corruption et de la traîtrise est beaucoup plus plausible, je trouve.

Il me semble qu’il manque surtout à cette réflexion (très riche et utile) la recherche de causes premières encore plus en amont : qui, sur terre, a intérêt au chaos en question (évidemment contraire au bien commun) ? Et quel est le processus constituant qui nous conduit toujours à choisir précisément la procédure qui donne le pouvoir aux grands privilégiés, toujours ennemis du bien commun ?

Fil Facebook correspondant à ce billet :
https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10154623999342317