Bernard Friot à Ballast : « Nous n’avons besoin ni d’employeurs, ni d’actionnaires pour produire »

19/09/2015 | 98 commentaires

Puis­sante syn­thèse de Ber­nard Friot,
pour Ballast :
« Nous n’avons besoin ni d’employeurs, ni d’actionnaires pour produire »

À lire.

http://​www​.revue​-bal​last​.fr/​b​e​r​n​a​r​d​-​f​r​i​ot/

Entretien inédit pour le site de Ballast

Éco­no­miste et socio­logue, Ber­nard Friot défend depuis de nom­breuses années une alter­na­tive au capi­ta­lisme, qu’il a théo­ri­sée à par­tir de son sujet de pré­di­lec­tion : la sécu­ri­té sociale. Contrai­re­ment à la pro­po­si­tion du reve­nu de base qu’il qua­li­fie de « roue de secours du capi­ta­lisme », la solu­tion du salaire à vie s’inscrit autant dans une refonte com­plète de notre rap­port à la pro­prié­té que dans une démarche de sup­pres­sion de notre alié­na­tion au mar­ché de l’emploi, au pro­fit de la valo­ri­sa­tion du tra­vail. Car, pour ce pro­fes­seur émé­rite de l’université de Nan­terre, c’est très clair : nous tra­vaillons tous, même si nous n’avons pas d’emploi. Au sein de l’association d’éducation popu­laire Réseau sala­riat dont il est cofon­da­teur, Ber­nard Friot décons­truit métho­di­que­ment la rhé­to­rique de ce qu’il appelle la « reli­gion capi­ta­liste », que nous avons inté­grée jusqu’à en être pri­son­niers concep­tuel­le­ment. Entretien.


Potrait1Dans l’une de vos confé­rences, vous affir­mez que la France n’est pas un État laïc. Pou­vez-vous nous expli­quer en quoi le capi­ta­lisme est une reli­gion, d’État qui plus est ?

La France est un État par­tiel­le­ment laïc et c’est heu­reux : la laï­ci­té, en sépa­rant l’État des reli­gions, est une condi­tion de l’émancipation popu­laire, car les reli­gions sont de puis­sants sys­tèmes d’adhésion à la classe diri­geante. Mais jus­te­ment, il y a une reli­gion qui, loin d’être sépa­rée de l’Etat, y règne en maître : c’est la reli­gion capi­ta­liste. Enten­dons par là un ensemble très construit de dogmes, de croyances, de rituels, qui font pas­ser pour divine la vio­lence des ins­ti­tu­tions du capi­tal. Les dogmes sont construits par la pré­ten­due « science éco­no­mique », qui s’est impo­sée à l’université en excluant les hété­ro­doxes des postes de pro­fes­seur et qui for­mate tout le dis­cours des gou­ver­nants et des médias. Plus la réa­li­té infirme le dogme, plus il est raf­fi­né, avec l’affirmation clas­sique de toute reli­gion : c’est parce que nous ne sommes pas assez fidèles au dogme qu’il n’informe pas encore suf­fi­sam­ment le réel ! La pré­ten­due « science éco­no­mique » pro­cède par injonc­tion per­ma­nente. Les croyances per­mettent d’intérioriser les injonc­tions du capi­tal : nous pré­sen­ter sur le mar­ché du tra­vail comme « deman­deurs d’emploi » (alors que nous sommes les seuls pro­duc­teurs de la valeur !) parce que nous croyons que seuls ceux qui ont un emploi pro­duisent de la valeur éco­no­mique ; nous sou­mettre aux mar­chés finan­ciers parce que nous croyons que l’on ne peut finan­cer l’investissement (et créer de la mon­naie) que par cré­dit ; accep­ter la rému­né­ra­tion du capi­tal parce que nous croyons que l’outil de tra­vail crée de la valeur ; apprendre à vivre avec la souf­france d’un tra­vail mené sous la dic­ta­ture du temps parce que nous croyons que la mesure natu­relle de la valeur, c’est le temps de tra­vail. Je m’en tiens à ces exemples, mais les croyances capi­ta­listes nous enserrent dans un filet très fin.

Les rituels, eux, ins­crivent notre quo­ti­dien dans la pra­tique ou l’acceptation des croyances et des dogmes. Là encore, je n’en retiens que quelques-uns dans un ensemble infi­ni. Dès l’enfance, nous enten­dons à la radio et à la télé le prêche des édi­to­ria­listes, qui nous rabâchent ad nau­seam le même ser­mon : si vous n’êtes pas sages, vous irez en enfer (voyez, les Grecs n’ont pas été sages, ils sont en enfer). À la radio tou­jours, l’appel plu­sieurs fois par jour du muez­zin qui, depuis le temple de la Bourse, récite le mou­lin à prières de la cote des titres finan­ciers. Dès le col­lège, nos enfants sont régu­liè­re­ment conduits dans des salons d’orientation où ils vont apprendre à appau­vrir leurs dési­rs pro­fes­sion­nels pour les confor­mer aux « exi­gences du mar­ché du tra­vail », un dieu par­ti­cu­liè­re­ment cruel. Puis il fau­dra aller régu­liè­re­ment à confesse : auprès de conseillers de Pôle emploi et autres ins­ti­tu­tions du mar­ché du tra­vail pour exa­mi­ner avec eux com­ment sor­tir du péché en amé­lio­rant notre employa­bi­li­té, auprès du N+1 pour entre­te­nir soi­gneu­se­ment notre incer­ti­tude sur la légi­ti­mi­té de notre pré­sence dans notre emploi. A l’opposé, dans une pra­tique laïque de l’État, la loi ne doit être por­teuse d’aucune de ces croyances et de ces rituels, leur expres­sion doit être inter­dite dans les ins­tances d’État et les ser­vices publics (mais auto­ri­sée bien sûr sur France Culture le dimanche matin par­mi les autres croyances) ; la loi doit inter­dire leur obli­ga­tion et garan­tir l’impunité pour ceux qui les refusent. Nous en sommes loin, le com­bat laïc a encore fort à faire. Mener la bataille pour la sépa­ra­tion de l’État et de la reli­gion capi­ta­liste est d’autant plus déci­sif aujourd’hui que, chez les socia­listes, les mânes de la sépa­ra­tion de l’État et des églises tra­di­tion­nelles sont invo­quées comme cau­tion de gauche à une poli­tique de sou­tien réso­lu à la reli­gion capi­ta­liste, tan­dis que la laï­ci­té a été récu­pé­rée par le Front natio­nal et Les Répu­bli­cains comme argu­ment raciste au ser­vice d’une divi­sion popu­laire qui dédouane le capi­tal de sa res­pon­sa­bi­li­té dans la crise du travail.

Vous décri­vez donc une reli­gion capi­ta­liste qui est la cause d’une très puis­sante alié­na­tion aux ins­ti­tu­tions du capi­tal. Quelles sont les alter­na­tives pos­sibles à ces institutions ?

« Tout cela peut être éten­du à toute la pro­duc­tion, car nous n’avons besoin ni d’employeurs, ni d’actionnaires, ni de prê­teurs pour produire. » 

Mettre en évi­dence le déjà-là de ces alter­na­tives est tout l’objet de mon acti­vi­té de cher­cheur : je fais donc une réponse som­maire et je ren­voie le lec­teur à mes livres, du plus simple (Éman­ci­per le tra­vail, entre­tiens avec Patrick Zech, aux édi­tions La Dis­pute, en 2014) au plus tech­nique (Puis­sances du sala­riat, édi­tion aug­men­tée, La Dis­pute, 2012). Vous avez rai­son de sou­li­gner que mal­gré la chape de plomb de la reli­gion d’État, le mou­ve­ment popu­laire a com­men­cé à construire une classe révo­lu­tion­naire qui s’est vic­to­rieu­se­ment oppo­sée aux ins­ti­tu­tions du capi­tal. Contre le mar­ché du tra­vail a été construit le salaire à vie des fonc­tion­naires et des retrai­tés. Contre le salaire « prix de la force de tra­vail », qui fait de nous des mineurs éco­no­miques ayant droit à du pou­voir d’achat, niés comme pro­duc­teurs de valeur, la classe ouvrière a impo­sé le salaire à la qua­li­fi­ca­tion. Contre la mesure de la valeur par le temps de tra­vail, la pro­duc­tion des admi­nis­tra­tions est mesu­rée par la qua­li­fi­ca­tion des pro­duc­teurs. Contre la pro­prié­té lucra­tive, de mul­tiples formes de pro­prié­té d’usage sont en train de s’instituer. Contre le cré­dit à l’investissement, l’impôt et la coti­sa­tion per­mettent de sub­ven­tion­ner des équi­pe­ments col­lec­tifs. Tout cela peut être éten­du à toute la pro­duc­tion, car nous n’avons besoin ni d’employeurs, ni d’actionnaires, ni de prê­teurs pour produire.

Il a été repro­ché à Tho­mas Piket­ty de négli­ger dans son livre best-sel­ler Le Capi­tal au XXIsiècle toute la vio­lence sociale conte­nue dans le rap­port entre un employeur et un employé. Peut-on ima­gi­ner un capi­ta­lisme sans ce rap­port asy­mé­trique, et donc sans cette violence ?

Évi­dem­ment pas : la pro­prié­té lucra­tive réserve la pro­prié­té de l’outil de pro­duc­tion à une mino­ri­té, qui exerce une dic­ta­ture sur la majo­ri­té par le double chan­tage à l’emploi et à la dette. Les ins­ti­tu­tions de l’Union euro­péenne, syn­di­cat du capi­tal, orga­nisent depuis les années 1950 ce double chan­tage, avec une constance et une déter­mi­na­tion que des tra­vaux comme ceux de Corinne Gobin, poli­tiste à l’université libre de Bruxelles, ont très bien mon­trées depuis des décen­nies, sans qu’ils aient été pris au sérieux par tous les croyants dans une pos­sible réforme de l’Union euro­péenne. L’affrontement de la troï­ka au peuple grec ouvre aujourd’hui les yeux de cer­tains de ces croyants, et cela en dépit de la mise en scène du jeu de rôles entre Hol­lande et Mer­kel, et de l’incroyable pro­pa­gande du cler­gé média­tique. Dans une affaire où Le Monde et Libé­ra­tion s’illustrent par leur par­ti­ci­pa­tion sans rete­nue à la curée, de tous les quo­ti­diens, seul L’Humanité sou­tient le peuple grec, même s’il faut déplo­rer qu’elle le fasse sur la base d’un appui sans réserve à Syri­za, qui ne mène pas la néces­saire lutte contre la classe capi­ta­liste grecque pour la pro­prié­té popu­laire de l’économie, condi­tion sine qua non de tout bras de fer avec la troï­ka – ce qui nous ren­voie, chez nous, à la dérive sociale-démo­crate du PCF et de la CGT. Puisque votre ques­tion fait réfé­rence à Tho­mas Piket­ty, qui s’inscrit dans la filia­tion de Fran­çois Furet et de Pierre Rosan­val­lon dont la res­pon­sa­bi­li­té dans le dépla­ce­ment à droite du débat public depuis qua­rante ans est énorme, je note qu’il a pris posi­tion contre la troï­ka, avec tous les éco­no­mistes hété­ro­doxes. Ce qui montre que le refus de l’austérité, qui motive l’essentiel de l’opposition à la poli­tique de l’Union, est à côté de la plaque : la vio­lence du capi­tal exige en réponse la construc­tion d’une auto­no­mie popu­laire sur la base d’une pro­duc­tion alter­na­tive à la pro­duc­tion capi­ta­liste, comme la classe ouvrière, avant son affais­se­ment des qua­rante der­nières années, a com­men­cé à le faire. Je viens de rap­pe­ler ces com­men­ce­ments en réponse à votre pré­cé­dente ques­tion, et c’est de ces acquis – consi­dé­rables – qu’il faut par­tir pour les généraliser.

Pour faire dis­pa­raître la vio­lence sociale due à l’emploi, vous pro­po­sez, entre autres, la copro­prié­té d’usage, et donc l’abolition de la pro­prié­té lucra­tive. En quoi cette der­nière est-elle dif­fé­rente de ce que l’on appelle com­mu­né­ment la pro­prié­té pri­vée des biens de production ?

« Le capi­ta­lisme ne repose pas sur la pro­prié­té pri­vée des biens de pro­duc­tion mais sur leur pro­prié­té lucra­tive, c’est-à-dire sur la contrainte faite aux non pro­prié­taires de pré­sen­ter leur force de tra­vail comme une mar­chan­dise sur un mar­ché du travail. »

Rem­pla­cer dans l’analyse de la pro­prié­té l’opposition pro­prié­té privée/publique par l’opposition pro­prié­té lucrative/d’usage est déci­sif si le mou­ve­ment popu­laire veut sor­tir de son désas­treux mutisme sur la pro­prié­té. « Pro­prié­té pri­vée » est un pléo­nasme : le pro­prié­taire d’un loge­ment indi­vi­duel ou le col­lec­tif copro­prié­taire d’une usine en ont un usage pri­vé, per­sonne d’autre que ces pro­prié­taires ne peut dis­po­ser de ce loge­ment ou de cette usine. Le pro­jet  d’« abo­lir la pro­prié­té pri­vée » est de ce point de vue un non-sens : seuls des loge­ments ou des outils de tra­vail por­tés par des pro­prié­taires sont réel­le­ment assu­més. C’est pour­quoi ce pro­jet est si peu énon­cé, ou alors selon deux pro­po­si­tions très contes­tables. La pre­mière, tra­di­tion­nelle dans la reven­di­ca­tion de natio­na­li­sa­tions, opère une dis­tinc­tion entre les petits et les gros pro­prié­taires : seuls les seconds seraient concer­nés par la col­lec­ti­vi­sa­tion de la pro­prié­té (le pro­jet étant, je le rap­pelle, de pas­ser du « pri­vé » au « public »)… ce qui revient à lais­ser au capi­tal l’essentiel du tis­su pro­duc­tif, fait de PME, et crée une divi­sion du sala­riat entre les sala­riés des grandes entre­prises et les autres, deux rai­sons essen­tielles de l’échec des natio­na­li­sa­tions, qui ont pour­tant été très nom­breuses au XXe siècle. La seconde, plus récente, consi­dère la pro­prié­té comme une ques­tion dépas­sée, et pré­co­nise l’usage : certes, mais sur quelle base juri­dique et avec quelles capa­ci­tés déci­sion­nelles ? Reven­di­quer l’usage sans la pro­prié­té ne risque pas de faire peur au capi­tal ! Le capi­ta­lisme ne repose pas sur la pro­prié­té pri­vée des biens de pro­duc­tion mais sur leur pro­prié­té lucra­tive, c’est-à-dire sur la contrainte faite aux non-pro­prié­taires de pré­sen­ter leur force de tra­vail comme une mar­chan­dise sur un mar­ché du tra­vail, afin de pro­duire des mar­chan­dises sous la dic­ta­ture du temps et ain­si d’augmenter le patri­moine des pro­prié­taires. Seul le tra­vail vivant pro­duit de la valeur, et donc, si un patri­moine pro­cure un reve­nu, c’est for­cé­ment sur la base de cette extor­sion du tra­vail d’autrui dans la sphère de la pro­duc­tion. Y com­pris si l’on est « petit » : pro­prié­taire d’une TPE ou d’une PME, sala­rié action­naire ou titu­laire d’une épargne dont le ren­de­ment est supé­rieur à la crois­sance du PIB cou­rant, loueur d’un bien fon­cier ou immobilier.

Tant que la pro­prié­té lucra­tive n’est pas délé­gi­ti­mée (et inter­dite) dans toutes ses mani­fes­ta­tions, l’œuf volé par le « petit » légi­ti­me­ra le bœuf volé par le « gros ». Contre la pro­prié­té lucra­tive et à sa place, c’est une autre pro­prié­té qu’il faut conti­nuer à construire pour la géné­ra­li­ser : la pro­prié­té d’usage. Pro­prié­té, parce que c’est la condi­tion pour déci­der : de l’investissement, de ce qui va être pro­duit, de la hié­rar­chie, du col­lec­tif de tra­vail. Tout cela doit être le fait de cha­cun de nous, nous devons abso­lu­ment deve­nir pro­prié­taires de notre outil de tra­vail (et, j’ajoute, de notre loge­ment, pour pou­voir y appor­ter les modi­fi­ca­tions conformes à notre pra­tique de l’espace pri­vé). Faute d’être nous-mêmes pro­prié­taires, nous sommes impuis­sants devant des pro­prié­taires lucra­tifs qui délo­ca­lisent à leur guise, qui nous imposent l’objet et les condi­tions de notre tra­vail ou des hié­rar­chies sur les­quelles nous n’avons aucune prise, qui nous obligent à res­ti­tuer notre loge­ment dans l’état où nous l’avons trou­vé. Oui, contre cette impuis­sance, nous devons deve­nir tous pro­prié­taires de notre outil de tra­vail et de notre loge­ment, mais pro­prié­taires d’usage ! Qu’est-ce que ça veut dire ? Que nous ne tirons aucun reve­nu de cette pro­prié­té, et qu’elle n’est trans­mis­sible que comme pro­prié­té d’usage. Pas de parts sociales ces­sibles comme dans trop de coopé­ra­tives : dès qu’on est embau­ché, on entre dans l’entreprise avec tous les droits d’un copro­prié­taire (déci­sion sur l’investissement, le pro­duit, la hié­rar­chie, le col­lec­tif de tra­vail…), sans néces­si­té d’un quel­conque apport autre que celui de son tra­vail, et quand on la quitte, c’est sans autre enri­chis­se­ment que celui d’une pro­gres­sion sala­riale, si on a pu pas­ser une épreuve de qua­li­fi­ca­tion grâce à l’expérience acquise. Dans la même logique, la mai­son de famille, la ferme ou l’outil de tra­vail d’un arti­san sont trans­mis­sibles comme pro­prié­té d’usage, et uni­que­ment comme pro­prié­té d’usage. Aucune accu­mu­la­tion indi­vi­duelle et fami­liale ou col­lec­tive n’est possible.

Devant le rejet de la hié­rar­chie de la part de la nou­velle géné­ra­tion, le capi­ta­lisme semble opé­rer une nou­velle muta­tion. Dans de plus en plus d’entreprises, on sup­prime les hié­rar­chies, et on auto­no­mise et implique davan­tage tous les tra­vailleurs dans les créa­tions de pro­jet. On leur pro­pose même par­fois de déci­der eux-mêmes de leur salaire. Qu’en pensez-vous ?

On peut aus­si venir y tra­vailler en short et tongs et avec son chat. Et, si pos­sible, avec son sac de cou­chage, pour être en per­ma­nence « créa­teur de pro­jet » ! La capa­ci­té de telles entre­prises à esso­rer les jeunes en s’appuyant sur leur inté­rêt pour leur tra­vail pour obte­nir d’eux un infi­ni tra­vail gra­tuit est effec­ti­ve­ment très per­verse. Mais, à 30 ou 35 ans, ils se rendent compte qu’ils ont été floués.

Cette ques­tion vous est sou­vent objec­tée mais, pour avoir lu et écou­té vos réponses, nous res­tons encore sur notre faim : qu’est-ce qui pour­rait pous­ser les gens à tra­vailler s’ils reçoivent un salaire à vie ? Ne pro­je­tez-vous vos propres dis­po­si­tions per­son­nelles sur l’en­semble de la popu­la­tion ? Votre anthro­po­lo­gie ne souffre-t-elle pas de quelque candeur ?

« La valeur n’a pas d’autre fon­de­ment que poli­tique, elle est le lieu d’expression de l’enjeu de pou­voir inhé­rent à toute pro­duc­tion, à tout travail. »

Si les réponses que je fais habi­tuel­le­ment à cette objec­tion ne vous satis­font pas, je vais pas­ser par un détour théo­rique sur la valeur et la lutte des classes. Le mot « tra­vail » ren­voie à deux réa­li­tés qu’il faut bien dis­tin­guer. Nous pas­sons l’essentiel de notre vie éveillée dans des acti­vi­tés concrètes qui pro­duisent, avec la nature, des biens et des ser­vices utiles – ou consi­dé­rés comme tels. Ce tra­vail concret est pro­duc­teur de la richesse sans laquelle notre espèce ne pour­rait pas se repro­duire. Et lorsqu’une per­sonne, bien qu’engagée dans ces acti­vi­tés concrètes, dit qu’elle « cherche du tra­vail » ou qu’elle « ne tra­vaille plus », nous sommes ren­voyés à la seconde dimen­sion du tra­vail, celle de sa vali­da­tion sociale et de l’expression moné­taire de cette vali­da­tion dans le pro­fit du pro­prié­taire lucra­tif et le salaire du sala­rié, ou dans le béné­fice du tra­vailleur indé­pen­dant. Ici, ce n’est pas sous sa dimen­sion concrète, en tant que pro­duc­teur de richesse, que le tra­vail est consi­dé­ré, mais en tant que pro­duc­teur de valeur. On parle alors de tra­vail abs­trait : quelles que soient les dif­fé­rences de leur tra­vail concret, une comp­table et un bou­cher peuvent pro­duire la même valeur. Le tra­vail abs­trait déter­mine le tra­vail concret : c’est sur « ce qui vaut » que va se concen­trer la pro­duc­tion de richesse et cela, selon les cri­tères de « ce qui vaut ». Par exemple : si ce sont les trans­ports liés à la route qui valent, il y a peu de chance pour que des moyens de trans­port fer­ro­viaires ou flu­viaux soient pro­duits. Il y a une loi de la valeur, au sens où la pro­duc­tion de richesse est déter­mi­née par la pro­duc­tion de valeur. Pen­ser qu’on pour­rait faire socié­té dans la trans­pa­rence des valeurs d’usage, éli­mi­ner le tra­vail abs­trait, libé­rer la richesse de la valeur en sup­pri­mant la mon­naie et le tra­vail est un rêve mor­ti­fère, qui pré­tend abo­lir le pou­voir par décret et qui empêche de voir que le tra­vail abs­trait est l’objet d’une lutte de classes. Car qui décide de ce qui vaut dans tout ce que nous pro­dui­sons ? La lutte de classes. La valeur n’a pas d’autre fon­de­ment que poli­tique, elle est le lieu d’expression de l’enjeu de pou­voir inhé­rent à toute pro­duc­tion, à tout travail.

La classe capi­ta­liste, en tant que classe diri­geante, exerce une dic­ta­ture sur la pro­duc­tion de valeur en la met­tant au ser­vice de l’accumulation du capi­tal : les richesses pro­duites hors de son emprise (par les retrai­tés, les fonc­tion­naires, les tra­vailleurs indé­pen­dants, les chô­meurs) sont décla­rées sans valeur, tan­dis que valent des biens et des ser­vices par­fai­te­ment inutiles ou dan­ge­reux, dont la pro­duc­tion ali­mente le capi­tal. Mais contra­dic­toi­re­ment, comme nous l’avons vu, une classe révo­lu­tion­naire se construit depuis deux siècles, avec des hauts et des bas, et com­mence à impo­ser une autre pra­tique de la valeur que, dans L’Enjeu du salaire et dans Éman­ci­per le tra­vail, je qua­li­fie de « sala­riale » parce qu’elle se construit à par­tir des ins­ti­tu­tions du salaire conquises par la classe révo­lu­tion­naire : une pra­tique de la valeur déci­dée par des copro­prié­taires d’usage titu­laires d’un salaire à vie, libé­rés du mar­ché du tra­vail, du chan­tage au cré­dit et de la mesure de la valeur par le temps de tra­vail. La lutte de classes est l’affrontement irré­duc­tible entre deux pra­tiques anta­go­nistes de la valeur. Elle se joue dans la maté­ria­li­té des ins­ti­tu­tions de la pro­duc­tion et dans les repré­sen­ta­tions qu’elles génèrent. La bour­geoi­sie prend l’avantage dans la lutte de classes quand elle réus­sit à impo­ser le gel ou le recul des coti­sa­tions et des impôts qui paient les soi­gnants, les retrai­tés, les fonc­tion­naires, les parents ou les chô­meurs. Quand elle trans­forme le droit au salaire des chô­meurs en droit à l’emploi, la retraite comme salaire conti­nué par la retraite comme salaire dif­fé­ré, le salaire à la qua­li­fi­ca­tion par la sécu­ri­sa­tion des par­cours pro­fes­sion­nels. Quand elle réim­pose le finan­ce­ment à cré­dit des équi­pe­ments col­lec­tifs. Quand, par le new public mana­ge­ment, elle intro­duit la dic­ta­ture du temps dans la pro­duc­tion des ser­vices publics et y rem­place des fonc­tion­naires par des CDI ou des sala­riés asso­cia­tifs. Nous sommes là dans la maté­ria­li­té des ins­ti­tu­tions de la pro­duc­tion. Mais la lutte de classes se joue aus­si dans les repré­sen­ta­tions. Quand un chô­meur dit qu’il ne tra­vaille pas, ou qu’un retrai­té dit qu’il ne tra­vaille plus, il y a, dans cet aveu que ce qu’ils font peut être utile mais ne crée pas de valeur, adhé­sion à la reli­gion capi­ta­liste, alié­na­tion à la vio­lence de rap­ports de classes qui per­mettent à la classe capi­ta­liste de refu­ser de vali­der l’activité qui se déroule hors de l’emploi, dont elle a la maî­trise absolue.

« Quand un chô­meur dit qu’il ne tra­vaille pas, ou qu’un retrai­té dit qu’il ne tra­vaille plus, il y a, dans cet aveu que ce qu’ils font peut être utile mais ne crée pas de valeur, adhé­sion à la reli­gion capitaliste. »

Quand des fonc­tion­naires acceptent l’idée absurde qu’ils dépensent (et non pas qu’ils pro­duisent, comme tous les sala­riés) la valeur de l’impôt qui les paie, ils témoignent aus­si de la même vio­lence et de son inté­rio­ri­sa­tion reli­gieuse : ils croient que, comme ils ont un salaire à vie lié à leur grade, qui est un attri­but de leur per­sonne, et non un salaire à l’emploi (dont le sup­port est le poste de tra­vail, comme dans le pri­vé), ils ne tra­vaillent pas – au sens de : ils ne pro­duisent pas de valeur –, puisque leur tra­vail concret ne s’inscrit pas dans les canons capi­ta­listes du tra­vail abs­trait. L’enjeu est que la classe révo­lu­tion­naire reprenne l’avantage, dans les ins­ti­tu­tions comme dans les repré­sen­ta­tions. Pour m’en tenir à l’objet de votre ques­tion (mais le rai­son­ne­ment serait le même pour la copro­prié­té d’usage de tous les outils de tra­vail, pour le finan­ce­ment de l’investissement sans appel au cré­dit, ou pour le rem­pla­ce­ment de la mesure capi­ta­liste du tra­vail abs­trait par le temps de tra­vail, par sa mesure sala­riale, par la qua­li­fi­ca­tion du pro­duc­teur), nous ne pour­rons géné­ra­li­ser le salaire à vie que si la classe révo­lu­tion­naire retrouve l’offensive et conti­nue à impo­ser la pra­tique sala­riale de la valeur contre sa pra­tique capi­ta­liste, comme elle l’a fait jusque dans les années 1970. Énu­mé­rons quelques mots d’ordre et pra­tiques d’une telle ré-offen­sive en vue de l’institution d’un droit poli­tique au salaire, c’est-à-dire d’un salaire attri­bué de façon irré­vo­cable à chaque per­sonne, de 18 ans à sa mort, avec une pro­gres­sion pos­sible par épreuves de qua­li­fi­ca­tion : hausse mas­sive des coti­sa­tions et des impôts qui paient les fonc­tion­naires, les libé­raux de san­té ou les retrai­tés, pour que la valeur qu’ils pro­duisent aille au salaire socia­li­sé, exclu­si­vi­té des mar­chés publics pour les seules entre­prises non capi­ta­listes afin de sor­tir les coopé­ra­tives et le tra­vail indé­pen­dant de la mar­gi­na­li­té, affec­ta­tion de la qua­li­fi­ca­tion, et donc du salaire, à la per­sonne des sala­riés du pri­vé et non à leur poste de tra­vail, trans­for­ma­tion des pré­ten­dues « aides à l’agriculture » en salaire à vie des pay­sans, etc.

Si une telle mobi­li­sa­tion était por­teuse d’une moindre inci­ta­tion à tra­vailler, elle serait immé­dia­te­ment vain­cue par l’adversaire de classe. Et d’ailleurs, qu’est-ce qui pousse aujourd’hui à une telle mobi­li­sa­tion ? Pré­ci­sé­ment l’expérience que le mar­ché du tra­vail et le mar­ché des capi­taux (ces fouets escla­va­gistes qui sont impli­ci­te­ment der­rière la croyance que leur dis­pa­ri­tion condui­rait à une moindre inci­ta­tion à tra­vailler) sont des ins­ti­tu­tions du tra­vail abs­trait qui empêchent le tra­vail concret, celui des tra­vailleurs bri­dés dans leurs ini­tia­tives par la néces­si­té de pro­duire de la valeur pour l’actionnaire, celui des jeunes sous-uti­li­sés mas­si­ve­ment parce que vic­times du mar­ché du tra­vail, celui des retrai­tés réduits au béné­vo­lat, celui des tra­vailleurs indé­pen­dants ou des patrons de PME réduits aux miettes que leur laissent les groupes capi­ta­listes. La muta­tion sala­riale du tra­vail abs­trait va consi­dé­ra­ble­ment relan­cer le tra­vail concret et, ce qui est encore plus déci­sif quand on consi­dère les consi­dé­rables dégâts anthro­po­lo­giques et éco­lo­giques de la pra­tique capi­ta­liste du tra­vail, le dépla­cer vers d’autres valeurs d’usage si, dès l’enfance, nous sommes édu­qués à la cores­pon­sa­bi­li­té sur la valeur, puisque nous nous serons libé­rés de la dic­ta­ture du capital.

Je résume : la géné­ra­li­sa­tion du salaire à vie contre le mar­ché du tra­vail est l’affaire d’une inces­sante lutte de classes pour construire un tra­vail abs­trait libé­ré de sa pra­tique capi­ta­liste et ren­dant pos­sible un tra­vail concret pour tous dans de bonnes condi­tions anthro­po­lo­giques et éco­lo­giques. Il ne s’agit en aucun cas d’une « autre répar­ti­tion de la valeur » qui affec­te­rait aux per­sonnes sous forme incon­di­tion­nelle une par­tie de la valeur créée par un tra­vail abs­trait inchan­gé. Lais­sons ce pro­jet aux tenants du reve­nu de base, roue de secours d’une classe capi­ta­liste por­teuse d’un tra­vail abs­trait à ce point aber­rant pour le tra­vail concret qu’elle est prête à mettre en place la sou­pape de sécu­ri­té d’un reve­nu de base per­met­tant à cha­cun, dans les inter­stices que laisse une pro­duc­tion capi­ta­liste inchan­gée, de mener les acti­vi­tés concrètes de son choix : par exemple avoir un jar­din bio dans un océan d’agro-business, pro­duire des logi­ciels libres qui, au bout du compte, ali­men­te­ront le droit de pro­prié­té intel­lec­tuelle des groupes capi­ta­listes de l’internet. En contra­dic­tion avec cette dérive hélas pos­sible, la géné­ra­li­sa­tion du salaire à vie est une des dimen­sions de la sup­pres­sion de la pro­duc­tion capi­ta­liste et de l’institution, à l’échelle macroé­co­no­mique, d’une autre pra­tique de la valeur et du tra­vail dans laquelle le chan­tage à l’emploi et à la dette céde­ra la place à la cores­pon­sa­bi­li­té dans la pro­duc­tion d’une valeur suf­fi­sante pour assu­rer le droit poli­tique au salaire.

Nous avons récem­ment inter­viewé le socio­logue Alain Bihr. Il nous disait : « Ce qui me paraît fort cri­ti­quable dans l’i­dée de « salaire à vie », c’est qu’elle passe à la trappe l’i­dée qu’a­bo­lir le capi­tal, c’est, simul­ta­né­ment et du même mou­ve­ment, abo­lir le sala­riat. Le pro­ces­sus révo­lu­tion­naire est celui par lequel les pro­duc­teurs asso­ciés, et au-delà l’en­semble de la socié­té à tra­vers eux, se réap­pro­prient les moyens sociaux de pro­duc­tion et dirigent, orga­nisent et contrôlent la pro­duc­tion de manière à satis­faire l’en­semble des besoins sociaux. Dans le cadre de pareils rap­ports de pro­duc­tion, il n’y a pas de sala­riat. » Que répondez-vous ?

« La croyance dans une révo­lu­tion qui n’aura jamais lieu que demain entre­tient le mythe de l’impuissance des domi­nés aujourd’hui. »

Alain Bihr fait par­tie de ces mar­xistes (et ils sont hélas nom­breux) qui pensent qu’il n’y a pas de sujet révo­lu­tion­naire effec­ti­ve­ment en train de se construire à l’échelle macro­so­ciale, que la seule classe qui existe est la classe capi­ta­liste. Et cela contre le cœur même de l’œuvre de Marx, ana­lyste magis­tral du capi­ta­lisme comme contra­dic­tion, jour­na­liste soi­gneux des mou­ve­ments révo­lu­tion­naires, acteur de la Première Inter­na­tio­nale. Alain Bihr écrit certes sur « les rap­ports sociaux de classes », au sens où il énonce, à juste titre, que les classes ne pré­existent pas à leur conflit et que ce sont les luttes de classes qui pro­duisent les classes, mais les classes qu’il défi­nit ne com­portent… qu’une classe, la « classe capi­ta­liste » qui domine res­pec­ti­ve­ment  le« pro­lé­ta­riat »,  l’« enca­dre­ment » et la « petite bour­geoi­sie ». Le pos­tu­lat de la lutte de classes reste chez lui un élé­ment du puzzle théo­rique mais, dans la réa­li­té, il n’observe aucun résul­tat révo­lu­tion­naire de la mobi­li­sa­tion syn­di­cale ou poli­tique concrète des domi­nés : la qua­li­fi­ca­tion, la sécu­ri­té sociale, la fonc­tion publique, la coti­sa­tion, tout cela peut selon lui appor­ter une cor­rec­tion aux inéga­li­tés sociales et des­ser­rer pro­vi­soi­re­ment l’étau, mais ne consti­tue en aucun cas les pré­mices d’une alter­na­tive, voire sert les inté­rêts fon­da­men­taux du capi­tal. Ce mou­ve­ment ouvrier qui n’a rien conquis de véri­ta­ble­ment sub­ver­sif du capi­tal n’est donc pas un sujet his­to­rique, il n’est pas une classe révo­lu­tion­naire. Seule la classe capi­ta­liste existe comme telle. Alain Bihr n’est pas le seul à exal­ter le mou­ve­ment ouvrier abs­trait mais à faire du mou­ve­ment ouvrier concret un idiot utile du capi­tal, à éla­bo­rer une cri­tique théo­rique du capi­ta­lisme dans l’ignorance de sa cri­tique sociale, à racon­ter la saga d’une classe diri­geante qui a tou­jours la main : la majo­ri­té des cher­cheurs en sciences sociales écrivent l’histoire du point de vue de la domi­na­tion de classe. Par leur fas­ci­na­tion pour le pou­voir, ils sont un élé­ment déci­sif du cler­gé de la reli­gion capi­ta­liste. Je ne parle pas ici des éco­no­mistes ortho­doxes, dont j’ai dit dès le début qu’ils sont le haut cler­gé de cette reli­gion et qui pra­tiquent d’ailleurs, non pas la science sociale (pouah), mais la science tout court ! Je parle d’un bas-cler­gé d’autant plus effi­cace qu’il cri­tique une domi­na­tion capi­ta­liste dont il nie qu’elle ait com­men­cé à être radi­ca­le­ment mise en cause.

On retrouve là un ingré­dient consti­tu­tif de la reli­gion, qui, je le rap­pelle, n’est pas simple sou­mis­sion, mais aus­si sou­pir du sou­mis contre son maître. De même que la croyance dans la dam­na­tion des riches après la mort entre­tient la sou­mis­sion dans cette vie à ces riches haïs, de même la croyance dans une révo­lu­tion qui n’aura jamais lieu que demain entre­tient le mythe de l’impuissance des domi­nés aujourd’hui. J’ai tout à fait conscience de la gra­vi­té qu’il y a à dire cela, s’agissant de col­lègues aus­si res­pec­tables qu’Alain Bihr ou les Pin­çon-Char­lot, ou trop d’Écono­mistes atter­rés. Si je le dis aujourd’hui avec encore plus de fer­me­té qu’hier, c’est parce qu’il y a urgence à sor­tir d’une cri­tique du capi­ta­lisme aveugle sur les trem­plins révo­lu­tion­naires construits dans la lutte de classes, une cri­tique qui, par son aveu­gle­ment, par­ti­cipe, évi­dem­ment à son corps défen­dant, à la domi­na­tion qu’elle com­bat. Pour­quoi Alain Bihr iden­ti­fie-il sou­ve­rai­ne­té sur la pro­duc­tion des pro­duc­teurs asso­ciés et abo­li­tion du sala­riat ? Pré­ci­sé­ment parce que les sala­riés sont ran­gés chez lui dans deux classes-qui‑n’en-sont-pas, le pro­lé­ta­riat, qu’il défi­nit exclu­si­ve­ment comme domi­né, et l’encadrement, qui regroupe « les agents subal­ternes de la domi­na­tion capi­ta­liste ». Le sala­riat, c’est les pri­son­niers et leurs kapos. Et alors même qu’il insiste sur le papier sur la néces­si­té théo­rique d’une his­to­ri­ci­sa­tion des classes sociales, en pra­tique il les essen­tia­lise : les sala­riés sont enfer­més à vie dans le camp du capi­tal. Rien, dans ce qui s’est pas­sé depuis deux siècles de com­bat ouvrier, n’est fon­da­men­ta­le­ment éman­ci­pa­teur. Le « pro­ces­sus révo­lu­tion­naire » dont il parle dans la cita­tion que vous rap­por­tez est pour demain, Alain Bihr attend le Mes­sie qui balaie­ra la classe capi­ta­liste, et donc le sala­riat qui en est l’appendice. Alors que si, comme je m’y efforce depuis qua­rante ans dans mon ana­lyse de la sécu­ri­té sociale dans l’Europe conti­nen­tale, on éla­bore une cri­tique théo­rique du capi­ta­lisme à par­tir de sa cri­tique sociale, le sala­riat prend une tout autre cou­leur. En tant que classe ouvrière, il a mené une lutte de classes sur le salaire qui a pro­duit les ins­ti­tu­tions déci­sives que sont le salaire à la qua­li­fi­ca­tion et, plus encore, à la qua­li­fi­ca­tion de la per­sonne qui en fait un salaire à vie, et une socia­li­sa­tion mas­sive de la valeur contra­dic­toire à l’accumulation capi­ta­liste par la par­tie de la coti­sa­tion et de l’impôt qui est affec­tée au paie­ment du salaire à vie et au sub­ven­tion­ne­ment de l’investissement.

« Il y a urgence à sor­tir d’une cri­tique du capi­ta­lisme aveugle sur les trem­plins révo­lu­tion­naires construits dans la lutte de classes. »

Aujourd’hui où la classe ouvrière s’est affais­sée dans les vieux pays capi­ta­listes – ce qui certes est dom­ma­geable sur le court terme mais doit être lu dans le néces­saire temps long de la révo­lu­tion du mode de pro­duc­tion (après tout, la bour­geoi­sie a mis cinq siècles pour l’emporter comme classe révo­lu­tion­naire sur l’aristocratie féo­dale, et a connu elle aus­si des hauts et des bas dans ce com­bat sécu­laire) –, l’imposition d’une pro­duc­tion sala­riale sans emploi et sans cré­dit, sans chan­tage donc de la pro­prié­té lucra­tive, relève de la mobi­li­sa­tion et de l’inventivité des orga­ni­sa­tions encore vivantes de la classe ouvrière, mais aus­si, très au-delà d’elles, de la mobi­li­sa­tion des cadres, écœu­rés des pra­tiques des action­naires et des prê­teurs et qui mettent leur savoir-faire au ser­vice d’une pro­duc­tion alter­na­tive por­tée par de plus en plus de tren­te­naires édu­qués qui refusent, c’est leurs termes, de « pro­duire de la merde pour le capi­tal » ou de se sou­mettre aux injonc­tions d’employabilité : et aus­si de la mobi­li­sa­tion de tra­vailleurs indé­pen­dants qui ont com­pris que leur inté­rêt n’est abso­lu­ment pas du côté du capi­tal, voire de patrons de PME sur qui pèsent la fonc­tion d’employeur et la pro­prié­té d’un patri­moine dont ils pour­raient être libé­rés par une orga­ni­sa­tion sala­riale de la pro­duc­tion. Le sala­riat comme classe révo­lu­tion­naire en cours d’affirmation face à la classe capi­ta­liste ne se défi­nit évi­dem­ment pas à par­tir du contrat de tra­vail avec un employeur. Il regroupe toutes celles et tous ceux qui assument les ins­ti­tu­tions anti­ca­pi­ta­listes du salaire : droit poli­tique au salaire à vie, copro­prié­té d’usage de l’outil de tra­vail, socia­li­sa­tion de tout le PIB dans la coti­sa­tion-salaire et la coti­sa­tion-inves­tis­se­ment, créa­tion moné­taire sans crédit.

Dans Après l’é­co­no­mie de mar­ché, paru aux édi­tions ACL, Anselm Jappe vous reproche de vous battre pour des choses qui, fina­le­ment, existent déjà (la valeur, l’argent, le salaire, les fonc­tion­naires, les retraites), et estime que votre mon­tagne (la révo­lu­tion) accouche d’une sou­ris. Vous voyez les choses en petit ou Jappe a‑t-il la folie des grandeurs ?

Comme Alain Bihr, Anselm Jappe pense qu’il n’y a pas de sujet révo­lu­tion­naire en construc­tion face à la classe capi­ta­liste, ce qui pour lui n’a d’ailleurs aucune impor­tance. Car la lutte de classes dis­pa­raît chez lui non seule­ment de l’observation concrète, mais de la théo­rie elle-même. Le capi­ta­lisme est défi­ni comme féti­chisme de la valeur, un féti­chisme qui domine tant les capi­ta­listes que ceux qu’ils dominent, les uns comme les autres impuis­sants à conte­nir une dyna­mique éper­due de mar­chan­di­sa­tion pour ten­ter d’échapper à l’implacable baisse ten­dan­cielle du taux de pro­fit, dans une fuite en avant qui débou­che­ra sur une inévi­table apo­ca­lypse. Il reste à espé­rer qu’elle sera joyeuse. Anselm Jappe ne voit les choses ni en petit ni en grand : il déve­loppe du capi­ta­lisme une lec­ture mil­lé­na­riste irres­pon­sable. Ce qui m’importe, c’est de débattre avec ceux que touche cette lec­ture. Car un tel dis­cours sur l’horreur éco­no­mique, sur l’inutilité des mobi­li­sa­tions syn­di­cales, sur la néces­si­té de sup­pres­sion de la valeur, et donc du tra­vail et de la mon­naie, n’est pas sans échos à une époque où, à défaut de pou­voir sus­ci­ter l’adhésion au triste état dans lequel elle met la pra­tique de la valeur et donc le tra­vail concret, la classe diri­geante s’accommode d’opposants qui récusent toute mobi­li­sa­tion pour chan­ger cette pratique.


REBONDS 

☰ Lire notre entre­tien avec Franck Lepage, « L’é­cole fabrique des tra­vailleurs adap­tables et non des esprits cri­tiques », juin 2015
☰  Lire notre entre­tien avec Alain Bihr, « Éta­tiste et liber­taire doivent créer un espace de coopé­ra­tion », mai 2015

Source : Bal­last

Fil Face­book de ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​3​6​9​4​6​9​0​0​8​2​3​1​7​?​p​n​r​e​f​=​s​t​ory

Catégorie(s) de l'article :

98 Commentaires

    • Eliade Guy

      … il res­te­ra des poches de lumières en dif­fé­rents endroits du monde, …
      Ça me fait pen­ser aux TAZ d’ Hakim Bey

      Réponse
  1. etienne

    Dos­sier : sur­veillance de masse

    http://​www​.fran​cein​ter​.fr/​d​o​s​s​i​e​r​-​s​u​r​v​e​i​l​l​a​n​c​e​-​d​e​-​m​a​s​s​e​-​d​i​c​i​-​e​t​-​d​a​i​l​l​e​urs

    « Com­ment une PME fran­çaise s’est-elle retrou­vée témoin assis­té dans le cadre d’une infor­ma­tion judi­ciaire pour com­pli­ci­té de tor­ture en Syrie ?

    Qu’est-ce que le Deep Packet Ins­pec­tion, le pro­duit phare de Qos­mos, qui a fait son suc­cès ? La vente de ce type de tech­no­lo­gie per­met­tant la mise en place d’une sur­veillance de masse est-elle suf­fi­sam­ment encadrée ?

    Com­ment Qos­mos, une entre­prise habi­li­tée confi­den­tiel-défense depuis 2009, gère-t-elle sa communication ? 

    En France, la loi sur le ren­sei­gne­ment ouvre-t-elle la voie à ce type de sur­veillance intru­sive, au nom de la lutte antiterroriste ? »

    […]

    Réponse
  2. etienne

    Le monde serait bien meilleur, tout natu­rel­le­ment, si nous ces­sions (per­son­nel­le­ment) de démis­sion­ner à en ins­ti­tuer les règles fon­da­men­tales de dévo­lu­tion et de contrôle des pouvoirs.

    Réponse
  3. etienne

    Pour ce qui concerne la mon­naie et la dette publique, je suis en train de pré­pa­rer (pour mes étu­diants) le script com­plet de l’ex­cel­lente enquête INSIDE JOB. C’est un texte essen­tiel. On devrait tous bos­ser ce texte le crayon à la main, tout y est très important :

    Dès que c’est prêt, je vous le passe.

    Réponse
  4. etienne

    Sur le blog de Cora­lie Delaume,
    « Les gauches n’ont le choix qu’entre aban­don­ner toute pers­pec­tive de chan­ge­ment ou rede­ve­nir révolutionnaires »
    entre­tien avec Chris­tophe Bouillaud :
    l‑arene-nue.blogspot.fr/2015/09/les-gauches-nont-le-choix-quentre.html

    Réponse
  5. etienne

    La coti­sa­tion sociale,
    outil de sou­ve­rai­ne­té populaire

    par Réseau Sala­riat Pro­vence-Alpes Côte d’A­zur 10 mai 2015

    Réponse
  6. etienne

    Sur l’i­nu­ti­li­té, ou plu­tôt sur l’ex­trême noci­vi­té de « la finance » pour l’in­té­rêt géné­ral, je rap­pelle aux nou­veaux venus ce billet important : 

    LERNER, la finance fonc­tion­nelle et le mythe de la contrainte bud­gé­taire, par Ran­dall Wray :

    Dans cette pré­sen­ta­tion des prin­cipes de la finance fonc­tion­nelle déve­lop­pée par Abba Ler­ner, l’économiste post-key­né­sien Ran­dall Wray, citant le prix Nobel d’économie Paul Samuel­son, rap­pelle que celui-ci assi­mi­lait à une « reli­gion », une « super­sti­tion » l’idée qu’un gou­ver­ne­ment uti­li­sant sa propre mon­naie doive équi­li­brer son bud­get. Selon Samuel­son ce mythe était néces­saire pour « effrayer la popu­la­tion afin qu’elle se com­porte de la manière sou­hai­tée, » et per­mettre ain­si d’éviter que les élec­teurs n’exigent de leurs gou­ver­nants trop de dépenses. Ce fai­sant, pour­suit Wray, « l’idée que l’équilibre bud­gé­taire soit sou­hai­table n’a rien à voir avec « la capa­ci­té de finan­ce­ment » et les ana­lo­gies entre le bud­get du ménage et un bud­get du gou­ver­ne­ment ne sont pas fon­dées. En réa­li­té, s’il est néces­saire de limi­ter les dépenses du gou­ver­ne­ment grâce à un « mythe », c’est pré­ci­sé­ment parce qu’il n’est pas réel­le­ment confron­té à une contrainte budgétaire. » […]

    http://​etienne​.chouard​.free​.fr/​E​u​r​o​p​e​/​f​o​r​u​m​/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​?​2​0​1​2​/​0​8​/​0​8​/​2​4​1​-​l​e​r​n​e​r​-​l​a​-​f​i​n​a​n​c​e​-​f​o​n​c​t​i​o​n​n​e​l​l​e​-​e​t​-​l​e​-​m​y​t​h​e​-​d​e​-​l​a​-​c​o​n​t​r​a​i​n​t​e​-​b​u​d​g​e​t​a​i​r​e​-​p​a​r​-​r​a​n​d​a​l​l​-​w​ray

    Réponse
  7. etienne
    • Ana Sailland

      le cra­tos est cratogène 😉

      Réponse
  8. binnemaya

    La révo­lu­tion du salaire à vie de B.Friot avec la pro­prié­té d’u­sage est une solu­tion pour sor­tir du capi­ta­lisme sau­vage actuel, mais reste tou­jours la ques­tion essen­tielle com­ment la faire pas­ser du stade d’u­to­pie a celui de réalité ?
    Sur­tout que le moment si rare ou cela devient pos­sible car l’é­co­no­mie mon­diale est entrain de s’ef­fon­drer tous les signes sont aux rouges.

    Réponse
  9. Maxime

    Com­ment le faire pas­ser du stade de l’u­to­pie à la réa­li­té ? Rien de plus simple, il suf­fit de recom­men­cer à aug­men­ter les coti­sa­tions sociales, comme durant les 30 glo­rieuses (au lieu de les bais­ser sys­té­ma­ti­que­ment à chaque réforme depuis 30 ans). Comme le dit Friot, le révo­lu­tion­naire est déjà-là, il suf­fit de savoir le voir.

    Réponse
  10. etienne

    Remar­quable…

    Fré­dé­ric Lor­don : Il faut défendre le social

    Il fau­drait retrans­crire cer­tains pas­sages par­ti­cu­liè­re­ment bien for­mu­lés de cet entretien.

    Réponse
  11. LA HYENE

    Je constate que plus per­sonne n’in­ter­vient ici, ou presque.
    Peut-être parce que tout a déjà été dit.

    Donc concrè­te­ment, main­te­nant on fait quoi ?
    On conti­nue à sif­fler sur la col­line, en atten­dant que nos chères élites aient fini de tout cade­nas­ser, ou on attaque ?
    Nous n’a­vons pas signé leur soit-disant « contrat social », ni un quel­conque « pacte de non-agres­sion », qu’at­ten­dons-nous pour dénon­cer ce contrat uni­la­té­ral, et pour faire usage de la légi­time défense ?

    Ils ne sont puis­sants que parce que nous sommes à genoux, et nous avons des armes pour nous défendre : auto­no­mie et refus de la consom­ma­tion, déso­béis­sance civile sous toutes ses formes et sabo­tage si nécessaire.

    Réponse
    • etienne

      « Plus per­sonne n’in­ter­vient » ?!

      Hum.

      C’est la ren­trée, on a par­fois un métier 🙂 Et puis on n’est pas obli­gé de tout le temps par­ler 🙂 on peut aus­si lire et médi­ter, c’est autorisé 🙂 

      Mais « atta­quer », quand on est encore (extra­or­di­nai­re­ment) faibles (et endoc­tri­nés) sur TOUS les plans (éco­no­mique, poli­tique, cultu­rel…), c’est poli­ti­que­ment se sui­ci­der ; c’est don­ner aux pou­voirs la légi­ti­mi­té pour (lit­té­ra­le­ment) nous enfermer. 

      Non mer­ci.

      Rap­pel : « Atten­tion ! Pas de guerre civile ! La guerre civile per­drait la liber­té. Deux heures de conver­sa­tion à coups de canon, et c’est vingt ans d’euphorie pour les banques et vingt ans de misère et de silence pour les faubourgs. »

      Jules Val­lès, cité par Hen­ri Guille­min, « La Com­mune, n°4 » minute 5’40.

      (Voyez ma pré­cieuse page « En vrac », p 28.)

      http://​www​.rts​.ch/​a​r​c​h​i​v​e​s​/​t​v​/​c​u​l​t​u​r​e​/​d​o​s​s​i​e​r​s​-​d​e​-​l​-​h​i​s​t​o​i​r​e​/​3​4​4​8​5​4​8​-​l​e​-​s​i​e​g​e​-​d​e​-​p​a​r​i​s​.​h​tml

      « Donc concrè­te­ment, main­te­nant on fait quoi ? »

      Eh bien on fait comme on a dit 🙂 : on s’en­traîne (mais vrai­ment, hein) à ins­ti­tuer nous-mêmes notre puis­sance poli­tique ; et sur­tout, on entraîne avec nous le plus pos­sible d’en­dor­mis, pour deve­nir vrai­ment nom­breux à être deve­nus citoyens consti­tuants, ce qui n’est pas encore (pas du tout) le cas.

      Je com­prends les jeunes gens qui brûlent d’a­gir, mais en fait d’ac­tion ils feraient mieux de mul­ti­plier (vrai­ment, quo­ti­dien­ne­ment) les ate­liers consti­tuants popu­laires que de cher­cher la bagarre avec un monstre mille fois plus fort qu’eux.

      Réponse
      • Ana Sailland

        J’en pro­fite pour glis­ser que mul­ti­plier l’ex­pé­rience d’Au­rillac serait por­teur de progrès.
        Zut, cata­racte et coro­naires. Il fau­drait que je me donne des coups de pieds aux cul. Allez les jeunes !

        Demain je donne une confé­rence sur mon­naie ver­sus don, et j’im­pulse un ate­lier consti­tuant, à Poi­sy (74)
        Allez les jeunes !

        Réponse
      • LA HYENE

        Etienne,
        Mer­ci pour votre réponse.

        J’ai le sen­ti­ment que les méthodes que vous pro­po­sez, si elles ont été extrê­me­ment effi­caces et virales sur moi comme sur beau­coup d’autres, atteignent aujourd’­hui leurs limites : ceux qui étaient dis­po­sés à remettre en cause leurs condi­tion­ne­ments l’ont fait ; mais trop en sont inca­pables, par arro­gance ou résignation.
        Il faut bien enten­du conti­nuer à ras­sem­bler et édu­quer autant que pos­sible, et je ne vous remer­cie­rai jamais assez pour l’é­veil des consciences que vous avez pu provoquer.
        Mais je doute que ce soit suffisant.

        C’est pour­quoi je pro­pose d’autres moyens d’ac­tion com­plé­men­taires, car je ne peux me résoudre à votre idée que le monstre soit mille fois plus fort que nous : c’est l’ap­pa­rence qu’il sou­haite nous don­ner, mais il l’est bien moins que nous l’imaginons…

        Comme le dit Joss un peu plus bas, citant Sun Tzu : « Qui connaît son enne­mi comme il se connaît, en cent com­bats ne sera point défait. »
        Nous connais­sons bien ses leviers comme ses points faibles : puisque nous sommes son unique car­bu­rant, arrê­tons de l’alimenter.
        C’est NOUS TOUS qui pro­dui­sons TOUT !

        Beau­coup ne sont plus (à mon humble avis) ni faibles ni endoc­tri­nés, bien que l’im­mense majo­ri­té le soit encore.

        Il faut atta­quer sur tous les fronts, de façon indi­vi­duelle et sans hié­rar­chie. J’en appelle à la pro­pa­gande par le fait, dont les ate­liers consti­tuants sont une des facettes, mais pas le seul.

        Ceci n’est PAS une inci­ta­tion au ter­ro­risme ni à la gué­rilla, les actions que je prône sont avant tout basés sur l’obs­truc­tion et les chan­ge­ments de com­por­te­ments indi­vi­duels, cha­cun étant libre de les appli­quer sui­vant sa conscience, son ima­gi­na­tion et ses moyens.
        La séces­sion, le refus de col­la­bo­rer… Et leur mettre autant de bâtons dans les roues qu’on le peut.

        C’est le meilleur moyen de démon­trer aux scep­tiques que le sys­tème qu’ils pensent immuable n’est qu’un fra­gile châ­teau de carte.

        Ces idées ne sont pas les vôtres, et je res­pecte votre point de vue consis­tant à édu­quer les esprits dans l’es­poir d’un chan­ge­ment futur.

        Cepen­dant je vous remer­cie au nom de vos convic­tions démo­cra­tiques de me per­mettre de lan­cer cet appel.

        Réponse
        • Dany

          100% d’ac­cord. Mais pour les autres actions il faut aller sur d’autres blogs…Déja sur le seul tra­vail d’E­tienne se trouvent d’autres groupes…
          C’est la richesse et la fai­blesse des mou­ve­ments alter­na­tifs… A la rigueur, peut-ếtre qu’E­tienne serait d’ac­cord qu’un cou­ra­geux volon­taire sou­mette une liste ( à com­plé­ter par les blo­gueurs) sur les sites et les actions de ter­rain. Le mot sabo­tage ne me déplaît pas quand on pense que sim­ple­ment par­ler de décrois­sance, c’est déja consi­dé­ré comme du sabo­tage par le capitalisme…
          Com­ment ne pas être pes­si­miste face aux forces en place et pourtant,au sujet de l’éner­gie, je n’au­rais jamais pen­ser voir vaciller les monstres du sec­teur ( voir l’ex­cellent Patrick Rey­mond : w. La chute-lapsus).En fait, je pense comme beau­coup que
          le sys­tème approche de l’ex­plo­sion ; autant s’y préparer…Le salut sera dans le plus d’au­to­no­mie pos­sible et l’entraide…Et peut-être que les idées d’E­tienne s’ap­pli­que­ront à l’é­che­lon local…

          Réponse
    • joss

      Quelques cita­tions de
      Sun Tzu « l’art de la guerre » (tou­jours d’actualité) :

      « L’art de la guerre, c’est de sou­mettre l’en­ne­mi sans combat. »

      « Qui connaît son enne­mi comme il se connaît, en cent com­bats ne sera point défait. Qui se connaît mais ne connaît pas l’en­ne­mi sera vic­to­rieux une fois sur deux. Qui ne connaît ni son enne­mi ni lui-même est tou­jours en danger. »

      « Ne lais­sez pas vos enne­mis s’u­nir. »

      Je ne sais pas pour­quoi mais cela me fait pen­ser à l’U­nion Européenne 😉

      Et aus­si au fait qu’on essaye de nous mettre les uns contre les autres : les tra­vailleurs contre les chô­meurs, les vieux contre les jeunes, les Fran­çais contre les étran­gers, les « riches » contre les pauvres,…

      Réponse
    • Ana Sailland

      « Je constate que plus per­sonne n’intervient ici »

      L’er­go­no­mie du blog n’est pas très agréable. ( Le méca­nisme d’in­den­ta­tion fait qu’on se marche desus et qu’une conver­sa­tion devient vite impos­sible). Le sup­port free me sem­blait plus ergonomique.
      Et il y a une migra­tion vers Face­book, qui n’est pas très pra­tique non plus.

      Réponse
  12. etienne

    Emma­nuel Todd, tou­jours pas­sion­nant (et cou­ra­geux), dénonce la tour­nure auto­ri­taire, hié­rar­chique, anti­dé­mo­cra­tique, que prend de plus en plus la pré­ten­due « Union européenne » :

    Réponse
    • binnemaya

      Excellent ce mon­sieur il avait déjà tout compris.

      Réponse
  13. J-Stéphane

    Ne pas lou­per les séquences entre les minutes 28 et 35, et entre 44 et 47… :

    Réponse
    • etienne

      Mer­ci J‑Stéphane.

      Voir aus­si (très impor­tant) les minutes 13’53 à 22′, sur le carac­tère indis­pen­sable (et quelques moda­li­tés pra­tiques) d’une mon­naie paral­lèle publique.

      Réponse
      • Ana Sailland

        j’ai écou­té une fois en entier il y a quelques jours, il me semble que ce qui concerne la mon­naie paral­lèle est plus loin.

        Pour un pays qui ne sou­haite pas sor­tir de l’eu­ro ( hum hum ) mais qui est en situa­tion périlleuse et dou­lou­reuse, il est impé­ra­tif qu’il dis­pose de car­touches pour répondre à l’in­tran­si­geance de la commission/troïka/eurogroupe. N’ayant pas le pou­voir de battre mon­naie conti­nen­tale ni de battre mon­naie natio­nale acce^tée en inter­na­tio­nale, il se doit cepen­dant d’as­su­rer sa liqui­di­té intérieure.
        Un mon­naie natio­nale com­plé­men­taire est cer­tai­ne­ment (?) le meilleur outil per­met­tant d’as­su­rer la liqui­di­té inté­rieure, et de per­mettre la sur­vie de l’é­co­no­mie inté­rieure, mieux encore, son embel­lie, voire plus, l’as­pect relo­ca­li­sant étant tout sauf racoucougnant 😉
        Dès le début de l’a­ven­ture Syri­sa, nous avions enten­du dire qu’é­tait pen­sé un tel pro­jet de mon­naie bis, et je m’en réjouis­sait. Et puis silence radio.
        Per­son­nel­le­ment, je n’ar­rive pas à com­prendre que cette voie n’ait pas été emprun­tée éner­gi­que­ment, qui dans la situa­tion de la Grèce me sem­blait néces­saire, même avant le car­can ren­for­cé ulté­rieur. Peut être est ce dû à l’ob­ses­sion du « res­ter dans l’eu­ro », et donc à la crainte qu’une telle ini­tia­tive soit « mal perçue »

        ;;;;;;;;;;;;;;

        Une idée mar­rante pour créer dans l’ur­gence une mon­naie paral­lèle, non scrip­tu­rale, mais qua­si infal­si­fiable, c’est de cou­per les billets euros en deux, en conser­vant la même valeur faciale pour chaque moitié 😉

        ;;;;;;;;;;

        Cette vidéo regorge de pépites.
        Fait par­ti­cu­liè­re­ment sur­sau­ter l’ins­tant où il est dit qe l’eu­ro­groupe n’é­tant pas une ins­ti­tu­tion euro­péenne il n’a pas à res­pec­ter les traités.
        Il s’a­git là, de la part du pré­sident de l’eu­ro­groupe, de l’a­veu de l’é­qui­valent d’un coup d’état.

        Réponse
        • J-Stéphane

          Oui Ana, la par­tie qui concerne la mon­naie est en deuxième par­tie de soi­rée, juste en des­sous il y a le lien de la deuxième vidéo.

          Réponse
    • joss

      Les expli­ca­tions d’i­nexis­tence de rap­port des réunions de l’Eu­ro­groupe et d’inexistence de l’Eu­ro­groupe dans la légis­la­tion euro­péenne prouve que :
      l’Eu­ro­groupe est impuis­sant, c’est une mas­ca­rade, une façade, une marion­nette. Ceux qui décident réel­le­ment, ce sont ceux qui sont der­rière la Troï­ka, c’est-à-dire les créan­ciers, les big banques, ceux qui tirent les mar­rons hors du feu.
      C’est une preuve sup­plé­men­taire que le capi­ta­lisme est la dic­ta­ture du capital…mondialisé. Pas facile de trou­ver notre place sou­ve­raine là dedans, autant créer une oasis dans le désert. Le plus dur est de créer la pre­mière oasis, peut-être une micro-oasis et puis des micro-oasis pour à la fin ne plus avoir de désert.

      Réponse
    • joss

      Je ne suis pas d’ac­cord avec Varou­fa­kis sur la mon­naie paral­lèle élec­tro­nique, sur­tout si elle est tou­jours dans les mains du sys­tème ban­caire. Il faut pré­voir une mon­naie paral­lèle mais pas élec­tro­nique, trop facile pour avoir le mono­pole sur l’é­co­no­mie du pays et nous contrô­ler. Ne pas oublier que le pou­voir corrompt.
      Avoir dif­fé­rentes mon­naies dans une même zone économique…
      Ce serait pas mal d’a­voir de la concur­rence dans les mon­naies, pou­voir choi­sir la mon­naie qui nous cor­res­pond le mieux, celle qui ne nous rend pas esclave. Pour l’ins­tant, nous n’a­vons pas le choix, c’est l’eu­ro et il nous coûte très (trop) cher à cause des inté­rêts que nous demandent ses pro­prié­taires, les créanciers.

      Réponse
      • Ana Sailland

        Un archi­pel de mon­naies locales est une solu­tion, par­ti­cu­liè­re­ment adap­tée à la Grèce. Mais je n’i­ma­gine pas qu’un gou­ver­ne­ment puisse ima­gi­ner cela 😉 car c’est pour lui contre nature.

        Réponse
  14. claude saint-jarre

    Le prin­temps d’A­thènes, vous connaissez ?

    file:///C:/Users/Claude/Downloads/notre_printemps_d_athenes_par_yanis_varoufakis.pdf

    Réponse
  15. etienne
    • etienne

      À Saillans, les habi­tants réin­ventent la démocratie
      17 octobre 2015 / Gas­pard d’Allens et Lucile Leclair (Repor­terre) :
      http://www.reporterre.net/A‑Saillans-les-habitants-reinventent-la-democratie

      « Dans ce vil­lage sus­pen­du aux pentes du Ver­cors, l’histoire com­mence comme une fable. Un pro­jet de super­mar­ché mena­çait le « bien vivre au pays ». Le maire était pour, les habi­tants contre. Des citoyens se sont pré­sen­tés aux élec­tions muni­ci­pales. Leur liste a gagné et, depuis, la révo­lu­tion par­ti­ci­pa­tive est en marche. » […]

      Réponse
      • Ronald

        Je pense qu’au niveau de la cri­tique du sys­tème actuel, on a fait un peu le tour de la ques­tion. On voit bien que l’on n’a plus grand chose à dire sur le fond, si ce n’est mul­ti­plier des exemples d’a­bus de pou­voir. L’é­tape sui­vante, cela va être comme dans le cas de Saillans, de tes­ter dif­fé­rentes expé­riences démo­cra­tiques, qui seront for­cé­ment locales. On sau­ra ain­si ce qui fonc­tionne bien, ce qui ne marche pas, les points forts et les fai­blesses. Visi­ble­ment, ils sont à Saillans actuel­le­ment dans une phase de bilan à mi-che­min de l’ex­pé­rience. Tris­tan Rechid pré­sen­tait récem­ment le détails des évé­ne­ments pas­sés dans la commune :
        https://​you​tu​.be/​5​x​6​D​X​-​S​4​VeI
        (Notez qu’il n’est pas un pur ama­teur, mais est au départ direc­teur de centre social ; et on recon­naî­tra faci­le­ment la for­ma­tion aux « Confé­rences Ges­ti­cu­lées »). Il y raconte com­ment le nou­veau mode de fonc­tion­ne­ment s’est mis en place pas à pas. J’ai trou­vé inté­res­sant le pas­sage de 36:15 à 42:30, qui explique l’é­qui­libre des pou­voirs dans les com­mis­sions thé­ma­tiques, et les pas­sages 1:24:30–1:26:40 et 1:54:45–1:57:00 où l’on voit que tout ne va pas si faci­le­ment, que beau­coup de gens pré­fèrent sin­cè­re­ment l’An­cien Régime, et qu’il est néces­saire de marier Pro­gres­sisme et Tradition.

        Le Week-End « Curieuses Démo­cra­ties » évo­qué dans le papier et dans la video a bien eu lieu. L’in­té­gra­li­té des ate­liers est dis­po­nible (plu­sieurs heures – je n’ai pas encore écouté) :
        http://www.curieusesdemocraties.org/index.php/curieuses-democraties-we-18–20-09–2015/14-materiaux-audio-video-we-2015-pendant

        Il y a une video de com­men­taires de com­men­ta­teurs sur ce week-end publiée ici (par Armel Le Coz) :
        https://​www​.you​tube​.com/​w​a​t​c​h​?​v​=​_​j​6​W​c​4​W​0​C00

        Réponse
  16. etienne

    Pour un Sénat tiré au sort

    Supprimer cette chambre ne relève pas d’une position plus éclairée que de la laisser sombrer dans son état actuel de décadence

    3 octobre 2015 | Alain Deneault – Chro­ni­queur à la revue « Liber­té » et auteur de « La Médio­cra­tie » (Lux édi­teur) | Cana­da
    En tirant au sort les sénateurs, les citoyens seraient à même de s’imaginer un jour en poste et y verraient une incitation à suivre de près le débat public.
    Pho­to : Adrian Wyld La Presse cana­dienne
    En tirant au sort les séna­teurs, les citoyens seraient à même de s’imaginer un jour en poste et y ver­raient une inci­ta­tion à suivre de près le débat public.

    « En insis­tant sur les dys­fonc­tion­ne­ments occur­rents du Sénat cana­dien ain­si que sur des affaires de cor­rup­tion à la petite semaine, per­sonne n’aborde la ques­tion de la Chambre haute eu égard au rôle qu’elle a en prin­cipe dans un État de droit fonc­tion­nant conve­na­ble­ment. Le Sénat est un contre-pou­voir qui a pour fonc­tion de modé­rer les ardeurs de l’Assemblée légis­la­tive lorsque celle-ci abuse de son auto­ri­té. Au vu du contexte actuel, ce n’est pas un luxe.

    On rêve d’un véri­table Sénat lorsqu’un par­ti au pou­voir mène à l’aveugle des pro­jets majeurs et prend des déci­sions d’envergure sur des sujets fon­da­men­taux sans les avoir préa­la­ble­ment sou­mis à l’approbation du peuple lors d’une cam­pagne élec­to­rale ou de consul­ta­tions dignes de ce nom, par exemple.Malheureusement, les chambres hautes de bien des pays gèrent aujourd’hui les siné­cures de ser­vi­teurs et amis des par­tis de gou­ver­ne­ment. S’il s’agit là d’un détour­ne­ment auquel il urge de remé­dier, sup­pri­mer cette chambre ne relève pas d’une posi­tion plus éclai­rée que de la lais­ser som­brer dans son état actuel de déca­dence. Actuel­le­ment domi­née par la vie des par­tis, leurs com­man­di­taires occultes et leurs ani­ma­teurs de car­rière, la poli­tique ins­ti­tu­tion­nelle pro­voque du désabusement.

    Au contraire, don­ner vie à la démo­cra­tie, du point de vue ins­ti­tu­tion­nel, c’est cher­cher à ce que, le plus lit­té­ra­le­ment pos­sible, le pou­voir revienne au peuple. Or, on a vu ces der­nières années des exé­cu­tifs prendre des déci­sions graves sur des sujets pour les­quels ils n’avaient reçu aucun man­dat, que ce soit l’achat d’avions mili­taires, l’envoi de troupes armées, la fusion de très nom­breuses villes ou encore des com­pres­sions bud­gé­taires majeures dans les ser­vices publics. Cette farce a assez duré.Le prin­cipe démo­cra­tique repose néces­sai­re­ment sur un acte de recon­nais­sance : l’égalité des intel­li­gences. Être démo­crate sup­pose qu’il revient à n’importe qui de pou­voir déli­bé­rer sur les choses com­munes. Cela sup­pose a contra­rio qu’il n’y a pas, dans notre tra­di­tion, de théo­rie garan­tis­sant en der­nière ins­tance des cri­tères devant déter­mi­ner à qui revient le pou­voir de déli­bé­rer sur des enjeux de nature publique, que ce soit ceux de l’âge, de la classe sociale, des diplômes, de la for­tune ou des titres de noblesse.

    L’égalité des intelligences

    Le phi­lo­sophe fran­çais Jacques Ran­cière pos­tule en ce sens l’égalité des intel­li­gences. Cela ne revient pas pla­te­ment à affir­mer que tous les gens sont égaux en termes de savoirs et de com­pé­tences, mais que la poli­tique, contrai­re­ment aux dif­fé­rents champs de savoir tech­nique et aux dif­fé­rentes pra­tiques qui font la vie sociale, relève, elle, d’une « com­pé­tence sans spé­ci­fi­ci­té ». C’est-à-dire que s’il y va de com­pé­tences spé­ci­fiques pour orga­ni­ser un déploie­ment mili­taire, pour construire un bar­rage ou pour éla­bo­rer le pro­gramme d’enseignement de l’histoire d’un pays, en démo­cra­tie on se sait tous à même de réflé­chir de manière éclai­rée sur la pos­si­bi­li­té de dépê­cher une armée en Afgha­nis­tan, de har­na­cher une rivière et d’enseigner l’histoire natio­nale à de jeunes écoliers.

    L’élection au sort ne sup­pose pas que le hasard déniche des déci­deurs plus com­pé­tents que ceux aux­quels on a droit par le pro­ces­sus élec­to­ral. La véri­té reste néan­moins cruelle : s’ils étaient choi­sis aléa­toi­re­ment, les par­le­men­taires ne seraient tou­te­fois pas néces­sai­re­ment moins com­pé­tents que ceux que nous délé­guons au Par­le­ment. Pour­quoi le seraient-ils ? C’est impli­ci­te­ment ce type de réflexion qui a mené les Qué­bé­cois à voter mas­si­ve­ment en 2011 pour des par­le­men­taires qui n’étaient pas vrai­ment des­ti­nés à sié­ger à la Chambre des com­munes. Le sys­tème actuel, le plus sou­vent, n’encourage au fond qu’une com­pé­tence, celle qui consiste à prendre le pou­voir. Com­bien de poli­ti­ciens de car­rière sont doués pour se his­ser au som­met tout en don­nant l’impression de ne pas savoir quoi faire de leur « pou­voir » une fois qu’ils l’ont conquis ?Cette approche n’est d’ailleurs pas tout à fait étran­gère à nos ins­ti­tu­tions publiques. Elle s’applique déjà depuis long­temps en droit dans le sys­tème pénal. Face à des accu­sés sujets à des années d’incarcération, on demande depuis long­temps lit­té­ra­le­ment à n’importe qui de tran­cher sur leur sta­tut d’innocents ou de cou­pables, en tablant sur ce prin­cipe du par­tage des intel­li­gences et sur l’absence de com­pé­tence spécifique.

    Un contre-pou­voir

    En pro­cé­dant ain­si au Sénat, non seule­ment dis­po­se­rions-nous en per­ma­nence d’un contre-pou­voir, mais on sti­mu­le­rait imman­qua­ble­ment la conscience poli­tique. Désor­mais, tous les citoyens seraient à même de s’imaginer un jour en poste, et ils ver­raient dans cette pos­si­bi­li­té une inci­ta­tion à suivre de plus près le débat public.

    Réser­vée au Sénat, cette façon de pro­cé­der ne bous­cu­le­rait pas pour autant des pra­tiques élec­to­rales aux­quelles cer­tains peuvent encore être atta­chés, bien que celles-ci gagne­raient en cré­di­bi­li­té dans un sys­tème à deux tours ou à la pro­por­tion­nelle. Il ne s’agirait pas de confier de manière aléa­toire à n’importe qui le pou­voir de faire des lois, cela res­tant la pré­ro­ga­tive de l’Assemblée légis­la­tive tou­jours sou­mise au suf­frage élec­to­ral, mais de doter le peuple au nom duquel les déci­sions se prennent d’une Chambre haute pesant sur le pro­ces­sus déli­bé­ra­toire du Par­le­ment, en exer­çant un pou­voir de veille. Les mêmes consi­dé­ra­tions valent, bien enten­du, pour la vie par­le­men­taire à Qué­bec. Le Conseil légis­la­tif, abo­li en 1968, pour­rait très bien renaître sous cette forme. Ce type de struc­ture reste éga­le­ment envi­sa­geable dans un Qué­bec indépendant.

    On a là une pro­po­si­tion qui remé­die en par­tie à la crise de confiance de la popu­la­tion envers les déci­deurs publics, sans revê­tir tou­te­fois le carac­tère impro­bable d’une assem­blée consti­tuante capable dès aujourd’hui de ren­ver­ser l’ordre consti­tu­tion­nel au pro­fit d’une démo­cra­tie popu­laire immé­dia­te­ment à l’oeuvre, comme la défendent de manière théo­ri­que­ment fon­dée par exemple Étienne Chouard, Fran­cis Dupuis-Déri, Alexan­der Guer­re­ro ou David Van Reybrouck. »

    Source : lede​voir​.com

    Réponse
    • claude saint-jarre

      Bon­soir. C’est très bien. Voi­ci un com­men­taire de Roméo Bou­chard dans sa page FB : Excellent article qui fait une démons­tra­tion claire de la néces­si­té d’une Chambre citoyenne tirée au sort comme chien de garde des légis­la­teurs et qui explique bien les avan­tages et le bien fon­dé d’un tirage au sort. J’ai déjà aus­si fait la sug­ges­tion d’un tirage au sort pour les com­mis­saires sco­laires pour rem­pla­cer l’é­lec­tion défaillante. Je suis d’ac­cord avec lui que de com­men­cer tout de suite cer­taines réformes démo­cra­tiques comme celles-là ne peut que hâter l’a­vè­ne­ment d’un pro­ces­sus consti­tuant glo­bal. Je trouve juste que dans sa liste finale des défen­seurs de ce concept de chambre citoyenne tirée au sort, j’au­rais aimé et méri­té je pense de figu­rer (j’en fais la pro­mo­tion depuis 5 ans déjà), même si je ne suis qu’une sorte d’u­ni­ver­si­taire indigène.…ou peut-être qu’un « farmer »…
      .…… Et moi j’ai ain­si com­men­té : Très‘vrai, Roméo est dans cette liste quant à moi et ce grand écri­vain devrait être célé­bré:) le tirage au sort n’est qu’un des nom­breux élé­ments du chan­tier démo­cra­tique qu’il propose.

      Réponse
  17. binnemaya

    L’i­dée d’un sénat tiré au sort est sym­pa mais cela ne chan­ge­rai rien si comme c’est le cas actuel­le­ment en france le pré­sident conserve tout les pou­voirs poli­tiques, les banques tous les pou­voirs éco­no­miques (battre mon­naie com­pris) et le par­le­ment seul déci­deur en der­nier res­sort quand il y a encore un vote ce qui n’est même plus le cas (49.3 etc…).
    Donc la seule chose a faire c’est de se pré­pa­rer pour le jour J de l’ef­fon­dre­ment qui ne va pas tar­der (tous les signes sont là) car on le voit toute action de résis­tance au sys­tème est immé­dia­te­ment répri­mé actuel­le­ment et cette répres­sion de plus en plus rapide et forte est a elle seule la preuve de la connais­sance de la part de nos « élites » de la défaillance du système.

    Réponse
  18. etienne

    « Le patro­nat n’a pas besoin, lui, pour exer­cer une action vio­lente, de gestes désor­don­nés et de paroles tumul­tueuses ! Quelques hommes se ras­semblent, à huis clos, dans la sécu­ri­té, dans l’intimité d’un conseil d’administration, et à quelques-uns, sans vio­lence, sans gestes désor­don­nés, sans éclats de voix, comme des diplo­mates cau­sant autour du tapis vert, ils décident que le salaire rai­son­nable sera refu­sé aux ouvriers ; ils décident que les ouvriers qui conti­nuent la lutte seront exclus, seront chas­sés, seront dési­gnés par des marques imper­cep­tibles, mais connues des autres patrons, à l’universelle vin­dicte patro­nale. […] Ain­si, tan­dis que l’acte de vio­lence de l’ouvrier appa­raît tou­jours, est tou­jours défi­ni, tou­jours aisé­ment frap­pé, la res­pon­sa­bi­li­té pro­fonde et meur­trière des grands patrons, des grands capi­ta­listes, elle se dérobe, elle s’évanouit dans une sorte d’obscurité. »

    Jean Jau­rès, dis­cours devant la Chambre des dépu­tés, séance du 19 juin 1906.

    Réponse
    • Ana Sailland

      Je suis effa­rée de lire sur Face­book jus­qu’aux vic­times du sys­tème ( ouf … pas toutes 😉 ) se dres­ser contre la réac­tion des sala­riés d’air france, car trop vio­lente ( 2900 sala­riés à poil confisquent une che­mise … et on crie au scandale).
      De même quand les gré­vistes sont assi­mi­lés à des pre­neurs d’otages.

      Essen­tielle est donc cette dis­sy­mé­trie en visi­bi­li­té entre la vio­lence que subit le grand nombre et celle dont il devrait user pour se libérer.

      Pour se libé­rer du petit nombre, il manque au grand nombre la per­cep­tion de son uni­té, l’in­té­gra­tion de l’ar­ticle 34 de la décla­ra­tion de 1793. Il lui manque la capa­ci­té de consti­tuer un corps social solide, cohé­rent, syner­gique, de façon natu­relle, donc sans le secours de ras­sem­bleurs qui tôt fait seront du petit nombre.

      Sur cela viennent se gref­fer les per­ver­sions du monde média­tique, qui c’est évident, va subrep­ti­ce­ment façon­ner la pen­sée du grand nombre dans un sens sou­hai­table par les pro­prié­taires de l’in­for­ma­tion. Afin de favo­ri­ser la dés­union et de ter­nir la moindre étin­celle avant qu’elle n’en­flamme les âmes.

      Réponse
        • Ana Sailland

          « Arri­ve­ra-t-on un jour à avoir des médias mesu­rés, expli­quant la com­plexi­té des choses, même si c’est moins “ven­deur” ? »

          C’est peut être à nous la mul­ti­tude de nous coti­ser afin de créer au moins un jour­nal natio­nal dont la ligne édi­to­riale serait défi­nie démocratiquement.

          Faut des sous …

          J’ai déjà ten­té une fois et y ai per­du ma che­mise. Plus jamais seule 🙂

          Réponse
  19. BA

    Qui est Alexandre Marie Hen­ry Begoügne de Juniac ?

    Alexandre Marie Hen­ry Begoügne de Juniac, né le 10 novembre 1962 à Neuilly-sur-Seine, est un chef d’entreprise fran­çais, actuel pré­sident-direc­teur géné­ral d’Air France-KLM. 

    Issu d’une famille de Limoges qui avait obte­nu la noblesse sous le Pre­mier Empire, fils de l’am­bas­sa­deur Gon­tran de Juniac, il étu­die au lycée Pas­teur puis entre à l’É­cole poly­tech­nique en 1981 et à l’E­NA (1988, pro­mo­tion « Michel de Mon­taigne »). Il a notam­ment effec­tué une par­tie de ses études à la Har­vard Busi­ness School. 

    https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​A​l​e​x​a​n​d​r​e​_​d​e​_​J​u​n​iac

    A pro­pos de la guerre des classes :

    26 novembre 2006 :

    War­ren Buf­fett, troi­sième for­tune mon­diale, déclare au jour­nal New-York Times :

    « There’s class war­fare, all right, Mr. Buf­fett said, but it’s my class, the rich class, that’s making war, and we’re winning. »

    Tra­duc­tion :

    « La guerre des classes existe, c’est d’ac­cord, mais c’est ma classe, la classe des riches, qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner. »

    http://​www​.nytimes​.com/​2​0​0​6​/​1​1​/​2​6​/​b​u​s​i​n​e​s​s​/​y​o​u​r​m​o​n​e​y​/​2​6​e​v​e​r​y​.​h​tml

    Bon.

    D’ac­cord.

    Mais la guerre des classes n’est pas finie.

    La guerre continue.

    Réponse
  20. etienne

    Par qui sommes-nous gouvernés ?
    Qui accepte une telle prise de risque pour la socié­té (au pro­fit de quelques giga-escrocs en costume) ?
    => La BNP (et donc nos comptes et notre mon­naie) est expo­sée au risque (insen­sé) des « déri­vés » pour… 48 000 mil­liards d’eu­ros, soit 24 fois le PIB de la France (2 000 mil­liards par an) !!! 

    http://​www​.age​fi​.fr/​a​r​t​i​c​l​e​s​/​l​e​s​-​b​a​n​q​u​e​s​-​s​o​u​s​-​e​s​t​i​m​e​r​a​i​e​n​t​-​l​e​s​-​r​i​s​q​u​e​s​-​s​u​r​-​l​e​s​-​p​r​o​d​u​i​t​s​-​d​e​r​i​v​e​s​-​1​3​0​0​8​6​2​.​h​tmlhttp://​www​.age​fi​.fr/​a​r​t​i​c​l​e​s​/​l​e​s​-​b​a​n​q​u​e​s​-​s​o​u​s​-​e​s​t​i​m​e​r​a​i​e​n​t​-​l​e​s​-​r​i​s​q​u​e​s​-​s​u​r​-​l​e​s​-​p​r​o​d​u​i​t​s​-​d​e​r​i​v​e​s​-​1​3​0​0​8​6​2​.​h​tml
    Ce n’est pas si bête (ni si violent que ça, quand on songe à leur propre vio­lence, quo­ti­dienne, contre la socié­té toute entière) de leur arra­cher leur costume…

    Réponse
    • nanou

      Wall Street : les révé­la­tions per­tur­bantes d’un finan­cier « repenti »
      08 octobre 2015, 08:30 | Amid Faljaoui

      Entendre un finan­cier dire du mal de la finance ou plu­tôt de la Bourse est extrê­me­ment rare, sur­tout si ce finan­cier est une légende de la finance. C’est por­tant ce qu’a fait John Bogle (1), le fon­da­teur du fameux groupe finan­cier Vanguard.

      A 85 ans, John Bogle n’a en fait plus rien à perdre et peut se per­mettre de dire la véri­té, sa véri­té. Qu’a dit, en sub­stance, ce gou­rou ? Pour lui, c’est simple, Wall Street ne sert à rien. Pire encore, l’in­dus­trie finan­cière pour laquelle il a pour­tant tra­vaillé pen­dant des années serait, selon lui, tout juste parasitaire.

      Bien enten­du, il ne se contente pas de le dire, il essaie aus­si de le démon­trer via des chiffres. Donc selon lui, pas moins de 32.000 mil­liards de dol­lars de titres – autre­ment dit, des actions et des obli­ga­tions – sont échan­gés tous les ans à Wall Street mais avec très peu d’im­pact posi­tif pour l’é­co­no­mie. C’est éton­nant, car le dis­cours offi­ciel que l’on retrouve dans tous les manuels qui parlent de la Bourse, c’est que jus­te­ment la Bourse sert au moins à une chose fon­da­men­tale : finan­cer les entre­prises, et notam­ment celles en croissance.

      Or, jus­te­ment, d’a­près John Bogler, ce n’est pas ce que fait la Bourse aujourd’­hui. Pour lui, 99% de ce qui se fait dans l’in­dus­trie finan­cière consiste en des échanges d’une per­sonne avec une autre dans le seul inté­rêt, je le cite (1), de l’in­ter­mé­diaire. Il en résulte un gâchis consi­dé­rable. Tra­duis en termes simples, notre finan­cier « repen­ti » nous dit que ces 32.000 mil­liards de dol­lars de titres qui sont échan­gés chaque année à Wall Street (pour rap­pel, ce mon­tant cor­res­pond à deux fois le PIB des Etats-Unis, soit deux fois la richesse annuelle de la pre­mière puis­sance éco­no­mique mon­diale), servent de rente à une indus­trie finan­cière qui prend un pour­cen­tage sur chaque transaction.

      On peut voir cela comme une sorte de péage à l’a­chat et à la vente. Pour John Bogle, les tra­ders, à l’in­verse des ana­lystes finan­ciers, n’ont aucune valeur, ils ne savent pas quelles sont les actions qui vont grim­per ou bais­ser, mais ils gagnent à la baisse et à la hausse. Sa véri­té, c’est que les grandes banques d’in­ves­tis­se­ment amé­ri­caines pour­raient tra­vailler une semaine par an seule­ment et fer­mer le reste du temps sans que cela ait la moindre consé­quence sur l’é­co­no­mie réelle. Evi­dem­ment, les experts qui écoutent cette chro­nique ne seront pas d’ac­cord et diront que ces banques ont un rôle (assu­rer la liqui­di­té par exemple). Il n’empêche, entendre un homme âgé de 85 ans, qui a très bien réus­si dans la finance et cela, au plus haut niveau mon­dial, dire que la finance – telle qu’elle est pra­ti­quée aujourd’­hui – n’ap­porte rien à l’é­co­no­mie réelle, c’est perturbant !

      (1) Why 99 of tra­ding is point­less, John Bogle, sur le site de mar​ket​watch​.com, et de slate​.com

      Réponse
  21. etienne
  22. binnemaya

    Salut Etienne,
    Un article inté­res­sant où l’on parle encore de toi (tu va finir en star « blague »)

    http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/l‑ere-numerique-de-la-democratie-172761

    Sinon mon res­sen­ti (ptit doigt) me dit qu’on se rap­proche d’un bou­le­ver­se­ment radi­cal en espé­rant que l’on ne tombe pas dans le piège des monstres genre (FN,UMP,PS etc…)

    L’his­toire grecque récente m’a beau­coup tou­ché mais ne doit pas nous arrê­ter car c’est leur but, aux puissants.

    Réponse
  23. claude saint-jarre
    • joss

      Le prix nobel de la paix ou autre, fait par­tie de la socié­té du spec­tacle, sert à ren­for­cer les croyances au sys­tème en place, c’est un cata­ly­seur, le nonosse au chien modèle.

      Réponse
    • nlesca

      étrange ta ques­tion… où exac­te­ment EC a‑t-il dit que les tuni­siens n’a­vaient pas par­ti­ci­pé à l’é­cri­ture de leur constitution ?

      Parce que la der­nière fois que je l’ai enten­du par­ler de ça, ce n’est pas du tout ce qu’il a dit. Je l’ai enten­du dire que les tuni­siens s’é­taient fait enfler en confiant l’é­cri­ture de leur consti­tu­tion à des élus, c’est un poil dif­fé­rent… Ces élus étaient pro­ba­ble­ment Tuni­siens oui… On peut dis­cu­ter le terme « élus » mais d’a­près ton article « Le Dia­logue natio­nal tuni­sien est consti­tué de membres du prin­ci­pal syn­di­cat des tra­vailleurs, d’un ordre d’avocats, de la Ligue des droits de l’Homme tuni­sienne et d’une orga­ni­sa­tion patro­nale. » … Pas vrai­ment des assem­blées popu­laires quoi…

      On peut jouer sur les mots tant qu’on veut et accla­mer des médailles en cho­co­lat mais mani­fes­te­ment EC a rai­son, les tuni­siens ont tro­qué un tyran pour une plou­to­cra­tie moderne et n’ont en rien obte­nu la démocratie.

      Réponse
  24. etienne

    Très remar­quable ana­lyse de Fré­dé­ric, qui en vien­dra un jour, je le sais, j’en suis sûr, à tra­vailler le mode de dési­gna­tion de ceux qui écrivent les ins­ti­tu­tions qu’il dénonce.

    Et quand il en sera là, je suis sûr qu’il ver­ra (et assi­mi­le­ra en pro­fon­deur dans ses ana­lyses) les innom­brables ver­tus du tirage au sort (avec contrôle des tirés au sort par d’autres tirés au sort) pour pro­té­ger – struc­tu­rel­le­ment – le corps social contre les conflits d’in­té­rêts (et contre la kyrielle de chan­tages, de coups de force impu­nis et d’in­jus­tices sociales qui s’en­suivent mécaniquement).

    Fré­dé­ric Lor­don : « Air France et le par­ti de la liquette »

    http://blog.mondediplo.net/2015–10-09-Le-parti-de-la-liquette

    Réponse
    • Ana Sailland

      il résiste au choc de l’évidence 😉

      Réponse
    • Ana Sailland

      Quoi­qu’on en dise, l’es­cla­vage n’est pas abo­li, a seule­ment chan­gé de forme juridique

      et cer­tains vou­draient le muscler.

      Réponse
  25. zedav

    Non Étienne, déso­lé mais M. Lor­don, aus­si inté­res­sant et per­ti­nent soit-il ne rejoin­dra pas la cause de la consti­tu­tion popu­laire ou du tirage au sort :
    « Dans cette pen­sée dos­toïevs­kienne du pauvre, ou plus exac­te­ment du nou­veau riche, « si le com­mu­nisme est mort, alors tout est per­mis ». L’instance externe de la peur effon­drée, et l’instance interne de la conten­tion – le pou­voir poli­tique – pas­sée avec armes et bagages du côté des forces qu’elle avait à conte­nir, la peur ne retrou­ve­ra plus d’autre ori­gine que dif­fuse et imma­nente : elle vien­dra du bas – du bas qui se soulève. »

    Où l’on peut lire que selon lui le pou­voir poli­tique est pas­sé du côté des forces qu’elle avait à conte­nir. Par magie ? Par acci­dent ? Du fait de cir­cons­tances particulières ?

    Non M. Lor­don, le pou­voir poli­tique des gou­ver­ne­ments repré­sen­ta­tifs n’est pas pas­sé avec armes et bagages de ce côté là puis­qu’il est dans sa nature d’y être. Il ne joue un rôle de modé­ra­teur que dans des cir­cons­tances his­to­riques excep­tion­nelles et somme toute assez (trop) rares, lorsque les­dites forces consti­tuent un contre pou­voir de puis­sance suf­fi­sante pour – comme vous le faites jus­te­ment remar­quer – leur faire peur, rôle d’épouvantail qu’a effec­ti­ve­ment joué le contre modèle fal­la­cieu­se­ment auto pro­cla­mé communiste.

    Réponse
      • Ana Sailland

        Je n’y crois pas trop non plus

        Réponse
  26. etienne
    • Ana Sailland

      La ques­tion mérite en effet d’être posée. 

      Nous avons des diri­geants avec du pétrole plein les neurones

      Réponse
  27. Gaudefroy

    Un article inté­res­sant vu sur le Saker Francophone
    (Saker tenu par un ancien de l’O­TAN, en réfé­rence il me semble au SACEUR

    https://​en​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​S​u​p​r​e​m​e​_​H​e​a​d​q​u​a​r​t​e​r​s​_​A​l​l​i​e​d​_​P​o​w​e​r​s​_​E​u​r​o​p​e​#​S​u​p​r​e​m​e​_​A​l​l​i​e​d​_​C​o​m​m​a​n​d​e​r​_​E​u​r​o​p​e​_​.​2​8​S​A​C​E​U​R​.29

    )

     » Revoir notre grille de lec­ture est indispensable

    Ein­stein disait que « la théo­rie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonc­tionne. La pra­tique, c’est quand tout fonc­tionne et que per­sonne ne sait pour­quoi. Si la pra­tique et la théo­rie sont réunies, rien ne fonc­tionne et on ne sait pas pour­quoi ». Nous sommes exac­te­ment dans ce der­nier cas de figure dans la crise éco­no­mique qui nous occupe aujourd’hui.

    Quant à Ste­phen M. Gold­feld il disait qu’un « éco­no­miste est quelqu’un qui voit fonc­tion­ner les choses en pra­tique et se demande si elles pour­raient fonc­tion­ner en théorie ».

    Pour­quoi ces deux cita­tions ? D’abord parce que j’avais envie de les caser, c’est comme ça, et puis sur­tout parce que je trouve que cela est révé­la­teur de notre situation.
    Que nous montrent les faits ?

    Les faits nous montrent que nos théo­ries éco­no­miques ne fonc­tionnent tout sim­ple­ment plus.
    Les poli­tiques de relance dites key­né­siennes ? Un échec monu­men­tal qui n’a fait qu’accroître les dettes des états les rap­pro­chant un peu plus de l’insolvabilité.
    Les poli­tiques d’austérité ? Un bilan éco­no­mique et humain abso­lu­ment dra­ma­tique et ce quel que soit le pays et l’époque. Au bout du che­min, l’insolvabilité par la déflation.
    Les poli­tiques bap­ti­sées pudi­que­ment « non conven­tion­nelles » qui ne consiste qu’à impri­mer des billets à volon­té comme le ferait un gamin faux-mon­nayeur dans une par­tie de Mono­po­ly, aucun impact durable à part rajou­ter de la dette encore à d’autres dettes, déva­lo­ri­sant la mon­naie, fai­sant mon­ter les prix, notam­ment des matières pre­mières. Dans ce cas au bout du che­min, l’insolvabilité par l’inflation.
    Pour la pre­mière fois l’inflation et la défla­tion sont simultanées »

    http://​inso​len​tiae​.com/​2​0​1​5​/​1​0​/​0​6​/​o​u​b​l​i​e​z​-​l​i​n​f​l​a​t​i​o​n​-​o​u​-​l​a​-​d​e​f​l​a​t​i​o​n​-​v​o​i​c​i​-​l​i​n​d​e​f​l​a​t​i​on/

    Réponse
  28. binnemaya

    Bon­jour à tous,
    Encore un ptit article de C.Sannat que je suis jour­na­liè­re­ment sur son site inso​len​tiae​.com qui parle d’Etienne.
    Dans l’ar­ticle une seule chose me dérange c’est le mot « reve­nu de base » qui comme dit B.Friot est le der­nier ava­tar a la mode du capi­tal pour ube­ri­ser donc tuer le sala­riat. Il fau­drait l’é­chan­ger dans cet excellent texte par « salaire à vie » ce qui le ren­drait presque parfait.
    http://​inso​len​tiae​.com/​2​0​1​5​/​1​0​/​1​4​/​l​e​-​c​h​o​m​e​u​r​-​a​u​-​l​i​e​u​-​d​e​t​r​e​-​l​a​-​r​a​n​c​o​n​-​d​e​-​l​a​-​s​c​i​e​n​c​e​-​d​e​v​r​a​i​t​-​e​n​-​e​t​r​e​-​l​a​-​r​e​c​o​m​p​e​n​s​e​-​l​e​d​i​t​o​-​d​e​-​c​h​a​r​l​e​s​-​s​a​n​n​at/

    Réponse
  29. Eliade Guy

    Mer­ci pour cette trans­crip­tion d’ un inter­view de B.Friot.
    J’ avais un cer­tain goût pour la cri­tique de la valeur por­tée par des sites comme
    http://​www​.palim​-psao​.fr/ et des gens comme Anselm Jappe. Cette mise au point m’ est béné­fique. C’ est vrai qu’ ayant tra­vaillé dans des emplois qua­li­fiées et asep­ti­sées de l’ Infor­ma­tique, j’ ai des reflexes « petit bourgeois ».
    Merci

    Réponse
  30. etienne

    « Créa­tion moné­taire et Société » :
    Débat His­to­rique au Par­le­ment britannique

    Réponse
  31. etienne

    Jacques Sapir (19÷10÷2015) : Si on sort de l’eu­ro comme il faut, « on peut consi­dé­rer qu’une baisse du chô­mage des DEUX TIERS consti­tue une pré­vi­sion robuste et crédible » !
    http://​rus​seu​rope​.hypo​theses​.org/​4​394

    L’Euro, la peur et Vichy
    Par Jacques Sapir · 19 octobre 2015

    Le dis­cours sur les consé­quences catas­tro­phiques que pour­rait avoir une sor­tie de l’Euro pour l’économie fran­çaise, et celle des autres pays de la zone Euro est com­mun dans une bonne par­tie du spectre poli­tique fran­çais. On est en pré­sence d’un dis­cours de peur tenu par ceux-là même qui accusent le Front Natio­nal de jouer sur des peurs. Voi­là qui ne manque pas de sel quand cer­tains de ces hommes poli­tiques ne font que reprendre la vieille antienne du gou­ver­ne­ment de Vichy ! Cela montre à quel point la ques­tion de l’Euro est deve­nue une ques­tion reli­gieuse dans la poli­tique fran­çaise. Res­ter dans l’Euro nous condui­rait au para­dis et en sor­tir nous entraî­ne­rait en enfer ! Mais, ce dis­cours ne repose pas sur des bases solides. 

    On sait qu’une dis­so­lu­tion de l’Euro pose­rait deux pro­blèmes immé­diats, celui des dettes et celui des flux finan­ciers entre les diverses éco­no­mies. Ces deux pro­blèmes sont, en réa­li­té, bien moins com­pli­qués que ce que cer­tains hommes poli­tiques, de Nico­las Sar­ko­zy à Fran­çois Hol­lande veulent nous faire croire. De plus, est avé­ré que l’Euro a failli, et dans des pro­por­tions impor­tantes, tant à engen­drer la crois­sance qu’à pro­té­ger les éco­no­mies des pays membres contres les fluc­tua­tions finan­cières inter­na­tio­nales. De cela, on a eu la preuve avec la crise de 2007–2009. On se pro­pose donc de reve­nir sur ces dif­fé­rents points pour dis­tin­guer le vrai du faux.

    La ques­tion des dettes

    Pour ce qui est des dettes, on sait aus­si que la dette sou­ve­raine de nom­breux pays, dont la France à 97%, est émise dans le droit de ce pays. Or, la règle, éta­blie par la cour d’arbitrage inter­na­tio­nale depuis la fin des années 1920, est que tout titre émis dans le droit du pays « x » doit être payé dans la mon­naie du pays « x », quel que soit le nom de cette mon­naie. C’est ce que l’on appelle la lex mone­tae. Cela veut dire que si la France décide de quit­ter l’Euro et de reve­nir au Franc, 97% de notre dette publique sera immé­dia­te­ment et sans contes­ta­tion pos­sible, re-dénom­mi­née en Franc. De ce point de vue, le seul pays qui serait obli­gé de faire défaut sur sa dette sou­ve­raine serait la Grèce car plus des deux-tiers de sa dette est émis en droit étranger.

    Par­ler soit d’une mul­ti­pli­ca­tion impor­tante pour la dette fran­çaise comme le font Nico­las Sar­ko­zy et les diri­geants de l’ex-UMP, ou au contraire par­ler d’un pos­sible défaut, comme le fait J‑L Mélen­chon, n’a aucun sens. Pour les uns, cela relève du men­songe pur et simple. Les diri­geants de l’ex-UMP ne peuvent pas igno­rer la com­po­si­tion et la nature de la dette sou­ve­raine de la France, et donc igno­rer qu’une sor­tie de l’Euro serait ici indo­lore. Pour ce qui est de J‑L Mélen­chon, l’erreur pro­vient de son incom­pré­hen­sion du méca­nisme des dettes publiques.

    En ce qui concerne les dettes pri­vées, une grande part de ces der­nières est pla­cée auprès d’acteurs fran­çais. Il n’y aura aucun pro­blème en cas de sor­tie de l’Euro. Pour les entre­prises mul­ti­na­tio­nales fran­çaises, une large part de leur endet­te­ment est sous­crite par des non-rési­dents. Mais, ces entre­prises font aus­si une large part de leur chiffre d’affaires hors de France. Dès lors, en cas de sor­tie de l’Euro accom­pa­gnée d’une dépré­cia­tion du « nou­veau » Franc, les dettes seraient rééva­luées mais le chiffre d’affaires (et les pro­fits) aus­si ! Les cal­culs qui ont été fait par diverses banques indiquent que les deux méca­nismes s’équilibrent.

    La ques­tion des flux financiers

    Il reste le pro­blème des flux finan­ciers entre pays, qu’ils soient dans la zone Euro ou hors de la zone Euro. Tech­ni­que­ment, les grandes banques inter­na­tio­nales se sont déjà pré­pa­rées à la pers­pec­tive d’une dis­so­lu­tion de l’Euro. Il convien­drait de sus­pendre les tran­sac­tions finan­cières pour une durée de 24 à 72h, puis de limi­ter les mou­ve­ments à très court terme (qui relèvent essen­tiel­le­ment de la spé­cu­la­tion) pour une période d’environ 6 mois.

    L’image d’une sor­tie de l’Euro pro­vo­quant un « désastre » relève donc de la fic­tion. C’est une fic­tion dont les par­ti­sans de l’Euro se servent pour ali­men­ter des peurs au sein des popu­la­tions. Il faut remar­quer que ce sont les mêmes qui accusent Marine le Pen et le Front Natio­nal de jouer sur la peur qui, en réa­li­té, tiennent un véri­table dis­cours de peur et cherchent à pro­vo­quer une réac­tion de panique chez les élec­teurs. Ce point est impor­tant. En fait, la peur semble bien devoir être le seul argu­ment que les par­ti­sans de l’Euro peuvent encore uti­li­ser devant la faillite com­plète de l’Union Éco­no­mique et Monétaire.

    Les avan­tages d’une sor­tie de l’Euro

    Main­te­nant, il faut être aus­si conscient que les avan­tages d’une sor­tie de l’Euro, et ces avan­tages sont nom­breux que ce soit dans le domaine de la crois­sance, de l’emploi, mais aus­si du réta­blis­se­ment des comptes publics, seront affec­tés par les condi­tions dans les­quelles se fera cette sor­tie et par la poli­tique qui sera conduite une fois la ques­tion de l’Euro réso­lue. L’Euro peut dis­pa­raître par une déci­sion concer­tée, com­mune à l’ensemble des pays de la zone, comme il peut dis­pa­raître par une suc­ces­sion de crise don­nant lieu à des sor­ties, cha­cune aggra­vant la crise et condui­sant un nou­veau pays à sor­tir à son tour. Cette hypo­thèse est la plus défavorable.

    Mais, même dans cette hypo­thèse, et en sup­po­sant que la France soit l’un des der­niers pays à sor­tir de l’Euro, notre situa­tion serait meilleure que la situa­tion actuelle. Ensuite, un point impor­tant sera celui des poli­tiques à mettre en place une fois la sor­tie de l’Euro effec­tuée. Il est clair que si le gou­ver­ne­ment alors en place don­nait la prio­ri­té au désen­det­te­ment de la France, et cher­chait à main­te­nir le taux de change à un niveau sur­éva­lué, les avan­tages de la sor­tie de l’Euro seraient très faibles. Mais ils ne seraient pas nuls. Par contre, avec une poli­tique rom­pant de manière déci­sive avec les poli­tiques menées depuis ces 25 der­nières années et don­nant une prio­ri­té à l’investissement, les avan­tages d’une sor­tie de l’Euro seraient impressionnants[1]. C’est pour­quoi j’ai tou­jours dit que la sor­tie de l’Euro était une condi­tion néces­saire, c’est à dire que tant que nous res­tons dans l’Euro rien n’est pos­sible, mais nul­le­ment une condi­tion suf­fi­sante. Ce point est impor­tant car, trop sou­vent, nombre des adver­saires de l’Euro pré­sentent la sor­tie de la mon­naie unique comme une pana­cée, ce qu’elle n’est pas.

    Quand fut rédi­gée la bro­chure pour la fon­da­tion ResPu­bli­ca où ont été esti­mées les consé­quences pos­sibles d’une sor­tie de l’Euro, une bonne part des dis­cus­sions qui se sont dérou­lées avec Cédric Durand et Phi­lippe Murer, les deux autres co-auteurs de cette dite bro­chure, por­taient jus­te­ment sur l’ampleur des gains que l’on pou­vait attendre d’une telle sor­tie. Les pre­miers résul­tats, don­nés auto­ma­ti­que­ment par le modèle nous avaient sem­blé fan­tas­tiques, au point que nous avons déli­bé­ré­ment cor­ri­gé à la baisse cer­tains de ces résul­tats. Même ain­si, une sor­tie de l’Euro condui­rait à près de 2 mil­lions de créa­tions d’emploi sup­plé­men­taires à court terme, rien que pour la caté­go­rie « A » de la DARES. Avec les effets induits (plus d’emplois implique plus de coti­sa­tion, donc un retour à l’équilibre des régimes retraites et san­té, donc la pos­si­bi­li­té de bais­ser les coti­sa­tions indi­vi­duelles, etc…), on arri­ve­rait en cinq ans à près de 3,5 mil­lions de créa­tions d’emplois, c’est à dire à un retour au plein emploi. Il faut avouer que l’on peut avoir des doutes sur de tels chiffres, parce que les chan­ge­ments d’échelle impliquent des chan­ge­ments dans les rela­tions éco­no­miques. Mais, on peut consi­dé­rer qu’une baisse du chô­mage des deux-tiers consti­tue une pré­vi­sion robuste et crédible.

    L’Euro est-il une protection ?

    Un der­nier argu­ment, fré­quem­ment uti­li­sé dans le débat sur l’Euro est que ce der­nier per­met­trait aux pays membres de s’affirmer face aux États-Unis et à la Chine. Mais, cet argu­ment ne cor­res­pond nul­le­ment à la réa­li­té. La zone Euro, ou l’Union Éco­no­mique et Moné­taire pour l’appeler par son nom véri­table, n’a jamais réus­si à s’imposer face aux États-Unis voire à la Chine. Dans le domaine moné­taire, actuel­le­ment l’Euro est, certes, la deuxième mon­naie de réserve au monde en ce qui concerne les réserves des Banques Cen­trales. Mais, son poids est de 20%, ce qui est infé­rieur aux mon­tants cumu­lés des mon­naies des pays de l’UEM avant 1999. Le tout n’est donc pas supé­rieur à la somme des par­ties, ce qui témoigne de l’inexistence d’une dyna­mique de l’Euro.

    Notons aus­si que l’Euro a per­du sa deuxième place face au Dol­lar en ce qui concerne les mon­naies de tran­sac­tions finan­cières inter­na­tio­nales. Cette deuxième place revient désor­mais au Yuan ! Bien sûr, l’UE est un grand mar­ché, mais ce n’est pas une puis­sance indus­trielle, en rai­son de l’incapacité à for­mu­ler une véri­table poli­tique indus­trielle à l’échelle de l’UE. En fait, nombre de pro­jets qui sont pré­sen­tés comme des pro­jets « euro­péens », ont été conçus dans des cadres bi ou mul­ti­la­té­raux. Il en est ain­si d’Airbus ou d’Ariane. En fait, la réa­li­sa­tion de tels pro­jets serait ren­due aujourd’hui si ce n’est impos­sible à tout le moins très dif­fi­cile tant par les régle­men­ta­tions euro­péennes que par l’existence de l’Euro.

    Enfin, il faut se deman­der si l’UE, et la zone Euro, ont jamais été réel­le­ment conçues comme des ins­tru­ments d’opposition à la poli­tique des États-Unis. Cela recoupe la ques­tion de « l’Europe-Puissance » dont on a dit qu’elle était un mythe, voire un men­songe. En fait, la CEE et l’UE ont été conçues comme des appen­dices éco­no­miques à l’OTAN. L’UE a été le prin­ci­pal ins­tru­ment de la mon­dia­li­sa­tion en Europe, le prin­ci­pal fac­teur de déman­tè­le­ment des pro­tec­tions natio­nales. On le voit encore dans la manière dont se déroule la négo­cia­tion sur le par­te­na­riat trans­at­lan­tique ou TAFTA. L’UE est en réa­li­té un che­val de Troie des États-Unis.

    Vichy c’est l’Euro ?

    Il faut ici réflé­chir à ce que révèle ce type d’argument dans l’inconscient de ceux qui l’utilisent. Il y a aujourd’hui un pes­si­misme pro­fond dans les élites fran­çaises à pro­pos de la sur­vie de la France. Ce pes­si­misme qu’exprime un Fran­çois Hol­lande ou un Nico­las Sar­ko­zy, c’est celui qui pense que sans l’Union euro­péenne il n’y aurait plus de France. Ce pes­si­misme pense que la France ne peut faire face au monde qu’en dis­pa­rais­sant dans une enti­té plus vaste. Or, ce dis­cours, nous l’avons déjà enten­du dans notre his­toire, et en par­ti­cu­lier de 1940 à 1944. Ce fut le dis­cours du régime de Vichy, théo­ri­sant la défaite de juin 1940. Ce fut par exemple le dis­cours de Pierre Laval, ancien socia­liste et par­ti­san de la défla­tion quand il fut Pré­sident du Conseil en 1935, deux points qui le rap­prochent de Fran­çois Hol­lande, quand il s’exclame sur les ondes de Radio-Paris « je sou­haite la vic­toire de l’Allemagne ».

    En fait la poli­tique euro­péenne menée par nos deux der­niers pré­si­dents, que ce soit Nico­las Sar­ko­zy ou Fran­çois Hol­lande, s’inscrit, consciem­ment ou incons­ciem­ment, dans la filia­tion de la poli­tique de renon­ce­ment de Vichy. Il en est ain­si parce que ces deux hommes se sont tou­jours oppo­sés en réa­li­té au Géné­ral de Gaulle, et ne cessent de le com­battre quo­ti­dien­ne­ment quand bien même ils le louent par la bouche ou la plume. Il faut donc ici reve­nir sur ce que le désastre de 1940 nous apprend sur les élites fran­çaises, dont on sait qu’une par­tie pré­fé­rait Hit­ler au Front Popu­laire. C’est en réa­li­té ce vieux fond réac­tion­naire, pétai­niste, héri­tier de Vichy, qui res­sort dans l’argument que seul l’UE pour­rait nous pro­té­ger face aux États-Unis et à la Chine.

    Jacques Sapir.

    [1] Voir Sapir J., Les sce­na­rii de dis­so­lu­tion de l’Euro, (avec P. Murer et C. Durand) Fon­da­tion ResPu­bli­ca, Paris, sep­tembre 2013.

    Source : http://​rus​seu​rope​.hypo​theses​.org/​4​394

    Réponse
  32. binnemaya

    Son dis­cours a sapir sur l’eu­ro peut pas­ser et encore faut voir mais sa der­nière idée d’un front avec les fachos que sont et res­te­ront les lepen et toute cette bande de minables qui d’ailleurs ne veulent qu’ac­cé­lé­rer ce que l’umps est entrain d’ins­tal­ler c’est à dire une belle dic­ta­ture avec un enne­mi déjà tout dési­gner (tout ce qui n’est pas f de souche bien blanc chré­tien) c’est ce que nous com­bat­tons il me semble ?
    sala­riat contre capital
    peuple contre oligarchie
    vivre ensemble contre guerre éco et militaire

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

[Éducation populaire – Démocratie – TIRAGE AU SORT] Prochaine soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée « Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs »

[Éducation populaire – Démocratie – TIRAGE AU SORT] Prochaine soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée « Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs »

Voilà un événement qui va certainement être passionnant et surtout important : la soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée "Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs"...

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...