Rendez-vous à Bordeaux le 19 février 2015, et à Mulhouse le 28

14/02/2015 | 214 commentaires

Je vais bien­tôt vous rejoindre, à tra­vers le pays, pour deux ate­liers constituants : 

le 19 février 2015 à Bor­deaux, et le 28 février à Mulhouse :

J’es­père que les Bor­de­lais nous racon­te­ront ce qu’ils ont fait depuis la der­nière fois (nous étions 300 🙂 ) : ce qui a fonc­tion­né, ce qui a déçu, les astuces qu’ils ont inven­tées pour que ça fonc­tionne mieux… 

J’ai hâte d’y être.

Catégorie(s) de l'article :

214 Commentaires

  1. PIERRE

    Vos tra­vaux sont par­ti­cu­liè­re­ment inté­res­sants, demandent du temps et de la dis­po­ni­bi­li­té d’es­prit pour s’en appro­prier la per­ti­nence et l’u­ti­li­té, j’es­père que nous pour­rons en consa­crer lors de votre venue à Bordeaux.

    Réponse
  2. merhab

    j aime­rai temps que cela change ‚il faut que se manége s arrète ‚ils vont vrai­ment trop loin .

    Réponse
  3. zedav

    Déci­dé­ment Étienne, vous aurez fait le tour de la France des villes, grandes et moins grandes…en « évi­tant » le centre comme par exemple… Cler­mont-Fer­rand ! (ce n’est pas un reproche, je sais que vous êtes « à fond »).

    Avec ses nom­breux puys, c’est pour­tant un très chouette spot de parapente !
    (Puy de Dôme / St-San­doux / Corent / Puy St-Romain / Saurier/Pic d’Ysson/Valbeleix/Trossagne/Pic St-Pierre /Le mont-Dore – Val­lée du San­cy / L’Angle / La Tache / L’Ouire / Le Puy Gros / Super-Besse / Chas­treix / Mon­tagne de la Plate, etc.)
    En plus, pour le San­cy, il y a même les télé­ca­bines pour mon­ter ! (et le Puy de Dôme un funiculaire)

    En atten­dant, je vous sou­haite de très bons et fruc­tueux séjours à Mul­house et Bordeaux !

    Réponse
    • Parki

      +1
      On serait heu­reux de te voir à Cler­mont-Fer­rand, Étienne

      Réponse
  4. Gaudefroy

    Salut étienne, je me per­mets de par­ta­ger 2 choses.
    D’a­bord un repor­tage remar­quable d’en­voyé spé­cial sur LE sujet tabou par excel­lence, le ter­ro­risme d’état :

    http://​rutube​.ru/​v​i​d​e​o​/​6​2​2​5​a​e​6​5​e​1​a​8​c​5​b​0​5​0​7​8​0​b​a​e​4​a​f​f​2​0​ca/

    On voit une police mon­ter de toutes pièces des com­plots afin de conti­nuer à per­ce­voir d’é­normes sommes d’argent. La poli­tique du chiffre dans toute sa cruau­té et sa per­ver­si­té ; pra­tique ins­tau­rée aus­si dans la police Fran­çaise par Sarkozy.

    Ensuite, un court métrage de Ross Ash­croft (auteur du doc Les 4 cava­liers) que j’ai trou­vé sym­pa et sous-titré : 

    https://​www​.dai​ly​mo​tion​.com/​v​i​d​e​o​/​x​2​h​6​5​s​m​_​l​-​h​o​m​m​e​-​a​u​-​m​i​l​i​e​u​-​d​e​-​l​a​-​t​r​a​n​s​a​c​t​i​o​n​_​s​c​h​ool

     » Qui a fait le pétrole, le char­bon ou le miné­ral de fer ?
    Ces choses ne sont pas un pro­duit de l’ef­fort humain,
    c’est évident que les extraire l’est, mais leur exis­tence non.
    Et pour autant les reve­nus sur des res­sources naturelles
    sont une excel­lente source d’impôts.
    Per­sonne ne les a fait, donc…
    Et quand ils sont taxés, on fait que tous les autres
    les uti­lisent plus efficacement.
    Donc c’est là que nous devrions mettre des taxes »

    (Her­man Daly, inter­viewé dans le doc Les 4 cavaliers)

    Réponse
  5. Eliade Guy

    Cher Etienne
    je suis trés heu­reux de voir que vous êtes invi­té sur le ter­rain de nouveau.
    Voi­la com­ment com­battre les langues de vipère ani­mées par l’ esprit partisan.
    Bravo
    Guy

    Réponse
    • Ana Sailland

      Très au delà de la ques­tion démo­cra­tique : Je pense que nous sommes très très nom­breux à nous réjouir de voir un ami pré­cieux reprendre du poil de la bête.

      On parle tou­jours de l’empathie ( apti­tude à co-res­sen­tir) face aux choses tristes, mais elle marche dans les deux sens 🙂

      Réponse
      • Eliade Guy

        Au delà des affects c’ est une grande vic­toire de consta­ter que les défi­ni­tions d’ Etienne concer­nant par exemple l’ extrême droite, sont par­ta­gées ou tout au moins ne font pas écueil aux gens qui réclament sa pré­sence. L’ idée étant si j’ ai bien com­pris que l’ extrême droite est l’ enne­mi du grand nombre et l’ enne­mi de la démo­cra­tie réelle.
        De plus on ne peut pas être dans l’ empa­thie vis à vis de la souf­france du grand nombre et d’ extrême droite

        Réponse
  6. Youness

    J’at­tends avec impa­tience une confé­rence consti­tu­tion­nelle sur Paris pour m’initier.

    Réponse
  7. BA

    Lun­di 16 février 2015 :

    L’Eurogroupe s’achève par un « clash » avec Athènes.

    On s’at­ten­dait à un nou­vel Euro­groupe inter­mi­nable après celui de mer­cre­di 11 février, qui s’é­tait ter­mi­né par un fias­co, après tout de même sept heures de négo­cia­tions… Lun­di 16 février, ce nou­veau ren­dez-vous, pré­ten­du­ment « de la der­nière chance », entre ministres des finances de la zone euro pour résoudre le pro­blème de la rené­go­cia­tion de la dette grecque avec le gou­ver­ne­ment Tsi­pras, de la gauche radi­cale, n’a duré que quatre heures, et s’est ache­vé par un « clash ».

    http://www.lemonde.fr/crise-de-l-euro/article/2015/02/16/l‑eurogroupe-s-acheve-par-un-clash-avec-athenes_4577661_1656955.html

    Réponse
    • Ana Sailland

      L’eu­ro­groupe c’est quoi ?

      J’ai trou­vé ça : http://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​E​u​r​o​g​r​o​upe

      Je relève : Cette orga­ni­sa­tion INFORMELLE n’a même pas de nom lors de sa créa­tion. Ce n’est que trois ans plus tard qu’elle prend offi­ciel­le­ment la dési­gna­tion d’« Euro­groupe », au sein des conclu­sions de la pré­si­dence du Conseil de Nice (7−9 décembre 2000).

      Réponse
      • joss

        L’Eu­ro­groupe s’oc­cupe de la poli­tique éco­no­mique dans la zone euro et l’E­co­fin s’oc­cupe de la même chose mais dans l’U­nion Euro­péenne. Mais dans les 2 groupes, les banques pri­vées y sont repré­sen­tées, pour­tant soit-disant elles ne font pas de poli­tique. L’in­verse n’est pas vrai : quand la BCE se réunit, les gou­ver­ne­ments n’y sont pas représentés…Big Bro­ther est partout.

        Réponse
        • Ana Sailland

          Caram­ba nous sommes cernés 😉

          Réponse
  8. Robin

    À quand un séjour (un retour) en région parisienne ?

    Réponse
  9. Claude Saint-Jarre
  10. BA

    Mar­di 17 février 2015 :

    Grèce : Tsi­pras annonce le vote par le Par­le­ment de mesures sociales dès vendredi.

    Le Pre­mier ministre grec Alexis Tsi­pras a annon­cé mar­di le vote par le Par­le­ment de mesures sociales en faveur des Grecs dès ven­dre­di, date-butoir don­née par l’Eu­ro­groupe à Athènes pour deman­der une exten­sion de son pro­gramme d’aide.

    « Ces mesures vont confor­ter les sala­riés, les chô­meurs, les petites et moyennes entre­prise et vont relan­cer l’é­co­no­mie », a expli­qué M. Tspiras. 

    Figure par­mi elles l’é­ta­le­ment en cent men­sua­li­tés des rem­bour­se­ments de prêts ban­caires pour les per­sonnes les plus défavorisées.

    Les mesures sociales vou­lues par le gou­ver­ne­ment vont à l’en­contre des pré­co­ni­sa­tions du pro­gramme d’aide. 

    « La Grèce n’ac­cepte pas les condi­tions et les ulti­ma­tums, elle dit non », a lan­cé M. Tsi­pras, devant les par­le­men­taires de son par­ti de gauche radi­cale Syriza. 

    Il a éga­le­ment accu­sé le ministre alle­mand des Finances Wolf­gang Schaüble d’a­voir per­du son sang-froid et de s’être adres­sé de manière humi­liante à la Grèce lors des dis­cus­sions entou­rant l’Eu­ro­groupe de lun­di à Bruxelles. 

    http://www.romandie.com/news/Grece–Tsipras-annonce-le-vote-par-le-Parlement-de-mesures-sociales-des-vendredi/566770.rom

    Réponse
    • J-Stéphane
      • Ana Sailland

        Trois réponses pos­sibles au 49.3 :

        -La rue
        ‑La motion de censure
        ‑L’ar­ticle 11

        Le par­le­men­ta­risme, c’est l’antidémocratie
        Le 49.3, c’est la dictature

        Réponse
        • Ana Sailland

          La volon­té du peuple sou­ve­rain s’ex­prime à tra­vers ses repré­sen­tants et le suf­frage uni­ver­sel, dit on.

          On sait com­bien cette affir­ma­tion est per­ni­cieuse. Mais si par jeu on la prend comme hypo­thèse, alors le 49.3 nie le souverain.

          Réponse
    • J-Stéphane
  11. EFFAB

    Quel­qu’un a‑t-il déja relayé l’information…

    *

    … ou c’est moi qui suis en retard d’un épi­sode ?! Une infor­ma­tion en tout cas à faire trem­bler 1973 et tous les MAC(a)RON parachutés !! ^^

    *Loi Roth­schild annu­lee au Cana­da le 26 jan­vier 2015

    Réponse
  12. J-Stéphane

    « L’anarchisme est fon­dé sur l’observation que puisque peu d’hommes sont assez sages pour se gou­ver­ner eux-mêmes, bien plus rares encore sont ceux assez sages pour en gou­ver­ner d’autres. »

    Réponse
  13. Ana Sailland

    Pon­du ça ce matin sur mon FB

    De la démo­cra­tie en Amère_bourrique
    ———————————————–

    ou

    La liber­té ne se trouve pas dans une pochette-surprise
    ——————————————————————

    En France, la com­mis­sion euro­péenne peut impo­ser ses choix au gouvernement.
    En France, le gou­ver­ne­ment ( un mec qui a fait 5% aux pri­maires socia­listes) peut impo­ser ses choix au parlement.
    En France, le par­le­ment peut impo­ser ses choix au peuple, même quand le peuple a refusé.
    En France le peuple peut péti­tion­ner, mani­fes­ter, c’est à dire implorer.
    Il (le peuple) ne choi­sit même pas ses maîtres : seule­ment une par­tie d’entre eux.
    Et ceux qu’il choi­sit sont pré­sen­tés sur un pla­teau com­po­sé par d’autres.

    La vraie bataille n’est pas la bataille électorale.
    Ni même la bataille des idées !!!
    La vraie bataille est la bataille des institutions.

    Il est absurde d’at­tendre de nos maîtres la réforme des ins­ti­tu­tions qui rédui­rait leur pou­voir absolu.
    « Ce n’est pas aux hommes de pou­voir d’é­crire les règles du pouvoir »

    Les citoyens doivent s’entraîner à exer­cer le pou­voir et en par­ti­cu­lier à écrire les règles du pouvoir..
    A cette heure, ils ne peuvent le faire qu’à tra­vers des ate­liers constituants.
    Eux seuls peuvent orga­ni­ser ces ateliers.
    S’ils ne le font pas, ils res­te­ront impuis­sants, sou­mis, voire esclaves.

    Cela peut s’o­pé­rer sans rage et sans bruit. Il suf­fit de nous retrou­ver par petits groupes et de tra­vailler un thème.
    Mais sur­tout que cha­cun des par­ti­ci­pants orga­nise à son tour, lui aus­si sans rage et sans bruit.
    Le but est que nous soyons des mil­lions à être ins­truits jus­qu’au niveau « citoyen constituant ».

    La révo­lu­tion ne s’ar­rête pas quand le tyran tombe.
    Bien au contraire, la révo­lu­tion com­mence à l’ins­tant où le tyran tombe.
    Car c’est là que les citoyens doivent être prêts et for­més pour assu­mer leur futur.
    Et ins­truits du fait qu’ils doivent dire non à tout faux sau­veur qui se pointe et dit « mes amis, ren­trez chez vous, nous allons vous concoc­ter votre liberté ».

    Des citoyens non-vio­lents n’or­ga­nisent pas la chute. Ce serait pour eux contre-nature.
    Mais la chute peut venir on ne sait d’où (cf mur de Berlin).
    Mais ils seraient cou­pables de ne pas se tenir com­pé­tents et prêts à la liber­té si elle survient.
    De plus, nous pou­vons com­prendre qu’un peuple com­pé­tent ne sau­rait accep­ter ce que subit un peuple main­te­nu dans l’i­gno­rance de son intel­li­gence collective.

    La mau­vaise ges­tion de la Vie est la consé­quence des institutions.
    Les ins­ti­tu­tions sont celles que nous acceptons.
    Nous devons nous tenir prêts col­lec­ti­ve­ment à choi­sir nos institutions.
    Mais si nous n’y tra­vaillons pas, c’est même pas en rêve.

    Réponse
    • Sandy

      Syri­za démontre en Grèce que la com­mis­sion euro­péenne n’a pas le pou­voir d’im­po­ser ses choix au gou­ver­ne­ment, et qu’en réa­li­té c’é­tait bien parce que les pré­cé­dents gou­ver­ne­ments étaient d’ac­cord que ces poli­tiques étaient appli­quées, qu’il s’a­gis­sait donc bien d’une volon­té poli­tique et non d’un mécanisme.

      Ensuite les fran­çais ont lar­ge­ment le choix, si aucune des pro­po­si­tions ne vous convient à vous cela ne signi­fie aucu­ne­ment que l’on vous prive de choix, mais que vous de votre côté, avec ceux qui pensent comme vous, vous n’êtes pas fou­tus de vous orga­ni­ser pour faire une pro­po­si­tion et la sou­mettre au choix de la population.

      Votre pré­sen­ta­tion des choses, très détes­table vu qu’elle pré­sente le citoyen comme consom­ma­teur, est mau­vaise et ne contri­bue qu’à enfer­mer les gens que vous arri­vez à convaincre dans l’abs­ten­tion et la pas­si­vi­té là où on devrait cher­cher à mobi­li­ser les gens et à les ras­sem­bler pour chan­ger les choses.

      Réponse
  14. Katharina

    La Grèce s’a­ban­donne à la Troika.
    http://​deutsche​-wirt​schafts​-nachrich​ten​.de/​2​0​1​5​/​0​2​/​1​9​/​e​u​r​o​-​k​r​i​s​e​-​t​s​i​p​r​a​s​-​k​n​i​c​k​t​-​e​i​n​-​u​n​d​-​a​k​z​e​p​t​i​e​r​t​-​t​r​o​i​k​a​-​f​u​e​r​-​g​r​i​e​c​h​e​n​l​a​nd/

    en fran­cais :
    Le gou­ver­ne­ment grec aban­donne l’une des pro­messes d’é­lec­tion les plus impor­tantes et accepte, que la poli­tique éco­no­mique de la Grèce sera contro­lée, dans l’a­ve­nir comme avant, par la Troi­ka. La demande de cré­dit convient à la sou­mis­sion au mémo­ran­dum deman­dée par la UE. Appa­rem­ment les banques d’in­ves­tis­se­ment inter­na­tio­nales n’ont pas fait espé­rer le ministre de la finance grec, Varoufakis. …

    à suivre

    quoi donc ? Ecrire les consti­tu­tions des peuples et virer les gouvernements.

    Réponse
    • Sandy

      Men­songes et pure interprétation.

      Voi­là une inter­view du porte parole du gou­ver­ne­ment Gavriil Sakel­la­ri­di, ils sont obli­gés de mon­trer qu’ils veulent un accord avec les autres gou­ver­ne­ments, mais en aucun cas cet accord ne peut consis­ter à renon­cer au man­dat qu’ils ont obte­nu du peuple pour mettre fin aux poli­tiques d’aus­té­ri­té et effa­cer une par­tie de la dette ( comme l’a mon­tré leur rejet de la pro­po­si­tion des ministres des finances ) :
      http://​www​.bas​ta​mag​.net/​G​r​e​c​e​-​G​a​v​r​i​i​l​-​S​a​k​e​l​l​a​r​i​d​i​-​p​o​rte

      Réponse
    • nlesca

      Pro­pa­gande de moné­ta­riste relayée par une pro plou­to­crate qui se ment en membre du peuple…C est pra­tique de retra­vailler son pas­sé, on peut faire toutes sortes d igno­mi­nies et hop on retra­vaille son pas­sé : on ne doit plus rien à per­sonne, c est génial.

      Réponse
      • Katharina

        ah, le troll ! Qui ne sait pas lire ! Qui se fait des petits échanges vir­tuels avec lui-même !

        Réponse
        • nlesca

          Ho si je lis bien, avec toi ça va tou­jours dans le même sens et tes contor­sions pour essayer de pré­sen­ter ta ran­gaine sous un angle qui ne serait pas celui de la bonne vielle reac­tion sont trop evi­dentes et com­munes pour être drôles. Ton invo­ca­tion sys­té­ma­tique de la mytho­lo­gie nor­dique dès que je t inter­pelle et qui te sert d argu­ment uni­ver­sel n est pas plus originale.

          Réponse
  15. BA

    Jeu­di 19 février 2015 :

    Aide à la Grèce : Ber­lin rejette la demande d’A­thènes. « Ce n’est pas une solu­tion substantielle. »

    Le minis­tère des Finances alle­mand a reje­té jeu­di la demande dépo­sée par la Grèce d’ex­ten­sion de l’aide de ses par­te­naires euro­péens, esti­mant qu’elle ne repré­sen­tait pas une solu­tion sub­stan­tielle et ne répon­dait pas aux cri­tères fixés par la zone euro. 

    « La lettre en pro­ve­nance d’A­thènes n’est pas une pro­po­si­tion sub­stan­tielle de solu­tion », a com­men­té Mar­tin Jäger, porte-parole de Wolf­gang Schäuble, ministre des Finances, dans un bref communiqué. 

    « En véri­té, elle vise à obte­nir un finan­ce­ment-relais, sans rem­plir les exi­gences du pro­gramme. Le cour­rier ne rem­plit pas les cri­tères défi­nis lun­di par l’eu­ro­groupe », a‑t-il poursuivi.

    Athènes s’est adres­sé aux ministres des Finances de la zone euro jeu­di pour obte­nir un pro­lon­ge­ment de six mois du sou­tien finan­cier de ses par­te­naires, et en pre­nant un cer­tain nombre d’engagements. 

    Le gou­ver­ne­ment grec refuse tou­te­fois de se plier au memo­ran­dum qui est asso­cié au pro­gramme d’aide, et pres­crit au pays de rigou­reuses mesures d’austérité.

    Dès mer­cre­di, Ber­lin avait jugé qu’aides et réformes étaient indis­so­ciables, et insis­té sur cinq condi­tions que devrait rem­plir la demande grecque pour satis­faire la zone euro.

    Par­mi elles figurent l’en­ga­ge­ment à ne pas détri­co­ter les réformes déjà enga­gées, à ne pas mettre sur les rails de nou­velles qui pèse­raient sur les finances publiques grecques, ou encore un enga­ge­ment d’A­thènes à rem­bour­ser tous ses créan­ciers. Les pays de l’u­nion moné­taire se sont enten­dus sur ces condi­tions lun­di à Bruxelles. 

    http://​www​.roman​die​.com/​n​e​w​s​/​A​i​d​e​-​a​-​l​a​-​G​r​e​c​e​-​B​e​r​l​i​n​-​r​e​j​e​t​t​e​-​l​a​-​d​e​m​a​n​d​e​-​d​A​t​h​e​n​e​s​-​p​a​s​-​u​n​e​-​s​o​l​u​t​i​o​n​-​s​u​b​s​t​a​n​t​i​e​l​l​e​_​R​P​/​5​6​7​5​3​5​.​rom

    Réponse
    • Ana Sailland

      J’é­vite le sous la cein­ture, mais là, comme pro­po­si­tion sub­stan­tielle, je ne vois que les coups de pied au cul, du grand nombre vers le petit nombre, ça peut pro­vo­quer des séquelles souhaitables.

      Que Gand­hi mon grand amour secret me pardonne .….…

      Réponse
      • Katharina

        pour voir le tableau entier, lire aus­si http://​www​.ega​li​tee​tre​con​ci​lia​tion​.fr/​G​r​e​c​e​-​t​h​e​a​t​r​e​-​d​e​-​l​a​-​g​u​e​r​r​e​-​E​t​a​t​s​-​U​n​i​s​-​E​u​r​o​p​e​-​3​1​2​0​1​.​h​tml

        ou

        http://​www​.vol​tai​re​net​.org/​a​r​t​i​c​l​e​1​8​6​7​7​6​.​h​tml

        car je crois que ce que nous voyons n’est qu’un petit bout.

        Nous assis­tons à des essais de reé­crire les fron­tières et les populations.
        Il n’est plus ques­tion de peuples ou de l’his­toire, il n’est ques­tion que de res­sources et de zones agrares avec des cons qui y bossent comme au temps des champs de coton.

        Pour l’ins­tant.
        Gand­hi c’est génial, auto-écri­ture des consti­tu­tions encore mieux. « Stell dir vor, es ist Krieg und kei­ner geht hin ? » (« Ima­gine que c’est la guerre et per­sonne ne la leur fait, la guerre ? ») Je ne com­prends tou­jours pas pour­quoi BHL et Soros – les finan­ciers – sont encore en bonne santé.

        Réponse
        • Sandy

          Encore de la pro­pa­gande d’ex­trême droite, c’est quand même dingue, quand allez-vous arrê­ter de vous bour­rer le crâne avec les obses­sions et la para­noïa défor­mante de ces menteurs ? 

          Ce à quoi nous assis­tons c’est tout sim­ple­ment la lutte des classes, des gou­ver­ne­ments euro­péens qui servent leurs oli­gar­chies res­pec­tives et qui ont pour inté­rêt de faire payer aux peuples les coûts de l’ef­fon­dre­ment finan­cier de 2008.

          Der­rière la Grèce il y a divers enjeux, et notam­ment celui de trans­for­mer leur pays en pays à bas coût de pro­duc­tion afin de per­mettre aux mul­ti­na­tio­nales alle­mandes ou fran­çaises de faire un maxi­mum de profit.
          Sous pré­texte de com­pé­ti­ti­vi­té, d’un côté ils baissent les salaires, réduisent les dépenses sociales, et de l’autre ils pri­va­tisent tout ce qui peut l’être et qui repré­sente un mar­ché juteux pour eux.
          La dette en plus d’être une arnaque ne sert que de pré­texte pour jus­ti­fier toutes les poli­tiques d’aus­té­ri­té, qui ne sont rien d’autre en réa­li­té que les poli­tiques néo libé­rales qu’ils ont tou­jours défendu.
          Et s’ils camouflent cela en aide et en contre­par­ties de cette aide, si les grecs se sont fina­le­ment rebel­lés, c’est parce que tout le monde voit très bien que cela ne les aide abso­lu­ment pas, qu’au contraire cela les enfonce dans la pré­ca­ri­té, le chô­mage et la pau­vre­té, leur éco­no­mie s’ef­fondre et le poids de la dette gran­dit. Ce à quoi nous assis­tons est bien un pillage.

          Dans le même temps, les méca­nismes mis en place der­rière ces aides ont contri­bué à trans­fé­rer les dettes pri­vées en dettes publiques, et ces pertes sont ain­si épon­gées par l’en­semble des peuples européens.

          Ce n’est pas plus com­pli­qué que cela. Il n’y a pas de com­plot juif et franc maçon ou encore amé­ri­cain der­rière tout cela, juste des gens qui veulent exploi­ter au maxi­mum la popu­la­tion pour en tirer tou­jours plus de pro­fits, et qui bien évi­dem­ment cherchent à pré­ser­ver leur posi­tion sociale et les pri­vi­lèges et le pou­voir qui vont avec.

          Réponse
    • Sandy

      Tout ceci, et tout le dis­cours relayé dans la presse ces der­niers jours sur la pos­sible sor­tie de la Grèce de la zone euro voir de l’UE n’é­taient comme on pou­vait le pres­sen­tir que du bluff pour créer le rap­port de force mais au final les ministres des finances ont accep­té exac­te­ment le com­pro­mis qu’a­vait pro­po­sé le ministre grec dans sa lettre, c’est à dire une exten­sion de l’aide pour pou­voir assu­rer la pro­chaine échéance de la dette grecque, en contre­par­tie de réformes, que le gou­ver­ne­ment grec va lui même proposer.
      Ce qui per­met au gou­ver­ne­ment de gagner du temps pour pou­voir mettre en place ses réformes.
      On voit ain­si que les gou­ver­ne­ments euro­péens ne sont pas prêts au défaut grec sur leur dette, ce qu’au­rait inévi­ta­ble­ment entrai­né un entê­te­ment de leur part en vou­lant pous­ser la Grèce vers la sor­tie et en refu­sant de leur prê­ter cet argent.

      Bien évi­dem­ment, il s’a­git ici d’un com­pro­mis de façade, per­met­tant aux uns et aux autres de se sau­ver la face et de repous­ser les échéances cri­tiques, il n’a pas de fond et donc les choses ne sont pas encore jouées. Le gou­ver­ne­ment grec va en effet sur­ement pro­po­ser des mesures qui sont en totales contra­dic­tions avec ce que les gou­ver­ne­ments euro­péens veulent et le vrai clash est encore à venir.

      Néan­moins on voit là vrai­ment ce qu’est un gou­ver­ne­ment com­bat­tif. Tous ceux qui ont vou­lu nous faire croire que l’on ne pou­vait pas faire autre­ment et que ce qu’ont fait Sar­ko­zy et Hol­lande était le sum­mum du com­bat poli­tique pour chan­ger l’UE ou défendre les inté­rêts de leur pays vole en éclat à chaque nou­velle avan­cée du gou­ver­ne­ment d’un petit pays comme la Grèce. Ima­gi­nez donc ce que pour­rait faire un pré­sident fran­çais s’il en avait la volon­té politique.

      Aus­si j’ai­me­rais m’ap­puyer sur ces évè­ne­ments pour vous invi­ter à réflé­chir au côté ins­ti­tu­tion­nel qui y sont liés.
      Non seule­ment on peut consta­ter que l’é­lec­tion peut per­mettre de mener une révo­lu­tion paci­fique et que contrai­re­ment aux croyances répan­dues par Etienne, il n’y a aucun sys­té­ma­tisme à ce que les « riches » gagnent les élections.
      Mais si l’on réflé­chit plus pro­fon­dé­ment, on voit bien que l’é­lec­tion, ou plu­tôt glo­ba­le­ment le vote au suf­frage uni­ver­sel, per­met de mettre en place un rap­port de force qui parce que le riche a le même poids dans la déci­sion que le pauvre, chaque citoyen ayant le même poids poli­tique, per­met à la force du nombre ( ce qui est la seule force du peuple, son nombre ) d’être la force la plus puissante.
      Et la grève par exemple est de la même famille vu qu’elle per­met là encore de faire valoir la force du nombre.
      Voi­là pour­quoi depuis 200 ans, contrai­re­ment à ce qu’E­tienne là encore raconte, ces outils ont per­mis aux peuples de conqué­rir de nom­breux droits et de vaincre à plu­sieurs reprises la domi­na­tion des plus riches.

      En outre, l’é­lec­tion per­met en plus de cela de trans­por­ter une volon­té, de faire d’une volon­té com­mune une volon­té col­lec­tive bien plus puis­sante car incar­née et por­tée par des gens, arrê­tée par des textes que cha­cun peut lire et reconnaître.

      Aus­si toutes les dérives et les pro­blèmes posés par cette repré­sen­ta­tion par l’é­lec­tion ne doivent pas faire perdre de vue leur inté­rêt pour nous. Nous avons donc plus inté­rêt à trou­ver des moyens de nous en pro­té­ger tout en conser­vant les avan­tages et le côté pra­tique qu’ils apportent, plu­tôt que de tom­ber dans la faci­li­té qui consiste à tout reje­ter en bloc sans le moindre dis­cer­ne­ment et à s’en­fer­mer dans un com­bat contre des mou­lins à vents.

      Non le PS et l’UMP ne sont pas garan­tis de gagner à l’in­fi­ni, non l’é­lec­tion ne per­met pas aux riches de gagner à coup sûr, l’é­lec­tion comme le prouvent les grecs est la solu­tion, ce n’est pas le tirage au sort.

      Réponse
      • etienne

        San­dy, regar­dez plu­tôt l’ex­trême droite (la vraie) pavoi­ser, avant de crier trop vite vic­toire ; l’UE est un piège démophobe : 

        La capi­tu­la­tion grecque

        http://​www​.slate​.fr/​s​t​o​r​y​/​9​8​2​4​1​/​c​a​p​i​t​u​l​a​t​i​o​n​-​g​r​e​c​q​u​e​-​e​u​r​o​p​e​-​d​e​tte

        Contrai­re­ment aux rodo­mon­tades, le gou­ver­ne­ment grec a fini par accep­ter les condi­tions de la troï­ka. Une dure leçon pour les popu­listes d’ex­trême gauche comme d’ex­trême droite.

        Le quo­ti­dien alle­mand Bild raconte cette his­toire inouïe. Le gou­ver­ne­ment grec a envoyé une lettre à Bruxelles, jeu­di 19 février, qui énu­mé­rait ses nou­velles pro­po­si­tions dans la dif­fi­cile négo­cia­tion avec ses par­te­naires, la Com­mis­sion euro­péenne, la Banque cen­trale euro­péenne et le FMI. La fameuse troï­ka dont le gou­ver­ne­ment grec ne vou­lait plus entendre par­ler ! Une lettre de capi­tu­la­tion sous condi­tions : Athènes accepte de se plier à l’intégralité de ce que demandent la troï­ka mais que c’est pro­vi­soire, il y aura « des inflexions à venir ». L’Allemagne sitôt cette mis­sive connue a répon­du sèche­ment : c’est « nein ». Encore du flou cet « à venir ». Ber­lin ne signe­ra qu’une accord ultra-pré­cis. Le ministre des finances Wolf­gang Schaüble, insul­té par son homo­logue grec, Yanis Varou­fa­kis qu’il ne sup­porte plus, campe alors sur une posi­tion inflexible. La Grèce doit reve­nir à la situa­tion d’avant l’é­lec­tion légis­la­tive, au pro­gramme d’aide signé par son pré­dé­ces­seur. Point. Et c’est l’ac­cord qui a été fina­le­ment conclu ven­dre­di 20 février en dépit des ten­ta­tives de comu­ni­ca­tion d’A­thènes pour sau­ver la face.

        La faute de la Poste !

        Bild raconte que les Grecs, gênés par ce nou­veau ren­voi dans les cordes par l’Allemagne, ont alors expli­qué que la lettre envoyée n’était… pas la bonne, qu’il y avait eu une erreur de cour­rier, et qu’une nou­velle lettre, la bonne, plus conforme aux demandes alle­mandes, venait de par­tir ! La faute de la Poste ! Un véri­table enfan­tillage qu’on peine à croire.

        Mais cette his­toire, fausse ou véri­dique, dit deux choses : ce qui est deve­nue l’hystérie alle­mande contre les Grecs de Syri­za, à force d’avoir été insul­tés, constam­ment com­pa­rés aux nazis, et appe­lés « à payer », tou­jours « à payer » pour un pays qui triche en per­ma­nence et qui conti­nue de filou­ter avec les dis­ci­plines euro­péennes. J’avais vu cette colère mon­ter en Alle­magne mais je n’imaginais pas qu’elle avait atteint ce niveau. Dans une Union, il ne faut insul­ter aucun de ses par­te­naires. Les Grecs le paient cher.

        La deuxième leçon vient de l’incroyable impré­pa­ra­tion de Syri­za. Ce par­ti popu­liste pré­ten­dait gou­ver­ner son pays sur une ligne oppo­sée à celle de ses pré­dé­ces­seurs depuis le début de la crise des dettes en 2010. Il croyait déte­nir la voie d’une solu­tion par la crois­sance, mal­gré les enga­ge­ments euro­péens signés, mal­gré la situa­tion de dépen­dance finan­cière et bud­gé­taire du pays. Il croyait que le peuple grec ayant voté, tous les autres peuples euro­péens, soit allaient se sou­le­ver pour les rejoindre, soit allaient accep­ter le nou­veau pro­gramme du valeu­reux gou­ver­ne­ment Tsipras.

        Naï­ve­té et amateurisme

        C’était une naï­ve­té com­plète, une mécon­nais­sance totale des lois euro­péennes, une erreur grave sur le rap­port de force et, sur­tout, il faut insis­ter sur ce point : une pré­ten­tion qu’il y a une voie, « un autre che­min », une autre poli­tique, bien meilleure, bien moins dou­lou­reuse, facile même. Laquelle ? « Il suf­fit de refu­ser l’austérité », il faut tout sim­ple­ment reve­nir en arrière, aug­men­ter les salaires et les retraites, réem­bau­cher les fonc­tion­naires, pra­ti­quer une poli­tique de relance tout azimut.

        Le mal­heur vient non pas du constat. Il n’est pas faux le constat, du moins en appa­rence : l’austérité en Grèce a été trop forte, elle a pro­vo­qué une réces­sion qui a fait déri­ver le pays de tous les objec­tifs bud­gé­taires. Il n’y a qu’un volet qui marche : la com­pé­ti­ti­vi­té est réta­blie (les comptes exté­rieurs amé­lio­rés), c’est ce que visaient les par­te­naires de la troï­ka, comme cela s’est pas­sé pour l’Espagne ou l’Irlande. Mais comme la base pro­duc­tive de la Grèce est très faible, cette rigueur « à l’allemande » porte des fruits trop maigres tan­dis que la souf­france sociale est trop forte. Donc en effet la balance n’est pas favo­rable à la solu­tion de l’austérité, beau­coup le recon­naissent aux Etats-Unis et en Europe. Il faut cher­cher à marier rigueur et croissance.

        A par­tir de là, Alexis Tsi­pras a cru que c’était joué, les par­te­naires allaient faire pres­sion sur Ber­lin et le pro­gramme de relance allait être accep­té. Mais tout s’est écrou­lé par impré­pa­ra­tion et prétention.

        Le ministre des finances grec, Yanis Varou­fa­kis, a pas­sé son temps à faire le gros malin dans les réunions, sur les TV et sur les réseaux sociaux, sans avoir de pro­gramme pré­cis, concret, qui sache jouer fine­ment avec les enga­ge­ments pas­sés, et qui soit accep­table. Il n’a ces­sé de pas­ser d’un plan vague à un plan impos­sible jusqu’à la filou­te­rie de der­rière minute de l’erreur de la poste ! (qu’il a démentie).

        Impos­ture

        Son pays paie aujourd’hui très fort ses fan­fa­ron­nades et sa totale incom­pé­tence. Mais ce n’est pas un hasard. Les popu­listes font appel à des éco­no­mistes de la marge, qui se disent alter­na­tifs. Tous ne sont pas sans inté­rêt bien enten­du. Mais beau­coup sont dans l’illusion d’un « savoir ». Ceux d’hier, ânon­naient un prê­chi prê­cha néo-mar­xiste de base. Ceux d’aujourd’hui ont com­pris qu’il fal­lait affi­cher des connais­sances sur la grande réa­li­té contem­po­raine, celle qui compte : la finance. L’économie est deve­nue une science de créa­ti­vi­té. Ils balancent des pro­po­si­tions obs­cures : des obli­ga­tions gagées sur la crois­sance, par exemple. On n’y com­prend rien mais çà en jette. Yanis Varou­ka­kis est de ceux là, de ces gou­rous impos­teurs qui passent de fac en fac, qui ont des blogs à suc­cès pour les alter­na­tifs en mal d’une autre poli­tique. Il y en a plein sur le Net, ils ont inves­ti les par­tis popu­listes où il y avait une place lais­sée vide par les éco­no­mistes réa­listes, ces par­tis atten­daient de s’enthousiasmer pour leur pen­sée magique.

        Yanis Varou­fa­kis a dû empa­pa­hou­ter Alexis Tsi­pras et les autres chefs de Syri­za, exac­te­ment comme les mathé­ma­ti­ciens tra­ders inventent des pro­duits toxiques pour les vendre à leur direc­tion. Des mirages, des fausses solu­tions, des idées aus­si savantes que creuses.

        On dira que la Grèce est humi­liée par l’Allemagne. Que les autres gou­ver­ne­ments sont des lâches. Que dans la grande guerre idéo­lo­gique, les sociaux-démo­crates ont vou­lu punir l’extrême gauche. Que « la pen­sée unique » a une nou­velle fois gagné à cause des « élites mon­diales » qui se sont liguées contre la démo­cra­tie et le peuple. Tout cela est faux. Benoi­te­ment faux. La Grèce n’avait pas per­du d’avance. Elle aurait pu obte­nir un assou­plis­se­ment sub­stan­tiel de son pro­gramme d’aide. L’Allemagne aurait pu, une nou­velle fois, accep­ter beau­coup de ce qu’elle rejette au départ. Mais sa chance a été gâchée par arro­gance et méconnaissance.

        Une capi­tu­la­tion par étape

        Le gou­ver­ne­ment Tsi­pras s’est retrou­vé tota­le­ment désar­mé en face de la réa­li­té plate. Il a dû capi­tu­ler par étapes, jusqu’à la réunion de l’euro-groupe, ven­dre­di 20 février. Il a dû d’abord recon­naître qu’il devra payer sa dette, puis accep­ter de par­ler avec la Troï­ka hon­nie, puis renon­cer à son pro­gramme social « uni­la­té­ral », accep­ter de res­ter dans le plan d’aide de son pré­dé­ces­seur et enfin, s’engager à des réformes. Il lui reste le wee­kend pour détailler ce qu’il sauve des cadeaux sociaux qu’il a annon­cés, en échange il devra four­nir une liste de réformes qu’il engage mais il le fait sous contrôle ser­ré de Berlin.

        De ses pro­messes, il ne reste rien. Je pen­sais que « les décep­tions vien­draient cet automne », erreur à nou­veau. La pla­nète tourne tou­jours plus vite qu’on croit.

        La leçon pour les popu­listes est sévère. Leur constat de départ est par­fois bon, ici l’excès d’austérité en Grèce. Mais au lieu de tra­vailler des solu­tions détaillées, appli­cables, ils foncent dans une magie que des mau­vais gou­rous leur dit pos­sible. Il y a tou­jours des alter­na­tives, il n’y a pas qu’une seule solu­tion mais il faut recon­naître que le monde est com­plexe et inter­dé­pen­dant et que les issues sont dans le tra­vail, le prag­ma­tisme et l’humilité. Qu’il ne faut pas pro­mettre que les efforts sont évi­tables. Mais voi­là, le suc­cès des popu­listes vient de ce qu’ils vendent du rêve… Que leurs élec­teurs regardent ce qui s’est tris­te­ment pas­sé en Grèce.

        Eric Le Bou­cher (slate​.fr)

        Source : http://​www​.slate​.fr/​s​t​o​r​y​/​9​8​2​4​1​/​c​a​p​i​t​u​l​a​t​i​o​n​-​g​r​e​c​q​u​e​-​e​u​r​o​p​e​-​d​e​tte

        L’U­nion euro­péenne est un piège poli­tique anti­so­cial redou­table dont il faut D’ABORD SORTIR. 

        La solu­tion ne vien­dra pas des élus (qui nous enferment TOUS dans ce piège depuis le début).

        Si on veut une consti­tu­tion digne de ce nom, il fau­dra l’é­crire nous-mêmes.

        Étienne.

        PS : pour décons­truire métho­di­que­ment toutes les impos­tures et incom­pé­tences des van­tards pré­ten­tieux comme Éric Le Bou­cher, lisez « L’im­pos­ture éco­no­mique » de Steve Keen : pas une seule de leurs pré­ten­dues lois éco­no­miques n’y résiste : les « libé­raux » y sont scien­ti­fi­que­ment dis­cré­di­tés (par les libé­raux eux-mêmes ! C’est du bon bou­lot). Un livre écrit pour tout le monde, à lire et à faire lire :

        Réponse
        • Katharina

          très bon article, merci1

          Réponse
          • nlesca

            As tu lu l intro­duit et la conclu­sion de notre hôte ?

          • Katharina

            … mer­ci pour le com­men­taire ! (j’al­lais écrire hier – une touche appuyée, le reste et partait)

        • nlesca

          Cet article est nul, encore un tor­chon pour pié­ti­ner Syri­za, David, et tailler une pipe aux enfants de nazis, Goliath. Le moné­ta­riste triom­phant est bien prompt à se frap­per le torse en insul­tant de mots en isme ceux qui ont essayé de l ouvrir. A mon avis ce qui vas sur­prendre les fous de l euro, c est la colère des autres peuples, j en connais qui vont pas­ser des vacances de merde dans les cam­ping espa­gnols. Les alle­mands peuvent ce racon­ter des his­toires et pen­ser que les autres euro­péens n en veulent qu a Mer­kel. Ce n est pas le cas. Les alle­mands sont en train de se faire haïr, ce qui se dit en fran­cais est bon enfant par rap­port à ce qu on entend en espa­gnol… Ce n est que le début, si ces extré­mistes du tout pour nous ne se calment pas je pense que nous allons vers de graves troubles en Europe.

          Réponse
        • joss

          On nous donne l’im­pres­sion de n’y avoir que 2 groupes : les bons et les mau­vais. Les mau­vais, ce sont les popu­listes et les bons, ce sont les autres.
          Tous ceux qui ne font que des pro­messes et qui finissent par capi­tu­ler sont appe­lés des popu­listes. Même s’ils n’al­laient pas capi­tu­ler, ils auraient été trai­tés de « popu­listes ». On voit bien que le but caché est de décou­ra­ger toute ten­ta­tive de changement.
          Mais ce qu’on ne dit pas, il y en a qui font aus­si des pro­messes et qui les res­pectent et ça marche depuis 200 ans ! Ceux-là, ce sont les éli­tistes car ils servent les 1%.

          Réponse
        • Sandy

          Ce n’est pas l’ex­trême droite, c’est la droite, la vraie extrême c’est celle qui veut s’en prendre à toute une par­tie de la popu­la­tion parce qu’elle n’a pas la bonne cou­leur de peau, la bonne reli­gion, la bonne orien­tai­ton sexuelle, ou les bonnes origines.

          Et s’ils pavoisent comme vous dites c’est parce que cet accord per­met aux deux camps de voir midi à leur porte. Je vous mets ici le lien vers le texte de cet accord, vous pour­rez le consta­ter par vous même :
          http://​www​.consi​lium​.euro​pa​.eu/​e​n​/​p​r​e​s​s​/​p​r​e​s​s​-​r​e​l​e​a​s​e​s​/​2​0​1​5​/​0​2​/​1​5​0​2​2​0​-​e​u​r​o​g​r​o​u​p​-​s​t​a​t​e​m​e​n​t​-​g​r​e​e​ce/

          Un bon exemple c’est ce passage :
          « The Greek autho­ri­ties have also com­mit­ted to ensure the appro­priate pri­ma­ry fis­cal sur­pluses or finan­cing pro­ceeds requi­red to gua­ran­tee debt sus­tai­na­bi­li­ty in line with the Novem­ber 2012 Euro­group sta­te­ment. The ins­ti­tu­tions will, for the 2015 pri­ma­ry sur­plus tar­get, take the eco­no­mic cir­cum­stances in 2015 into account. »

          Si on s’en tenait effec­ti­ve­ment à la pre­mière phrase, on pour­rait se dire qu’ef­fec­ti­ve­ment le gou­ver­ne­ment grec a cédé en accep­tant de se confor­mer aux objec­tifs des accords de 2012 pour un sur­plus bud­gé­taire de 4,5% qui ne laisse effec­ti­ve­ment pas d’autre choix que de mener des poli­tiques d’austérité.
          Mais la 2ème phrase ouvre l’ac­cord au prin­cipe de la révi­sion de ces objec­tifs comme le demande le gou­ver­ne­ment grec qui veut le faire pas­ser à 1,5% pour pou­voir finan­cer ses poli­tiques de relance.

          Donc au final, cha­cun peut y voir midi à sa porte, mais la réa­li­té c’est que rien n’a été tran­ché sur le fond.

          Aus­si la seule chose réelle qui res­sort de cet accord, c’est bien que le gou­ver­ne­ment grec a obte­nu le finan­ce­ment pour faire face à la pro­chaine échéance.
          Qu’il a obte­nu nor­ma­le­ment le recul de la BCE qui avait jus­ti­fier son coup de force du fait qu’il fal­lait trou­ver un accord.
          Qu’il a obte­nu la fin de la Troïka.
          Qu’il a obte­nu la fin des mémo­ran­dums et que c’est désor­mais le gou­ver­ne­ment grec qui a confor­mé­ment au prin­cipe de sou­ve­rai­ne­té l’i­ni­tia­tive sur les poli­tiques qui seront menées et qui d’ailleurs doit pro­po­ser son plan dès lundi.

          Mais sur le fond, donc, rien n’a été tran­ché et cela ne fait que repous­ser les négo­cia­tions à dans 4 mois.
          Ce qui donne du temps au gou­ver­ne­ment pour mettre en place ses politiques.

          Les gens de droite et ceux qui veulent l’é­chec de Syri­za ont vite fait d’in­ter­pré­ter à leur sauce ces accords, comme ils ont de toute façon tou­jours inter­pré­té en mal ses actions depuis le début, cher­chant tou­jours à ins­til­ler le doute et la sus­pi­cion. Mais il faut com­prendre dans quel conflit d’in­té­rêt ils se trouvent. Vous êtes le pre­mier à dénon­cer les conflits d’in­té­rêts. Si Syri­za réus­sit ce sont toutes leurs convic­tions et thèses qui s’ef­fondrent, et avec elles leur cré­di­bi­li­té et l’adhé­sion des gens.

          Mais il y a aus­si les gens qui ne connais­sant rien d’autre que l’i­déo­lo­gie libé­rale ne com­prennent les choses que dans un sens. Par­tant du prin­cipe que des poli­tiques sociales sont incom­pa­tibles avec une bonne san­té finan­cière de l’é­tat, ils ne peuvent rien ima­gi­ner d’autres. Pour­tant Tsi­pras a pas­sé toute sa cam­pagne à se défendre contre cette idéo­lo­gie, démon­trant maintes fois que c’é­tait l’i­déo­lo­gie de l’aus­té­ri­té qui en plus de détruire le pays éco­no­mi­que­ment et socia­le­ment, aggra­vait la situa­tion bud­gé­taire, et que c’é­tait au contraire en don­nant de quoi vivre aux citoyens de manière cor­recte, en relan­çant l’é­co­no­mie, que la situa­tion bud­gé­taire s’améliorera.

          Vous étiez en 2005 un alter euro­péen convain­cu, et vous avez devant les yeux pour la 1ère fois un vrai gou­ver­ne­ment de com­bat qui veut chan­ger les choses, libé­rez vous du venin de toutes ces langues de ser­pents et du doute qu’ils essaient d’en­tre­te­nir dans nos esprits.

          Dites vous bien que ce doute, en plus de les aider à pré­ser­ver leurs thèses et leurs convic­tions intactes mal­gré les faits, a aus­si pour rôle d’empêcher les gens de se mobi­li­ser à tra­vers toute l’Eu­rope et de pré­ve­nir ain­si les risques de contagion.
          Les gens ne se mobi­lisent que s’ils croient vrai­ment en ce qu’ils défendent …
          Les diri­geants euro­péens n’ont aucun inté­rêt à lais­ser croire aux gens que le gou­ver­ne­ment grec a obte­nu d’eux des concessions.
          Et c’est accord les arrange vu qu’il per­met de pré­ser­ver les apparences.
          Mais dans la réa­li­té, les diri­geants euro­péens ont mon­tré que contrai­re­ment à leurs décla­ra­tions radi­cales, ils n’é­taient pas prêts à pous­ser la Grèce va la sor­tie et à accep­ter de faire une croix sur les cen­taines de mil­liards de leurs créances.
          C’est donc bien le gou­ver­ne­ment grec qui est en posi­tion de force désormais.
          Toutes leurs décla­ra­tions, même les plus vio­lentes, ne visaient bel et bien qu’à essayer de modi­fier le rap­port de force en leur faveur, et c’é­tait bel et bien du bluff.

          Réponse
          • etienne

            Lui aus­si, c’est une « langue de ser­pent » dont il faut « se libé­rer du venin », Sandy ?

            Gle­zos : « Je demande au Peuple Grec de me par­don­ner d’avoir contri­bué à cette illusion »
            http://​www​.okea​news​.fr/​2​0​1​5​0​2​2​2​-​g​l​e​z​o​s​-​j​e​-​d​e​m​a​n​d​e​-​a​u​-​p​e​u​p​l​e​-​g​r​e​c​-​d​e​-​p​a​r​d​o​n​n​e​r​-​d​a​v​o​i​r​-​c​o​n​t​r​i​b​u​e​-​c​e​t​t​e​-​i​l​l​u​s​ion

            Depuis Bruxelles, Mano­lis Gle­zos fou­droie le gou­ver­ne­ment à pro­pos des manœuvres durant les négo­cia­tions avec les créan­ciers et du chan­ge­ment de dis­cours de SYRIZA. Il rap­pelle que « entre l’oppresseur et l’oppressé, il ne peut être ques­tion de com­pro­mis, tout comme cela est impos­sible entre l’occupé et l’occupant. La seule solu­tion c’est la liber­té ». […]

          • etienne

            Et lui, San­dy ? Aus­si une « langue de ser­pent » ?

            La Grèce sur le fil du rasoir
            21 février 2015 | Par Pierre Khal­fa

            http://​blogs​.media​part​.fr/​b​l​o​g​/​p​i​e​r​r​e​-​k​h​a​l​f​a​/​2​1​0​2​1​5​/​l​a​-​g​r​e​c​e​-​s​u​r​-​l​e​-​f​i​l​-​d​u​-​r​a​s​oir

            Il me paraît trop tôt pour por­ter un juge­ment défi­ni­tif sur l’ac­cord conclu ven­dre­di entre la Grèce et l’U­nion euro­péenn puisque c’est lun­di que le gou­ver­ne­ment grec fera connaître la liste des réformes qu’il pro­pose. C’est à ce moment là que le texte signé pren­dra toute sa signi­fi­ca­tion et c’est à ce moment que nous ver­rons si la poli­tique d’austérité conti­nue ou pas. De ce point de vue, le texte du com­mu­ni­qué est ouvert et indique que le pro­ces­sus de réforme a pour but, notam­ment, de « per­mettre la jus­tice sociale » (« enhan­cing social fair­ness »). L’affrontement n’est donc pas terminé.

            Sur le reste, le gou­ver­ne­ment grec a été effec­ti­ve­ment obli­gé de céder sur un cer­tain nombre de points majeurs. Le plus impor­tant, de mon point vue, est le fait que soit main­te­nu, pour per­mettre le rem­bour­se­ment inté­gral de la dette que le gou­ver­ne­ment grec a accep­té, l’objectif d’un excé­dent pri­maire de 4,5 % du PIB en 2016, même si l’objectif de 2015 (3 %) pour­ra être rééva­lué en fonc­tion des cir­cons­tances éco­no­miques. Se fixer comme objec­tif un excé­dent pri­maire de cet ampleur ne peut qu’entraîner des poli­tiques d’austérité dras­tique. On voit mal le gou­ver­ne­ment grec s’engager dans cette voie. La pro­chaine échéance va être le rem­bour­se­ment à l’été de 6,7 mil­liards d’euros à la BCE, qui fera l’objet de nou­velles négo­cia­tions. La Grèce va vivre sous la menace per­ma­nente des « ins­ti­tu­tions », le nou­veau nom de la Troï­ka, et le bras de fer va conti­nuer.

            Au-delà, la ques­tion est de savoir ce qu’il aurait été pos­sible de faire d’autre. L’objectif du gou­ver­ne­ment alle­mand et de la BCE, sou­te­nus plus ou moins for­te­ment par les autres gou­ver­ne­ments, a été d’enfermer la Grèce dans le dilemme « capi­tu­la­tion ou sor­tie de l’euro ». Le gou­ver­ne­ment grec a ten­té de sor­tir de ce dilemme en se bat­tant pour un com­pro­mis. Or la hau­teur du com­pro­mis dépend du rap­port de forces. Le gou­ver­ne­ment grec n’a pas réus­si à divi­ser les autres gou­ver­ne­ments et la mobi­li­sa­tion popu­laire a été très faible. Alors que les ins­ti­tu­tions et les gou­ver­ne­ments euro­péens avaient clai­re­ment com­pris l’enjeu de la situa­tion – un suc­cès de Syri­za remet­trait en cause 30 ans de néo­li­bé­ra­lisme en Europe -, le sou­tien poli­tique à Syri­za n’a pas été à la hau­teur et la Grèce est res­tée dra­ma­ti­que­ment seule. Le cas de la France est d’ailleurs signi­fi­ca­tif. Alors que l’on aurait pu pen­ser que le mou­ve­ment syn­di­cal, au moins pour ses com­po­santes qui refusent l’austérité, soit à la pointe du sou­tien à la Grèce, son action a été qua­si inexis­tante : la CGT et la FSU ont été aux abon­nés absents et Soli­daires ne s’est enga­gé qu’à reculons.

            La ques­tion de la sor­tie de l’euro se posait évi­dem­ment. Mais celle-ci aurait été très cou­teuse éco­no­mi­que­ment et poli­ti­que­ment. Eco­no­mi­que­ment, la déva­lua­tion impor­tante de la mon­naie aurait entraî­né un appau­vris­se­ment mas­sif des grecs et aurait été pré­cé­dée par une fuite des capi­taux (celle-ci a d’ailleurs com­men­cé), la drachme aurait été sou­mise à la spé­cu­la­tion finan­cière. Une éven­tuelle annu­la­tion de la dette aurait certes don­né de l’air à la Grèce, mais la contre­par­tie en aurait été une impos­si­bi­li­té de se finan­cer à l’extérieur. Les béné­fices atten­dus d’une sor­tie de l’euro sont donc très aléatoires.

            Mais la sor­tie de l’euro aurait été aus­si poli­ti­que­ment coû­teuse. Syri­za s’est fait élire sur la pro­messe de ne pas sor­tir de l’euro. Com­ment renier une telle pro­messe au bout de quelques semaines ? Une sor­tie aurait donc dû être vali­dée par réfé­ren­dum par le peuple grec avec toutes les incer­ti­tudes que cela com­porte. Mais c’est au niveau euro­péen que le prix à payer aurait été le plus impor­tant. Une sor­tie de l’euro, for­ce­ment chao­tique, aurait ser­vi de contre-exemple, aurait ren­for­cé l’idée qu’il n’y a pas d’alternative à la situa­tion actuelle et aurait affai­bli consi­dé­ra­ble­ment Podemos.

            Il n’y avait donc pas de bon choix. Le gou­ver­ne­ment grec a‑t-il eu rai­son de faire celui-ci ? L’avenir nous le dira. La rup­ture a eu lieu, comme cela a été sou­vent le cas dans l’histoire pas­sée, dans le pays qui avait le moins de moyens poli­tiques et éco­no­miques de l’assumer. La pers­pec­tive d’une sor­tie de l’euro de la Grèce pou­vait être assu­mée par les ins­ti­tu­tions euro­péennes au vu du faible poids éco­no­mique du pays et du fait que l’essentiel de la dette grecque est aujourd’hui dans les mains d’institutions publiques. Certes cela remet­tait en cause le dogme de l’irréversibilité de l’euro avec les consé­quences impré­vi­sibles que cela aurait pu avoir notam­ment en matière de spé­cu­la­tion sur la dette publique (quel pays après la Grèce ?). Mais ils pou­vait pen­ser mai­tri­ser cela avec le pro­gramme mas­sif d’achat de titres de la BCE.

            L’histoire n’est pas encore ter­mi­née et encore moins écrite. Les ins­ti­tu­tions euro­péennes n’ont pas renon­cé à étran­gler la Grèce et celle-ci n’a pas encore per­du. Dans cette situa­tion, le sou­tien à la Grèce est aujourd’hui le com­bat essen­tiel pour tous les pro­gres­sistes. Car c’est notre ave­nir qui s’y joue.

            Pierre Khal­fa

            Source : http://​blogs​.media​part​.fr/​b​l​o​g​/​p​i​e​r​r​e​-​k​h​a​l​f​a​/​2​1​0​2​1​5​/​l​a​-​g​r​e​c​e​-​s​u​r​-​l​e​-​f​i​l​-​d​u​-​r​a​s​oir


            Tous les intel­lec­tuels (ou presque) NOUS ENFERMENT dans le piège de l’UE et de l’eu­ro (et traitent les autres de « fas­cistes »). C’est une honte.

            La solu­tion ne vien­dra pas d’eux : c’est eux, le problème.

            Il faut quit­ter la pré­ten­due union européenne.

          • Ronald

            La solu­tion idéale, ce serait de res­ter dans la zone euro, et réin­tro­duire la drachme. Car en effet, si la pays quitte la zone euro pour réin­tro­duire sa mon­naie natio­nale qui se déva­lue­rait, l’é­pargne des grecs se déva­lue­rait d’au­tant vis-à-vis de l’ex­té­rieur. En gar­dant l’eu­ro, ils gardent leurs éco­no­mies. A côté de cela, en réin­tro­dui­sant la drachme, et en fai­sant de la créa­tion moné­taire, l’État Grec peut payer ses fonc­tion­naires et ses com­mandes de biens à l’in­té­rieur du pays. La levée de l’im­pôt pour­rait se faire en euros ou en drachmes. L’E­tat pour­rait ain­si payer ses créan­ciers en euros du moins dans un pre­mier temps. Il y a aurait donc deux mon­naies en cir­cu­la­tion (une plu­tôt d’é­change, l’autre de réserve), mais ce ne serait pas le pre­mier pays dans le cas. En fait, ce serait exac­te­ment le prin­cipe d’un sys­tème local d’é­change, mais avec un mar­ché de 11 mil­lions d’u­ti­li­sa­teurs. Mais bon, évi­dem­ment, impos­sible de faire accep­ter cela aux autres membres de l’union.

          • nlesca

            Bien sûr que c’est l’ex­trême droite, Dr bonnes leçons. Envoyer nos entre­prises sucer le sang de l’A­frique en pol­luant tout, pro­té­gées par nos troupes (soi-disant là pour aider, meuh woui), grais­ser la pâte d’une élite mise en place par nous sans aucune vel­léi­té fis­cale et qui s’en fout de lais­ser cre­ver son peuple, créer les condi­tions d’un exode afin d’a­voir des sous-tra­vailleurs sans aucun droit sur notre sol à qui l’on va faire faire les tâches les plus ingrates pour un qui­gnon de pain et une cage à poule dans un ghet­to, le tout enro­bé d’une hypo­cri­sie sans nom, d’une hié­rar­chi­sa­tion fal­la­cieuse des souf­frances des peuples afin de cares­ser dans le sens du poil les lob­bies qui ont des moyens de pres­sion (qui acces­soi­re­ment sou­tiennent en grande par­tie le colo­nia­lisme mons­trueux et mas­sa­creur), ce n’est pas l’ex­trême droite ça ? (putain de merde)

            La seule dif­fé­rence que je vois entre ce que tu appelles la droite (soyons clairs, pour moi le gou­ver­ne­ment actuel en France est d’ex­trême droite) et ce que tu désignes comme l’ex­trême droite, c’est l’hy­po­cri­sie. Ceux de main­te­nant ne libèrent leur parole raciste qu’en camé­ra cachée (comme sur le mar­ché d’É­vry ) et sont là pour garan­tir que l’ex­ploi­ta­tion de l’homme par les merdes qui n’ont pas d’âme va pou­voir conti­nuer tran­quille­ment. Ceux que tu classes à l’ex­trême droite expriment juste leur xéno­pho­bie plus ouver­te­ment (mais de moins en moins, ambi­tion oblige). En fait, c’est exac­te­ment la même merde, réveille-toi, les pseu­do dif­fé­rences sont là pour t’oc­cu­per afin que tu perdes ton temps à te battre contre des mou­lins à vent pen­dant que les vam­pires trinquent et rient gras­se­ment en te voyant t’a­gi­ter dans le vent.

          • nlesca

            Ps:@Sandy.

          • Sandy

            C’est une vic­time comme vous du doute que les langues de ser­pent essaient d’instiller.
            Je vous ai énu­mé­ré les avan­cées qui ont été obte­nues dans les négo­cia­tions, et cette per­sonne aurait pré­fé­ré visi­ble­ment que le gou­ver­ne­ment aille direct au clash, comme nous le pro­po­sons avec le front de gauche en France avec notre déso­béis­sance aux trai­tés européens.
            Et du coup par aprio­ri il est enclin à croire tout ce qui va dans le sens de ses convic­tions, comme vous. Il pré­tend qu’il n’y a que des jeux de mots alors que j’ai lis­té les conces­sions faites par les diri­geants euro­péens, chan­ge­ments bien réels.
            Sans par­ler des mesures sociales et éco­no­miques qui ont été prises aussitôt.

            Et tous les deux vous êtes dans l’erreur.
            Ce mon­sieur fait beau­coup de tort à son camp en appe­lant à la défec­tion alors que le gou­ver­ne­ment vient juste d’être mis en place.
            Et c’est tota­le­ment ingrat alors que Syri­za a repris à leur compte son com­bat pour obte­nir le rem­bour­se­ment des dettes de guerre allemande.
            J’ai­me­rais bien moi que mon gou­ver­ne­ment relaie mes idées et mon com­bat dans le débat public européen.

            Voyez où vous en êtes arri­vé, pour vous convaincre, vous en êtes à prendre tous les sons de cloches qui vont dans le sens de vos aprio­ri qu’il vienne des pires ultra libé­raux jus­qu’aux sou­tiens de Syri­za les plus radi­caux et JAMAIS vous n’ac­cor­dez la moindre atten­tion à tous les autres, notam­ment à Syri­za eux-même ?

            Je vous ai en outre don­né le lien vers le texte, et don­né en exemple une expli­ca­tion d’une par­tie du texte, l’a­vez-vous lu pour véri­fier par vous même ???

          • etienne

            San­dy, vous me dites « et JAMAIS vous n’accordez la moindre atten­tion à tous les autres, notam­ment à Syri­za eux-même »

            Mais voyons, vous mijo­tez dans vos propres trouilles, issues de faits que vous inven­tez et gros­sis­sez tout seul : JE LIS Yanis Varou­fa­kis (depuis décembre) dans le texte (et vous ?) ; et je trouve pas­sion­nant ; et j’ai évi­dem­ment de l’es­poir dans ce gars-là au pou­voir ; et je le dis déjà en confé­rence quand j’en ai l’oc­ca­sion…

            Mais vous, sim­ple­ment parce que je refuse de me lais­ser (encore) ber­ner par les Élus (comme on l’a­vait fait en 1981) sans gar­der une bonne réserve de pru­dence (à cause de l’im­pla­cable pilo­ri unio­neu­ro­péen, s’il n’est pas écar­té), vous res­tez enfer­mé dans votre cari­ca­ture de sol­dat du Par­ti du Bien, et vous me faites les pires reproches en vous fon­dant… sur rien qui vaille.

          • Sandy

            http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/02/23/20002–20150223ARTFIG00017-grece-tsipras-persiste-et-signe-contre-l-austerite.php

            http://​www​.latri​bune​.fr/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​s​/​e​c​o​n​o​m​i​e​/​i​n​t​e​r​n​a​t​i​o​n​a​l​/​2​0​1​5​0​2​2​3​t​r​i​b​3​3​5​7​f​c​1​9​d​/​l​a​-​g​r​e​c​e​-​p​o​u​r​r​a​i​t​-​e​n​c​a​i​s​s​e​r​-​p​l​u​s​-​d​e​-​7​-​m​i​l​l​i​a​r​d​s​-​d​-​e​u​r​o​s​-​g​r​a​c​e​-​a​u​x​-​r​e​f​o​r​m​e​s​-​p​r​e​v​u​e​s​.​h​tml

            Et voi­là, vous trou­vez qu’un gou­ver­ne­ment qui per­siste à vou­loir appli­quer son pro­gramme est un gou­ver­ne­ment qui a capitulé ?

            Nous devrions tous être dans la rue à les sou­te­nir et à nous oppo­ser aux poli­tiques néo­li­bé­rales d’aus­té­ri­té, et au lieu de cela, parce que vous êtes récep­tifs à toutes les calom­nies et au venin de tous ceux qui ont inté­rêt à ce que Syri­za échoue et que leur action ne se pro­page pas dans d’autres pays, au lieu de ça vous par­ti­ci­pez à ali­men­ter le poi­son du doute qui pousse les gens à se désolidariser.

            Il serait temps d’ou­vrir les yeux, l’es­poir il est bien du côté de Syriza.

          • etienne

            La BCE craint que la Grèce adopte le Glass-Steagall

            http://​www​.soli​da​ri​teet​progres​.org/​g​r​e​c​e​-​g​l​a​s​s​-​s​t​e​a​g​a​l​l​-​c​r​a​i​n​t​-​b​c​e​.​h​tml
            20 février 2015

            Plu­sieurs indi­ca­tions per­mettent de croire que la Banque cen­trale euro­péenne (BCE) vit dans la crainte que le gou­ver­ne­ment d’Alexis Tsi­pras pré­pare des mesures de sépa­ra­tion ban­caire de type Glass-Stea­gall Act.

            Étant don­né qu’une telle réforme figure aus­si bien au pro­gramme de Syri­za que celui des Grecs indé­pen­dants de Panos Kam­me­nos, les deux par­tis for­mant le gou­ver­ne­ment de coa­li­tion actuel­le­ment au pou­voir, cette crainte pour­rait se révé­ler justifiée.

            Le Pre­mier ministre-adjoint Yan­nis Dra­ga­sa­kis a amor­cé depuis quelques semaines un pro­ces­sus de réor­ga­ni­sa­tion des grandes banques grecques, dites à « carac­tère sys­té­mique », dont le gou­ver­ne­ment est l’actionnaire majo­ri­taire à tra­vers le fond de ren­floue­ment ban­caire mis en place dans le cadre de l’accord de renflouement.

            Jusqu’à pré­sent, le gou­ver­ne­ment n’avait pas uti­li­sé ses droits de ges­tion, mais Dra­ga­sa­kis a déci­dé qu’il allait doré­na­vant inter­ve­nir. Après avoir négo­cié avec les autres membres du conseil d’administration de ces grandes banques ain­si qu’avec les autres action­naires, il a fait chan­ger les membres de la direc­tion des quatre plus grandes banques.

            Même si les détails ne sont pas connus, l’objectif est de s’attaquer au por­te­feuille des prêts non-per­for­mants, et de faire en sorte que les banques prêtent à nou­veau aux acteurs de l’économie réelle. Selon des acteurs de la finance grecque, les déci­sions de Dra­ga­sa­kis s’accordent par­fai­te­ment aux pro­messes faites par le gou­ver­ne­ment, selon les­quelles les banques seraient gérées dans l’intérêt de l’économie réelle, et en par­ti­cu­lier des citoyens, puisqu’elles ont été ren­flouées aux dépens du contribuable.

            La veille d’une réunion du conseil de direc­tion de la Banque natio­nale de Grèce, la plus grande banque com­mer­ciale pri­vée du pays, qui doit élire son nou­veau Pdg, la BCE avait publié une lettre adres­sée au gou­ver­ne­ment d’Athènes et aux banques, à tra­vers le Méca­nisme de sur­veillance unique (MSU) qui super­vise les banques des 19 pays membres de la zone euro, pré­ve­nant que le MSU se devait d’approuver tout chan­ge­ment effec­tué dans la ges­tion de la banque.

            Le nou­veau Pdg de la banque devrait être l’ancienne ministre de l’économie, Mme Lou­ka Kat­se­li, selon le quo­ti­dien grec Kathi­me­ri­ni. Un coup d’oeil rapide à la car­rière de Kat­se­li pour­rait expli­quer l’inquiétude de la BCE. Elle est tout d’abord une éco­no­miste et une per­son­na­li­té poli­tique recon­nue. Elle exer­çait de hautes fonc­tions dans le par­ti Pasok mais en avait été expul­sée après qu’elle eut refu­sé de cau­tion­ner le Mémo­ran­dum de la Troïka.


            Lou­ka Kas­te­li, qui pour­rait prendre la direc­tion de la Banque natio­nale de Grèce, a été ministre de l’Economie puis du tra­vail entre octobre 2009 et juin 2011 dans le gou­ver­ne­ment socia­liste de George Papan­dreou qu’elle a quit­té pour pro­tes­ter contre la poli­tique d’austérité.

            Dans un article sou­mis à l’occasion de la Confé­rence du 20e anni­ver­saire du Centre pour le dia­logue poli­tique au Ban­gla­desh le 18 novembre 2014, inti­tu­lé « Expé­riences d’ajustement récentes dans la fis­ca­li­té et le mar­ché du tra­vail en Europe : leçons pour les pays à bas reve­nu » (Recent Fis­cal and Labor Mar­ket Adjust­ment Expe­rience in Europe — Les­sons for the Low Income Coun­tries), elle avait dénon­cé avec force l’abrogation de Glass-Steagall :

            « L’abrogation de la Loi Glass-Stea­gall en 1999 a encou­ra­gé les ins­ti­tu­tions finan­cières à s’engager sans contrainte dans les acti­vi­tés d’investissement et de spé­cu­la­tion en concert avec les banques com­mer­ciales, et les a inci­té à mini­mi­ser les risques au moyen de la titri­sa­tion des prêts et de Cre­dit Default Swaps (CDS), etc. 

            Elles ont créé des fonds spé­cu­la­tifs off­shore, non-décla­rés et non-régle­men­tés, pro­mues les échanges de déri­vés et déve­lop­pées des pro­duits et ins­tru­ments finan­ciers com­pli­qués, de manière à contour­ner les exi­gences de trans­pa­rence et/ou de capi­ta­li­sa­tion deman­dées par les auto­ri­tés. Elles ont com­men­cé à spé­cu­ler sur les mar­chés de capi­taux et à mani­pu­ler les mar­chés des changes, ce pour quoi elles font face aujourd’hui à des pour­suites judi­ciaires et sont obli­gées de payer de sévères amendes. (…) 

            Le pro­ces­sus de déci­sion poli­tique est par consé­quent, par­ti­cu­liè­re­ment en temps de crise, influen­cé par les inté­rêts d’un sys­tème finan­cier glo­bal qui, en l’absence de régle­men­ta­tion, d’incitatifs appro­priés et de super­vi­sion effi­cace, pour­voit à ses propres inté­rêts plu­tôt qu’à ceux du pays : telle est la leçon qui doit être tirée de la crise. » 

            Source : Soli­da­ri­té et Progrès

          • nlesca

            @Sandy : je ne sais pas bien si c’est est à moi que tu par­lais à pro­pos de doute et de sen­si­bi­li­té à la parole langues de vipères mais si c’est est le cas je ne vois pas le rap­port avec ma cla­ri­fi­ca­tion à pro­pos de la extrême droite.

            Déjà à pro­pos du doute, bien sûr qu il faut dou­ter, de l’ab­sence de doute et de remise en ques­tion nait le fameux fas­cisme, cepen­dant ras­sures toi je suis une per­sonne ayant un esprit cri­tique plu­tôt déve­lop­pé et j ai la vani­té de pen­ser que je ne suis pas si simple à mani­pu­ler, en tout cas de moins en moins à mesure que je prends de l’âge. 

            En ce qui concerne Syrie saches que je les sou­tiens et que je ne suis abso­lu­ment pas sen­sible aux calom­nies des médias sou­mis au « néo libé­ra­lisme » qui devrait s’ap­pe­ler fas­cisme (soit 99% des médias « connus »)… Bien sûr qu’ils ont réus­si à gra­touiller des trucs mais ils ont quand même du serieu­se­ment debal­lo­ner , il ne faut pas se mentir.

            Après je sais bien que la Grèce est dans une situa­tion par­ti­cu­lière et qu’une sor­tie pure et simple de l’€ pour­rait la rendre encore plus vul­né­rable vis à vis des cha­ro­gnards de la finance (ce qui n’est pas le cas de la France qui aurait bien plus de béné­fices immé­diats à se déga­ger de ce piège à cons).

            Pour Gle­zos je trouve qu’il a une réac­tion extrê­me­ment saine qui d’a­près moi aide Syri­za plus qu’elle ne le des­sert puisque c’est le type de décla­ra­tions qui main­tient la pres­sion et donne des argu­ments à Varou­fa­kis pour s’op­po­ser à la troïka.

            Pour le FdG je peux te dire qu’il y a des choses qui m’ont lar­ge­ment gon­flé en par­ti­cu­lier les âne­ries racon­tées vis à vis d’É­tienne, le hur­le­ment avec les loups lors de la chasse à au neg’­mar­ron Dieu­do et le dis­cours bien foi­reux et gêné au entour­nures à pro­pos de l état israé­lien fas­ciste, colo­nia­liste, criminel.

            On ver­ra bien si je les revote un jour, ce serait à contre-coeur, pour les points de conver­gence par­tiels avec ce que je pense à pro­pos de consti­tuante, de tran­si­tion ecologique…c’est pas sur…

          • katharina

            San­dy

            « que leur action ne se pro­page pas dans d’autres pays, »
            là cela devient comique.

            Pour­quoi com­prendre si on peut cher­cher midi à qua­torze heures ?

            Mais ce n’est pas logique qu’il fau­drait aider Syri­za en tant que fran­cais pour que plus tard la France se libérera.

            (A mon humble avis, la Grèce se libé­re­ra en sor­tant de l’UE d’a­bord. Ce serait un acte libé­ra­teur qui puisse faire bou­ger les choses dans d’ autres pays, sinon : chaque pays a ses traîtres à lui dont il fau­drait se déba­ras­ser plutôt)

          • Sandy

            De nous deux je crois être celui qui n’a jamais eu de pro­blème à iden­ti­fier le bon du mau­vais jus­qu’à pré­sent … Ai-je besoin de le rappeler ?

            Hon­nê­te­ment, voyez ce que le gou­ver­ne­ment grec peut faire avec de la volon­té poli­tique et le débat que cela suscite …

            Alors ima­gi­nez sim­ple­ment ce que pour­rait faire un gou­ver­ne­ment fran­çais ani­mé d’une même volonté ?

            N’im­porte quelle per­sonne qui a voté non avec convic­tion en 2005 com­prend cette stra­té­gie. En votant non beau­coup de per­sonnes ont vou­lu dire stop à la construc­tion euro­péenne néo­li­bé­rale déjà dans un pre­mier temps afin d’ou­vrir le débat sur l’o­rien­ta­tion de la construc­tion euro­péenne dans un 2ème temps.
            Cela n’a pas fonc­tion­né car les fran­çais ont élu Sar­ko­zy (déjà à l’é­poque l’ex­trême droite et les débats poli­ti­ciens arri­vaient à détour­ner l’at­ten­tion des gens sur l’im­mi­gra­tion et l’in­sé­cu­ri­té ) et parce qu’il n’exis­tait pas réel­le­ment de force poli­tique pour défendre cette réorien­ta­tion, les col­lec­tifs uni­taires qui s’en étaient don­nés l’am­bi­tion s’é­tant divi­sés notam­ment sur le choix d’un can­di­dat com­mun pour l’é­lec­tion présidentielle.

            Aujourd’­hui les choses sont dif­fé­rentes, mal­gré tous ces défauts, le front de gauche a le mérite d’exis­ter et avec Mélen­chon nous avons un can­di­dat com­mun naturel.
            Si demain nous nous retrou­vions à gou­ver­ner, c’est déjà un des deux pilliers de l’aus­té­ri­té et du néo­li­bé­ra­lisme qui se serait effon­dré, l’UE étant diri­gée très clai­re­ment par le gou­ver­ne­ment alle­mand aidé du gou­ver­ne­ment français.
            Le rap­port de force ne serait plus dutout le même, et la force de notre volon­té poli­tique serait évi­dem­ment magni­fiée par la force de notre pays ( 2ème puis­sance éco­no­mique, 2ème popu­la­tion en Europe ).
            Les euro­péens ne pour­raient pas comme pour la Grèce mena­cer la France de sor­tir de la zone euro, si la France sor­tait de la zone euro il n’y aurait tout sim­ple­ment plus d’euro.
            Quand au poids de la dette, elle est sans com­mune mesure en France par rap­port à la Grèce, et si nous mena­çons de la restruc­tu­rer, vous ver­rez que tous les créan­ciers seront à genou à implo­rer de pou­voir négocier.

            C’est ça l’en­jeu, cet espoir de prin­temps euro­péen, que l’on défend avec Syri­za en Grèce, que l’on espère voir se pour­suivre avec Pode­mos en Espagne, et que l’on sou­haite voir émer­ger dans tous les autres pays.

            L’é­lec­tion est bien un moyen de por­ter cette volon­té et cet espoir. Parce qu’elle per­met de sou­mettre les déci­sions à un rap­port de force ( suf­frage uni­ver­sel ), et parce que notre seule force, face au pou­voir de l’argent, quand la voix de cha­cun de nous vaut autant que celle d’un puis­sant ou d’un riche, c’est bien notre pos­si­bi­li­té de nous ras­sem­bler et de deve­nir les plus nom­breux, sachant que la force qui découle de la mise en com­mun de nos volon­tés est la plus grande qui existe. 

            S’il y a des per­sonnes qui doivent avoir la trouille, ce sont jus­te­ment les diri­geants euro­péens et toute l’o­li­gar­chie dont ils sont à la tête.
            Et c’est bien pour cela qu’ils font toute cette cam­pagne pour convaincre les gens que le gou­ver­ne­ment grec a capitulé :
            http://​www​.media​part​.fr/​j​o​u​r​n​a​l​/​i​n​t​e​r​n​a​t​i​o​n​a​l​/​2​7​0​2​1​5​/​g​r​e​c​e​-​v​s​-​u​n​i​o​n​-​e​u​r​o​p​e​e​n​n​e​-​l​a​-​g​u​e​r​r​e​-​d​e​s​-​r​e​c​its

        • Sandy

          @ Kata­ri­na

          Les grecs ne veulent pas sor­tir de l’Eu­ro et encore moins de l’UE.
          Aus­si il vous faut com­po­ser avec cette volon­té, même si elle ne va pas dans le sens de vos convictions.
          Les seuls que vous aidez en atta­quant Syri­za ce sont bien les diri­geants euro­péens et toutes les oli­gar­chies qu’ils dirigent.
          Bon sang il ne s’a­git pas de vous deman­der d’a­ban­don­ner vos convic­tions ou vos doutes, il s’a­git de soli­da­ri­té et de choi­sir d’oeu­vrer pour le bon camp.
          Aus­si que pré­fé­rez-vous, que Syri­za réus­sisse et que vous vous retrou­viez à avoir eu tort, ou que Syri­za échoue et que vous vous retrou­viez à avoir eu raison ?

          Ouvrez les yeux sur la situa­tion en France, elle n’est ni favo­rable à mon groupe poli­tique, ni encore moins ( et beau­coup moins ) au vôtre. Aus­si est-ce le moment d’ai­der le FN, le PS et l’UMP ou au contraire le moment de les combattre ?

          Réponse
          • Katharina

            vous avez noté plus haut :

            « De nous deux je crois être celui qui n’a jamais eu de pro­blème à iden­ti­fier le bon du mau­vais jusqu’à pré­sent … Ai-je besoin de le rap­pe­ler ? » – Sandy

            C’est sûr que j’en­tends beau­coup de conne­ries, mais j’en ai rare­ment enten­du une bêtise comme celle-là, Madame.
            Bon, dans les films : des membres de la Sta­si, oubien des curés, mais là, non, pas de nos jours jus­qu’à présent.

        • etienne

          Grèce : les rodo­mon­tades d’Éric Le Bou­cher contre Syriza

          par Blaise Magnin, le 28 février 2015, sur Acri­med :

          Dans un article paru le 22 février sur le site Slate​.fr, Éric Le Bou­cher, qui est aus­si le direc­teur de la rédac­tion d’Enjeux-Les Échos et une vieille connais­sance d’Acrimed [1], fait part de ses obser­va­tions sur l’accord impo­sé par ses créan­ciers inter­na­tio­naux au gou­ver­ne­ment grec diri­gé par Syri­za – et sur l’échec de ce der­nier à obte­nir des conces­sions plus impor­tantes et plus conformes à son pro­gramme. Qu’Éric Le Bou­cher jubile devant ce qu’il appelle « La capi­tu­la­tion grecque » (c’est le titre de l’article), cela n’est guère sur­pre­nant et c’est son droit le plus strict. Encore fau­drait-il que ses opi­nions, plus que ses ana­lyses, soient un tant soit peu étayées… Or force est de consta­ter que si en termes d’invectives la coupe est pleine, le compte en argu­ments éco­no­miques et poli­tiques est loin d’y être. Petite expli­ca­tion (conster­née) de texte.

          Jour­na­lisme éco­no­mique ou gué­rilla idéologique ? 

          http://​www​.acri​med​.org/​a​r​t​i​c​l​e​4​5​9​1​.​h​tml

          Réponse
          • Ana Sailland

            Que l’oc­cu­pa­tion soit mili­taire ou finan­cière, Il y aura tou­jours des Robert Brasillach

      • Katharina

        si on croit à ce « l’i­dée com­mune devient col­lec­tive », oui, mais si on n’a aucun inté­rêt d’être « puis­sant par nombre crois­sant », com­ment on fait ?

        Exac­te­ment, on écoute et on trouve ensemble. Trou­ver des règles com­munes ? Quelle libé­ra­tion si c’est fait sans sciences po ni idéologie.
        Je n’ai jamais com­pris com­ment quel­qu’un pré­fère de se don­ner une iden­ti­té comme « je suis de gauche », « je suis x, je suis y » au lieu de com­mu­ni­quer avec ses conci­toyens et de trou­ver ensemble en res­pon­sa­bi­li­té com­mune, en créant même si per­sonne ne l’a fait avant. Par contre si on adhère à quelque chose, c’est l’i­dée qui est res­pon­sable, pas soi-même. 

        Le tirage au sort est déjà approu­vé dans de nom­breux champs et depuis très long­temps. Sauf qu’à force d’a­voir été sou­mis à des règles com­plè­te­ment faus­sées, nous oubliions com­ment construire des règles ensembles. Même chose pour le par­le­ment direct comme à Port Alegre p.e.: approuvé,marche tel­le­ment bien – niveau de cor­rup­tion réduit à presque zéro pourcents.
        Pour­quoi des gens ont tou­jours le besoin d’  »adhé­rer » à quelque chose (ce à quoi est dans la plu­part des cas vache­ment flou) , à se sou­mettre à un maître qui pour­ra gagner des élec­tions pour eux pour ensuite être à ses trousses – on peut faire mieux.

        Réponse
  16. joss

    La fraude fis­cale en Europe, c’est 2x la dette de toute la zone euro.
    En résu­mé, on nous prête de l’argent (qui nous appar­tient, qu’on nous a volé via la fraude fis­cale) et en guise de « cerise sur le gâteau », on les fait vivre en leur ver­sant des intérêts !

    Alors, la ques­tion à 2 balles (ou 2 euro):
    Doit-on payer ses dettes ?
    Réponse :
    Ca dépend, si on nous prête l’argent qui en fait nous appartient…Non !
    Ca, ce n’est pas une dette, c’est du vol et du survol !

    Expli­qué en 3min ici (le Ptit Filoche illustré) :
    https://​you​tu​.be/​B​x​5​D​z​C​U​i​aVg

    Réponse
      • nlesca

        Autant Filoche est bien gen­til mais en total délire hypo­crite avec son encar­tage au Par­ti Sosio­niste autant l ex porte valise de Pas­qua qui cherche des qua­li­tés à ce sale traître (à la Répu­blique Fran­çaise et aux fran­cais pour le coup) de Gis­card c est du grand gui­gnol… à chaque post tu confirmes, je t avais rodav direct.

        Réponse
        • J-Stéphane
          • nlesca

            Oui je sais je suis vilain. Mais bon je suis déso­lé, on n’est pas obli­gé d’a­do­rer Filoche et Asse­li­neau sous pré­texte qu’on adhère glo­ba­le­ment à la pro­po­si­tion de Chouard sous pré­texte que lui les aime bien. Filoche n’est pas démo­crate du tout, je l’ai enten­du chez Tad­dei expli­quer qu’il était contre un sys­tème réfé­ren­daire et qu’il pré­fère une élite éclai­rée aux manettes, bref, ce mec n’est pas un allié, et ce qu’il dit d’in­té­res­sant, je le trouve chez d’autres. Donc, je pré­fère le lais­ser là où il est. Ça ne mène nulle part à rêver de ce qu’il croit être la gauche au sein d’un par­ti d’ex­trême droite. Quand à Asse­li­neau, c’est car­ré­ment un fan de la 5eme et un bon gros réac. Il est contre l’UE, la belle affaire, en atten­dant il est aus­si oppo­sé aux idées d’EC même s’il tolère qu il s’ex­prime (ô mer­ci). Ce gars est un roi­te­let de grou­pus­cule qui veut être le chef du pays. Je ne le trouve pas inté­res­sant. Et je ne vais pas me fati­guer à expli­quer pour­quoi je traite VGE de traître, je pense que tout le monde connaît son impli­ca­tion dans la loi de 73 et dans le trai­té qui nous nique. Le mec est demo­so­do­mite pervers…

            Et une remarque : l’i­mage pos­tée est rigo­lote ; cepen­dant, je me per­mets de dire que l’on ne peut pas se plaindre de se faire ostra­cisme par les dog­ma­tiques et refu­ser de débattre avec des gens qui ont un avis divergent et qui font l’ef­fort d étayer leurs cri­tique par des argu­ments… parce que trai­ter de troll ou qua­li­fier une inter­ven­tion d éner­gi­vore, ça fait rire, j’aime bien, mais ce n’est pas répondre sur le fond, ce n’est pas trai­ter les objec­tions, ce n’est pas accep­ter le débat.

          • nlesca

            Super chiante la cor­rec­tion auto­ma­tique qui change mes mots.

          • J-Stéphane

            Par­don d’a­voir été taquin, mais je pense sin­cè­re­ment que l’on ne peut pas envi­sa­ger d’é­crire des règles démo­cra­tiques sans avoir défi­ni au préa­lable les règles de débat démocratique.

            Ces règles ne doivent sur­tout pas reprendre les règles de débats oli­gar­chiques, à mon avis, ça n’au­ra pour effets que de faire per­du­rer une poli­tique qui repose sur le règne par la dis­corde, alors que la démo­cra­tie, plus que le pou­voir du peuple, ce que nous espé­rons tous, c’est la concorde du peuple, et même des peuples.

            Main­te­nant, je ne vais pas faire mon dic­ta­teur en dic­tant mes propres règles de débat démo­cra­tique, mais il me semble que l’on peut déjà pros­crire de s’en prendre au mes­sa­ger et de mettre des éti­quettes politiques…

            Seul, je ne peux être démo­cra­tique, c’est la somme de nous qui est démo­cra­tique, l’u­nion fait la démo­cra­tie, la démo­cra­tie c’est la concorde.

          • nlesca

            Non non c était drôle, main­te­nant l expli­ca­tion deriere est inté­res­sante. ..mais je vais t avouer : je suis le pro­duit de mon envi­ron­ne­ment, je ne suis pas sur d être per­son­nel­le­ment com­pa­tible avec mes ideaux, j ai été bien trop lobo­to­mie au dar­wi­nisme ultra libé­ral… il y a un gros déca­lage entre ce que j ai appris, ce que je pense, et la façon dont je me com­porte… Je suis bien trop mal­po­li, agres­sif et indi­vi­dua­liste pour la démo­cra­tie. Mais j aime­rai faire mieux et sur­tout j aspire à beau­coup mieux pour mon fils…

            Après la dame la je suis déso­lé mais au départ c est elle qui a ten­té de me col­ler toutes les éti­quettes qu elle a pu alors qu elle n avait pas d élé­ments, c est ait allu­ci­nant de pré­ju­gés. En ce qui me concerne je lui ren­voi la poli­tesse du col­lage d éti­quette, OK, mais je me base sur ce qu elle dit… Tu as vu l article poste par EC qu il décrit comme éma­nant de la véri­table extrême droite (son expres­sion, mais je suis du même avis), le pre­mier com­men­taire c est madame qui trouve l article super… l éti­quette elle se la colle toute seule en fait.

  17. Gerg

    Bon­jour,
    Cet ate­lier a t il eu lieu ?
    Quels sont les retours ?
    Cordialement
    Greg

    Réponse
  18. BA

    Chiffres Euro­stat publiés le jeu­di 22 jan­vier 2015 :

    Dette publique de la Grèce : 315,509 mil­liards d’euros, soit 176 % du PIB.
    En clair : la Grèce est en faillite.
    Or que lisons-nous aujourd’hui ?

    « L’autre élé­ment impor­tant, c’est que la BCE, puis­qu’un accord a été trou­vé, va pou­voir réin­tro­duire la déro­ga­tion qui per­met­tait aux banques grecques de se refi­nan­cer nor­ma­le­ment à son gui­chet en uti­li­sant les dettes d’E­tat comme col­la­té­raux, autre­ment dit comme garan­tie. Ceci per­met­tra, in fine, à l’E­tat de finan­cer une par­tie de ses besoins par l’é­mis­sion de bons à court terme. »

    http://​www​.latri​bune​.fr/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​s​/​e​c​o​n​o​m​i​e​/​u​n​i​o​n​-​e​u​r​o​p​e​e​n​n​e​/​2​0​1​5​0​2​2​0​t​r​i​b​7​3​6​2​0​a​4​f​a​/​a​c​c​o​r​d​-​s​u​r​-​l​a​-​g​r​e​c​e​-​a​-​l​-​e​u​r​o​g​r​o​u​p​e​-​s​u​r​-​u​n​-​f​i​n​a​n​c​e​m​e​n​t​-​d​e​-​q​u​a​t​r​e​-​m​o​i​s​.​h​tml

    Dans les quatre mois qui viennent, voi­ci ce qui va se passer :
    1- La Grèce est inca­pable de rem­bour­ser quoi que ce soit.
    2- La Grèce va quand même conti­nuer à émettre des obli­ga­tions d’État.
    3- Les banques grecques vont quand même ache­ter ces obli­ga­tions d’État.
    4- Ensuite, les banques grecques vont refour­guer ces obli­ga­tions d’État à la BCE comme collatéraux.
    5- La BCE va quand même accep­ter ces obli­ga­tions pour­ries, et elle va quand même conti­nuer à prê­ter des mil­liards d’eu­ros aux banques grecques.
    6- La Grèce va conti­nuer à se sur­en­det­ter. De toute façon, elle ne rem­bour­se­ra pas sa dette.
    7- En Grèce, les euro­péistes vont conti­nuer à empi­ler des caisses de dyna­mite par-des­sus les caisses de dyna­mite déjà existantes.

    Encore quatre mois à empi­ler des caisses de dyna­mite supplémentaires.

    Encore quatre mois de fuite en avant.

    Réponse
    • Ana Sailland

      Ceux qui votent la guerre exté­rieure y vont »> j’adore 🙂

      Réponse
      • Ronald

        Moi aus­si, je suis favo­rable à cette idée. C’est un bon prin­cipe que si ceux qui prennent les déci­sions étaient les mêmes que ceux qui les subissent, beau­coup de choses seraient dif­fé­rentes. C’est une idée qu’on a déjà enten­du sous des formes sem­blables. Claude Rochet (lors de l’é­change entre Etienne et Domi­nique Jamet) pro­pose l’i­dée que les per­sonnes qui sou­haitent expul­ser les étran­ger se chargent elles-mêmes d’al­ler les cher­cher chez eux et de les mettre dans des bateaux. Ou encore San Gior­gio qui est d’a­vis que les gens qui sont en faveur de la peine de mort soient en même temps prêts à faire office de bourreau.

        Mais autant le prin­cipe est plai­sant en théo­rie, autant il n’est pas aisé à mettre en pra­tique. Parce que dans les fait, on n’a pas besoin de tant de per­sonnes qui se chargent des cor­vées. La « menace » n’est donc pas tel­le­ment dis­sua­sive. Par exemple si l’on déci­dait que pour implan­ter une cen­trale nucléaire, on tire­rait au sort par­mi les com­munes qui se sont pro­non­cé en faveur du nucléaire. Vu que l’on n’a besoin que de quelques cen­trales pour le pays, il y a en a beau­coup qui mal­gré cela se pro­non­ce­raient en faveur, pariant que le sort tom­be­rait pro­ba­ble­ment sur une autre com­mune que la leur. Pour l’exemple cité dans la vidéo, de l’en­ga­ge­ment mili­taire des per­sonne qui ont voté la guerre, outre le fait que l’on n’a pas besoin d’en­ga­ger tout le monde, c’est encore plus com­pli­qué. Car beau­coup de gens ne sont pas aptes à la guerre : les per­sonnes âgées, les malades, … Alors quoi : ou cer­tains peuvent voter, mais ne courent pas de risque, ou alors cer­tains ont le droit de vote sur un sujet qui engage tout le pays, mais pas d’autres ? Il n’y a pas de solu­tion réel­le­ment satisfaisante.

        Réponse
      • Jacques Roman

        ATELIERS CONSTITUANTS

        @Étienne

        Il me semble utile de répé­ter mon opi­nion que ces ate­liers n’au­ront pas plus d’im­por­tance que des conver­sa­tions de zinc tant qu’un comi­té de rédac­tion cen­tral ne s’oc­cu­pe­ra pas de mettre en forme les pro­po­si­tions et de les dif­fu­ser sur un site spé­cial auquel tout le monde pour­ra avoir accès et devra se repor­ter avant de par­ti­ci­per à un ate­lier, de manière à évi­ter les doubles emplois et les gas­pillages de temps et à faire avan­cer les choses. 

        Les vidéos ne rem­placent en aucun cas des comptes ren­dus écrits… et bien écrits. Sur­tout quand le son est défi­cient (ou alors ce sont mes oreilles qui flanchent).

        Vous seriez tout indi­qué pour prendre la res­pon­sa­bi­li­té de la coor­di­na­tion, c’est évident : mal­heu­reu­se­ment, votre prio­ri­té n’est pas là : dom­mage, très dom­mage pour votre action. Pour le moment, vous piétinez.

        Ami­ca­le­ment. JR

        Réponse
        • EFFAB

          Je suis bien d’ac­cord avec vous, JACQUES, cela pié­tine trop au vu des enjeux, man­quant tota­le­ment de cohé­sion et sans lon­gueur d’a­vance aucune…

          « Ils ont depuis long­temps modé­li­sé toute réac­tion indi­vi­duelle ou col­lec­tive que nous pour­rions entre­prendre pour notre libération.
          En terme d’E­checs, ils jouent avec les blancs, ont tou­jours de l’avance »
          Phi­lippe LOUVET, L’illu­sion parentale

          Réponse
        • Ana Sailland

          @Jacques, bonne revenue 🙂

          Le pro­jet n’est pas encore d’é­crire la consti­tu­tion mais d’ap­prendre à le faire. Et ceci à tra­vers des « conver­sa­tions de zinc » jus­te­ment, avec l’in­ten­tion de fabri­quer des citoyens, consti­tuants, et com­pé­tents en poli­tique, gué­ris de la pen­sée-poi­son injec­tée savam­ment dans leur esprit : « t’as pas la carrure »

          Il n’y a pas de démo­cra­tie sans une foule de citoyens com­pé­tents, et cette foule ne sort pas d’une pochette sur­prise. Et en tout cas pas d’une struc­ture centralisée.

          Par contre, expé­rience vécue, s’il est facile d’im­pul­ser des ate­liers consti­tuants, il est beau­coup plus dif­fi­cile d’ob­te­nir que les invi­tés deviennent à leur tour des impulseurs.

          Si chaque ate­lier géné­rait un ou deux impul­seurs neufs, nous serions des mil­lions en moins de temps qu’il n’en fut pour sourire.

          C’est cela qu’il faut tenter.

          Les causes du sui­visme sont cultu­relles et psy­cho­lo­giques. Héri­tage psy­cha­na­ly­tique de l’His­toire bien plus que de source arché­ty­pale ou géné­tique. Il y a un mur quan­tique à sau­ter. Sui­vi on l’es­père d’ef­fet d’avalanche.

          En outre, il me semble que réunir les tra­vaux dis­per­sés pour en faire un rea­der’s digest ou plus encore une ébauche tra­vaillée serait tota­le­ment contraire à l’es­prit viral, car inhi­bant la volon­té indi­vi­duelle de participer/imaginer/innover : si c’est déjà avan­cé, pour­quoi m’en mêler se diront les gens.

          Doit on pour autant nous affron­ter sur ce point, Jacques, cer­tai­ne­ment pas : les deux méthodes sont très dif­fé­rentes mais, com­plé­men­taires, elles peuvent être pro­po­sées par des per­son­nages phares/modestes différents.
          Qui pour votre méthode ? 😉

          Réponse
          • EFFAB

            @ANA (10h36, 23 fév)

            Un sacré « mur quan­tique », c’est le moins qu’on puisse dire !
            Je suis bien d’ac­cord sur tout, ce tra­vail sur le ter­rain, sur les consciences, mais se conten­ter de jouer les noirs (cette inver­sion à notre encontre) dénote bien de notre part un temps de retard et ce manque d’am­bi­tion et d’au­dace. Bref…

            PéPIN

            (10h25, aujourd’­hui, lun­di 23 fév)

    • Ana Sailland

      Est on sûr que l’ UE peut éjec­ter un état membre. (Je ne crois pas ) ?

      ((( Pour sor­tir il y a l’ar­ticle 50, mais pour éjec­ter, .….…. ?!? Quel­qu’un sait ? )))

      Réponse
  19. etienne

    « Les choses se pré­cisent : La salle est réser­vée [same­di 28 février], il s’a­git de la grande salle de l’as­so­cia­tion du Ler­chen­berg, 11 rue du Cercle, à Mul­house-Dor­nach. Elle peut conte­nir jus­qu’à 350 per­sonnes, elle est à nous à par­tir de 16 h. et jus­qu’à 23 heures (sachant qu’il fau­dra la rendre ran­gée et nettoyée).
    Je ver­rais bien un petit « ate­lier consti­tuant » entre 16 h. et 18 h.30 pour les par­ti­ci­pants les plus motivés… »
    Patrice Camille Desmoulins
    https://​www​.face​book​.com/​e​v​e​n​t​s​/​1​5​7​1​8​5​1​0​8​9​7​0​3​6​7​1​/​p​e​r​m​a​l​i​n​k​/​1​5​8​4​9​0​7​7​7​5​0​6​4​6​69/

    Réponse
  20. Ana Sailland

    Un an après le 49.3, le fameux article 11 qui n’est pas un RIP 😉 per­met à 185 par­le­men­taires sur 925 de lan­cer une consul­ta­tion popu­laire ( besoin de moins de 5 mil­lions de soutiens).

    C’est pas rien .….…..

    Réponse
    • Ana Sailland

      La recu­lade finale est attristante 🙂

      Réponse
      • zedav

        Ce n’est pas du tout une recu­lade mais une magis­trale mani­pu­la­tion de l’auditoire !

        1) Se mon­trer déten­teur d’un savoir qui impres­sionne et confère un sta­tut de « sachant ». En par­ta­geant ce savoir, l’o­ra­teur sus­cite de plus une forme de gra­ti­tude de la part celui qui le reçoit. (Induc­tion du phé­no­mène de sou­mis­sion à l’au­to­ri­té per­çue comme légi­time ET bonne)

        2) Pour par­faire l’empathie et la confiance du public, l’o­ra­teur exprime quelques faits dif­fi­ci­le­ment contes­tables, quelques cri­tiques du sys­tème qui ren­con­tre­ront for­cé­ment l’as­sen­ti­ment du plus grand nombre et même quelques idées sub­ver­sives (conces­sions pro­vi­soires, par­tielles et stra­té­giques) qui donnent à l’au­di­toire le sen­ti­ment que l’o­ra­teur est de « leur » côté, du côté du peuple. (stra­té­gie du pied dans la porte ou amorçage).

        3) Une fois le public conquis, il est pos­sible de faire demi tour au moyen de quelques argu­ments habiles expri­més avec élo­quence (et méthode Coué, cf. lors­qu’il res­sasse l’im­por­tance du moment élec­tif, pro­ba­ble­ment le pas­sage le plus faible de sa per­for­mance) argu­ments dont le carac­tère fal­la­cieux est dif­fi­cile à détec­ter pour un audi­toire déjà séduit (baisse de l’es­prit critique).

        4) Retour à la case départ : « ce sys­tème est le pire à l’ex­cep­tion de tous les autres »

        Tout cela est bien trop admi­ra­ble­ment orches­tré pour qu’il ne s’a­gisse pas d’un contre feu délibéré…(ou alors je ne suis qu’un gros parano !)

        A suivre avec la seconde par­tie (dans laquelle il devra faire preuve d’en­core plus d’ha­bi­le­té) mais en atten­dant, cha­peau l’artiste !

        Réponse
        • zedav

          Jetez juste un coup d’œil aux spon­sors, il y a notam­ment Sciences Po, dont on peut évi­dem­ment attendre beau­coup en matière de remise en cause du système !

          Tout à fait acces­soi­re­ment, ce gars est expert en rhé­to­rique, alors… mer­ci pour le cours, prof !

          Réponse
          • zedav

            Rhé­to­rique : science et l’art de l’ac­tion du dis­cours sur les esprits (wiki­pe­dia)

          • Ana Sailland

            Zedav, tu mets des mots sur le malaise.

            Peut être cepen­dant le pro­ces­sus de domes­ti­ca­tion de l’es­pèce par l’es­pèce est il plus com­plexe qu’il n’y paraît 😉

    • EFFAB

      Un beau par­leur se met­tant en scène… vais-je prendre la peine d’é­cou­ter la suite, après tout ce que je sais déjà, ajou­té à ça cette conscience plu­tôt éveillée, cette vaste syn­thèse per­son­nelle, tout ce sens plus cau­sal et même éso­té­rique qui me déter­minent aujourd’­hui ?… je sais bien, cha­cun use des mots qu’il sait et plaise à Dieu que cer­tains plus capables en ceci et cela puisse alors expri­mer en eux tout ce poten­tiel… mais tant de beaux dis­cours, tant de bonnes volon­tés qui ont rêvé le meilleur autant qu’elles nous ont abusés_c’est bien pour cela qu’au­jourd’­hui je me méfie comme de la peste des beaux par­leurs comme de tout dis­cours par trop rodé et sans ani­croches aucunes, expert en com­mu­ni­ca­tion, finas­sier de belle réthéo­rique et maî­trise qua­si par­faite de son audi­toire et de son discours.
      Méfiance donc, gui­gnol encos­tu­mé et déso­lé d’a­vance si je me suis four­voyé, mais au point où j’en suis par­ve­nu de mon che­mi­ne­ment inté­rieur comme de ce constat géné­ral, disons que je pré­fère pré­ve­nir que guérir…

      Réponse
      • Ana Sailland

        Oui Effab, on peut avoir ce sen­ti­ment d’un beau parleur.
        Mais des styles dif­fé­rents pour tou­cher des classes dif­fé­rentes, c’est positif.

        Réponse
        • EFFAB

          Oui, je recon­nais ce « gui­gnol » ici un peu exces­sif, mais c’est à des­sein, je ne vou­drais sur­tout pas paraître moi-même plus beau et plus ver­tueux que je ne suis.

          (10h56, lun­di 23 fev)

          Réponse
    • EFFAB

      L’ex­cep­tion­na­li­té unique de l’é­lec­tion ^^ c’est oublier bien vite le pou­voir des médias et tout ce tra­vail de sape, de for­ma­tage et de dés­in­for­ma­tion sur l’o­pi­nion et les esprits, ces consciences endor­mies, noyau­tées, can­cé­ri­sées… les mer­dias, la pré­ten­due Édu­ca­tion Natio­nale, la Culture débi­li­tante ou par trop éli­tiste et, for­cé­ment, trop cloi­son­née, et cette Chose et puis­sance publique qui, désor­mais, n’a plus grand chose à envier à ce grand Machin atlan­tiste usur­pa­teur et Monopolystique !
      Une micro-confé­rence où se dit des choses inté­res­santes, où sont citées bien des lieux et for­mules com­munes à la pen­sée alter­na­tive et citoyenne… mais pour quel résul­tat au juste ? mais dans quel des­sein véri­table ? Là il serait judi­cieux de mieux connaître le par­cours de ce jeune rhé­teur comme la pré­sence et la com­po­si­tion de ce public.

      Le Géné­ral ^^

      Réponse
  21. BA

    2008 : dette publique de la Grèce : 263,284 mil­liards d’eu­ros, soit 112,9 % du PIB.

    En 2008, les autres nations euro­péennes auraient dû accep­ter de subir des pertes. Elles auraient dû accep­ter que la Grèce fasse défaut sur la tota­li­té de sa dette publique. Mais, mal­heu­reu­se­ment, elles n’ont pas vou­lu subir des pertes.

    En 2008, l’Al­le­magne, la France, et tous les autres mou­tons de Panurge bêlent : « C’est pas grave. Nous refu­sons de subir des pertes. Nous conti­nuons à prê­ter des mil­liards d’eu­ros à la Grèce en faillite. »

    2009 : dette publique : 129,7 % du PIB.

    L’Al­le­magne, la France, et tous les autres mou­tons de Panurge bêlent : « C’est pas grave. Nous refu­sons de subir des pertes. Nous conti­nuons à prê­ter des mil­liards d’eu­ros à la Grèce en faillite. »

    2010 : dette publique : 148,3 % du PIB.

    L’Al­le­magne, la France, et tous les autres mou­tons de Panurge bêlent : « C’est pas grave. Nous refu­sons de subir des pertes. Nous conti­nuons à prê­ter des mil­liards d’eu­ros à la Grèce en faillite. »

    2011 : dette publique : 170,3 % du PIB.

    En début d’an­née 2012, la Grèce a fait défaut : 115 mil­liards d’eu­ros de dettes ont été effacés.

    2012 : dette publique : 157,2 % du PIB.

    L’Al­le­magne, la France, et tous les autres mou­tons de Panurge bêlent : « C’est pas grave. Nous refu­sons de subir des pertes. Nous conti­nuons à prê­ter des mil­liards d’eu­ros à la Grèce en faillite. »

    2013 : dette publique : 175,1% du PIB.

    L’Al­le­magne, la France, et tous les autres mou­tons de Panurge bêlent : « C’est pas grave. Nous refu­sons de subir des pertes. Nous conti­nuons à prê­ter des mil­liards d’eu­ros à la Grèce en faillite. »

    Troi­sième tri­mestre 2014 : dette publique de 315,509 mil­liards d’euros, soit 176 % du PIB. 

    L’Al­le­magne, la France, et tous les autres mou­tons de Panurge bêlent : « C’est pas grave. Nous refu­sons de subir des pertes. Nous conti­nuons à prê­ter des mil­liards d’eu­ros à la Grèce en faillite. »

    Dans le Quart Livre, cha­pitre VIII, Rabe­lais écrit :

    Sou­dain, je ne sais com­ment cela se pro­dui­sit, je n’eus pas le loi­sir de le consi­dé­rer, Panurge, sans dire autre chose, jette en pleine mer son mou­ton criant et bêlant. Tous les autres mou­tons criant et bêlant sur le même ton com­men­cèrent à se jeter et à sau­ter dans la mer tous à la file. Le pre­mier à sau­ter der­rière son com­pa­gnon était dans la foule. Il n’était pas pos­sible de les en empê­cher. Vous savez en effet que c’est le natu­rel du mou­ton, de tou­jours suivre le pre­mier, où qu’il aille. De plus Aris­tote dit au livre IX de l’Histoire des Ani­maux que c’est le plus sot et le plus inepte ani­mal du monde. Le mar­chand, tout effrayé de voir devant ses yeux périr et se noyer ses mou­tons, s’efforçait de les en empê­cher et de les rete­nir de toutes ses forces. Mais c’était en vain. Ils sau­taient tous à la suite dans la mer, et y périssaient. 

    http://​fr​.wiki​source​.org/​w​i​k​i​/​L​e​_​Q​u​a​r​t​_​L​i​vre

    L’his­toire de la zone euro se ter­mi­ne­ra de la même façon :

    « Ils sau­taient tous à la suite dans la mer, et y périssaient. »

    Réponse
    • Katharina

      Mais il y a aus­si cha­pitre LVIII :

      Enigme trouve es fon­de­mens de l’abbaye des The­le­mites. Cha. lvi.
      Vignette 199
      Auvres humains qui bon heur attendez,

      Levez voz cueurs, & mes ditz entendez.
      S’il est epr­mys de croyre fermement
      Que par les corps que sont au firmament,
      Humain esprit de soy puisse advenir
      A pro­non­cer les choses à venir :
      Ou si l’on peult par divine puissance
      Du sort futur avoir la congnoissance,
      Tant que l’on iuge en asseu­ré decours
      Des ans long­tains la des­ti­née & cours :
      Ie foys sça­voir à qui le veult entendre,
      Que cest hyver pro­chain sans plus attendre
      Voyre plus tost en ce lieu où no’sommes
      Il sor­ti­ra une manière d’hommes
      Las de repoz & faschez de seiour,
      Qui fran­che­ment iront & de plein iour
      Subor­ner gents de toutes qualitez
      A dif­fe­rentz & partialitez.
      Et qui voul­dra les croyre & escouter :
      Quoy qu’il en doibve adve­nir & confier,
      Ilz feront mettre en debatz apparentz.
      AMys entre eulx & les proches parents,
      Le filz har­dy ne crain­dra l’impropère
      De se ban­der contre son propre père.
      Mesmes les grandz de noble lieu sailliz
      De leurs subiectz seront assailliz,
      Et le deb­voir d’honeur & reverence,
      Per­dra pour lors tout ordre & difference.

      Car ilz diront que chas­cun en son tour
      Doibt aller hault, & puis faire retour.
      Et sur ce poinct tant seront de meslées,
      Tant de dis­cordz, venues, & allées
      Que nulle his­toyre, ou sont les grans merveilles
      Ne fait recit d’esmotions pareilles,
      Lors se ver­ra maint homme de valeur
      Par l’esguillon de ieu­nesse & chaleur
      Et croyre trop ce fervent appetit
      Mou­rir en fleur, & vivre bien petit.
      Et ne pour­ra nul lais­ser cest ouvraige
      Si une foys il y mect le couraige :
      Qu’il n’ayt emply par noises et debatz
      Le ceil de bruit, & la terre de pas.
      Alors auront non moindre autorité
      Hommes sa, s foy, que gens de verité.
      Car tous suy­vront la creance et estude
      De l’ignorance & sotte multitude,
      Dont le plus lourd sera receu pour iuge.
      O dom­mai­geable & penible deluge.
      Deluge, sis ie & à bonne raison,
      Car ce tra­vail ne per­dra sa saison
      Ny n’en sera deli­vrée la terre :
      Puisques à tant qu’il ne sorte à grand erre
      Soub­daines eaux, dont les plus attrempez
      En com­bat­tant seront prins & trempezn
      Et à bon droict : car leur cueur adonné
      A ce com­bat, n’aura point pardonné
      Mesmes aux trop­peaux des inno­centes bestes,
      Que de leurs nerfz, & boyaux deshonnestes,
      Il ne soit faict, non aux dieux sacrifice,

      Mais aux mor­telz ordi­naire service.
      Or main­te­nant ie vous laisse penser
      Com­ment le tout se pou­ra dispenser.
      Et quelz repos en noise si profonde
      Aura le corps de la machine ronde.
      Les plus heu­reux qui plus d’elle tiendront,
      Moins de la perdre & gras­ter s’abstiendront.
      Et tasche­riont en plus d’une manière
      A la ser­vir & rendre prisonnière,
      En tel endroict que sa pauvre deffaicte
      N’aura recours que à cel­luy qui l’a faicte.
      Et pour le pis de son triste accident
      Le cler soleil, ains que estre en occident
      Lair­ra espandre obs­cu­ri­té sus elle,
      Plus que l’eclipse, ou de nuyct naturelle,
      Dont en un coup per­dra la liberté,
      Et du hault ciel la faveur & clarté
      Ou pour le moins demeu­re­ra deserte.
      Mais elle avant ceste ruyne & perte,
      Aura long­temps mons­tré sensiblement
      Un violent & si grand tremblement
      Que lors Eth­na ne feust tant agittée,
      Quand sur un filz de Titan feut iectée.
      Ne plus soub­dain ne doibt estre estimé
      Le mou­ve­ment que fist Inariné
      Quand Tiphœus se fort se despita,
      Que dans la mer les montz precipita.
      Ain­si sera en peu d’heure rengée
      A triste estat : & si sou­vent changée,
      Que mesme ceulx qui tenue l’auront
      En des­pi­tant la pau­vre­té lairront.
      Lors sera près le terme bon & propice
      De mettre fin à ce long exercice :

      Car les grans eaux dont oyez deviser
      Feront chas­cun la retraicte adviser.
      Et tou­tes­foys devant le partement
      On pour­ra veoir en l’air appertement
      L’aspre cha­leur d’une grand flame esprise,
      Pour mettre à fin les eaux & l’entreprise.
      Reste en après que yceulx trop obligez
      Penez, las­sez, tra­vaillez, affligez,
      Par le sainct vueil de l’eternel seigneur
      De ces tra­vaulx soient refaictz en bon heur :
      Là ver­ra l’on par cer­taine science
      Le bien & fruict qui fort de patience
      Car cil qui plus de peine aura souffert
      Aupa­ra­vant du lot pour lors offert
      Plus recep­vra, O que est à reverer
      Cil qui pour­ra en fin perseverer.

      ^^

      Réponse
  22. BA

    Mano­lis Gle­zos, dépu­té euro­péen membre de SYRIZA : « Je demande au Peuple Grec de me par­don­ner d’avoir contri­bué à cette illusion. »

    Depuis Bruxelles, Mano­lis Gle­zos fou­droie le gou­ver­ne­ment à pro­pos des manœuvres durant les négo­cia­tions avec les créan­ciers et du chan­ge­ment de dis­cours de SYRIZA. Il rap­pelle qu’ « entre l’oppresseur et l’oppressé, il ne peut être ques­tion de com­pro­mis, tout comme cela est impos­sible entre l’occupé et l’occupant. La seule solu­tion c’est la liberté ».

    Mano­lis Gle­zos écrit :

    Chan­ger le nom de la troï­ka en « ins­ti­tu­tions », celui du mémo­ran­dum en « accord » et celui des créan­ciers en « par­te­naires », ne change en rien la situa­tion antérieure.
    L’on ne change pas non plus, bien enten­du, le vote du peuple Grec aux élec­tions du 25 jan­vier 2015.
    Il a voté pour ce que SYRIZA avait pro­mis : abo­lir le régime d’austérité qui n’est pas seule­ment une stra­té­gie de l’oligarchie alle­mande mais aus­si de celle des autres pays créan­ciers de l’Union euro­péenne et de l’oligarchie grecque.
    Nous abo­lis­sons les mémo­ran­dums et la troï­ka, nous abo­lis­sons toutes les lois de l’austérité.
    Au len­de­main des élec­tions, d’une seule loi, nous abo­lis­sons la troï­ka et ses effets.
    Un mois est pas­sé et cette pro­messe n’est tou­jours pas trans­for­mée en acte.
    Dom­mage et encore dommage.
    Pour ma part, je demande au Peuple Grec de me par­don­ner d’avoir contri­bué à cette illusion.
    Mais, avant que le mal ne progresse.
    Avant qu’il ne soit trop tard, réagissons.
    Avant toute chose, par le biais d’assemblées extra­or­di­naires, dans toutes les orga­ni­sa­tions, quel qu’en soit le niveau, les membres et les amis de SYRIZA doivent déci­der s’ils acceptent cette situation.
    D’aucuns pré­tendent que, pour obte­nir un accord, il faut savoir céder. En tout pre­mier lieu, entre l’oppresseur et l’oppressé, il ne peut être ques­tion de com­pro­mis, tout comme cela est impos­sible entre l’occupé et l’occupant. La seule solu­tion c’est la liberté.
    Mais, même si nous accep­tions cette aber­ra­tion, ce que les gou­ver­ne­ments anté­rieurs ont fait avec le chô­mage, l’austérité, la pau­vre­té, les sui­ci­dés, en sou­te­nant les mémo­ran­dums, va bien au-delà de toute limite de compromis.

    Mano­lis Gle­zos, Bruxelles, le 22 février 2015

    http://​www​.okea​news​.fr/​2​0​1​5​0​2​2​2​-​g​l​e​z​o​s​-​j​e​-​d​e​m​a​n​d​e​-​a​u​-​p​e​u​p​l​e​-​g​r​e​c​-​d​e​-​p​a​r​d​o​n​n​e​r​-​d​a​v​o​i​r​-​c​o​n​t​r​i​b​u​e​-​c​e​t​t​e​-​i​l​l​u​s​ion

    Réponse
    • nlesca

      Très bien ce monsieur.

      Réponse
  23. joss

    Voi­ci ce qui se passe quand un peuple gagne réel­le­ment des élections :

    Cela s’est pas­sé un 11 sep­tembre (qui fut effa­cé par un autre).

    Réponse
    • EFFAB

      Oui, le 11, un de ces nombres, chiffres très pri­sés par l’es­ta­blish­ment supra­na­tio­nal qui nous gou­verne et nous leurre, tel ce 7 de Chris­tine Lagarde… voir à ce pro­pos cette vidéo : « Chris­tine Lagarde donne-t-elle un mes­sage codé ? »
      ^^

      Réponse
    • Ana Sailland

      Cette vidéo est ter­ri­fiante, qui démontre que la vic­toire induit venus de l’ex­té­rieur des dan­gers mor­tels, si nous ne le savions déjà pas.

      Pire encore que l’adhé­sion de tout un peuple au pro­jet qu’il a choi­si et qui est en cours et opé­ra­tion­nel ne pro­tège pas ce peuple.

      Tout est dans les armes et le désordre de quelques âmes ultraminoritaires.

      La ques­tion des forces armées, qu’elle soit mis­sion­nées pour l’in­té­rieur ou l’ex­té­rieur est cruciale.

      Le sui­visme ata­vique du sol­dat, ou sa com­pli­ci­té libre ( on voit dans la vidéo une chaus­sure sur un corps ) peuvent être dia­bo­li­que­ment mis en oeuvre par un géné­ral félon com­man­di­té par un Kis­sin­ger lambda.

      Donc une fois de plus, tout est dans le hiérarchisme.

      Une armée, qui doit être capable de déci­sion ultra­ra­pide, peut elle faire l’im­passe sur le hié­rar­chisme. That’s the question.

      Peut être la solu­tion iro­quoise est elle digne d’une atten­tion plus sou­te­nue que celle accor­dée à un anec­do­tique souvenir.

      Nous avons ici vécu un ate­lier sur la police mais pas sur l’ar­mée. Cela me semble être un sujet majeur.

      Réponse
      • nlesca

        Tu ne savais pas pour Allende ? Si je suis sur que tu connais­sait cette his­toire. C’est juste l’é­ta­lon de base de la poli­tique eta­su­nienne en Amé­rique latine. Ils font ça par­tout (où essaient inlassablement)dès qu’un diri­geant ne leur plait pas (com­prendre : défend les inté­rêts de son peuple plu­tôt qu’un capi­ta­lisme des fesse ten­dues en direc­tion des entre­prises eta­su­niennes). C’est vrais que la vidéo est par­ti­cu­liè­re­ment bien faite et explique bien les événements.

        Réponse
      • katharina

        regarde le post dans Évident (et mons­trueux) com­plot … sur le coup récent du même genre qui devait se faire le 12 février au Venezuela.

        Réponse
    • Claude Saint-Jarre

      J’é­tais jeune adulte. Kis­sin­ger était un intel­lec­tuel avec un doc­to­rat. Nous savions ce qu’il fai­sait, au Chi­li, au Viet-Nam et ma géné­ra­tion n’é­tait pas d’ac­cord. Beau­coup d’im­puis­sance res­sen­tie. Je n’ai pas lu pen­dant 10 ans pour ne pas être asso­cié à l’in­tel­lec­tua­lisme à la Kis­sin­ger. Mais c’est moi que je punis­sais, pas lui !

      Réponse
    • Claude Saint-Jarre

      Extrê­me­ment triste.

      Réponse
  24. EFFAB

    De plus en plus inté­res­sant, voir novateur…


    Une dépu­tée alle­mande qui ose enfin dire la véri­té sur Ange­la Mer­kel et sa poli­tique pro-américaine

    … ou juste de la soupe par­le­men­taire pour noyer plus super­be­ment encore le poisson ?!…

    (10h17, aujourd’­hui, lun­di 23 février)

    Réponse
    • katharina

      Wagenk­necht est vrai­ment très intelligente.
      Mais pour son par­ti-même, DIE LINKE (un peu comme FdG) , il y a beau­coup de choses qu’on n’ar­rive pas à com­prendre comme ce bel exemple : leur pro­po­si­tion de can­di­dat pour le pré­sident de la répu­blique (n’ê­qui­vaut pas exac­te­ment la fonc­tion du pré­sident de la Répu­blique francaise):
      BEATE KLARSFELD. Je l’ai déjà écrit ici. Oui, cette Beate Klars­feld, femme de Serge Klars­feld et mère de l’af­freux Arno Klars­feld (dépu­té pra­ti­que­ment tou­jours absent, sala­rié de 9000€/mois) . C’é­tait abso­lu­ment incom­pré­hen­sible vu le personnage.

      Ce qui me frappe dans ce film, c’est les rangs pra­ti­que­ment vides. C’est la même chose pour les mee­tings du par­le­ment euro­péen. Trés peu de gens qui entendent ce que Mélen­chon y dit.

      Réponse
      • Eliade Guy

        Ce qui fait plai­sir c’ est d’ entendre de plus en plus de dépu­tés ne citant même pas leur par­ti, dans des vidéos publiques par­ler ouver­te­ment de la col­lu­sion des diri­geants avec les inté­rêts des puis­sants au mepris de la sou­ve­rai­ne­té du peuple. Plus ce genre de dis­cours aura « pignon sur rue » plus les gens pour­ront jugés du peu de démo­cra­tie dans lequel nous nous trou­vons et du peu d’ ardeur des diri­geants à défendre les 99%

        Réponse
    • Eliade Guy

      Bon­soir, génial cette femme et cette vidéo .. merci

      Réponse
    • EFFAB

      Je m’a­per­çois que sur cette tablette n’ap­pa­raissent pas les sous-titres, j’ai pour­tant bien relayé une vidéo tra­duite… je ne puis qu’in­vi­ter tous ceux qui n’en auraient pas pris connais­sance de se rendre direc­te­ment sur You Tube.

      Réponse
  25. BA

    Mer­cre­di 25 février 2015 :

    Grèce : après l’ac­cord, les ques­tions qui fâchent.

    Quelle forme pren­dra le « nou­veau contrat » que la Grèce veut conclure avec ses par­te­naires d’i­ci fin juin ? Le jour­nal alle­mand Rhei­nische Post fai­sait cir­cu­ler mer­cre­di un chiffre pour un éven­tuel troi­sième pro­gramme d’aide, 20 mil­liards d’eu­ros, sur la foi de sources proches de la coa­li­tion au pou­voir à Berlin.
    Ce serait pour Athènes un sérieux revers que de devoir se sou­mettre à nou­veau à un pro­gramme assor­ti de condi­tions dra­co­niennes et alors que les pré­cé­dents (en 2010 puis en 2012) ont trans­for­mé le pays en « colo­nie de la dette » et volé leur « digni­té » aux Grecs, selon les dires du bouillant ministre des Finances Yanis Varoufakis.
    La Grèce pré­fé­re­rait une ligne de cré­dit, mais « il est plus pro­bable qu’on aille sur un nou­veau pro­gramme qu’une ligne de cré­dit », confiait mar­di un haut res­pon­sable européen.

    http://www.lepoint.fr/economie/grece-apres-l-accord-les-questions-qui-fachent-25–02-2015–1907739_28.php

    Dette publique de la Grèce : 315,509 mil­liards d’euros, soit 176 % du PIB. 

    Si le troi­sième pro­gramme d’aide est mis en place en juillet, la dette publique de la Grèce aug­men­te­ra de 20 mil­liards d’euros.

    La dette attein­drait envi­ron 335 mil­liards d’eu­ros, soit envi­ron 187 % du PIB.

    De toute façon, la Grèce est en faillite, alors un peu plus ou un peu moins …

    Réponse
  26. kate charmant

    Ce qui fuite dans la presse du plan de réformes grec est ins­truc­tif. Il s’a­git mani­fes­te­ment pour le gou­ver­ne­ment Syriza/Grecs indé­pen­dants de s’at­ta­quer à la Nomenk­la­tu­ra grecque, la caste éco­no­mique et poli­tique diri­geante dont la Troï­ka s’est bien gar­dé d’at­ta­quer les exor­bi­tants pri­vi­lèges, pen­dant que Jun­cker orga­ni­sait l’é­va­sion fis­cale vers le Luxembourg.

    la suite ici :
    http://www.olivier-delorme.com/odblog/index.php?2015%2F02%2F24%2F509-pour-tous-ceux-qui-crient-au-loup

    Réponse
  27. kate charmant

    « Quel que soit le risque, les Grecs refu­se­ront tout retour en arrière » – entre­tien avec Oli­vier Delorme 

    Oli­vier Delorme est écri­vain et his­to­rien. Pas­sion­né par la Grèce, il est l’au­teur de La Grèce et les Bal­kans : du Ve siècle à nos jours (en Folio Gal­li­mard, 2013, trois tomes), qui fait aujourd’­hui réfé­rence. On peut par ailleurs le suivre sur son site. Il revient ici sur les trois pre­mières semaines du gou­ver­ne­ment Tsi­pras et nous éclaire sur l’é­tat d’es­prit des Grecs. 

    http://l‑arene-nue.blogspot.fr/2015/02/quel-que-soit-le-risque-les-grecs.html

    Réponse
  28. kate charmant

    ETIENNE BALIBAR PHILOSOPHE,
    UNIVERSITÉ PARIS-OUEST NANTERRE 23 FÉVRIER 2015

    Syri­za gagne du temps et de l’espace

    Est-il donc vrai que, comme le pro­clament les gros titres de plu­sieurs jour­naux, Athènes a cédé devant les exi­gences de l’Eurogroupe ( La Repub­bli­ca ) et fait le pre­mier pas vers la res­tau­ra­tion de la poli­tique d’austérité ( The Guar­dian ) ? A en croire cer­tains lea­ders de la frac­tion de gauche de Syri­za, le cou­rage n’aurait pas tenu bien long­temps et le « renie­ment » aurait déjà com­men­cé… Il est un peu tôt pour por­ter un juge­ment sur les accords qui ont été pas­sés à la réunion du conseil de l’Eurogroupe. Ce n’est que dans les pro­chains jours que seront publiés les détails tech­niques et qu’apparaîtra toute leur signi­fi­ca­tion poli­tique. Cepen­dant, sans attendre, nous pro­po­se­rons ici une autre méthode pour ana­ly­ser la confron­ta­tion entre le gou­ver­ne­ment grec et les ins­ti­tu­tions euro­péennes, qui vient de se tra­duire à la fois par des com­pro­mis de la part du pre­mier et par l’esquisse d’une fis­sure au sein des secondes. A quels cri­tères allons-nous mesu­rer l’action de Tsi­pras et de Varou­fa­kis, pour juger de son effi­ca­ci­té et de sa justesse ? 

    http://​www​.le​-chif​fon​-rouge​-mor​laix​.fr/​2​0​1​5​/​0​2​/​s​y​r​i​s​a​-​g​a​g​n​e​-​d​u​-​t​e​m​p​s​-​e​t​-​d​e​-​l​-​e​s​p​a​c​e​-​p​a​r​-​e​t​i​e​n​n​e​-​b​a​l​i​b​a​r​.​h​tml

    Réponse
  29. kate charmant

    James Gal­braith : Tsi­pras « doit démon­trer sa capa­ci­té à chan­ger le pays » 

    L’économiste, proche de Yanis Varou­fa­kis, décrypte pour « l’Obs » le com­pro­mis trou­vé entre la Grèce et ses créan­ciers euro­péens. Il admet qu’il fau­dra du temps pour faire bou­ger le logi­ciel éco­no­mique européen. 

    http://​temps​reel​.nou​ve​lobs​.com/​e​c​o​n​o​m​i​e​/​2​0​1​5​0​2​2​4​.​O​B​S​3​2​1​3​/​j​a​m​e​s​-​g​a​l​b​r​a​i​t​h​-​l​e​-​c​h​a​n​g​e​m​e​n​t​-​e​n​-​e​u​r​o​p​e​-​v​i​e​n​d​r​a​-​l​e​n​t​e​m​e​n​t​.​h​tml

    Réponse
  30. kate charmant

    et pour finir.…

    La pré­si­dente du par­le­ment grec Zoe Kon­san­to­pou­lou a annon­cé la mise
    d’une com­mis­sion d’au­dit sur la dette publique grecque ‚et une enquête sur la façon dont le pays a été mis sous la tutelle de la Troika .

    Réponse
    • Claude Saint-Jarre

      Est-il pos­sible de le lire au com­plet, l’i­mage cache du texte ? Merci.:)

      Réponse
      • etienne

        Claude,
        j’ai mis un lien HT pour vous per­mettre de cli­quer sur l’i­mage pour la voir en grand.

        Réponse
      • EFFAB

        « Soup­çon­né d’être adepte de la théo­rie du com­plot, de populisme… »

        Si « popu­liste » il y a avec tout ce qu’E­TIENNE a pu dire, écrire, écou­ter, réflé­chir et par­ta­ger, j’adhère alors séance tenante à ce pré­ten­du « popu­lisme » ! ^^ déci­dé­ment, comme dirait ma chère maman, vaut mieux entendre ça qu’être sourd !… quoique

        Bref, je suis le Verbe, je suis la Vie, je suis la Véri­té, et nous sommes des mil­lions à pen­ser ain­si, l’âme en révolte mais c ette conscience humble et sou­ve­raine à la fois, Démo­cra­tie et Amour…

        Réponse
  31. etienne


    Terrorisme/Internet : Liber­té d’ex­pres­sion mena­cée en France ?

    Réponse
    • etienne

      « A terme, rien n’empêcherait d’utiliser l’arsenal anti-ter­ro­riste contre les mou­ve­ments sociaux »
      Entre­tien de Repor­terre avec Lau­rence Blisson : 
      http://www.reporterre.net/A‑terme-rien-n-empecherait‑d
      Lau­rence Blis­son, secré­taire géné­rale du Syn­di­cat de la magis­tra­ture, explique la dérive pos­sible des lois anti­ter­ro­ristes vers la répres­sion des luttes éco­lo­giques et sociales.

      Réponse
      • zedav

        « L’interdiction de paraître dans une com­mune ou un dépar­te­ment est d’ordinaire uti­li­sé dans des affaires de grand ban­di­tisme, contre des maris vio­lents s’il y a risque de réité­ra­tion des vio­lences envers la victime »

        La misan­drie ordi­naire et banale d’une juge cen­sée se sou­mettre à la loi contre les dis­cri­mi­na­tions de tous ordres (y com­pris sexistes). Elle aurait dû par­ler de conjoint violent bien sûr. Mais comme il n’y a jamais de femmes violentes…

        D’ailleurs quand l’une d’entre elles pro­cède à une péné­tra­tion anale de son mari (immo­bi­li­sé par des liens !) avec une bou­teille, ces « juges » dont la rai­sons d’être est la jouis­sance de l’exer­cice du pou­voir par la per­pé­tua­tion de leurs pré­ju­gés requa­li­fient le viol (car c’en est un selon la loi) en abus sexuel avec la peine mini­male pos­sible pour cette qualification…

        Femme vic­time, homme cou­pable, femme vic­time, homme cou­pable, femme vic­time, homme cou­pable femme vic­time, homme cou­pable, femme vic­time, homme cou­pable, femme vic­time, homme cou­pable femme vic­time, homme cou­pable, femme vic­time, homme cou­pable, femme vic­time, homme cou­pable femme vic­time, homme cou­pable, femme vic­time, homme cou­pable, femme vic­time, homme cou­pable, la lita­nie de l’époque…

        Réponse
        • EFFAB

          Cela me fait pen­ser à cet ouvrage de Phi­lippe LOUVET (à compte d’au­teur), « L’illu­sion paren­tale », dans lequel il montre le sys­tème actuel com­plè­te­ment misandre et fai­sant repor­ter sur les hommes plu­tôt que sur les femmes les torts en jus­tice et les retom­bées finan­cières, mais c’est tout le sys­tème qui « dés­uni­rait » ain­si la famille… bref, encore un de ces gros men­songes cultu­rels et média­tiques, une énième inver­sion visant à ce long et per­ni­cieux tra­vail de sape et de condi­tion­ne­ment des esprits et des consciences… ‘inver­sion’ ? non, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, ne trai­tons pas les femmes de ‘cou­pables’, soyons sim­ple­ment conscients que ces élites en finance et puis­sance ont toute volon­té et inté­rêt à foutre la merde entre nous et faire por­ter le dis­cré­dit sur cer­taines popu­la­tions et autres boucs émis­saires. Bref… Yves VARGAS

          Réponse
    • J-Stéphane

      Le vote blanc est sans effet pour le peuple, mais aus­si pour les élus. Voter pour un can­di­dat (ven­du ou sacri­fié) c’est main­te­nir la classe domi­nante en place. Oui, il ne faut pas comp­ter sur les élus pour don­ner au vote blanc le pou­voir de les exclure, ce sont les élec­teurs qu’il faut réveiller, car élire c’est s’exclure.

      Élire par­mi les élus c’est exclure le peuple, s’abs­te­nir c’est par­ti­ci­per impli­ci­te­ment au vote cen­si­taire (pas par la taxe, mais par la richesse) , il n’y a que par le voter blanc que le peuple refuse de se châ­tier lui-même en place publique.

      Réponse
  32. etienne

    Guerre sans merci
    Israël se pré­ci­pite vers la pro­chaine guerre à Gaza

    Israël se dirige vers la pro­chaine érup­tion de vio­lence avec les Pales­ti­niens comme s’il s’agissait d’une sorte de catas­trophe natu­relle qui ne peut pas être évitée.

    Par Gidéon Lévy – 26 février 2015

    http://​sayed7a​san​.blog​spot​.fr/​2​0​1​5​/​0​2​/​g​u​e​r​r​e​-​s​a​n​s​-​m​e​r​c​i​-​i​s​r​a​e​l​-​s​e​-​p​r​e​c​i​p​i​t​e​.​h​tml

    Réponse
    • Claude Saint-Jarre

      Quel défi que l’é­cri­ture citoyenne d’une Consti­tu­tion et Israé­lienne et Pales­ti­nienne ! Encore faut-il des crayons, du papier, du silence, de la réflexion, des locaux, des camé­ras. Je bénis cette entre­prise. ( bénir : inves­tir d’être, d’éner­gie!) Qu’un nou­veau  » buis­son ardent » ins­pire l’ac­tion juste.

      Réponse
      • Ana Sailland

        ate­liers consti­tuants israé­lo-pales­ti­niens, le rêve

        Réponse
        • nlesca

          Pas for­ce­ment par­ta­gé par les sio­nistes : les pales­ti­niens sont envi­ron trois fois plus nom­breux que les israe­liens. Dans un tel contexte un simple regime repre­sen­ta­tif laïque en Cis­jor­da­nie écar­te­rait mathe­ma­ti­que­ment les sio­niste de leur posi­tion domi­nante, une vraie demo­cra­tie encore plus. Quand une mino­rié colo­nia­liste et ségré­ga­tion­niste se main­tient au pou­voir par les armes il n’y a pas 56 solu­tions, soit la resis­tance gagne mili­tai­re­ment ou grace a des pres­sions diplo­ma­tiques, soit un sce­na­rio a la sud afri­quaine se des­sine (ce qui implique une volonte de reforme anti colo­nia­lo-segre­ga­tion­niste de la part du pou­voir occu­pant), soit les colo­nia­listes conti­nue de per­pe­trer leurs crimes jus­qu’a l’e­ven­tuel asser­vis­se­ment ou geno­cide com­plet de la popu­la­tion native, ame­ri­can style… Pour l’ins­tant le colo­nia­lisme l’emporte.

          Réponse
          • Ana Sailland

            mais il ne s’a­git pas de ça …

          • nlesca

            Tu parles d’at­te­liers ou des israe­liens et des pales­ti­niens tra­vaille­raient ensemble à deve­nir consti­tuants ? Pour­quois pas. Mal­heu­reu­se­ment du moment que les israe­liens seront majo­ri­tai­re­ment pro-sio­nistes la situa­tion n’é­vo­lue­ra pas dans le bon sens. Peut etre que de tels atte­liers pour­raient per­mettre d’é­veiller cer­taines conciences. Tout ce qui tend vers le dia­logue et la paix et bon à prendre. A mon avis les pre­mieres choses a pro­mou­voir en Israel pour aller vers la paix sont les bons vieux droits de l’homme et le prin­cipe de laï­ci­té de la gouvernance.

          • Ana Sailland

            un ate­lier ça peut être à deux, comme les gamètes, et ensuite, seule la vie décide, pas nos peurs.

          • nlescan

            J’ai­me­rai bien que tu aie rai­son seule­ment à l’heure actuelle ce sont bien les peurs qui décident. La peur est un inves­tis­se­ment sur pour les plou­to­crates, elle légi­time la néga­tion de la démo­cra­tie et le recours a la coer­ci­tion. On est en plein dedans. Tout se passe comme ils ont envie.

            Les colo­nia­listes ne devien­dront pas gen­tils en bavar­dant autour d’une tasse de thé, ou alors il faut du très très bon thé, en tout cas ça ne s’est jamais pro­duit au cours de l’histoire.

          • Ana Sailland

            Je te remer­cie de me don­ner l’oc­ca­sion de mieux com­prendre mon-notre intention.

            Le culti­va­teur qui sème une graine pour­rait pour y renon­cer invo­quer les risques d’intempérie 🙂
            Et pour­tant il sème. Et sou­vent récolte. Pas tou­jours, c’est exact.

            Il s’a­git de consi­dé­rer la conscience comme l’hu­mus, et de lui appli­quer les prin­cipes de la per­ma­cul­ture. En clair, ne pas affron­ter mili­tai­re­ment ou poli­ti­que­ment les inté­gristes de tous poils, mais sim­ple­ment offrir à une pen­sée saine un tout petit ter­ri­toire où germer.

            Foi, patience, téna­ci­té, juste être là.

          • nlesca

            Je com­prends ce que tu veux dire cepen­dant dans le cas dont nous par­lons, en repre­nant ta méta­phore, je pense que l’on peut par­ler de terre poluée plus que d’in­tem­pé­rie. On peut cepen­dant essayer des plan­ter en sou­hai­tant une muta­tion de la plante, une adap­ta­tion sur­pre­nante du germe à un envi­ron­ne­ment vicié.

            Je regar­dais un dis­cours a pro­pos d’is­lam très inté­res­sant. Un rap­port entre ce que l’o­ra­teur explique à pro­pos des guerres de déco­lo­ni­sa­tion et la situa­tion en Cis­jor­da­nie ma frappe.

            Le mon­sieur explique qu’une des expli­ca­tions du (rela­tif) suc­cès des guerres d’in­dé­pen­dance et de déco­lo­ni­sa­tion réside dans la crainte qu’a­vaient le pays impé­ria­listes de se voir démo­gra­phi­que­ment enva­his par leurs colo­nies. Ce serait cette crainte qui aurait conduit les diri­geants euro­péens a aban­don­ner leur empire (en tout cas dans sa forme direc­te­ment inté­gré). Dans le cas israe­lien on com­prend bien que cette meme moti­va­tion de « ne pas etre enva­hi » (en fait de ne pas res­ti­tuer a leurs pro­prié­taires légi­times les terres volées) pro­duit l’ef­fet inverse et ren­force la vio­lence et le colo­nia­lime puisque dans leur mani­pu­la­tion les sio­nistes font croire aux juifs qu’ils ne seraient pas sim­ple­ment une comu­nau­té reli­gieuse ayant aban­don­né le pro­sé­li­tisme, ce qu’ils sont, mais un peuple ori­gi­naire de Cis­jor­da­nie, ce qu’ils ne sont pas (pour plus de détails se réfé­rer à Shlo­mo Sand).

            Je met le lien sur la vidéo que je regar­dais, le mon­sieur a aus­si une vision posi­tive du libé­ra­lisme toc­que­villien que je ne par­tage pas entiè­re­ment mais qui est inté­res­sante (il ne déve­loppe pas la dessus).

            https://m.youtube.com/watch?v=3SQed2_9F_0

          • nlesca

            Il a l’air moins fou que d’autres…par contre c’est un par­ti­sant de 2 états, pour un seul pays c’est ano­mal, une seule gou­ver­nance la plus laïque, non raciste et démo­cra­tique pos­sible me semble (et a quelques autres per­sonnes aus­si) la solu­tion la plus juste.

          • EFFAB

            Des « intem­pé­ries » aux « terres viciées » il y a ce qu’on appelle les Chemtrails ! ^^

            « CHEMTRAILS : le ciel nous tombe sur la tête (Meta TV Intégrale) »

      • Claude Saint-Jarre

        Bra­vo !

        Réponse
      • Claude Saint-Jarre

        Mais cela cor­res­pond a‘quel article ou à quel cha­pître d’une constitution ?

        Réponse
        • nlesca

          Il s’a­git d’une appli­ca­tion pos­sible de prin­cipes eco­lo­giques qui doivent, d’apres moi, figu­rer dans le pream­bule de toute bonne constitution.

          Réponse
          • Claude Saint-Jarre

            Bonne idée !

  33. etienne

    Pour mieux com­prendre le mot fas­cisme en France, écou­ter Annie Lacroix-Riz (et tâcher de com­prendre ensuite les liens pro­fonds avec les gou­ver­ne­ments actuels, au regard de l’é­ter­nelle et très pro­fonde GUERRE AUX SALAIRES) :

    Ici, les gros bobards d’Al­fred Sau­vy (grand recru­teur de la synar­chie, pro­jet fas­ciste en France) sont uti­le­ment rappelés.

    L’his­toire des SALAIRES est une clef de lec­ture impor­tante pour com­prendre l’his­toire tout court.

    Réponse
    • etienne

      For­mi­dable Jean-Jacques ROUSSEAU : ana­lyse du capi­ta­lisme et pro­po­si­tions concrètes : l’im­pôt sur la vani­té et autres trouvailles :

      Ne ratez pas cet autre angle pas­sion­nant pour com­prendre notre monde, celui pro­po­sé par Yves Var­gas, qui nous explique ici (plus lon­gue­ment que cette autre confé­rence dont je vous avais par­lé en 2012 et que notre cer­veau col­lec­tif avait retrans­crite inté­gra­le­ment) la pen­sée FONDATRICE du capi­ta­lisme, celle de MANDEVILLE, et la lutte (farouche et pré­coce) que lui a oppo­sée Rous­seau (ce qui lui a valu les plus cruelles per­sé­cu­tions des « phi­lo­sophes » des « Lumières » mar­chandes).

      Il y a des PERLES là-dedans (des phrases-chocs, dès le 18ème siècle, que je vous laisse repé­rer et retrans­crire avec plaisir). 

      Tout ça est fon­da­men­tal, pour nous, pour bien com­prendre la socié­té d’aujourd’hui :

      Yves Var­gas vient de publier un livre (que je dévore ces temps-ci) qui pré­sente son tra­vail sur Man­de­ville et Rousseau :
      « Jean-Jacques Rous­seau, l’avortement du capitalisme »

      Réponse
      • EFFAB

        Divin ÉMILE et cha­leu­reux JEAN-JACQUES…

        Réponse
      • EFFAB

        C’est GÉANT, en effet ! j’é­tais par­ti pour décou­vrir Annie Lacroix-Riz et me voi­là à jubi­ler tel avec JOUARY abor­dant au plus juste et au plus didac­tique la pen­sée et l’i­déal rous­seauiste, celui de l’exi­gence en volon­té et de l’hu­mi­li­té face à la nature…

        CHOUAR­Dament !!

        Réponse
      • Sandy

        Génial, je ne le connais­sais pas et ce qu’il dit est passionnant.

        Réponse
      • Ana Sailland

        A pro­pos de l’i­dée de taxer la vanité

        C’est en germe dans la TVA dif­fé­ren­ciée telle que présente.
        Mais mal implémenté.

        Par exemple, consi­dé­rer un CD musi­cal comme un objet de luxe ne cor­res­pond pas vrai­ment à l’i­dée de Rousseau.

        Il s’a­git vrai­ment de taxer la frime, le luxe osten­ta­toire, celui qui non seule­ment nour­rit l’e­go du riche ou de l’hy­per riche, mais en plus lui confère un ascen­dant, réel et non limi­té à l’i­ma­gi­naire du frimeur.

        Je vois là un rap­port ser­ré avec le pot­lach, que nous consi­dé­rons peut être d’un oeil trop bien­veillant. Le pot­lach est une fête du don, un concours du don, où celui qui donne le plus en reti­re­ra non seule­ment consi­dé­ra­tion mais en plus sta­tu­tai­re­ment mais non dit, du pou­voir. Ce peut être typi­que­ment du don per­vers, celui que pra­tique la mafia quand elle arrose ses sujets.
        Bien sûr, l’ex­hi­bi­tion­niste qui affiche osten­si­ble­ment sa rol­lex ou sa fer­ra­ri les garde et ne les donne pas, mais il s’a­git du même prin­cipe de frime.
        Et taxer la frime me semble plus judi­cieux que de sur­taxer un CD de musique …

        Réponse
    • Ana Sailland

      A dif­fu­ser largement.

      Il y a des pas­sages qu’on pour­rait extraire pour décrire 2015 .….….….…

      Réponse
      • Ana Sailland

        (((ici je parle d’Annie)))

        Réponse
      • EFFAB

        L’a­mour-propre Man­de­ville-VAR­GAS me semble très bien dépeindre aus­si les tra­vers et les excès de nos socié­tés modernes pré­ten­dues ‘civi­li­sées’.… ^^

        Réponse
    • EFFAB

      19’00… quel est l’Al­fred Sau­vy d’au­jourd’­hui qui a bien pu recru­ter cette girouette pales­ti­no-sio­niste de MANUELITO ?… Vous m’ex­cu­se­rez ce paral­lèle mais au vue des mesures et des lois de plus en plus coer­ci­tives et per­verses qu’on nous pond actuel­le­ment, sans par­ler de ce visage on com­bien cris­pé et anti­pa­thique de ce pre­mier ministre dont on ne sait plus si c’est de la France ou de Sion, il est on ne peut plus logique non plus de se poser de telles ques­tions mais bien de foutre tout ce linge sale dehors sinon aux oubliettes et de la chose publique et de l’His­toire qui com­mence fort à me taper sur le sys­tème avec sa vani­teuse majus­cule… ce fameux amour-propre cité par Yves VARGAS, celui de nos élites autant que cette envie des petites gens et autres consom­ma­teurs névro­tiques… bref ^^

      Réponse
    • EFFAB

      Ces « 19’00 » concer­nant la vidéo avec Annie Lacroix-Riz ^^

      Réponse
    • joss
      • EFFAB

        « Le plus pathé­tique de la situa­tion, c’est que des mil­lions de Fran­çais tombent à pieds joints dans le pan­neau. Hyp­no­ti­sés par la télé, ils croient dur comme fer qu’en votant pour le FN, ils votent pour un adver­saire du sys­tème… alors qu’ils votent en réa­li­té pour son ultime roue de secours. »
        Et il y aurait tant à médi­ter sur cette « ultime » roue de secours… mais pour­quoi uti­li­ser ici le condi­tion­nel quand il y a tant à faire et tout à chan­ger ! Bref…

        Comi­té Constitutionnel

        Réponse
  34. Claude Saint-Jarre

    Impos­si­bi­li­té????
    Le Plan C, une impos­si­bi­li­té?? Qu’à cela ne tienne : voyez Solar impulse 2, une ancienne impos­si­bi­li­té de Ber­trand Pic­card, auteur de Chan­ger d’altitude

    http://​info​.sola​rim​pulse​.com/​fr/

    Bonne jour­née !

    Réponse
    • Claude Saint-Jarre

      Étienne, je vois des liens entre ce pilote du pre­mier avion solaire et vous. Il a fait du del­ta plane. ( aile del­ta). IL a fait le tour du monde en bal­lon. C’est une méta­phore en tant que psy­chiatre pour l’in­con­nu et l’aventure

      Réponse
  35. BA

    C’est un petit des­sin ani­mé, en pâte à mode­ler, qui dure 7 minutes 23.

    C’est l’his­toire de la démo­cra­tie fran­çaise, ou de la démo­cra­tie état­su­nienne, ou de la démo­cra­tie anglaise, ou de la démo­cra­tie grecque, etc.

    C’est l’his­toire de nos démo­cra­ties en 2015 :

    http://​tinyurl​.com/​o​d​6​9​rpe

    Réponse
    • binnemaya

      Excellent ce ptio film je va le dif­fu­ser A+

      Réponse
    • Claude Saint-Jarre

      le petit film n’est plus disponible.

      Réponse
  36. joss

    Alain Cot­ta affirme que la France n’est pas une démo­cra­tie dans CSOJ :

    Réponse
    • nlescan

      Amu­sant comme le vieil oli­gar­chique, trop âgé pour avoir un inté­rêt per­son­nel à men­tir, est bien plus clair­voyant que le gamin appren­ti phi­lo­sophe qui n’a rien com­pris au film et qui se sent tout glo­rieux quand il nous saoule avec ses envo­lées lyriques vides de sens, la tête gigo­tant a tra­vers le trou dans une pale de mou­lin a vent. Au final la parole du vieil enfoi­ré cynique est bien plus hon­nête que celle du gamin idéa­liste, non pas qu’il soit mal­hon­nête, juste naïf et igno­rant, régur­gi­tant le glou­bi­boul­ga dont on l’a nourri.

      Réponse
    • EFFAB

      Il a une tête, un regard de per­vers cet Alain Cot­ta (que je ne connais­sais pas, pas au point de m’en sou­ve­nir en tout cas)… c’est quoi ça, ces pseu­dos révé­la­tions, nous habi­tuer au fait qu’il en est ain­si de la réa­li­té et qu’il faut faire avec ?…Geof­froy de Las­ga­ne­rie ou la phi­lo­so­phie en culotte courte et que les intel­lec­tuels et autres élites de tous hori­zons ont bon dos de s’au­to-pro­cla­mer phi­lo­sophe quand toute une vie, par­fois sou­vent, ne suf­fit pas pour acqué­rir autant de recul et de sagesse cumu­lée ^^ enfin, autant pour moi, je fais là de l’ad homi­nem, rebon­dis­sant sur du pas très sérieux_allons à l’essentiel…

      https://​you​tu​.be/​f​R​V​-​y​o​5​I​i9E

      Réponse
  37. etienne

    Ça germe, sans doute, mais dia­ble­ment len­te­ment, quand même… Et tou­jours sans AUCUNE recherche de la vraie cause des anti­cons­ti­tu­tions (notre accep­ta­tion de l’élection des consti­tuants), et donc, pour l’instant, sans AUCUN espoir de chan­ger vrai­ment quoi que ce soit d’important.
    Ça m’at­triste de voir mes amis déplo­rer les consé­quences dont ils ché­rissent les causes.
    Écou­ter à la minute 6 :


    Eva Joly et Her­vé Kempf : Oli­gar­chie en France par rikiai

    Réponse
    • Ana Sailland

      Sauf qu’il pense peut être à une consti­tuante sans ma voisine.

      Réponse
    • joss

      Quelques sau­pou­drage de maquillage par ici et par là et hop, le sys­tème aura l’air un peu plus éthique. Un moment don­né, ils parlent de natio­na­li­ser les banques, c’est beau. Mais sans don­ner le pou­voir au peuple, on risque de bas­cu­ler dans le com­mu­nisme à la Soviet de Sta­line. Et cela ne sera pas mieux qu’au­jourd’­hui. Mais per­sonne ne parle de la 3ème voie, la voie (ou la voix) du peuple. On nous oppose tou­jours le com­mu­nisme de Sta­line et le capi­ta­lisme moderne en nous fai­sant croire que ce der­nier est démo­cra­tique. Mais ces sys­tèmes sont des oli­gar­chies. C’est le choix entre le mar­teau ou l’en­clume, entre la peste ou le choléra.
      Quand Wins­ton Chur­chill dit : « La démo­cra­tie est le pire sys­tème de gou­ver­ne­ment, à l’ex­cep­tion de tous les autres qui ont pu être expé­ri­men­tés dans l’his­toire. » Le simple mor­tel pense que le mot « démo­cra­tie » de Chur­chill repré­sente notre sys­tème « capi­ta­liste » tel que nous le connais­sons aujourd’­hui. Il ne pense pas une seconde que ce mot est un leurre et que la vraie démo­cra­tie a déjà pu être expé­ri­men­tée dans l’his­toire. Et elle est tout sauf une oligarchie.

      Réponse
    • Claude Saint-Jarre

      Bon­jour Étienne,
      Une petite expli­ca­tion svp sur la dif­fé­rence entre l’ac­cep­ta­tion de l’é­lec­tion des consti­tuants et la démis­sion d’é­crire nous-même notre consti­tu­tion ? Merci.

      Réponse
      • etienne

        Pas de dif­fé­rence : c’est la même chose 🙂

        Réponse
    • EFFAB

      « l’é­ma­na­tion du pou­voir éco­no­mique » (les poli­ti­ciens)… c’est trucullent ^^

      Réponse
  38. nlesca

    Mais c’est peut etre à cause de cette len­teur a ger­mer qu’il fau­drait, en paral­lele, evi­de­ment, pas­ser a un truc plus proac­tif. La des­sus Jacques Roman (je crois que c’est son nom) a rai­son : pour­quoi ne pas pro­fi­ter de la base du plan C et la faire evo­luer dans les ate­liers… qui avec un peu de bou­lot ‘d’ar­pe­gia­tion’ pour­rait accou­cher d’une très bonne consti­tu­tion et qui serait inde­nia­ble­ment d’o­ri­gine citoyenne. Apres le tirage au sort c est un outil, pas une reli­gion… qu’est-ce qui nous empeche de la redi­ger cette fameuse ? Pour­quoi attendre la saint glin glin pour tirer au sort ? On peut par­fai­te­ment ecrire quelque chose de concret et en faire la promo.

    Réponse
    • etienne

      Parce que ce qui compte, ce n’est pas « une bonne consti­tu­tion », mais plu­tôt « de bons citoyens », c’est-à-dire une myriade d’é­lec­teurs deve­nus consti­tuants ET tous prêts à pro­té­ger et défendre eux-mêmes leur constitution.

      Une bonne consti­tu­tion (écrite par une « avant-garde éclai­rée ») ne sur­vi­vra pas long­temps sans l’ap­pui quo­ti­dien de vrais citoyens (armés et déter­mi­nés, car ayant com­pris l’im­por­tance de leur consti­tu­tion dans leurs libertés).

      Réponse
      • nlesca

        Non mais ca d accord, loin de moi l idee d une avant garde eclai­ree… Je suis plus dans l idee d une arriere garde desin­te­res­see. Objec­ti­ve­ment les gens qui vont a tes ate­liers n ont pas vrai­ment la bave aux levres et les dents qui rayent le par­quet pour ten­ter le putch. L inter­et du tas c bien d avoir des gens qui ne pensent qu a l inter­et gene­ral et qui ne veulent pas spe­cia­le­ment gouverner.

        Super man ! T en a plein tes ate­liers des comme ca.

        Je te dis pas que c est for­ce­ment ca qui sera applique (et apres tout pour­quoi pas si ca marche et que c demo­cra­tique, on obeit bien a un truc ecrit par qua­si­ment un seul type pour un autre) mais je suis sur et cer­tain que pour cer­taines per­sonnes, voir une vraie solu­tion clef en main, appli­cable, demo­cra­tique, faites par les gens, juste ceux qui ont eu envie de par­ti­ci­per, et bien ils diraient peur etre oui, pour­quoi pas, essayons…

        Il sera tou­jours temps de tirer au sort d autres assem­blees consti­tuantes pour revi­ser le truc puisque c est pro­ba­ble­ment un des pre­miers trucs qu ob met­trait : le tas des constituants.

        Réponse
      • nlesca

        Ce que j essaie de dire c est que si le sce­na­rio que tu ima­gines est pro­ba­ble­ment le bon tu n en as aucune preuve, tu n as pas non plus de preuve que l option que je sug­gere, en plus, ne pour­rait pas mar­cher : on en sais rien. Je pense serieu­se­ment qu on devrait ten­ter plu­sieurs trucs en meme temps, on peut se le per­mettre, ca ouvri­rait peut etre des pers­pec­tives, qu est ce que ca coute d essayer ?

        Réponse
    • Ana Sailland

      Il ne faut pas confondre deux pro­jets entre­la­cés bien que distincts :

      • Pro­duire la constitution

      • Pro­duire les citoyens consti­tuants, ou les citoyens tout court.

      L’un s’ins­crit dans une volon­té de récolte immé­diate, l’autre est plu­tôt dans l’es­prit de la péda­go­gie ( auto­di­dacte en l’occurrence )

      • La démarche Jacques Roman, c’est pro­duire la consti­tu­tion en zap­pant pro­duire des citoyens. (-> infailli­ble­ment éli­tiste, non pas inten­tion­nel­le­ment mais de fait)

      • La démarche Étienne Chouard, c’est dif­fé­rer « pro­duire la consti­tu­tion » et se consa­crer en pre­mier à « pro­duire des citoyens ».

      La pre­mière démarche peut amé­lio­rer les ins­ti­tu­tions, c’est un fait, mais indui­ra une démo­cra­tie éphé­mère et facile à pul­vé­ri­ser, car il n’y a pas de démo­cra­tie sans une foule de citoyens vigi­lants et impliqués.

      La deuxième démarche peut aga­cer ceux qui sont nés sous le signe du bélier car elle est colo­rée de la patience du jar­di­nier qui ne tire pas sur les fanes des carottes pour les faire pousser.

      Mon point de vue est que les deux démarches peuvent ou doivent être menées simul­ta­né­ment, mais pas mélan­gées. Car si les citoyens qui s’en­gagent dans les ate­liers voient qu’un sous-groupe issu de leur mou­vance uti­lise leurs tra­vaux pour cimen­ter, voire aller plus vite qu’eux, ils risquent de se sen­tir inutiles.
      C’est tout le para­doxe de l’im­pul­seur immo­deste mais bien­veillant qui s’in­ves­tit à fond et anéan­tit la pul­sion contri­bu­trice d’autrui.

      Trop de pioche tue l’humus.

      Réponse
      • nlesca

        Je constate que l’on est plu­tôt du même avis, sauf sur un point.

        Si Jacques Roman veut effec­ti­ve­ment ‘zap­per’ l’é­du­ca­tion popu­laire, alors je pense qu’il se trompe là-des­sus, je ne l’a­vais pas vu dire ca, j’ai dû pas­ser à coté.

        Par contre, je ne com­prends pas pour­quoi des gens se sen­ti­raient inutiles si l’on uti­li­sait leur tra­vail consti­tuant, pour effec­ti­ve­ment ten­ter de com­po­ser une (ou plu­sieurs) pro­po­si­tions de constitutions.

        Je ne com­prends pas non plus en quoi cela serait mettre des coups de pioche dans l’humus.

        Pour moi, il s’a­gi­rait plu­tôt d’es­sayer de faire pous­ser des légumes avec cet humus qu’on prend tant de soin à essayer de pro­duire… Je vais même jusqu’à pen­ser que ces légumes, par leur acti­vi­té bio­lo­gique, auraient plu­tôt ten­dance à enri­chir l’hu­mus, voire à en aug­men­ter la production…

        Ne crai­gnez-vous pas que l’hu­mus lais­sé vierge de culture finisse par sécher ? Pour­quoi attendre pen­dant des lustres d’a­voir enri­chi toute la terre dis­po­nible, si tant est que cela soit réel­le­ment pos­sible sans rien culti­ver, pour com­men­cer à ten­ter de planter ?

        Non fran­che­ment, je vous écoute, je prends en compte votre argu­men­ta­tions mais jusque-là, je ne suis pas vrai­ment convain­cu. Pour­tant je ne pré­tends pas déte­nir une quel­conque véri­té, je suis dis­po­sé à chan­ger d’a­vis si un argu­ment me paraît objec­ti­ve­ment suffisant.

        Vous pen­sez que si on disait aux par­ti­ci­pants des ate­liers que leur tra­vail d’en­trai­ne­ment est sus­cep­tible d’être uti­li­sé pour du ‘pour de vrai’, ça les repous­se­rait ou gênerait ?

        Com­ment pou­vez vous en être aus­si sûrs ? Vous avez posé la ques­tion ? Vous avez essayé ?

        Ou, peut-être, crai­gnez-vous des effets per­vers qui met­traient en péril le tra­vail édu­ca­tif ? Tout d’un coup l’as­pect concret sté­ri­li­se­rait les ate­liers et sème­rait la ziza­nie ? Ce serait pas un excès de pru­dence un brin sclé­ro­sant de voir les choses de cette façon ?

        Je n’ai pas de cer­ti­tudes, mes ques­tions sont sincères.

        Et à quel moment la patience, qui semble être une ver­tu, qui l’est, prend en compte l’ur­gence du désastre envi­ron­nant qui semble s’ac­cé­lé­rer chaque jour ?

        Vous êtes sûr qu’on a le temps ? Il ne s’a­git pas de bâcler ou de déra­per vers des choses qui tra­hi­raient les objec­tifs de fond… mais on pour­rait peut-être, pru­dem­ment, essayer. Vrai­ment pas ?

        Réponse
        • nlesca

          Par exemple ne pour­rait on pas deman­der l auto­ri­sa­tion aux appren­tis consti­tuants de rap­por­ter le resul­tat de leur tra­vail dans une base de don­nées ?

          Si un groupe refuse, on res­pecte ce choix ; si il accepte, c’est qu il est d’ac­cord pour que le fruit de leur réflexion soit uti­li­sé par d’autres pour com­po­ser une consti­tu­tion… Un peu facon Open Source constitutionnel… 

          ce serait un super outil avec plu­sieurs pro­po­si­tions d’ar­ticles sur chaque sujet… 

          un tel outil serait d’ailleurs pro­ba­ble­ment pré­cieux pour de ‘vrais’ consti­tuant tirés au sort au len­de­main du ‘grand soir’…non ?

          Il y a un argu­ment objec­tif contre ca ?

          Réponse
          • Ana Sailland

            🙂 Cette base de don­nées est déjà ouverte et cha­cun y contri­bue ou pas 🙂

          • nlesca

            Super ! Je constate avec joie que l’i­dee d’une base de don­nees reu­nis­sant les articles redi­gés au cours des ate­liers afin de per­mettre d’e­ven­tuel­le­ment consti­tuer des pro­po­si­tions de consti­tu­tions a ete rete­nue par Etienne comme une pro­po­si­tion digne d’interet.
            Non pas qu’il faille abso­lu­ment l’a­val d’E­tienne pour prendre des ini­tia­tives, mais le fait qu’il ne soit pas oppo­sé a cette idee est tout de meme un argu­ment qui peut per­mettre d’ai­der a moti­ver les GV a concre­ti­ser cette idee.

            Je vais essayer de faire quelques recherches afin de deter­mi­ner quel serait la forme la plus appro­priee pour un tel outil.

            Mes com­pe­tences de web­mas­ter sont assez limi­tees, ce serait top que quel­qu un de plus com­petent que moi se penche aus­si la dessus…

            Je vais voir si le group fb des gv est reac­tif a la pro­po­si­tion, des que j ai le temps j essaie de lan­cer un appel sur le groupe.

            Si quel­qu un de motive tombe sur ce fil vous pou­vez me contac­ter sur mon pro­fil fb sur lequel j uti­lise le ridi­cule alias de Ace Banger.

          • nlescan

            Bon déjà bonne nou­velle, j’ai trou­vé le wiki actuel a savoir, le wiki gen­til virus dont je n’a­vais pas réa­li­sé l’existence.

            http://​wiki​.gen​tils​vi​rus​.org/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​/​A​c​c​u​eil

            Par contre il semble peu actif, j’ai tout de même noté que « Pierre Yves » semble s’être connec­té des­sus récemment.

            Il fau­drait deman­der à Pierre Yves ou a tout autre admi­nis­tra­teur com­ment pro­cé­der, peut être par la créa­tion d’une caté­go­rie « Pro­po­si­tion d’ar­ticle de loi consti­tu­tion­nelle » ? après quoi il suf­fi­rait d’al­ler sai­sir les articles résul­tant des ate­liers. Il fau­drait donc rap­pe­ler au cours des ate­liers l’op­tion d’al­ler sai­sir ses articles. Un sys­tème de « mots clefs » pour­rait per­mettre de faire res­sor­tir tous les articles trai­tant de tel ou tel sujet.

            en plus il y a déjà la consti­tu­tion d’E­tienne qu’il suf­fi­rait de copier col­ler articles par articles (en enle­vant les chiffres et en attri­buant des mots clef) pour avoir déjà une base.

          • nlesca

            Mer­ci pour les liens, en effet je n avais pas per­cu­té mais tout est la, c est excellent.

            Apres c est la maniere dont c est mis dans le wiki qui n est pas for­ce­ment opti­mi­see pour comparer/selectionner des articles mais c est faisable.

            Mer­ci !

        • Ana Sailland

          On a fait le tour et cha­cun se détermine 🙂

          Réponse
          • nlescan

            heu… dis donc t’es expé­di­tive ce soir, c’est quand t’as la flemme ça…

            Mais j’in­siste, il me semble évident qu’un tel outil, per­for­mant et bien pré­sen­té, serait d’une aide pré­cieuse pour le pro­jet démocratique.

            Le wiki ?

            Il n’est même plus acces­sible, à l’ins­tant ou je poste.

            En plus ça fait com­bien de temps qu’il n’a pas eu de contribution ?

            Au cours des ate­liers, disons des deux der­nières années, l’i­dée d’al­ler sai­sir les articles éven­tuel­le­ment rédi­gés as-t-elle été seule­ment évoquée ?

            Non, je lis les compte ren­dus, ce qui est évo­qué c’est que le résul­tat n’est pas vrai­ment impor­tant et que ce qui compte c’est la prise de conscience que c’est fai­sable accom­pa­gné d’une invi­ta­tion à s’ap­pro­prier le concept.

            Oui d’ac­cord, mais c’est bien un truc de prof ça…Moi je ne suis pas prof, je suis tech­ni­cien (en ce moment).

            Je consi­dère que le pro­duit de tous ces ate­liers est impor­tant voir précieux.

            Et puis fran­che­ment la der­nière fois que je l’ai vu en ligne, autant le conte­nu était très inté­res­sant, autant la forme était pas très web 2.0, c’é­tait plus web ‑351 av. JC…

            Je suis sûr qu’il y a un truc à faire et que ce ne serait pas si contrai­gnant et sur­tout très utile.

            Je suis per­sua­dé que par­mi les GV il y a la com­pé­tence de le mettre en place avec le niveau de qua­li­té requis.

            Je pense que si l’i­dée d’al­ler sai­sir le résul­tat de leur bou­lot était pro­po­sé aux groupes dans les ate­liers ça inté­res­se­rait des gens et qu’ils le feraient en ren­trant, ou même sur place avec un por­table ou un smartphone.

            Et en ce qui me concerne c’est sûr que je joue­rais aux légos avec tout ça pour me concoc­ter des pro­po­si­tions concrètes de consti­tu­tion parce que ça m’in­té­resse mais que je n’ai pas ce qu’il faut, ni en com­pé­tences, ni en légi­ti­mi­té, ni en éner­gie, ni en temps, pour en rédi­ger une com­plète seul.

            Je ne serais pro­ba­ble­ment pas le seul à jouer aux légos.

          • Ana Sailland

            « heu… dis donc t’es expé­di­tive ce soir » »> C’est mon choix.

          • nlesca

            Uhu… (ton peteux facon jour­na­liste tv) 

            Et sinon, ca inter­esse per­sonne ? une reponse sur le fond ? Un argu­ment solide pour ne pas faire ca ?

            Ou alors je suis tout seul a me débattre au fond d une impasse numé­rique avec pour seul témoins des gens qui ont la flemme de trai­ter mes objec­tions ? (C est peut etre pas evident en meme temps, ce qui signi­fie­rai que ma pro­po­si­tion n est peut etre pas mau­vaise, peut etre)

  39. etienne

    Com­ment recon­naître un antisémite ?
    (Là-bas si j’y suis, 26 février 2015) :

    http://la-bas.org/re-ecouter/les-emissions/2014–15/comment-reconnaitre-un-antisemite

    S’il y en a qui ont l’ha­bi­tude de trai­ter faci­le­ment leurs adver­saires poli­tiques de « fas­cistes » et qui se retrouvent là à se faire trai­ter (à leur tour) d’  »anti­sé­mites », cette hon­teuse calom­nie va peut-être les conduire à réflé­chir sur eux-mêmes et sur la per­ti­nence des éti­quettes infa­mantes exagérées ?

    Réponse
  40. etienne

    Compte ren­du de notre ren­contre à Bor­deaux, par Patrick Rödel :

    Crise de la démocratie
    Alter­na­tives au régime représentatif
    Ate­liers constituants

    La soi­rée-débat du 19 février a réuni 120 per­sonnes au Centre Hâ32 de Bordeaux

    • Intro­duc­tion par Étienne Chouard
    • Pique-nique citoyen tiré des sacs
    • Ate­liers constituants

    Le groupe giron­din du chris­tia­nisme social conti­nue sa réflexion sur la crise de la démo­cra­tie. Après avoir tra­vaillé sur l’histoire du gou­ver­ne­ment repré­sen­ta­tif, à par­tir de dif­fé­rents ouvrages qui abordent ce pro­blème (Manin, Chris­tin, Rosan­val­lon, van Rey­brouk…), il a fal­lu envi­sa­ger des solu­tions alter­na­tives aux dif­fi­cul­tés qui sont les nôtres. 

    C’est dans cette pers­pec­tive que le groupe a invi­té Étienne Chouard. Les thèses d’Étienne Chouard sont connues : il est favo­rable, dans cer­taines condi­tions, au tirage au sort de ceux qui auront la charge de gou­ver­ner – ce qui suf­fit géné­ra­le­ment à faire sor­tir de leurs gonds les pseu­do-spé­cia­listes de la science poli­tique – , il défend l’idée hau­te­ment sub­ver­sive que, devant la confis­ca­tion du pou­voir du peuple par une classe poli­tique lar­ge­ment inféo­dée à la finance inter­na­tio­nale, il convient que les citoyens se mettent à réflé­chir à la consti­tu­tion qu’ils sou­hai­te­raient éta­blir. Cette tâche est vitale si l’on ne veut pas que le pro­ces­sus consti­tuant soit sous la coupe de ceux-là même qui entendent exer­cer et conser­ver le pou­voir (ce qui est le cas depuis 1789). De là les ate­liers consti­tuants aux­quels Chouard nous convie à nous atteler. 

    Il y avait, ce soir-là, plus de 120 per­sonnes, jeunes pour la plu­part, qui avaient répon­du à son invi­ta­tion. Des jeunes fort éloi­gnés de nos propres réseaux (les­quels d’ailleurs brillaient par leur absence), tous pas­sion­nés par l’idée que l’on fasse appel à leur intel­li­gence, à leur créa­ti­vi­té et à leur sens des res­pon­sa­bi­li­tés pour sor­tir des ornières où nous nous enfonçons. 

    Chaque ate­lier était consti­tué d’une dizaine de per­sonnes qui plan­chaient sur les thèmes les plus divers, avec comme seul conseil de méthode de s’écouter mutuel­le­ment, de ne pas mono­po­li­ser la parole et de se fixer comme but la rédac­tion d’un ou deux articles d’une consti­tu­tion à venir. 

    Ils ont abor­dé le thème de la laï­ci­té, des médias, du contrôle des res­pon­sables par le peuple … et d’autres encore. Pas ques­tion ici de résu­mer ces dis­cus­sions : l’agora citoyenne l’a fait à par­tir des feuilles sur les­quelles ont été écrites quelques propositions-clés. 

    D’ailleurs, Chouard aide les par­ti­ci­pants à prendre conscience que l’essentiel n’est pas tant ce à quoi ils vont abou­tir, puisque d’autres ate­liers en d’autres lieux abou­ti­ront à d’autres pro­po­si­tions, que le fait d’entrer dans ce pro­ces­sus de réflexion col­lec­tive, que cette ini­tia­tion à la confron­ta­tion d’opinions qui n’a rien à voir avec les débats sté­riles et tru­qués qu’on montre à la Télé. Et il les incite à conti­nuer ce tra­vail sans lui. Quand je suis avec vous, dit-il, ça marche ; mais quand je ne suis pas là, votre enthou­siasme fai­blit ! C’est à vous qu’il incombe de pour­suivre la tâche ini­tiée. Nul culte du chef, ici, on le voit, nulle mani­pu­la­tion. Mais une édu­ca­tion réelle à la citoyen­ne­té com­prise comme reprise en main par les citoyens de ce pou­voir que tout, dans l’organisation poli­tique actuelle, vise à leur interdire. 

    Tous les jeunes qui sont là n’en sont pas, c’est évident, au même degré d’engagement poli­tique. Cer­tains sont dans des com­bats déjà très ciblés, au niveau local. Mais que veut dire « local » à l’époque d’Internet ? D’autres sont dans des mou­vances plus floues. 

    L’ambiance est cha­leu­reuse. L’épisode du pique-nique – parce qu’il fal­lait bien aus­si se nour­rir – a été magni­fi­que­ment orga­ni­sé par une petite équipe. Et la salle a été remise en ordre en un tour de main. Chouard dont la noto­rié­té est due à l’usage qu’il a su faire du Net, depuis son oppo­si­tion au trai­té euro­péen, et des réseaux sociaux, est en même temps un remar­quable pres­crip­teur de lec­tures. Il incite ses audi­teurs à bou­qui­ner aus­si bien Hen­ri Guille­min, un his­to­rien anti-confor­miste, que la dénon­cia­tion de l’Imposture éco­no­mique de Steve Keen ou une étude sur la guerre de 14, La grande guerre des classes de Jacques R. Pau­wels. Car il faut avoir des armes intel­lec­tuelles pour lut­ter contre les dis­cours domi­nants, parce que l’histoire réelle n’est pas celle qu’on nous a ensei­gnée, parce que l’économie se targue d’une scien­ti­fi­ci­té qu’elle ne pos­sède pas, parce que les inté­rêts des puis­sants ne sont pas ceux des peuples ; parce qu’il faut se tenir prêt pour les com­bats pré­sents et à venir. 

    À ses conseils, j’ajouterai, pour ma part, un article pas­sion­nant de Marion Rous­set, dans le sup­plé­ment du Monde, Culture et Idées, du 21 février 2015 sur « les mille visages des indi­gnés ». Et le bou­quin col­lec­tif diri­gé par Sophie Wah­nich, His­toire d’un tré­sor per­du, trans­mettre la Révo­lu­tion fran­çaise, que tout le monde a inté­rêt à lire. Pour ce qui est de notre groupe giron­din, nous rete­nons la leçon de cette soi­rée et nous pro­po­se­rons, dans les semaines à venir, de pour­suivre les ate­liers consti­tuants sous des formes que nous préciserons. 

    Patrick RÖDEL

    Source : http://​www​.chris​tia​nis​me​so​cial​.org/​s​p​i​p​.​p​h​p​?​a​r​t​i​c​l​e​470

    Réponse
  41. etienne

    Et un compte ren­du de notre ren­contre de Mul­house, par Patrice Weigel :

    À Mul­house, le prin­temps sera… démocratique !

    Étienne Chouard était à Mul­house le same­di 28 février, invi­té par Article 3 et les « gen­tils virus alsa­ciens ». L’événement était annon­cé non seule­ment sur les réseaux sociaux mais aus­si la presse locale et la confé­rence, pré­cé­dée d’a­te­liers consti­tuants, fut un franc suc­cès : envi­ron 250 per­sonnes étaient pré­sentes, dont une cin­quan­taine aux ateliers.

    Étienne Chouard, comme à son habi­tude, sou­li­gna la néces­si­té pour le peuple d’é­crire lui-même sa Consti­tu­tion (« ce n’est pas aux hommes de pou­voir d’é­crire les règles du pou­voir ») en dénon­çant les abus de pou­voir que per­met la Consti­tu­tion actuelle. Voi­là pré­ci­sé­ment le point de conver­gence entre nos deux orga­ni­sa­tions : les « citoyens consti­tuants » espèrent une pro­pa­ga­tion virale de cette idée à l’en­semble de la socié­té (d’où leur nom de « gen­tils virus ») tan­dis qu’Ar­ticle 3 reven­dique le réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive citoyenne en toutes matières, y com­pris CONSTITUTIONNELLE et de rati­fi­ca­tion des trai­tés. Ain­si, lorsque nous l’ob­tien­drons, nos conci­toyens auront déjà mené une réflexion appro­fon­die sur ce qu’est une Consti­tu­tion réel­le­ment démo­cra­tique et sau­ront quelles modi­fi­ca­tions sont néces­saires pour faire pré­va­loir l’in­té­rêt général.

    Les réac­tions n’ont pas tar­dé : « Je suis plus que content d’être venu hier (…) Mer­ci ! Main­te­nant, au bou­lot me dis-je. Car Chouard (quel bon­homme ! Un Gand­hi quelque part, toutes pro­por­tions gar­dées c’est enten­du !) m’a VRAIMENT convain­cu que l’on devait tra­vailler [à la Consti­tu­tion] chaque jour. » écrit Jean. Syl­vie nous invite à par­ti­ci­per à Alter­na­ti­ba au mois de juillet : « une impli­ca­tion de votre asso­cia­tion et l’or­ga­ni­sa­tion d’a­te­liers consti­tuants serait tout à fait inté­res­sante ». Alter­na­ti­ba est une ini­tia­tive visant à « chan­ger le sys­tème plu­tôt que de chan­ger le cli­mat », mais, ajoute Syl­vie, « tout cela peut être com­plé­men­taire et pour répondre aux dési­rs pro­fonds de cha­cun de chan­ger concrè­te­ment des choses dans sa vie et de se mettre en mou­ve­ment sur cette conver­gence, nous sou­hai­tons pro­po­ser à Alter­na­ti­ba des accroches très variées ; des ate­liers consti­tuants pour­raient col­ler com­plè­te­ment à cela… »

    Quant à David, il nous écrit : « Salut à tous et mer­ci pour l’or­ga­ni­sa­tion de l’é­vé­ne­ment de same­di ! Nous en sommes par­tis gon­flés à bloc si bien que j’ai eu l’i­dée de démar­rer un ate­lier consti­tuant vir­tuel sur ma modeste page Face­book, le Salon des Vrais Démocrates (…) »

    On le voit, cet évé­ne­ment a créé une vraie dyna­mique et pré­pare le ter­rain à la créa­tion d’un C.L.I.C. (Comi­té de Liai­son pour l’I­ni­tia­tive Citoyenne) car il est évident que la conquête du réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive citoyenne ne résul­te­ra que d’une large mobi­li­sa­tion de citoyens de tous hori­zons déter­mi­nés à prendre leur des­ti­née en mains. D’ailleurs notre péti­tion s’est enri­chie d’en­vi­ron 120 signa­tures sup­plé­men­taires (sur papier, donc pas visibles sur le site) et plu­sieurs per­sonnes ont adhé­ré à l’association.

    Des élus étaient invi­tés aus­si, seul un adjoint au maire de Mul­house, M. Patrick Puled­da, est venu. La ville affiche l’am­bi­tion de deve­nir un « ter­ri­toire hau­te­ment citoyen » depuis l’or­ga­ni­sa­tion d’un forum à l’au­tomne 2014 avec le jour­nal Libé­ra­tion et l’as­so­cia­tion démo­cra­tie ouverte qui est à l’o­ri­gine de la plate-forme Par­le­ment & Citoyens créée en février 2013.

    Nous avons été contac­tés par la muni­ci­pa­li­té dès le len­de­main de la confé­rence : « Comme vous le savez déjà, dans le cadre de l’é­vo­lu­tion de la démo­cra­tie locale mul­hou­sienne, des Conseils citoyens vont pro­chai­ne­ment se sub­sti­tuer aux Conseils de quar­tier. Ces Conseils qui ont voca­tion à don­ner la parole aux citoyens pour déve­lop­per des ini­tia­tives citoyennes, seront com­po­sés par tirage au sort sur des listes de volon­taires d’ha­bi­tants mul­hou­siens et d’ac­teurs de quar­tier. Le dépliant ci-joint vous pré­cise les pro­chaines échéances de leur mise en place et vous invite à vous por­ter can­di­dat, vous qui êtes par­ti­cu­liè­re­ment inté­res­sés voire impli­qués dans la vie locale. (…) Le ser­vice Par­ti­ci­pa­tion citoyenne reste à votre dis­po­si­tion pour toute pré­ci­sion. » Des réunions d’in­for­ma­tion sont pro­gram­mées fin mars – début avril.

    S’a­git-il d’ « oli­gar­chie par­ti­ci­pa­tive » (1) ou d’une vraie volon­té de démo­cra­ti­ser la vie poli­tique locale ? L’a­ve­nir dira si c’est le peuple qui a le der­nier mot, ou les élus. Si Mul­house vou­lait rejoindre le club des grandes villes réel­le­ment démo­cra­tiques, il lui suf­fi­rait d’ins­ti­tuer le réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive citoyenne com­mu­nal comme le per­met la loi du 13 août 2004.

    Quoi qu’il en soit, la ren­contre du 28 février a fait la démons­tra­tion d’une véri­table soif de démo­cra­tie dans notre pays, et comme le disait Vic­tor Hugo, rien n’est plus fort qu’une idée dont l’heure est venue. 

    Patrice Wei­gel.

    (1) Ce terme est en effet plus appro­prié que le pléo­nasme « démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive ». La démo­cra­tie est par­ti­ci­pa­tive par défi­ni­tion, cet adjec­tif est donc super­flu, et si on en a besoin, c’est pour « atté­nuer » une pra­tique oli­gar­chique c’est-à-dire où seul un petit nombre – les élus – exerce le pou­voir. C’est tou­jours mieux qu’une oli­gar­chie tout court, mais ce n’est pas la démocratie.

    Source : Article 3.

    Réponse
  42. Florence

    Les avant-der­nières vidéos relayées sont pas­sion­nantes et car­ré­ment boos­teuses, quoique pas­sant par la case grand stress et repo­sant la sem­pi­ter­nelle ques­tion de l’ac­cès à la liber­té, indi­vi­duelle et sociale accom­plies (citoyen­ne­té et consti­tu­tion­na­lisme ?) – sur une Terre luxuriante.

    A – Annie LACROIX-RIZ a l’art de ter­ro­ri­ser à bon escient.

    Son humour tein­té de sar­casme est joyeu­se­ment terrible…

    1 – Elle rap­pelle d’emblée le pro­jet Pétain comme lon­gue­ment pré­mé­di­té et pré­pa­ré soi­gneu­se­ment (ce que Hen­ri GUILLEMIN che­ville en tête dans ses confé­rences télé­vi­suelles sur le per­son­nage repous­soir en question).

    - Où l’on revient encore sur la fausse pro­blé­ma­tique du com­plot : para­noïa attri­buée si faci­le­ment au détrous­seur de chambres secrètes alors que ne serait-ce qu’un homme poli­tique un mini­mum hon­nête avoue que ce n’est pas la place publique qui est le siège des déci­sions mais les conci­lia­bules dis­crets, par exemple… (Cf Michel Rocard le bavard dans un docu­men­taire un peu ancien main­te­nant sur les ten­sions meur­trières en Nouvelle-Calédonie)

    2 – Elle sou­ligne la DETERMINATION des puis­sants de France depuis la Révo­lu­tion industrielle.

    « Et du monde d’au­jourd’­hui ? », est-on en droit de pour­suivre, évidemment.

    3 – Enfin, son savoir méti­cu­leux et four­ni (elle tutoie lit­té­ra­le­ment les acteurs his­to­riques clés de l’é­poque aus­cul­tée), cam­pé sur un avant-guerre qui débou­cha sur des ATROCITES après avoir tes­té de très vils ouvrages poli­tiques et sociaux, nous ouvre affreu­se­ment les yeux sur notre contem­po­rain et son avenir…
    Mer­ci de nous rame­ner à elle.

    Après vision­nage de la vidéo avec Alain COTTA : il est dif­fi­cile de dou­ter des ambi­tions des puis­sants et de leur manière de faire pour arri­ver à leurs fins : conser­ver et ampli­fier leur pou­voir et leurs possessions.

    Pou­voir et pos­ses­sions maté­rielles… et immatérielles.

    Je conseille à mon tour et doré­na­vant tou­jours, Nous, fils d’Eich­mann de Gün­ther ANDERS (la tech­no­lo­gie fai­sant des « miracles », bien­tôt la bio-tech­no­lo :ie, notre goût du meilleur (ou notre vani­té ?) nous aveu­glant par trop, le futur proche pour­rait être d’une som­mi­té réus­sie dans l’hor­reur : et je veux mar­te­ler que la pro­ba­bi­lii­té d’é­li­mi­na­tion des « inutiles », après les rétifs, est à sou­pe­ser d’un oeil aver­ti, en ces temps de roi-pro­fit : tout ne doit-il être rentable ? 

    Cha­cun ?

    Une bonne part de la masse au moins ?

    Sinon ?

    On agite avec de plus en plus de superbe l’i­dée d’une « sur­po­pu­la­tion » dans les médias.
    Elle y pour­rait se parer de l’é­vi­dence, du fait acquis, pour­tant grosse de son juge­ment intrinsèque. 

    Je trouve cette allé­ga­tion inouïe et par­ti­cu­liè­re­ment veni­meuse, aus­si ter­rible que les digres­sions sug­ges­tives d’An­nie Lacroix-Riz (si cette der­nière nous alerte au lieu d’emmêler notre sens de l’objectivité).

    Reve­nons à Sau­vy à la sau­vette ! Tous les argu­ments sont tou­jours à prendre, tour­nés comme ci, retour­nés comme cela, je le crains tant.

    Allons‑y le façon­ne­ment des esprits, en tous cas.

    Un contre-argu­ment néces­saire à cette allé­ga­tion : la bio­di­ver­si­té humaine et donc le nombre des ind­vi­dus humains sont des atouts. Aus­si simple que cela.

    Un terre pauvre, et recon­nue comme telle, est une terre sans bio­di­ver­si­té (à com­men­cer par celle des règnes miné­ral, végé­tal et ani­mal) si l’on tente le paral­lèle sans doute judi­cieux avec le règne humain (qui reste issu de la nature et bio­lo­gi­que­ment « gour­ver­né » encore lar­ge­ment par celle-ci).

    Qu’il y ait, cor­ré­lé, des limites quan­ti­ta­tives natu­relles ouvre immé­dia­te­ment la porte aux limites qualitatives…

    A nous de jouer ?

    Voyons plu­tôt com­ment nous nour­rir autre­ment que par l’a­gri­cul­ture inten­sive et des­truc­tive, par exemple. La per­ma­cul­ture sait faire, sur la base de la bio-diver­si­té jus­te­ment, et pas qu’elle, fort heureusement.

    Voyons com­ment vivre autre­ment ! Voyons com­ment vivre enfin ! Revi­sez l’op­pres­sant « droit » d’être au monde qui semble n’a­voir de cesse de se rétré­cir tout en s’affichant.

    Autre vidéos à venir.

    Nota : Eric ESCOFFIER parle dans d’autres vidéos de LATIFUNDISME fran­çais en cours d’intensification.

    Qui n’ob­serve pas l’a­gri­cul­ture risque de ne pas le savoir, en plus de l’in­croyable dif­fi­cul­té à trou­ver des par­celles et lieux de tra­vail en France, pour tout agri­cul­teur en herbe (ou super-for­mé ! Les for­ma­tions pro­fes­sion­nelles sont les lais­ser-pas­ser obli­gés et… insuf­fi­sants de notre temps) : ins­ti­tu­tions publiques blo­quées et mono­la­té­rales, faible nombre de pro­prié­taires jaloux de leur biens et tou­jours moins nom­breux, endet­te­ment déli­rant, hypo­thèques ban­caires en infla­tion, rachat d’ex­ploi­ta­tion en SA, etc..

    Sur la richesse des ana­lyses et syn­thèses per­ma­cul­tu­relles ou per­ma­coles encore : on trou­ve­ra avec le lien sui­vant, un docu­ment pdf assez expli­ca­tif de ce qu’est la per­ma­cul­ture, tan­dis qu’une vidéo autour de l’ex­pé­rience réus­sie et régé­né­rante de Robert HART est acces­sible en fin de billet.

    http://​per​ma​froid​.blog​spot​.de/​p​/​f​o​r​e​t​-​n​o​u​r​r​i​c​i​e​r​e​.​h​tml

    B – Ayant vu plus tard le très lumi­neux Yves VARGAS : nos com­pères ci-des­sus et le mou­ve­ment per­ma­cole relèvent assu­ré­ment d’une forme de rousseauïsme !

    MANDEVILLE est fort ! Et ROUSSEAU ne manque pas de luci­di­té et… d’idées.
    Yves Var­gas retrace une dis­cus­sion richissime.

    1 – Mais jeter à la pou­belle l’i­ma­gi­na­tion, la créa­ti­vi­té, le désir d’in­fi­ni (je ne joue pas la confu­sion et j’ai enten­du que « le désir est infi­ni », mais je com­plète l’as­ser­tion par l’un de ses aspects), etc… pour échap­per au lucre et à la course à l’i­mage-amour de soi : n’est-ce pas trop… fort de café ?

    Le pro­fil idéa­li­sé par Rous­seau d’un humain pri­vé de ces qua­li­tés est à mes yeux très gênant.

    Au même titre que cer­taines idéo­lo­gies du « tout orga­ni­ser » d’ailleurs, les­quelles peuvent concer­ner la per­ma­cul­ture (mal com­prise, j’es­père !) et plane sur le pro­jet rousseauïste.

    Si l »envie (assise sur l’a­mour-propre exa­cer­bé, selon l’a­na­lyse de Rous­seau par Yves Var­gas) sait faire tour­ner ces qua­li­tés humaines, ou au moins ces pro­prié­tés, pour res­ter neutre, dans un sens déri­soire et exploi­teur, ces der­nières sont autant des attri­buts humains carac­té­ris­tiques que de pos­sibles ver­tus, selon moi (d’un poten­tiel mer­veilleux même).

    2 – Aus­si sédui­sant est l’ex­po­sé d’Yves Var­gas qui témoigne de la per­ti­nence de l’a­na­lyse et de la cri­tique capi­ta­lis­tique au XVIIIe siècle, on ne peut s’empêcher de pen­ser à la théo­rie de René GIRARD sur le désir mimé­tique, lequel s’an­cre­rait très pro­fon­dé­ment dans la nature humaine, en toutes cir­cons­tances, même les plus banales (avec gra­dua­tions diverses sûre­ment). Le Chris­tia­nisme lui a réser­vé un sort, selon Girard tou­jours, et lui a consa­cré des idées de remèdes (grâce à cette facul­té humaine d’i­ma­gi­na­tion !), éga­le­ment inter­ro­geables aujourd’­hui (comme les thèses de Rous­seau donc).

    Et l’on peut réabor­der les sciences dites mémé­tiques (oui la mémé­tique, cela existe) déja entre­vues chez Etienne.

    3 – Toute la réflexion de Rous­seau sur l’OR­GUEIL, celui de PARAÎTRE, celui d’ÊTRE, dis­tinc­ti­ve­ment éta­blis par Rous­seau (selon Var­gas tou­jours), me mène, quant à elle, mise en pers­pec­tive avec la notion de RICHESSE (celle créée par les pay­sans jus­qu’au XVIII siècle), bien­tôt modu­lée en VALEUR (Adam Smith, tou­jours selon Var­gas) au FAIRE, et à sa pos­si­bi­li­té d’or­gueil (!), mais aus­si à sa dégra­da­tion contem­po­raine désastreuse.

    Si donc l’or­gueil est de notre nature humaine et s’hy­per­tro­phie par le paraître pour faire explo­ser l’o­pu­lence exploi­trice et l’in­jus­tice radi­cale (en plus de la des­truc­tion de la Terre), la cruelle absence de savoir-faire contem­po­rain saute à la figure, du moins dans les pays dits riches.

    Nous sommes dépen­dants et hyper-vul­né­rables pour nos besoins vitaux (euphé­misme en fait) : nous ne savons pas (plus) faire grand chose de simple et de direc­te­ment effi­cace à l’é­chelle indi­vi­duelle, et ne le dit-on pas assez de nos jours, à l’é­chelle natio­nale (fabri­ca­tions indi­vi­duelle, arti­sa­nale – en branle – et indus­trielle donc). 

    La réap­pro­pra­tion de capa­ci­tés humaines réel­le­ment pro­duc­tives fait écho aux pro­po­si­tions de Rous­seau – qui pleu­re­rait devant la réa­li­té actuelle -, par­court tout le dis­cours per­ma­cole (entre autres), tout en offrant une voie de puis­sance et d’or­gueil humains incom­pa­rable : celle d’a­gir, d’a­voir fait, trans­for­mé, enri­chi… valo­ri­sé ? le monde.

    Les déserts, créés par l’homme, sont trans­for­mables en ver­gers, Jean GIONO l’a déjà écrit (L’Homme qui plan­tait des arbres – il sème plu­tôt !), et aujourd’­hui, avec peu ou pas de tech­no­lo­gie, peu de tra­vail aus­si, c’est à por­tée de main.
    Libé­rant l’i­ma­gi­na­tion artis­tique, pour des scènes sans consé­quences désastreuses ? 

    Reste le cadre… étri­qué en com­pres­sion croissante.

    Place à la Consti­tu­tion et aux citoyens constituants ?

    Avec quels orgueils, être et faire en jeu ?

    Réponse
  43. binnemaya

    Escof­fier c’est qui ce type ? un gou­rou ? En tout cas il sait faire bos­ser les autres pour lui … voir les litiges qu’il a avec ses asso­ciés sur son extrac­teur de jus.
    Il me parait on ne peut plus louche ce type.

    Réponse
  44. etienne

    « ROUGES-BRUNS » ?

    Ala­la… Si les pha­ri­siens « chas­seurs-de-com­plo­tistes » débu­tants deviennent (à leur tour) chas­sés pour « com­plo­tisme », par les pros de la domi­na­tion (à coup de « proxi­mi­tés idéo­lo­giques », reni­flées, sus­pec­tées et dénon­cées), où va-t-on ?…

    »« Com­ment on devient « rouge-brun » pour Quatremer »
    Un article de Daniel Schnei­der­mann dans le jour­nal abu­si­ve­ment nom­mé « Libération »
    (sauf si l’on parle de la ‘libé­ra­tion’ des pro­fits des privilégiés…) :

    http://​rue89​.nou​ve​lobs​.com/​2​0​1​5​/​0​3​/​0​6​/​c​o​m​m​e​n​t​-​d​e​v​i​e​n​t​-​r​o​u​g​e​-​b​r​u​n​-​q​u​a​t​r​e​m​e​r​-​2​5​8​071

    D.S. : « c’est la pre­mière fois que je res­sens, dans ma chair, l’infamie de ce mar­quage. » (sic)

    Bien­ve­nue au club…

    Mon com­men­taire :

    À ce rythme, « rouge-brun » sera bien­tôt la cou­leur recon­nue d’une légion d’hon­neur de dis­si­dence authen­tique (contre l’Em­pire de Big Bro­ther)… Légion d’hon­neur attri­buée seule­ment par les vrais col­la­bos (pur jus).

    En entre­te­nant une confu­sion (bien réelle, celle-là) entre les démo­crates-liber­taires (rouges) et les fachos-auto­ri­taires (bruns), en fai­sant croire que les (très divers) oppo­sants à l’es­cro­que­rie par­le­men­taire sont « tous les mêmes » (« rouges-bruns », donc), en mélan­geant tout, les pro­fes­sion­nels de la poli­tique se débar­rassent com­mo­dé­ment de la cri­tique des démo­crates (qu’il était dif­fi­cile de dis­cré­di­ter sans cette calom­nie, sans cette confusion).

    Et bien sûr, tous ces pro­fes­sion­nels de la confu­sion accusent leurs cibles de « confu­sion­nisme » !…

    ‘manquent pas d’air…

    Réponse
    • Ana Sailland

      chouette 🙂

      Réponse
  45. J-Stéphane

    Réflexion consti­tuante ; la décen­tra­li­sa­tion est-elle d’in­té­rêt col­lec­tive, et la cen­tra­li­sa­tion d’in­té­rêt individuel ?

    Réponse
    • J-Stéphane

      Les classes sociales ne se forment-elles pas dès l’ins­tant où l’u­ni­ver­si­té se centralise ?

      Réponse
  46. Ronald

    La vidéo de la confé­rence de Mul­house est arrivée :
    https://​you​tu​.be/​a​I​9​T​a​G​I​v​ceI

    En voyant la durée, je me deman­dais ce qu’E­tienne pou­vait encore bien avoir à racon­ter en près de deux heures et demie. Je n’ai cepen­dant pas été déçu, en voyant que l’ex­po­sé et les échanges per­met­taient de bien cou­vrir l’en­semble des pro­blèmes, y com­pris les angles morts d’ex­po­sés anté­rieurs (voyez par exemple sur l’État, sur la créa­tion moné­taire, le fas­cisme, …). S’il n’a pas réponse à tout (inutile d’at­tendre qu’E­tienne vous guide vers la Lumière), on com­prend qu’il entend des objec­tions qui lui sont pré­sen­tées et qu’il tâche d’in­té­grer les points de fric­tions. C’est inté­res­sant d’a­voir une pré­sen­ta­tion un peu plus pous­sée, et je suis pour ma part pour la pre­mière fois d’ac­cord avec l’ensemble.

    Conco­mi­tam­ment, les réflexions de l’au­di­toire semblent elle aus­si plus « pré­pa­rées » et inté­res­santes. On aura eu une soi­rée d’a­ma­teurs de para­doxes logiques.

    Ain­si le pre­mier inter­ve­nant (1:08:00) fait remar­quer (en d’autres termes) que selon le modèle démo­cra­tique, pour obte­nir le pou­voir, le peuple doit être culti­vé et avoir le temps de s’in­for­mer ; or, pour avoir de la culture poli­tique et du temps de s’in­for­mer, il fut d’a­bord du pou­voir. La réponse d’E­tienne me semble judi­cieuse (je n’ai pas encore lu ce livre de Lasch mais je le ferai prochainement).

    Le second, Denis (1:14:15) m’a bien fait rigo­ler avec son anec­dote et sa conclu­sion : « Laquelle des deux Véri­tés Vraies est la Véri­té Vraie main­te­nant ? ». Mais je ne pense pas qu’il vou­lait réel­le­ment obte­nir une réponse sur la méta­phore de la chaîne, ce qu’il vou­lait faire remar­quer, c’est que les diri­geants poli­tiques uti­lisent des ana­lo­gies de bon sens pour convaincre le Bon Peuple du bien fon­dé de leur poli­tique, mais que si celle-ci néces­site un chan­ge­ment à 180 degrés, il peuvent tout à fait argu­men­ter le contraire de manière aus­si super­fi­ciel­le­ment séduisante.

    Je m’at­tar­de­rai plus sur l’ob­jec­tion d’un troi­sième membre du public. Quen­tin explique (1:40:15) que les Ate­liers Consti­tuants servent à pré­pa­rer l’en­semble des habi­tants à être des citoyens aptes à rédi­ger une consti­tu­tion pour être prêts « le jour où cela pète ». « Mais si on est prêts le jour où ça pète, pour­suit-il, ça veut dire que l’on est une majo­ri­té à être de cet avis, sinon cela ne fonc­tion­ne­ra pas. Or, si on est une majo­ri­té à être de cet avis, on n’est pas obli­gé d’at­tendre que ça pète, puisque si l’on est une majo­ri­té à être de cet avis le jour où ça pète, c’est qu’on l’est aus­si le jour avant. Dons, ce n’est pas une bonne idée d’at­tendre que ça pète. » Et les ate­liers consti­tuants ne sont pas utiles.

    Je n’ai jamais enten­du de réponse vrai­ment satis­fai­sante d’E­tienne à ce que je pour­rais appe­ler le « para­doxe de l’A­te­lier Consti­tuant », et qui peut prendre une autre forme, qui a déjà été expo­sée par cer­tains sur ce blog. On peut la résu­mer ain­si : « L’A­te­lier Consti­tuant sert à s’en­traî­ner à être membre de la Consti­tuante. Or, le jour où la Consti­tuante sera tirée au sort, soit les Ate­liers sont encore peu nom­breux, et la chance qu’un citoyen for­mé soit tiré au sort est infime. Soit les par­ti­ci­pants aux Ate­liers sont une majo­ri­té de la popu­la­tion, et le chan­ge­ment de régime dans un sens démo­cra­tique aura eu lieu déjà depuis long­temps (sous-enten­du par la voie des par­tis et de l’é­lec­tion). Par consé­quent, s’en­traî­ner dans des Ate­liers Consti­tuants est inutile. »

    La réponse est la sui­vante. Nous visons à l’é­ta­blis­se­ment d’un régime démo­cra­tique. Or, dans un tel régime, les citoyens sont for­cé­ment des « Citoyens Consti­tuants ». Dans l’A­thènes antique, la vie poli­tique fai­sait par­tie de la vie quo­ti­dienne tout court de cha­cun. Dans le régime de l’a­ve­nir, les habi­tants s’en­traî­ne­ront for­cé­ment à rédi­ger des articles de lois, les Ate­liers Consti­tuants seront géné­ra­li­sés (sous une forme ou une autre, et sans doute pas sous ce nom). Dans le cas contraire, le régime péri­cli­te­rait rapi­de­ment. Donc, si l’on croit à l’a­vè­ne­ment d’un régime démo­cra­tique, il faut croire à l’u­ti­li­té à un moment où un autre de la pra­tique de l’a­te­lier. A quel moment du déve­lop­pe­ment du phé­no­mène des ate­liers le chan­ge­ment de régime aura lieu n’a fina­le­ment que peu d’im­por­tance. L’ap­pa­rente contra­dic­tion (mais en fait il n’y a pas de para­doxes logiques qui se main­tiennent dans la vraie vie, il y a des crises qui se résolvent d’une façon ou d’une autre) vient du fait que la chro­no­lo­gie des évé­ne­ments reste incon­nue. La tran­si­tion se fera-t-elle très sou­dai­ne­ment, ou sera-ce un phé­no­mène pro­gres­sif ? Y aura-t-il de la vio­lence ? Cela advien­dra-t-il suite à une défaite mili­taire ? Y aura-t-il un rôle pour un « par­ti démo­cra­tique » ? Serons-nous très nom­breux ? Autant de ques­tions qui n’ont pas de réponse, et qui ne doivent pas en avoir, car si le régime actuel savait quand et com­ment se pro­dui­ra la chan­ge­ment, il s’empresserait de l’é­touf­fer (cfr Michèle Alliot-Marie qui avait vou­lu dans un pre­mier temps sou­te­nir Ben Ali, puis avait fait marche arrière sur­prise par l’am­pleur de la révolte tuni­sienne). Nous savons donc que nous devons à terme tous deve­nir des Citoyens Consti­tuants, mais la « révo­lu­tion ins­ti­tu­tion­nelle » se fera-t-elle quand nous serons 1 %, 10 %, 50 % ou 99 % à le vou­loir, cela on ne sau­ra qu’a­près , et  » Pour ce qui est du jour et de l’heure, per­sonne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul  » (Mt 24:36)

    Réponse
    • Ana Sailland

      un flash : le char­ta­lisme c’est un moteur à quatre temps temps :
      créa­tion, dis­tri­bu­tion, cap­ta­tion , destruction

      ?

      Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...

[Contre la tyrannie qui vient] Grand Appel et Marche pour défendre la Liberté

Chers amis, Sentez-vous que le temps est venu de prendre nos responsabilités pour défendre notre liberté ? Si ne disons jamais non aux pouvoirs abusifs, ils ne s'arrêteront jamais d'abuser : "tout pout pouvoir va jusqu'à ce qu'il trouve une limite" (Montesquieu)....