Judith Bernard : « Pour la souveraineté du peuple, contre la souveraineté du capital, une Assemblée Constituante tirée au sort »

4/10/2014 | 301 commentaires

En ren­trant de Lau­sanne, je découvre cet appel puis­sant, remar­quable, d’une femme cou­ra­geuse que j’ad­mire de plus en plus :

« Pour la sou­ve­rai­ne­té du peuple,
contre la sou­ve­rai­ne­té du capital »

Par Judith Ber­nard, comé­dienne, met­teur en scène, Journaliste

J’ai mar­ché pour la 6ème Répu­blique. J’ai signé pour la 6ème Répu­blique. Aujourd’hui j’écris pour elle.

Parce que la 5ème, comme les pré­cé­dentes, n’a pas per­mis qu’advienne la démo­cra­tie qu’elle était pour­tant cen­sée organiser.

Notre Consti­tu­tion actuelle ne nous a pas pro­té­gés de l’abus de pou­voir des diri­geants, lorsqu’en 2005 le « non » que le peuple avait oppo­sé au pro­jet de Trai­té Consti­tu­tion­nel Euro­péen a été mépri­sé, igno­ré, balayé par le Trai­té de Lis­bonne, celui-là nul­le­ment rati­fié par le peuple.

Notre Consti­tu­tion actuelle ne nous a jamais pro­té­gés contre les très puis­sants inté­rêts du capi­tal, que les gou­ver­nants se sentent mani­fes­te­ment tenus de ser­vir, puisqu’ils n’ont pris aucune des mesures de régu­la­tion de la finance et de contrôle du sys­tème ban­caire dont la crise des sub­primes de 2008 a pour­tant révé­lé l’impérieuse et urgente nécessité.

Notre Consti­tu­tion actuelle ne nous a pas pro­té­gés contre la cor­rup­tion des gou­ver­nants, dont les innom­brables « affaires » ont mon­tré qu’ils se per­ce­vaient comme au des­sus des lois et qu’ils uti­li­saient leur man­dat comme une oppor­tu­ni­té d’enrichissement per­son­nel, au mépris de l’intérêt général.

Notre Consti­tu­tion actuelle ne nous a pas pro­té­gés contre l’arbitraire d’une gou­ver­nance monar­chique, envoyant les forces mili­taires fran­çaises faire des guerres dis­cu­tables sans qu’elles soient jamais dis­cu­tées au Par­le­ment, cen­sé repré­sen­ter le peuple.

Notre Consti­tu­tion actuelle a confis­qué la Répu­blique au ser­vice d’une oli­gar­chie plou­to­cra­tique qui s’est mon­trée inca­pable d’œuvrer en faveur du bien com­mun, arbi­trant tou­jours trop tard, et sou­vent fort mal, les choix de socié­té qui s’imposent à nous à l’heure de l’urgence écologique.

Notre Consti­tu­tion actuelle n’a pas per­mis qu’advienne la démo­cra­tie, parce qu’elle ne s’est pas don­né pour pro­jet d’organiser la sou­ve­rai­ne­té populaire.

J’écris pour la 6ème Répu­blique, et pour qu’advienne enfin cette sou­ve­rai­ne­té popu­laire qui est le fon­de­ment de la démo­cra­tie. Il y faut une consti­tu­tion se don­nant réel­le­ment pour pro­jet de pro­té­ger le peuple des abus de pou­voir de ses gou­ver­nants, et orga­ni­sant une démo­cra­tie authen­tique, c’est-à-dire des ins­ti­tu­tions conçues par le peuple, pour le peuple.

Le peuple, c’est tous ; ce n’est pas eux, les élus de l’époque, qui ont assez mon­tré dans quel mépris ils tenaient la mul­ti­tude et l’intérêt géné­ral. Et ce n’est pas non plus moi, toute seule, avec mes pré­fé­rences et mes inté­rêts per­son­nels. Aus­si je n’ai pas à me pro­non­cer davan­tage sur ce que devra être cette 6ème Répu­blique que j’appelle de mes vœux.

Je n’ai d’idée que sur la manière dont cette Consti­tuante doit être convo­quée. Dans la mesure où ce n’est pas aux hommes de pou­voir d’écrire les règles du pou­voir, j’estime que ce n’est pas à des élus d’écrire la pro­chaine Consti­tu­tion. Ils seraient dans une évi­dente situa­tion de conflit d’intérêt, dont il faut abso­lu­ment se pré­mu­nir puisque c’est cette situa­tion-même qui a engen­dré la suite de Consti­tu­tions qu’a connues la France, conçues les unes après les autres en faveur des élites gou­ver­nantes plu­tôt qu’en faveur de la sou­ve­rai­ne­té populaire.

L’élection, dans son prin­cipe-même, favo­rise ce conflit d’intérêt : psy­cho­lo­gi­que­ment, elle met l’élu dans le sen­ti­ment de sa propre dis­tinc­tion, le convainc de sa supé­rio­ri­té dans l’arbitrage des déci­sions qui concernent la mul­ti­tude, et le pousse à ména­ger les condi­tions de sa propre pros­pé­ri­té dans le sys­tème ins­ti­tu­tion­nel qu’il orga­nise. Éco­no­mi­que­ment, elle le rend dépen­dant des puis­sances du capi­tal, car pour faire une cam­pagne poli­tique il faut de consi­dé­rables moyens, et le sou­tien des mass medias, eux mêmes assu­jet­tis aux logiques capitalistes.

Face à l’élection par le vote il y a la pos­si­bi­li­té de l’élection par le sort. Cette pro­cé­dure fait peur car elle est mécon­nue dans son prin­cipe, dans ses ver­tus, dans ses réa­li­sa­tions effi­cientes ici et là, actuel­le­ment, ailleurs sur la pla­nète. Elle fait peur aux élus sur­tout, ce qui se com­prend volon­tiers puisqu’elle dis­qua­li­fie les pro­cé­dures par les­quelles ils ont été distingués.

Et pour­tant, dans son prin­cipe, le tirage au sort est pro­fon­dé­ment démo­cra­tique : qui­conque croit dans le suf­frage uni­ver­sel admet que chaque citoyen dis­pose d’une voix, éga­le­ment légi­time que tout autre. Le suf­frage uni­ver­sel repose sur la recon­nais­sance de l’égalité des com­pé­tences : chaque citoyen, quels que soient son milieu, son opi­nion, sa for­ma­tion, est fon­dé à déli­bé­rer et arbi­trer les ques­tions qui concernent le des­tin collectif.

En l’état actuel de la vie poli­tique fran­çaise – abs­ten­tion mas­sive lors des consul­ta­tions élec­to­rales, biais de repré­sen­ta­tion média­tique orga­ni­sant la prime au FN, comme puis­sance spec­ta­cu­laire, ou aux par­tis conser­va­teurs (PS et UMP), pré­sen­tés comme le seul recours contre cette menace – il y a fort à parier que l’élection d’une assem­blée consti­tuante ne pro­dui­rait pas des résul­tats beau­coup plus pro­met­teurs pour la refon­da­tion d’une démocratie.

Le tirage au sort per­met­trait de contour­ner ces obs­tacles : il éman­ci­pe­rait la consti­tuante des pres­sions du capi­tal et de la repré­sen­ta­tion média­tique. Il pro­dui­rait une assem­blée sta­tis­ti­que­ment repré­sen­ta­tive de la socié­té fran­çaise, dans toute sa diver­si­té. Celle-ci pour­rait déli­bé­rer sans conflit d’intérêt, et n’aurait pas d’autre cri­tère à étu­dier, dans ses arbi­trages, que celui de l’intérêt géné­ral. Les jurys citoyens qui existent depuis plu­sieurs années, consti­tués sur la base du tirage au sort, ont par­tout fait la preuve de leur effi­cience ; de l’intelligence col­lec­tive qu’ils per­met­taient et des arbi­trages rai­son­nés, et rai­son­nables, qu’ils rendaient.

Le m6r, parce que c’est un mou­ve­ment, et non un par­ti, peut por­ter ce pro­jet d’une Consti­tuante tirée au sort, au moins en majo­ri­té sinon dans sa tota­li­té. Le m6r n’a pas d’autre direc­tion que celle que lui donnent ses signa­taires : il appar­tient aux démo­crates de s’en empa­rer, pour en faire un mou­ve­ment démo­cra­tique dans sa forme et dans son pro­jet. Il est une occa­sion his­to­rique de faire adve­nir cette sou­ve­rai­ne­té popu­laire à laquelle la mul­ti­tude aspire, et à laquelle il est évident qu’elle est désor­mais prête.

Judith Ber­nard.

Source : http://​www​.m6r​.fr/​2​0​1​4​/​1​0​/​s​o​u​v​e​r​a​i​n​e​t​e​-​d​u​-​p​e​u​p​l​e​-​c​o​n​t​r​e​-​s​o​u​v​e​r​a​i​n​e​t​e​-​d​u​-​c​a​p​i​t​al/

Le texte de la péti­tion dit :
« Je demande l’é­lec­tion d’une assem­blée constituante… »

Or, de notre point de vue (de GV), il est essen­tiel, non négo­ciable, que l’As­sem­blée Consti­tuante ne soit SURTOUT PAS élue par­mi des can­di­dats pro­fes­sion­nels de la politique. 

Alors ?

1) On peut signer pour une élec­tion sans can­di­dats (avec, en plus, une récu­sa­tion des éven­tuels pro­fes­sion­nels de la poli­tique, qui pour­raient être élus de cette manière et qui n’ont pour­tant rien à faire dans le pro­ces­sus consti­tuant, à aucun prix). 

2) On peut entendre élec­tion au sens ancien et large de dési­gna­tion : Mon­tes­quieu lui-même uti­li­sait par­fois le mot « élec­tion » pour évo­quer la dési­gna­tion par tirage au sort : on peut nous aus­si, encore aujourd’­hui, l’en­tendre comme ça et signer dans ce sens.

Si tous les gen­tils virus s’en­gagent dans ce mou­ve­ment en signant cet appel et en y défen­dant ensuite de toutes leurs forces l’i­dée fon­da­trice et cen­trale et nou­velle et pro­met­teuse du tirage au sort de l’As­sem­blée consti­tuante, il est pos­sible qu’on engage/facilite/oriente ain­si un mou­ve­ment popu­laire historique. 

La cou­ra­geuse Judith me donne sacré­ment de l’op­ti­misme et des forces pour essayer. 

Et vous ?

Faites pas­ser.

Étienne.

m6r.fr

Pour m'aider et m'encourager à continuer, il est désormais possible de faire un don.
Un grand merci aux donatrices et donateurs : par ce geste, vous permettez à de beaux projets de voir le jour, pour notre cause commune.
Étienne

Catégorie(s) de l'article :

301 Commentaires

  1. Bourgeois

    bra­vo enfin des per­sonnes sen­sées qui mettent des mots sur mes pro­fondes pensées

    Réponse
    • PATRIA O MUERTE !

      salut bourge ! Tu ne dois pas pen­ser beau­coup alors, pour te remettre en place par une femme (mi-comé­dienne, mi jour­na­liste ?), qui mélange démo­cra­tie et 6ème répu­blique… et qui habite Lausanne.
      C’est quoi la répu­blique déjà ?

      Réponse
    • Sandy

      Vous voyez Etienne, quand je vous disais que vous ne pou­viez pas rendre démo­crates des per­sonnes d’ex­trême droite.
      La seule chose qui les inté­ressent dans votre dis­cours, c’est tout le côté « tous pour­ris », tout le côté « anti républicain ».

      Réponse
  2. laura turco

    bon, alors, on com­mence quand ?

    Réponse
  3. Ana Sailland

    Ça m’é­ton­ne­rait que les rédac­teurs aient uti­li­sé le mot élec­tion dans le sens de Montesquieu.

    Ren­trer dans un truc qui ne me convient pas en espé­rant que les ini­tiants le modi­fie­ront me semble être très optimiste.

    Si j’ai bien lu, il y aurait dans les can­di­dats des poli­ti­ciens repen­tis. Mouais.

    Il est donc URGENT qu’on nous donne des pré­ci­sions sur le sens du mot « élec­tion » et le pro­ces­sus envisagé.

    Mal­gré mes objec­tions, ceux qui le veulent peuvent ten­ter le coup, on ne sait jamais, l’hon­nê­te­té peut faire des miracles, et Sieyes n’est pas dans le coup 😉

    Dom­mage qu’il n’existe pas une « signa­ture sous condition » .….……

    Réponse
  4. Remplaçant de Sandy

    Quelle nazi cette Judith !

    (M’ex­cuse, j’ai honte !)

    Réponse
    • Di Girolamo

      Je parle en mon nom propre sur ce blog : je suis Georges Di Giro­la­mo , ferme de Gran­dos 07 610 Lemps
      Ce genre de pseu­do et de remarque est attris­tant de connerie .
      Nous avons assez à réflé­chir et échan­ger sur des pro­blèmes sérieux pour ne pas tom­ber dans la bêtise crasse en agres­sant les gens et en les trai­tant de « pauvre con » comme j’ai lu dans un commentaire ,
      San­dy a don­né son point de vue , il est simple pour celui qui ne le par­tage pas de le dire et quand il le peut d’argumenter.
      Oui attris­tant tout ça , sur­tout sur un blog pré­ten­dant recher­cher la démo­cra­tie , c’est à dire le res­pect de l’autre .

      Réponse
      • Sandy

        Mer­ci.

        Réponse
    • EFFAB

      Pour­quoi « Rem­pla­çant de San­dy » ? le compte de San­dy a‑t-il été blo­qué ou voi­là un nou­veau com­parse qui vient là en rajou­ter une couche ?…

      Réponse
    • Remplaçant de Sandy

      @ Di Girolamo

      Je ne sais pas ce que vous culti­vez à la ferme de Gran­dos, mais appa­rem­ment, ce n’est pas l’hu­mour. San­dy nous a gavé pen­dant 3 jours et des cen­taines de lignes avec l’ex­trême-droi­tisme de Bric­mont sur un autre fil, d’où mon infâme incise dont de toute évi­dence vous n’a­vez pas bien per­çu le degré. C’est tou­jours le risque avec l’humour.
      Nous faire à par­tir de là une lourde leçon sur le res­pect de l’ex­pres­sion de cha­cun est bien ridicule.
      Alors voi­là, stop ze troll, je ne dirais plus rien à ce sujet pour ne plus me consa­crer qu’au vrai sujet pro­po­sé par Etienne (et sous mon vrai pseudo !).
      Bise à toi mon petit Georges.

      Réponse
      • Sandy

        Que l’on com­prenne bien, je vous ai gavé pen­dant 3 jours dans un autre sujet, donc vous impor­tez le sujet ici ?

        Fran­che­ment, heu­reu­se­ment que l’on ne meurt pas de la stu­pi­di­té, même de la plus extrême.

        Réponse
      • Di Girolamo

        J’ai pas mal d’hu­mour qui se trans­forme en humeur quand je suis face à la méchan­ce­té et sa sœur jumelle la connerie.
        Allez Bises .…EFFAB …ou RR ? Enfin .…ton vrai pseu­do quoi !

        Réponse
        • EFFAB

          ROUSSEAU pour les prin­cipes et ROBESPIERRE pour ces règles de conduite au plus pré­cis, au plus juste, appli­cables dans la vraie vie.
          EFFAB pour cette prise de conscience de Fabien, trans­fi­gu­ra­tion indi­vi­duelle d’une pen­sée, d’une volon­té… mais dites-moi, GIGI, et vous-mêmes, gent­le­man far­mer à la Vol­taire ou quelque tout nou­veau sta­tut et sup­plé­ment finan­cier en appoint à votre envi­ron­ne­ment ardé­chois ? tant de ques­tions que je me pose depuis ma décou­verte et mes ren­contres du Web… Bref

          Réponse
          • Ana Sailland

            Quand ça cas­tagne, j’ar­rive plus à suivre.

            C’est grave docteur ?

          • J-Stéphane

            Non, ça veut juste dire que tu es dans la caravane 😉

          • Di Girolamo

            Ana Sailland | 5 octobre 2014 at 12:50 |

            « Quand ça cas­tagne, j’arrive plus à suivre.

            C’est grave docteur ? »

            Tant qu’on doit suivre ‚ce n’est pas grave ANA .

            Mais si tu te fais agres­ser, toi, per­son­nel­le­ment par quel­qu’un qui manie le sous enten­du , tu ver­ras que sans être grave c’est très pol­luant ; la cen­sure ce n’est pas seule­ment empê­cher quel­qu’un de par­ler ; le déni­grer , pas­ser des vidéo hors sujet etc il y a beau­coup de sub­sti­tuts à la cen­sure directe.
            Bien que recon­nais­sant à Etienne de tenir un blog sur la démo­cra­tie et le pou­voir citoyen , je ne suis pas d’ac­cord avec lui et sur le fond et sur la méthode ; Etienne ne réponds pas ; et « EFFAB » agresse et sous entend ; on voit jus­te­ment arri­ver des com­men­ta­teurs quand « ca cas­tagne  » soit à l’ex­té­rieur du blog , soit en interne …quand il faut sor­tir les dra­peaux et défendre « la cause » ; le der­nier com­men­taire d’EF­FAB est puant : je cite :
            « mais dites-moi, GIGI, et vous-mêmes, gent­le­man far­mer à la Vol­taire ou quelque tout nou­veau sta­tut et sup­plé­ment finan­cier en appoint à votre envi­ron­ne­ment ardé­chois ? tant de ques­tions que je me pose depuis ma décou­verte et mes ren­contres du Web… Bref »
            ça veut dire quoi ça ?
            À la place de digi met­tez Ana et actua­li­sez avec la Haute Savoie , vous ver­rez que c’est tout sim­ple­ment dégueu­lasse et que ça pue .
            ça pue comme la cen­sure , c’est aus­si répugnant .
            Oui , fina­le­ment c’est assez grave .

          • Sandy

            Pour info, suite à mes pro­pos sur Bric­mont et l’ex­trême droi­ti­sa­tion d’E­tienne, j’ai reçu des menaces, une per­sonne m’a dit ouver­te­ment pour m’in­ti­mi­der qu’elle et plu­sieurs autres essayaient de retrou­ver ma trace sur inter­net via Google pour avoir ma véri­table iden­ti­té, per­sua­dées que je serais payé par l’UE et pour me faire taire.

          • EFFAB

            @ Ana Sailland | 5 octobre 2014 at 12:50

            à cha­cun ses com­pé­tences, ma chère ANA ^^ lais­sons donc alors le doc­teur à ses vrais malades quand il n’est là que ques­tion de mettre un terme aux des­seins ou autres inuti­li­tés logomachiques !

          • EFFAB

            Zut alors (pour ne pas dire P…) ! je répons par l’hu­mour et l’es­prit à ceci – « J’ai pas mal d’humour qui se trans­forme en humeur quand je suis face à la méchan­ce­té et sa sœur jumelle la connerie.
            Allez Bises ….EFFAB …ou RR ? Enfin ….ton vrai pseu­do quoi ! » – (Di Giro­la­mo | 5 octobre 2014 at 08:23) et voi­là que je devrais me taire tout en atten­dant des mots comme « agres­sion » et « cen­sure » à mon actif, cou­pable de ce que je ne suis pas…

            … là oui, ce n’est de tirage au sort dont nous avons besoin mais bien d’un vote pour nous dépar­ta­ger et voir ce qu’il en est au juste et quel qu’en soit le risque.

      • PATRIA O MUERTE !

        l’ex­trême-droite, le sio­nisme donc ?
        Mais Jean Bric­mont n’est pas sio­niste ! ( il est belge ! ahah. – enfin il ne dirait peut-être pas non plus qu’il anti-sio­niste, il n’i­rait pas jusque là – car il me semble qu’il ne l’a jamais dit d’ailleurs, mais on s’en doute d’a­près son positionnement)
        (toute façon les femmes sont chiantes faut s’y faire, sur­tout quand elles essaient de com­prendre des « trucs » !
        Elles essaient de par­ti­ci­per, faut être gentil :))

        Réponse
  5. Di Girolamo

    On nous demande de signer pour quelque chose qui n’est pas pré­ci­sé et sans qu’on puisse dire notre mot : il n’y a pas pos­si­bi­li­té de com­men­ter sur cet appel ; ça com­mence donc très mal !
    Ni « la Sixième Répu­blique » n’est pré­ci­sée , ni la stra­té­gie d’  »un mou­ve­ment » qui fait signer n’est mise à validation .
    Les belles paroles , tout le monde peut en dire .…. On est tous pour la démocratie !
    La pana­cée du tirage au sort ne résout rien du tout : le pro­blème n’est pas celui de ceux qui seront dési­gnés pour écrire la consti­tuante , mais sur­tout celui de la capa­ci­té et de la volon­té du peuple de se doter d’une nou­velle constitution .
    Quand une per­sonne a jeu­née très long­temps, on ne lui sert pas d’un coup un pou­let frite à volonté !
    Annon­cer que  » chaque citoyen, quels que soient son milieu, son opi­nion, sa for­ma­tion, est fon­dé à déli­bé­rer et arbi­trer les ques­tions qui concernent le des­tin col­lec­tif. » est une évi­dence pour un démo­crate ! mais si cette pra­tique est com­plè­te­ment désuète et que cela fait des années et des années que les citoyens ont désap­pris à déli­bé­rer et arbi­trer les ques­tions qui concernent le des­tin col­lec­tif …On fait com­ment ? Le pou­let frite ? Une consti­tuante et le tirage au sort ? grâce à « un mou­ve­ment  » concept vague der­rière lequel il y a bien des per­sonnes de chair et d’os qui en elles mêmes n »ont aucune légi­ti­mi­té à dire : voi­là il faut signer , on va tirer au sort et écrire une nou­velle constitution .
    Mais appa­rem­ment sur ce blog on est sourd ‚aveugle et muet ( oui muet Etienne ) dès qu’il s’a­git de ne pas défendre « LA CAUSE ».

    Réponse
    • Ana Sailland

      Le site : http://​www​.m6r​.fr/

      J’ai cli­qué sur quelques liens, et il me reste beau­coup de ques­tions. Beaucoup.

      Réponse
  6. EFFAB
    • Di Girolamo

      ça me ferait plai­sir de com­prendre pour­quoi tu places ici ce genre de doc ? Si on fai­sait tous comme toi , ce blog serait illi­sible et bon à jeter .Etienne a lan­cé un thème et nous invite à com­men­ter ..alors com­mentes et ne fais pas n’im­porte quoi ; res­pect mon gar­çon , respect .

      Réponse
      • EFFAB

        ‘Mon gar­çon’, ça fleure bon la cam­pagne ^^ au fait, quel âge as-tu mon ami ? moi j’ai 47 ans, je sais, je ne les fais pas vrai­ment, mon ascen­dant Peter Pan, je présume.
        En véri­té, tout le monde ne fait pas comme moi comme j’ai connu des périodes (somme toute récentes puisque je me suis invi­té ici que cou­rant 2013) d’é­changes et de réflexions sur ce blog très pro­lixes ou très ins­pi­rées, c’est selon, où nous étions deux trois quatre à ali­men­ter en jolies images ces fils et ces débats…

        … tu fais bien de me rap­pe­ler à l’ordre, que ne l’ai-je fait moi-même à l’en­contre de ce cher SISSI, mais que je te ras­sure, je sais très bien, le plus sou­vent (je puis me trom­per, j’en suis bien conscient), ce que je fais, dans quel des­sein et à quel niveau, et crois bien que je serais le pre­mier à ne point « faire n’im­porte quoi » si la loi du nombre m’in­vi­tait à plus de retenue.

        Bref, si tu ne sai­sis pas le pour­quoi de ces liens ici et là, il ne m’ap­par­tient pas non plus à moi de t’ex­pli­quer ce que tu ne peux pas voir ou res­sen­tir par toi-même, ou alors tu le fais exprès et il me semble bien, d’ailleurs, y avoir déjà fait une ou deux allu­sions… c’est pour­quoi, avant de m’in­vi­ter au res­pect, aus­si ami­cal et fleur des champs que ce « gar­çon » de mes oncles et de mon enfance puisse être, tourne bien ta langue et tes remarques à mon encontre : je ne suis pas SANDY, je ne suis pas un TROLL et crois bien que si ETIENNE était un impos­teur je serais le pre­mier à lui faire son compte.

        RR

        Réponse
      • Sandy

        J’ai déjà sou­le­vé le pro­blème, car en plus le char­ge­ment des vidéos ralen­tit le char­ge­ment de la page, et il faut des plombes à mon navi­ga­teur pour les afficher.

        Réponse
      • EFFAB

        Tu es bien le seul ou l’un des rares à t’en plaindre, toi qui ramène la contes­ta­tion sur bien des formes et des fonds, aux anti­podes des visées, des idéo­lo­gies et des ambi­tions démo­cra­tiques et, for­cé­ment, anti par­ti­sanes de ce blog… il est cer­tains que si nous adop­tions tes façons de faire et cette achar­ne­ment récur­rent en d’autres endroits nous serions ou bien trai­tés de pro­sé­lytes ou des pires fas­cistes ou gau­chistes qui soient !

        Tu es pathé­tique ! tu es sur­tout malin à pro­fi­ter de cette liber­té d’ex­pres­sion totale qui confond liber­té de s’ex­pri­mer et ces non-limites qui font pour­tant tant de mal et de tort à la poli­tique et à nos socié­tés modernes, per­ver­ties non pas tant par vice mais à dessein.

        Réponse
        • Sandy

          Si je suis l’un des rares à m’en plaindre, nous sommes sur­ement nom­breux à subir le même désagrément.
          C’est pénible d’a­voir à attendre le char­ge­ment de toutes vos vidéos, dont la plu­part n’ont rien avoir avec le sujet, afin de pou­voir lire la page et par­ti­ci­per aux dis­cus­sions, cela devient même un véri­table cal­vaire quand il faut retrou­ver un mes­sage et faire défi­ler la page.

          Pour le reste, tu ne rates visi­ble­ment aucune occa­sion pour me calom­nier, c’est juste du harcèlement.

          Réponse
          • Ana Sailland

            Tu as essayé d’autres navigateurs ?
            Une option pour ne pas lire les vidéos ?
            Un navi­ga­teur avec lec­teur et un autre sans .….…..

            te fâche pas, la vraie vie c’est pas ici.

          • Sandy

            Ana, je suis admi­nis­tra­teur réseau, ce n’est pas une ques­tion de navi­ga­teur, c’est bien le char­ge­ment des vidéos qui est la cause des ralentissements.

          • J-Stéphane

            Bien… mais est-ce la cause ou la consé­quence, pour­quoi sur le site YOUTUBE il n’y a pas ce pro­blème de chargement ?

          • Sandy

            Sur le site de you­tube tu ne télé­charges pas de vidéos, tu télé­charges seule­ment un aper­çu, une image.
            Et tu remar­que­ras que pour encore plus opti­mi­ser leur site, tu ne télé­charges que les images qui sont dans la par­tie visible du navi­ga­teur, si tu fais défi­ler la page vers le bas tu ver­ras que les images seront télé­char­gées à la volée ( elles appa­raissent en même temps que tu des­cends dans la page ). Cela réduit ain­si la quan­ti­té de don­nées à télé­char­ger à l’af­fi­chage de la page.

            Fais le test :
            Si tu cliques sur une image cela te conduit à la page de la vidéo, cela ne lance pas la vidéo. Et une fois sur la page, là tu peux regar­der la vidéo.

            Ici sur le blog tu télé­charges la vidéo au moment du char­ge­ment de la page car elle est incrus­tée à la page, elles sont télé­char­gées sur ton disque dur, vers le réper­toire qui contient les fichiers tem­po­raires inter­net plus précisément.
            Et pour une rai­son que j’i­gnore qui vient sur­ement d’un manque d’op­ti­mi­sa­tion du blog, tu es même ralen­tit quand tu fais défi­ler la page … Comme si tu re-télé­char­geais qqchose à chaque fois que tu te sers de la molette de ta souris.

          • Sandy

            Ou alors c’est un effet d’op­tique, sim­ple­ment parce que cer­taines vidéos ou par­ties de la page n’ont pas encore été télé­char­gées, là cela ne le fait pas sur ce sujet.

          • RST

            Je ne suis pas admi­nis­tra­teur de réseau et je confirme que je n’ai aucun pro­blème de char­ge­ment des vidéos sur ce blog avec Fire­fox. Il suf­fit d’u­ti­li­ser le lugin qui per­met d’empêcher ou d’au­to­ri­ser les char­ge­ments à volonté.
            Comme quoi, il n’y a pas qu’en terme de liber­té d’ex­pres­sion que San­dy fait la preuve de son incom­pé­tence. En réseau aus­si, visiblement 🙂

          • Sandy

            Ce ne sont pas aux autres uti­li­sa­teurs qui viennent consul­ter ce blog de bri­der leur navi­ga­teur, c’est à ceux qui postent des vidéos incrus­tées d’ar­rê­ter cette pra­tique par res­pect pour les autres …

          • EFFAB

            Ce gigan­tesque hôpi­tal, comme tou­jours, qui se fout de l’in­cen­die ! Oups ! lap­sus… 110

            ^^

          • Sandy

            J’sais pas c’est une ques­tion de savoir vivre. En plus on ne vous demande même pas de ces­ser tota­le­ment, juste d’ar­rê­ter le flood et les digres­sions, c’est pas 1 ou 2 vidéos qui gènent, c’est quand il y a en 7 ou 8.

          • EFFAB

            SISSI, t’es vrai­ment mal placé(e) pour par­ler savoir vivre et exi­ger de telles requêtes…

            si si si si si, Citoyen, si j’é­tais toi, je m’en­tou­rais d’une ou de deux per­sonnes de confiance, tels des secré­taires ou des Gen­tils Virus te secon­dant, tra­vaillant avec toi dans tout ce fatras quo­ti­diens de don­nées et de paroles… ou SInon l’en­ne­mi aura tou­jours cette lon­gueur d’avance

            à bon entendeur…

            PANTURLE

        • Ronald

          Si il faut le signa­ler, oui, Effab, moi aus­si ça me casse les pieds ces dizaines de vidéos par fil de dis­cus­sion qui font qu’il me faut chaque fois deux minutes pour l’ou­vrir. Mais bon, je pense com­prendre que la poli­tique édi­to­riale d’E­tienne, c’est aus­si de voir com­ment ça se passe quand on laisse un maxi­mum de liber­té de publi­ca­tion à tout le monde.

          Réponse
          • EFFAB

            Je suis déso­lé, RONALD, je n’ai pas ce pro­blème de temps d’at­tente, ce qui explique un peu cela… après, on peut s’or­ga­ni­ser, par exemple, quand il m’ar­rive de trier, lire, vision­ner des nou­veau­tés, des noti­fi­ca­tions et par­fois de crou­ler sous le nombre et le peu de temps impar­ti, je pro­fite de lire un com­men­taire sur un fil pen­dant que ce temps d’at­tente veuille bien répondre à mon désir… mais je suis bien d’ac­cord avec vous, à savoir qu’il peut être « aga­çant » d’être aus­si limi­té dans le temps et l’es­pace quand il y aurait tant à faire et sans plus attendre… bref, le Poli­tique sera tou­jours tri­bu­taire du Phi­lo­so­phique, que k’on soit ou non d’accord.

            J’ap­pré­cie beau­coup quant à moi ces décou­vertes en images que d’autres me pro­posent, bien heu­reux d’en prendre connais­sance… comme je puis trou­ver aga­çant pour d’autres tout ce qui peut m’a­ga­cer moi-même, ne serait-ce que la rhé­to­rique abra­ca­da­brante d’un SISSI ou d’un San­dy, si vous pré­fé­rez… ce pour­quoi je saute nom­breux de ses com­men­taires aujourd’­hui_­faites-en autant à mon encontre si cela vous saoule à ce point, c’est tout ce que je puis vous dire.

            Encore une petite chose : si vous ça vous casse les pieds, moi, le SANDY, c’est les couilles ! (avec l’ac­cent du Sud-Ouest c’st plus sympa)

          • Sandy

            Effab si tu veux par­ta­ger des vidéos sur les thèmes poli­tiques ou de socié­té, il y a des sites pré­vus pour ça comme Ago​ra​vox​.tv.

          • Ana Sailland

            San­dy, on va pas se pri­ver rien que pour toi.
            Il y a des solu­tions à TON problème.

          • Sandy

            Visi­ble­ment ce n’est pas que mon pb …

          • EFFAB

            Mais à force TON pro­blème devient un peu le NôTRE

            toi qui aurais tout inté­rêt à convaincre ailleurs des gens de droite ou d’ex­trême droite à tes idées de gauche, et non pas t’en­tê­ter mor­di­cus à vou­loir convaincre de vrais Démo­crates à vou­loir voter tout en les déni­grant sur leur propre terrain ^^

          • Sandy

            Tu te méprends mon cher EFFAB. Je n’es­saie pas de te convaincre, cela fait long­temps que je sais de quoi il en retourne te concer­nant. Un beau petit facho qui veut faire taire les gens et qui les insulte et les har­cèle dès lors qu’ils ne par­tagent pas ses opi­nions délirantes.
            Tu n’as abso­lu­ment rien d’un démocrate.

          • EFFAB

            Tu me ras­sures, « facho » dans ta bouche est tout aus­si mon­naie cou­rante qu’une inep­tie de langage !

        • J-Stéphane

          Si vous vou­lez de la démo­cra­tie, il faut com­men­cer par démo­cra­ti­ser vos expressions.

          Certes les vidéos ralen­tissent le char­ge­ment des pages, mais elles ont l’a­van­tage de tou­cher le plus grand nombre (démo­cra­ti­sa­tion), alors que les longs com­men­taires ( tous ayant un inté­rêt cer­tain ) touchent un plus petit nombre, car là, le char­ge­ment est à la charge du lecteur. 😉

          Per­son­nel­le­ment, je pré­fère que ce soit mon ordi­na­teur qui charge, ça me per­met pen­dant ce temps de faire d’autres choses. L’i­déal serait que les sujets soient sur des pages de 10, 15 ou 20 commentaires.

          Réponse
          • EFFAB

            Oui, c’est exac­te­ment ça – « Per­son­nel­le­ment, je pré­fère que ce soit mon ordi­na­teur qui charge, ça me per­met pen­dant ce temps de faire d’autres choses. L’idéal serait que les sujets soient sur des pages de 10, 15 ou 20 com­men­taires. » -, quand nous ne maî­tri­sons plus la tech­nique, la Science ou sommes débor­dés par la tech­no­lo­gie, pos­sé­dant les outils les plus per­for­mants au monde et la com­mu­ni­ca­tion la plus ins­tan­ta­née, la plus docu­men­tée, mais inca­pables que nous sommes ou bien mal­adroits dans leur uti­li­sa­tion et cette opti­mi­sa­tion pro­por­tion­nelle à nos ambitions.

  7. Ronald

    Mouais, bof, une ini­tia­tive que l’on a de droit d’ac­cla­mer, mais pas de com­men­ter ou cor­ri­ger, ça sent déjà mau­vais à la base. Visi­ble­ment, on peut signer la péti­tion, mais pour faire une « décla­ra­tion » comme Judith Ber­nard, il faut être dans les « hap­py few » (écri­vains, cinéastes, uni­ver­si­taires, …), mys­té­rieu­se­ment sélec­tion­nés par un comi­té d’or­ga­ni­sa­tion ano­nyme, selon des cri­tères obscurs …

    Réponse
    • Katharina

      voi­là, c’est exac­te­ment ce que je disait plus haut …

      Réponse
  8. annick

    excellent texte, mais la conclu­sion avec une demande d’é­lec­tion déclenche pour moi un signal d’a­larme, qui dit élec­tion dit cam­pagne ou pro­pa­gande ou clan peu importe le nom qu’on leur donne, qui dit cam­pagne dit culte de la per­sonne, vedet­ta­riat, tout ce qu’il fau­drait lais­ser der­rière nous…
    Dommage

    Réponse
  9. Sandy
    • Katharina

      je ne suis pas de votre avis. Pour moi, l’é­mis­sion avec Judith Ber­nard, que vous avez mar­quée, je sais pas moi, il y aun côté fille bien édu­quée qui a quelque chose à dire qui lui tient au coeur. Per­son­nel­le­ment, il y a tel­le­ment eu de gens un peu ou même beau­coup poseurs, je suis sûre qu’il ne faut plus de lea­ders qui expliquent le monde au soi-disant non-savants.
      Je suis vrai­ment convain­cu qu’il y a beau­coup de gens TRES inté­res­sants et que l’a­ve­nir d’une autre forme de vivre ensemble est dans LIER au lieu de RASSEMBLER.

      Réponse
  10. Katharina

    Bon­jour,
    je suis d’ac­cord avec ce qu’é­crit Judith Ber­nard en gros, mais elle n’est abso­lu­ment pas comé­dienne, la Judith, elle est ENARque.
    Ce que j’a­dore de loin dans tout ce qui est pro­po­sé par Etienne et par un trés grand nombre de gen­tils virus, c’est l’i­dée de par­tage et d’a­gir. Vous aviez tou­jours dit qu’on aura pas besoin de guides, de grands dis­cours, de grands appels pour « les masses ». Vous aviez tou­jours dit, qu’on ne sui­vra pas des tri­buns, mais qu’on ira faire des choses direct, concret. Per­son­nel­le­ment je pré­fère, per­son­nel­le­ment je n’aime pas les grands mises en scènes d’ap­pels soi­gneu­se­ment arti­cu­lés, rédi­gées, retra­vaillées, per­son­nel­le­ment j’a­dore la facon claire et modeste d’E­tienne Chouard d’a­van­cer les choses.

    Réponse
    • rougecoquin

      Ma chère, vous dites des sottises.
      Si j’en crois wikipedia :
      – Judith Ber­nard a joué dans, et mis en scène, une quin­zaine de pièces de théatre ;
      – Judith Ber­nard n’est pas ENArque. Elle est diplô­mée de l’E­cole Nor­male Supé­rieure, qui n’a RIEN A VOIR avec l’E­cole Natio­nale d’Administration.

      Réponse
      • Katharina

        rou­ge­co­quin, éton­née du ton « ma chère », « sot­tises » etc – dépla­cé dans mes yeux – pour moi, si c’est ENA ou juste ENS, c’est tout à fait le même esprit. J’ai par­lé de ca. Pour moi, il serait pour­tant inté­res­sant de dis­cu­ter au lieu de corriger.
        Je n’ai pas dit, ce que Judith Ber­nard a dit, n’au­rait pas de valeur.
        Mais quand il y a tout un coup un « lea­der », une atti­tude appa­raît que je ne trouve pas utile. Si vous n’êtes pas de mon avis, vous n’êtes pas de mon avis.
        Je ne pense pas que c’est néces­saire. Et je me méfie des appels du grand style. Je suis convain­cu que la force de ce que Etienne Chouard et les gen­tils virus ont com­men­cé est la dis­cré­tion, la malice, l’in­tel­li­gence et l’hon­nê­te­té bien sûr. Mon com­men­taire a par­lé de ce point.
        Puis un être humain n’est pas auto­ma­ti­que­ment « comé­dien » s’il monte sur scène quelques fois.
        Mais il faut du cou­rage, et de la malice. Et ca, n’im­porte le back­ground. J’ai cru recon­naître dans cet appel le dis­cours bien tra­vaillé que – per­son­nel­le­ment – je ne vois pas nécessaire.
        Vous n’êtes pas obli­gé d’être de mon avis.

        Réponse
    • Sandy

      @ Katha­ri­na on ne peut chan­ger les choses qu’en s’or­ga­ni­sant et en se ras­sem­blant. Il y a un temps pour la réflexion et la dis­cus­sion, mais à un moment il faut aus­si agir et bous­cu­ler l’ordre éta­blit, vous ne pen­sez pas ?

      Réponse
      • Katharina

        San­dy,
        je ne suis pas convain­cu du moyen appli­qué « appel ». J’ai dit ca clai­re­ment, je pense, non ?

        Réponse
        • Sandy

          Mais dans ce cas, com­ment ras­sem­bler les gens ? Ne faut-il pas défi­nir d’a­bord ce que l’on défend avant d’es­pé­rer à ce que d’autres, par­ta­geant les mêmes idées, vous rejoignent ?
          Quelle méthode fau­drait-il uti­li­ser selon vous ? Et avez-vous des exemples concrets de sa réussite ?

          Réponse
          • katharina

            San­dy, mais je l’ai déjà dit : l’i­dée d’E­tienne Chouard me pas­sionne, et ca marche. D’a­près ce que j’ai com­pris, on met des gen­tils virus par­tout, on n’ar­rête pas d’en par­ler per­son­nel­le­ment à d’autres gens, à par­ta­ger et à dis­cu­ter l’i­dée, et ensuite à sur­mon­ter le cap de voir plus clair, de recon­naître les matrix, d’ap­prendre com­ment les sur­mon­ter. J’a­dore l’i­dée de se LIER au lieu de se RASSEMBLER. J’aime l’ac­tion, le chan­ge­ment direct, on com­mence par ce qui nous entoure. C’est facile de chan­ger les choses, de se com­por­ter dif­fé­rem­ment, de com­prendre. Ca ouvre tout de suite des voies. Puis ca évite de se sen­tir au-des­sus de quel­qu’un qui ne ferait pas par­tie du ras­sem­ble­ment. Je suis pro­fon­dé­ment convain­cu qu’il faut s’exer­cer d’a­bord dans l’i­dée de vivre sans « maîtres » comme a dit dans un inter­view magni­fique Etienne Chouard. Déjà on voit des gens comme Séné­chal, qui veulent abso­lu­ment rien entendre par­ler de l’i­dée du tirage au sort. Donc y a encore du tra­vail AVANT le ras­sem­ble­ment. Du tra­vail que l’i­dée pousse er se trans­mette dans le quotidien.

  11. Sam

    « Sur un mal­en­ten­du… » (in Les bron­zés font quek­chose)

    Le 4 février à Ver­sailles, tu croyais être venu pour récla­mer la sor­tie de l’UE et mena­cer des salo­pards s’ap­prê­tant à vendre le peuple, une bande orga­ni­sée que tu croyais enfer­mée dans le châ­teau des rois Louis ; tu trouves à la tri­bune une bro­chette de star­lettes qui hurlent tous inva­ria­ble­ment (sur fond de tech­no-à-manif émise par un camion à bro­chettes-à-manif) que « nous sommes la gauche, ici ras­sem­blée contre la droite »… cette der­nière étant par­quée bien loin du châ­teau, der­rière un rideau de CRS récla­mé par la gauche pour lui inter­dire de se joindre à la manif historique. 

    J’ai com­pris ce jour là que les traitres étaient tout autant devant les grilles de la grosse bâtisse que der­rière. C’est là, faut croire, que le par­cours d’un 110 et le mien se sont mis à diver­ger quelque peu. J’ai com­men­cé par quit­ter Attac en cou­rant, j’a­vais suf­fi­sam­ment côtoyé sa nou­veaux diri­geants et échan­gé avec ceux des mili­tants de tous ses bases qui s’accrochaient encore au navire, pour savoir que le consen­sus d’une « autre Europe » n’é­tait plus dis­cu­table. Une « autre Europe » confé­dé­rale de sur­croit, natu­rel­le­ment, par construc­tion (j’a­vais moi-même été char­gé de co-rédi­ger, avec un Autri­chien véri­ta­ble­ment fédé­ra­liste comme je l’é­tais moi-même jusque là, la pre­mière mou­ture de la nou­velle décla­ra­tion euro­péenne des Attac d’Eu­rope, mais les direc­tions ont immé­dia­te­ment écar­té la pro­po­si­tion de base d’un choix réfé­ren­daire entre fédé­ra­tion véri­table et coopé­ra­tion inter-gou­ver­ne­men­tale ordinaire).

    Ras le cul de ces diver­sions inces­santes… Y en a qui bossent, merde ! Et qui ont aus­si le droit de dor­mir. Quand-même !

    En trois clics tu passes du « pre­nez le pou­voir » (slo­gan déjà vu à la der­nière pré­si­den­tielle) direct au par­ti, via une joint-ven­ture, plus creuse qu’o­paque, sim­ple­ment qua­li­fiée de « mou­ve­ment » (« nous ? c’est tout sim­ple­ment « vous tous »). Et très acces­soi­re­ment, à l’au­teur d’un fameux « Qu’ils s’en aillent tous », traitre maas­tri­chien qui ne s’en est jamais allé – lui ou un autre, on s’en tape.

    On trou­ve­ra tou­jours un, une ou quelques brillants com­pa­gnons de route de cir­cons­tance qui, s’é­tant eux-mêmes lais­sés prendre au nième piège du par­ti (et de quelques feux de la rampe de plus entre­vus dans l’ex­pé­rience), invi­te­ront en toutes sin­cé­ri­té le bon peuple à suivre le che­min tout trou­vé de la lumière, la voie mira­cu­leuse brus­que­ment révé­lée, le guide Miche­lin, la struc­ture prête à l’emploi et le conte­nu prêt à pen­ser, et natu­rel­le­ment la volon­té de mono­pole du machin lumi­neux construit par la tête.

    Natu­rel­le­ment, par­mi les futures ailes bru­lées, une bonne par­tie n’au­ra encore que très peu connu les expé­riences pas­sées de ce type. Pour ne par­ler que des plus récentes, et ne pas par­ler de cette pure alliance élec­to­ra­lo-euro­péiste qu’a tou­jours été le FDG ® (et dont le déclin est déjà clai­re­ment avé­ré d’ailleurs), on avait vu la forme épui­sante et bou­chée du « col­lec­tif » vague­ment « uni­taire » à la pré­si­den­tielle pré­cé­dente : forme de divi­sion confé­dé­rale sous cou­vert d’u­nion, impo­sée par les par­tis de la gauche ; non seule­ment ce sont des stars qui étaient seules éli­gibles mais les par­ti avaient le véto. Une triste blague, et une leçon évi­dem­ment pas tirée.

    Plus concrè­te­ment, même si ce ne sont là que des consé­quences de consé­quences, on a vu maintes fois déjà que tout çà finit dans l’urne, et que tout çà rabat essen­tiel­le­ment pour l’UMPS et le grand par­ti de « l’autre Europe ». Plus acces­soi­re­ment encore, le notable Mélen­chon est dépu­té euro­péen… : la 6ème machin­chose n’est pas qu’une évi­dente ten­ta­tive contre-révo­lu­tion­naire de mono­po­li­ser la ques­tion cen­trale et nous écar­ter de la cause des causes ; pour qui n’a guère accès qu’à la sur­face, la fraude ne s’a­vère peut être jamais aus­si com­plè­te­ment que lorsque le soi-disant oppo­sant en chef à la « monar­chie » te pro­pose de gérer une sor­tie du trai­té de Lis­bonne… tout seul et dans l’ar­bi­traire le plus com­plet. Il n’y a pas de limite au fou­tage de gueule tant que le trou­peau est rési­gné à suivre un berger.

    Ne vous palu­chez pas trop long­temps à dis­ser­ter sur le concept d’é­lec­tion à la mode de tel ou tel aris­to­crate pas­sé : ceux du pré­sent ne vous vendent pas autre chose. De toutes manières, pour qui méprise le popu­lo au point de se sen­tir irrem­pla­çable, avec ou sans le bul­le­tin de vote du gueux pour paravent, l’é­lec­tion n’a jamais été autre que de droit divin. Y com­pris pour les ado­ra­teurs de l’Ange de Lumière.

    Cette même machi­ne­rie odieuse t’en­voie les faux punks à chiens dès que tu oses lire un pro­pos qu’elle inter­dit sans d’ailleurs l’a­voir jamais lu, mais tu es cor­dia­le­ment invi­té à la rejoindre dans la fra­ter­ni­té et la bonne humeur. Il y a quelques décen­nies encore, la sen­tence « langues de vipères » n’é­tait pas répu­tée d’ex­trême-droite (d’ailleurs on aurait plu­tôt pen­sé à Mao). 

    Tu veux la jus­tice sociale ? En guise de pré­am­bule de la consti­tu­tion on te fourgue de l’é­co­lo­gie poli­tique, comble de l’i­dio­tie en action et du chèque en blanc pour prin­cipe. A quand l’é­ga­li­té trans-pla­né­taire dans l’ar­ticle 1er ? Mais même et sur­tout à Gaïa il est inter­dit de dire que le mili­tant de la nou­velle gauche est un pauvre con : par construc­tion Elle ne sait dire que le contraire ; elle est la déesse que cette gauche s’est elle-même créée pour flat­ter sa conne­rie abys­sale qui se mène elle-même par le bout du nez au milieu d’une nature dont elle ignore tout et qu’elle pré­tend, il suf­fit d’é­cou­ter, tan­tôt régir de façon tota­li­taire tan­tôt lais­ser intou­chée, bref, « pré­ser­ver ». Ces « drôles », faute de ne pas voir que la nature est une chose fort dif­fé­rente d’un truc inva­riable, juste et sans tache quand nos amis les hommes lui foutent la paix, ni que l’homme n’est rien d’autre, depuis le départ, qu’un ani­mal dégé­né­ré, c’est à dire tech­no­lo­gi­sé pour le pire comme pour le meilleur, pensent au fond d’eux que l’hu­ma­ni­té n’est qu’une race dont il n’y a plus qu’à sou­hai­ter qu’elle crève. C’est déjà bien assez révol­tant, sur­tout quand ils veulent écrire la consti­tu­tion, mais ils veulent vous faire croire, avec çà, que cou­rir pour « l’é­co­lo­gie » conduit, mais c’est bien sûr, à défendre la jus­tice sociale, la démo­cra­tie, la paix et mon cul sur la commode.

    Quant à Judith Ber­nard, elle est mani­fes­te­ment intel­li­gente, elle en vien­dra comme cha­cun à faire le tri, à consta­ter qu’on ne peut cou­rir deux lièvres à la fois et, plus sim­ple­ment, conci­lier ce qui est incon­ci­liable. Et donc à choi­sir son camp… hors du ter­rain des guerres de cha­pelles élec­to­rales. Qu’elle prenne le temps dont elle a besoin. Comme tout un cha­cun, cha­cun son rythme. 

    Mais par pitié arrê­tons de sau­ter à pied joints sur tout ce qui bouge : quand quel­qu’un t’a fer­mé la porte au nez à maintes reprises, envoyé les chiens et, sur­tout, méprise ouver­te­ment ta toute pre­mière prio­ri­té – va donc lui deman­der, à cette « gauche », si le mot « préa­lable » lui dit quelque chose –, à toi de voir si le simple res­pect que tu te dois à toi-même te per­met de prendre çà pour une ouver­ture. Ou d’ou­blier qu’il y a ouver­ture et ouver­ture… – pour le coup, deman­der à Michel Blanc.

    Réponse
    • Sandy

      Les CRS réclam­més par la gauche ? Tu veux par­ler des mil­liers de CRS qui nous empê­chaient de nous appro­cher du congrès de Ver­sailles et qui étaient plus nom­breux que les manifestants ?
      Pauvre type va.

      Réponse
      • Sam

        des mil­liers de CRS qui nous empê­chaient de nous appro­cher du congrès de Ver­sailles et qui étaient plus nom­breux que les manifestants

        Tiens, c’est drôle, je croyais me sou­ve­nir que tu avais pré­ten­du être à Ver­sailles ce jour-là. Preuve, s’il en man­quait encore, que tu es vrai­ment une impos­ture à tout tout seul, 110.

        Pour les autres donc : la manif mono­po­li­sée par la gauche s’est dérou­lée durant des heures devant les grilles du châ­teau, sans le moindre flic pour l’empêcher d’al­ler jus­qu’à s’en­tas­ser devant ces grilles, avec la tri­bune des star­lettes sus­dites qui a pu se tenir et décla­mer ce qu’elle a vou­lu. Sans d’ailleurs le moindre accros – à part qu’un pauvre gars qui, paraît-il, n’a­vait plus ses len­tilles de contact, s’est fait sous mes yeux affreu­se­ment lacry­mo­gé­ni­ser la gueule par des flics qui croyaient qu’il s’évertuait à vou­loir fran­chir les grilles alors qu’il s’y serait accro­ché n’y voyant plus rien. 

        Comme ma copine de l’é­poque (par­don pour la police des alcôves) était res­pon­sable fédé­rale pour le Rhône de Debout la Répu­blique, nous avons eu l’oc­ca­sion de fran­chir le bar­rage de CRS com­po­sé d’en­vi­ron 50 agents et posi­tion­né envi­ron 300 mètres plus loin, der­rière lequel, et encore, au détour d’une rue trans­verse, à droite, nous avons vu les ras­sem­ble­ments de DLR et, plus loin, ceux de divers cou­rants dits d’ex­trême droite. Ces gens n’a­vaient clai­re­ment aucun accès au Châ­teau et étaient même par­fai­te­ment invi­sibles pour « la gauche » qui, elle, était juste devant ses grilles.

        On s’est donc bar­rés prendre un café, après quoi, au retour, les gens du car, tous d’At­tac, on eut l’oc­ca­sion d’en­tendre ce que j’ai pen­sé, même à chaud, d’un pareil scandale.

        (Quant à moi, pen­dant la manif pro­pre­ment dite, j’é­tais, chose inter­dite, sous un affreux masque à la bouche ban­dée, coif­fé d’un bon­net phry­gien, image ter­ri­fiante qu’on a pu long­temps obser­ver dans la colonne de droite des pages de Bel­la­ciao pour la simple rai­son qu’un de leur jour­na­listes m’a deman­dé de me pho­to­gra­phier. Dom­mage en un sens, cette pho­to a dis­pa­ru sous la pile. Comme les paroles et la musique que j’a­vais com­po­sées pour cette occa­sion et qu’on avait chan­tées dans le car à l’aller.)

        J’ai deman­dé des comptes au bureau d’At­tac quelques jours après le 4 février. NDA avait adres­sé une lettre aux orga­ni­sa­tions de gauche pour leur prier de bien vou­loir les lais­ser se joindre à la manif. Pas de réponse. Le bureau m’a confir­mé cela en plai­dant le mal­en­ten­du, comme il n’a confir­mé qu’il y a avait eu des rela­tions, comme tou­jours, avec les flics, pour orga­ni­ser la sécu­ri­té de la manif, mais que, comme d’ha­bi­tude, les flics avaient pris le par­ti de sépa­rer la droite et la gauche pour évi­ter la menace tou­jours pos­sibles d’af­fron­te­ments san­gui­naires… Dis­po­si­tion qu’At­tac n’a pas contes­tée, pas plus qu’au­cun par­ti n’a contes­té l’i­dée qu’en 2005 l’é­qui­libre des temps de parole contrô­lé par le CSA se soit défi­ni en termes de gauche et de droite et non pas de oui VS non. Un détail. 

        On s’est conten­té de me dire : qu’est-ce que tu veux, c’est tou­jours comme çà. Mais les débiles qui tiennent à le res­ter croi­ront long­temps que si je tape sur une orga­ni­sa­tion ou une autre, c’est que je défends telle ou telle autre orga­ni­sa­tion concur­rente. PS : 110, ouvre un bou­quin ou va te faire foutre.

        Réponse
        • Sandy

          Quels men­songes, tout le péri­mètre était bou­clé, les CRS bien plus nom­breux que les mani­fes­tants empê­chaient qui­conque de s’ap­pro­cher à moins de 200 m des portes du congrès. Tout était bar­ri­ca­dé et étroi­te­ment sur­veillé. Ils savaient bien que sinon nous aurions enva­hit le congrès lui-même.

          Sérieu­se­ment, essayer de faire croire que les flics ce jour là étaient à la solde du front de gauche alors qu’ils étaient pla­cés là par Sar­ko­zy pour pro­té­ger la tra­hi­son qui allait s’y dérou­ler, c’est vrai­ment le comble de la malveillance.

          Tu es la pire des langues de ser­pent que j’ai rencontré.

          Réponse
        • Sam

          Trou du ‘c, léga­le­ment une manif se déclare et déclare son par­cours et ses lieux de ras­sem­ble­ment. Tu encours grave à ne pas le faire. Évi­dem­ment, il n’a jamais été ques­tion de ren­trer dans la cour du châ­teau et encore moins d’en­va­hir le congrès (quel mariolle). Les CRS n’ont pas du tout empê­ché le ras­sem­ble­ment – de la gauche – de se faire à l’en­droit indi­qué et au pied des grilles du château. 

          Pour l’es­sen­tiel, j’ai dénon­cé le fait que, même pour une telle occa­sion, on nous ait pris en otage de la gauche et du cli­vage droite-gauche, mais çà tu t’en fous, çà te glisse des­sus ou plu­tôt çà te convient tout à fait. 

          T’in­quiète, j’ai assez bos­sé avec des gens qui n’ont aucune inten­tion de lais­ser « la droite » contri­buer à l’é­cri­ture de la consti­tu­tion. La consti­tu­tion c’est la gauche. La démo­cra­tie c’est la gauche. La paix c’est la gauche. Ma bite c’est la gauche. 

          Inutile d’a­jou­ter ce que tu t’emploies toi-même à dire ouver­te­ment ici en per­ma­nence : le simple fait d’a­voir lu une chose dite par un type cata­lo­gué ceci cela par d’autres fait de toi un type dis­cré­di­té par la-sainte-inqui­si­tion-ta-cha­pelle qui, elle et elle seule, a le droit d’é­crire la consti­tu­tion. Les gens savent lire. Mais tu es ridi­cule, mon pauvre, avec ta laisse. Pour la ènième fois, on te la laisse.

          Réponse
          • Sandy

            Pris en otage rien que ça, comme si ce n’é­tait pas à toutes les mani­fes­ta­tions, sys­té­ma­ti­que­ment, en toutes cir­cons­tances, que la gauche refuse de se mélan­ger à la droite et évi­dem­ment à l’ex­trême droite.
            Et les CRS qui sont aux ordres de Mélen­chon Marie Georges Buf­fet Clé­men­tine Autain ou encore Oli­vier Besancenot …

    • EFFAB

      Est-ce trop indis­cret, SAM, de te deman­der dans quelle région (admi­nis­tra­tive) voire dans quel dépar­te­ment tu résides ?…

      Réponse
      • Sam

        En pleine cam­brousse, à 10 bornes d’un bled appe­lé Le Chey­lard, même dépar­te­ment et envi­ron 40 Km à vol d’oi­seau (soit 1h15 plus la gerbe pour les pas­sa­gers) de chez Di Girolamo.

        Réponse
        • EFFAB

          En ce qui me concerne, proche agglo­mé­ra­tion nan­taise, éga­le­ment la cam­pagne, bocages et prin­ci­pa­le­ment lai­tières. Depuis la ren­trée allers-retours sur Sens (89) mais tou­jours au milieu du vert et de l’es­pace pas trop pollué ^^

          Réponse
        • EFFAB

          la gerbe, oui, j’ai connu ça en Corse… mou­flons, gypaètes, arbouses

          Réponse
          • Sam

            😉

            J’en pro­fite pour adres­ser un mes­sage, que dis-je, un appel de détresse, aux éco­los de bonne volon­té et qui vivraient encore un peu sur Terre : putain, on n’a plus un train dans ce pays depuis des décen­nies, et pas un pour pro­po­ser qu’on s’y remette, alors que nos ancêtres qui connais­saient à peine la mon­naie, ont creu­sé de leurs mains et nous ont légué d’in­croyables tun­nels. Vous êtes vrai­ment des bouf­fons ou quoi ?

            Nos indus­tries locales ont été flo­ris­santes. On fai­sait, avant « la Révo­lu­tion », de la soie pour les tis­se­rands lyon­nais bien avant que des Canuts émerge quelque com­mune mas­sa­crée dans le sang. On fai­sait il y a peu encore du Châ­tai­gner, qui donne entre autres des char­pentes incre­vables mais qui demande bien du temps et de savoir « inves­tir » des géné­ra­tions à l’a­vance, donc c’est fini. On fai­sait des « tis­sus tech­niques » en bas de chez moi, qui ont employé des décen­nies durant le gars du pays, mais on à presque tout fer­mé après avoir para­chu­té des mana­gers loin­tains qui n’ont rien trou­vé de plus malin, dans l’intervalle, que de recy­cler l’af­faire en « Cha­ta­wack », merde de vête­ments « de marque » et sup­po­sé­ment de luxe pour femmes qu’on s’est arra­ché un temps à prix très éle­vé dans les grandes villes avant de pas­ser à la mode sui­vante. On embou­teille aus­si mas­si­ve­ment pour Per­rier, donc aus­si Coca-Cola et consorts (pour­vu que ça dure ?). Au prin­temps der­nier, on a (encore) licen­cié 300 per­sonnes (dans une cam­pagne si dépeu­plée) dans les usines GL qui sous-traitent pour la fabri­ca­tion de bijoux pour Yves Saint Laurent, Dior et autres. Deux mois après, à peine, le machin de pro­pa­gande plas­ti­fié de la mai­rie se van­tait de consa­crer 1,55 mil­lions d’eu­ros à créer le musée du bijou… plus 250 000 pour recréer l’of­fice du tou­risme à côté (on avait com­pris que pareil délire ne peut atti­rer que des tou­ristes). Le maire est indé­bou­lon­né depuis une tren­taine d’an­nées. Mer­ci pour votre attention.

  12. Ana Sailland

    L’é­lec­tion, c’est le Mac­Do de la liberté.

    Réponse
    • Sandy

      C’est le seul moyen que nous avons pour nous libérer.

      Réponse
      • Ana Sailland

        Ouais, une balle dans le pied t’é­vite la fatigue du mar­cheur aussi.

        Réponse
        • Sandy

          Tu sais très bien de quoi je parle, dans notre sys­tème actuel c’est le seul moyen d’ac­qué­rir la légi­ti­mi­té pour pou­voir chan­ger quoi que ce soit. Il nous suf­fit de nous ras­sem­bler autour d’un mou­ve­ment pour faire bas­cu­ler la France.
          Et c’est bien pour cette rai­son qu’ils mettent autant de moyens en oeuvre pour s’as­su­rer qu’ils gagne­ront les élections.
          Qu’y a t il comme autre moyen ? Le putch et la dic­ta­ture éclairée ?
          Même s’il devait y avoir une révo­lu­tion ou que quelque chose fai­sait s’ef­fon­drer le sys­tème cela ne change rien au fait qu’il fau­dra bien se dépar­ta­ger pour savoir quelle volon­té appli­quer ensuite, et donc qu’il fau­dra bien orga­ni­ser une élection.

          Réponse
          • Ana Sailland

            délé­ga­tion => obéissance

          • Ana Sailland

            Confier sa sur­vie, à un avo­cat, à un poli­ti­cien, à un méde­cin, c’est abdiquer.

            Le sou­ve­rain, c’est l’individu.

            Il n’y en a pas d’autre.

            Per­sonne au dessus
            Per­sonne au dessous

            Reste la ques­tion de la mise en har­mo­nie des souverains.
            Elle ne passe pas par la délégation.

          • Ana Sailland

            En comp­tant sur un autre pour éta­blir ta liber­té, tu ins­ti­tues ton obéissance.

          • Sandy

            Mais il ne s’a­git pas de délé­guer quoi que ce soit, c’est de la repré­sen­ta­tion, on se regroupe et on décide ensemble de ce que l’on défend, on désigne ensuite des per­sonnes pour nous représenter.

            C’est comme si on allait ensemble au ciné­ma et que l’on déci­dait ensemble quel film aller voir, et qu’en­fin on confie­rait à quel­qu’un par­mi nous pour aller ache­ter les billets plu­tôt que de tous faire la queue.
            Il ne s’a­git pas de dési­gner quel­qu’un pour déci­der quel film nous iront tous regarder.

            Actuel­le­ment, c’est comme cela que l’on peut accé­der au pou­voir et espé­rer ain­si chan­ger les choses.

            Si tu as un autre moyen expliques le nous.

          • EFFAB

            délé­ga­tion => obéis­sance (ANA)

            élec­tion = piège à cons (ETIENNE)

            ça va bien finir par se savoir à force de redites

          • EFFAB

            « Reste la ques­tion de la mise en har­mo­nie des souverains.
            Elle ne passe pas par la délé­ga­tion » (ANA)… mais bien par le consen­sus et cet inté­rêt com­mun qu’il y a, par exemple, de pro­mettre à autrui tout autant que ce que l’on crain­drait à man­quer pour soi… à volon­té ensuite pour cha­cun de vou­loir plus en pro­por­tion de son tra­vail et de ses obli­ga­tions (les com­pé­tences et les res­pon­sa­bi­li­tés n’é­tant pas des cri­tères à plus-values, excep­té ces niveaux de com­pé­tence de FRIOT, qu’il s’a­gisse de com­pé­tences intel­lec­tuelles, uni­ver­si­taires (maî­trise), des plus tech­niques (ébé­nis­te­rie, hor­lo­ge­rie…) comme des plus dif­fi­ciles, des plus phy­siques (…))… à volon­té mais enca­dré tout de même de garde-fous garants de tous abus et de tous excès : ces limites que l’on se doit à la nature humaine et au bien com­mun sous peine de confondre bien vite inté­rêt géné­ral et spé­cu­la­tion privée.

          • Ana Sailland

            San­dy, tu es libre de te sou­mettre et je suis libre de res­ter libre. Je ne voix pas l’in­té­rêt de se battre là dessus.

            La consti­tuante élue, c’est comme la der des der, on nous a déjà fait le coup.

            L’autre solu­tion, évé­ne­ment impré­vu ou chute du mur, c’est une ques­tion de temps, et en atten­dant de pré­pa­ra­tion des esprits pour évi­ter … la consti­tuante élue.

            Trop pres­sé, tu recon­duis le système.
            On ne fait pas pous­ser les carottes en tirant sur les fanes.

          • Ana Sailland

            « Actuel­le­ment, c’est comme cela que l’on peut accé­der au pou­voir et espé­rer ain­si chan­ger les choses. »

            Oh le joli « on » qui n’est pas nous .….……

          • Sandy

            On nous a déjà fait le coup ?

      • Di Girolamo

        San­dy | 5 octobre 2014 at 14:48 |

        (l’é­lec­tion) « C’est le seul moyen que nous avons pour nous libérer »

        Pas d’ac­cord du tout .

        Si je dis qu’é­lire des repré­sen­tants n’est pas en soi un moyen de libé­ra­tion c’est parce que la repré­sen­ta­tion bien que tout à fait utile n’est pas la démo­cra­tie ; c’en est un élé­ment et sans doute pas le principal . 

        Que ce soit au local ou au natio­nal , le repré­sen­tant est celui qui à notre place va prendre de son temps et de ses com­pé­tences pour gérer la chose publique ; mais ce n’est pas lui qui va déci­der de la nature et du sens de la chose publique ; parce qu’il y aurait là abus de pou­voir : le repré­sen­tant n’est pas un chef , un direc­teur , il assume un ser­vice public ; ce ser­vice devant être défi­ni par l’en­semble des citoyens.
        Notre pour­tant boi­teuse consti­tu­tion pré­cise intel­li­gem­ment que l’exer­cice de la citoyen­ne­té se met en pra­tique par :
        – le vote pour des représentants
        – la voie du référendum
        Ce qui signi­fie que les citoyens réflé­chissent et décident des grandes orien­ta­tions et confient leurs mises en œuvres par le vote à des représentants . 

        Se libé­rer ne consiste donc aucu­ne­ment à conti­nuer à voter pour des repré­sen­tants mais à reven­di­quer la voie du réfé­ren­dum , c’est à dire la pos­si­bi­li­té de débattre ensemble des grands enjeux et de fixer le cap grâce à des référendums.
        C’est le seul moyen de sor­tir de ce sys­tème tru­qué où une oli­gar­chie gou­verne à tour de rôle et où les popu­la­tions regarde TF1 ou vont à la pêche .
        Se libé­rer n’est donc pas voter pour des repré­sen­tants ; ce n’est pas non plus tirer au sort les repré­sen­tants , c’est réflé­chir et déci­der ensemble des grandes lignes , du cap , de où on veut aller et c’est dési­gner des gens pour nous aider à le faire , il faut réamé­na­ger entiè­re­ment la Répu­blique et la culture des masses qui pré­fèrent de loin aller à la pêche .

        D’autre part , en annexe, on voit bien que les par­tis mino­ri­taires le res­tent et que c’est bien le bipar­tisme qui est de règle . Il n’y a qu’en cas de crise grave que le bipar­tisme peut céder ..mais face à l’ex­trême droite , au FN …Tu parles d’une libération!!

        Réponse
        • Sandy

          Déso­lé, mais je ne crois pas que juste « reven­di­quer » puisse nous libé­rer. Dans les ins­ti­tu­tions actuelles, qui ne dis­pa­rai­tront pas tant que nous ne les détrui­rons pas nous même, il faut for­cé­ment un débou­ché poli­tique à ces « revendications ». 

          La seule chose que je dis, c’est que peu importe ce que vous pen­sez des ins­ti­tu­tions qu’il faut mettre en place, au jour d’au­jourd’­hui, avec les moyens dont nous dis­po­sons, gagner les élec­tions est le seul moyen qui donne la légi­ti­mi­té de chan­ger quoi que ce soit, c’est donc le seul moyen dont nous dis­po­sons pour nous libérer.
          Ensuite par quelles modi­fi­ca­tions nous met­trons en oeuvre cette libé­ra­tion, c’est une autre his­toire. Je vous parle sim­ple­ment de la stra­té­gie pour gagner le droit de modi­fier les ins­ti­tu­tions, pas de la socié­té à mettre en place une fois que nous en aurons le pouvoir.
          Bien évi­dem­ment que la démo­cra­tie ne peut pas se résu­mer à l’é­lec­tion de repré­sen­tants, et encore moins si ceux-ci n’ont comme actuel­le­ment aucune espèce de res­pon­sa­bi­li­té et qu’ils peuvent tra­hir les citoyens tan­dis qu’ils sont impuissants.

          Réponse
          • Di Girolamo

            San­dy | 7 octobre 2014 at 10:53

            « Ensuite par quelles modi­fi­ca­tions nous met­trons en oeuvre cette libé­ra­tion, c’est une autre his­toire. Je vous parle sim­ple­ment de la stra­té­gie pour gagner le droit de modi­fier les ins­ti­tu­tions, pas de la socié­té à mettre en place une fois que nous en aurons le pouvoir. »

            Tout le pro­blème est là , le vôtre et celui d’E­tienne : c’est que l’un comme l’autre , vous ne met­tez pas les choses dans le bon ordre :
            Pour vous il faut gagner les élec­tions pour ensuite mettre en place quelque chose de mieux
            Pour lui il faut faire une consti­tuante popu­laire qui per­met­tra la mise en place de quelque chose de mieux
            La démarche (il)logique est exac­te­ment la même .
            Vous ne pre­nez ni l’un ni l’autre en compte la contrainte lourde d’un réel socié­tal (éco­no­mique, poli­tique, cultu­rel.….) qui est for­ma­té de tel manière , que tout chan­ge­ment est , dans le cadre de la réa­li­té du moment deve­nu impossible .
            La seule pos­si­bi­li­té de rup­ture est celle natu­relle , peu glo­rieuse et très dou­lou­reuse sur le plan humain d’une vraie crise qui c’est cer­tain à un moment vien­dra . Là il y aura chan­ge­ment mais les « dom­mages humains  » seront lourds. Et ça n’i­ra pas for­cé­ment dans le bon sens.
            Vous êtes l’un comme l’autre des idéa­listes , l’un avec les forces de gauche , l’autre avec son armée de virus . Le pro­blème c’est que vos posi­tions sont fausses et ne cor­res­pondent pas à la réa­li­té : le poids des pro­fonds chan­ge­ments de nos socié­tés et le rap­port de force poli­tique que cela engendre est com­plè­te­ment dés­équi­li­bré ; le moindre lamb­da sait que les élec­tions , du fait même de cette réa­li­té , ne chan­ge­ront rien ; de même il sait que Etienne et sa consti­tu­tion , c’est pipeau par rap­port à ce bloc de béton qu’on façon­né nos sociétés.
            On ne peut mal­heu­reu­se­ment pas chan­ger les ins­ti­tu­tions réel­le­ment sans déjà mettre en place la socié­té humaine et démo­cra­tique qu’on veut .C’est en met­tant en place concrè­te­ment sur le ter­rain au sein de nos ins­ti­tu­tions exis­tantes notam­ment com­mu­nales une pra­tique de la dis­cus­sion publique qu’on pour­ra aller vers la rédac­tion d’une nou­velle constitution .
            Alors ras­su­rez vous SANDY et ETIENNE , si vous êtes de doux rêveurs , je le suis aus­si ; sauf que je pré­tends que la méthode de votre rêve est irréa­liste et illo­gique . Et qu’en ce sens elle nous éloigne et nous prive d’une pos­si­bi­li­té certes très ténue et ardue : la mise en mou­ve­ment d’une pra­tique concrète de la démocratie.

          • Sandy

            Déso­lé Di Giro­la­mo, mais il n’est pas ques­tion pour moi d’at­tendre que les per­sonnes souffrent suf­fi­sam­ment pour qu’ils se révoltent. 

            Ces souf­frances, jus­te­ment, je me bats pour les empê­cher et les évi­ter. Et je ne vois pas pour­quoi, alors que par le pas­sé cela fut pos­sible, il serait deve­nu tout à coup impos­sible de choi­sir en en appe­lant à la rai­son de cha­cun une autre voie politique.
            Pour moi l’im­pos­si­bi­li­té dont vous par­lez n’est qu’une croyance infon­dée, basée uni­que­ment sur des sen­ti­ments de pes­si­misme et de rési­gna­tion. C’est tel­le­ment facile de croire qu’une chose est impos­sible et ain­si de se pla­cer dans une posi­tion où vous n’a­vez pas à lever le petit doigt.
            Il est cer­tain que vu les moyens dont ceux qui dirigent la France dis­posent, cela ne sera jamais facile de les renverser.
            Mais cela a déjà été réus­sit à plu­sieurs reprises par le pas­sé, et si nous nous retrou­vons impuis­sants c’est bien parce que nous sommes divisés.
            Et tous ceux qui comme vous théo­risent une impos­si­bi­li­té de chan­ger les choses par­ti­cipent, pre­nez en conscience à cette division.
            Au lieu de dis­sua­der les gens, qu’est-ce que cela peut bien vous coû­ter de les sou­te­nir si de toute façon vous pen­sez que c’est seule­ment quand les gens seront au bord du gouffre qu’ils réagiront ?
            En réa­li­té la seule cer­ti­tude que l’on peut avoir, c’est bien qu’en ne fai­sant rien il ne se pas­se­ra rien.

          • Sandy

            A svp ne com­pa­rez pas la croyance d’E­tienne avec ce que je défends. Pour pou­voir orga­ni­ser une consti­tuante il faut gagner les élections.

          • Merome

            @Sandy : « Pour pou­voir orga­ni­ser une consti­tuante il faut gagner les élec­tions. » => Pour abo­lir la monar­chie, il a fal­lu deve­nir roi ?

          • Sandy

            Nos ancêtres ont abo­lit la monar­chie en orga­ni­sant des élections …

          • Merome

            Ici, nous sou­hai­tons abo­lir l’é­lec­tion (tu peux ne pas être d’ac­cord, mais c’est bien ici l’a­vis de la majo­ri­té des gens), donc on n’a­bo­li­ra pas l’é­lec­tion en éli­sant quel­qu’un. Ca ne mar­che­ra pas.

          • Sandy

            Oui j’a­vais cru com­prendre qu’en effet il n’é­tait plus ques­tion de démo­cra­tie depuis long­temps mais bien d’a­bo­lir l’é­lec­tion. Mais est-ce que vous avez mis Etienne au courant ?

          • Sandy

            Mais dans ce cas la ques­tion de Di Giro­la­mo reste en sus­pend. Avec nos ins­ti­tu­tions actuelles, pour pou­voir chan­ger qqchose ( en l’oc­cur­rence les ins­ti­tu­tions ), il faut gagner les élections.
            Donc com­ment allez-vous faire ?

          • Merome

            @Sandy : L’é­lec­tion ne per­met pas la démo­cra­tie. Encore une fois, écou­tez Dupuy Dery, Manin et les autres qui le démontrent : l’é­lec­tion a été mise en place en oppo­si­tion à la démo­cra­tie. C’est juste un fait his­to­rique, pas une opinion !
            Et donc, com­ment s’y prendre ? Une chose est sûre : pas par l’é­lec­tion. Mais si j’a­vais une recette magique, je ne serais pas là à essayer d’y réflé­chir. Ca passe par une forme de révo­lu­tion qui reste à inventer.
            En Tuni­sie, ce ne sont pas des élec­tions qui ont déclen­ché le pro­ces­sus consti­tuant (même si la consti­tuante a été élue), c’est bien la chute du régime pré­cé­dent qui a débou­ché sur une consti­tuante. Fai­sons donc chu­ter le régime. M’est avis qu’il ne faut pas le pous­ser bien fort pour qu’il explose de lui-même.

          • Sandy

            Ok, nous sommes pas d’ac­cord concer­nant l’é­lec­tion mais pen­dant que tu réflé­chis à une solu­tion, pour­quoi ne pas aider ceux qui veulent faire tom­ber le régime par l’é­lec­tion ? Pour­quoi ne pas aider Judith ? Pour­quoi ne pas aider Mélen­chon ? Qui sait, peut-être que c’est toi qui te trompes ? Qu’est ce que cela coûte d’essayer ?

          • Merome

            @sandy : Alors, mal­gré tout ce que je pense de l’é­lec­tion, je conti­nue de voter pour une rai­son simple : la « révo­lu­tion » sera plus ou moins facile et plus ou moins vio­lente en fonc­tion de qui est au pou­voir. Je pense que ça serait plus simple sous Mélen­chon que sous Sar­ko­zy, par exemple. Donc je vote en conséquence.
            Mais sur la consti­tuante même, si je donne les clés à Mélen­chon pour la faire comme il l’en­tend, on rate­ra le coche pour plu­sieurs années / décen­nies encore. On ne va pas faire des consti­tuantes toutes les cinq minutes, cela n’au­rait aucun sens. Rien ne dit par ailleurs que la consti­tuante élue du M6R pré­voi­ra une révi­sion de son tra­vail dans un délai court et régulier.
            La pro­chaine consti­tuante DOIT être tirée au sort, selon notre vision des choses. On ne tran­si­ge­ra pas là-des­sus. De la même façon que tu n’adhères pas au PS pour l’in­fluen­cer de l’in­té­rieur, ne t’at­tends pas à ce qu’on sou­tienne une idée qui n’est pas la nôtre.

          • Ana Sailland

             » si je donne les clés à Mélen­chon pour la faire comme il l’entend, on rate­ra le coche pour plu­sieurs années / décen­nies encore. »

            Un lou­pé est ou peut être pire qu’un non faire, en effet.

            (San­dy, je t’en prie, ne grimpe pas aux rideaux suite à ce court mes­sage, nous sommes vrai­ment en pri­son, et en sor­tir ne se règle pas par la pas­sion pour telle ou telle solu­tion. Per­sonne n’a rai­son , per­sonne n’a tort, toute option a ses avan­tages et toute option a ses incon­vé­nients, et c’est bien là le côté dia­bo­lique du piège qui nous tient)

          • EFFAB

            i Diot 1

            i Diot 2

            i Diot 3

            i Diot 4

            I DIOT 5 ! tata-tata-tata tata-tata-tata tata-tata-tata ta-ta

            M6R !!

            M1D !!!

          • Sandy

            Réca­pi­tu­lons.
            Vous n’a­vez pas de solu­tion pour mettre en place votre constituante.
            Et vous pré­fé­rez faire échouer un mou­ve­ment qui met­trait en place une consti­tuante plu­tôt que de les aider, parce que sinon cela retar­de­rait / empê­che­rait la mise en place de votre consti­tuante tirée au sort ?

          • Di Girolamo

            San­dy | 7 octobre 2014 at 10:53

            « Je vous parle sim­ple­ment de la stra­té­gie pour gagner le droit de modi­fier les ins­ti­tu­tions, pas de la socié­té à mettre en place une fois que nous en aurons le pouvoir. »

            Gagner le droit de modi­fier les ins­ti­tu­tions .…..Mais nous avons ce droit , comme nous avons le droit de faire en sorte que l’E­tat crée sa mon­naie ; nous avons tous les droits et tous les pou­voirs . Si nous le vou­lons , nous sup­pri­mons tout de suite les inégalités . 

            Le seul hic c’est que le fait d’a­voir tous les droits et tous les pou­voirs est entiè­re­ment dépen­dant de la volon­té col­lec­tive ; que cette volon­té col­lec­tive ne peut SE CONSTITUER et s’ex­pri­mer QUE par la voie du réfé­ren­dum : sur un sujet le peuple s’in­ter­roge , déli­bère et décide .
            La volon­té col­lec­tive NE PEUT PAS s’ex­pri­mer par la dési­gna­tion de représentants.
            Le vote pour des repré­sen­tants divise ; le vote dans le cadre de la voie du réfé­ren­dum réunit .
            Il faut les deux ; ET juste reven­di­quer son droit , celui du réfé­ren­dum , ins­crit dans la consti­tu­tion , c’est par là que nous pou­vons nous libé­rer . Cer­tai­ne­ment pas en uti­li­sant la seule voie légale du vote de dési­gna­tion des repré­sen­tants ; Récla­mer la voie du réfé­ren­dum peut se faire devant les tri­bu­naux et par la déso­béis­sance civile : ne plus voter.
            Il y a bien sûr un préa­lable à ce type de reven­di­ca­tion , c’est qu’elle soit com­prise et por­tée par un grand nombre ; c’est la rai­son pour laquelle il me semble néces­saire de mobi­li­ser concrè­te­ment les citoyens autours des pro­blé­ma­tiques d’au­jourd’­hui car seule cette acti­va­tion de la dis­cus­sion publique opé­re­ra la prise de conscience d’un pou­voir qu’on a et qu’on uti­lise pas .
            cer­tai­ne­ment pas les que­relles fa anti­fa de ce blog.

  13. Pierre

    Judith Ber­nard pré­cise :« Le m6r n’a pas d’autre direc­tion que celle que lui donnent ses signa­taires », j’en déduis donc qu’une action forte (auprès de ceux qui sont déjà acquis à l’i­dée qu’il nous faut chan­ger de consti­tu­tion, donc typi­que­ment ceux qui signent cet appel du m6r) préa­lable pour faire valoir tout l’in­té­rêt de la dési­gna­tion par tirage au sort des membres de cette consti­tuante (en met­tant en évi­dence les failles béantes de l’é­lec­tion par suf­frage et scru­tin), serait indis­pen­sable avant de s’en­ga­ger plus avant avec le m6r. En effet, ima­gi­nons que l’é­lec­tion soit un choix ferme et défi­ni­tif des pro­mo­teurs de cette ini­tia­tive, nous n’au­rions abso­lu­ment rien à y faire.
    De plus, arri­ver à mettre en place à cette occa­sion un sys­tème de tirage au sort réel­le­ment effi­cace pour for­mer une consti­tuante (ce qui sera sûre­ment plu­tôt com­pli­qué) mon­tre­rait à ceux qui trouve ça com­plè­te­ment far­fe­lu (et ils sont très très nom­breux !) que cette méthode est loin d’être stupide.
    (Pour les accep­tions de scru­tin, élec­tion suffrage…je me réfère au site cnrtl​.fr)

    Réponse
    • Sandy

      Même si une règle inter­di­sait aux poli­ti­ciens ou aux pro­fes­sion­nels du droit de par­ti­ci­per, si une règle ren­dait inéli­gible les membres de la consti­tuante à l’exer­cice des pou­voirs qu’ils pour­ront ins­ti­tuer, vous n’ac­cep­te­riez pas d’ap­puyer cette ini­tia­tive tant que les membres de la consti­tuante seraient élus ?

      Réponse
      • Ana Sailland

        Si Si Si … Fau­drait voir 🙂

        Mais là, pas de si si si, mal­gré de nom­breux cour­riers ces der­nières années !!!!!!!!!!!

        Bon, admet­tons : on bloque les pros.

        Com­ment s’or­ga­nise la sélec­tion des humbles.

        Par­ceque les humbles ont une par­ti­cu­la­ri­té : ils ne se mettent pas en avant.

        Suis curieuse de savoir.

        Réponse
        • Sandy

          Vous savez bien que méca­ni­que­ment avec l’é­lec­tion ce sont les per­sonnes qui se mettent en avant ou qui sont pous­sées en avant qui se retrouvent élus. Mais il n’y a qu’a­vec l’é­lec­tion que l’on peut peser sur le conte­nu de la constitution.
          Il serait par­fai­te­ment hyp­po­crite d’or­ga­ni­ser des échanges au niveau local ou même un débat natio­nal si au bout du compte ce seraient des tirés au sort qui déci­de­raient arbi­trai­re­ment du conte­nu de la constitution.
          Vous pou­vez croire que cela don­ne­ra un meilleur résul­tat, per­son­nel­le­ment je n’en sais rien, je veux juste pou­voir défendre mes idées et pou­voir faire en sorte qu’elles soient dis­cu­tées à l’as­sem­blée consti­tuante, car je n’en­vi­sage pas la démo­cra­tie autre­ment que par la par­ti­ci­pa­tion de tous, même si elle est indirecte.

          Réponse
          • Ana Sailland

            Disons que tu as la foi en ce que tu crois, que les autres sont hypo­crites, et que pen­ser à d’autres solu­tions est per­du d’avance.

            Aurais-tu l’o­bli­geance de me four­nir le cya­nure en plus ?

          • Ana Sailland

            La par­ti­ci­pa­tion de tous … indirecte.

            Je note, pour un sketch.

          • Sandy

            Dom­mage que cela dépasse votre enten­de­ment et que vous n’ayez pas la volon­té d’y réflé­chir, car cela élar­gi­rait vos horizons.

        • EFFAB

          SI SSI, c’est bien là tout le pro­blème, tour­ner en déri­sion ces fon­da­men­taux chouar­diens quand c’est Paris qui devrait tota­le­ment se remettre en ques­tion : le centre et l’é­qui­libre de la France ne pou­vant vrai­ment se faire sous cette redé­fi­ni­tion du tis­su socio-éco­no­mique selon ce décou­page, cette har­mo­ni­sa­tion géo­gra­phique entre les régions, les grandes métro­poles se ‘par­ta­geant’ les déci­sions, les pro­jets nationaux_les dépar­te­ments, les com­munes ‘pour­voyant’ à leur propre auto­no­mie, maîtres de leur destin/choix et de leur quotidien.

          Réponse
      • Pierre

        @ San­dy (je réponds à la ques­tion de 16h11)

        Non, tout sim­ple­ment car aucune consti­tu­tion éta­blie par des gens élus n’ins­ti­tue­ra le tirage au sort – pas même par­tiel – comme mode d’ac­cès aux res­pon­sa­bi­li­tés poli­tiques, c’est plié d’avance.
        Or pour moi, c’est le mar­queur prin­ci­pal de la démocratie.
        Depuis des siècles, nombre d’au­teurs l’ont sou­li­gné : l’é­lec­tion est l’ex­pres­sion de l’a­ris­to­cra­tie, celle de la démo­cra­tie, c’est le tirage au sort.
        Alors non, je ne par­ti­ci­pe­rai pas à un énième fou­tage de gueule du peuple.
        Le tirage au sort DOIT être pris en compte- et sérieu­se­ment – dés le début du pro­ces­sus consti­tuant. C’est donc un tra­vail pré­pa­ra­toire à celui-ci qui faut mener et formaliser.

        Réponse
        • Sandy

          Tu ne penses pas qu’à un moment il faut savoir mettre de l’eau dans son vin pour pou­voir avancer ?

          Réponse
        • EFFAB

          L’eau étanche la soif, le vin libère l’esprit
          ne mélan­geons pas les plaisirs
          ou pre­nons-en bien note
          cer­tains plus que d’autres
          (‘note’ j’en­tends bien)

          Réponse
          • Ana Sailland

            un verre de sud ouest schis­teux par jour, pas deux, pour les poly­phé­nols favo­rables à l’en­do­thé­lium artériel.

          • EFFAB

            J’ai beau avoir cher­ché mais en dépit de cette indi­ca­tion ‘schi­tique’ je n’ai pas réus­si à mettre le main sur la bonne bou­teille… euh, je veux dire le bon terroir !

        • Pierre

          Mettre de l’eau dans mon vin, je le ferai en temps vou­lu. Quand par exemple on dis­cu­te­ra des moda­li­tés de mise en oeuvre du TAS, parce que là encore l’é­ven­tail des pos­sibles sera très large.
          Mais au stade pré­li­mi­naire où nous en sommes, se serait comme mettre du Pep­si dans mon Saint-Émi­lion, et là, pas question !

          Réponse
          • Ana Sailland

            🙂 le der­nier point ne souf­fri­ra aucune attaque ad hominem 🙂

          • Sam

            Entiè­re­ment d’ac­cord avec Pierre… à part que je pré­fère lar­ge­ment un Cor­nas, une bonne Ter­rasse du Lar­zac ou même un Gigon­das à 60 francs. 😉

          • Pierre

            Je ne suis pas sec­taire, je ne sup­por­te­rai pas qu’on offense ni un Ban­dol, ni un Pom­mard, ni un Châteuneuf-du-Pâpe…ni même le petit Beau­jo­lais que fai­sait mon Grand-Père ! 😉

            (Shame on me, ce « se » de mon mes­sage pré­cé­dent n’est pas très heureux !)

          • Sandy

            Je ne com­prends pas. Les moda­li­tés de mise en oeuvre du TAS ?
            Qu’est ce que c’est ?

            Excu­sez-moi, mais je ne suis pas né de la der­nière pluie, et j’es­père que les lec­teurs non plus.
            Il me parait évi­dem­ment que pour pou­voir for­mer un mou­ve­ment suf­fi­sam­ment nom­breux pour pou­voir ren­ver­ser le pou­voir en place qu’il faut au mini­mum avoir cette volon­té de rassemblement.
            Si je peux tota­le­ment conce­voir que ce ras­sem­ble­ment ne peut se faire qu’au­tour d’i­dées communes.
            Je sais per­ti­nem­ment, pour l’a­voir déjà vécu à de nom­breuses reprises que pour ne pas pas­ser pour les per­sonnes qui mettent en échec ce néces­saire ras­sem­ble­ment et pour reje­ter la faute sur les autres, la pra­tique la plus cou­rante consiste à fixer des cri­tères de ras­sem­ble­ment qui rendent impos­sible ce rassemblement.

            Alors svp est-ce que vous pou­vez être plus clair, est-ce que déjà vous par­ta­gez cette volon­té de ras­sem­ble­ment et donc com­pre­nez la néces­si­té de faire un compromis ?
            Ou au contraire le seul ras­sem­ble­ment que vous envi­sa­gez est celui où suf­fi­sam­ment de per­sonnes s’a­li­gne­ront sur vos propres positions ?
            Si vous fixez un ou plu­sieurs cri­tères à ce pos­sible ras­sem­ble­ment, quels sont-ils ? Et enfin est-ce que ce(s) critère(s) permet(tent) un large ras­sem­ble­ment ou com­pro­met-il tout ras­sem­ble­ment d’une masse assez cri­tique pour espé­rer chan­ger quoi que ce soit ?

          • Pierre

            Ben flûte alors ! Par moment je me demande si je cause français !

            Une nou­velle consti­tu­tion n’a d’in­té­rêt pour moi QUE si le pro­ces­sus consti­tuant qui l’a­mène se fonde sur le TAS (dont les moda­li­tés res­tent à poser).
            Sans ce préa­lable, je pré­fère car­ré­ment qu’on en reste à la 5° dont, au moins, on connaît bien les tares.
            Donc, je répète, pas de TAS, pas de par­ti­ci­pa­tion de ma part à un quel­conque pro­ces­sus consti­tuant qui ne serait, en cette absence, qu’un énième fou­tage de gueule comme je l’ai déjà dit plus haut !

            Il n’y a rien à négo­cier sur ce point. Si nous ne sommes pas d’ac­cord à ce stade c’est que nous ne par­ta­geons pas la même vision du monde et dans ce cas il est inutile de cher­cher à se ras­sem­bler, ce serait pure­ment fac­tice, et nous ferait perdre du temps à tous.
            C’est un peu comme si vous étiez pour la peine de mort et moi contre, et que vous me disiez, allez, si au lieu de les guillo­ti­ner on les noie, ça vous va ? Ben non, ça ne me va pas. Je n’ai pas à dis­cu­ter de la meilleure façon d’oc­cire si je suis contre la peine de mort. De même, je n’ai pas à dis­cu­ter les termes d’une consti­tu­tion qui ne répond même pas au pre­mier cri­tère qui la rende valide à mes yeux : qu’elle émane réel­le­ment du peuple par le seul moyen connu à ce jour : le TAS.

            Com­pre­nez-vous que le TAS n’est pas un point de détail à négo­cier ? Mais qu’il est LE point fon­da­men­tal incon­tour­nable sur lequel il faut être d’ac­cord pour envi­sa­ger de tra­vailler ensemble ?
            Et c’est bien là la seule masse cri­tique à faire gros­sir à mon sens, celle de ceux qui com­prennent la puis­sance démo­cra­tique « sine qua non » du tirage au sort.

            Voi­là, suis-je plus clair ?

          • Sandy

            Mais c’est que je suis par­ti du prin­cipe qu’au delà des divi­sions sur les ins­ti­tu­tions à mettre en place, nous pou­vions peut-être par­ta­ger des idées dans d’autres domaines, comme par exemple le désire d’une socié­té démo­cra­tique, de pro­grès et d’émancipation.

            Donc, vous êtes plu­tôt dans une optique où le ras­sem­ble­ment n’est envi­sa­geable que si les gens par­tagent au moins votre posi­tion sur le tirage au sort, c’est tirage au sort sinon rien.
            Mais comme votre posi­tion en l’é­tat est tota­le­ment mar­gi­nale, impo­ser de telles condi­tions de ras­sem­ble­ment rend impos­sible en fait tout rassemblement.

            Pierre, c’est exac­te­ment ça le sectarisme.

            Votre exemple de la peine de mort est élo­quent, pour­quoi en faire un cli­vage cen­tral ? Même si on peut avoir une opi­nion dif­fé­rente sur un tel sujet, on peut très bien avoir des idées com­munes pour amé­lio­rer la socié­té. Cela ne nous empê­che­rait pas de défendre nos idées en paral­lèle. C’est ça l’es­prit de ras­sem­ble­ment. On a tous des prio­ri­tés dif­fé­rentes, des ques­tions qui pour nous sont plus impor­tantes que d’autres, mais si il y a moyen de por­ter ensemble des idées com­munes sur d’autres sujets, pour­quoi devrions-nous nous en pri­ver et fai­sant des ces ques­tions des condi­tions à notre rassemblement ?

          • Sam

            Pierre,

            j’sais pas, moi, tente donc avec la tra­duc­tion de « un préa­lable » en espéranto ?…

            On sait jamais, 110 ne veut entendre par­ler que l’es­poir de la der des der : tu sais, l’Eu­rope sociale qu’on va encore ten­ter, mais cette fois-ci pour la der­nière fois juré craché. 

            Tu sais, les par­tis qu’on va enfin démo­cra­ti­ser en interne… bien que leur alpha et leur mega se nom­me­ra tou­jours guerre élec­to­rale, évi­dem­ment, tant qu’il y aura des élections.

            Tu sais, le par­le­ment qui doit être ain­si com­po­sé pour déga­ger une majo­ri­té « gou­ver­ne­men­tale » et lui lais­ser assez de sta­bi­li­té mais qui va enfin, dans le même temps, être en posi­tion de contrô­ler sévè­re­ment le gouvernement. 

            Tu sais, les man­dats poli­tiques qu’on va enfin contrô­ler, même si par défi­ni­tion est poli­tique pré­ci­sé­ment tout ce qui relève du choix, de ce qui est hors d’une consigne à suivre.

            Même si le man­dat impé­ra­tif ne marche pas pour la simple rai­son qu’il exclut la négociation.

            Tu sais, le non renou­vel­le­ment des man­dats, même si cela signi­fie que rien ne pour­rait donc plus sanc­tion­ner le der­nier accom­pli… vu que la seule sanc­tion (toute théo­rique, mais déjà c’est dire) était la non-réélection.

            Tu sais, la pro­por­tion­nelle inté­grale bidule, même si les membres de chaque par­ti votent en meute et même si l’ar­ti­cu­la­tion méca­nique de plu­sieurs opi­nions ne fera jamais une pen­sée cohé­rente, sans par­ler de justice.

            Tu sais, des élus qui enfin, contrai­re­ment à ce que le mot indique, ne seront plus en situa­tion de se com­por­ter comme des supérieurs…

            Natu­rel­le­ment, là encore, on risque de les attendre encore long­temps, les expli­ca­tions, mais là encore ils ne s’emmerdent jamais ne serait-ce qu’à com­men­cer à y pen­ser, sans quoi ils se diraient : et merde, pour­quoi qu’on ment tout le temps ?

            Allez, te fatigue pas trop va : çà fait au moins 10 ans et çà n’a pas bou­gé d’un iota : 110 a jus­te­ment, lui aus­si, un gros préa­lable, un point non négo­ciable, et ce préa­lable à 110 est pré­ci­sé­ment : non au « TAS » (et non à la sor­tie de l’eu­ro, mais on ne va pas dérou­ler). Par contre, on se demande encore et tou­jours ce qu’il fout là. Et en quoi il entend s’in­té­grer ici. Ten­ta­tive que lui a d’ailleurs inter­dite son propre par­ti (tu sais, Étienne est par­ti pour som­brer indé­fi­ni­ment vers l’ex­trême droite, tout çà).

          • EFFAB

            Ne pas tuer son pro­chain est je trouve une sacrée avan­cée en terme civi­li­sa­tion­nel… il est de même du Tirage au Sort (TAS) et de la Démo­cra­tie, que nous soyons pour ou contre, il est incon­tes­table que la Démo­cra­tie sera tou­jours l’ou­til le plus adé­quat pour répondre au bien com­mun sans atten­ter aux liber­tés d’au­trui… mais comme il y a des limites qu’on ne peut tou­jours empê­cher, mal­gré tout, il faut adjoindre au TAS des méca­nismes de contrôle et de régulation_comme on peut envi­sa­ger dans cer­tains cas extrêmes « l’en­dor­mis­se­ment » (à son insu, sans haine et sans vio­lence aucune) d’un indi­vi­du cou­pable des pires actions ou dan­ge­reux à un point que ce soit là l’u­nique solu­tion… je sais, sujet très très sen­sible mais la réflexion a toute la liber­té qu’elle a bien conscience de ses propres limites.

          • Sandy

            Etant don­né que les ins­ti­tu­tions seront déci­dées par les consti­tuants toutes tes remarques iro­niques n’ont pas de fon­de­ment SAM.

          • Pierre

            @ San­dy
            Si je ne m’a­buse, on parle ici de pro­jets de pro­ces­sus consti­tuant. A ce sujet je crois avoir don­né ma position.
            Par contre en dehors de ceci, il est par­fai­te­ment pos­sible de par­ler de tout sans préa­lable, sur­tout dans le contexte de la réa­li­té d’au­jourd’­hui. Mais il est bien clair que nous ne sommes pas alors sur le chan­tier dont il est ques­tion sur ce blog. Le niveau n’est pas le même. Il ne sera guère ques­tion que du choix de la cou­leur des papiers peints (certes, ce n’est déjà pas rien!), mais en aucun cas des choix fon­da­men­taux de l’ar­chi­tec­ture du bâti­ment. Et le pro­blème, c’est tout de même que lors­qu’on se met à dis­cu­ter du choix des papiers peints, c’est – en prin­cipe – qu’on a déjà vali­dé les plans de l’ar­chi­tecte depuis longtemps…

            @ Sam
            Je connais encore pas mal de gens qui « y » croient encore. Mais en géné­ral ce sont des gens qui n’ont pas pous­sé très loin leur réflexions sur le sujet par manque de temps ou sim­ple­ment d’in­té­rêt. Ce qui m’é­tonne avec San­dy c’est qu’il semble tou­jours y croire alors même que, de toute évi­dence, il a creu­sé le sujet. Etrange. Tout comme son hyper pré­sence pro­sé­ly­tique en ces lieux qui m’in­ter­roge. Il me fait pen­ser aux témoins de Jého­vah qui me rendent visite au moins une fois par an pour me pro­po­ser la vie éternelle…

            @EFFAB
            Je n’ai pris cette image de la peine de mort que parce que c’est la pre­mière qui m’est venue à l’esprit.
            Pour par­ler du fond, après avoir beau­coup évo­lué sur ce sujet, je suis main­te­nant défi­ni­ti­ve­ment contre. Je pense qu’une socié­té saine doit avoir des moyens de se pro­té­ger défi­ni­ti­ve­ment d’in­di­vi­dus irré­mé­dia­ble­ment dan­ge­reux sans les sup­pri­mer (sauf à leur propre demande, ça s’est déjà vu, comme une sorte par­ti­cu­lière de liber­té individuelle).
            Mais bon, je ne crois pas que ce soit le lieu de digres­ser sur ce sujet.

          • Sandy

            « Ce qui m’étonne avec San­dy c’est qu’il semble tou­jours y croire alors même que, de toute évi­dence, il a creu­sé le sujet. Etrange. Tout comme son hyper pré­sence pro­sé­ly­tique en ces lieux qui m’interroge. Il me fait pen­ser aux témoins de Jého­vah qui me rendent visite au moins une fois par an pour me pro­po­ser la vie éternelle… »

            Ce que je vois c’est que l’on va tout droit vers le har­cè­le­ment moral en groupe.

          • Pierre

            Holà, du bateau ! Pose tes rames tu vas atta­quer la falaise !

            Ne sou­hai­tant en aucun cas har­ce­ler qui que ce soit (et qui plus est, en groupe !) je pense, San­dy, qu’il est impé­ra­tif de mettre un terme à nos échanges. Vous ne n’in­ter­pel­lez plus, je ne vous réponds plus (et réci­pro­que­ment, bien sûr)…et les vaches seront bien gardées.

            Cor­dia­le­ment.

  14. gv

    Gens de gauche vous faites je pense une grave erreur, Mélan­chon n’a aucu­ne­ment l’in­ten­tion de retour­ner à l’é­tat de citoyen lamb­da et de tirer un trait sur les divers avan­tages que lui confère sa fonc­tion. Comme le fait remar­quer Etienne Chouard, il ne s’a­git pas la d’un détail. Ce point cen­tral de la consti­tu­tion mérite ample­ment que Judith Bernard(que j’ad­mire pour son acti­visme par ailleurs) prenne cinq minutes pour s’in­té­res­ser à Etienne Chouard, et renou­velle sa pétition.

    Réponse
    • Sandy

      Mélen­chon a plus de 60 ans, il a déjà sa car­rière poli­tique der­rière lui, vos pro­cès d’in­ten­tion sont tota­le­ment absurdes, d’au­tant plus qu’il s’a­git de per­son­na­li­ser les choses, alors que der­rière Mélen­chon il y a des tas de mili­tants qui ont déjà très lar­ge­ment prou­vé la sin­cé­ri­té de leur com­bat politique.

      Pour faire votre pro­cès d’in­ten­tions, il vous faut donc taire la réa­li­té col­lec­tive du com­bat de Mélen­chon, et toutes les idées qu’il défend. Vous qui n’êtes pas de gauche, qui êtes-vous, et sur quoi fon­dez-vous vos calomnies ?

      Réponse
      • EFFAB

        « Des tas de mili­tants » influen­çables et sur­tout mani­pu­lables, bien mal­gré eux ^^ mais on s’en tape de la gauche ou de la droite, le bien com­mun ce n’est pas ça, abru­ti, il faut te le dire dans quelle langue ? sinon divi­ser toi-même ici les esprits et las­ser tout le monde à force d’y reve­nir conti­nuel­le­ment… allez, va pro­sé­ly­ter ailleurs et emporte avec toi ton Mélen­chon et toute ta clique !

        3 + 4 = 7 Envoyé !

        Réponse
        • Sandy

          Fran­che­ment, conti­nue dans ton har­cè­le­ment, tes insultes et tes appels au lyn­chage et à me faire taire, que tout le monde voit à quel point tu confonds démo­cra­tie et fachisme.

          Réponse
        • EFFAB

          « fachisme », ça t’ar­range bien ces faci­li­tés de lan­gage et d’amalgames ^^

          Réponse
          • Sandy

            A cause de vos inci­ta­tions au lyn­chage, une per­sonne m’a mena­cée de retrou­ver ma trace via Google pour me faire taire, et tu oses pré­tendre que ce n’est pas du fachisme ?

          • EFFAB

            De deux choses lu’une : 

            - soit tu mens ‘effron­té­ment, comme à ton habitude)

            - soit tu es la vic­time de quel­qu’un qui confond ostra­cisme et mise à l’é­cart avec lyn­chage et, en admet­tant que cette per­sonne se croit démo­crate et veut autant qu’un autre pas­ser pour un gen­til virus, je suis déso­lé, mais cela le concerne et n’en­gage en rien notre res­pon­sa­bi­li­té ni celle d’E­TIENNE… si nous en appe­lions à la haine d’au­trui et au lyn­chage, je ne dis pas, mais ce n’est pas le cas, et ne vas pas faire non plus cet amal­game ou ce rac­cour­ci entre le fait que tu me taxes de per­son­nage « hai­neux » et ce fou furieux qui vou­drait en atten­ter à ta personne.

            Une petite ques­tion sinon : es-tu sain d’es­prit ou as-tu « de lourds pro­blèmes psy­cho­lo­giques » ? car tu sais on pour­rait se poser la ques­tion à moins ^^ à ce pro­pos, plus sérieu­se­ment, quel­qu’un ici, depuis le temps que San­dy par­tage cet espace, l’a-t-il ren­con­tré et peut-il don­ner son avis là-des­sus ? nous évi­ter ain­si, « m’é­vi­ter » (pour être en règle avec une amie) à moi aus­si cer­tains raccourcis.

          • Sandy

            Ben voyons, comme si vos inci­ta­tions à la haine et au lyn­chage contre moi n’a­vaient aucun rap­port avec le fait qu’une per­sonne veuille réel­le­ment pas­ser à l’acte et me faire taire.
            Comme si vos calom­nies sur le fait que je serais payé par l’UE pour trol­ler, calom­nie dont TU es à l’o­ri­gine, et que tu as soi­gneu­se­ment pris soin de pro­pa­ger jours après jour, métho­di­que­ment, mes­sages après mes­sages, ce que tu as encore conti­nué à faire aujourd’­hui en le mar­te­lant dans une 10 aine de mes­sages, n’a­vait aucun rap­port avec le fait que cette per­sonne m’ac­cuse d’être payé par l’UE pour troller.
            VOUS êtes res­pon­sables. Et toi en par­ti­cu­lier. Au point que je me demande si tu n’en fais pas partie.
            D’ailleurs j’ai­me­rai que la per­sonne qui par méchan­ce­té et haine a pris un pseu­do avec mon nom se dénonce, et qu’elle se mette au clair par rap­port à cette his­toire de menaces.

            Le pseu­do de la per­sonne qui m’a mena­cé sur les forums d’@si s’ap­pelle là-bas Yéza et elle a pré­ten­du ne pas être toute seule à recher­cher mes traces sur google pour me faire taire.

          • Sam

            Ben voyons, qui donc, sur ce blog, a appe­lé à ton « lyn­chage » ? Le mot est fort. 

            Pour com­men­cer, va por­ter plainte contre X au com­mis­sa­riat le plus proche, si c’est le cas. L’as tu fait seulement ? 

            Au lieu d’ap­pe­ler aus­si sec à la chasse aux sor­cières au motif que tu serais vic­time de menaces pro­fé­rés sur un blog.

            Atten­tion, au plan pénal, décla­rer à la police qu’on est vic­time de menaces de mort qu’on a soi-même ima­gi­né coûte gros.

            Dans la même logique, je te conseille de faire bien atten­tion quand tu écris publi­que­ment que quel­qu’un à appe­lé à ton « lynchage ». 

            Pré­cise d’a­bord soi­gneu­se­ment de quoi et de qui il s’a­git. Sans quoi, pour com­men­cer, tu te dis­cré­dites com­plè­te­ment – s’il était encore besoin.

            C’est qui « vous », d’ailleurs ? Encore une ènième marque de théo­rie du com­plot, de para­noïa, de mani­pu­la­tion et de volon­té de diviser.

            Bien­tôt çà va être ma faute si, comme tu le dis, tu as reçu des menaces de mort ?

            Et comme d’ha­bi­tude, à l’ac­cu­sé (même pas nom­mé) de prou­ver si çà n’est pas encore un men­songe gros­sier de 110 ? 

            Je te croi­rais volon­tiers si tu ne pas­sais pas ton temps à faire dire aux autres ce qu’ils n’ont à l’é­vi­dence pas dit et à faire de la para­noïa à force de prendre pour toi, sans le moindre dis­cer­ne­ment, la moindre accu­sa­tion qu’on peut adres­ser à un par­ti (sur un blog dont le thème adres­sé aux invi­tés implique le rejet de tous les partis).

            Tu fais chier, 110.

          • Sandy

            C’est quel­qu’un de ce blog, for­cé­ment, je ne crois pas aux coïncidences.

            Et je n’i­rais por­ter plainte que si ça va plus loin. Pour l’ins­tant ce ne sont que des menaces sous entendues.

            J’ai mis le lien vers les menaces, alors mettre une nième fois en doute ma parole ça com­mence à saouler.

            Je n’ap­pelle pas à la chasse aux sor­cières, j’ai­me­rais savoir qui veut s’en prendre à moi, et pour l’ins­tant mes soup­çons vont vers le lâche qui se cache der­rière le pseu­do « rem­pla­çant de sandy ».
            Et j’ai­me­rais que les calom­nies d’EF­FAB cessent. C’est bien lui qui depuis des semaines main­te­nant a métho­di­que­ment mes­sage après mes­sage pro­pa­gé cette calom­nie, jus­qu’à ce qu’E­tienne la reprenne à son compte, et qu’ain­si il la légi­ti­mise et déclenche toute une défer­lante de haine contre moi, avec pour consé­quences directes ces menaces à peine voilées.

          • EFFAB

            Rec­ti­fi­ca­tion SISSI : tu gardes ces « calom­nies » pour toi, par contre moi, ouver­te­ment, je suis pour cet ostra­cisme te concer­nant, ne serait-ce que quelques temps s’il y avait moyen et volon­té de cou­per la pomme en deux, faire un exemple et une petite cou­pure sal­va­trice, te rame­ner à davan­tage de rete­nue et de bonne foi et confron­ter sur­tout jus­te­ment ces non-limites au seul pro­fit de ce Bien Com­mun, cette Cause qui en a gros la patience et la gen­tillesse ! libre à toi de reve­nir plus tard si tu y tiens à ce point mais ce para­doxe qui me pose à chaque fois ques­tion : tout ce temps à vou­loir en découdre ici en Démo­cra­tie quand tu aurais plus à gagner à convaincre beau­coup plus de monde ailleurs ?! ce qui m’a­mène for­cé­ment à ima­gi­ner un tra­vail et du « TROL­Lage » à effec­tuer car, là, assu­ré­ment, ça me dépasse, nous qui ne cher­chons ici à convaincre per­sonne sinon à réflé­chir et par­ta­ger entre nous : Admets que tu es un drôle d’éner­gu­mène ou confesse-toi façon Jean-Jacques et je ver­rai bien là ce que tu as dans les tripes.
            Je sais qu’à chaque fois je me retrouve seul (mais ça c’est notre lot à tous, iso­lés autant autant que nous sommes face à cet arbi­traire qui nous oblige) mais si d’autres veulent bien se joindre à moi si rien ne change, je suis pre­neur et il suf­fit juste de le vou­loir, au déplai­sir (j’en suis bien conscient) de for­cer la main d’E­TIENNE qui n’en fera évi­dem­ment bien qu’à sa tête, cette impos­si­bi­li­té tech­nique de notre part valant bien cette impuis­sance poli­tique vis-à-vis de nos maîtres.

          • Sandy

            EFFAB :
            « C’est fini les SANDY et autres TROLLS !
            C’est fini tous ces gros CONNARDS qui nous enculent ! »

  15. EFFAB

    Cette décla­ra­tion d’in­ten­tion, solen­nelle, offi­cielle, éma­nant en tout cas d’une per­son­na­li­té ayant plus opi­nion sur rue que cer­tains d’entre nous ici, par­faits ano­nymes, voire toute petite fraise révo­lu­tion­naire en ce qui me concerne, cette décla­ra­tion d’in­ten­tion, disais-je, ma paraît très bien…

    … je vais cepen­dant nuan­cer une ou deux petites choses, des détails me direz-vous, des détails néan­moins très impor­tants selon moi_mais peut-être ne ferais-je que répé­ter ce que cer­tains ont déjà pu en dire ici ou là. Je pour­suis néanmoins.

    Pre­mier point : il ne peut s’a­gir en aucun cas d’une énième Répu­blique et cette nuance est capi­tale pour bien faire la dif­fé­rence avec tout ce qu’on a connu depuis 1789 et que ce que nous pro­po­sons, ce qu’il nous faut pro­po­ser, ce qu’il nous faut « consen­suer » c’est bien la Démo­cra­tie, ce sys­tème en théo­rie et pro­met­teur par ses prin­cipes et du bon choix de ses méca­nismes de rendre la vie plus res­pec­table pour tous, garant du bien com­mun comme de la digni­té humaine.
    Il est vrai urgent et fon­da­men­tal de chan­ger et de para­digme et tout cet envi­ron­ne­ment structurel.
    Il n’y a là rien d’im­pos­sible : les par­tages en tous genres et le didac­tisme qui les accom­pagnent nous fami­lia­risent très vites avec ces pos­tu­lats et ces fon­da­men­taux, ces outils, ces évi­dences… excep­té peut-être les durs à cuire et autres SISSI ^^

    Une chose n’est pas abor­dée, pas vrai­ment dans le sujet de cette inten­tion mais néan­moins essen­tielle : cette Consti­tuante n’est pas tant tirée au sort pour écrire et trou­ver ces fon­da­men­taux, ces règles et méca­nismes qui existent peut-être déjà mais pour cau­tion­ner, rédi­ger ce Droit du droit déjà si bien expli­ci­té par cer­tains spé­cia­listes ou de par­faits ano­nymes… tel pour le fonc­tion­ne­ment futur de nos nou­velles ins­ti­tu­tions, la Chambre (l’As­sem­blée) Natio­nale enté­ri­nant des pro­po­si­tions après avoir par­ta­gé et tra­vaillé des­sus, ce didac­tisme de syn­thèse à même de faire les choix les plus oppor­tuns pour la com­mu­nau­té et l’in­té­rêt de tous.

    Le m6r ! cette appel­la­tion me paraît trop ban­cale pour être réel­le­ment hon­nête… ce 6 super­flu dont j’ai déjà par­lé et ce besoin idiot de tout rac­cour­cir à des sigles quand nous ferions mieux de bien nom­mer les choses pour être sûr de bien les assimiler.

    Pour finir, Judith BERNARD est elle-même une pri­vi­lé­giée, à sa façon et, toute hon­nête, toute démo­crate qu’elle soit, nous sommes en devoir et en prin­cipe de nous en méfier, comme il serait des plus indi­qués de citer en pre­mier lieu le nom d’E­TIENNE, grand spécialiste/ambassadeur en la matière et tout petit citoyen en dés­in­té­rêt, ce risque bien sûr de l’as­so­cier à ce mou­ve­ment et d’y mener à sa suite tous les vrais révol­tés si sous-inten­tion il y a, cette publi­ci­té dans tous les cas pour ce didac­tisme et cette éman­ci­pa­tion indis­pen­sable, mais pour cela il fau­drait vrai­ment le pla­cer à part et en toute publi­ci­té (rendre public) et non l’en­fer­mer tout petit patro­nyme dans cette liste exhaus­tive ou non d’ar­tiste et de per­son­na­li­tés… mais la chose est-elle bien pos­sible quand un cer­tain Mélan­chon lance pareil mou­ve­ment, franc-maçon notoire et dépu­té trans­at­lan­tique, euh, par­don, euro­péen ! J’en doute… et même si cela était pos­sible je serais encore plus méfiant ^^

    Réponse
  16. EFFAB

    « ce sys­tème ‘idéal’ en théorie »
    « Il est ‘vrai­ment’ urgent »… fal­lait-il lire (3ème para­graphe) je passe les l’i­nat­ten­tion orthographique ^^

    Face à la connais­sance, aux connais­sances, à ce recul, à cette éthique voir cette conscience aiguë de cer­taines choses, aus­si rela­tives et per­fec­tibles soient-elles [le nombre et non le genre l’emporte], nous sommes en devoir et en res­pon­sa­bi­li­té de res­ter inflexibles quoique ouverts, et des plus exi­geants quoique des plus dés­in­té­res­sés : cela n’a rien à voir avec quelque éli­tisme et aris­to­cra­tie que ce soit mais bien avec ce par­tage en com­mun et cette res­pon­sa­bi­li­té mutuelle, cette consé­quence et cette néces­si­té à agir dans l’in­té­rêt de tous, d’au­tant plus si cer­tains en sont encore inconscients_le tout étant de ne pas confondre bien com­mun et pré­ten­tions multiples.

    Réponse
  17. Merome

    Ben moi j’ai pas signé le M6R pré­ci­sé­ment parce qu’il est écrit ‘élec­tion’ au lieu de ‘dési­gna­tion’ ou autre chose. Et j’ai essayé de le faire savoir sur twitter.

    Je suis sur­pris qu’E­tienne s’y laisse (presque) prendre. Le piège est assez énorme et visible, non ?

    Réponse
    • Ana Sailland

      Depuis le début de cette conver­sa­tions par­fois hou­leuse ( tant mieux : on n’est pas morts 😉 ) je couve ce qui suit sans savoir quand le dire.

      Ni trop comment.

      Ça a mûri un peu, donc je pond 😉

      Judith expé­die un mes­sage magni­fique, en accord qua­si par­fait avec ce pour­quoi cer­tains d’entre nous ici se battent.
      Elle explique les défauts de l’élection.
      Et au final, nous demande de signer une péti­tion récla­mant une élection.

      Cher­chez l’erreur.

      Je pour­suis ensuite la lec­ture des uns et des autres, et je per­çois un truc bizarre : on signe, et ensuite les pro­prié­taires de la péti­tion, donc les pro­prié­taires de nos signa­tures, donc d’une par­tie de notre foi .….…, comme ça, du fait qu’ils sont gen­tils, ou intel­li­gents, feront peut être autre­ment que ce qui est men­tion­né dans l’ap­pel que nous aur(i)ons signé, un autre truc que l’é­lec­tion. Tirage au sort, élec­tion sans can­di­dat, que sais-je, et jus­te­ment, per­sonne ne sait.

      Ou bien peut être feront ils ce qui n’est pas dans le court texte lisible sur leur site : éli­mi­ner les ambi­tieux, et rendre inéli­gibles les constituants.

      Mais mais mais, c’est quoi cette blague ?

      On ne signe pas de l’hy­po­thé­tique, ni dans l’es­poir d’un revi­re­ment de l’en­ga­ge­ment ini­tial au pro­fit de nos convic­tions qui ne sont même pas men­tion­nées, non, quand on signe, sur le par­che­min de l’in­cons­cient s’ins­crit le texte pour lequel on signe, et pas un autre.

      La cohé­rence, c’est dire ce qu’on fait et faire ce qu’on dit
      La cohé­rence, c’est pen­ser ce qu’on fait et faire ce qu’on pense
      La cohé­rence, c’est pen­ser ce qu’on dit et dire ce qu’on pense

      On nous demande donc de fon­der nos espoirs sur l’in­co­hé­rence de l’é­quipe initiante.
      C’est assez incohérent.

      Je passe sous silence le fait que (peut être n’ayant pas assez cher­ché) je ne connais pas l’i­den­ti­té des ini­tiants, ni les des­ti­na­taires de la péti­tion. Ah ben non, c’est pas sous silence hihi.

      Cette ques­tion des des­ti­na­taires n’est pas anodine.
      Pré­si­dence ? Par­le­men­taires ? Pre­mier ministre ?

      Sup­po­sons que l’une de ces enti­tés accède à la requête.

      Ce sera donc le gou­ver­ne­ment et lui seul qui met­tra en place le pro­ces­sus constituant.

      Et il par­ti­ra d’une requête en élection.

      Je vous laisse devi­ner la suite.

      Hors sujet, ou presque : si l’es­clave adresse une requête au maître, il recon­naît la légi­ti­mi­té du maître.

      Réponse
      • EFFAB

        Et nous sommes nom­breux à nous la poser, non pas qu’on puisse ici dou­ter mais bien cette pres­cience et cette matu­ri­té qui feront tout ce qui est en leur volon­té pour ne plus tom­ber dans aucun pan­neau et ritour­nelles historiques.

        La pen­sée chouar­dienne est le garant de la Démo­cra­tie vraie (je ne dis pas qu’il y a là arbi­traire idéo­lo­gique ou per­fec­tion abou­tie, n’in­ter­pré­tez pas mal mes pro­pos), en cela, comme avec d’autres réflexions (réap­pro­pria­tion de la mon­naie, salaire à vie, décrois­sance, per­ma­cul­ture, éner­gies durables…), elle doit accom­pa­gné la publi­ci­té (rendre public) et la démarche, la mise en branle d’une Consti­tuante… qui, à son tour, sera garan­tie par les appli­ca­tions réelles de tous ces méca­nismes et mul­tiples réflexions, ceci très bien for­mu­lé par les pro­pos d’ANA :

        « La cohé­rence, c’est dire ce qu’on fait et faire ce qu’on dit
        La cohé­rence, c’est pen­ser ce qu’on fait et faire ce qu’on pense
        La cohé­rence, c’est pen­ser ce qu’on dit et dire ce qu’on pense »

        Réponse
    • Katharina

      voi­là, c’est exac­te­ment la ques­tion que je me suis posée moi-même.

      Réponse
      • EFFAB

        erreur d’ai­guillage, en fait mon com­men­taire devait se pla­cer juste après celui de KATHARINA… je sais, un détail_mais ces détails aus­si impor­tants dans la Consti­tu­tion à rédi­ger que ces prin­cipes fon­da­men­taux… certes, il a éga­le­ment détail sans consé­quence (celui-ci, cette ‘erreur’) et d’autres autre­ment plus ‘capitaux’_ce der­nier mot détour­né j’i­ma­gine de sa valeur ou de son éthique, car ‘plus-value’ à pro­pos et à des­sein, cet argent et cette cupi­di­té qu’il a bien fal­lu pla­cer haut des­sus de tout pour en arri­ver là ^^

        Réponse
  18. J-Stéphane
    • EFFAB

      Com­ment ça s’ap­pelle ceci ? du par­jure ? un man­que­ment à la parole don­née tout en auto­ri­sant des mal­frats à des res­pon­sa­bi­li­tés publiques (nor­ma­le­ment cen­sées être d’in­té­rêt public) ? se foutre éper­du­ment de la gueule et de la sou­ve­rai­ne­té citoyenne (elle a bon dos ou le bon­net du cocu, je sais) ?…

      … ça ne méri­te­rait pas nor­ma­le­ment juris­pru­dence tout ceci ? et ne me dites pas que la charge pré­si­den­tielle en est exclue puis­qu’il y a ‘élec­tion’ sur des pro­messes et des pro­grammes des plus sérieus(e)s !

      EFFAB, simple citoyen, en appelle aux juges et aux com­pé­tents de bonne volon­té, y‑a–il lieu ici d’en­vi­sa­ger quelque action ?

      Réponse
  19. beo

    À pre­mière vue d’ac­cord avec eux qui pensent que le terme « élec­tion » est incom­pa­tible avec tirage au sort. En effet élire c’est choi­sir selon cer­tains cri­tères, donc cela est en oppo­si­tion avec l’i­dée de tirage au sort, quoi­qu’en dise Mon­tes­quieu dans son fran­çais d’alors.

    Main­te­nant l’as­sem­blée peut être élue puis tirée au sort. Eh oui, les citoyens peuvent cha­cun dési­gner la per­sonne qu’ils vou­draient voir les repré­sen­ter à l’as­sem­blée, puis on tire au sort par­mi les citoyens pour savoir ceux qui seront effec­ti­ve­ment représentés.

    En effet une telle pro­cé­dure garan­tit l’é­ga­li­té poli­tique des citoyens qui ont tous la même pro­ba­bi­li­té d’être représentés.

    Ensuite ce qui donne la légi­ti­mi­té au texte c’est le réfé­ren­dum, mais pour en orga­ni­ser un il faut d’a­bord ostra­ci­ser tous les chiens puants qui ont trem­pé de près ou de loin dans l’af­faire du 4 février 2008.

    Réponse
    • EFFAB

      pas mal ^^
      lec­ture très rafraî­chis­sante quoique des plus sérieuses

      Réponse
  20. J-Stéphane

    Com­men­taire de Judith Ber­nard sur le FB d’Etienne :

    « (Mais je com­prends aus­si que les gens soient très scep­tiques : lan­cer le m6r, dans ces condi­tions, en lais­sant les per­son­na­li­tés qui l’in­ves­tissent l’in­flé­chir dans le sens qu’ils veulent, c’est pour Mélen­chon le risque – et peut-être même le pro­jet – d’être tota­le­ment débor­dé par des ana­lyses qui le met­tront hors-jeu. C’est tel­le­ment inédit de la part d’un poli­ti­cien qu’il n’est pas éton­nant que la plu­part des gens ne soient pas dis­po­sés à faire confiance d’emblée. Si je n’a­vais pas vu et et enten­du ce qui s’est pas­sé à cette pre­mière réunion, je n’y croi­rais pas moi-même). »

    Réponse
    • Sam

      Et moi je suis, comme on dit, comme Saint Thomas.

      J’ai assez mili­té pour savoir que le résu­mé – ne par­lons pas de la simple impres­sion inex­pli­quée – produit(e) par un tiers à la fâcheuse ten­dance à contras­ter vio­lem­ment avec l’a­na­lyse qu’un autre se serait lui-même fait s’il avait assis­té à la même scène.

      Et que les arra­cheurs de dents courent les rues au pays des diri­geants de par­tis qui ont démon­tré avoir de la bou­teille. Je ne leur en veux même pas, c’est pré­ci­sé­ment leur bou­lot que de vendre du rêve en concluant qu’il faut en pas­ser par un vote pour leur écurie.

      Bref, c’est léger, très léger. Et moi je ne vais pas sur face de bouc, donc j’at­ten­drai les cla­ri­fi­ca­tions, comme d’hab, et sans me faire la moindre illusion.

      Réponse
  21. gracia

    En écou­tant The Police et la tra­duc­tion des paroles en fran­çais il y a un fil conduc­teur qui rejoint les idées d’E­tienne. Si quel­qu’un est assez doué pour y faire un mon­tage et le mettre sur You­Tube ou dai­ly­mo­tion cela serait pas mal…comme virus ..

    Réponse
  22. gracia

    Par­don le titre spi­rits in a mate­rial world

    Réponse
    • EFFAB

      La musique…

      https://​you​tu​.be/​8​w​t​Q​v​b​A​0​WC4

      et les paroles…

      Spi­rits In The Mate­rial World (Des Esprits Dans Un Monde Matériel)

      There is no poli­ti­cal solution
      Il n’y a pas de solu­tion politique
      To our trou­bled evolution
      Pour notre évo­lu­tion troublée
      Have no faith in constitution
      N’ayez aucune foi dans la constitution
      There is no bloo­dy revolution
      Il n’y a pas de révo­lu­tion sanglante

      We are spi­rits in the mate­rial world (x4)
      Nous sommes des esprits dans un monde maté­riel (x4)

      Our so cal­led lea­ders speak
      Nos lea­ders ain­si nom­més parlent
      With words they try to jail you
      Avec des mots ils essayent de vous emprisonner
      They sub­ju­gate the meek
      Ils sub­juguent le doux
      But it’s the rhe­to­ric of failure
      Mais c’est la rhé­to­rique de l’échec

      We are spi­rits in the mate­rial world (x4)
      Nous sommes des esprits dans un monde maté­riel (x4)

      Where does the ans­wer lie ?
      Où la réponse ment-elle ?
      Living from day to day
      Vivant au jour le jour
      If it’s some­thing we can’t buy
      Si c’est quelque chose que nous ne pou­vons pas acheter
      There must be ano­ther way
      Il doit y avoir un autre chemin

      We are spi­rits in the mate­rial world (x4)
      Nous sommes des esprits dans un monde maté­riel (x4)

      (http://​www​.lacoc​ci​nelle​.net/​2​6​4​7​3​8​.​h​tml)

      Réponse
      • Sam

        Dans le contexte, j’au­rais tra­duit un peu dif­fé­rem­ment, ou plu­tôt il faut ten­ter de rendre compte des jeux de mots :

        There is no bloo­dy revolution
        Il n’y a pas de révo­lu­tion sanglante

        Cela veut aus­si bien dire, dans un argot très uni­ver­sel : cette fichue révo­lu­tion qu’on vous res­sasse n’existe pas. Bien sûr le jeu de mot ménage les deux sens, mais l’un dans l’autre, j’y vois tout autant l’i­dée que cette révo­lu­tion qui, selon la même idée reçue, est néces­sai­re­ment san­glante, est jus­te­ment celle qui n’en est pas une – comme on sait, elle ne fait fina­le­ment que rem­pla­cer une classe domi­nante par une autre, un mode de domi­na­tion par un autre. Et de là, retour à la sen­tence lit­té­rale : il n’y a pas de révo­lu­tion san­glante. Mais le détour a toute son importance.

        Where does the ans­wer lie ?
        Où la réponse ment-elle ?

        La pre­mière inter­pré­ta­tion devrait plu­tôt être, tout sim­ple­ment : où réside la réponse, où est la réponse. La for­mule n’im­plique même pas le jeu de mot avec l’autre sens (men­tir). Mais comme c’est de la poé­sie, évi­dem­ment toutes les inter­pré­ta­tions pos­sibles sont bien­ve­nues, et dans le contexte (cri­tique poli­tique radi­cale), il va sans dire que celle-ci l’est, d’au­tant plus qu’elle est… téléphonée. 😉

        Our so cal­led lea­ders speak
        Nos lea­ders ain­si nom­més parlent

        Un peu pareil. La tra­duc­tion la plus directe, du moins la plus clas­sique, aurait dû être : nos soi-disant diri­geants parlent. Mais le choix des mots « ain­si nom­més » est délec­table pour les rai­sons qu’on imagine.

        Réponse
        • EFFAB

          Sans par­ler que le choix de « nos soi-disant » lea­ders aurait pu favo­ri­ser cette évi­dence voire cette contes­ta­tion chez un public pres­sen­tant par­fois dans son bon sens popu­laire ou ses réfé­rents cultu­rels cette auto-attri­bu­tion de pou­voir par-delà tout enjeu électoral_à moins, bien sûr, que je ne cherche ici la petite bête qui n’a pas lieu.

          Réponse
          • Sam

            la petite bête qui n’a pas lieu

            Du tout, du tout. 

            En employant ce soi-disant et en lisant ce mot qu’on emploie si sou­vent, je n’a­vais encore jamais son­gé à quel point il décrit le prin­cipe d’auto-ins­ti­tu­tion. Shame on me. On ne m’y repren­dra donc plus. Et un grand mer­ci à toi pour le décryptage.

          • EFFAB

            et ‘honte à moi’… sans rire, j’ai de grosses lacunes en anglais que je ne parle d’ailleurs pas, tels les mots par­fois les simples.
            Petite bête petit neu­rone, donc !

    • EFFAB

      « If it’s some­thing we can’t buy
      Si c’est quelque chose que nous ne pou­vons pas acheter
      There must be ano­ther way
      Il doit y avoir un autre chemin »

      Ceci me semble très inté­res­sant… qu’en pen­sez-vous vous-même, GARCIA ?

      Réponse
  23. J-Stéphane

    Suite :  » De toute façon, le texte de ma décla­ra­tion est, à l’heure actuelle, celui qui a reçu le plus d’adhé­sion et de « par­tages » (dans des pro­por­tions assez spec­ta­cu­laires). Mélen­chon ne pour­ra pas igno­rer que l’a­na­lyse poli­tique que je porte recueille une si copieuse adhé­sion ; cela signale clai­re­ment où se tient la force poli­tique dis­po­nible aujourd’­hui (du côté de citoyens démo­crates méfiants vis-à-vis des struc­tures par­ti­daires et des logiques élec­to­rales) ; cela signale, il me semble, qu’au­cun mou­ve­ment puis­sant ne pour­ra se faire en France sans cette force politique. »

    Réponse
  24. EFFAB

    Entiè­re­ment d’ac­cord sur la puis­sance et « l’in­con­tour­na­bi­li­té » de cette ‘force publique’, sa non-récu­pé­ra­tion aussi…

    … c’est tout à la louange et à l’i­ni­tia­tive de Mélan­chon (ou/et de tel col­lec­tif) d’a­voir lan­cé ce mou­ve­ment citoyen mais pour que tout cela soit pris au sérieux et soit réel­le­ment pris au sérieux, il faut qu’il se désiste, en tant que poli­ti­cien, au pro­fit des seuls concer­nés, c’est-à-dire les plus ano­nymes d’entre nous… il fau­drait aus­si foutre cette appel­la­tion idiote (m6r), qu’il s’a­gisse du sigle ou de tout l’en­tier entiè­re­ment pro­non­cé, au ren­card et dans les plus brefs délais !

    Une telle ini­tia­tive ins­tau­rée par une telle per­son­na­li­té peut jouir d’une grande publi­ci­té mais pour que tout cela soit cré­dible il faut une entière réap­pro­pria­tion par les citoyens, ces listes de per­son­nages connus n’é­tant que ce coup de pouce média­tique et rien de plus.

    Réponse
  25. Marguerite

    Bon­jour,

    Je viens ici pour poser quelques ques­tions bêtes, je n’ai pas beau­coup d’ar­gu­ments, ni une grande culture. 

    J’ai vu sur le site de Mélan­chon ce lien pour « une 6eme repu­blique » mais rien qui explique com­ment lui et son par­ti (car c’est bien eux qui ont lan­cé cette idée comme bien expli­qué plus haut)…comptent pro­cé­der pour la construire (avec nous ? sans nous ? ect…)
    Je me suis tapé une heure trente de bla­bla en écou­tant son dis­cours a la fête de l’hu­ma­ni­té qui appa­rem­ment expli­quait un peu plus en détail ce pro­jet à la pers­pec­tive réjouissante.…

    Ce que j’ai rete­nu : Une démo­cra­tie plus proche de celle de la Suisse ou du Vene­zue­la avec plus de refe­ren­dum. J’é­prouve déjà non pas une réti­cence mais une crainte vis a vis de ces refe­rem­dum car etant dans l’u­nion euro­péenne j’ai peur qu’ils ne soient jamais respéc­tés .…. Qu’en pen­sez vous ?

    Ces réfe­ren­dum seraient-ils aus­si fait pour la redac­tion de la constitution ?

    Fina­le­ment je ne vois pas dans leur pro­jet une vraie porte ouverte. Si la 6eme repu­blique est ini­tiée par un par­ti poli­tique… com­ment peut elle ensuite appar­te­nir au peuple, nous redon­ne­rons t’ils le « droit » d’e­crire nous même cette nou­velle consti­tion.…? Si non, com­ment nous le procurer ?

    Sur le site je vois qu’il y a une page « j’aide », que cela ne tienne, je m’y rend pour voir si c’est bien une aide pour écrire une nou­velle consti­tu­tion mais je vois que c’est sur­tout pour aider a faire de la com­mu­ni­ca­tion autour de ce projet.…
    Je cite : « Pour la 6e Répu­blique, créons un mou­ve­ment coopé­ra­tif. Chaque talent peut contri­buer au déve­lop­pe­ment de cette ini­tia­tive. Qu’il s’agisse d’aider à la construc­tion tech­nique de ce site ou de pro­po­ser des ini­tia­tives, faites-vous connaître ! »

    Mer­ci d’a­vance pour votre réponse que j’at­tend avec impatience 🙂

    Réponse
    • Ana Sailland

      Il n’y a rien de bête à s’in­ter­ro­ger sur ce qui n’est pas précis.

      Tes ques­tions sur le pour­quoi du com­ment ou le com­ment tout court sont pertinentes.

      Je n’en prends qu’une, qui a été déjà abor­dée ici en débat par­fois hou­leux, celle qui concerne l’ar­ti­cu­la­tion de l’i­ni­tia­tive popu­laire avec le droit pré­ten­du légi­time et supé­rieur de l’UE.

      Voi­ci mon point de vue, pas for­cé­ment par­ta­gé par tous.

      Le RIP, pro­ces­sus de déci­sion popu­laire suite à ques­tion posée par le peuple lui-même, est de l’ordre de la quin­tes­sence de la sou­ve­rai­ne­té popu­laire, et ne sau­rait être contre­dit ni contré par un pou­voir oli­gar­chique quel qu’il soit, natio­nal, ou supra natio­nal, ni inhi­bé par des contrats inter­na­tio­naux, par­fois signés dans son dos dos du peuple), par­fois signé par lui mais en dis­si­mu­la­tion des petites lettres.

      Un trai­té signé par le peuple dans le régime pré­sent n’est pas rédi­gé par le peuple. On lui donne à choi­sir entre rien ou pire, et il ne peut que dire non ou amen, mais en aucun cas par­ti­ci­per à la rédac­tion de la ques­tion. Il signe dans la non liber­té, n’est donc pas engagé.

      Les enga­ge­ments pris par d’autres que lui ne lient pas un peuple qui s’ex­prime ni ne le contraignent à limi­ter ses choix.

      Casus bel­li est possible.

      Mais il faut savoir ce qu’on veut, et assu­mer la por­tée des pro­messes que l’on fait :

      Pro­mettre la démo­cra­tie, c’est renon­cer au pou­voir, j’ose dire même à sa propre vision (!!!), et accep­ter que d’autres pro­messes, qui ne sont pas de lui , soient dénon­cées par le peuple.

      Un par­ti qui pro­met la démo­cra­tie mais n’an­nonce pas cela en clair est sus­pect de xyloglossie.

      Réponse
      • EFFAB

        Oui, c’est ça, il a tout à fait une tête de xylo­glosse, Mélen­chon, Mélan­chon, Melen­chon, enfin c’est comme on veut, THIERRY est bien gen­til mais quand cer­tains manient à ce point la langue de bois et se foutent de ce que je pense, moi, de ce qui me ren­drait libre et plus accep­table sur­tout le fait de par­ta­ger une Terre où des ini­qui­tés sont com­mises au quo­ti­dien, dans la plus grande indif­fé­rence ou le déni de tout, alors, vous pou­vez ima­gi­ner ce qu’un « e » ou un « a » mal pla­cé m’ins­pire et com­bien j’en rien à foutre !

        Réponse
        • Ana Sailland

          « Oui c’est ça »

          Non : « ça », c’est ton style. ; il n’y avait pas d’at­taque ad hominem.

          Ce qui compte, c’est le méca­nisme qui de tout poli­tique fait un émet­teur de pro­messes et rien de plus.

          Dénon­cer les faits ou les risques est utile et peut faire réflé­chir, quand dénon­cer les gens divise, car un mili­tant est lié affec­ti­ve­ment, et se referme comme une huître quand on attaque son phare.

          Réponse
          • EFFAB

            « ça », « on », « nous »… moi je te dirais que la diplo­ma­tie a ses limites et que son phare j’en ai rien à foutre, car ces choix et ces convic­tions déter­minent bien le monde tel qu’il est et la néces­si­té démo­cra­tique n’ex­clue en rien ce rap­port de force qui la condi­tionne à se plus congrue et petite expres­sion… donc, face à tout de déni et tous ces des­seins, j’aime bien « mon style » franc et anti-xyloglosse !

            Néan­moins je ne pense pas être plus abru­ti qu’un autre et j’en prends bien note car effec­ti­ve­ment, ceci comme tu l’as si bien for­mu­lé laisse à réflé­chir et nous rap­pelle com­bien l’in­tel­li­gence se doit d’être sub­til dans ces rap­ports si conflic­tuels oppo­sant tout un cha­cun aux convic­tions d’au­trui et mille et un conflits et centres d’intérêts…

            … « Dénon­cer les faits ou les risques est utile et peut faire réflé­chir, quand dénon­cer les gens divise, car un mili­tant est lié affec­ti­ve­ment, et se referme comme une huître quand on attaque son phare. » (ANA)

          • Ana Sailland

            Le mot abru­ti est ici créé ex nihilo 😉

          • EFFAB

            lol… mais un comme ATTILA / Atta­li, c’est quoi au juste, un mili­tant qui y trouve un cer­tain confort intel­lec­tuel ou un idéo­logue qui confond la pro­so­die des mots avec leurs vrais caleurs ?… là j’ai besoin que tu m’é­claire car à ce stade de mani­pu­la­tion ou d’a­bru­tis­se­ment (je parle là de lui), je ne vois pas trop com­ment faire sans le dénon­cer à ceux qui gobent plus ou moins ses pro­pos, l’i­déal étant qu’un grand nombre l’i­gnore et n’al­lume plus leur poste TV !

            Images et dis­cours à l’appui…
            https://​you​tu​.be/​C​F​i​g​n​3​R​w​vTs

          • Ana Sailland

            Euh Effab, tu ne par­lais pas d’attali.

          • EFFAB

            Aupa­ra­vant, non, mais puisque tu en parles, disons qu’un Mélenchon/mélanchon ne m’ins­pire pas plus que ça… la grande gueule qui aime à s’af­fi­cher et l’i­déo­logue qui n’n a pas moins cet ego et cette déme­sure de sa culture et de sa ‘puis­sance’, bien qu’At­ta­li paraît beau­coup plus com­plexe comme per­son­nage, mais ceci n’est peut-être après tout qu’un à prio­ri phy­sique de ma part.

            … deux élus, deux ‘élites’ qui parlent de leurs petites affaires, de leur petite cuisine_et cette seconde par­tie, à l’é­tage, séquence ano­dine en soi qui me semble pour­tant très révé­la­trice, bien que ceci soit dif­fi­ci­le­ment explicable.

          • Katharina

            pour répondre à EFFAB :
            Atta­li c’est Javart des Misé­rables, c’est Thiers, c’est Scrooge (Chris­mas Car­rol, Dickens), c’est abso­lu­ment pas intel­lec­tuel du tout, ses pen­sées sont gros­sières, simples et mani­pu­lantes tout sim­ple­ment. Il s’est van­té par­tout d’a­voir écrit chaque année un livre, (bra­vo!) mais en fait il bande vis-à-vis des idées incultes et gros­siers des amou­reux du nou­vel ordre mon­diale avec Jéru­sa­lem en capi­tale pla­né­taire. Il est au bord des larmes quand il retrouve ses étu­diants du poly­tech­nique. (A pro­pos du poly­tech­nique, à lire abso­lu­ment « Mon der­nier sou­pir » de Luis Bunuel. )
            En retour il est aus­si dan­ge­reux que Pablo Esco­bar, le gros chef de bande de drogues en Colom­bie qui a fait tel­le­ment de morts, mais qui pleure quand l’é­lé­phant de son zoo pri­vé s’est bles­sé la patte (rien contre les élé­phants en géné­ral, j’a­dore les élé­phants!). C’est ma vision sur cette figure et il est redoutable.

          • EFFAB

            Je suis bien d’ac­cord avec toi, KATHARINA, c’est pour­quoi il est temps de faire tom­ber les masques et de révé­ler qui il est exac­te­ment, tout ce qu’il repré­sente, à ne plus lais­ser un ETIENNE par­fois trop gen­til et trop cour­tois dis­cou­rir ain­si avec lui sans lui ren­trer grave dedans_car nous en sommes bien là aujourd’­hui, ce n’st pas ce rap­port de force et d’in­fluence qui nous obli­ge­ra moins mais bien cette audace et ce bon droit de n’en faire qu’à leur tête. A méditer.

      • Marguerite

        Mer­ci Ana pour ta réponse je vais me pen­cher un peu plus sur le RIP 🙂

        Réponse
    • Sandy

      Pour­quoi craindre le non res­pect d’un réfé­ren­dum par l’UE ?
      Un réfé­ren­dum sur quoi ?

      Concer­nant la consti­tuante, elle consis­te­ra à mettre en place une VIème répu­blique. Un réfé­ren­dum sera orga­ni­sé pour sa ratification.
      Et dès que la nou­velle consti­tu­tion entre en vigueur, alors il fau­dra orga­ni­ser les ins­ti­tu­tions en consé­quence. Dès lors cela ne dépend que des citoyens, des ins­ti­tu­tions qu’ils vou­dront défi­nir, et des per­sonnes à qui ils confie­ront le soin d’exer­cer les pou­voirs ain­si ins­ti­tués. Les per­sonnes qui exer­çaient des pou­voirs dans les anciennes ins­ti­tu­tions seront auto­ma­ti­que­ment virées.
      Très concrè­te­ment, si Mélen­chon est élu pré­sident, et que le gou­ver­ne­ment est ain­si com­po­sé de membres du front de gauche et leurs alliés, que ce gou­ver­ne­ment met en place la consti­tuante, alors une fois la nou­velle consti­tu­tion mise en place, Mélen­chon, et le gou­ver­ne­ment du front de gauche n’ont plus de légi­ti­mi­té et doivent démis­sion­ner. Tout comme les dépu­tés, les séna­teurs etc …

      Réponse
      • Ana Sailland

        San­dy, la fin de ton mes­sage est à envi­sa­ger plus que sérieusement.

        Réponse
        • Sandy

          Pas com­pris.

          Réponse
      • Marguerite

        Je crains un non res­pect de l’UE, d’a­bord, car cela c’est déjà pro­duit, et aus­si parce qu’en ce moment, ils sont en train de négo­cier le TAFTA et qu’ils font abso­lu­ment tout pour que per­sonne ne sache ce qu’il se passe… Ce qui d’a­près moi, confirme que l’u­nion euro­péenne n’a­git pas pour « le peuple ».… 

        Donc pour­quoi accep­te­raient-ils des réfé­ren­dum, qui met­traient à mal des pro­jets de grosses mul­ti­na­tio­nales, l’en­ri­chis­se­ment des plus riches, etc. ?

        Réponse
        • Ana Sailland

          Face à une déci­sion d’un peuple qui se décla­re­rait inté­gra­le­ment sou­ve­rain, ils n’au­raient pour argu­ment que la vio­lence, éco­no­mique, ou mili­taire. Les choses seraient plus claires. Et s’ils uti­li­saient cet argu­ment, d’autres peuples ouvri­raient les yeux. Consé­quences impré­vi­sibles pour les domi­nants qui seraient bien embar­ras­sés de devoir admi­nis­trer à la France un embar­go tel que sur l’Irak .……

          Réponse
          • Ana Sailland

            La nais­sance d’une auto­dé­ter­mi­na­tion réelle et inté­grale impo­se­rait à ceux qui contraignent par la ruse et la dis­si­mu­la­tion un bas les masques qui pour eux pou­rait être mortel.

    • Sam

      Mar­gue­rite,

      je dirais d’a­bord que oui, tout çà n’est pas clair du tout, même pas sur l’es­sen­tiel, et que la faute à qui, jus­te­ment, sinon à ceux qui proposent ?

      Ensuite, je dirais qu’il n’y a aucun risque que le résul­tat d’un réfé­ren­dum ne soit pas res­pec­té quand ceux qui l’ont déclen­ché sont ceux-là mêmes qui ont le pou­voir… et quand ils l’ont fait de leur plein gré. Dans ce cas, c’est juste une ques­tion qu’un diri­geant pose : et parce qu’il ne veut pas prendre seul la res­pon­sa­bi­li­té d’une déci­sion et parce que çà ne le dérange pas que la réponse de ses subor­don­nés soit oui ou non.

      Mais il y a au moins trois types de réfé­ren­dum. Dans le deuxième cas le plus clas­sique, il est éga­le­ment déclen­ché par ceux qui ont le pou­voir mais il est sup­po­sé être plus ou moins auto­ma­ti­que­ment impo­sé, pour se déter­mi­ner sur un type de ques­tion, qui touche typi­que­ment à la modi­fi­ca­tion de la consti­tu­tion ou à la rati­fi­ca­tion d’un trai­té répu­té avoir un gros impact sur la poli­tique natio­nale. Mais bien sûr, les gens au pou­voir ont écrit et modi­fié ces règles qui soi-disant imposent l’au­to­ma­tisme, de sorte que le chef du gou­ver­ne­ment, ou on ne sait qui dont il est la marion­nette, choi­sissent eux-mêmes soit de déci­der seul soit de lais­ser l’au­to­ma­tisme se faire quand çà ne les dérange pas.

      Évi­dem­ment, les divers réfé­ren­dum poten­tiels concer­nant l’UE cor­res­pondent inva­ria­ble­ment à un cas où çà fait chier le pou­voir de poser la ques­tion pour la même rai­son qui fait que seul le oui est une réponse qu’ils peuvent gérer : cette confé­dé­ra­tion dégé­né­rée est tota­le­ment irré­for­mable ; elle est atteinte depuis sa nais­sance, pour d’é­vi­dentes rai­sons struc­tu­relles, d’une mala­die gra­ve­ment dégé­né­res­cente : elle ne connaît que la fuite en avant dans le sens des volon­tés des action­naires ano­nymes de tous pays. Rai­son pour laquelle, bien sûr, un réfé­ren­dum a rare­ment été déclen­ché et en cas de réponse néga­tive on a sys­té­ma­ti­que­ment repo­sé la ques­tion jus­qu’à ce que la nou­velle réponse soit oui.

      Je n’é­tais pas là, mais je gage tout de même que s’ils ont évo­qué l’exemple du Vene­zue­la et de la Suisse, c’est pré­ci­sé­ment pour par­ler d’un autre type de « réfé­ren­dum » auquel on s’ap­plique en géné­ral à don­ner un autre nom car c’est sen­sé être « le peuple » qui fait les ques­tions et non pas seule­ment les réponses. C’est « la vota­tion » pour les Suisses. Le « réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive citoyenne » (RIC) pour nous, RIC qu’on attend encore, bien sûr. 

      Mais tout le pro­blème, natu­rel­le­ment, est qu’une ini­tia­tive part néces­sai­re­ment non pas du peuple mais d’un tout petit nombre de gens, et de savoir si, en pra­tique, l’i­ni­tia­tive n’est pas sys­té­ma­ti­que­ment mono­po­li­sée, ou encore détour­née, par exemple, par une mul­ti­na­tio­nale du béton, de l’é­di­tion et de l’ar­me­ment créant un buzz via sa presse et via un ou quelques par­tis qu’elle aura arro­sés, ou les employant pour étouf­fer l’i­ni­tia­tive de gens qui auront eu la naï­ve­té de s’ap­puyer sur ces organes pour obte­nir la caisse de réso­nance qu’ils souhaitaient.

      J’in­ter­ca­le­rais un qua­trième type de réfé­ren­dum : les son­dages. Car non seule­ment ce type revient en gros au même que les réfé­ren­dum « non citoyens », dans la forme, mais il peut avoir à la limite autant de por­tée réelle, selon les usages, c’est à dire selon le pou­voir de ceux qui posent la ques­tion et selon les visées de ceux qui ont le pou­voir de créer d’é­normes buzz, d’ac­ti­ver un gros « effet de levier ». 

      Bien sûr, dans la qua­si-tota­li­té des cas les résul­tats des son­dages (et encore moins la manière dont ils sont inter­pré­tés) ne repré­sentent pas du tout ce que les gens pensent, pour la simple rai­son que les gens ne choi­sissent pas eux-mêmes et ne for­mulent pas eux-mêmes les ques­tions. Mais on n’en­tend que très rare­ment cette objec­tion (éga­le­ment rele­vée par Ana). Der­rière, la ques­tion est de savoir qui peut se payer un son­dage et sur­tout qui a le pou­voir de faire que Libé (par exemple) en rende compte.

      Pour finir, je te pose la ques­tion : crois-tu qu’on te vende vrai­ment de la démo­cra­tie quand ceux qui t’in­vitent à signer un tel chèque en blanc ne se donnent pas la peine de pré­ci­ser (ni de conce­voir, d’y pen­ser sérieu­se­ment) com­ment on va orga­ni­ser les RIC ? T’at­tends-tu d’ailleurs à ce qu’ils le fassent un jour ?

      Pour ma part, çà me paraît évident : pour com­men­cer, s’ils ne s’embarrassent pas du tout de ce pro­blème, c’est que dans leur concep­tion de la chose, de toute manière, dans la pro­cé­dure du RIC comme pour tout le reste on devra pas­ser, encore et tou­jours, par le filtre et le gou­let des par­tis, de leur direc­tion incon­trô­lable, de leurs pro­messes, … Après quoi, selon le cas, soit çà sera blo­qué et alors ils te diront sim­ple­ment que c’est la faute des médias et/ou du gou­ver­ne­ment, ou de tel ou tel de leurs enne­mis, soit çà pas­se­ra, quand çà arran­ge­ra on ne sait trop qui, et alors, comme tou­jours éga­le­ment, per­sonne n’in­ter­ro­ge­ra non plus les rai­sons struc­tu­relles de ce miracle… qui, comme par miracle, ne déran­geait pas le pouvoir.

      Qu’on prenne la ques­tion du réfé­ren­dum ou toute autre, on peut et on devrait en arri­ver à voir que les par­tis, du moins les par­tis en tant que machine à faire élire, sont le pro­blème et pas la solution.

      Réponse
      • EFFAB

        Qui est der­rière Libé ?…

        http://​www​.lejdd​.fr/​M​e​d​i​a​s​/​P​r​e​s​s​e​-​e​c​r​i​t​e​/​L​i​b​e​r​a​t​i​o​n​-​l​e​-​p​o​i​n​t​-​s​u​r​-​l​a​-​c​r​i​s​e​-​6​5​2​908

        http://www.sudouest.fr/2014/08/05/le-caprice-d-un-dieu-1633432–4018.php

        Quel tronche de cake ! je ne le connaissais_et dire que c’est ça qui nous gou­verne et qui nous impose ! Tiens, jus­te­ment, en par­lant de dada et de Fran­çaise des Jeux, ces prio­ri­tés socié­tales et éco­no­miques « incon­tour­nable » (c’est moi qui iro­nise) pour mieux faire rêver le consom­ma­teur-élec­teur et l’as­ser­vir plus avant… CONNARD !!!

        Réponse
        • Katharina

          Mer­ci ! pour ces vidéos incroxables – ca c’est sûr, qu’ils sont tota­le­ment malades et dangereux.

          Réponse
      • EFFAB

        Déso­lé, je ne sais pas ce qui s’est pas­sé mais je ne com­prends pas com­ment Mélen­chon ici s’st glis­sé en lieu et place de Roth­schild, je n’a­vais pas ce lien sur Mélen­chon d’ou­vert pour­tant… ?!… ou une sorte de lap­sus technique/informatique qui cache ou révé­le­rait bien d’autres choses qu’on nous cache­rait ^^ allez savoir !

        Réponse
      • EFFAB

        Bizarre, l’i­mage de la vidéo dans mon pre­mier post est reve­nue à l’i­ni­tial, cela prou­vant que ce n’est pas là une erreur de mani­pu­la­tion de ma part mais bien quelque Grem­lins malin et dans le secret des dieux peut-être ^^

        Réponse
      • Marguerite

        Mer­ci Sam pour ton ana­lyse, je suis d’ac­cord avec ta conclusion.… 

        J’a­voue vou­loir res­sen­tir de l’es­poir… Quelle utopie ! 

        J’aime bien la facon d’ex­pli­quer d’E­tienne Chouard sur le but des ate­liers consti­tuants. Ce que j’en ai rete­nu c’est que ces ate­liers sont la pour nous don­ner des outils que l’on pour­rait uti­li­ser après qu’on soit tous ren­tré dans le mur… car en atten­dant , effec­ti­ve­ment, tant que ce seront des par­tis qui dirigerons…nous aurons tou­jours les mêmes problèemes. 

        La demo­cra­tie en Suisse avec la vota­tion me semble cepen­dant un peu plus res­pec­ter la pen­sée du peuple. Nous avons appris recem­ment que les membre du par­le­ments sont des pro­fes­sion­nels (donc des gens du ter­rain) et qu’ils ne peuvent exer­cer leur acti­vi­té poli­tique uni­que­ment un tier de l’an­née. De plus, chaque can­ton a deux repré­sen­tants ce qui per­met aux can­tons qui ont peu de popu­la­tion, d’être repré­sen­tés a part égal avec les autres.
        Aus­si, aucune loi n’est impo­sée par un par­ti unique, ils sont abso­lu­ment obli­gé de faire des com­pro­mis. Sinon la loi n’est pas vali­dée, et s’ils n’ar­rivent pas a trou­ver un consen­sus et que ca fait debat, alors il font une votation…

        Il y a peu, les suisses se sont vu deman­dé s’ils vou­laient que le gou­ver­ne­ments inves­tisse de l’argent pour des moyens mili­taires (avions ect)… Ils ont pu dire NON.. Mais on nous a expli­qué qu’en réa­li­té, ils avaient déja conclu des accords, mais qu’il y avait eu oppo­si­tion puis refe­ren­dum, donc cette deci­sion sera de nou­veau sur la table plus tard puisque le « contrat » a deja quelque part déja été signé.…

        Pour le vene­zue­la, je ne sais pas trop, je suis en train de lire un livre sur Cha­vez, mais je viens a peine de commencer ! 🙂

        Réponse
  26. EFFAB

    Oui, MARGUERITE, votre ques­tion est bête comme vous savez bien vous-même que qui­conque pose pareille ques­tion ne peut le faire sans iro­nie aucune… à moins d’être à ce point igno­rant de tout ce qui nous pas­sionne ici ou par­fai­te­ment abru­ti, asser­vi, for­ma­té, ce qui ne sau­rait être votre cas, vous qui n’êtes cer­tai­ne­ment pas ici par hasard et manier suf­fi­sam­ment bien l’ ana­lyse et ces évi­dences ^^ mais je suis sûr que d’autres ici pour­ront vous répondre de façon plus pré­cise, trop pas­sion­né que je suis pour reprendre toute cette déma­go­gie popu­liste ou plus sub­tile et l’a­na­ly­ser sous tous les angles : perte de temps et pur enfu­mage, énième mani­pu­la­tion qui veut faire croire à votre par­ti­ci­pa­tion, cette adhé­sion du moment qui vous éloi­gne­ra tou­jours de vos pré­ro­ga­tives et de votre souveraineté.

    Au plai­sir

    Réponse
    • Marguerite

      « pur enfu­mage, énième mani­pu­la­tion qui veut faire croire à votre par­ti­ci­pa­tion, (…) vous éloi­gne­ra tou­jours de vos pré­ro­ga­tives et de votre souveraineté. »

      Je suis assez d’ac­cord avec ça… C’est bien ce qui m’en­nuie d’ailleurs.….

      Mer­ci pour ta réponse

      Réponse
  27. thierry

    Juste pour dire que Melen­chon s’é­crit avec un « e », c’est la moindre des poli­tesses que d’é­crire cor­rec­te­ment le nom des per­sonnes quelle que soit l’o­pi­nion qu’on en a …

    Réponse
    • EFFAB

      C’est bon à savoir moi qui d’or­di­naire suis très à che­val sur l’or­tho­graphe et ce mini­mum que l’on doit à autrui… par ailleurs, outre le fait que cela prouve que vous sui­vez bien, c’est moi à mon tour qui vais vous don­ner une leçon non pas de savoir-vivre mais de savoir-être, si je puis dire, déve­lop­pant moi-même en direct et pour la pre­mière fois sur ce sujet, enfin, ce point de détail.
      Voi­ci : au pire, une telle erreur ortho­gra­phique ce n’est pas non plus la mer à boire ni la preuve d’une quel­conque impo­li­tesse envers qui j’é­pel­le­rais mal son nom… au mieux main­te­nant, le meilleur pour la fin : étant lui-même men­teur paten­té et populiste/démagogue de pre­mière (mon sen­ti­ment, ma convic­tion que vous n’êtes pas obli­gé de par­ta­ger), pour­quoi, en ce cas, moi je devrais prendre la peine de bien écrire son nom à ce franc-maçon qui n’a que faire de ma petite per­sonne et de ma sou­ve­rai­ne­té en tant que citoyen et homme libre ?… 

      Bref, je vous mets au défi d’exi­ger de moi cette « poli­tesse » que vous pla­cez au-des­sus de l’o­pi­nion que je puis me faire de tel ou d’un tel, quand les-dites formes ne sont là que pour lieux cacher le fond et la vraie teneur…

      Voyez vous-même, cet oubli de votre part tel un lap­sus de ce qui est déci­dé­ment trop visible, en véri­té, qu’on ait affaire là au m6r ou au m1d_Mouvement pour la 1ère Démo­cra­tie ! ^^ Il aurait dû y pen­ser, davan­tage de monde serait peut-être tom­bé plus faci­le­ment dans le panneau !

      Vous didiez, mon cher THIERRY ?

      Réponse
    • Marguerite

      Per­son­ne­le­ment j’ai tou­jours été nulle en ortho­graphe et je fais de grosses fautes d’i­na­ten­tion tout le temps… je n’ai pas vou­lu « man­qué de res­pect » a cet homme.. Que je ne res­pecte dailleur pas plus que tout autre personne 🙂

      Mais mer­ci de me le rap­pe­ler comme ca je m’en souviendrai !

      Réponse
      • Ana Sailland

        J’a­voue ne jamais savoir s’il faut un e ou un a. Et j’ai la flemme de taper le nom dans la barre d’a­dresse qui, ô miracle des temps modernes, me don­ne­rait le juste. Alors j’é­cris JLM, ce qui n’est pas non plus très respectueux.

        Que se vayan todos 😉

        Réponse
  28. thierry

    et avec un « é » ;-D

    Réponse
  29. EFFAB

    « … Donc je dis la Maçon­ne­rie est fon­da­men­tale dans la défense de la Répu­blique, j’ap­par­tiens phi­lo­so­phi­que­ment au cou­rant des Lumières, et c’est ma réfé­rence ultime, qu’est-ce que je peux vous dire de plus le reste ne vous regarde pas ? »

    Nous savons désor­mais ce qu’il en est de ces sacro-saintes Lumières de la phy­sio­cra­tie en expas­sion, Vol­taire, Sieyès et consort en tête !

    Bref, tout ça pour dire qu’on en a raz-le-bol et plein le cul de ces élites qui nous baisent à lon­gueur de jour­née, des Mélen­chon (ça vous va THIERRY ?) et des Valls qui n’ont rien à faire ici, mille fois cou­pables de toutes les ini­qui­tés et de tous les par­jures cumu­lés, illi­cites et condamnables.

    Réponse
    • Sandy

      Hop après Bric­mont et le com­plot juif voi­là main­te­nant qu’EF­FAB relaie la pro­pa­gande de Soral et son délire sur le com­plot franc-maçon.
      De mieux en mieux.

      Réponse
    • EFFAB

      Qui a par­lé d’A­LA­DIN ? tu amal­games, tu rac­cour­cis comme à ton habitude ?

      Réponse
      • Sandy

        D’où tu crois qu’il vient ce mon­tage vidéo ???

        Réponse
    • Nelge

      Donc, pour être cohé­rent jus­qu’au bout, accep­te­riez-vous de reje­ter inté­gra­le­ment les textes de Rous­seau pour la seule rai­son qu’il était un phi­lo­sophe des Lumières et Robes­pierre parce qu’il était franc-maçon ?

      Ce que vous faites porte un nom : Argu­men­tum ad per­so­nam. C’est un des symp­tômes de l’hy­per-per­son­na­li­sa­tion de la vie poli­tique et ça contri­bue lar­ge­ment à pour­rir les débats.

      Il me semble que l’ob­jec­tif de la (vraie) démo­cra­tie est au contraire de sor­tir de ce piège de la per­son­na­li­sa­tion, du mythe du sau­veur et de la détes­ta­tion d’un enne­mi commun. 

      Ça serait bien d’ar­rê­ter ces débats sté­riles sur les per­sonnes et de reve­nir à quelque-chose de plus rationnel.

      Réponse
  30. EFFAB

    Tiens, jus­te­ment, il fait réfé­rence à Vol­taire le con !…

    … oui, j’ai bien dit ‘le con’ ou ce ‘gros CONNARD’, si vous pré­fé­rez et pour que les choses soient bien claires : la gen­tillesse et la diplo­ma­tie ont leurs limites quand elles sont à ce point bafouées_tels ces slo­gans der­rière lui, ECOLOGIE – SOCIALISME – REPUBLIQUE, ces belles ver­tus et ces beaux pro­jets dont on se parent à foi­son comme on change de chaus­settes ou de chemises !

    C’est fini les SANDY et autres TROLLS !
    C’est fini tous ces gros CONNARDS qui nous enculent !

    Si quel­qu’un ici connaît per­son­nel­le­ment ou peut appro­cher Robert GUEDIGUIAN, je suis pre­neur… c’est un cinéaste dont j’ap­pré­ciais beau­coup le tra­vail très enga­gé à sa façon, il se trouve ins­crit sur cette fameuse liste de per­son­na­li­tés : je ne suis pas sûr qu’il ait enten­du par­ler d’E­TIENNE et de ces fon­da­men­taux démo­cra­tiques qui nous occupent ici.

    Réponse
    • Sandy

      Encore la haine et les insultes.

      Réponse
      • EFFAB

        A part res­sas­ser ces mots ‘faciles’, com­ment te serait-il pos­sible par ailleurs d’en appe­ler à quelque ver­gogne que ce soit ? ^^

        Réponse
        • Sandy

          C’est hal­lu­ci­nant, tu te per­mets de pos­ter des postes d’in­sultes sur ce blog et tu oses jouer les victimes ?

          Réponse
          • Ana Sailland

            La meilleure défense serait l’impeccabilité.

            On essaye ?

          • Sandy

            Impec­cable comme EFAB ?
            « C’est fini les SANDY et autres TROLLS !
            C’est fini tous ces gros CONNARDS qui nous enculent ! »

          • Ana Sailland

            Bon, en appa­rence tu rejettes la sug­ges­tion. Fal­lait essayer 😉

          • Sandy

            Si tu trou­vais à redire aux insultes aux calom­nies et à la véri­table cam­pagne de haine dont je suis vic­time, aux menaces dont je suis l’ob­jet, je pren­drais sur­ement un peu mieux tes conseils.
            Là, en fait tu me donnes juste l’im­pres­sion d’y par­ti­ci­per, avec seule­ment un peu plus de rete­nue que les autres.

          • Ana Sailland

            San­dy, c’est ton point de vue, émo­tion, donc res­pec­table et audible.

            Ma sug­ges­tion s’a­dres­sait à nous tous :

            Si nous choi­sis­sons de ne pas nous insul­ter, nous pour­rons par­ler du monde et non pas de nous.

            Qui a com­men­cé pour­rait-on se deman­der quant à la guerre.

            Qui a com­men­ce­ra la paix ? Le plus courageux.

        • EFFAB
  31. EFFAB

    « … C’est un hon­neur pour moi d’être ici devant vous, vous le savez bien… je suis uni à votre his­toire par d’in­nom­brables liens et je sens ce qui m’u­nit à vous, quelles que soient les cir­cons­tances, et nos opi­nions qu’il est bien nor­mal que nous pro­fes­sions cha­cun à notre manière… »

    En clair, il fait autant sa pute auprès de cette ‘congré­ga­tion’ huma­niste (et éli­tiste) qu’il le fait à lon­gueur de jour­née devant la presse et les élec­teurs, ces citoyens qui s’ignorent.

    Réponse
    • EFFAB

      Et pour­quoi ces flou­tages en der­nier tiers de cette vidéo ? sous le buste même de Marianne ? les franc-maçons sont-il à ce point en dan­ger ? n’ont’ils pas la liber­té d’expression_comme tout un cha­cun ici l’est cen­sé avoir en France ? quand la Démo­cra­tie vraie n’est que trans­pa­rence et éga­li­té de valeurs ?… etc., etc., comme dirait notre faux-ami Ple­nel… « le Droit de savoir », mon cul, oui !

      Réponse
      • Sandy

        Et pour­quoi une cra­vate rouge ? Est-ce parce que Mélen­chon com­plote pour kid­nap­per et rem­pla­cer le père noel ?

        Réponse
        • EFFAB

          Va savoir, triple buse !

          Réponse
          • Sandy

            Après avoir épui­sé les insultes les plus cou­rantes, tu entames main­te­nant la listes des insultes que tu as lu dans Tintin ?

          • EFFAB

            Tu confonds insultes gra­tuites et véri­tés vraies, c’est bien là ton pro­blème ou ta capa­ci­té à faire court au besoin.

    • Sandy

      Mais tu roules pour qui mon cher EFFAB alors que tu relaies la pro­pa­gande du com­plot Franc-maçon du père Soral ?
      Qui fait du pro­sé­ly­tisme ici ? Et ce de la manière la plus infâme ?

      Réponse
  32. EFFAB

    J’é­tais ouvert à ALADIN en début d’an­née, un peu comme ETIENNE a pu l’être j’i­ma­gine, ces véri­tés qu’il assène, ces ana­lyses qui se tiennent mais au jour d’au­jourd’­hui, après maintes obser­va­tions, rémi­nis­cences, lec­tures, vision­nages, échanges, inter­ro­ga­tions, réflexions, res­sen­ti et j’en passe ou qui me dépasse, il me semble qu’il y a suf­fi­sam­ment de docu­ments actuel­le­ment comme d’al­ter­na­tives plus paci­fiques ou/et plus hon­nêtes et plus intègres pour évi­ter ces che­mins incer­tains du doutes et de la manipulation.

    Cette « infa­mie » que tu me prêtes n’est que la consé­quence de tes débor­de­ments et de tout cet enfu­mage ambiant, rien de plus, inter­pré­ta­tion rela­tive et per­son­nelle qui peut l’emporter ou non.

    De toute façon, c’est bien simple et j’ai déci­dé où je l’é­cris ici juste pour la toute pre­mière fois, moi qui n’y avais pas encore pen­sé de façon aus­si radi­cale (l’ef­fet Mélen­chon et le blues d’E­TIENNE j’i­ma­gine), soit tu fais amande hono­rable, tu prends un peu de recul, tu inter­viens de façon plus construc­tive, plus res­pec­tueuse (et ne me ren­voie pas ceci, aie au moins cette rete­nue, cette intel­li­gence, cette humi­li­té), soit y en un voir les deux qui devra libé­rez le plan­cher, mais plu­tôt toi que moi car je me méfie des pseu­dos à la pelle et des coups tordus_mais comme je m’en­gage, je dois bien en mesu­rer les risques.
    Tu es aver­ti, l’a­mi, ce « cher » étant assu­ré­ment quelque peu dépla­cé dans toute cette affaire.

    Réponse
    • Sandy

      La consé­quence de mes « débor­de­ments » ? Tu veux dire la consé­quence pour avoir une « opi­nion dif­fé­rente de la tienne » ?

      Com­bien sur ce blog qui avancent mas­qués comme toi en se pré­ten­dant, en s’au­to pro­cla­mant « démo­crates » alors qu’ils pataugent dans le délire du com­plot juif et franc-maçon si cher à Soral ?

      Mon cher ami, pas plus que l’ab­bé Pierre et Sar­ko­zy n’a­vaient le moindre rap­port mal­gré le fait qu’ils par­ta­geaient une croyance catho­lique, Mélen­chon n’a pas plus de lien avec qui­conque sous pré­texte qu’ils par­tagent la phi­lo­so­phie des Franc-Maçons, c’est à dire de la répu­blique et de la laïcité.

      Je t’ex­plique, même si je sais que tu n’en as rien à faire et que tu pré­fè­re­ras t’en tenir aux calom­nies de la facho­sphère, l’ex­trême droite qui pro­page cette fable et cette calom­nie, avec en tête Alain Soral, sont des inté­gristes reli­gieux. Ils s’en prennent aux Franc maçons, ils en font les ogres des fables pour enfant car ce sont leurs enne­mis jurés, ils défendent une france catho­lique, ce sont des réac­tion­naires, tan­dis que les franc-maçons sont les plus grands défen­seurs de la laïcité.
      La laï­ci­té sépare l’é­glise et l’é­tat, eux veulent que le catho­li­cisme rede­vienne une reli­gion d’état.
      La laï­ci­té met à éga­li­té toutes les croyances et reli­gions, ce qui relègue la catho­li­cisme à une reli­gion par­mi d’autres croyances. Les gens comme Soral croient fer­me­ment que les musul­mans sont en train de les enva­hir. Et sur­tout ils ne sup­portent pas qu’il y ait de plus en plus d’athés.
      La laï­ci­té enfin relègue la reli­gion à la sphère pri­vée, et selon le prin­cipe répu­bli­cain qu’elle passe après la citoyen­ne­té, et là encore c’est quelque chose que ne sup­portent pas les inté­gristes reli­gieux, qui veulent que leurs lois divines soient au des­sus des autres lois.

      C’est parce que tu es un croyant qu’ils t’embarquent dans leur délire.

      Mais s’ils détestent les franc-maçon ce n’est pas que pour une rai­son idéo­lo­gique, c’est aus­si parce qu’au moment de la révo­lu­tion ils ont fait la chasse aux curés, alors que rap­pelles-toi la France était divi­sée en classes sociales, et que le cler­gé pro­fi­tait allè­gre­ment de l’ex­ploi­ta­tion de la popu­la­tion au même titre que l’aristocratie.
      Ils uti­li­saient les croyances des gens pour les exploiter.

      Voi­là d’où ça vient le com­plot franc-maçon.
      Bien sûr c’est ali­men­té par le folk­lore socié­té secrète, ce qui affole l’i­ma­gi­na­tion de tous les théo­ri­ciens du complot.
      Mais ouvre les yeux, toutes ces conne­ries sont un bon moyen de pas­ser sous silence tout ce que Mélen­chon dit ou défend, de pas­ser sous silence qu’il n’est que le porte parole d’un col­lec­tif en per­son­na­li­sant les choses à outrances pour mieux déni­grer le col­lec­tif et les idées qu’ils portent.

      Si tu as encore un peu de bon sens, tu ne repren­drais pas cette pro­pa­gande infâme.
      Mais comme je le crois, c’est trop tard pour toi, tu es déjà endoctriné.
      Et tu essaies d’en­doc­tri­ner les gens de ce blog, ain­si qu’Etienne.

      Réponse
  33. thierry

    Mélan­geons fait par­tie de l’o­li­gar­chie et de tout ce qui l’en­toure et la jus­ti­fie, chien de garde mal­gré lui, sim­ple­ment parce qu’il a l’o­reille des médias, sa posi­tion est rela­ti­ve­ment inte­nable, il a essayé de dire qu’il se reti­rait pour se retrou­ver une cer­taine vir­gi­ni­té mais ne pour­ra pas s’en sor­tir, il faut d’autres per­sonnes pour le relayer si tant est que ce mou­ve­ment ait un sens hors de toute personnalisation.
    C’est vrai­ment très c… de pla­quer du Soral sur une réflexion, on en a rien a faire, dis­cu­ter devient vrai­ment dif­fi­cile et l’é­change per­pé­tuel E‑S devient lui très lourd !

    Réponse
  34. EFFAB
    • Sandy

      Super vidéo, je l’a­vais loupée.
      D’a­bord il pré­tend que Mélen­chon défend l’UE c’est juste le contraire de la réa­li­té, c’est un men­songe indigne de lui qui montre qu’il n’a pas dutout creu­sé le sujet et qu’il ne se réfère qu’à ce qu’en disent ses adver­saires poli­tiques ( par­ti­sans de la sor­tie de l’UE ), bref qu’il est tota­le­ment sous influence.
      Ensuite concer­nant Soral, je ne lui en veux pas, parce que contrai­re­ment à ce qu’il croit de lui-même, Etienne n’est pas poli­ti­sé, il ne connait pas les divers cou­rants de pen­sée, il ne connait pas en par­ti­cu­lier l’ex­trême droite.
      S’il connais­sait l’his­toire poli­tique, et en par­ti­cu­lier celle des divers cou­rants d’ex­trême droite, il ne se lais­se­rait pas avoir par la rhé­to­rique qui consiste à pré­sen­ter les vrais fas­cistes comme des vic­times et à pré­sen­ter comme fas­cistes tous les autres, la gauche, la droite, les socia­listes et les capi­ta­listes, dans un amas de confu­sion la plus totale.
      Il com­pren­drait peut être que contrai­re­ment à ce qu’il pense il n’y a pas que Soral qui est anti sio­niste, il n’y a pas que Soral qui dénonce la poli­tique israe­lienne de colo­ni­sa­tion et d’ex­ter­mi­na­tion des pales­ti­niens, et que la dif­fé­rence avec Soral, c’est que pour lui tout cela n’est qu’un paravent, une jus­ti­fi­ca­tion, une légi­ti­ma­tion même, car Soral va bien plus loin, pour lui il y a bel et bien un com­plot Juif, comme Bric­mont et tous les obsé­dés des juifs, il y a bien un com­plot juif qui dirige la France et le monde et fina­le­ment l’an­ti sio­nisme n’est qu’une cou­ver­ture pour l’an­ti­sé­mi­tisme et pour toutes les idées et les cou­rants poli­tiques extrê­me­ment nau­séa­bonds et pour le coup réel­le­ment fas­cistes qui trainent autour.

      Fut un temps Etienne disait que ces gens pou­vaient dire des choses inté­res­santes mal­gré leurs idées nau­séa­bondes, main­te­nant Etienne en vient car­ré­ment à nier leurs idées nau­séa­bondes, et ce sans jamais se justifier.
      Je veux dire ce n’est pas comme si Soral s’é­ta­lait sur des mil­liers de sujets, c’est un chef de par­ti poli­tique, il a même été un cadre du front natio­nal. Ce n’est pas comme s’il avait été déjà condam­né à plu­sieurs reprises par la jus­tice pour anti­sé­mi­tisme. ETc …
      Etienne peut-il nous expli­quer le concept de natio­nal-socia­lisme défen­du par Soral et nous expli­quer pour quoi il met toute cette idéo­lo­gie sous silence pour ne nous pré­sen­ter Soral que dans son aspect superficiel ???
      Je crois sin­cè­re­ment qu’E­tienne ne tra­vail pas assez tous ces sujets, et qu’il se laisse tota­le­ment endoctriner.

      Je veux dire avoir la pré­ten­tion de chan­ger le sens du mot fas­cisme en écar­tant d’une main un siècle d’his­toire poli­tique des extrêmes droite ? Tout ça sur la base d’une rhé­to­rique ban­cale où il s’a­git de pré­sen­ter les vrais fas­cistes comme moins nui­sibles que les capi­ta­listes, en oubliant de dire au pas­sage que s’ils sont moins nui­sibles c’est parce qu’ils n’ont pas le pouvoir …

      Je com­prends qu’a­vec ce genre de vidéo il attire tous les petits fachos comme Effab, voi­là un gars qui a une bien meilleur image que Soral et qui les repeint tout blanc.

      Réponse
      • katharina

        tu ne peux pas avoir vu la même vidéo que moi. Dans ton com­men­taire tu décris des choses et des phrases qui n’ont jamais été dites. Sau­va­ge­ment tu inter­prètes tout ce que tu veux sauf ce qui a été dit. Avec un tel mépris pour Etienne Chouard, je ne vois vrai­ment pas pour­quoi tu écris constem­ment sur son blog.

        Réponse
    • EFFAB

      ça fait vrai­ment bizarre de s’en­tendre dire et être taxer de « facho » ! et ça devient récur­rent ici_ou c’est le monde à l’envers !?
      Sans par­ler que je n’ar­rête pas de cher­cher des poux au père Soral, ALADIN dans cette ter­mi­no­lo­gie des plus iro­nique ; c’est donc ici, de la part de cet éner­gu­mène, des pro­pos com­plè­te­ments gra­tuits par ce qu’il conclue en toute fin.
      Et qu’il ne vienne pas me dire que je fasse de même en la qua­li­fiant très sou­vent de TROLL, atti­tude et façons de faire qui le laisse très sou­vent pen­ser, moi qui ne suis sûr de rien mais ai pu consta­ter tant de fois sa mau­vaise foi et ses inter­pré­ta­tions gra­tuites… Zut alors !

      Réponse
      • Sandy

        Tu veux dire qu’en pos­tant une vidéo d’E­tienne qui refait une vir­gi­ni­té à Soral, tu cherches des poux à Soral ? Fau­dra m’ex­pli­quer le concept.

        Réponse
  35. EFFAB

    (cita­tion)

    « Ce qui m’étonne avec San­dy c’est qu’il semble tou­jours y croire alors même que, de toute évi­dence, il a creu­sé le sujet. Etrange. Tout comme son hyper pré­sence pro­sé­ly­tique en ces lieux qui m’interroge. »

    RAR

    Réponse
  36. Ana Sailland

    Nour­rir le tigre ne le fait pas fuir

    Réponse
    • Sandy

      Le tigre ou le Troll ?

      Réponse
      • Ana Sailland

        Le héris­son 😉

        Réponse
  37. gracia

    EFFAB. Oui..la tra­duc­tion et l’in­ter­pré­ta­tion que vous faites est excellente.
    Ce que je cherche c’est si il y a quel­qu’un assez doué en mul­ti média pour mettre la chan­son en image. Cela aurait je pense un effet épatant..

    Réponse
  38. etienne

    Dépas­ser le débat entre élec­tion et tirage au sort

    Par Gérard BLANCHET

    http://​vite​la6e​re​pu​blique​.word​press​.com/​2​0​1​4​/​1​0​/​0​7​/​d​e​p​a​s​s​e​r​-​l​e​-​d​e​b​a​t​-​e​n​t​r​e​-​e​l​e​c​t​i​o​n​-​e​t​-​t​i​r​a​g​e​-​a​u​-​s​o​r​t​-​p​a​r​-​g​e​r​a​r​d​-​b​l​a​n​c​h​et/

    Je vous sou­mets une idée qui pour­rait per­mettre de dépas­ser le débat entre démo­cra­tie repré­sen­ta­tive (élus) et tirage au sort pour la com­po­si­tion de la Constituante. 

    La consti­tu­tion de 1793 pro­po­sait (puisqu’elle n’a jamais été appli­quée) de réunir chaque 1er mai des assem­blées pri­maires pour dési­gner leurs représentants. 

    Pre­nons le temps de pré­pa­rer cela pour le 1er mai 2015. 

    Chaque assem­blée pri­maire choi­sit le mode de dési­gna­tion de ses repré­sen­tants (un homme une femme) soit par tirage au sort soit par élection. 

    Compte-tenu de la taille de l’assemblée pri­maire suf­fi­sam­ment réduite pour per­mettre le débat il sera peut-être néces­saire de faire un second niveau d’assemblées entre les repré­sen­tant-e‑s des assem­blées pri­maires avec là aus­si choix du mode de dési­gna­tion à l’assemblée constituante. 

    Ensuite ces repré­sen­tant-e‑s viennent très régu­liè­re­ment faire part de l’état des débats à la consti­tuante pour rece­voir des man­dats de leurs mandants. 

    La cir­cu­la­tion peut aus­si se faire par Inter­net mais des assem­blées phy­siques sont aus­si nécessaires. 

    Bien sûr pour le moment cette « assem­blée consti­tuante » ain­si consti­tuée à par­tir des assem­blées pri­maires du 1er mai 2015 n’est pas pré­vue par la loi actuelle elle n’est donc pas « légale » mais elle n’est pas illé­gale non plus. 

    Donc rien ne nous empêche de le faire, comme on a pu le faire pour les vota­tions sur la Poste. 

    Idée à sou­mettre au pro­chain comi­té d’initiatives.

    Réponse
    • EFFAB

      « Vite la 6ème Répu­blique et la 1ère véri­table Démo­cra­tie ! Place au peuple ! »

      C’est bien trou­vé comme for­mu­la­tion, rete­nant les deux pro­po­si­tions tout en asso­ciant ain­si un maxi­mum de sen­si­bi­li­tés… pour ce qui est de ces ‘assem­blées pri­maires’ je n’ai pas tout à fait sai­si, des assem­blées orga­ni­sées par­tout, en col­lec­tifs, en régions, en petits groupes ?…

      Réponse
    • Ana Sailland

      Il me semble qu’il manque un niveau zéro où tout le monde est admis.

      Réponse
  39. DiChim

    Per­son­nel­le­ment, je ne signe pas un appel dont l’énoncé fixe déjà la direc­tion de l’é­lec­tion. Le débat en est for­ce­ment biaisé. 

    D’ailleurs, le billet en lien ci-des­sous, repris en par­tie sur le site du PG (http://​www​.lepar​ti​de​gauche​.fr/​v​u​d​a​i​l​l​e​u​r​s​/​a​r​t​i​c​l​e​b​l​o​g​/​p​o​u​r​-​u​n​e​-​c​o​n​s​t​i​t​u​a​n​t​e​-​e​l​u​e​-​3​0​242) a ten­dance à me faire pen­ser que la résis­tance au TAS s’or­ga­nise. Ce qui peut être pris comme une bonne nou­velle. En effet, pour­quoi se défendre contre quelque chose d’insignifiant.

    L’ar­ticle est là :
    http://​cle​ment​se​ne​chal​.com/​2​0​1​4​/​1​0​/​0​7​/​r​e​a​f​f​i​r​m​e​r​-​l​e​-​p​o​l​i​t​i​q​u​e​-​p​o​u​r​-​u​n​e​-​c​o​n​s​t​i​t​u​a​n​t​e​-​e​l​ue/

    Réponse
    • EFFAB

      Pour une consti­tuante élue
      Clé­ment Séné­chal, mer­cre­di 8 Octobre 2014
      (extraits sélec­tion­né par moi)

      « Mais une autre orien­ta­tion cri­tique essaime ici et là, depuis quelques mois, dans divers milieux, de gauche comme de droite, des anar­chistes aux libé­raux, du blo­gueur Étienne Chouard à l’Institut Mon­taigne. Et récem­ment, l’essai de David Van Rey­brouck, Contre les élec­tions, appa­raît comme un véri­table suc­cès de librai­rie. Il s’agit pour cette nébu­leuse de remettre en cause les élec­tions elles-mêmes, dans leur prin­cipe, au pro­fit du tirage au sort (TAS). Comme si le pro­blème ne venait pas de la dis­po­si­tion par­ti­cu­lière des règles élec­to­rales selon tel sys­tème poli­tique par­ti­cu­lier, mais de l’élection elle-même, c’est-à-dire du vote. Bien sûr, peu des par­ti­sans du TAS s’aventurent à pro­po­ser un sys­tème poli­tique uni­que­ment régi par le TAS : cer­tains pro­posent un sys­tème dit « bi-repré­sen­ta­tif », avec un pou­voir exé­cu­tif élu et un pou­voir légis­la­tif tiré au sort, d’autres la créa­tion d’une 3e chambre tirée au sort (ou le rem­pla­ce­ment de la seconde par une assem­blée tirée au sort), d’autres la mul­ti­pli­ca­tion de groupes de contrôle de la pro­cé­dure légis­la­tive tirés au sort, etc. »

      effab : Ce choix d’a­nar­chistes au lieu de démo­crates et de nébu­leuse au lieu de tout autre chose, voire ‘pensée/mouvement alter­na­tive’… et toutes ces pro­po­si­tions que cet etc. en sous-entend le nombre, voire le tout le n’im­porte quoi, on peut en tout cas l’in­ter­pré­ter plus ou moins comme ça.

      « Le tirage au sort pose pour­tant un cer­tain nombre de pro­blèmes (même si je par­tage avec ses par­ti­sans un cer­tains nombre des cri­tiques adres­sées au sys­tème actuel) que j’aimerais esquis­ser ici, afin d’expliquer pour­quoi le recours à cette méthode me semble coïn­ci­der avec la néga­tion du poli­tique, et pour­quoi son carac­tère démo­cra­tique me semble plus qu’aléatoire, précisément… »

      effab : Inutile que j’y revienne, cela me paraît très explicite.

      (la suite) « … Après un exa­men minu­tieux, il appa­raît en effet que le TAS semble consti­tuer une fausse solu­tion à un vrai pro­blème. Pour le dire vul­gai­re­ment : une manière de jeter le bébé avec l’eau du bain. Je ne me pro­non­ce­rai ici, faute de place, que sur le prin­cipe du TAS appli­qué à la dési­gna­tion du pou­voir légis­la­tif (et n’aurai pas le temps d’examiner les infi­nies com­bi­nai­sons pro­po­sées par les dif­fé­rents par­ti­sans du TAS).

      effab : ce « vul­gai­re­ment » et cette image du bébé et du bain, je sais pas vous, mais moi je trouve que c’est aus­si dépla­cé, mal choi­si comme image, que ça tombe à plat, pure rhé­to­rique déni­gra­toire, quant au manque (« faute ») de place je trouve qu’il a bon dos !
      Je ne suis pas allé plus loin.
      Mer­ci, DIChim, pour ce par­tage… oui, « Le débat en est for­ce­ment biai­sé » et « pour­quoi, en effet, se défendre contre quelque chose d’insignifiant » ?

      Réponse
      • Anonyme

        Déso­lé mais rien que ce bref extrait est bien plus per­ti­nent et encou­ra­geant que votre lubie pour le tirage au sort.

        « Quelques pistes pour un renou­veau démocratique

        Le diable est dans les détails et il existe de nom­breuses manières de recons­truire un sys­tème élec­tif de telle sorte qu’il rende le pou­voir aux classes popu­laires et se mette au ser­vice de l’intérêt géné­ral. Le réfé­ren­dum révo­ca­toire per­met de contrô­ler l’élu : sous son joug, le man­da­taire ne joue­ra plus le jeu des pro­messes inte­nables et des tra­hi­sons. La pro­por­tion­nelle inté­grale donne une repré­sen­ta­tion plus fidèle des diverses nuances de la volon­té géné­rale et n’interdit pas à des col­lec­tifs citoyens d’exercer des man­dats. Un finan­ce­ment public don­né à éga­li­té à chaque for­ma­tion en concur­rence pour le suf­frage, cou­plé à un strict res­pect de l’égalité (en quan­ti­té et en horaires d’expositions) des temps de parole dans les médias ver­ti­caux (ain­si qu’une régle­men­ta­tion bru­tale écar­tant le grand capi­tal de la pro­prié­té média­tique) ferait rapi­de­ment voler en éclat le ver­rou du bipar­tisme. Et le non-cumul des man­dats, cou­plé avec un sta­tut de l’élu, dépro­fes­sion­na­li­se­rait la poli­tique, limi­tant les conflits d’intérêts poten­tiels. Quant au vote obli­ga­toire avec recon­nais­sance du vote blanc, il ramè­ne­rait sans doute vers le poli­tique dilet­tantes et abstentionnistes. »

        Qu’on fasse cela déjà, ca chan­ge­ra bien des choses.

        Assu­rer une rota­tion et un plu­ra­lisme des man­da­taires du peuple est l’ob­jec­tif puisque c’est cela qui éva­pore a 1ere vue immé­dia­te­ment les prin­ci­paux pro­blèmes du sys­tème actuels.

        Réponse
        • EFFAB

          Nous y voi­là, les contre-pen­seurs de ce qui les pous­se­ra tou­jours pour déni­grer ceci au pro­fit de cela et seule­ment se mettent en branle, se sen­tant tou­jours obli­gé dans quelque ‘sanc­tuaire’ d’une idéo­lo­gie dif­fé­rente nous qui serions ‘gen­ti­ment’ congé­diés si nous nous invi­tions dans quelque think tank ou autre suc­cur­sale par­ti­sane ! ^^ Aus­si gros qu’une mon­tagne, com­ment vou­lez-vous face à tout ça ne pas pondre des ‘sou­rires’ (^^) à lon­gueur de journée !

          Réponse
        • EFFAB

          Et de 1, Ano­nyme, qui a bien pu empê­ché depuis 1789 ces réajus­te­ments, ces rééqui­li­brages, ces méca­nismes de contrôles essen­tiels à un sys­tème ver­tueux et réso­lu­ment neutre ?… Répondre à cette ques­tion c’est défi­nir la néces­si­té et du bien-fon­dé du Tirage au Sort (TAS), qui est bien d’é­car­té tout conflits d’in­té­rêts et de relé­guer aux oubliettes de l’His­toire la poli­tique des par­tis au pro­fit du consen­sus et du bien com­mun (l’in­té­rêt géné­ral et l’in­té­rêt indi­vi­duel). Les élec­tions, en Démo­cra­tie, ou peut-être devrions-nous plu­tôt appe­ler ça « vota­tions » (je ne suis pas encore très fami­lier avec ce terme), déter­minent des lois, des choix en pre­mier lieu et sur­tout pas des indi­vi­dus ayant des res­pon­sa­bi­li­tés exé­cu­tives (pou­voir exécutif) !

          Réponse
          • Anonyme

            Réponse très simple, per­sonnes (pas en nombre suf­fi­sant en tout cas) ne s’en est occu­pé réelement.

            Quel autre rai­son trou­vé a part ca ?

            Ca arrive aujourd’­hui notam­ment parce que les choses changent qu’un sys­teme arrive en fin de course que le temps s’accélère et qu’In­ter­net per­met de trans­mettre l’in­for­ma­tion mas­si­ve­ment et d’en débattre.

            Après le truc c’est de dire clai­re­ment de quoi on parle.

            J’ai sou­ve­nir de l’ITW d’e­tienne pour @si par Maja Nes­ko­vic ou il par­lait dans le cas de la dési­gna­tion de la consti­tuente, d’e­lec­tion sans can­di­dat mais avec des pro­po­si­tions de per­sonnes par les citoyens et ou l’on enle­ve­rait au final les noms qui reviennent trop sou­vent car per­sonnes public trop connu, star etc et celle qui reviennent trop peu.

            Si c’est cela « votre tirage au sort »
            C’est inté­res­sant mais ca demande vrai­ment un réel débat de haut niveau avec une réel contra­dic­tion. (hon­nête, pas avec des gens comme atta­li… ou alors si mais pas que et avec un temps de parole éga­li­taire et respecté)
            Il fau­drait vrai­ment savoir ce que cela pour­rait don­né en pratique.

            Rien n’é­tant jamais par­fait il est néces­saire de connaître et de dire les défauts incon­vé­nients de tout cela pour pou­voir choi­sir de manière éclairé.

            Com­ment faire pour qu’on est vrai­ment dans une consti­tu­tion tout ce qu’il faut pour pro­té­ger les droits du peuple et son envi­ron­ne­ment natu­rel et de la facon la plus clair qu’il soit sans que cela soit libre d’interprétation…
            Pour une consti­tu­tion le tirage au sort est peut etre une bonne solu­tion, du moins en par­tie on va dire, je ne sais pas.
            Pour le reste, type assem­blée natio­nale, le tra­vail est trop com­plexe si on veut le faire de facon sérieuse pour que cela puisse fonc­tion­ner par tirage au sort a mon avis.(on veut faire mieux qu’au­jourd’­hui, on ne peut donc pas se suf­fire de cer­taines chose)
            Cela peut en revanche peut etre etre adap­té pour les com­munes par exemple ou les déci­sions etc sont plus faci­le­ment et rapi­de­ment acces­sible au quidam.
            Il faut que la prise de res­pon­sa­bi­li­té puisse de faire qua­si­ment en auto­di­dacte, sinon on risque d’a­voir comme aujourd’­hui +/- des pan­tins qui sont mode­lé par d’autre pour aller dans un sens et pas dans l’autre de facon consciente ou non. (exemple ministre / ministère)

            « Répondre à cette ques­tion c’est défi­nir la néces­si­té et du bien-fon­dé du Tirage au Sort (TAS), qui est bien d’écarté tout conflits d’intérêts et de relé­guer aux oubliettes de l’Histoire la poli­tique des par­tis au pro­fit du consen­sus et du bien com­mun (l’intérêt géné­ral et l’intérêt individuel).»

            Le consen­sus est une chi­mère dangereuse.
            La ques­tion est de savoir com­ment per­mettre a une popu­la­tion de prendre des déci­sions qui la concerne.

            C’est tout ce qui importe et c’est tout ce que nous devon cher­cher a pro­duire, cher­cher le consen­sus c’est vou­loir conten­ter liliane bet­ten­court et le cho­meur, le maitre et l’es­clave, le tor­tion­naire et le torturé…

            Quelle mau­vaise blague…

            Le fait est que nous ne vivons pas chez les bisou­nours et que nous n’y vivrons jamais, qu’au­jourd’­hui il y a deux grandes classes qui s’op­posent et que vou­loir ména­ger les deux on sait ce que cela donne puisque nous le vivons depuis tou­jours, pour toute per­sonne encore vivante, on peut le dire a mini­ma je crois.

            Quand il va s’a­gir d’ex­pro­prié les grands pro­prié­taires de l’in­dus­trie, de l’éner­gie, la mon­naie etc par exemple, il est fort peu pro­bable que ces der­niers trouvent un quel­conque consen­sus dans cette déci­sion et action.

            Et quand nous en auront finit avec le capi­ta­lisme, il s’a­gi­ra de gérer la vio­lence intrin­sec a toute socié­té, cf notam­ment ce que dit Friot et Lor­don a ce sujet, dif­fé­rence de salaire etc.

            Je m’ar­rête là vous avez sai­sis nor­ma­le­ment hein ?

          • EFFAB

            « Quelle mau­vaise blague…

            « Le consen­sus est une chi­mère dangereuse.
            La ques­tion est de savoir com­ment per­mettre a une popu­la­tion de prendre des déci­sions qui la concerne.

            C’est tout ce qui importe et c’est tout ce que nous devon cher­cher a pro­duire, cher­cher le consen­sus c’est vou­loir conten­ter liliane bet­ten­court et le cho­meur, le maitre et l’esclave, le tor­tion­naire et le torturé…

            Quelle mau­vaise blague… »
            (ANONYME, 9 octobre 2014 at 00:13)

            ANONYME, je ne sélec­tionne pas un mor­ceau pour en oublier tout le reste, disons que je rebon­dis sur une par­tie de ton com­men­taire à par­tir de cet extrait, comme je n’ai pas l’in­ten­tion non plus d’é­crire des pages et des pages ce soir ^^

            Et pour­quoi pas qu’il serait impos­sible de chan­ger non pas l’ordre des choses mais cette approche para­dig­ma­tique com­plè­te­ment indigne que nous subis­sons pour les uns ou cau­tion­nons pour les autres ? La ques­tion n’est pas de détrous­ser le riche au détri­ment du gueux, nous ne par­lons pas de Com­mu­nisme, vous for­mu­lons le bien com­mun comme déno­mi­na­teur éga­li­taire en droits et libertés/dignité, en devoirs et res­pon­sa­bi­li­té à tous, c’est-à-dire à cha­cun, chaque par­cours et volon­té de vie, par contre, rele­vant de cha­cun – de ses com­pé­tences, de ses entre­prises (entre­prendre quelque chose, pas for­cé­ment éco­no­mique), de son envi­ron­ne­ment, de son patri­moine, de toutes sortes d’ac­tions que l’en­ga­ge­ra plus avant ou non au sein du Contrat Social comme de cet espace éco­no­mique ou plus entrepreneurial.

            Le « consen­sus » n’est pas basé sur l’é­ga­li­té de trai­te­ment mais bien sur cette digni­té de la per­sonne humaine à être suf­fi­sam­ment libre sans dépendre auto­ma­ti­que­ment, sys­té­ma­ti­que­ment d’une rela­tion éco­no­mique comme d’un arbi­traire éta­tique tout aus­si asser­vis­sant que contre-nature. Bref, ce ne sera plus l’E­co­no­mie et la Finance qui régi­ront le Monde mais bien la per­sonne humaine dans tout ce qu’elle de plus humain et de plus trans­cen­dan­tal : ces néces­si­tés de la vie qui seront la valeur des choses et non le dik­tats des idéo­lo­gies qui pré­tendent à tout-va mais qui n’en font pas moins tout le contraire.

            En clair, ni le riche ni le gueux n’au­ront à souf­frir de quoi que ce soit, juste ce rééqui­li­brage entre des inéga­li­tés évi­dem­ment trop mar­quées, l’un man­geant enfin à sa faim et pou­vant choi­sir son mode de vie, le second pas­sant du sta­tut ultra-riche à celui de per­sonne aisée, la pos­si­bi­li­té de gar­der un ou deux châ­teaux voire un cer­tain train de vie à cer­taines condi­tions, des mesures d’a­mé­na­ge­ment du ter­ri­toire, des inves­tis­se­ment, des infra­struc­tures cultu­relles, sani­taires, la pro­mo­tion et la ges­tion de toutes sortes de pro­jets et d’en­tre­prises aus­si béné­fique à la socié­té, à une région, à son pays, à un lieu plus res­treint encore, valo­ri­sant autant ce bien com­mun que cette estime de soi (et ce res­pect d’au­trui, les deux étant très lié en vérité).

            Tout cela peut paraître de prime abord très uto­pique, et pour­tant, moi ce qui me paraît incroyable, incom­pré­hen­sible, c’est de savoir que nous avons atteint des niveaux civi­li­sa­tion­nels et des com­pé­tences, des tech­no­lo­gies, des savoirs (et par­fois des plus rus­tiques, des plus ancestraux_n’oublions pas trop vite une époque qui fut pour­tant un futur) tels que nous avons tous moyens et tous poten­tiels aujourd’­hui d’embellir enfin ce monde tout en le ren­dant plus juste et plus ‘sou­dé’, plus uni.

            EFFAB

        • beo

          « (ain­si qu’une régle­men­ta­tion bru­tale écar­tant le grand capi­tal de la pro­prié­té médiatique) »

          ça c’est de la parenthèse 😀

          ça com­mence où le grand capi­tal ? Il lui sera facile de faire des socié­tés plus petites pour tenir les moyens de dif­fu­sion de masse. 

          Le FdG, tou­jours à vou­loir plus de régle­men­ta­tion hyper cou­teuse à mettre en oeuvre – l’é­tat sub­ven­tionne assez le Figa­ro et le Monde comme ça.

          Le FdG, tou­jours prompt à atta­quer mal­adroi­te­ment les ban­quiers et les mar­chands d’armes afin de sus­ci­ter la com­pas­sion popu­laire envers ces derniers… 

          Le FdG, qui veut tout sim­ple­ment enca­drer la liber­té d’ex­pres­sion par sa bureaucratie. 

          Tout ça pour quoi ? Pour maquiller l’é­lec­tion, la rendre plus juste, plus aimable.

          Réponse
    • Ronald

      Moi, je le trouve pas mal l’es­sai d’ar­gu­men­taire anti-tirage au sort de Clé­ment Séné­chal. C’est à ma connais­sance le tra­vail le plus long et le plus construit qu’on ait fait contre le pro­jet. On est loin du tryp­tique clas­sique « tirage au sort = lot­to­cra­tie / Démo­cra­tie athé­nienne = escla­vage / Chouard = nazi ». On voit qu’il a tra­vaillé le sujet et qu’il tente de répondre aux dif­fé­rents points.

      De manière géné­rale, son axe de défense du sys­tème élec­tif-par­ti­cra­tique est que le Par­ti Poli­tique de Gauche, par sa puis­sance struc­tu­rante, ses capa­ci­tés d’é­du­ca­tion poli­tique et sa pro­mo­tion des indi­vi­dus défen­dant l’in­té­rêt géné­ral, est un levier d’ac­tion pour les classes oppri­mées au sein des ins­ti­tu­tions. Il est – quand on fait le compte des aspects posi­tifs et néga­tifs – glo­ba­le­ment un atout pour elles, par rap­port à une situa­tion où elles seraient ‘ato­mi­sées’ telles que dans des ins­ti­tu­tions basées sur le tirage au sort. 

      L’ar­gu­ment se défend. A vrai dire, on peut en dis­cu­ter sans fin tant que l’on a pas mis en pra­tique les deux. La ques­tion se tran­che­ra quand il y aura eu des expé­riences d’ar­ri­vée au pou­voir de par­tis de gauche avec main­tient du sys­tème élec­tif (type Véné­zue­la par exemple) en com­pa­rai­son avec des contrées voi­sines où auront été mises en places des ins­ti­tu­tions type tirage au sort. On ver­ra bien alors les­quels sont plus pro­fi­table à qui, et ce à quoi les gens aspirent.

      A côté de cela, il y a aus­si des moments où l’au­teur semble inca­pable de se pro­je­ter dans une socié­té régie par des ins­ti­tu­tions tirées au sort, comme dans le pas­sage sui­vant, com­plè­te­ment hors de propos :
      « Très concrè­te­ment, si un citoyen veut aujourd’hui deve­nir dépu­té, il peut se battre pour le faire, rien ne le lui inter­dit for­mel­le­ment (même si de nom­breux biais sont natu­rel­le­ment à cor­ri­ger dans le sys­tème élec­tif actuel, et que de nom­breux obs­tacles socio-cultu­rels scandent indu­ment ses voies). Or si les dépu­tés sont tirés au sort, un citoyen qui veut deve­nir dépu­té ne pour­ra rien faire d’autre que d’attendre patiem­ment que l’infime pro­ba­bi­li­té d’être dési­gné par le sort n’advienne. Mais il lui sera de fait inter­dit de concou­rir acti­ve­ment pour exer­cer cette charge, de se pré­sen­ter au suf­frage. Il s’agirait ni plus ni moins d’une dan­ge­reuse réduc­tion des liber­tés publiques et d’une grave entaille por­tée au cœur même de l’Etat de droit. » 

      Je ne vais pas ten­ter de com­men­ter tout, ce serait fas­ti­dieux. Je vais juste reprendre le point 3) du texte, assez exem­pla­tif de son mode de pensée :

      3) Res­pon­sa­bi­li­té et capi­tal d’influence

      Selon la vision para­noïaque décrite plus haut, les citoyens tirés au sort seraient apu­rés de toutes les scan­da­leuses dis­so­nances que pro­duit l’appartenance à un col­lec­tif poli­tique, de la cor­rup­tion du par­ti­san, de celui qui prend parti. 

      Ici, il consi­dère que les tirés au sort ne seraient plus membres de col­lec­tifs, d’as­so­cia­tions, de par­tis. Ce ne serait bien enten­du pas le cas. Sim­ple­ment, les par­tis ne joue­raient plus de rôle direct dans les ins­ti­tu­tions (en l’oc­cur­rence, la dési­gna­tion des can­di­dats éli­gibles à l’as­sem­blée législative)

      Cela pose néan­moins un pro­blème de res­pon­sa­bi­li­té. De quoi un indi­vi­du tiré au sort peut-il bien se sen­tir res­pon­sable, puisqu’il n’a de comptes à rendre à per­sonne et que le hasard, sauf si l’on est croyant ou super­sti­tieux, ne demande jamais rien en retour ? De quoi se sen­ti­ra-t-il res­pon­sable puisqu’il n’a ni pro­gramme, ni cama­rades poli­tiques, ni élec­teurs à res­pec­ter ? Il ne doit rien à per­sonne et sera mis dans une situa­tion de pou­voir par­fai­te­ment favo­rable à l’éthique du mercenaire.

      La « res­pon­sa­bi­li­té » du man­da­taire signi­fie qu’il peut être sanc­tion­né. Mais cela n’a de sens que dans un sys­tème élec­tif, ou un indi­vi­du, choi­si, ne rem­plit pas la fonc­tion atten­due (c’est à dire tra­hit ses man­da­taires), et mérite dès lors un « châ­ti­ment ». Dan un sys­tème d’as­sem­blée basée sur le prin­cipe de l’é­chan­tillon­nage, les indi­vi­dus n’ont pas à res­pec­ter de « pro­messes » qu’ils auraient faites, il ont juste à voter selon leur opi­nion qu’ils se sont for­gée. Il n’y a pas non plus de pro­blème de conflit d’in­té­rêt avec des éven­tuels spon­sors (si les ins­ti­tu­tions sont cor­rec­te­ment éta­blies : man­dats courts, non renou­ve­lables, …), et donc pas de motif de tra­hi­son. Les conflits d’in­té­rêts per­son­nels (tirés au sort riches et puis­sants, ou concer­nés par la loi en débat) sont pré­vus pour être noyés dans la masse. Quand à une res­pon­sa­bi­li­té quant à des consé­quences fâcheuses des déci­sion, je ne pense pas que l’on puisse tenir rigueur à des indi­vi­dus tirés au sort pour déli­bé­rer d’une orien­ta­tion légis­la­tive des éven­tuelles suites dom­ma­geables d’une déci­sion prise de bonne foi. Donc, effec­ti­ve­ment, dans une assem­blée tirée au sort, la notion de res­pon­sa­bi­li­té indi­vi­duelle perd de sa pertinence.

      Par ailleurs, à quelle influence sera-t-il sen­sible ? Le capi­tal se tien­dra-t-il bien tran­quille pen­dant qu’un atome para­chu­té du jour au len­de­main dans le cénacle du pou­voir légi­fère et se pro­nonce sur son des­tin ? Non. Il finan­ce­ra des armées de lob­byistes et se ren­dra cou­pable de toutes les ten­ta­tives de cor­rup­tion ima­gi­nables, y com­pris finan­cières. Et l’individu tiré au sort y sera d’autant plus sen­sible qu’il n’a pas d’expérience poli­tique (sauf si par chance il est membre d’un par­ti ou d’une asso­cia­tion poli­ti­sée), qu’il n’est res­pon­sable de rien devant per­sonne, qu’il n’est tenu à aucune loyau­té envers de quel­conques élec­teurs – c’est-à-dire des man­dants – et ne béné­fi­cie en aucune manière de la pro­tec­tion d’un col­lec­tif – et que, comme tout un cha­cun, il est sen­sible à ses inté­rêts maté­riels immé­diats. Son manque de for­ma­tion poli­tique le ren­dra par ailleurs inapte à sou­te­nir les argu­ments fal­la­cieux tenus par les pro­fes­sion­nels de l’argumentaire payés par le capi­tal. D’autant plus qu’il sera confron­té à un envi­ron­ne­ment juri­dique d’une com­plexi­té telle que l’argument de connais­sance et d’expertise fera tou­jours la décision.

      Des tirés au sort seraient-ils plus sen­sibles à la cor­rup­tion que des par­ti­crates ? Vaste débat, mais l’au­teur semble bien opti­miste vis-à-vis du sys­tème élec­tif. De même, l’ar­gu­ment de l’ab­sence d’ex­per­tise qui serait défa­vo­rable au tirage au sort ne tient pas par rap­port au sys­tème actuel, où un ministre peut pas­ser du jour au len­de­main d’un poste à l’autre, sans que qui­conque s’en porte plus mal semble-t-il.

      Enfin, il est évident que comme dans tout groupe humain, des ora­teurs se révè­le­ront (et il y a fort à parier qu’ils seront issus des classes domi­nantes, où la facul­té rhé­to­rique fait par­tie d’un capi­tal cultu­rel bien tenu), intro­dui­sant des dis­sy­mé­tries fla­grantes dans le corps déli­bé­ra­tif. Et le public en pré­sence ne sera pas gui­dé par des convic­tions sous-jacentes assez pro­fondes pour se situer rai­son­na­ble­ment dans ces dévers.

      Ici aus­si, l’ar­gu­ment peut se retour­ner contre des assem­blées élues assez faci­le­ment. A moins de dire qu’il vaut mieux une assem­blée com­po­sée uni­que­ment de la « classe dominante ».

      En outre, les tenants des ver­tus déli­bé­ra­tives en mini-public insistent géné­ra­le­ment sur la néces­si­té de main­te­nir la pro­tec­tion du huis clos pour ne pas biai­ser les suites argu­men­taires ; mais dans ce cas, quid du grand public ? Une démo­cra­tie n’est-elle pas pré­ci­sé­ment fon­dée sur la rai­son publique et la publi­ci­té des débats ?

      Le pro­blème de l’in­fluence de la pro­pa­gande est effec­ti­ve­ment à prendre en compte. Mais l’au­teur glisse ici du fonc­tion­ne­ment de l’as­sem­blée légis­la­tive à celui des mini-jurys. Ceux-ci ne peuvent concer­ner que des sujets pré­cis. En pra­tique, leur usage relè­ve­ra de la consti­tu­tion. Or, la rédac­tion de la consti­tu­tion se fera elle sous le regard du peuple. Si les sys­tèmes de mini-jurys fonc­tionnent mieux en huis clos ou au contraire en public, cela pour­ra être chan­gé par la voie des modi­fi­ca­tions constitutionnelles.

      Glo­ba­le­ment, si on fait abs­trac­tion du style par­fois imbi­table (la « gou­ver­ne­men­ta­li­té » qui serait « tis­sée de pro­blèmes », et les « monades épu­rées de tout bio­gra­phème », c’est fran­che­ment pas pos­sible, Clé­ment ! ), le texte est inté­res­sant, et mérite qu’on y réponde. Je pense que les meilleures cri­tiques face au tirage au sort vien­dront de la gauche, où l’on a théo­ri­sé tout un cer­tain culte autour du « par­ti » (de la droite, je pense que l’on n’au­ra que de la force bru­tale et méchante à la Atta­li). Elles vont pro­gres­si­ve­ment s’é­la­bo­rer au fur et à mesure que l’i­dée pro­gres­se­ra dans la popu­la­tion, et le débat sera pro­ba­ble­ment plus riche qu’il ne l’a été jus­qu’à présent.

      Réponse
      • EFFAB

        « De quoi un indi­vi­du tiré au sort peut-il bien se sen­tir res­pon­sable, puisqu’il n’a de comptes à rendre à personne… »
        (Clé­ment Maré­chal cité par RONARLD, 8 octobre 2014 at 23:14)

        Un tiré au sort peut décli­ner l’offre, pour toutes sortes de rai­sons, mais en s’en­ga­geant, il sait qu’il agit autant dans l’in­té­rêt géné­ral que dans le sien propre, les deux étant Consti­tu­tifs du Contrat Social et, parce que son tra­vail et son enga­ge­ment auront tou­jours pour objec­tif le bien com­mun, qu’au­rait-il alors à se repro­cher en com­met­tant un jour quelque erreur ? lui dont cette res­pon­sa­bi­li­té, cet inté­rêt en com­mun l’a­mènent à chaque ins­tant à oeu­vrer au mieux et pour le meilleur de sa com­mu­nau­té, au niveau local comme au niveau natio­nal. Bref, ce ne sont pas quelques erreurs ici-et-là qui por­te­ront pré­ju­dice et grand dan­ger, tout au contraire de notre sys­tème actuel aus­si cupide qu’as­ser­vis­sant ! N’in­ver­sons pas non plus les défaillances vou­lues d’hier et de l’His­toire avec cet immense poten­tiel démo­cra­tique et dés­in­té­res­sé (en soi) de demain, de cette contre-His­toire des Hommes et de l’Hu­ma­ni­tés ^^ sans par­ler de tous les méca­nismes de contrôles et groupes de citoyens ayant accès au tra­vaux de l’Exé­cu­tif et des diverses Chambres et pos­si­bi­li­tés d’actions.

        Voi­là pour­quoi un tiré au sort accep­tant son man­dat, sa mis­sion, son tra­vail sera d’au­tant plus res­pon­sable qu’il n’au­ra de compte à rendre sur­tout à aucune puis­sance ou pres­sion quel­conques, libre d’a­gir, en ver­tu de ses limites et son sta­tut, pour son bien propre et celui de tous.

        Réponse
      • EFFAB

        Oui, autre rai­son de méfiance sinon cette intui­tion : ce « style par­fois imbi­table »… nor­ma­lien, rhé­to­rique, faci­li­té de lan­gage, Média­part qui n’est pas rien, char­gé de mission/animateur en cam­pagne (légis­la­tives), CHOUARD & consort en nébu­leuse, bref, la forme peut tout autant en dire que le fond_mais je crois qu’entre tout ce qu’E­TIENNE a déjà si bien assi­mi­lé et par­tage autour de lui, et deux ou trois petites choses que nous pou­vons encore trou­vé, de ces évi­dences ou de ces mots simples et justes pour le dire voire n’y plus reve­nir, je crois donc qu’on s’a­che­mine vers un point très ténu ou quand l’i­dée est à ce pont si bien assi­mi­lé par un cer­tain nombre s’o­père alors le grand cer­veau col­lec­tif des humains et de l’Hu­ma­ni­té une inter­ac­tion tous azi­mut et incons­ciente qui déborde le ration­nel et fais conver­ger les esprits et les consciences vers ces nou­velles façons de pen­ser et de voir les choses…

        Grand mer­ci à vous, ETIENNE ! nous ne le répé­te­rons jamais assez, mais plus heu­reux encore de lire des CYRINA et des RAPHAEL !

        Réponse
    • Sam

      Une petite pré­sen­ta­tion de ce Clé­ment Séné­chal par lui-même
      (faute faire une copie d’é­cran pour la lire / évi­ter la « pub » qui la cache…) :
      http://​fr​.via​deo​.com/​f​r​/​p​r​o​f​i​l​e​/​c​l​e​m​e​n​t​.​s​e​n​e​c​h​al1
      Sans commentaire.

      J’a­vais vrai­ment qu’ çà à foutre mais il va me fal­loir pas­ser quinze heures à pro­duire une réponse… Quoi­qu’il en soit, DiChim, mer­ci pour l’info.

      Réponse
  40. martin

    Si cela peut vous éclai­rer, un extrait du der­nier post de Jean Luc Mélenchon : 

    « Ain­si a‑t-il été rap­pe­lé que nous n’aurions pas pour objec­tif de réduire ou d’uniformiser la diver­si­té des points de vue et des pro­po­si­tions sur quelques points que ce soit à pro­pos de cette nou­velle répu­blique. Un thème ain­si a été évo­qué, celui du tirage au sort dans les pro­ces­sus démo­cra­tique. Les avis sont clai­re­ment par­ta­gés. Pour autant une chose est sûre : le mode actuel d’élection n’a guère de par­ti­sans et qu’il s’agisse d’en chan­ger ou de pas­ser à un tout autre sys­tème comme le tirage au sort, rien n’est pos­sible dans le cadre actuel des ins­ti­tu­tions. C’est pour­quoi la contri­bu­tion de Judith Ber­nard sur la page inter­net à pro­pos du tirage au sort a connu un vif suc­cès et moti­vé de nom­breuses signa­tures nouvelles. »

    Conclu­sion : La ques­tion de la CONVOCATION d’une consti­tuante est bien ouverte et donc le débat sur le mode de repré­sen­ta­tion qui pour­rait fort bien faire l’ob­jet d’un réfé­ren­dum. Le premier.

    Réponse
    • EFFAB

      à suivre de très très près donc, tout en gar­dant bien à l’es­prit qu’il fau­dra bien aux pro­fes­sion­nels de la poli­tique au moment indi­qué et à tout ‘affi­lié’ à quelques groupes d’in­té­rêts que ce soit de se mettre en retrait et « dis­po­nibles » à la volon­té populaire.

      Sans par­ler du fait que quelque déci­sion et pro­pos offi­ciels d’une per­son­na­li­té (ces pro­pos de Jean-Luc Mélen­chon ici en l’oc­cur­rence) n’en­gage qu’elle et qu’il appar­tient à la volon­té popu­laire de prendre en compte ou non ces recom­man­da­tions comme d’a­gir à sa guise, avec ou sans l’ap­pui, le sou­tien et la publi­ci­té (rendre public) de quelque per­son­na­li­té que ce soit si cette volon­té popu­laire trouve à y redire et s’es­time léser dans ce che­mi­ne­ment et cette démarche Constituantes.

      Comme je ne parle aus­si moi-même qu’en mon nom propre, ces pro­pos n’en­ga­geant que moi, mais cher­cheur en Démo­cra­tie je cherche les mots les plus appro­chants comme cette légi­ti­mi­té, cette sou­ve­rai­ne­té qui sera la mienne autant qu’elle sera celle de tous et de chacun.

      Réponse
  41. RV

    à Mar­tin 8/10/14 21h04 pour aller dans son sens …

    http://www.lepartidegauche.fr/quisommesnous/identite/resolution-politique-adoptee-par-le-bn-des‑4–5‑octobre-2014–30194

    Réso­lu­tion poli­tique adop­tée par le BN des 4–5 octobre 2014

    …/…C’est pour­quoi le prin­cipe de la convo­ca­tion d’une assem­blée consti­tuante – indis­so­ciable de l’appel à la 6ème Répu­blique – n’est pas seule­ment une méthode, c’est en réa­li­té l’expression d’une volon­té : que le peuple rede­vienne souverain…/…

    Je serais curieux de savoir com­bien de temps il fau­dra au PG, suite à cette décla­ra­tion, pour modi­fier l’ap­pel à la 6e, car ne croyez pas que vous êtes le seul lieu à débattre de ce préa­lable du mode de convo­ca­tion de la constituante.

    Réponse
  42. RV

    RV | 9 octobre 2014 at 01:19 | Répondre
    Your com­ment is awai­ting moderation.

    à Mar­tin 8/10/14 21h04 pour aller dans son sens …

    http://www.lepartidegauche.fr/quisommesnous/identite/resolution-politique-adoptee-par-le-bn-des‑4–5‑octobre-2014–30194

    Réso­lu­tion poli­tique adop­tée par le BN des 4–5 octobre 2014

    …/…C’est pour­quoi le prin­cipe de la convo­ca­tion d’une assem­blée consti­tuante – indis­so­ciable de l’appel à la 6ème Répu­blique – n’est pas seule­ment une méthode, c’est en réa­li­té l’expression d’une volon­té : que le peuple rede­vienne souverain…/…

    Je serais curieux de savoir com­bien de temps il fau­dra au PG, et pas à JLM, suite à cette décla­ra­tion, pour modi­fier l’appel à la 6e, car ne croyez pas que vous êtes le seul lieu à débattre de ce préa­lable du mode de convo­ca­tion de la constituante.

    Réponse
  43. Merome

    Mélen­chon sort du bois et parle tirage au sort sur son blog : http://​www​.jean​-luc​-melen​chon​.fr/​2​0​1​4​/​1​0​/​0​8​/​p​a​s​-​d​e​-​f​o​i​n​-​p​o​u​r​-​l​e​s​-​m​a​r​t​i​e​ns/

    Je cite :


    Ain­si a‑t-il été rap­pe­lé que nous n’aurions pas pour objec­tif de réduire ou d’uniformiser la diver­si­té des points de vue et des pro­po­si­tions sur quelques points que ce soit à pro­pos de cette nou­velle répu­blique. Un thème ain­si a été évo­qué, celui du tirage au sort dans les pro­ces­sus démo­cra­tique. Les avis sont clai­re­ment par­ta­gés. Pour autant une chose est sûre : le mode actuel d’élection n’a guère de par­ti­sans et qu’il s’agisse d’en chan­ger ou de pas­ser à un tout autre sys­tème comme le tirage au sort, rien n’est pos­sible dans le cadre actuel des ins­ti­tu­tions. C’est pour­quoi la contri­bu­tion de Judith Ber­nard sur la page inter­net à pro­pos du tirage au sort a connu un vif suc­cès et moti­vé de nom­breuses signa­tures nou­velles. D’ailleurs, c’est à l’oc­ca­sion de cette réunion qu’a été déci­dé de pro­po­ser à cha­cun d’exprimer sur la page ses propres moti­va­tions. Elles sont publiées au fur et à mesure pour ne pas pro­vo­quer d’effet de satu­ra­tion qui nui­rait à l’impact de chaque docu­ment. La méthode est pré­fé­rée à celle qui consiste à écrire des textes en com­mun qui sont sou­vent des com­pro­mis par­fois labo­rieux. Je pense que c’est cette liber­té d’appréciation per­son­nelle qui a faci­li­té l’arrivée publique de signa­tures venue du monde poli­tique appe­lant à signer. On dira bien­tôt qui. Je ne peux cacher que plu­sieurs per­sonnes m’ont signa­lé l’inconvénient qu’il y aurait à mar­quer poli­ti­que­ment de façon trop ciblée. Autre­ment dit mieux vaut que la liste des res­pon­sables poli­tiques ne soit pas limi­tée aux membres du Front de Gauche pour ne pas don­ner l’impression désa­gréable que c’est lui qu’on rejoint en signant.

    Réponse
    • EFFAB

      La démarche est peut-être louable mais les décla­ra­tions d’in­ten­tions valent tout autant après coup aux pro­messes poli­tiques non tenues.
      Wait and see ? comme on dit, non, il faut être infi­ni­ment plus exi­geant et sans être fer­mé à quelque ini­tia­tive que ce soit, il faut bien gar­der à l’es­prit que rien n’est plus impor­tant sinon digne d’in­té­rêt que cer­tains méca­nismes et autres notions qu’on avait super­be­ment igno­ré jusque là et auquel on s’ouvre un peu aujourd’­hui, telle une récu­pé­ra­tion évi­dente sur­tout quand cela se fait conjoin­te­ment à la sphère poli­ti­cienne, un haut res­pon­sable (Jean-Luc Mélen­chon) concluant par cette ouver­ture  » Autre­ment dit mieux vaut que la liste des res­pon­sables poli­tiques ne soit pas limi­tée aux membres du Front de Gauche pour ne pas don­ner l’impression désa­gréable que c’est lui qu’on rejoint en signant » mais un Clé­ment Séné­chal démê­lant toutes les impé­ri­ties sup­po­sées ou « vou­lues » du TAS en sous-main pour que les choses soient bien claires dans un proche ave­nir, à savoir que cette fameuse/fumeuse Consti­tuante ne peut s’é­ta­blir à par­tir d’un méca­nisme élec­to­ral « déres­pon­sa­bi­li­sant le citoyen » et prô­nant « la néga­tion du poli­tique » qu’est le Tirage au Sort… eh hop ! retour à l’é­lec­tion et c’est repar­ti pour le der­nier tour final_oui, enfin, entre 2017 la fin des hari­cots, le Trai­té Trans­at­lan­tique et le Meilleur des Mondes en roue libre, m’est avis que nous n’au­rons plus vrai­ment besoin de voter alors, ou juste un enfu­mage pour la forme quand tous ceux qui avaient encore quelque chose à dire et à chan­ger n’au­ront plus l’op­por­tu­ni­té d’é­chan­ger sur le Net ou même la pos­si­bi­li­té de le faire dans la rue sous risque d’in­cul­pa­tion et autres déla­tions, car ce Meilleur des Mondes fera tou­jours en sorte qu’il y ait des condi­tion­nés de tout et d’autres qui ven­dront bien leur mère pour un peu de recon­nais­sance et de meilleurs traitements ^^

      Réponse
  44. Ronald

    On va peut-être assis­ter avec Mélen­chon à une évo­lu­tion à la Edwy Ple­nel : voyant que ses pos­si­bi­li­té de car­rières et d’ac­tion sont blo­quées au sein de l’o­li­gar­chie, il va peut-être se reti­rer à l’é­cart et tra­vailler à saper le sys­tème en place. Ce serait un appui intéressant.

    Réponse
  45. EFFAB

    Vu sous cet angle, pour­quoi pas, le prag­ma­tisme à la Cause pou­vant très bien pro­fi­ter de com­pé­tences mul­tiples voire d’am­bi­tions, d’e­go ou de fier­tés dis­pa­rates… mais n’ou­blions pas que que le but pre­mier de tout mou­ve­ments, par­tis offi­ciels, média­ti­sés sont de divi­ser la socié­té tout en lui don­nant le sen­ti­ment de pou­voir choi­sir de nou­velles alter­na­tives… c’est pour­quoi, très proche en cela d’E­TIENNE, je ne suis pas prêt de lâcher quelque mor­ceau que ce soit, donc méfiance, méfiance… sans par­ler de Clé­ment Séné­chal, petit nor­ma­lien à la solde à mon avis, dont les ‘avis’ si tran­chés sir le Tirage au Sort me rendent encore plus méfiant.

    Réponse
  46. martin

    Je suis d’ac­cord avec votre méfiance, sur­tout après avoir lu la décla­ra­tion de Clé­ment Séné­chal. Si cela devait être la pen­sée domi­nante ou avoir une réelle influence au PG, je peut vous dire que je déga­ge­rai à l’ins­tant. Je m’é­tonne d’ailleurs qu’il ai de telles res­pon­sa­bi­li­tés, je ne sais d’où elles lui viennent. Pour le reste nous avons accueillis EC. à deux reprises dans le cadre d’un « café repaire » et tous les copains du PG dépar­te­ment nous ont sou­te­nus et beau­coup ont par­ti­ci­pés. Depuis de l’eau à cou­lé sous les ponts et plu­tôt dans le bon sens. Ce qui était un tabou se dis­cute à peu prés tran­quille­ment. Je crois qu’à l’i­mage de JL Mélen­chon (qui est pro­fon­dé­ment res­pec­table) il y a une mue qui est en train de s’o­pé­rer et dont témoigne l’é­vo­lu­tion du PG mais pas que… Ce n’est pas le moment de s’ai­grir mais de s’ou­vrir (en sachant que c’est un com­bat, quand même)!!! Bien sur, on vou­drait que ce soit plus facile de convaincre les autres, d’a­gir ensemble etc…Mais cette alté­ri­té est en train de nous former…(je suis quand même déçu par l’i­mage que donne ce C Sénéchal:) )!
    A plus, mer­ci de votre écoute.

    Réponse
    • EFFAB

      On pour­rait ima­gi­ner aus­si (tant de sce­na­rii sont de l’ordre du pos­sible et dans l’ordre des choses en poli­tique ^^) que la carte Clé­ment Séné­chal ait jus­te­ment été vou­lu pour dis­cré­di­ter le PDG (Par­ti de Gauche, c’est amu­sant cette majus­cule là) ou/et Jean-Luc Mélen­chon, don­ner l’im­pres­sion ain­si que la poli­tique poli­ti­cienne arrive à bout de souffle et que la pen­sée alter­na­tive serait à envi­sa­ger de plus en plus sérieu­se­ment… mais je n’y crois pas, pour la simple rai­son que don­ner trop de champ et trop de publi­ci­té à la Démo­cra­tie vraie et au Tirage au Sort, c’est ouvrir une boîte de Pan­dore des esprits et de tous les pos­sibles, et l’E­lite ne peut se per­mettre de jouer avec le feu, pas encore en tout cas, bien que de nom­breux indi­ca­teurs nous obligent à l’au­dace et à la contes­ta­tion, cette sou­ve­rai­ne­té à oppo­ser au pou­voir en place, fut-elle dans un pre­mier temps exclu­si­ve­ment sym­bo­lique, cette liber­té de pou­voir encore s’ex­pri­mer mal­gré tout et ces décla­ra­tions qui ne man­que­ront pas par leur nombre et leur sérieux d’in­ter­pel­ler nos conci­toyens et le plus grand nombre.

      Ensuite, le M6R ne peut voir le jour que dans les rangs de la gauche, dans un par­ti à la fois ras­sem­bleur et oppo­sant les sen­si­bi­li­tés qui, en période élec­to­ral, va jouer le jeu du bipar­tisme et régu­ler selon les volon­tés éli­tistes et les évé­ne­ments en cours les résul­tats vers plus de droite ou plus de gauche, l’ob­jec­tif au final étant le choix plu­tôt de Tar­tem­pion au détri­ment de Flam­by, pour des rai­sons voir des concur­rences ou même un jeu internes, bien qu’au pire, de Sar­ko­zy à Hol­lande, qu’est-ce que cela aurait bien chan­gé quand la Finance et le som­met de la pyra­mide y trouve son compte et conforte plus avant son pouvoir.

      Je m’é­carte. Pour en reve­nir à cette polé­mique, il semble évident que la rhé­to­rique Séné­chal vise la Démo­cra­tie et le TAS, et pas pour rien ou cer­tai­ne­ment pas com­man­di­té par le seul PDG (ça m’a­muse trop ça !) ! Mais encore, croyez-vous vrai­ment que des par­tis qui n’ap­par­tiennent pas vrai­ment à mon­sieur tout le monde ont inté­rêt à voter leur propre « dépro­fes­sion­na­li­sa­tion », leur rai­son d’être ? Et com­ment un diri­geant tel que Mélen­chon semble s’ou­vrir aux idées alter­na­tives quand en sous-main, quand en paral­lèle, un Clé­ment Séné­chal et d’autres j’en suis sûr vont s’a­char­ner ain­si comme des chacals ?…

      Oui, je pense avoir répon­du à cette méfiance en com­mun, le tout étant de l’être plus encore, cha­cun de son côté, pro-chouar­dien ou pro-Mélen­chou… je suis déso­lé mais pas facile de trou­ver la bonne ter­mi­no­lo­gie, comme quelque chose ne son­nant pas très bien à l’o­reille… et moi qui marche beau­coup au verbe comme à celui-ci (ce Verbe quan­tique pour faire court), croyez bien que cela me fait sou­rire tout en y rajou­tant une énième prudence.
      A vous lire, MARTIN

      Réponse
  47. EFFAB

    Un com­men­taire sur le Net :

    « Bar­din B.
    (réponse à Laurent DUBET)
    Relis le coup d’e­tat per­ma­nent de Mit­ter­rand 1964. Il annon­çait déjà la sixième répu­blique, puis il expli­quait en 1970 que le socia­lisme était contre l’ordre éta­bli et contre le capi­tal… Puis il y a eu 1983, la suite on la connaît. Le front de gauche n’existe pas. Le PC se main­tient uni­que­ment grâce aux sub­sides du PS… Quant à Mélen­chon pour avoir tra­vaillé au sénat en 1996 et 1997 pour un ancien com­mu­niste recon­ver­ti au mar­ché et pilier de Jos­pin… Je sais de quoi il en retourne, d’une farce annon­cée comme en 64.… Quand ils n’y sont pas ils sont pleins de bonnes idées et une fois dans la soupe, l’hu­main est cupide, tu n’y chan­ge­ras rien et moi non plus. Il n’y a qu’une misère rela­tive en France. Elle est assez bien assis­tée ce qui n’é­tait pas le cas en 1788 et les bour­geois vou­laient le pou­voir poli­tique après avoir conquis le pou­voir éco­no­mique. Aujourd’­hui aucune de ses condi­tions n’est réunie. Ce sera encore et tou­jours les cocus devant ! » 

    Réponse
  48. EFFAB

    à propos/à l’at­ten­tion de Michel ONFRAY, phi­lo­sophe de son état_démocrate en herbe ou grand bour­geois sur le tard ? ^^

    (une réponse à un com­men­taire que je viens de faire sur le Net)

    (Réponse à Bar­din B. – 18h21)

    … oui, sacré MICHEL et je le connais en par­tie plu­tôt bien pour avoir lu des cen­taines de pages de son fait ! lui qui reproche sou­vent à cer­tains phi­lo­sophes de théo­ri­ser super­be­ment sans appli­quer eux-mêmes dans la vraie vie tous ces grands prin­cipes… c’est dom­mage car vu ces prises de paroles, sa média­ti­sa­tion, son cha­risme, sa noto­rié­té, lui qui pro­fesse ou com­mu­nique tant de belles choses, je trouve loi, EFFAB que je suis, qu’en plein coeur d’une socié­té de la com­mu­ni­ca­tion et de l’ins­tan­ta­néi­té, il aurait davan­tage de mérite à par­ta­ger autre­ment tout ce savoir et toute cette sagesse « popu­laire », lui qui a si bien repris à son compte et à sa phi­lo­so­phie (il y a aus­si cet hédo­nisme qui pour­rait rejoindre ce res­pect et ces liber­tés mutuelles) cet aspect cen­sé popu­laire (l’en­semble de la Nation) qui ne prend tout son sens que dans ce rap­port et cette inter­ac­tion aux autres, sociale, éco­no­mique, humaine, politique.
    Bref, j’ai encore beau­coup de choses à lui apprendre, à notre ami MICHEL, mais a‑t-il jamais enten­du par­ler de moi et si peu relé­guer, je crois, cette bonne parole et cette impé­rieuse néces­si­té com­mune à tous que sont la Cause des causes et la Démocratie.
    ^^

    Réponse
  49. DiChim

    Une inter­view de JL Melen­chon au jdd à pro­pos de la 6eme république 
    http://​www​.lejdd​.fr/​P​o​l​i​t​i​q​u​e​/​V​I​e​-​R​e​p​u​b​l​i​q​u​e​-​l​e​-​m​o​d​e​-​d​-​e​m​p​l​o​i​-​d​e​-​M​e​l​e​n​c​h​o​n​-​6​9​3​672

    Elle a été reprise sur le site du PG, et j’y note une réfé­rence inté­res­sante dans sa réponse :

    Quelle est la méthode ?

    La méthode pour chan­ger de répu­blique déter­mine son conte­nu futur. Ce n’est pas à un comi­té d’ex­perts mais au peuple lui-même de rédi­ger cette nou­velle Consti­tu­tion. Je recom­mande donc de convo­quer une Assem­blée consti­tuante dont les dépu­tés seraient élus ou tirés au sort. Je pro­pose que les consti­tuants ne soient pas issus d’une Assem­blée actuelle et qu’a­près avoir fait la Consti­tu­tion, ils ne soient pas éli­gibles ensuite comme dépu­tés. Ce serait là une pro­fonde régé­né­ra­tion de la sphère poli­tique ! Toutes les grandes ques­tions seraient mises en débat.

    Voi­ci des exemples pour lan­cer la dis­cus­sion. Je suis par­ti­san d’un régime par­le­men­taire très stable : on ne peut démettre un gou­ver­ne­ment que si on peut le rem­pla­cer par un autre. Dans ce sys­tème, le pré­sident aurait des fonc­tions de repré­sen­ta­tion et d’in­car­na­tion de la patrie mais tout le pou­voir serait dans les Assem­blées. Je suis éga­le­ment pour le vote obli­ga­toire. Et pour ins­crire dans la Consti­tu­tion les nou­veaux impé­ra­tifs de l’hu­ma­ni­té comme la « règle verte », c’est-à-dire l’in­ter­dic­tion de prendre à la nature plus que ce qu’elle peut reconstituer. 

    Mais tout cela, c’est aux consti­tuants de le trancher.

    Réponse
    • EFFAB

      C’est écrit très récem­ment, à mon avis il doit lire ou on doit lui faire un compte ren­du de ce qui se dit sur le blog (ou/et d’autres), réajus­tant en léger dif­fé­ré cha­cun de ses pro­pos de façon à res­ter tou­jours cré­dible ni lou­per le bon croi­se­ment, ce qui serait peut-être fâcheux pour lui ^^

      Réponse
      • DiChim

        Même si c’est cal­cu­lé de sa part, ce qui reste à prou­ver. On peut tou­jours espé­rer que sa pen­sée évo­lue sur ce point. (Oui, je sais, je suis optimiste ;-))

        Donc, même si c’est cal­cu­lé, disais-je, plus on ver­ra sur des médias clas­siques le terme de tirage au sort, sur­tout dans la bouche de poli­tiques, moins les gens a qui nous par­lons du TAS seront surpris/effarouchés et plus l’i­dée va s’insinuer.

        Réponse
      • EFFAB

        Je suis tout à fait d’ac­cord avec toi, DiChim, com­prends bien que je me fais autant l’a­vo­cat du diable, à des­sein, que je reste moi-même ouvert à toute évo­lu­tion, à toute ouver­ture, et même en sup­po­sant que Jean-Luc Mélen­chon ait été le plus retors des plus poli­ti­ciens (c’est juste un exemple, je l’in­cri­mine en aucun cas de cette tare), ça ne l’empêcherait pas de chan­ger et d’en­vi­sa­ger son rap­port aux autres et à la vie dif­fé­rem­ment, comme n’im­porte qui d’autre, et du jour au len­de­main, tant de choses et de para­mètres pou­vant tomer amou­reux sans qu’on y pense ! ^^

        Et comme tu le sou­lignes très jus­te­ment, c’est là une très bonne publi­ci­té pour la Cause et le TAS ! à notre charge de res­ter vigi­lants et très inci­sifs au besoin.

        Réponse
    • Ana Sailland

      Son dis­cours progresse 😉

      Réponse
  50. EFFAB

    Dans l’op­tique de ce deuxième para­graphe et ce relais me®diatique chez Média­part, il est cer­tain que ça com­mence fort !

    Une décla­ra­tion (Eric Coque­rel, secré­taire natio­nal du PG) on ne peut plus poli­ti­cienne sur les stra­té­gies de par­tis et les occa­sions man­quées et, telle une conclu­sion ou ce simple constat : « Nous ne vou­lons pas mou­rir avec le PS ! », qu’à cela ne tienne ^^ « « Il faut désor­mais s’ériger en force anti-sys­tème. Le PG le répète : « le sys­tème n’a pas peur de la gauche, il a peur du peuple. » » Pour une fois qu’on pense au peuple ! heu­reu­se­ment que cer­tains évoquent sou­vent ici-et-là cette sou­ve­rai­ne­té popu­laire bafouée, copié-col­lé, ils peuvent à leur tour se ser­vir et du concept et de l’es­pé­rance ! c’est si « malin » comme dirait un grand idéo­logue contemporain.

    « … Le pou­voir reve­nant au par­le­ment… » Oui, c’est bien ce qu’il me sem­blait, cette « Répu­blique Sociale » n’a fran­che­ment rien à voir avec la Démo­cra­tie, donc c’est bien m6r et non m1d, et j’ai décou­vert hier qu’en Ita­lie on disait m5e ^^ tu parles d’une ori­gi­na­li­té ! et en plus çà pue la nov­langue !… si j’exa­gère, je ne crois pas, consi­dé­rant tous ces rac­cour­cis cultu­rels ou ce qu’en dit Jean-Paul JOUARY quand on demande aux gens « Qu’est-ce qu’être Citoyen ? » Qu’ils hésitent un peu ou répondent sur-le-champ, c’est, en prin­cipe, la même réponse : « Voter ! » tout satis­fait, ce qu’ils ne les empêchent pas de fus­ti­ger pour beau­coup l’en­semble de la classe poli­tique voir le sys­tème… mais c’est bien connu, bien appris, bien ingur­gi­té : la Démo­cra­tie est déci­dé­ment le moins pire de tous les sys­tèmes poli­tiques ! Et c’est vrai, le « moins pire » mais éga­le­ment le « meilleur » (mon intime convic­tion)… encore faut-il savoir de quelle démo­cra­tie l’on parle ?

    Le pro­gramme de cet article est effec­ti­ve­ment plus pro­gres­siste et plus radi­cale que les volon­tés et décla­ra­tions de ce mouvement ^^

    (pour mémoire : Yann Cézard – Où va Mélen­chon ? – NPA – lun­di 13 octobre 2014)

    Réponse
  51. DiChim

    Un entre­tien avec Jacques Géné­reux, membre du PG, proche de JL Melen­chon et auteur de « La grande régres­sion », « La dis­so­cié­té » et autres livres intéressants :
    http://​www​.cer​cle​des​vo​lon​taires​.fr/​2​0​1​4​/​1​0​/​1​7​/​e​c​o​n​o​m​i​e​-​d​e​m​o​c​r​a​t​i​e​-​m​o​d​e​r​n​i​s​m​e​-​v​a​l​e​u​r​s​-​e​n​t​r​e​t​i​e​n​-​j​a​c​q​u​e​s​-​g​e​n​e​r​e​u​x​-​d​u​-​p​a​r​t​i​-​g​a​u​c​he/

    Il y parle, en autre, di m6r, de consti­tuante et de tirage au sort à par­tir des envi­ron de la 15eme minute.

    Réponse
  52. EFFAB
  53. Ronald

    Les orga­ni­sa­teurs du site m6r ont fini par se rendre compte que si l’on veut lan­cer un mou­ve­ment pour une consti­tu­tion popu­laire, il est logique que le peuple puisse s’ex­pri­mer : depuis une semaine, il y a un Mur des Citoyens sur le site où cha­cun peut commenter :
    http://​www​.m6r​.fr/​m​u​r​-​c​i​t​o​y​e​n​-​v​o​s​-​d​e​c​l​a​r​a​t​i​o​n​s​-​6​e​-​r​e​p​u​b​l​i​q​u​e​/​#​c​o​m​m​e​nts
    L’i­dée de tirer au sort l’As­sem­blée revient assez régu­liè­re­ment dans les com­men­taires. Et, bonne nou­velle, elle n’est que rare­ment cri­ti­quée par le lec­to­rat du site. Et en tout cas, il n’y a aucune attaque de mau­vaise foi comme celles qu’E­tienne a pu subir de la part de poli­ti­ciens professionnels.

    Réponse
  54. Wikicrate

    Mau­vaise nou­velle pour la démo­cra­tie dans le M6R :
    Voi­là que JLM pré­tend avoir fait ren­tré dans le comi­té de pilo­tage com­po­sé des 50 per­son­na­li­tés ayant signé l’ap­pel ini­tial 50 élus et res­pon­sables soit disant « affli­gés » du PS.
    C’est une déci­sion lourde de sens que d’ac­cep­ter ces oli­garques du PS alors que l’as­so­cia­tion Les Citoyens Consti­tuants qui a lan­cé un appel à signer doit se conten­ter du mur d’ex­pres­sion des citoyens.
    Si le M6R n’a pas d’or­gane de déci­sion tant que les 100 000 signa­taires ne sont pas atteints, ce n’est pas pour que JLM soit le seul à déci­der de faire entrer qui il veut.

    Membres du PS :
    Liêm Hoang Ngoc (Bureau Natio­nal), Phi­lippe Casier (Conseil Natio­nal), Syl­vain Mathieu (Pre­mier secré­taire fédé­ral de la Nièvre) Sya­mak Agha­ba­bai (Bas Rhin), Daniel Bon­not (Bas Rhin), Fran­çois Bour­geois (Oise), Gérard Caul­lier (Oise), Jean-Luc Dupouy (Gers), Annie Dar­rieux (Gers), Isa­belle Dumestre (Loire), Nadia El Had­jaj (Haut Rhin), Claude Etour­nay (Indre et Loire), Jean-Marc Gar­dère (Jura), Jean Gatel (Gard, ancien ministre), Laurent Govaert (Oise), Antho­ny Guit­ton (Marne), Siff Kachouche (Oise), Eli­sa­beth Ker­goat (Indre et loire), Janine Lacotte (Indre et Loire), Daniel Le Grill (Loire Atlan­tique), Phi­lippe Many (Bas Rhin), Jean-Claude Mau­rin (Hérault), Maryse Noy (Oise), Richard Ladine (Hauts de Seine), Ber­nard Motto-Ros (Loire), Jacky Paris (Indre et Loire), Jean-Phi­lippe Pel­lier (Gers), Franck Rey (Can­tal), Denis Rol­land (Oise), Claude Ronez (Marne), William Schweig (Indre et Loire), Thi­baud Viguier (Oise)

    Membres du MJS :
    Ayoub Bel­ka­di (Bureau Natio­nal), Léa Char­bon­nier (Bureau Natio­nal), Mathu­rin Levis (Bureau Natio­nal), Sarah Mar­tins (Bureau Natio­nal), Say­na Shah­rya­ri (Bureau Natio­nal), Yan­nis Zegh­bib (Bureau Natio­nal), Rached Zhou (Bureau Natio­nal), Jean Bin­da (CNA), Cécile Mar­ti­nez (CNA), Sophie Autis­sier (Secré­taire géné­rale de Seine Saint Denis), Simon Payen (Secré­taire géné­ral de Paris), Arnaud Rete­ghi­ni (Secré­taire géné­ral des Yve­lines), Jéré­my Brzenc­zek (Ani­ma­teur fédé­ral de Moselle), Alexandre Fael (Ani­ma­teur fédé­ral de l’Aube), Brian Moo­roo­gen (Ani­ma­teur fédé­ral des Hauts de Seine), Malek Smi­da (Ani­ma­teur fédé­ral du Cal­va­dos), Raphaël Per­rin (Ani­ma­teur fédé­ral de Seine Saint Denis), Pas­cal Tran (Ani­ma­teur fédé­ral des Yve­lines), Eloïse Venân­cio (Ani­ma­trice fédé­rale de Haute- Marne), Timo­thée Lepage (Paris 14e), Erik Pages (Paris 13e)

    Réponse
  55. Ana Sailland

     » l’association Les Citoyens Consti­tuants qui a lan­cé un appel à signer  » »> Selon quel pro­ces­sus collectif ?

    Réponse
  56. J-Stéphane
    • Ana Sailland

      La harangue est elle ima­gi­nable en démocratie ?

      Réponse
      • J-Stéphane

        J’ai­me­rais être encore de ce monde pour en consta­ter les effets, 😉 per­son­nel­le­ment, j’es­père que sans cette convoi­tise d’être l’é­lu, il y aura enfin des tri­bunes pour les humbles por­teurs d’i­dées, et qu’é­ven­tuel­le­ment, on vote pour le pro­jet et non pour l’orateur…

        Réponse
    • Ana Sailland

      André Bel­lon n’a pas réso­lu la ques­tion du mode de ras­sem­ble­ment de la constituante.
      Nous avons échan­gé par mail.
      Il est enfin d’ac­cord sur le fait que les modestes doivent être majo­ri­taires mais se contente d’un débat mai­gri­chon sur son blog. 

      Cepen­dant, notons que si Marianne publie un tel article, ça veut dire que nous ne pour­rons plus dire à pro­pos de la consti­tuante « tout le monde s’en fout », ce qui repré­sente une victoire.

      Des gens vont s’emparer des idées d’E­tienne et pro­ba­ble­ment le main­te­nir au loin de la renom­mée, mais ça aus­si c’est une victoire.

      Fina­le­ment je vais peut être voir le truc de mon vivant 😉

      Réponse
  57. Hervé BOURGOIS

    J’ai adhé­ré à la 6ème répu­blique et je suis scep­tique, la majo­ri­té des gens ne com­prennent pas ce qu’est une répu­blique. Ils nous expliquent à quoi ils rêvent au lieu de cher­cher, comme vous, à trans­for­mer la répu­blique en démo­cra­tie. D’un côté nous avons ceux qui croient qu’une consti­tu­tion est un code de lois, de l’autre vous êtes seule à dire qu’une consti­tu­tion per­met de dire com­ment nous nous pro­té­geons du pouvoir.
    De mon côté, je pense que la pre­mière chose est de déter­mi­ner com­ment nous pro­po­sons les lois. Pour pro­po­ser une loi, il faut com­prendre ce qu’est une loi, c’est une croyance que nous vou­drions par­ta­ger, comme par exemple défi­nir ce qu’est la pro­prié­té pri­vée (est-ce que je peux la tou­cher ? est-ce que du capi­tal est une pro­prié­té pri­vée ?) et com­prendre com­ment cela se décline en règles. Or, per­sonne n’a­borde ce sujet. En com­pre­nant ce qu’est une loi, nous com­pre­nons que la démo­cra­tie est un leurre, ce qui devient impor­tant c’est de déter­mi­ner qui est concer­né par la loi avant de savoir qui doit la voter. Si nous ne fai­sons pas cela, nous créons une dic­ta­ture du peuple qui s’ap­pelle démocratie.
    Par ailleurs, com­ment faire voter une loi qui serait com­mune à toute une nation, la croyance en l’é­qui­té par exemple, alors que les gens ne com­prennent pas ce qu’est une loi, sont ancrées dans leurs propres croyances acquises au tra­vers des médias, de l’é­cole… Dit autre­ment, nous sommes natu­rel­le­ment conser­va­teur, com­ment faire com­prendre qu’il faut chan­ger de croyances quand cela ne marche pas ?
    Le mou­ve­ment pour la 6ème répu­blique est une oppor­tu­ni­té qui peut ou non fonc­tion­ner mais c’est une oppor­tu­ni­té. En 3 mois, 60 000 signa­tures alors que des mil­lions de gens devraient la sai­sir, com­ment est-ce possible ?
    Pour ce qui vous concerne, je vous conseille « le pou­voir et la règle » de Fried­berg. Il ne parle pas de démo­cra­tie, mais cela per­met de com­prendre de quoi nous par­lons. Et je vous sou­haite bonne chance.

    Réponse
    • Ana Sailland

      Pro­po­ser la démo­cra­tie et pro­po­ser un pro­gramme poli­tique sont deux atti­tudes men­tales incompatibles.

      Etre démo­crate, c’est accep­ter le risque de voir le peuple sou­ve­rain choi­sir un autre modèle de socié­té que celui dont je rêve.

      Réponse
      • Katharina

        Donc, Etienne à mon humble avis, ne s’est pas trom­pé sur Soral, mais sur Judith Bernard.

        Réponse
        • Katharina

          en plus, elle le disait déjà :
          je cite :
          « Le m6r n’a pas d’autre direc­tion que celle que lui donnent ses signa­taires : il appar­tient aux démo­crates de s’en empa­rer, pour en faire un mou­ve­ment démo­cra­tique dans sa forme et dans son projet. »

          S’en empa­rer, voilà.

          Réponse
    • Katharina

      A mon avis ce ne sont « que » 60000 signa­tures parce que ceux qui ont lan­cé l’ap­pel sont du même pot que les élus. Ils sont sim­ple­ment plus jeunes en par­tie, mais ce qu’on com­prend quand on lit les appels et les post­ings sur face­book, moi, per­son­nel­le­ment, j’ai plu­tôt l’im­pres­sion d’un appel des enfants des 68ard qui jouent à la révo­lu­tion 68arde, mais non pas un appel néces­saire, enflam­mant, donc enthou­sias­mant. Dès le pre­mier moment on a enten­du des har­cè­le­ment, des gestes nar­cis­siques sans fin, on a jamais eu l’im­pres­sion que ce sont des gens de grand courage.
      Etienne ici a vu ‑gran­dir la belle plante- sous les mains de J.Bernard. Moi, je me suis tou­jours méfiée de cette « jeu­nesse dorée » qui n’est plus si jeune que cela, mais sans aucune vraie empa­thie. Leur empa­thie, je la sens jouée. En fait ils ont juste envie de jouer à 68.
      Alors que la pla­nète ne souffre abso­lu­ment plus des mêmes maux qu’en 68. Elle souffre d’un ter­rible abus dans tous les domaines. Ce n’est pas l’ère du peuple comme pré­tend Mélen­chon qui est bizar­re­ment invi­té tout le temps par­tout, mais c’est l’ère de l’a­bus. C’est l’a­bus de paroles, c’est l’a­bus de fond public, l’a­bus d’i­dées, l’a­bus de confiance, l’a­bus de res­pon­sa­bi­li­té, l’a­bus de droit, l’a­bus du droit du conso­ma­teur, l’a­bus des res­sources, l’a­bus du savoir, le détour­ne­ment du savoir, l’a­bus dans tous les domains. Celui qui ne fonc­tionne pas est culpa­bi­li­sé « anti­sé­mite », les mes­sa­gers sont accu­sés, on ment. Alors je ne com­prends tou­jours pas com­ment on peut encore sou­te­nir ce m6r, qui est une inven­tion des beaux gosses et la moindre épreuve les fait fris­son­ner de peur.

      Réponse
  58. Ronald

    Nou­velle étape dans le m6r :
    « Moins de trois mois après son lan­ce­ment, le M6R lance « Nous le Peuple », véri­table ago­ra numé­rique et citoyenne. Ici, tous les membres du mou­ve­ment peuvent débattre, faire des pro­po­si­tions, voter sur ces pro­po­si­tions, pro­po­ser des articles ou des ini­tia­tives et com­men­cer à se ren­con­trer localement. 

    « Nous le Peuple » pose­ra les bases de la convo­ca­tion d’une Assem­blée consti­tuante dont notre pays a tant besoin. C’est aux citoyens de le déci­der. Les ini­tia­teurs de notre mou­ve­ment sont ceux qui décident, à cet ins­tant, d’agir ensemble. Agir pour une Répu­blique débar­ras­sée de la monar­chie pré­si­den­tielle et fon­dant les nou­veaux droits per­son­nels, éco­lo­giques et sociaux. »
    (https://www.m6r.fr/nouslepeuple/story.php?title=bienvenue-sur-nous-le-peuple–le-reseau-citoyen-du-mouvement-pour-la-6e-republique-)

    Visi­ble­ment, on peut pro­po­ser que l’as­sem­blée soit tirée au sort. Si ce genre de pro­po­si­tions ren­contre un large appui, il sera tout de même dif­fi­cile que la direc­tion du mou­ve­ment reste à la fin sur le prin­cipe de l’é­lec­tion. On aura ain­si d’ailleurs la pre­mière éva­lua­tion chif­frée de la popu­la­ri­té de l’i­dée du tirage au sort ver­sus élec­tion par­mi un échan­tillon de per­sonnes inté­res­sée à la ques­tion de la consti­tuante (ce qui n’est néan­moins qu’un petit sous-groupe mar­gi­nal de l’en­semble de la population).

    Il y a déjà des pro­po­si­tions pour une assem­blée consti­tuante tirée au sort, mais qui ne sont pas limi­tée à ce sujet et mélangent plu­sieurs pro­po­si­tions, on ne sait donc pas ce sur quoi les votants se prononcent :
    https://​www​.m6r​.fr/​n​o​u​s​l​e​p​e​u​p​l​e​/​s​t​o​r​y​.​p​h​p​?​t​i​t​l​e​=​t​i​r​a​g​e​-​a​u​-​s​o​r​t​-​o​u​-​e​l​e​c​t​i​on-

    Réponse
    • Ana Sailland

      Rebe­lote

      Pour com­men­ter il faut ENCORE signer :  » Je demande l’é­lec­tion d’une assem­blée constituante ».

      On pro­pose donc aux par­ti­sans du TAS de signer avec l’in­ten­tion de ne pas hono­rer leur signature.

      C’est vicieux.

      Ce n’est donc pas une erreur.

      Il n’é­tait pas dif­fi­cile d’é­crire « une consti­tuante com­po­sée majo­ri­tai­re­ment par de simples citoyens.

      Réponse
    • Ana Sailland

      « Visi­ble­ment, on peut pro­po­ser que l’assemblée soit tirée au sort. » »> Alors pour­quoi faut il signer « élection » .

      Réponse
    • 222

      Je vais me répé­ter : le m6r est une fumis­te­rie, une sorte d’er­satz à nous mettre sous la dent, il n’y a là rien de Démo­cra­tique et ce nom seul, cette abré­via­tion à deux sous est une injure à mon intel­li­gence et à ma volonté.
      Certes, nous fai­sons bien de relé­guer ici ce qui se passe mais, comme pour les TROLL, l’é­vo­quer seule­ment c’est déjà de trop.
      J’a­vais évo­qué la néces­si­té d’un col­lec­tif offi­ciel et enga­gé en paral­léle de ce tra­vail et de cette matu­ra­tion citoyenne mais il est cer­tain que nous sommes là à des années-lumière de ce qu’il convien­drait de faire… bref, rebe­lote ou quelque chose comme ça.

      Réponse
      • Ana Sailland

        Moins jugeante mais cepen­dant je ne signe pas 😉
        (Signer le contraire de ce que je veux serait bizarre)

        Venant d’un par­ti, ce peut être une tech­nique de cap­ta­tion d’un nuage d’é­tour­neaux révoltés.
        Qui pour­raient bien un jour être déçus.
        Mais pas forcément.

        Si bataille interne il y a, le TAS peut ne pas l’emporter.
        Mais ça ne veut pas dire qu’en lieu et place ne seront pas pré­vues des pro­tec­tions contre la pré­sence majo­ri­taire des amou­reux du pouvoir.
        Wait and see 

        J’ai bien appré­cié une phrase d’An­toine Chol­let, de mémoire : La Suisse n’est pas une démo­cra­tie mais dis­pose du néces­saire pour le devenir.
        Ce qui inter­roge sur la nature du néces­saire de cou­ture nous auto­ri­sant le pou­voir de rac­com­mo­der le monde.
        Le pro­jet mini­mal, qui per­met­trait tout, c’est que soit ins­crit dans la loi des lois le 

        réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive popu­laire en matière constitutionnelle, 

        non biai­sé, sans contrôle par­le­men­taire ni l’exa­men par un quel­conque conseil constitutionnel.

        Et rien ne dit qu’une consti­tuante issue du M6R n’ac­couche pas de ce mini­mum requis.
        Lais­sons lui donc sa chance.

        Cepen­dant, en l’é­tat des ins­ti­tu­tions qui ne veulent pas la démo­cra­tie, à ce mou­ve­ment comme à d’autres ( André Bel­lon) s’ob­jecte la même ques­tion que celle qui maintes fois nous fut posée : Com­ment obte­nir ce que nous réclamons.

        Et il est fort pro­bable que la voie de l’é­lec­tion d’un par­ti qui sou­tien­drait le M6R est bouchée.
        Ges­ti­cu­ler sur un mur du peuple limi­té au net risque bien d’être du don­qui­cho­tisme haut de gamme.
        Ces gens vont ils inves­tir le monde phy­sique ? Nous verrons.

        La pro­po­si­tion d’E­tienne reste encore donc plei­ne­ment majeure : la péda­go­gie virale fon­dée sur la par­ti­ci­pa­tion et l’ex­pé­ri­men­ta­tion, faire en sorte qu’un maxi­mum de citoyens soient gagnés par la conscience de leur com­pé­tence et par le désir que cette com­pé­tence puisse s’exer­cer un jour, à tra­vers eux, ou à tra­vers d’autres, peu importe, pour­vu que ces gens soient sans ambi­tion per­son­nelle donc sans conflit d’intérêt.

        Le grand nombre se sou­met méca­ni­que­ment au petit nombre dès lors que le grand nombre n’est pas ani­mé d’une volon­té géné­rale qui lui est propre et non dictée.
        Créer cette volon­té géné­rale est donc le remède.
        Gros bou­lot, certes, mais ce n’est pas en dénon­çant d’autres pro­jets ni en nous dis­per­sant à la moindre sug­ges­tion de dis­pute sté­rile que nous sau­rons impul­ser cela.

        M’est avis, donc, que le tra­vail entre­pris doit être poursuivi.
        (Et je suis là dedans)

        Bien faire et lais­ser dire.

        Réponse
        • Katharina

          chère Ana,

          tu as dit : Ges­ti­cu­ler sur un mur du peuple limi­té au net risque bien d’être du don­qui­cho­tisme haut de gamme.

          Pour moi c’est occu­per les gens et leur don­ner l’illu­sion que c’est eux qui agissent.
          C’est un moyen très favo­ri­sé par la bour­geoi­sie : tu donnes un petit bou­lot à quel­qu’un dont tu te ser­vi­ras plus tard. Il est à ta mer­ci, donc docile. Tout le monde est heu­reux. Et en même temps tu gagnes la pos­si­bi­li­té de flai­rer un peu qu’est-ce qu’il est et qu’est-ce quil veut.

          C’est mettre de l’eau dans le plat résis­tant. C’est-à-dire d’  »har­mo­ni­ser » l’éner­gie révol­tante et autonome/adulte donc de la dépoi­vrer publi­que­ment dans la nos­tal­gie des belles idées d’an­tan et d’en enle­ver les flèches.
          Mais bien sûr je ne dis pas cela dans une volon­té « inter­dire » aux gens d’y adhé­rer, j’ai seule­ment la volon­té de dire ce que je vois, de pré­ve­nir. De si loin j’ai flai­ré , sans la connaître, la fausse note dans les pro­pos de J.Bernard. Les doutes n’ont pas été prises en consi­dé­ra­tion, peut-être main­te­nant, quoi !

          Réponse
          • Ana Sailland

            Par­lé de ça cta­prem sur face­book. On m’a objec­té que les jeunes passent par le net. Vaste débat. je pense que le net seul ne per­met pas tout et que la vraie vie ( tra­vail en cercle et avec un bon repas cana­dien) est indispensable.

            (((Je suis de la géné­ra­tion de ceux qui pro­fitent plei­ne­ment du net par­ce­qu’ils ont connu autre chose et savent donc mar­cher sur deux pattes ~ je crains que ceux qui n’au­ront jamais lu une carte rou­tière et se sont confiés dès leur plus jeune âge au GPS soient ampu­tés du sens de l’orientation)))

        • 222

          Qu’elle serait cette volon­té géné­rale ? en quoi consis­te­rait-elle au juste ? Quelle serait aux yeux et à l’in­té­rêt des consom­ma­teurs et autres consu­mé­ristes cette ‘carotte’ com­mune ou cette plus-value col­lec­tive en même temps qu’in­di­vi­duelle ?… Qui aurait une idée qui tiennent la route et le rai­son­ne­ment ? Moi, à part l’im­pôt à sup­pri­mer, j’a­voue être pour le moment à cours d’idées…
          … à vous

          Réponse
          • Katharina

            et voi­là mon livre de l’heure :
            de RICHARD SENNETT
            titre ori­gi­nal : « Toge­ther. The Rituals, Plea­sures and Poli­tics of Coope­ra­tion » , ca doit déjà être tra­duit en francais.

            je viens de le com­men­cer – c’est phantastique.
            du pré­face (mal tra­duit par moi):
            « Dans le livre je me concentre sur la sen­si­bi­li­té envers d’autres, comme la capa­ci­té d’é­cou­ter, et sur l’ap­pli­ca­tion en pra­tique de telle sen­si­bi­li­té dans le tra­vail et dans la com­mu­nau­té. Savoir écou­ter et coopé­rer sen­si­ble­ment avec d’autres a bien sûr aus­si un aspect ethique. ( …) mais même si nous coopé­rons peut-être seule­ment parce que nos propres res­sources ne suf­fisent pas, dans beau­coup de rela­tions sociales nous ne savons pas exac­te­ment ce dont nous avons besoin des autres – oubien ce qu’eux pour­raient attendre de nous.
            C’est la rai­son pour laquelle j’es­saye de com­prendre la coopé­ra­tion comme un art arti­sa­nal. Il exige la capa­ci­té de se com­prendre, de réagir l’un sur l’autre pour rendre pos­sible l’ac­tion com­mune – mais c’est un che­min par­fois dou­lou­reux, dif­fi­cile, plein d’am­bi­gui­tés et par­fois sui­vi de consé­quences désastreuses. »

            je vous dirai des nouvelles.

          • Ana Sailland

            « Qu’elle serait cette volon­té géné­rale ? » LA meilleure ques­tion de l’an­née 🙂 🙂 »> exi­ger la codé­ci­sion uni­ver­selle en lieu et place de l’é­lec­tion. (pour résu­mer hihi)

            Cette volon­té n’existe pas sauf chez peu. Nous n’en sommes qu’à la phase découragement.

            Elle est à créer.

            Pas par du bla­bla mais en offrant aux gens l’op­por­tu­ni­té de se réunir pour penser.

      • Katharina

        J’au­rais pas osé de l’ex­pri­mer de la sorte, mais en fait, j’ai la même impres­sion que toi.

        Réponse
        • 222

          Oui, les ‘impres­sions’ sont en géné­ral bonnes conseillères ^^ du moment que l’é­coute et la réflexions ont éga­le­ment leur place.

          Réponse
  59. Katharina

    Ana, ah oui, c’est pos­sible, sauf que les gens du « comi­té d’i­ni­tia­tion » du m6r (quel nom!) ont la qua­ran­taine pas­sée loin, donc eux, des filles et fils de 68ards. L’in­ter­net c’est plu­tôt la géné­ra­tion 90.
    Mais alors pour sûr, si on n’a pas gran­di qu’a­vec ca, on connaît les deux – vache­ment impor­tant ces temps-ci pour ne pas dégrin­go­ler et être capable de construire des trucs.

    Réponse
    • Ana Sailland

      Quand j’é­cris à Mélen­chon je com­mence par « jeune homme » 😉

      (Jamais eu de réponse, c’est logique)

      Réponse
  60. Ronald

    Je me suis amu­sé à faire quelques sta­tis­tiques sur les résul­tats concer­nant les membres de l’As­sem­blée Repré­sen­ta­tive du M6R :
    https://framacalc.org/Assembl%C3%A9e%20M6R

    Par le sys­tème de la coop­ta­tion, on obtient 23 mili­tants de par­ti (certes, ce n’est pas non plus pure­ment l’é­qui­valent de « poli­ti­cien pro­fes­sion­nel ») sur 34 membres (68%).
    Par le sys­tème de l’é­lec­tion, on obtient 26 mili­tants de par­ti sur 102 membres (25%).
    Par le sys­tème du tirage au sort, on obtient 6 mili­tants de par­ti sur 47 membres (13%).
    A noter que le tirage au sort à dési­gné 4 mili­tants du Par­ti de Gauche, soit 9% , ce qui cor­res­pond à peu près à la pro­por­tion atten­due (Le PG compte 9000 adhé­rents, et il y 85000 signa­taires du M6R).

    Le milieu socio­pro­fes­sion­nel des membres des dif­fé­rents groupes serait aus­si inté­res­sant à étu­dier, mais le tableau n’est peut-être pas assez com­plet pour ça.

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Voyage constituant au Québec, début juin 2024

Voyage constituant au Québec, début juin 2024

Chers amis, Je vais enfin rencontrer les copains québécois constituants 🤗 On va évidemment réfléchir ensemble à une constitution d'origine citoyenne pour le Québec libre 🙂 Je pars pour Montréal ce 1er juin et mon périple durera une quinzaine de jours....