Demain La Décroissance N° 14 – Entretien à la maison avec Christian Laurut

13/06/2014 | 27 commentaires

Encore un long entre­tien ; c’é­tait le 10 mai 2014, à la mai­son, avec des ques­tions clai­re­ment orien­tées éco­lo, mais je ne me laisse pas faire 🙂 (on n’a pas de « pro­blèmes éco­lo­giques », on a un pro­blème politique) :

Tu radotes, Chouard, va plu­tôt écrire ton bouquin ! 

Catégorie(s) de l'article :

27 Commentaires

  1. Merome

    Je dirais plu­tôt que le pro­blème poli­tique est la cause du pro­blème éco­lo­gique, entre autres. Dire qu’il n’y a pas de pro­blème éco­lo­gique, c’est être pro­vo­ca­teur pour rien. C’est un coup à se mettre à dos des gen­tils virus potentiels.

    Réponse
  2. Ana Sailland

    Je suis fas­ci­née par le nuage de mous­tiques, dense et copieux, qui mieux que la patrouille de France peut se dépla­cer vive­ment, sou­dai­ne­ment, mas­si­ve­ment, sans heurt ni crash.
    Sa prouesse tient au fait qu’il fonc­tionne en réso­nance, alors que nous fonc­tion­nons en rai­son­nance, l’in­tel­lect obli­té­rant des facul­tés qui sont cer­tai­ne­ment notres, mais en standby.
    Sans renon­cer à l’in­tel­li­gence, nous allons devoir réac­qué­rir ces facul­tés, avec comme rampe de lan­ce­ment la codé­li­bé­ra­tion universelle.
    L’en­jeu est la créa­tion du cer­veau col­lec­tif, qui à cette heure n’existe pas, inter­dit par une libi­do col­lec­tive construite par le cra­pu­lisme au pouvoir.

    La loi, en tant que pro­cé­dé d’har­mo­ni­sa­tion, n’ est ren­due néces­saire que par le défi­cit en conscience de l’es­pèce humaine.

    Mais

    La démo­cra­tie, donc une consti­tu­tion écrite par les simples et eux seuls, sont le marche pied néces­saire à l’é­mer­gence de la sus­dite conscience, puis plus tard de l’hy­per­cons­cience (elle même néces­saire à la via­bi­li­té de l’anarchie)

    L’é­co­lo­gie, qui est la recon­nais­sance de la citoyen­ne­té de la vie et de toutes ses com­po­santes, ne peut être mise en oeuvre que si la supra conscience se déve­loppe chez l’hu­main, donc uni­que­ment après l’a­vè­ne­ment de la démo­cra­tie, donc uni­que­ment après la réap­pro­pria­tion du pro­ces­sus constituant.

    La morale, la conscience, l’or­ga­ni­sa­tion poli­tique, l’har­mo­nie uni­ver­selle (intra mais aus­si outre spé­ciste) sont des thèmes intri­qués qui ne peuvent être trai­tés sépa­ré­ment. Mais pour démê­ler la pelote, il faut trou­ver le brin où tirer 😉

    Réponse
    • J-Stéphane

      Bon­jour,

      Com­ment dif­fé­ren­cier le cer­veau col­lec­tif de l’o­pi­nion publique ?

      Ensuite, qu’est-ce qu’il porte à pen­ser que ce cer­veau col­lec­tif pren­dra des déci­sions plus sages ?

      En espé­rant rame­ner les 1 % à la rai­son, ne risque-t-on pas plu­tôt d’am­pli­fier la convoi­tise des 99 % à vou­loir faire par­tie des 1 % ?

      Est-il rai­son­nable de confier à chaque citoyen la res­pon­sa­bi­li­té d’être un neu­rone de ce cer­veau col­lec­tif, sachant qu’il baigne dans un envi­ron­ne­ment patho­gène qui valo­rise le vice et fait pas­ser la ver­tu pour de la faiblesse ?

      De ce cer­veau col­lec­tif mino­ri­taire malade, doit-on y implan­ter des neu­rones autre­ment malades, mais qui parce que majo­ri­taire nous conviendrait ?

      Réponse
    • Mic El

      @n@, pour être mieux com­prise, peut tu refor­mu­ler : « …La créa­tion du cer­veau col­lec­tif… inter­dit par une libi­do col­lec­tive … »?

      Réponse
    • J-Stéphane

      Bon­soir,

      Il me semble qu’a­vec Inter­net le cer­veau col­lec­tif se mon­dia­lise en même temps qu’il se nationalise. 

      N’a­vons-nous pas là l’ou­til de démo­cra­ti­sa­tion mon­diale qui rédui­rait les pro­pa­gandes oli­gar­chiques à de simples radios locales ?

      Réponse
  3. etienne
  4. Mic El

    Les éco­los qui dési­rent aus­si se lan­cer dans « la réap­pro­pria­tion du pro­ces­sus consti­tuant » , pour mar­quer le dépla­ce­ment du centre de gra­vi­té de leur action, pour­raient aus­si inves­tir l’i­dée d’É­CO­SO­PHIE ! (*dont bien sou­vent, les voies res­tent impé­né­trables pour gogue&pédia)

    Réponse
  5. Ana Sailland

    Obser­vez, si nos rêves se réa­li­saient, la démo­cra­tie réelle, qui per­met­trait à tous et cha­cun à toute ins­tant de s’ex­pri­mer, et d’être entendu.
    Du bour­don­ne­ment des voix jus­te­ment har­mo­ni­sé par la règle poly­pho­nique, naî­trait la volon­té dite géné­rale, peut être, et très cer­tai­ne­ment la décision.
    Mais regar­dez ce maigre mon­sieur ou cette modeste dame, qui bien qu’en droit de s’ex­pri­mer et la cer­ti­tude d’être enten­dus , et en usant, ne ver­raient pas cepen­dant leur point de vue l’emporter, vain­cu par la multitude.
    Grande souf­france peut s’en­suivre, pour eux, et dans l’in­dif­fé­rence générale.
    Ain­si donc la démo­cra­tie elle-même peut elle être dic­ta­to­riale, pour les per­dants de l’agora.
    Ain­si la volon­té géné­rale, qui ne sera que très rare­ment celle de tous et cha­cun, peut elle engen­drer la liesse géné­rale, mais la dou­leur de quelques uns.
    Devons nous capi­tu­ler devant ce constat, et conve­nir que nous ne recher­chons que le meilleur des sys­tèmes en sachant qu’au­cun n’est parfait ?
    Devons nous nous retran­cher der­rière le beau prin­cipe que le vain­cu de l’i­se­go­ria et de l’i­so­pho­nie se gran­dit en s’effaçant ?
    Que c’est à lui d’être noble en auto­ri­sant la mul­ti­tude à l’être moins ?
    Cer­tai­ne­ment pas.
    Car cette ten­sion qu’in­dui­rait la démo­cra­tie (réelle) en révé­lant le fos­sé iné­luc­table entre le com­mun et le par­ti­cu­lier peut être résolue.
    Il y a d’a­bord un remède un peu bru­tal, mais peut être néces­saire, qui consiste à accep­ter que prendre une déci­sion n’est pas tou­jours nécessaire.
    Ou que par­fois, prendre du temps est sage.
    L’o­pi­nion contraire est un défaut de l’âme boo­léenne des temps modernes, bou­li­mique du tiers exclu, qui a ten­dance à nier l’exis­tence des énon­cés indé­ci­dables (bien connue des mathé­ma­ti­ciens logiciens).
    Ensuite, un autre, consiste à prendre en compte l’ex­cep­tion : si la majo­ri­té décide ce qui semble bon pour elle, mais si un quel­qu’un s’af­firme souf­frant, voire sui­ci­daire, devant ce choix, « on » pour­ra décla­rer une excep­tion à « la loi » pour ce quel­qu’un là.
    -> « Oui, pour toi, notre choix serait insup­por­table, nous te dis­pen­sons donc de t’y plier, mais te deman­dons de faire au mieux, voire d’a­mé­na­ger ta vie pour qu’un jour l’ex­cep­tion accor­dée soit obsolète ».
    Style empreint de fai­blesse, diront cer­tains, huma­niste, diront d’autres.
    C’est une façon de pen­ser peu usuelle dans notre monde, et pour cause, puisque les gens de pou­voir se targuent du droit de défi­nir la volon­té géné­rale, et de faire plier devant elle tous et chacun.
    Mais dans l’autre monde pos­sible, la démo­cra­tie vraie condui­rait à la décou­verte stu­pé­fiante 😉 de la ques­tion, à sa recon­nais­sance, à sa prise en compte, et à la volon­té géné­rale de tem­pé­rer l’ar­deur géné­rale lorsque c’est néces­saire. Et pro­ba­ble­ment à la réponse telle qu’i­ci esquis­sée, ou à une autre, humaine et empathique.
    (Ce n’est qu’un exemple des situa­tions qui feraient de la démo­cra­tie un élé­va­teur de la conscience )

    Réponse
  6. Ronald

    Bon­jour Etienne,

    Encore un chouette entre­tien. Notam­ment la pre­mière moi­tié, où vous arti­cu­lez bien l’ensemble de vos idées dans dif­fé­rents domaines en un tout cohé­rent. Je n’ai fran­che­ment rien à reprendre sur l’ensemble du propos.

    Sur la cri­tique de la sim­pli­ci­té volon­taire qui pour­rait se réa­li­ser indé­pen­dam­ment du contrôle poli­tique et de l’Etat (min 36–40), on pour­rait citer de manière illus­tra­tive l’histoire de Hen­ry D. Tho­reau. Cet anar­chiste vou­lait s’opposer aux ins­ti­tu­tions des Etats-Unis qui per­met­taient l’esclavage noir. Il déci­da en 1842 de se reti­rer de la vie col­lec­tive, de ne plus payer ses impôts pour ce régime et d’aller vivre en autar­cie dans une cabane dans les bois (H.D. Tho­reau, Résis­tance au gou­ver­ne­ment civil). Mais après quelques années, il se ren­dit compte que cette atti­tude était contre-pro­duc­tive. Pen­dant qu’il menait sa vie autar­cique, le lob­by escla­va­giste pro­gres­sait et avait ren­for­cé ses posi­tions dans le pays. Aus­si, revint-il sur sa déci­sion et don­na-t-il la prio­ri­té à la lutte poli­tique mili­tante (H.D. Tho­reau, L’esclavage au Mas­sa­chu­setts). Cet exemple montre qu’il n’est pas pos­sible d’espérer régler les nui­sances cau­sées par l’Etat en s’en désen­ga­geant en espé­rant qu’il s’af­fai­bli­ra, car il n’en tom­be­ra que plus faci­le­ment aux mains de nos adver­saires qui auront les mains libres pour aggra­ver la situa­tion. La lutte ne peut se mener effi­ca­ce­ment qu’au niveau institutionnel.

    J’ai bien aimé aus­si votre réserve sur la par­tie éco­lo­gique, quand vous pré­ci­sez bien ne pas être spé­cia­liste de ces sujets. Avec la petite noto­rié­té que vous avez dans les réseaux alter­na­tifs, il y a de plus en plus de gens qui vont venir vous deman­der votre avis sur dif­fé­rent sujets hors de pro­pos (C’est une ten­dance déjà obser­vable dans l’émission Citoyens Constituants/Bob vous dit la véri­té). Le but est de vous éti­que­ter. On risque alors de retom­ber dans la per­son­na­li­sa­tion des débats, ce qui est l’exact contraire du but recher­ché, mais une ten­dance très natu­relle chez beau­coup de gens. Si Etienne Chouard est d’accord avec ma posi­tion sur … (au choix : la cause du réchauf­fe­ment cli­ma­tique, les fidéi­com­mis, Mélen­chon, la tour n°7, l’immigration, l’Union Euro­péenne, le fonc­tion­ne­ment d’une chambre à gaz, Robes­pierre, etc), alors ma posi­tion en est vali­dée. S’il n’est pas d’accord, alors c’est un imbé­cile sous emprise … (au choix : com­mu­niste, ultra-réac­tion­naire, anar­cho-sio­niste (sic), liber­ta­rienne, alter­mon­dia­liste ou – plus sobre­ment – fas­ciste). Beau­coup de gens pensent que parce qu’un avis sur un sujet est émis par une per­sonne « connue » (pour une toute autre rai­son), alors cela a plus de vali­di­té que si cela vient d’un citoyen lambda.

    Ronald

    PS : J’ai appris l’adjectif « Gigan­tique » (1 :09 :14), que je n’avais jamais entendu.

    Réponse
  7. J-Stéphane
  8. J-Stéphane
  9. J-Stéphane

    La crois­sance des facul­tés des machines a‑t-elle un impact sur la crois­sance ou la décrois­sance des facul­tés humaine, et l’es­poir d’une démo­cra­tie ne s’é­loigne-t-il pas à chaque fois que la machine rem­place l’hu­main dans un domaine ?

    Réponse
    • EFFAB

      BNP Pari­bas, Bouygues et Canal +… ça com­mence bien ^^

      Réponse
    • EFFAB

      1’02… « Nous avons vou­lu une école de la connais­sance »… « le quo­tient intel­lec­tuel »… école de la tech­no­lo­gie, à la rigueur, mais pour ce qui est de la connais­sance, de la culture, de la réflexion, de la pen­sée, DU CON, tu ferais mieux de révi­ser ta copie !

      C’est qui ce connard mais il est comme HOLLANDE, il faut le buter !! c’est un psy­cho­pate, c’est un fou dan­ge­reux !… oui, je sais, ça devient mon­naie cou­rante dans ces sphères… rai­son de plus !

      4’50… je le vois venir « Les inéga­li­tés de quo­tient intel­lec­tuel sont la der­nière des grandes inéga­li­tés, bien plus que les dif­fé­rences d’argent »… ben voyons, et vous for­ma­tez ain­si toute la socié­té sans vrai­ment tou­cher à ces autres rééqui­li­brages autre­ment plus essen­tiels, et qu’il y a des gros et des minces, et qu’il y a des gens à l’es­prit plus vif et d’autres aux com­pé­tences plus manuelles ou plus intui­tives (pour sim­pli­fier)… Eh oui, on nous pré­sente, on nous enrobe ain­si les choses de telle façon que tout cela paraisse et nor­mal et inévi­table, demain qui sera enfin et tou­jours meilleur que demain !

      Et il pour­suit sa rhé­to­rique nau­séa­bonde, oubliant seule­ment le prin­ci­pal dans toute cette affaire : le Poli­tique et la Cause de toutes ces onsé­quences sociétales !

      Et le pom­pon… 7’30 !

      Réponse
    • EFFAB

      Cet Alain DAMASIO que je découvre est autre­ment plus inté­res­sant et plus cha­ris­ma­tique ^^ mer­ci pour ce beau par­tage, STEPHANE !

      Réponse
    • EFFAB
  10. EFFAB

    12′, 13′… mani­pu­la­tion dans la manipulation ^^

    Réponse
  11. Ana Sailland

    Faire du vélo entre­tient mes muscles, mon coeur, mes coronaires.
    Faire de la bagnole les atrophie.

    Bon …

    Nous nous sen­tons peut être sti­mu­lés par les vidéos de type youtube,
    Mais obser­vez bien :

    Pré­sen­ter des vidéos, met­tant en scène des pen­seurs, cela ne dimi­nue-t-il pas notre capa­ci­té à pen­ser spon­ta­né­ment, à choi­sir des thèmes, et à com­mu­ni­quer entre nous ?

    La preuve en est que ce thème de l’a­tro­phie par l’as­sis­tance a été abor­dé hier et n’a reçu comme réponse qu’une vidéo.

    Sommes nous en danger ?

    Oui.

    Réponse
    • J-Stéphane

      Atten­tion Ana, une cer­taine atro­phie te rend moins objec­tive.… Bécot

      Réponse
      • Ana Sailland

        Voir le risque du presse purée élec­trique et reve­nir à la four­chette sont deux choses différentes 😉

        Réponse
  12. Ana Sailland

    J’en­sei­gnais autre­fois le « cal­cul des ordres de grandeur ».

    Le concept, c’est : si on a un cal­cul très très com­pli­qué à effec­tuer, être capable d’en pré­voir la réponse approxi­ma­tive avec une marge d’er­reur de 50% (ça peut paraître énorme) mais en moins de 5 ou 10 secondes.

    Une réponse exacte de 10 (non connue) doit impli­quer une approxi­ma­tion entre 5 et 15 

    L’a­van­tage, c’est d’é­vi­ter une erreur gra­vis­sime ( 100 à la place de 10 par exemple)( pen­sez à des mil­liards d’eu­ros, ou à des volts dans les gen­cives, et là vous pigez l’im­por­tance : 15v c’est ~ÕK mais 120, ça craint)

    De nos jours, grâce à la cal­cu­lette ou à l’or­di et autres math­lab, on laisse tom­ber cet apprentissage.

    Un doigt glisse, et hop, danger .……

    Il y a un véhi­cule spa­tial amé­ri­cain qui s’est plan­té à cause de ce genre de plaisanterie .….…..

    Réponse
    • J-Stéphane

      Ce docu­men­taire aurait très bien pu s’in­ti­tu­ler  » Démo­cra­tie active « , il fait la démons­tra­tion que le pou­voir du peuple réside plus dans son pou­voir à contrô­ler ses acti­vi­tés que leur minis­tère, les ministres ne font qu’é­cou­ter les repré­sen­tants de ces activités.

      Aujourd’­hui ces repré­sen­tants sont des lobbyistes/actionnaires pri­vés qui ne défendent que leurs inté­rêts  » d’i­nac­tion­naires  » pri­vés, et non l’ac­tion publique.

      La démo­cra­tie repré­sen­ta­tive n’a-t-elle pas tota­le­ment per­du son sem­blant de démo­cra­tie au moment où l’oxy­more  » socié­té pri­vée  » a enva­hi la scène politique ? 

      Dans ce docu­men­taire on per­çoit la démo­cra­tie en action, on com­prend que la démo­cra­tie c’est le pour­voir de pro­duire et pro­fi­ter local dans les com­muns qui sont propres aux occupants.

      Ces com­muns, il devient urgent de se les réap­pro­prier, la répres­sion sur les gla­neurs qui n’ont plus que les pou­belles pour trou­ver nour­ri­ture est intolérable.

      Nos com­muns sont la source de la démocratie.

      Réponse
  13. J-Stéphane
  14. PierrotM

Laisser un commentaire

Derniers articles

Oui, la planète fut détruite. Mais pendant un bref et merveilleux moment, une énorme plus-value fut créée pour les actionnaires.

        Fil Facebook correspondant à ce billet : https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10159883602597317     Tweet correspondant à ce billet : https://twitter.com/Etienne_Chouard/status/1521818079159803904     Telegram...

Vidéo de mon intervention au 3ème Festival Citoyen (près de Toulon) du 1er mai 2022

  Sur l’élection et le tirage au sort, sur le RIC, sur le processus constituant populaire permanent, sur Alain (Émile Chartier), sur les élections sans candidats, sur les gilets jaunes et sur la priorité absolue que nous devrions tous donner à l'élaboration des...