Anne-Marie Le Pourhiet sur l’UE : « Renationaliser le pouvoir de décision pour le repolitiser »

25/05/2014 | 5 commentaires

Voi­ci un entre­tien très inté­res­sant, avec Anne-Marie Le Pou­rhiet, remar­quable résis­tante (depuis long­temps) à la tyran­nie pré­ten­du­ment « européenne » :

Source : http://​www​.cercle​-poin​care​.com/​2​0​1​4​/​0​3​/​e​n​t​r​e​t​i​e​n​-​a​v​e​c​-​a​n​n​e​-​m​a​r​i​e​-​l​e​-​p​o​u​r​h​i​e​t​.​h​tml

À l’ap­proche des élec­tions euro­péennes, Anne-Marie Le Pou­rhiet, pro­fes­seur de droit public à l’u­ni­ver­si­té de Rennes‑I, a répon­du sans ambages aux ques­tions d’Alexis sur le fonc­tion­ne­ment et l’é­vo­lu­tion de l’U­nion euro­péenne, et ses consé­quences sur l’ordre juri­dique français.

* * *

Les élec­tions des dépu­tés euro­péens approchent. Les der­nières échéances ont mon­tré un fort dés­in­té­rêt des citoyens de presque tous les pays pour ce suf­frage, et cer­tains son­dages annoncent une majo­ri­té euros­cep­tique au Par­le­ment euro­péen. Dans cette hypo­thèse, quelle influence pour­rait avoir cette « chambre introu­vable » euros­cep­tique sur le fonc­tion­ne­ment, voire la réforme, de l’U­nion européenne ?

Vous savez, je suis consti­tu­tion­na­liste et non poli­to­logue et encore moins voyante, je serais donc bien inca­pable de vous dire ce que serait et ferait exac­te­ment cette chambre à majo­ri­té euros­cep­tique. Mais la logique vou­drait qu’elle refuse d’adopter une grande par­tie de la légis­la­tion enva­his­sante que pro­pose la Com­mis­sion en invo­quant sys­té­ma­ti­que­ment les prin­cipes de pro­por­tion­na­li­té et de sub­si­dia­ri­té aux­quels est consa­cré un pro­to­cole addi­tif au trai­té de Lis­bonne. Défendre l’autonomie des États et sabo­ter les pré­ten­tions fédé­ra­listes de l’Union devrait être le pre­mier sou­ci d’une telle chambre.

Sauf que la nou­veau­té des élec­tions euro­péennes de 2014, intro­duite par le trai­té de Lis­bonne, c’est que les têtes de liste des par­tis euro­péens sont désor­mais trans­na­tio­nales, dési­gnées au niveau de l’U­nion, et celle dont le par­ti sor­ti­ra pre­mier du scru­tin aura de grandes chances d’être élue, à la majo­ri­té abso­lue de la nou­velle chambre, à la tête de la Com­mis­sion euro­péenne. Le trai­té de Lis­bonne réa­lise-t-il ain­si l’as­pi­ra­tion que Jacques Delors expri­mait en 1990 – reje­tée avec vigueur par Mar­ga­ret That­cher à la Chambre des Com­munes, avec son fameux « No ! No ! No ! » – de créer un régime par­le­men­taire fédé­ral en Europe, où l’exé­cu­tif pro­cé­de­rait du légis­la­tif et serait res­pon­sable devant lui ?

Que le trai­té de Lis­bonne ait des pré­ten­tions consti­tu­tion­nelles n’a rien d’étonnant puisqu’il est la copie conforme du trai­té consti­tu­tion­nel que les Fran­çais avaient reje­té et que Nico­las Sar­ko­zy a cepen­dant fait rati­fier par les par­le­men­taires, de gauche et de droite, réunis pour contour­ner le ver­dict popu­laire. Le divorce ne peut que s’accroître entre des ins­ti­tu­tions à pré­ten­tion fédé­rale et des peuples rétifs à la supra­na­tio­na­li­té. Élire des listes anti-fédé­ra­listes aux euro­péennes est donc une bonne stra­té­gie pour essayer de tor­piller le sys­tème de l’intérieur.

Ces élec­tions euro­péennes, ins­tau­rées en 1979, ont eu pour voca­tion de démo­cra­ti­ser le fonc­tion­ne­ment de l’UE, en ins­tau­rant un corps repré­sen­ta­tif éma­nant direc­te­ment des citoyens des États-membres. Or l’i­dée même de « démo­cra­tie euro­péenne » est dis­cu­tée, notam­ment par la Cour consti­tu­tion­nelle de Karls­ruhe, en Alle­magne, qui, dans sa déci­sion du 30 juin 2009, estime qu’en l’ab­sence de peuple euro­péen, il ne sau­rait y avoir de démo­cra­tie euro­péenne pos­sible. Dépour­vue de demos, l’UE n’a-t-elle pas voca­tion à n’être qu’une orga­ni­sa­tion internationale ?

Je vous rap­pelle que le Conseil consti­tu­tion­nel lui-même a affir­mé clai­re­ment, dans sa déci­sion du 30 décembre 1976 (n°76–71 DC) rela­tive à l’élection au suf­frage uni­ver­sel direct de ceux que l’on appe­lait encore à l’époque les  « repré­sen­tants des peuples des États-membres des com­mu­nau­tés euro­péennes », qu’ « aucune dis­po­si­tion de nature consti­tu­tion­nelle n’autorise des trans­ferts de tout ou par­tie de la sou­ve­rai­ne­té natio­nale à quelque orga­ni­sa­tion inter­na­tio­nale que ce soit », que l’élection des euro­dé­pu­tés au suf­frage uni­ver­sel direct n’est pas « de nature à modi­fier la nature de cette assem­blée qui demeure com­po­sée de repré­sen­tants de cha­cun des peuples de ces États », que «  la sou­ve­rai­ne­té qui est défi­nie à l’article 3 de la Consti­tu­tion de la Répu­blique fran­çaise, tant dans son fon­de­ment que dans son exer­cice, ne peut être que natio­nale et que seuls peuvent être regar­dés comme par­ti­ci­pant à l’exercice de cette sou­ve­rai­ne­té les repré­sen­tants du peuple fran­çais élus dans le cadre des ins­ti­tu­tions de la Répu­blique ». Le Conseil conclut que « l’acte du 20 sep­tembre 1976 est rela­tif à l’élection des membres d’une assem­blée qui n’appartient pas à l’ordre ins­ti­tu­tion­nel de la Répu­blique fran­çaise et qui ne par­ti­cipe pas à l’exercice de la sou­ve­rai­ne­té natio­nale ». Dans sa déci­sion du 19 novembre 2004 (n° 2005–505 DC) rela­tive au trai­té consti­tu­tion­nel, il a encore rap­pe­lé que le par­le­ment euro­péen « n’est pas l’émanation de la sou­ve­rai­ne­té natio­nale ».

Il n’empêche que les révi­sions consti­tu­tion­nelles ad hoc aux­quelles nous pro­cé­dons avant la rati­fi­ca­tion de chaque nou­veau trai­té obs­cur­cissent la situa­tion juri­dique et que le Conseil est contraint de rédi­ger des moti­va­tions com­plexes. Dans la même déci­sion, après avoir consta­té que les sti­pu­la­tions du trai­té consti­tu­tion­nel concer­nant son entrée en vigueur, sa révi­sion et sa pos­si­bi­li­té de dénon­cia­tion lui conservent « le carac­tère d’un trai­té inter­na­tio­nal » et que sa déno­mi­na­tion (consti­tu­tion pour l’Europe) est « sans inci­dence sur l’existence de la consti­tu­tion fran­çaise et sa place au som­met de l’ordre juri­dique interne », il affirme cepen­dant que « l’article 88–1 de la Consti­tu­tion fran­çaise, issu de la révi­sion de 1992, consacre l’existence d’un ordre juri­dique com­mu­nau­taire inté­gré à l’ordre juri­dique interne et dis­tinct de l’ordre juri­dique inter­na­tio­nal ». C’est peu dire que le rai­son­ne­ment est confus et que sa cohé­rence laisse à dési­rer. La Consti­tu­tion fran­çaise reste donc au som­met d’un ordre juri­dique interne auquel un trai­té inter­na­tio­nal intègre cepen­dant un ordre juri­dique externe dis­tinct de l’ordre juri­dique inter­na­tio­nal mais dont les normes priment sur le droit interne ! Allez comprendre !

En tout état de cause, il eût fal­lu s’entendre effec­ti­ve­ment, depuis long­temps, sur le fait que l’Europe ne devait pas dépas­ser le stade d’une confé­dé­ra­tion et d’un mar­ché, mais nul n’a été capable d’arrêter le délire méga­lo­ma­niaque qui ins­pire cette machine infernale.

— À ce pro­pos, les évo­lu­tions récentes de la construc­tion euro­péenne laissent trans­pa­raître l’as­cen­dant qu’a l’Al­le­magne sur le fonc­tion­ne­ment pré­sent et futur de l’U­nion euro­péenne. Pour autant, avec la déci­sion de la Cour de Karls­ruhe men­tion­née plus haut, le juge consti­tu­tion­nel alle­mand a clai­re­ment iden­ti­fié les domaines où tout nou­vel appro­fon­dis­se­ment de l’in­té­gra­tion euro­péenne requer­rait préa­la­ble­ment une réforme sub­stan­tielle – et impro­bable – de la Loi fon­da­men­tale alle­mande. L’i­dée de construire les « États-Unis d’Eu­rope », si elle existe encore, est-elle vouée à mou­rir à Karlsruhe ?

Par rap­port au Conseil consti­tu­tion­nel fran­çais, la Cour consti­tu­tion­nelle de Karls­ruhe est obli­gée d’être beau­coup plus rigou­reuse car les jus­ti­ciables qui la sai­sissent pro­duisent des recours rédi­gés par des juristes poin­tus, dont les argu­ments ne peuvent être éva­cués par des pirouettes. En outre la Consti­tu­tion alle­mande consacre une forme de supra-consti­tu­tion­na­li­té inter­di­sant de révi­ser les prin­cipes posés à l’article 20, essen­tiel­le­ment le prin­cipe démo­cra­tique de sou­ve­rai­ne­té du peuple. La Cour est donc en effet condam­née à se mon­trer sévère et à déter­mi­ner un seuil au-delà duquel il ne serait plus pos­sible de ren­for­cer la supra­na­tio­na­li­té euro­péenne dans le cadre de la loi fon­da­men­tale existante.

Dès après sa réélec­tion, Ange­la Mer­kel annon­çait vou­loir une réforme des trai­tés euro­péens pour 2015, notam­ment en faveur d’un ren­for­ce­ment de la gou­ver­nance de la zone euro. David Came­ron a quant à lui ins­tau­ré une forme d’ul­ti­ma­tum à la réforme de l’U­nion euro­péenne en fixant à 2017 le réfé­ren­dum d’ap­par­te­nance du Royaume-Uni à l’UE. Fran­çois Hol­lande pré­fère, de son côté, jouer la montre. Face à ces aspi­ra­tions cen­tri­fuges des trois grandes puis­sances euro­péennes, quelles devraient être, selon vous, les prio­ri­tés d’une refonte de l’UE ?

Les aspi­ra­tions de Hol­lande et de Mer­kel ne me semblent pas « cen­tri­fuges », contrai­re­ment à celles de Came­ron. Je dois dire que nous devons une fière chan­delle aux conser­va­teurs bri­tan­niques et que je ne peux m’empêcher de pen­ser avec satis­fac­tion : « Mes­sieurs les Anglais, tirez-vous les pre­miers ! ». C’est aus­si à eux, et à la confé­rence de Brigh­ton qu’ils avaient convo­quée, que l’on doit le pro­to­cole n°15 à la Conven­tion euro­péenne de sau­ve­garde des droits de l’homme intro­dui­sant expres­sé­ment dans son pré­am­bule le res­pect du « prin­cipe de sub­si­dia­ri­té » et de la « marge natio­nale d’appréciation » que la Cour de Stras­bourg a une fâcheuse ten­dance à piétiner.

La prio­ri­té d’une refonte de l’Union consiste à chan­ger com­plè­te­ment le mode de défi­ni­tion des com­pé­tences de l’union en s’inspirant d’un modèle confé­dé­ral et d’une répar­ti­tion cen­tri­fuge et  sta­tique à l’américaine plu­tôt que d’une répar­ti­tion cen­tri­pète et dyna­mique à l’allemande. Il faut impé­ra­ti­ve­ment rena­tio­na­li­ser le pou­voir de déci­sion pour le repo­li­ti­ser et faire recu­ler cette hydre tech­no­cra­tique mani­pu­lée par des lobbies.

Mais les adver­saires d’une réforme de l’U­nion en faveur des États arguent sou­vent du carac­tère irré­ver­sible de la construc­tion euro­péenne. Le trai­té de Maas­tricht était d’ailleurs écrit dans cet esprit, alors que celui de Lis­bonne ouvre une brèche avec l’ar­ticle 50 du Trai­té sur l’U­nion euro­péenne (TUE) qui per­met le « retrait volon­taire » d’un État-membre de l’U­nion. Que l’on parle de rapa­trie­ment de com­pé­tences ou d’ « Europe à la carte » avec des coopé­ra­tions ren­for­cées entre cer­tains États, com­ment pour­rait-on concrè­te­ment, et juri­di­que­ment, mettre en œuvre cet éven­tuel détri­co­tage de l’UE actuelle ?

C’est d’une sim­pli­ci­té biblique ! Vous pre­nez les trai­tés actuels, vous ratu­rez par­tout et sur­tout vous réécri­vez les dis­po­si­tions essen­tielles défi­nis­sant les « objec­tifs » de l’Union en des termes filan­dreux et sans fin, car ce sont par­tout ces objec­tifs qui jus­ti­fient les com­pé­tences, ren­dant par là-même celles-ci illi­mi­tées. Il faut revoir tout cela « au kar­cher ». C’est très facile, il suf­fit de le vouloir.

À l’oc­ca­sion de l’a­dop­tion du pacte de sta­bi­li­té, vous aviez dénon­cé un texte qui, par le biais de la « règle d’or » bud­gé­taire que cer­tains vou­laient ins­crire dans la Consti­tu­tion, impor­tait en France la pré­fé­rence alle­mande pour la règle. Votre posi­tion se fon­dait alors sur les dif­fé­rences de nature qui existent entre les modèles consti­tu­tion­nels fran­çais et alle­mand ; ce der­nier étant cen­tré sur une Loi fon­da­men­tale pré­cise et, dans une cer­taine mesure, exhaus­tive. Quels risques cette ten­dance fait-elle cou­rir sur la lettre et l’es­prit de la Consti­tu­tion de la Ve Répu­blique, et sur l’é­qui­libre ins­ti­tu­tion­nel qu’elle consacre ?

Hélas, ce risque est depuis long­temps consom­mé. Voyez les révi­sions consti­tu­tion­nelles qui se sont accu­mu­lées depuis les années 1990 et qui ont mul­ti­plié les dis­po­si­tions lour­dingues et indi­gestes dont cer­taines incom­pré­hen­sibles avec des ren­vois à un arse­nal com­plé­men­taire de lois orga­niques et ordi­naires en cas­cade, c’est un ham­bur­ger juri­dique ins­pi­ré des façons de légi­fé­rer ger­ma­niques et euro­péennes. Ceci s’observe dans des révi­sions qui ne sont pour­tant pas direc­te­ment « com­man­dées » par l’Europe elle-même, comme celle de 2003 sur l’organisation décen­tra­li­sée (encore que la Charte euro­péenne de l’autonomie locale ait ins­pi­ré l’ensemble)  ou celle de 2008 sur la moder­ni­sa­tion des ins­ti­tu­tions.  C’est une mode, un tra­vers cala­mi­teux, une véri­table « addic­tion » à la norme, un « mal­droit »  que je com­pare volon­tiers à la « mal­bouffe » nutri­tion­nelle et qui débouche sur la même obé­si­té. Voyez la pro­po­si­tion de loi consti­tu­tion­nelle socia­liste sur la rati­fi­ca­tion de la Charte euro­péenne des langues régio­nales, c’est une par­faite cari­ca­ture de cette pathologie.

D’ailleurs, l’U­nion euro­péenne semble se construire et se légi­ti­mer par la norme jus­te­ment, que ce soit par l’or­tho­doxie bud­gé­taire dans la gou­ver­nance de la zone euro ou par l’in­fla­tion nor­ma­tive qui résulte de l’ac­ti­visme de la Com­mis­sion et du Par­le­ment. En quoi est-ce un pro­blème que le pro­jet euro­péen, à défaut d’a­voir un objec­tif et une forme clairs, repose au moins sur un appa­reil juri­dique « solide » ? 

Solide ? Ce n’est sûre­ment pas l’accumulation de normes tatillonnes, enva­his­santes et illé­gi­times qui rend un sys­tème juri­dique solide. Envoyez un obèse aux jeux olym­piques, vous allez voir son degré de per­for­mance et de compétitivité !

Certes. Mais dans le cas de la France, cette « impor­ta­tion » de la pré­fé­rence alle­mande pour la règle n’a-t-elle pas au moins l’in­té­rêt d’être un rem­part contre les erre­ments d’une classe poli­tique fran­çaise acca­pa­rée par la com­pé­ti­tion poli­ti­cienne, elle-même per­mise par diverses évo­lu­tions du régime de 1958 ?

Oh la-la ! Vous m’entraînez dans la socio­lo­gie poli­tique. Allez voir le der­nier film de Rober­to Ando « Viva la liber­tà » qui res­sasse l’éternel pro­blème de la classe poli­tique ita­lienne, sans tou­te­fois faire encore autre chose que de s’indigner et d’en appe­ler de façon incan­ta­toire à  la repo­li­ti­sa­tion et au réen­chan­te­ment… Les belles paroles et les leçons de morale ne suf­fisent pas à révo­lu­tion­ner les hommes et leurs mœurs ! Les Ita­liens comme les Fran­çais ont sûre­ment la classe poli­tique qu’ils méritent : elle est sans doute à leur image. Il n’y pas de socié­té poli­tique cor­rom­pue sans socié­té civile cor­rup­trice. Mais je ne pense pas  que la solu­tion à cette « catas­trophe » (selon le terme du film) consiste à accep­ter de se sou­mettre à la schlague alle­mande. Je n’oublierai jamais la lettre péremp­toire adres­sée en pleine crise finan­cière par le com­mis­saire euro­péen Olli Rehn à Guglio Tre­mon­ti (ministre ita­lien de l’é­co­no­mie et des finances de 2008 à 2011) et le priant de répondre « in english »…. L’horreur abso­lue, une gifle à la démo­cra­tie, mais Rome s’est cou­chée ! Et à quel ter­rible spec­tacle avons-nous assis­té lorsque le Pre­mier ministre grec a pro­po­sé d’organiser un réfé­ren­dum sur la mise sous tutelle de son pays… On venait tuer la démo­cra­tie à domi­cile ! Pierre-André Taguieff a écrit en 2001 sur l’Union une phrase dure mais vraie : «  L’Europe est un empire gou­ver­né par des super-oli­garques, caste d’imposteurs suprêmes célé­brant le culte de la démo­cra­tie après en avoir confis­qué le nom et inter­dit la pra­tique » (« Les ravages de la mon­dia­li­sa­tion heu­reuse », in Peut-on encore débattre en France ? Plon – Le Figa­ro, 2001).

Pour ter­mi­ner l’en­tre­tien et élar­gir le pro­pos, éloi­gnons-nous (quoique) de l’U­nion euro­péenne et par­lons du Conseil de l’Eu­rope, et de sa célèbre charte sur les langues régio­nales et mino­ri­taires. D’au­cuns décrient une atteinte d’une rare gra­vi­té contre le modèle répu­bli­cain fran­çais. Qu’en pensez-vous ?

Je ne peux que vous ren­voyer à mon article récem­ment publié dans Marianne le 31 jan­vier 2014. Mon point de vue est clair : cette charte et ses pro­mo­teurs sont anti-républicains.

Vous avez par­fois dénon­cé la dimen­sion anglo-saxonne qui tend à carac­té­ri­ser de plus en plus le droit euro­péen, incom­pa­tible selon vous avec le droit conti­nen­tal, et a for­tio­ri avec le droit répu­bli­cain fran­çais. En quoi consiste cette incom­pa­ti­bi­li­té ? Quelles consé­quences pro­duit cette dif­fé­rence de nature entre les dif­fé­rents droits appli­cables en France ?

Outre les vieilles dif­fé­rences de sys­tème juri­dique entre la com­mon law et le droit conti­nen­tal, il y a sur­tout une dif­fé­rence cultu­relle colos­sale entre le mul­ti­cul­tu­ra­lisme anglo-saxon et le modèle répu­bli­cain fran­çais. Lorsque nous orga­ni­sons des col­loques juri­diques com­muns entre l’u­ni­ver­si­té de Rennes 1, celle de Lou­vain-la-Neuve en Bel­gique et celle d’Ot­ta­wa, au Cana­da, je me rends compte que nous sommes tous fran­co­phones mais que les Belges et les Cana­diens ne rai­sonnent pas comme nous. C’est frap­pant. Tous les conflits qui tra­versent actuel­le­ment la socié­té fran­çaise résultent de cette confron­ta­tion entre le modèle répu­bli­cain et le mul­ti­cul­tu­ra­lisme (fémi­nisme com­pris) anglo-saxon. Et vous remar­que­rez que tous ces conflits atter­rissent dans la Consti­tu­tion puisque c’est elle qui fonde notre contrat social et notre « tra­di­tion répu­bli­caine » (cf. révi­sions sur la Nou­velle-Calé­do­nie, l’organisation décen­tra­li­sée ver­sion fédé­ra­lisme asy­mé­trique, pari­té, Europe, langues régio­nales, etc …). C’est incon­tes­ta­ble­ment notre « iden­ti­té consti­tu­tion­nelle » qui est en jeu.

Vous avez men­tion­né plus tôt la Cour euro­péenne des Droits de l’Homme, par­lons-en. Ses juges sont répu­tés pour les contro­verses poli­tiques que créent leurs juge­ments dans cer­tains États, et plus géné­ra­le­ment pour l’in­ter­pré­ta­tion exten­sive qu’ils auraient de leur office. La jus­tice ayant pour but de faire appli­quer les lois qu’une socié­té se donne, et en l’ab­sence de socié­té euro­péenne, quelle est la légi­ti­mi­té d’une jus­tice euro­péenne s’ap­pli­quant uni­for­mé­ment à des pays de cultures et de tra­di­tions dif­fé­rentes ? Quelle place et quel cré­dit accor­der à la supra­na­tio­na­li­té normative ?

Vous savez, Jean Foyer, quand il était garde des sceaux du géné­ral de Gaulle, avait com­pris que si le texte de la Conven­tion euro­péenne des droits de l’homme ne sou­le­vait aucune objec­tion en lui-même, c’est l’existence d’une Cour char­gée de l’interpréter qui allait poser de graves pro­blèmes de sou­ve­rai­ne­té. Il avait donc mis le géné­ral de Gaulle en garde contre le risque qu’il y avait à pla­cer ain­si la France sous tutelle de juges euro­péens. Au Conseil des ministres sui­vant, après que Couve de Mur­ville eut expo­sé l’intérêt de rati­fier la Conven­tion, le Géné­ral conclut, en s’adressant à son garde des Sceaux : « J’ai lu votre note. Vous m’avez convain­cu. La Conven­tion ne sera pas rati­fiée. La séance est levée ». Il lui avait pré­cé­dem­ment ensei­gné : « Sou­ve­nez-vous de ceci : il y a d’abord la France, ensuite l’État, enfin, autant que les inté­rêts majeurs des deux sont sau­ve­gar­dés, le droit ». Et il avait rai­son. Le droit n’est légi­time que s’il tra­duit la volon­té popu­laire, la « supra­na­tio­na­li­té » nor­ma­tive n’est évi­dem­ment pas légi­time dès lors qu’elle échappe au contrôle des repré­sen­tants de la nation.

Source : http://​www​.cercle​-poin​care​.com/​2​0​1​4​/​0​3​/​e​n​t​r​e​t​i​e​n​-​a​v​e​c​-​a​n​n​e​-​m​a​r​i​e​-​l​e​-​p​o​u​r​h​i​e​t​.​h​tml

Pour m'aider et m'encourager à continuer, il est désormais possible de faire un don.
Un grand merci aux donatrices et donateurs : par ce geste, vous permettez à de beaux projets de voir le jour, pour notre cause commune.
Étienne

Catégorie(s) de l'article :

5 Commentaires

  1. Ana Sailland

    Par­don­nez moi un peu d’au­to­pub, mais un ami ayant inté­gré cette page dans sa signa­ture auto­ma­tique, je redé­couvre un tra­vail déjà un peu ancien :

    Page 10 du livret « de la dette, indi­gnons nous » chez Yves Michel ->

    ////////////////////////////////////////////////////////////////

    Sont confis­qués : l’espoir et le choix

    En effet :

    Le capi­ta­lisme et le libé­ra­lisme se sont unis naguère pour enfan­ter ensemble d’une force démen­tielle, auto­nome, libre. 

    Indé­pen­dante de toute conscience, elle se nour­rit de ses « res­sources humaines » ;
    force impla­cable, elle s’avance, géné­ti­que­ment pro­gram­mée par l’unique ambi­tion de croître et se for­ti­fier, sans frein ni limite, et cela quel que soit le prix à payer pour l’humanité, l’air, l’eau, la vie et la Terre.

    L’être humain doit se dres­ser face à cette force .

    L’être humain doit se réap­pro­prier son libre arbitre.

    Nous, indi­gnés du Pâquier, appe­lons donc tous les citoyens, et toutes les citoyennes, et tous les habi­tants de France, ou d’ailleurs, à prendre conscience, puis à s’indigner à leur tour, puis à s’engager.

    Nous les appe­lons tous à rejoindre les rangs de la contestation,
    nous les appe­lons tous à rejoindre les rangs de la résistance,
    nous les appe­lons tous à rejoindre les rangs de la création.

    Car « résis­ter c’est créer, créer c’est résister ».

    Réponse
  2. Ana Sailland

    Le mot héré­sie est un mot mis à l’en­vers … par l’inquisition.

    Il vient du grec αἵρεσις et signi­fie « choix »

    Le choix nous est encore inter­dit, par nos institutions.

    Osons être hérétiques 😉

    Réponse
  3. 222

    Il faut s’at­ta­quer (dans le sens ‘bous­cu­ler’, ‘remettre en cause’/Cause) à Dieu pour « mécham­ment » inter­pel­ler les consciences et ces schèmes men­taux, tous ces for­ma­tages cultu­rels de toutes sortes… et, bien sûr, dépos­sé­der la Tech­no­lo­gie et la Science de leur pré­ro­ga­tive et puis­sance actuelles : j’en ai rien à cirer qu’il existe une vie extra­ter­restre ou qu’il soit à ce point ‘capi­tal’ (futé le double sens ^^) d’en­voyer des robots voir des astro­nautes sur telle ou telle planète !…

    Mon « choix », oui, contre la Croix sata­nique à laquelle Jésus est asso­cié, pour le pire et pas vrai­ment pour le meilleur, Fille de l’E­glise de mes deux, tant de morts et tant de capi­ta­li­sa­tions au compteur !

    EFFAB

    Réponse
    • Ana Sailland

      La fron­tière est ténue entre dénon­cer et blesser.

      Réponse
    • 222

      Je te ras­sure, de la pro­voque assu­mée à ce pro­fond res­pect qui m’a­nime, il n’y a là de ma part que bien­veillance et juste mesure, ma volon­té étant l’é­gale de cette Cause, ni plus ni moins.
      Affectueusement
      EFFAB

      Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Voyage constituant au Québec, début juin 2024

Voyage constituant au Québec, début juin 2024

Chers amis, Je vais enfin rencontrer les copains québécois constituants 🤗 On va évidemment réfléchir ensemble à une constitution d'origine citoyenne pour le Québec libre 🙂 Je pars pour Montréal ce 1er juin et mon périple durera une quinzaine de jours....