ÉTIENNE CHOUARD EST-IL UN GOUROU DE LA DÉMOCRATIE ?

29/04/2014 | 25 commentaires

Mer­ci à vous, bande de virus, qui m’ai­dez tant à progresser.

Avec l’an­ti­dote uni­ver­sel anti-voleurs-de-pou­voirs qu’est le tirage au sort, on va col­ler la crève au monstre oligarchique.

Ce qui va chan­ger le monde, c’est cette idée simple et puissante :
la Consti­tu­tion, c’est NOTRE affaire !
________

Lien Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​2​4​9​7​7​3​2​4​5​7​317

Catégorie(s) de l'article :

25 Commentaires

  1. Marie

    Etienne est un être pro­fon­dém­ment humain, qui par­tage avec tout le monde, et du coup ça laisse pas indif­fé­rent, ni ceux qui aiment, ni ceux qui pour­raient s’en vou­loir d’être si médiocre et indigne de ne pou­voir sou­te­nir un regard clair et sain. Ils cri­tiquent au lieu d’en prendre de la graine, pcq ça leur deman­de­raient trop d’ef­fort de s’a­mé­lio­rer. Pour­tant vou­loir et prendre la déci­sion est le pas le plus dif­fi­cile à faire, car ensuite ça devient une ques­tion de dis­ci­pline. Pour­quoi ne pas déci­der une fois pour toute d’ar­rê­ter de se men­tir. L’hu­ma­ni­té va mal, à quand le chan­ge­ment intime pour cha­cun per­son­nel­le­ment ? A se voir une fois sin­çè­re­ment tel que l’on est, avec ses défauts et ses qua­li­tés, sans se men­tir. Se lais­ser être qui l’on est sans paraître pour plaire, se don­ner de la ten­dresse au moins une fois par jour, se ren­con­trer soi-même, même si on a pas de temps, qui court très vite. Apprendre à s’ai­mer soi, se voir comme un enfant qui apprend, se prendre par la main, avec amour, celui que l’on a tou­jours atten­du. Si on ne le fait pas, per­sonne ne le fera ensuite, car le pre­mier pas, c’est l’en­fant qui doit le faire, pour apprendre à marcher.

    Réponse
  2. grioune

    Le terme « gou­rou » qui est uti­li­sé dans tous les sens actuel­le­ment est à l’o­ri­gine un mot sans­crit com­po­sé de deux par­ties gou et rou. Gou signi­fie noir et rou signi­fie blanc : c’est celui qui fait pas­ser de l’obs­cu­ri­té à la lumière. Ce terme a été gal­vau­dé par l’ époque pour­rie que nous tra­ver­sons actuel­le­ment, qui salit tout ce qu’elle touche mais en est à ses der­niers sou­bre­sauts, je l’es­père. Recon­naître Etienne Chouard comme un gou­rou est donc une réa­li­té objec­tive mais le monde vicié actuel qui pour­rit beau­coup de choses fait que l’on se sent gêné lorsque l’on vous accole un nom pareil. Ce n’est pas grave, Etienne, mer­ci de continuer.

    Réponse
  3. EFFAB

    Pour par­ler des vrais gourous…

    … je trouve cette ana­lyse, cette hypo­thèse très intéressante…

    Réponse
  4. EFFAB

    Un com­men­taire crous­tillant sur lequel je viens de tomber…

    ‘Flye me to The moon’ :

    Bon­jour Etienne, j’ai une ques­tion à vous poser… rien à voir avec vos prises de posi­tions poli­ti­co-idéo­lo­gique !!! je res­sent comme une OVERDOSE de vous voir par­tout sur la toile, je ne remet pas en ques­tion vos pro­pos mais j’en arrive à ne plus pou­voir regar­der de vidéos dans les­quels vous appa­rais­sez ! je n’en peux plus !!! alors on me dira « bha ne les regardes pas  » mais le pro­blème c’est que je voie votre tronche par­tout comme BHL !!! OVERDOSE !!!!

    https://​you​tu​.be/​l​b​S​v​4​a​e​7​rI0

    Réponse
  5. Yéti

    Un dis­ciple sou­fi avait une telle confiance dans son gou­rou qu’il esca­la­dait les mon­tagnes, mar­chait sur l’eau, igno­rait les braises, juste un psal­mo­diant le nom du gou­rou, « Chou­rad ! Chourad ! ».
    Chou­rad se crût tout puis­sant et vou­lut fran­chir un fleuve impé­tueux en criant : « Moi ! Moi ! ». Et se noya.

    Réponse
  6. Yéti

    Un gou­rou anar­chiste apprit qu’un de ses dis­ciples, des plus bobo, fai­sait une grève de la faim et s’en­quit de la raison :
    _ « C’est pour lut­ter contre mon moi égoïste, et lais­ser la nour­ri­ture aux pauvres du Monde »
    dit le benêt
    _« Oui c’est une chose très difficile »
    répon­dit le maître,
    … « sur­tout l’es­to­mac vide »

    Réponse
  7. Yéti

    Un gou­rou de la Psy­ka (mys­tique juive), deve­nu riche (pléo­nasme) se mit au ski. Trop nul il glis­sa dans un ravin et res­ta accro­ché à un petit arbuste au des­sus d’un pro­fond pré­ci­pice et se mit à hurler :
    _« Au secours ! Y a quelqu’un ? »
    Alors une voix d’outre tombe répondit :
    _« Confiance mon fils, je t’en­voie deux anges qui te ramè­ne­ront sur la piste »
    Le gou­rou réflé­chit un moment puis cria :
    -« Y a quel­qu’un d’autre ? »

    Réponse
  8. Yéti

    Un gou­rou du boboisme vert entou­ra sa belle vil­la de pan­neaux pho­to­vol­taïques chi­nois qui pro­di­guèrent plus de CO2 durant leur fabri­ca­tion qu’il ne purent jamais en économiser.

    Réponse
  9. Yéti

    Les adeptes d’un grand gou­rou com­mu­niste, dépi­tés de ne pou­voir déclen­cher la révo­lu­tion­naire, lui deman­dèrent conseil :
    _« Maître du Grand Marx, com­ment mobi­li­ser le peuple ? »
    _« Cui­si­nez toutes les volailles, cochons, din­dons, du Peuple, pour que le comi­té révo­lu­tion­naire puisse festoyer. »
    Inter­lo­qués mais dis­ci­pli­nés les mili­tants obéirent … mais la révo­lu­tion ne vint pas :
    _« Maître le peuple ne se révolte pas »
    _« Ame­nez, toutes les fraises, le lait, le beurre, les fram­boises, vider les vignes pour faire du vin, abat­tez les ver­gers pour faire du cidre, que le comi­té révo­lu­tion­naire festoie. »
    Fou­tu pour fou­tu, l’a­vant garde du pro­lé­ta­riat finit d’affamer celui ci … et après la grande bom­bance du comi­té, la révo­lu­tion advint.

    Réponse
    • Yéti

      « C’est tou­jours comme ça quand les ventres sont vides, je ne sais pas trop pour­quoi, c’est comme quand j’é­tends mon uni­forme sur la corde à linge, il pleut sys­té­ma­ti­que­ment. » remar­qua le gou­rou marxiste.

      Réponse
      • Yéti

        Mieux :
        « C’est com­ma ça, quand j’ai une indi­ges­tion il y a la révo­lu­tion, c’est comme quand j’étends mon uni­forme sur la corde à linge, il pleut sys­té­ma­ti­que­ment. » remar­qua le gou­rou marxiste.

        Pour la machine à café des esclaves

        Réponse
        • Yéti

          Pré­ci­sion pour le tiré au sort un peu limi­té (ça peut arri­ver): c’est Dieu qui fait pleuvoir

          Réponse
  10. Yéti

    Un jour un gou­rou loto­crate ren­con­tra un gou­rou nazi et lui dit :
    _ « J’ai fait 10 fois plus de dis­ciples que toi ce mois ci »
    _« C’est vrai, je n’en fait qu’un »
    répon­du ce der­nier, puis ajouta :
    …« mais c’est un SA »

    Réponse
  11. Yéti

    Une vieille ban­quière affo­lée se pré­ci­pite au commissariat :
    _ « Faites quelque chose ! Un gou­rou bau­dru­cho­nien vient de ramas­ser un couteau ! »
    _« Ne vous inquié­tez pas … »
    répon­dit le commissaire,
    … « tant que ce n’est pas un homme »

    Réponse
  12. Yéti

    C’est encore un gou­rou juif, Simon, mais de la finance cette fois, très riche (tou­jours pléo­nasme), et qui vit super­be­ment. Putes DSK, chaus­sures Dumas, cireur Morelle, éphèbes Lang, etc …
    Mais un jour l’illu­mi­na­tion l’at­teint, et il décide de tout don­ner et de vivre pau­vre­ment au ser­vice des mal­heu­reux. Il garde juste de quoi ache­ter un billet d’a­vion, et part rejoindre mère Thé­ré­sa. Il arrive pieds nus, dépe­naillés, hir­sute dans le bidon-ville. Et là un camion l’écrase.
    Les badauds vont le voir, par curio­si­té, et il l’en­tendent geindre dans son agonie :
    _ « Dieu, pour­quoi m’as tu fait cela, le jour où j’al­lais aider mon prochain ! »
    Au grand éton­ne­ment de la foule, les nuées s’ouvrèrent et une voix sépul­crale répli­qua embarrassée :
    _ « A fran­che­ment par­ler, Simon, je ne t’a­vais pas reconnu … »

    Réponse
    • Yéti

      C’est encore un gou­rou juif, Simon, mais de la Psi­ka cette fois, très pauvre, et qui vit dans le désert. Bouf­fant des scor­pions, hir­sute, sale , etc …
      Mais un jour il trouve un tré­sor, et il décide de vivre la grande vie sur la Côte d’Azur .…

      (à adap­ter en fonc­tion du public et du gou­rou qui raconte l’his­toire. Dans les 2 ver­sions un locu­teur goyim risque la taule)

      Réponse
  13. Yéti

    Un benêt bobo qui vou­lait connaître le sens du mot « sto­cho­cra­tie » alla voir un grand gou­rou du mys­ti­cras­sisme qui se nom­mait Lotos. Ce der­nier lui répondit :
    _« Ochlo­cra­tie me pren­drait 2s à t’ex­pli­quer, mais sto­cho­cra­tie 40 ans »
    Le bobo fût dépi­té car il n’a­vait pas 40 ans à consa­crer à cette étude, il y avait ‘Les Mar­seillais’ ce soir là à la télé. Voyant le décou­ra­ge­ment du bobo, le gou­rou ajouta :
    _« Mais je connais un gou­rou, Chouar­das, qui peut te l’ex­plique en 5mn »
    et Lotos don­na l’a­dresse au bobo qui trou­va le grand mes­sie Chouar­das en posi­tion du Lotus, devant une grande roue de tom­bo­la dans son salon. Inti­mi­dé il lui deman­da quand même la signi­fi­ca­tion de la mys­té­rieuse sto­cho­cras­sie. Chouar­das, d’une voix enrouée ânonna :
    _« C’est … la jus­tice pour tous. »
    _« Et c’est quoi la jus­tice pour tous ? » deman­da le bobo sans vergogne.
    _« Ah … ça … il me fau­drait 40 ans pour te l’expliquer »

    Réponse
  14. Yéti

    Dans une réserve sou­chienne, un vieux pay­san, un peu sor­cier, sur un vieux rocher, regarde deux vaches brou­ter, une noire et une blanche. Appa­rem­ment sans rien faire. Arrive un bobo free­bi­ke­coun­try­man, venu s’aé­rer le week-end de son ergas­tule mulo­tienne. Il lui avait fal­lu mon­ter une longue cote et il décide de s’ar­rê­ter pour boire un peu du Red­bull Biker Spe­cia­li­zed, car il le veau bien
    Vou­lant enga­ger la conver­sion par inté­rêt eth­no­lo­gique, le bobo vert demande au vieux souchien :
    _« Elles mangent bien les vaches ? » (une ques­tion philosophique)
    _« Laquelle ? » mar­monne le vieux paysan.
    Un peu décon­te­nan­cé, le bobo répond au hasard (enfin pas vrai­ment, par réflexe pav­lo­vien anti-raciste):
    _« La noire ? »
    _« La noire oui » répond le local
    _« Et la blanche ? »
    _« La blanche aussi »
    Le bobo se demande si en fran­çais (langue benête antique) il y a une sub­ti­li­té … et donc par curio­si­té anthro­po­lo­gique conti­nue la conversation :
    _« Et elles font beau­coup de lait ? » (à cette époque le bobo sait encore que le lait sort des vaches)
    _« Laquelle ? » mar­monne le vieux paysan.
    _« La noire ? »
    _« La noire oui » répond le local
    _« Et la blanche ? »
    _« La blanche aussi »
    Après ce cut-and-paste le bobo se demande si le vieux sou­chien n’est pas un peu limi­té. Passe un long moment à admi­rer l’ho­ri­zon, les grues fami­lières du grand béton­nage Duflot béton­nant de belles colo­nies mel­ting-potes du Grand Rem­pla­ce­ment. Puis le bobo tou­jours par curio­si­té anthro­po­lo­gique, et un peu condes­cen­dant, demande au vieux gâteux :
    _« Pour­quoi vous me deman­dez tou­jours laquelle ? »
    _« Parce que la noire m’ap­par­tient » bou­gonne le local.
    Après un moment de réflexion, avec un peu d’ap­pré­hen­sion, le bobo vert enchaîne :
    _« Et la blanche ? »
    _« La blanche aussi » 

    « Le hid­jab emmè­ne­ra petit sou­chien pour sa sor­tie d’école » 

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/10/28/01016–20141028ARTFIG00374-ecole-les-meres-voilees-pourront-accompagner-les-sorties.php

    illus­tra­tion :

    Réponse
  15. Yéti

    Un jour, dans le TGV en 1ère classe, le gou­rou Chouard ren­con­tra Atta­li, cas­tiste de la Plou­to­cra­tie Sexia­liste de la pire espèce. Ce fameux khan du Glo­bal­State gôôô­chiste deman­da au gourou :
    _« Croyez vous que la vraie démo­cra­tie existe ? »
    _« Non » répon­dit Chouard sans hésiter.
    A la des­cente du train, un bobo de 1ère, qui avait enten­du la réponse, et très éner­vé, inter­pel­la Chouard :
    _« Croyez vous que la vraie démo­cra­tie existe ? »
    _« Oui » répon­dit Chouard sans hésiter.
    _« Mais vous avez dit à Atta­li le contraire ! »
    _« Vrai », répon­dit le gou­rou, « mais Atta­li ne vient pas à mes conférences. »

    http://​www​.tv5​monde​.com/​T​V​5​S​i​t​e​/​u​p​l​o​a​d​_​i​m​a​g​e​/​i​n​f​o​s​/​d​i​l​e​m​_​p​h​o​t​o​_​1​6​6​9​_​T​V​5​2​9​1​0​1​4​.​jpg

    Réponse
  16. Yéti

    Un moine gou­rou du Zen se met au ski. C’est le prin­temps, presque l’é­té. Trop nul, il glisse dans un ravin et reste cram­pon­né à un petit arbuste (le même que pré­cé­dem­ment), sus­pen­du au des­sus du gouffre mor­tel. Arrive un yéti qui com­mence à lui taper sur les doigts (le yéti n’aime pas les jaunes sur son ter­ri­toire, à l’é­tran­ger il s’en fout). Puis des gen­tilles ger­boises com­mencent à gri­gno­ter les racines de l’ar­buste. Des chou­cas déchirent son sac pour lui piquer son casse-croute.
    Passent des abeilles gor­gées de miel qui en laisse tom­ber des gouttes.
    Alors le moine zen tend une main pour en goû­ter la saveur.

    « SOS racisme … SOS Baleines… Ambi­guï­té … appel sub­li­mi­nal à sau­ver le racisme. » Bau­drillard com­prend l’i­diot utile gôôô­chiste et son gou­rou capitaliste 

    http://​www​.tv5​monde​.com/​T​V​5​S​i​t​e​/​u​p​l​o​a​d​_​i​m​a​g​e​/​i​n​f​o​s​/​d​i​l​e​m​_​p​h​o​t​o​_​1​6​5​6​_​T​V​5​1​0​1​0​1​4​.​jpg

    Réponse
  17. Yéti

    A la ter­rasse d’un café de la capi­tale du Paris­tan, 4 gou­rous dis­cutent du moment exact où com­mence la vie du benêt :

    _« Quand la semence de l’homme féconde l’œuf de la femelle » affirme le très vieux théo­lo­gien de la sco­las­tique, qui d’ailleurs est mourant.

    _« Non, quand le gode-bébé sort de l’u­té­rus de la mère por­teuse louée » affirme le gou­rou gôôô­chiste droit­del­hom­miste 68ard pédé­raste, plus très vert.

    _« Oh non ! » remarque d’un air connais­seur, le jeune Sei­gneur Capi­ta­liste dyna­mique, pro­prié­taire d’une ferme d’u­té­rus thaï­lan­dais , « seule­ment quand le pro­duit a la conscience de classe de lui-même, 4–5 ans, pas avant. »

    _« Ah pas du tout ! » pro­teste le rab­bin grand maitre de la Psy­ka, à l’âge indé­fi­nis­sable, « La vie com­mence quand les enfants sont par­tis et que le chien est mort. »

    « Le libé­ra­lisme n’a pas le moindre point com­mun avec la liber­té. Sa liber­té n’est que la liber­té pour l’individu de deve­nir un homme moyen » Arthur Moeller

    http://​www​.tv5​monde​.com/​T​V​5​S​i​t​e​/​u​p​l​o​a​d​_​i​m​a​g​e​/​i​n​f​o​s​/​d​i​l​e​m​_​p​h​o​t​o​_​1​6​5​4​_​T​V​0​8​1​0​1​4​.​jpg

    Réponse
  18. Yéti

    Une grande expé­di­tion de loto­crates fût orga­ni­sée en Antarc­tique, par le grand gou­rou lui-même, pour une grande étude com­pa­ra­tive de l’o­chlo­cra­tie pin­goui­nesque (aux frais du contri­buable, comme Bor­lo où Car­ri­gnon au Groen­land). Les grands bobos embar­quèrent donc dans un grand paque­bot pour gros tou­ristes amé­ri­cains à Pun­ta Arena.
    Mais le grand anthro­po­logue de l’his­toire fût un perroquet …

    Pour dis­traire les bido­chons, du ham­bur­ger, où de la méta­phy­sique loto­crate, un illu­sion­niste devait faire un numé­ro avec un per­ro­quet. Mais celui ci mou­rut de dépres­sion dès le lar­gage des amarres (la nos­tal­gie de son chaud pays natal avant son émi­gra­tion de la traite ani­male capi­ta­liste bau­dru­cho­nienne, et cette météo tou­jours pour­rie). Les bobos avaient remar­qué que le vieux capi­taine chi­lien avait aus­si ce genre de bes­tiole, et le signa­lèrent au magi­cien embar­ras­sé, (en benêt, avec des « os » et des « a » à la fin de tous les mots, mais le magi­cien com­prit). Ce der­nier deman­da donc au capi­taine s’il pou­vait emprun­ter son per­ro­quet pour une repré­sen­ta­tion. Le capi­taine répon­dit qu’il fal­lait le deman­der à l’a­ni­mal, démo­cra­ti­que­ment … que lui ne vou­lait abso­lu­ment pas s’en mêler, connais­sant le carac­tère psit­ta­ci­forme. Le magi­cien consul­ta donc le per­ro­quet, grin­cheux et d’un âge cer­tain, qui lui deman­da en retour de quoi il en retournait :
    _ « Presque rien » expli­qua le magi­cien, « à un moment don­né je te fais dis­pa­raître et c’est tout »

    _ « Pas ques­tion » pro­tes­ta le vola­tile, « Je ne veux abso­lu­ment pas dis­pa­raître ! Et puis quoi encore ! » 

    L’illu­sion­niste pala­bra lon­gue­ment, se répé­tant maintes fois pour expli­quer le tour, et fina­le­ment le per­ro­quet accep­ta contre 10 caca­huètes (salaire décent pour un tra­vailleur déta­ché). Pen­dant ce temps le capi­taine, qui avait pris du retard sur le pro­gramme traine-couillons, fit lan­cer à fond les chau­dières ultra-modernes au char­bon éco­lo (comme la lignite teu­tonne qui sert à la tran­si­tion éner­gé­tique de bobo vert qui a peur de son can­cer nucléaire). Alors que les bobos loto­crasses regar­daient, béas, le tour incroyable qui consis­tait à faire dis­pa­raître un per­ro­quet sous une petite bur­ka droit­del­hom­miste, les chau­dières explo­sèrent, cou­lant le navire en 5mn. La loto­cras­sie était irré­mé­dia­ble­ment per­due pour l’Hu­ma­ni­té, au fond de la mer d’Admunsen.

    Plus tard les secou­ristes chi­liens ne retrou­vèrent aucun sur­vi­vant, excep­té un per­ro­quet tout éner­vé, qui mar­chait de long en large sur une plaque de glace à la dérive, en bougonnant :

    _« Mais quel jeux de cons ! Quel jeux de cons ! »

    « L’en­quête Mon­do­Vi­sion 2013, montre que benêt est de plus en plus indi­vi­dua­liste, l’État n’é­tant même plus une assu­rance. Tous des autres, cha­cun pour soi, pour­boire à La Baudruche. » 
    Sei­gneur Capi­ta­liste anonyme

    Réponse
  19. Yéti

    Le fameux Grand Hôtel Atta­lux était pour­vu de tout le confort, mais sus­pen­du au bord d’un abîme, d’un néant, de l’ab­surde aurait-on pu dire.

    Le spec­tacle quo­ti­dien de ce grand vide, situé entre la qua­li­té de la cui­sine où tra­vaillait les plon­geurs nègres illé­gaux, et le cha­pi­teau de la salle des orgies, ne pou­vait que rehaus­ser le plai­sirs que trou­vaient les Sei­gneurs Capi­ta­listes à ce confort raffiné.
    Aqui­no Morel­lius, vau­tré sur sur fau­teuil de séna­teur, se fai­sait cirer ses chaus­sures par un petit nègre ame­né tout exprès par Lucius Bau­dru­cho­nus, qui regar­dait pen­sif le grand vide.
    Sur la scène dan­sait une faran­dole de hob­bits. L’œil d’aigle d’A­qui­li­no put faci­le­ment lire sur la petite rotonde adja­cente, l’af­fiche du pro­gramme des spec­tacles, « Niai­se­ries des bobos de gôôôche ». Bar­bus et en petites robes de mous­se­lines roses, les hob­bits se sui­vaient à la queue leu leu, la main gôôôche bran­lant leurs sexes en érec­tion, d’où leur appel­la­tion probablement.
    Aqui­li­no se deman­da ce que pou­vait signi­fier les paroles de leur chant, qui ryth­maient les petits bondissements :

    « Loto­cras­sie, si, si ! Loto­cras­sie ! si ! si ! »

    Réponse
    • Yéti

      « Loto­cras­sie ! Ho ! Ho ! Loto­cras­sie ! Ho ! Ho ! »

      Lucius Mélan­cho­nius trou­vait ce beau chant très mélanchonique.

      « Il faut stop­per l’im­mi­gra­tion offi­cielle et clan­des­tine. Il est inad­mis­sible de lais­ser entrer de nou­veaux tra­vailleurs immi­grés en France. » 
      Georges Mar­chais, le 27 mars 1980, à la porte des pan­tins de gôôôche.

      Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Devenons citoyens ! Entretiens à propos d’une démocratie digne de ce nom | Blog du Plan C - […] 8 ÉTIENNE CHOUARD EST-IL UN GOUROU DE LA DÉMOCRATIE ? (6 min.) Commentaires : https://www.chouard.org/2014/04/29/etienne-chouard-est-il-un-gourou-de-la-democratie/ […]

Laisser un commentaire

Derniers articles

Oui, la planète fut détruite. Mais pendant un bref et merveilleux moment, une énorme plus-value fut créée pour les actionnaires.

        Fil Facebook correspondant à ce billet : https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10159883602597317     Tweet correspondant à ce billet : https://twitter.com/Etienne_Chouard/status/1521818079159803904     Telegram...

Vidéo de mon intervention au 3ème Festival Citoyen (près de Toulon) du 1er mai 2022

  Sur l’élection et le tirage au sort, sur le RIC, sur le processus constituant populaire permanent, sur Alain (Émile Chartier), sur les élections sans candidats, sur les gilets jaunes et sur la priorité absolue que nous devrions tous donner à l'élaboration des...