Le traité transatlantique, un typhon qui menace les Européens ! (Le Monde diplomatique, nov. 2013)

5/04/2014 | 1 commentaire

Ceux qui s’ap­pellent des « libé­raux » sont tous, au fond, depuis 300 ans, des escla­va­gistes.
Lisez
le livre stu­pé­fiant de Losur­do, si vous en dou­tez encore.
Le traité transatlantique, un typhon qui menace les Européens ! (Le Monde diplomatique, nov. 2013)
La der­nière preuve en date des pro­jets lit­té­ra­le­ment escla­va­gistes des pré­ten­dus « libé­raux », c’est l’Accord de Par­te­na­riat Trans­at­lan­tique (APT).
Si on ne se mobi­lise pas TOUS contre cette salo­pe­rie de Trai­té trans­at­lan­tique, comble de la haute tra­hi­son de la part de nos pré­ten­dus « repré­sen­tants » qui le négo­cient en secret, on n’au­ra RIEN à dire quand com­men­ce­ront pour nous les tra­vaux for­cés sans plus AUCUNE défense de la force publique. 
—-
(Je repro­duis inté­gra­le­ment cet article impor­tant du Diplo, en vous invi­tant ins­tam­ment à vous abon­ner : ce jour­nal a besoin de notre aide pour sur­vivre.)
—-

Sécu­ri­té ali­men­taire, droit social, écologie…

Le traité transatlantique, un typhon qui menace les Européens

Source : http://​www​.monde​-diplo​ma​tique​.fr/​2​0​1​3​/​1​1​/​W​A​L​L​A​C​H​/​4​9​803

Enga­gées en 2008, les dis­cus­sions sur l’accord de libre-échange entre le Cana­da et l’Union euro­péenne ont abou­ti le 18 octobre. Un bon pré­sage pour le gou­ver­ne­ment amé­ri­cain, qui espère conclure un par­te­na­riat de ce type avec le Vieux Conti­nent. Négo­cié en secret, ce pro­jet ardem­ment sou­te­nu par les mul­ti­na­tio­nales leur per­met­trait d’attaquer en jus­tice tout État qui ne se plie­rait pas aux normes du libéralisme.

par Lori M. Wal­lach, novembre 2013
—–

Ima­gine-t-on des mul­ti­na­tio­nales traî­ner en jus­tice les gou­ver­ne­ments dont l’orientation poli­tique aurait pour effet d’amoindrir leurs pro­fits ? Se conçoit-il qu’elles puissent récla­mer — et obte­nir ! — une géné­reuse com­pen­sa­tion pour le manque à gagner induit par un droit du tra­vail trop contrai­gnant ou par une légis­la­tion envi­ron­ne­men­tale trop spo­lia­trice ? Si invrai­sem­blable qu’il paraisse, ce scé­na­rio ne date pas d’hier. Il figu­rait déjà en toutes lettres dans le pro­jet d’accord mul­ti­la­té­ral sur l’investissement (AMI) négo­cié secrè­te­ment entre 1995 et 1997 par les vingt-neuf États membres de l’Organisation de coopé­ra­tion et de déve­lop­pe­ment éco­no­miques (OCDE) (1). Divul­guée in extre­mis, notam­ment par Le Monde diplo­ma­tique, la copie sou­le­va une vague de pro­tes­ta­tions sans pré­cé­dent, contrai­gnant ses pro­mo­teurs à la remi­ser. Quinze ans plus tard, la voi­là qui fait son grand retour sous un nou­vel habillage.

L’accord de par­te­na­riat trans­at­lan­tique (APT) négo­cié depuis juillet 2013 par les États-Unis et l’Union euro­péenne est une ver­sion modi­fiée de l’AMI. Il pré­voit que les légis­la­tions en vigueur des deux côtés de l’Atlantique se plient aux normes du libre-échange éta­blies par et pour les grandes entre­prises euro­péennes et amé­ri­caines, sous peine de sanc­tions com­mer­ciales pour le pays contre­ve­nant, ou d’une répa­ra­tion de plu­sieurs mil­lions d’euros au béné­fice des plaignants.

D’après le calen­drier offi­ciel, les négo­cia­tions ne devraient abou­tir que dans un délai de deux ans. L’APT com­bine en les aggra­vant les élé­ments les plus néfastes des accords conclus par le pas­sé. S’il devait entrer en vigueur, les pri­vi­lèges des mul­ti­na­tio­nales pren­draient force de loi et lie­raient pour de bon les mains des gou­ver­nants. Imper­méable aux alter­nances poli­tiques et aux mobi­li­sa­tions popu­laires, il s’appliquerait de gré ou de force, puisque ses dis­po­si­tions ne pour­raient être amen­dées qu’avec le consen­te­ment una­nime des pays signa­taires. Il dupli­que­rait en Europe l’esprit et les moda­li­tés de son modèle asia­tique, l’accord de par­te­na­riat trans­pa­ci­fique (Trans-Paci­fic Part­ner­ship, TPP), actuel­le­ment en cours d’adoption dans douze pays après avoir été ardem­ment pro­mu par les milieux d’affaires amé­ri­cains. A eux deux, l’APT et le TPP for­me­raient un empire éco­no­mique capable de dic­ter ses condi­tions hors de ses fron­tières : tout pays qui cher­che­rait à nouer des rela­tions com­mer­ciales avec les États-Unis ou l’Union euro­péenne se ver­rait contraint d’adopter telles quelles les règles qui pré­valent au sein de leur mar­ché commun.

Tribunaux spécialement créés

Parce qu’elles visent à bra­der des pans entiers du sec­teur non mar­chand, les négo­cia­tions autour de l’APT et du TPP se déroulent der­rière des portes closes. Les délé­ga­tions amé­ri­caines comptent plus de six cents consul­tants man­da­tés par les mul­ti­na­tio­nales, qui dis­posent d’un accès illi­mi­té aux docu­ments pré­pa­ra­toires et aux repré­sen­tants de l’administration. Rien ne doit fil­trer. Ins­truc­tion a été don­née de lais­ser jour­na­listes et citoyens à l’écart des dis­cus­sions : ils seront infor­més en temps utile, à la signa­ture du trai­té, lorsqu’il sera trop tard pour réagir.

Dans un élan de can­deur, l’ancien ministre du com­merce amé­ri­cain Ronald (« Ron ») Kirk a fait valoir l’intérêt « pra­tique » de « pré­ser­ver un cer­tain degré de dis­cré­tion et de confi­den­tia­li­té (2) ». La der­nière fois qu’une ver­sion de tra­vail d’un accord en cours de for­ma­li­sa­tion a été mise sur la place publique, a‑t-il sou­li­gné, les négo­cia­tions ont échoué — une allu­sion à la Zone de libre-échange des Amé­riques (ZLEA), une ver­sion élar­gie de l’Accord de libre-échange nord-amé­ri­cain (Ale­na) ; le pro­jet, âpre­ment défen­du par M. George W. Bush, fut dévoi­lé sur le site Inter­net de l’administration en 2001. A quoi la séna­trice Eli­za­beth War­ren rétorque qu’un accord négo­cié sans aucun exa­men démo­cra­tique ne devrait jamais être signé (3).

L’impérieuse volon­té de sous­traire le chan­tier du trai­té amé­ri­ca­no-euro­péen à l’attention du public se conçoit aisé­ment. Mieux vaut prendre son temps pour annon­cer au pays les effets qu’il pro­dui­ra à tous les éche­lons : du som­met de l’Etat fédé­ral jusqu’aux conseils muni­ci­paux en pas­sant par les gou­ver­no­rats et les assem­blées locales, les élus devront redé­fi­nir de fond en comble leurs poli­tiques publiques de manière à satis­faire les appé­tits du pri­vé dans les sec­teurs qui lui échap­paient encore en par­tie. Sécu­ri­té des ali­ments, normes de toxi­ci­té, assu­rance-mala­die, prix des médi­ca­ments, liber­té du Net, pro­tec­tion de la vie pri­vée, éner­gie, culture, droits d’auteur, res­sources natu­relles, for­ma­tion pro­fes­sion­nelle, équi­pe­ments publics, immi­gra­tion : pas un domaine d’intérêt géné­ral qui ne passe sous les fourches cau­dines du libre-échange ins­ti­tu­tion­na­li­sé. L’action poli­tique des élus se limi­te­ra à négo­cier auprès des entre­prises ou de leurs man­da­taires locaux les miettes de sou­ve­rai­ne­té qu’ils vou­dront bien leur consentir.

Il est d’ores et déjà sti­pu­lé que les pays signa­taires assu­re­ront la « mise en confor­mi­té de leurs lois, de leurs règle­ments et de leurs pro­cé­dures » avec les dis­po­si­tions du trai­té. Nul doute qu’ils veille­ront scru­pu­leu­se­ment à hono­rer cet enga­ge­ment. Dans le cas contraire, ils pour­raient faire l’objet de pour­suites devant l’un des tri­bu­naux spé­cia­le­ment créés pour arbi­trer les litiges entre les inves­tis­seurs et les États, et dotés du pou­voir de pro­non­cer des sanc­tions com­mer­ciales contre ces derniers.

L’idée peut paraître invrai­sem­blable ; elle s’inscrit pour­tant dans la phi­lo­so­phie des trai­tés com­mer­ciaux déjà en vigueur. L’année der­nière, l’Organisation mon­diale du com­merce (OMC) a ain­si condam­né les États-Unis pour leurs boîtes de thon label­li­sées « sans dan­ger pour les dau­phins », pour l’indication du pays d’origine sur les viandes impor­tées, ou encore pour l’interdiction du tabac par­fu­mé au bon­bon, ces mesures pro­tec­trices étant consi­dé­rées comme des entraves au libre-échange. Elle a aus­si infli­gé à l’Union euro­péenne des péna­li­tés de plu­sieurs cen­taines de mil­lions d’euros pour son refus d’importer des orga­nismes géné­ti­que­ment modi­fiés (OGM). La nou­veau­té intro­duite par l’APT et le TTP, c’est qu’ils per­met­traient aux mul­ti­na­tio­nales de pour­suivre en leur propre nom un pays signa­taire dont la poli­tique aurait un effet res­tric­tif sur leur abat­tage commercial.

Sous un tel régime, les entre­prises seraient en mesure de contre­car­rer les poli­tiques de san­té, de pro­tec­tion de l’environnement ou de régu­la­tion de la finance mises en place dans tel ou tel pays en lui récla­mant des dom­mages et inté­rêts devant des tri­bu­naux extra­ju­di­ciaires. Com­po­sées de trois avo­cats d’affaires, ces cours spé­ciales répon­dant aux lois de la Banque mon­diale et de l’Organisation des Nations unies (ONU) seraient habi­li­tées à condam­ner le contri­buable à de lourdes répa­ra­tions dès lors que sa légis­la­tion rogne­rait sur les « futurs pro­fits espé­rés » d’une société.

Ce sys­tème « inves­tis­seur contre État », qui sem­blait rayé de la carte après l’abandon de l’AMI en 1998, a été res­tau­ré en cati­mi­ni au fil des années. En ver­tu de plu­sieurs accords com­mer­ciaux signés par Washing­ton, 400 mil­lions de dol­lars sont pas­sés de la poche du contri­buable à celle des mul­ti­na­tio­nales pour cause d’interdiction de pro­duits toxiques, d’encadrement de l’exploitation de l’eau, du sol ou du bois, etc. (4). Sous l’égide de ces mêmes trai­tés, les pro­cé­dures actuel­le­ment en cours — dans des affaires d’intérêt géné­ral comme les bre­vets médi­caux, la lutte anti­pol­lu­tion ou les lois sur le cli­mat et les éner­gies fos­siles — font grim­per les demandes de dom­mages et inté­rêts à 14 mil­liards de dollars.

L’APT alour­di­rait encore la fac­ture de cette extor­sion léga­li­sée, compte tenu de l’importance des inté­rêts en jeu dans le com­merce trans­at­lan­tique. Trois mille trois cents entre­prises euro­péennes sont pré­sentes sur le sol amé­ri­cain par le biais de vingt-quatre mille filiales, dont cha­cune peut s’estimer fon­dée un jour ou l’autre à deman­der répa­ra­tion pour un pré­ju­dice com­mer­cial. Un tel effet d’aubaine dépas­se­rait de très loin les coûts occa­sion­nés par les trai­tés pré­cé­dents. De leur côté, les pays membres de l’Union euro­péenne se ver­raient expo­sés à un risque finan­cier plus grand encore, sachant que qua­torze mille quatre cents com­pa­gnies amé­ri­caines dis­posent en Europe d’un réseau de cin­quante mille huit cents filiales. Au total, ce sont soixante-quinze mille socié­tés qui pour­raient se jeter dans la chasse aux tré­sors publics.

Offi­ciel­le­ment, ce régime devait ser­vir au départ à conso­li­der la posi­tion des inves­tis­seurs dans les pays en déve­lop­pe­ment dépour­vus de sys­tème juri­dique fiable ; il leur per­met­tait de faire valoir leurs droits en cas d’expropriation. Mais l’Union euro­péenne et les États-Unis ne passent pas pré­ci­sé­ment pour des zones de non-droit ; ils dis­posent au contraire d’une jus­tice fonc­tion­nelle et plei­ne­ment res­pec­tueuse du droit à la pro­prié­té. En les pla­çant mal­gré tout sous la tutelle de tri­bu­naux spé­ciaux, l’APT démontre que son objec­tif n’est pas de pro­té­ger les inves­tis­seurs, mais bien d’accroître le pou­voir des multinationales.

Procès pour hausse du salaire minimum

Il va sans dire que les avo­cats qui com­posent ces tri­bu­naux n’ont de comptes à rendre à aucun élec­to­rat. Inver­sant allè­gre­ment les rôles, ils peuvent aus­si bien ser­vir de juges que plai­der la cause de leurs puis­sants clients (5). C’est un tout petit monde que celui des juristes de l’investissement inter­na­tio­nal : ils ne sont que quinze à se par­ta­ger 55 % des affaires trai­tées à ce jour. Évi­dem­ment, leurs déci­sions sont sans appel.

Les « droits » qu’ils ont pour mis­sion de pro­té­ger sont for­mu­lés de manière déli­bé­ré­ment approxi­ma­tive, et leur inter­pré­ta­tion sert rare­ment les inté­rêts du plus grand nombre. Ain­si de celui accor­dé à l’investisseur de béné­fi­cier d’un cadre régle­men­taire conforme à ses « pré­vi­sions » — par quoi il convient d’entendre que le gou­ver­ne­ment s’interdira de modi­fier sa poli­tique une fois que l’investissement a eu lieu. Quant au droit d’obtenir une com­pen­sa­tion en cas d’« expro­pria­tion indi­recte », il signi­fie que les pou­voirs publics devront mettre la main à la poche si leur légis­la­tion a pour effet de dimi­nuer la valeur d’un inves­tis­se­ment, y com­pris lorsque cette même légis­la­tion s’applique aus­si aux entre­prises locales. Les tri­bu­naux recon­naissent éga­le­ment le droit du capi­tal à acqué­rir tou­jours plus de terres, de res­sources natu­relles, d’équipements, d’usines, etc. Nulle contre­par­tie de la part des mul­ti­na­tio­nales : elles n’ont aucune obli­ga­tion à l’égard des Etats et peuvent enga­ger des pour­suites où et quand cela leur chante.

Cer­tains inves­tis­seurs ont une concep­tion très exten­sive de leurs droits inalié­nables. On a pu voir récem­ment des socié­tés euro­péennes enga­ger des pour­suites contre l’augmentation du salaire mini­mum en Egypte ou contre la limi­ta­tion des émis­sions toxiques au Pérou, l’Alena ser­vant dans ce der­nier cas à pro­té­ger le droit de pol­luer du groupe amé­ri­cain Ren­co (6). Autre exemple : le géant de la ciga­rette Phi­lip Mor­ris, incom­mo­dé par les légis­la­tions anti­ta­bac de l’Uruguay et de l’Australie, a assi­gné ces deux pays devant un tri­bu­nal spé­cial. Le groupe phar­ma­ceu­tique amé­ri­cain Eli Lil­ly entend se faire jus­tice face au Cana­da, cou­pable d’avoir mis en place un sys­tème de bre­vets qui rend cer­tains médi­ca­ments plus abor­dables. Le four­nis­seur d’électricité sué­dois Vat­ten­fall réclame plu­sieurs mil­liards d’euros à l’Allemagne pour son « tour­nant éner­gé­tique », qui encadre plus sévè­re­ment les cen­trales à char­bon et pro­met une sor­tie du nucléaire.

Il n’y a pas de limite aux péna­li­tés qu’un tri­bu­nal peut infli­ger à un État au béné­fice d’une mul­ti­na­tio­nale. Il y a un an, l’Équateur s’est vu condam­né à ver­ser la somme record de 2 mil­liards d’euros à une com­pa­gnie pétro­lière (7). Même lorsque les gou­ver­ne­ments gagnent leur pro­cès, ils doivent s’acquitter de frais de jus­tice et de com­mis­sions diverses qui atteignent en moyenne 8 mil­lions de dol­lars par dos­sier, gas­pillés au détri­ment du citoyen. Moyen­nant quoi les pou­voirs publics pré­fèrent sou­vent négo­cier avec le plai­gnant que plai­der leur cause au tri­bu­nal. L’État cana­dien s’est ain­si épar­gné une convo­ca­tion à la barre en abro­geant hâti­ve­ment l’interdiction d’un addi­tif toxique uti­li­sé par l’industrie pétrolière.

Pour autant, les récla­ma­tions n’en finissent pas de croître. D’après la Confé­rence des Nations unies sur le com­merce et le déve­lop­pe­ment (Cnu­ced), le nombre d’affaires sou­mises aux tri­bu­naux spé­ciaux a été mul­ti­plié par dix depuis 2000. Alors que le sys­tème d’arbitrage com­mer­cial a été conçu dès les années 1950, il n’a jamais autant ren­du ser­vice aux inté­rêts pri­vés qu’en 2012, année excep­tion­nelle en termes de dépôts de dos­siers. Ce boom a créé une flo­ris­sante pépi­nière de consul­tants finan­ciers et d’avocats d’affaires.

Le pro­jet de grand mar­ché amé­ri­ca­no-euro­péen est por­té depuis de longues années par le Dia­logue éco­no­mique trans­at­lan­tique (Trans-Atlan­tic Busi­ness Dia­logue, TABD), un lob­by mieux connu aujourd’hui sous l’appellation de Trans-Atlan­tic Busi­ness Coun­cil (TABC). Créé en 1995 sous le patro­nage de la Com­mis­sion euro­péenne et du minis­tère du com­merce amé­ri­cain, ce ras­sem­ble­ment de riches entre­pre­neurs milite pour un « dia­logue » hau­te­ment construc­tif entre les élites éco­no­miques des deux conti­nents, l’administration de Washing­ton et les com­mis­saires de Bruxelles. Le TABC est un forum per­ma­nent qui per­met aux mul­ti­na­tio­nales de coor­don­ner leurs attaques contre les poli­tiques d’intérêt géné­ral qui tiennent encore debout des deux côtés de l’Atlantique.

Son objec­tif, publi­que­ment affi­ché, est d’éliminer ce qu’il appelle les « dis­cordes com­mer­ciales » (trade irri­tants), c’est-à-dire d’opérer sur les deux conti­nents selon les mêmes règles et sans inter­fé­rence avec les pou­voirs publics. « Conver­gence régu­la­toire » et « recon­nais­sance mutuelle » font par­tie des pan­neaux séman­tiques qu’il bran­dit pour inci­ter les gou­ver­ne­ments à auto­ri­ser les pro­duits et ser­vices contre­ve­nant aux légis­la­tions locales.

Injuste rejet du porc à la ractopamine

Mais au lieu de prô­ner un simple assou­plis­se­ment des lois exis­tantes, les acti­vistes du mar­ché trans­at­lan­tique se pro­posent car­ré­ment de les réécrire eux-mêmes. La Chambre amé­ri­caine de com­merce et Busi­nes­sEu­rope, deux des plus grosses orga­ni­sa­tions patro­nales de la pla­nète, ont ain­si appe­lé les négo­cia­teurs de l’APT à réunir autour d’une table de tra­vail un échan­tillon de gros action­naires et de res­pon­sables poli­tiques afin qu’ils « rédigent ensemble les textes de régu­la­tion » qui auront ensuite force de loi aux États-Unis et dans l’Union euro­péenne. C’est à se deman­der, d’ailleurs, si la pré­sence des poli­tiques à l’atelier d’écriture com­mer­cial est vrai­ment indispensable…

De fait, les mul­ti­na­tio­nales se montrent d’une remar­quable fran­chise dans l’exposé de leurs inten­tions. Par exemple sur la ques­tion des OGM. Alors qu’aux États-Unis un État sur deux envi­sage de rendre obli­ga­toire un label indi­quant la pré­sence d‘organismes géné­ti­que­ment modi­fiés dans un ali­ment — une mesure sou­hai­tée par 80 % des consom­ma­teurs du pays —, les indus­triels de l’agroalimentaire, là comme en Europe, poussent à l’interdiction de ce type d’étiquetage. L’Association natio­nale des confi­seurs n’y est pas allée par quatre che­mins : « L’industrie amé­ri­caine vou­drait que l’APT avance sur cette ques­tion en sup­pri­mant la label­li­sa­tion OGM et les normes de tra­ça­bi­li­té. » La très influente Asso­cia­tion de l’industrie bio­tech­no­lo­gique (Bio­tech­no­lo­gy Indus­try Orga­ni­za­tion, BIO), dont fait par­tie le géant Mon­san­to, s’indigne pour sa part que des pro­duits conte­nant des OGM et ven­dus aux États-Unis puissent essuyer un refus sur le mar­ché euro­péen. Elle sou­haite par consé­quent que le « gouffre qui se creuse entre la déré­gu­la­tion des nou­veaux pro­duits bio­tech­no­lo­giques aux États-Unis et leur accueil en Europe » soit pres­te­ment com­blé (8). Mon­san­to et ses amis ne cachent pas leur espoir que la zone de libre-échange trans­at­lan­tique per­mette d’imposer enfin aux Euro­péens leur « cata­logue foi­son­nant de pro­duits OGM en attente d’approbation et d’utilisation (9) ».

L’offensive n’est pas moins vigou­reuse sur le front de la vie pri­vée. La Coa­li­tion du com­merce numé­rique (Digi­tal Trade Coa­li­tion, DTC), qui regroupe des indus­triels du Net et des hautes tech­no­lo­gies, presse les négo­cia­teurs de l’APT de lever les bar­rières empê­chant les flux de don­nées per­son­nelles de s’épancher libre­ment de l’Europe vers les États-Unis (lire La traque métho­dique de l’internaute révo­lu­tionne la publi­ci­té). « Le point de vue actuel de l’Union selon lequel les États-Unis ne four­nissent pas une pro­tec­tion de la vie pri­vée “adé­quate” n’est pas rai­son­nable », s’impatientent les lob­byistes. A la lumière des révé­la­tions de M. Edward Snow­den sur le sys­tème d’espionnage de l’Agence natio­nale de sécu­ri­té (Natio­nal Secu­ri­ty Agen­cy, NSA), cet avis tran­ché ne manque pas de sel. Tou­te­fois, il n’égale pas la décla­ra­tion de l’US Coun­cil for Inter­na­tio­nal Busi­ness (USCIB), un grou­pe­ment de socié­tés qui, à l’instar de Veri­zon, ont mas­si­ve­ment appro­vi­sion­né la NSA en don­nées per­son­nelles : « L’accord devrait cher­cher à cir­cons­crire les excep­tions, comme la sécu­ri­té et la vie pri­vée, afin de s’assurer qu’elles ne servent pas d’entraves au com­merce dégui­sées. »

Les normes de qua­li­té dans l’alimentation sont elles aus­si prises pour cible. L’industrie amé­ri­caine de la viande entend obte­nir la sup­pres­sion de la règle euro­péenne qui inter­dit les pou­lets dés­in­fec­tés au chlore. À l’avant-garde de ce com­bat, le groupe Yum !, pro­prié­taire de la chaîne de res­tau­ra­tion rapide Ken­tu­cky Fried Chi­cken (KFC), peut comp­ter sur la force de frappe des orga­ni­sa­tions patro­nales. « L’Union auto­rise seule­ment l’usage de l’eau et de la vapeur sur les car­casses », pro­teste l’Association nord-amé­ri­caine de la viande, tan­dis qu’un autre groupe de pres­sion, l’Institut amé­ri­cain de la viande, déplore le « rejet injus­ti­fié [par Bruxelles] des viandes addi­tion­nées de bêta-ago­nistes, comme le chlor­hy­drate de rac­to­pa­mine ».

La rac­to­pa­mine est un médi­ca­ment uti­li­sé pour gon­fler la teneur en viande maigre chez les porcs et les bovins. Du fait de ses risques pour la san­té des bêtes et des consom­ma­teurs, elle est ban­nie dans cent soixante pays, par­mi les­quels les États membres de l’Union, la Rus­sie et la Chine. Pour la filière por­cine amé­ri­caine, cette mesure de pro­tec­tion consti­tue une dis­tor­sion de la libre concur­rence à laquelle l’APT doit mettre fin d’urgence.

« Les pro­duc­teurs de porc amé­ri­cains n’accepteront pas d’autre résul­tat que la levée de l’interdiction euro­péenne de la rac­to­pa­mine », menace le Conseil natio­nal des pro­duc­teurs de porc (Natio­nal Pork Pro­du­cers Coun­cil, NPPC). Pen­dant ce temps, de l’autre côté de l’Atlantique, les indus­triels regrou­pés au sein de Busi­nes­sEu­rope dénoncent les « bar­rières qui affectent les expor­ta­tions euro­péennes vers les États-Unis, comme la loi amé­ri­caine sur la sécu­ri­té ali­men­taire ». Depuis 2011, celle-ci auto­rise en effet les ser­vices de contrôle à reti­rer du mar­ché les pro­duits d’importation conta­mi­nés. Là encore, les négo­cia­teurs de l’APT sont priés de faire table rase.

Il en va de même avec les gaz à effet de serre. L’organisation Air­lines for Ame­ri­ca (A4A), bras armé des trans­por­teurs aériens amé­ri­cains, a éta­bli une liste des « règle­ments inutiles qui portent un pré­ju­dice consi­dé­rable à [leur] indus­trie » et que l’APT, bien sûr, a voca­tion à rayer de la carte. Au pre­mier rang de cette liste figure le sys­tème euro­péen d’échange de quo­tas d’émissions, qui oblige les com­pa­gnies aériennes à payer pour leur pol­lu­tion au car­bone. Bruxelles a pro­vi­soi­re­ment sus­pen­du ce pro­gramme ; A4A exige sa sup­pres­sion défi­ni­tive au nom du « pro­grès ».

Mais c’est dans le sec­teur de la finance que la croi­sade des mar­chés est la plus viru­lente. Cinq ans après l’irruption de la crise des sub­prime, les négo­cia­teurs amé­ri­cains et euro­péens sont conve­nus que les vel­léi­tés de régu­la­tion de l’industrie finan­cière avaient fait leur temps. Le cadre qu’ils veulent mettre en place pré­voit de lever tous les garde-fous en matière de pla­ce­ments à risques et d’empêcher les gou­ver­ne­ments de contrô­ler le volume, la nature ou l’origine des pro­duits finan­ciers mis sur le mar­ché. En somme, il s’agit pure­ment et sim­ple­ment de rayer le mot « régu­la­tion » de la carte.

D’où vient cet extra­va­gant retour aux vieilles lunes that­ché­riennes ? Il répond notam­ment aux vœux de l’Association des banques alle­mandes, qui ne manque pas d’exprimer ses « inquié­tudes » à pro­pos de la pour­tant timide réforme de Wall Street adop­tée au len­de­main de la crise de 2008. L’un de ses membres les plus entre­pre­nants sur ce dos­sier est la Deutsche Bank, qui a pour­tant reçu en 2009 des cen­taines de mil­liards de dol­lars de la Réserve fédé­rale amé­ri­caine en échange de titres ados­sés à des créances hypo­thé­caires (10). Le mas­to­donte alle­mand veut en finir avec la régle­men­ta­tion Vol­cker, clé de voûte de la réforme de Wall Street, qui pèse selon lui d’un « poids trop lourd sur les banques non amé­ri­caines ». Insu­rance Europe, le fer de lance des socié­tés d’assurances euro­péennes, sou­haite pour sa part que l’APT « sup­prime » les garan­ties col­la­té­rales qui dis­suadent le sec­teur de s’aventurer dans des pla­ce­ments à hauts risques.

Quant au Forum des ser­vices euro­péens, orga­ni­sa­tion patro­nale dont fait par­tie la Deutsche Bank, il s’agite dans les cou­lisses des pour­par­lers trans­at­lan­tiques pour que les auto­ri­tés de contrôle amé­ri­caines cessent de mettre leur nez dans les affaires des grandes banques étran­gères opé­rant sur leur ter­ri­toire. Côté amé­ri­cain, on espère sur­tout que l’APT enter­re­ra pour de bon le pro­jet euro­péen de taxe sur les tran­sac­tions finan­cières. L’affaire paraît d’ores et déjà enten­due, la Com­mis­sion euro­péenne ayant elle-même jugé cette taxe non conforme aux règles de l’OMC (11). Dans la mesure où la zone de libre-échange trans­at­lan­tique pro­met un libé­ra­lisme plus débri­dé encore que celui de l’OMC, et alors que le Fonds moné­taire inter­na­tio­nal (FMI) s’oppose sys­té­ma­ti­que­ment à toute forme de contrôle sur les mou­ve­ments de capi­taux, la ché­tive « taxe Tobin » n’inquiète plus grand monde aux États-Unis.

Mais les sirènes de la déré­gu­la­tion ne se font pas entendre dans la seule indus­trie finan­cière. L’APT entend ouvrir à la concur­rence tous les sec­teurs « invi­sibles » ou d’intérêt géné­ral. Les États signa­taires se ver­raient contraints non seule­ment de sou­mettre leurs ser­vices publics à la logique mar­chande, mais aus­si de renon­cer à toute inter­ven­tion sur les four­nis­seurs de ser­vices étran­gers qui convoitent leurs mar­chés. Les marges de manœuvre poli­tiques en matière de san­té, d’énergie, d’éducation, d’eau ou de trans­port se rédui­raient comme peau de cha­grin. La fièvre com­mer­ciale n’épargne pas non plus l’immigration, puisque les ins­ti­ga­teurs de l’APT s’arrogent la com­pé­tence d’établir une poli­tique com­mune aux fron­tières — sans doute pour faci­li­ter l’entrée de ceux qui ont un bien ou un ser­vice à vendre au détri­ment des autres.

Depuis quelques mois, le rythme des négo­cia­tions s’intensifie. À Washing­ton, on a de bonnes rai­sons de croire que les diri­geants euro­péens sont prêts à n’importe quoi pour ravi­ver une crois­sance éco­no­mique mori­bonde, fût-ce au prix d’un renie­ment de leur pacte social. L’argument des pro­mo­teurs de l’APT, selon lequel le libre-échange déré­gu­lé faci­li­te­rait les échanges com­mer­ciaux et serait donc créa­teur d’emplois, pèse appa­rem­ment plus lourd que la crainte d’un séisme social. Les bar­rières doua­nières qui sub­sistent encore entre l’Europe et les États-Unis sont pour­tant « déjà assez basses », comme le recon­naît le repré­sen­tant amé­ri­cain au com­merce (12). Les arti­sans de l’APT admettent eux-mêmes que leur objec­tif pre­mier n’est pas d’alléger les contraintes doua­nières, de toute façon insi­gni­fiantes, mais d’imposer « l’élimination, la réduc­tion ou la pré­ven­tion de poli­tiques natio­nales super­flues (13) », étant consi­dé­ré comme « super­flu » tout ce qui ralen­tit l’écoulement des mar­chan­dises, comme la régu­la­tion de la finance, la lutte contre le réchauf­fe­ment cli­ma­tique ou l’exercice de la démocratie.

Il est vrai que les rares études consa­crées aux consé­quences de l’APT ne s’attardent guère sur ses retom­bées sociales et éco­no­miques. Un rap­port fré­quem­ment cité, issu du Centre euro­péen d’économie poli­tique inter­na­tio­nale (Euro­pean Centre for Inter­na­tio­nal Poli­ti­cal Eco­no­my, Ecipe), affirme avec l’autorité d’un Nostra­da­mus d’école de com­merce que l’APT déli­vre­ra à la popu­la­tion du mar­ché trans­at­lan­tique un sur­croît de richesse de 3 cen­times par tête et par jour… à par­tir de 2029 (14).

En dépit de son opti­misme, la même étude éva­lue à 0,06 % seule­ment la hausse du pro­duit inté­rieur but (PIB) en Europe et aux États-Unis à la suite de l’entrée en vigueur de l’APT. Encore un tel « impact » est-il lar­ge­ment irréa­liste, dans la mesure où ses auteurs pos­tulent que le libre-échange « dyna­mise » la crois­sance éco­no­mique ; une théo­rie régu­liè­re­ment réfu­tée par les faits. Une élé­va­tion aus­si infi­ni­té­si­male serait d’ailleurs imper­cep­tible. Par com­pa­rai­son, la cin­quième ver­sion de l’iPhone d’Apple a entraî­né aux États-Unis une hausse du PIB huit fois plus importante.

Presque toutes les études sur l’APT ont été finan­cées par des ins­ti­tu­tions favo­rables au libre-échange ou par des orga­ni­sa­tions patro­nales, rai­son pour laquelle les coûts sociaux du trai­té n’y appa­raissent pas, pas plus que ses vic­times directes, qui pour­raient pour­tant se comp­ter en cen­taines de mil­lions. Mais les jeux ne sont pas encore faits. Comme l’ont mon­tré les mésa­ven­tures de l’AMI, de la ZLEA et cer­tains cycles de négo­cia­tions à l’OMC, l’utilisation du « com­merce » comme che­val de Troie pour déman­te­ler les pro­tec­tions sociales et ins­tau­rer la junte des char­gés d’affaires a échoué à plu­sieurs reprises par le pas­sé. Rien ne dit qu’il n’en sera pas de même cette fois encore.

Lori M. Wallach

Direc­trice de Public Citizen’s Glo­bal Trade Watch, Washing­ton, DC, www​.citi​zen​.org
****************************************************************

Soutenez-nous !

Pour conti­nuer à défendre notre concep­tion du jour­na­lisme, c’est d’a­bord à vous que nous fai­sons appel. Vous pou­vez effec­tuer un don au pro­fit exclu­sif du « Monde diplomatique ».

Faites un don
Abonnez-vous

****************************************************************

(1) Lire « Le nou­veau mani­feste du capi­ta­lisme mon­dial », Le Monde diplo­ma­tique, février 1998.

(2) « Some secre­cy nee­ded in trade talks : Ron Kirk », Reu­ters, 13 mai 2012.

(3) Zach Car­ter, « Eli­za­beth War­ren oppo­sing Oba­ma trade nomi­nee Michael Fro­man », Huf­fing­ton Post, 19 juin 2013.

(5) Andrew Mar­tin, « Trea­ty dis­putes roi­led by bias charges », Bloom­berg, 10 juillet 2013.

(6) « Ren­co uses US-Peru FTA to evade jus­tice for La Oroya pol­lu­tion » (PDF), Public Citi­zen, 28 novembre 2012.

(7) « Ecua­dor to fight oil dis­pute fine », Agence France-Presse, 13 octobre 2012.

(8) Com­men­taires sur l’accord de par­te­na­riat trans­at­lan­tique, docu­ment du BIO, Washing­ton, DC, mai 2013.

(9) « EU-US high level wor­king group on jobs and growth. Res­ponse to consul­ta­tion by Euro­pa­Bio and BIO » (PDF), http://​ec​.euro​pa​.eu

(10) Sha­hien Nasi­ri­pour, « Fed opens books, revea­ling Euro­pean mega­banks were big­gest bene­fi­cia­ries », Huf­fing­ton Post, 10 jan­vier 2012.

(11) « Europe admits spe­cu­la­tion taxes a WTO pro­blem », Public Citi­zen, 30 avril 2010.

(12) Cour­rier de M. Deme­trios Maran­tis, repré­sen­tant amé­ri­cain au com­merce, à M. John Boeh­ner, porte-parole répu­bli­cain à la Chambre des repré­sen­tants, Washing­ton, DC, 20 mars 2013, http://​ec​.euro​pa​.eu

(13) « Final report. High level wor­king group on jobs and growth » (PDF), 11 février 2013, http://​ec​.euro​pa​.eu

(14) « TAFTA’s trade bene­fit : A can­dy bar », Public Citi­zen, 11 juillet 2013.

——-
——-
Je vous invite ins­tam­ment à vous abon­ner au Diplo : ce jour­nal a besoin de notre aide pour survivre.

Catégorie(s) de l'article :

1 Commentaire

  1. Magali

    Je tiens depuis plu­sieurs mois un jour­nal en ligne sur Scoop it et par­tage quo­ti­dien­ne­ment les articles fran­çais (rare­ment) et inter­na­tio­naux (sou­vent) trai­tant des négo­cia­tions entre l’Union euro­péenne et les États-Unis : http://​www​.scoop​.it/​t​/​m​a​r​c​h​e​-​t​r​a​n​s​a​t​l​a​n​t​i​que

    Vous pou­vez vous abon­ner à la news­let­ter du jour­nal Scoop it en cli­quant ici : http://​eepurl​.com/​I​y​T81

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Oui, la planète fut détruite. Mais pendant un bref et merveilleux moment, une énorme plus-value fut créée pour les actionnaires.

        Fil Facebook correspondant à ce billet : https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10159883602597317     Tweet correspondant à ce billet : https://twitter.com/Etienne_Chouard/status/1521818079159803904     Telegram...

Vidéo de mon intervention au 3ème Festival Citoyen (près de Toulon) du 1er mai 2022

  Sur l’élection et le tirage au sort, sur le RIC, sur le processus constituant populaire permanent, sur Alain (Émile Chartier), sur les élections sans candidats, sur les gilets jaunes et sur la priorité absolue que nous devrions tous donner à l'élaboration des...