LA VRAIE DÉMOCRATIE CONTRE L’OLIGARCHIE

8/02/2022 | 6 commentaires

Vous avez 5 minutes ?

Réflé­chis­sez à votre propre res­pon­sa­bi­li­té, per­son­nelle, quo­ti­dienne, dans votre IMPUISSANCE poli­tique, dans votre rôle d’IN­CA­PABLE dans la prise des déci­sions qui vous concernent pour­tant au pre­mier chef : vous ne pou­vez déci­der DE RIEN. Est-ce de votre faute ?

Je vous parle à vous, par­don c’est indis­cret, mais per­sonne n’y réflé­chi­ra à votre place.
Personne.
Je vous parle de votre pro­blème et vous êtes la seule solution.

Per­sonne d’autre que les citoyens EUX-MÊMES ne va orga­ni­ser un vrai « droit des peuples à dis­po­ser d’eux-mêmes ».

Vous ne pour­rez pas venir à bout des infi­nies CONSÉQUENCES qui vous affligent sans vous en prendre (et dans votre tête d’a­bord) à LEUR CAUSE : votre véné­ra­tion (sui­ci­daire) de L’É­LEC­TION-par­mi-des-can­di­dats-qu’on-peut-aider ; c’est cette pro­cé­dure qui donne (logi­que­ment, impla­ca­ble­ment) tous les pou­voirs à ceux qui ont le plus de moyens pour aider… 

Donc, c’est ce que vous ado­rez par-des­sus tout qui vous main­tient la tête dans le trou.

Je vous ça sans mépris, évi­dem­ment, sans condes­cen­dance, aucu­ne­ment, mais avec un peu de déses­poir quand même à consta­ter que cette véné­ra­tion de l’é­lec­tion per­dure, que cette ado­ra­tion de LA pro­cé­dure de notre dépos­ses­sion poli­tique TOTALE conti­nue à sévir dans la tête des gens, comme un vieux conditionnement… 

Cette mau­vaise idée de « l’é­lec­tion démo­cra­tique » est tel­le­ment fausse et tenace à la fois, tel­le­ment pro­fon­dé­ment enra­ci­née, que je me prends à dou­ter que mon idée de méta­mor­phose pro­chaine de l’hu­ma­ni­té (comme un ado­les­cent qui devient tou­jours un adulte quand son heure est venue, par sa seule volon­té) soit une bonne idée : c’est peut-être une idée à la con, une idée qui ne peut pas mar­cher dans notre espèce humaine telle qu’elle est (et qui va donc res­ter aus­si infan­tile que martyrisée). 

OK, cer­tains com­prennent ce que j’ex­plique (et ils sont vrai­ment nom­breux, je le vois bien dans la rue, quand ils me sou­rient ou me prennent dans leurs bras), mais (presque) aucun ne passe à l’ac­tion : per­sonne (ou presque) n’or­ga­nise régu­liè­re­ment des ate­liers consti­tuants pour entraî­ner ses voi­sins, ses copains, ses cou­sins, ses fran­gins…, et la conta­gion n’o­père pas, faute d’a­gents contagieux.

J’au­rai fait ce que j’ai pu.
Advienne que pourra.

Cette petite vidéo date de 2013 envi­ron, et rien ne s’est amé­lio­ré, on dirait.

Fra­ter­nel­le­ment.

Étienne.


Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :


Tweet cor­res­pon­dant à ce billet :


Tele­gram cor­res­pon­dant à ce billet :
https://t.me/chouard/522

Pour m'aider et m'encourager à continuer, il est désormais possible de faire un don.
Un grand merci aux donatrices et donateurs : par ce geste, vous permettez à de beaux projets de voir le jour, pour notre cause commune.
Étienne

Catégorie(s) de l'article :

6 Commentaires

  1. Étienne CHOUARD

    #2 – L’INDÉPENDANCE DES ÉLUS – Avec Anne-Emmanuelle BOURGAUX (2014)

    Réponse
  2. Marc507322

    Bon­jour Étienne,

    Mer­ci de m’a­voir fait connaître la vrai démocratie.
    La situa­tion est désespérante.
    Mais je me deman­dais si on ne pour­rait pas ins­tau­rer la démo­cra­tie (la vraie) en com­men­çant par la com­mune et la com­mu­nau­té de com­munes. Ça ferait un entraî­ne­ment à petite échelle.
    Et puis ça pour­rait se pro­pa­ger à d’autres com­mu­nau­tés de com­munes si les moda­li­tés sont simples à mettre en œuvre. Et puis ça pour­rait grandir.
    Gar­dons courage.
    On ne sait jamais.
    Marc

    Réponse
    • Étienne CHOUARD

      Mer­ci Marc.

      Je n’ai jamais rien rêvé de mieux que de com­men­cer par la libé­ra­li­sa­tion de nos com­munes (en deve­nant consti­tuants, dans notre vil­lage ou quar­tier), effec­ti­ve­ment, pour ensuite regrou­per les forces éman­ci­pées dans une fédé­ra­tion de com­munes libres (à la manière décrite magni­fi­que­ment par Proudhon).

      Mais rien (ou presque) ne démarre dans ce sens non plus.

      Réponse
  3. Joh

    La situa­tion est grave car le capi­tal est finis­sant en tant que mode de pro­duc­tion. Car il est basé sur des sources d’éner­gie et matières pre­mières abon­dantes et donc peu chères.
    Il a gran­di jus­qu’à en deve­nir incon­trô­lable par le biais d’en­tre­prises géantes qui si elles s’ef­fondrent entraînent le monde avec eux. On l’a vu en 2008 où la faillite d’un sys­tème de spé­cu­la­tion a été évi­tée au prix d’une dette tou­jours plus énorme mais ça n’a pas suffi.
    Donc on recom­mence avec le tota­li­ta­risme qui a été le mode de vie de l’hu­ma­ni­té depuis au moins 5500 ans d’his­toire connue (et au vu des sources archéo­lo­giques sans doute beau­coup plus).
    Donc sans doute de grands chan­ge­ments auront lieu, posi­tifs si nous arri­vons à nous unir.

    Réponse
  4. Jojo

    Très hum­ble­ment, faire des ate­liers consti­tuants dehors, sur les places publiques (devant les bureaux de vote les jours d’é­lec­tion), régu­liè­re­ment, pour ins­tau­rer une tra­di­tion. Sans se signa­ler comme des révo­lu­tion­naires, juste comme des citoyens sou­cieux de la loi concrète.
    Même ça c’est dif­fi­cile. Indé­pen­dam­ment des intem­pé­ries. Je sup­pose que c’est pas auto­ri­sé ; pas d’es­pace dédié à l’exer­cice de la démo­cra­tie sur la voie publique (Nuit Debout a dû jouer les enva­his­seurs hon­nis par les rive­rains excé­dés). Mais je me demande si ce serait pas une zone grise. Si ça pour­rait pas don­ner lieu à négo­cia­tion avec l’au­to­ri­té publique, du moment qu’il n’y a pas atteinte à l’ordre public.
    L’i­dée serait d’a­voir une vraie visi­bi­li­té per­ma­nente. Une pré­sence tran­quille et habi­tuelle dans le pay­sage. On ver­rait si ça séduit, si ça indif­fère ou si ça gêne. Et, de ce côté-là, il pour­rait y avoir quelques surprises.
    Je vois, Etienne, qu’il n’est tou­jours pas temps pour vous de vous deman­der pour­quoi ça coince.
    Vous vous cou­chez bien tard, il me semble, pour quel­qu’un qui a fait tout ce qu’il a pu et qui jette l’éponge.

    Réponse
  5. Luis Mondina

    Etienne Chouard,

    Mer­ci pour votre tra­vail, votre enga­ge­ment et déter­mi­na­tion. Il semble que ca aille tel­le­ment vite, un sen­ti­ment d’im­puis­sance face à la mons­trueuse inéga­li­té et Etat poli­cier, avec les oli­garches tel­le­ment riches et puis­sants et qui ont la police, l’ar­mée, la jus­tice de leur coté.
    Et alors se mettre à la tache d’é­crire une consti­tu­tion semble alors so déca­lée et un tra­vail impor­tant. Je me demande vrai­ment si il n’y a pas une fai­blesse de la volon­té comme l’é­crit Patrick Savi­dan qui est de plus ampli­fié (comme vous l’é­cri­vez) par notre véné­ra­tion sui­ci­daire de l’é­lec­tion. À l’in­té­rieur de moi même il y a ce conflit entre me dire n’y aurait il pas le can­di­dat Mélen­chon qui serait le moins pire en entre­pre­nant en paral­lèle au niveau de la com­mune la mise en place consti­tuante. Il me semble que ca pour­rait peut-être en effect avoir un effet boule de neige si les citoyens direc­te­ment concer­nés ver­raient les effets directs dans leurs vies au sein de leurs com­munes dans ce cas et puis par élar­gis­se­ment. Mais si l’a­te­lier consti­tuant ne s’ins­crit pas dans un pou­voir poli­tique réel où les habi­tants, les gens peuvent témoi­gner qu’ils ont été les déci­deurs, votant des actions legis­la­tives com­mu­nales qui influent direc­te­ment sur leur vie com­mu­nale, et en ce même temps avec au lieu du conseil com­mu­nal clas­sique, la mise en place d’as­sem­blé natio­nale où à l’is­sue de débats, d’e­changes comme sur le prin­cipe d’a­te­lier consti­tuant, il sera écrit la consti­tu­tion com­mu­nale avec tous ceux qui sou­haitent y par­ti­ci­per. Mais je pense que tant qu’il n’y a pas d’ef­fet sur une amé­lio­ra­tion des condi­tions de vie concrête des citoyens, alors la fai­blesse de la volon­té reprend de la force avec démis­sion, sou­mis­sion incons­ciente et vic­time et bour­reau de notre propre condi­tion. Mer­ci beau­coup pour ce que vos actions. Sin­cè­re­ment – Luis Mondina

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Voyage constituant au Québec, début juin 2024

Voyage constituant au Québec, début juin 2024

Chers amis, Je vais enfin rencontrer les copains québécois constituants 🤗 On va évidemment réfléchir ensemble à une constitution d'origine citoyenne pour le Québec libre 🙂 Je pars pour Montréal ce 1er juin et mon périple durera une quinzaine de jours....