Mon commentaire :

Intéressante formulation — quoique très timide à mon goût, du fait d’une sainte horreur (partagée par la plupart des constitutionnalistes, d’ailleurs) de “la démocratie directe”, vue comme “LA catastrophe” (sic) alors que “la démocratie directe”, c’est simplement… la démocratie :) évidemment — de Dominique Rousseau,

MAIS, quoi qu’il en soit,

N’OUBLIEZ PAS SURTOUT que ce qui compte essentiellement, ce n’est PAS QUI VOTE la constitution, mais QUI L’ÉCRIT : jamais les élus n’inscriront eux-mêmes dans la constitution le pouvoir réel d’un législateur concurrent de leur propre pouvoir, jamais ; à cause du conflit d’intérêts, dans lequel ils sont plongés jusqu’au cou dans tout processus constituant, forcément, mécaniquement, par définition. Ils ont tous un intérêt personnel (puissant) à ne pas instituer la démocratie.

#CeNEstPasAuxHommesAuPouvoirDÉcrireLesRèglesDuPouvoir

Ce qu’oublie de penser Dominique Rousseau, à mon avis, c’est la qualité du processus constituant, et donc la faisabilité des principes dont il souhaite sincèrement l’institution : Qui est légitime et apte à écrire une constitution digne de ce nom ? Les représentants ou les représentés ? Tout est là. L’institution de la démocratie se joue là, précisément.

Aucune institution réellement démocratique (le RIC en toutes matières, notamment) ne sera JAMAIS instituée par une assemblée constituante ÉLUE-parmi-des-candidats. Jamais.

IL FAUT que nous devenions #CitoyensConstituants.

Étienne.

Fil Facebook correspondant à ce billet :
https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10157921699252317