[Courageusement] invité par Denis Robert sur Le Média TV mardi 21 mai 2019 : élections européennes, gilets jaunes, RIC et règles de la représentation

29/08/2019 | 20 commentaires

La semaine qui a pré­cé­dé https://​you​tu​.be/​z​M​t​m​Z​Q​4​l​b2g (celle dont 3 minutes ont été copieu­se­ment mon­tées en épingle et défor­mées par les acteurs mains­tream du sys­tème de domi­na­tion par­le­men­taire — acteurs qui me tapent des­sus depuis dix ans et qui ont sim­ple­ment pro­fi­té d’une nou­velle mal­adresse pour redou­bler leurs coups, tout ça pour évi­ter à tout prix de débattre loya­le­ment sur le fond des sujets les plus impor­tants), la semaine pré­cé­dente, donc, Denis Robert m’a­vait gen­ti­ment – et cou­ra­geu­se­ment – invi­té sur Le Média TV, le mar­di 21 mai 2019, pour évo­quer les gilets jaunes et les élec­tions euro­péennes. Voi­ci l’é­mis­sion com­plète (que j’a­vais oublié de vous signa­ler à l’époque) :

• Ma pre­mière inter­ven­tion est à la min 1h26’45  : l’UE est un outil de dépos­ses­sion poli­tique abso­lue, qui nous conduit comme d’ha­bi­tude à élire plu­tôt qu’à voter, mais en éloi­gnant encore davan­tage (et pour tou­jours) les repré­sen­tants des repré­sen­tés ; les pro­fes­sion­nels de la poli­tique nous privent de toute pos­si­bi­li­té de déci­der quoi que ce soit ; il fau­drait dis­tin­guer les deux mots voter (= déci­der) et élire (= renon­cer à voter = contraire de la démo­cra­tie = mise à l’é­cart du peuple depuis l’o­ri­gine en 1789 avec Sieyes) ; notre vieux sys­tème de domi­na­tion par­le­men­taire natio­nal est encore ren­for­cé (et gra­ve­ment) en deve­nant inter­na­tio­nal (euro­péen) ; par­ti­cu­la­ri­té remar­quable — his­to­rique ! — des gilets jaunes qui deviennent consti­tuants, qui écrivent eux-même le RIC qu’ils veulent ; ce n’est pas aux repré­sen­tants d’é­crire les règles de la repré­sen­ta­tion : c’est aux aux repré­sen­tés, qui sont les seuls à être à la fois aptes et légi­times pour écrire la constitution…

• Et sur­tout, ma 2ème inter­ven­tion à la minute 1h49’50 : j’in­ter­pelle face à face un dépu­té, Renaud Muse­lier, en déplo­rant que ces grands pri­vi­lé­giés détruisent une à une toutes les pro­tec­tions sociales sans souf­frir eux-mêmes des plaies qu’ils infligent au corps social et en toute impu­ni­té (sans que leurs vic­times, mal repré­sen­tées, aient la moindre ins­ti­tu­tion pour résis­ter aux mau­vais coups de leurs représentants).

Ce serait bien, peut-être, d’i­so­ler ces deux pas­sages dans une vidéo spéciale.

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=10157412239722317&id=600922316&preview_rid=10157417597517317


[Édit : cer­tains com­men­taires entre­tiennent un res­sen­ti­ment (contre Denis) que j’es­time être un contre­sens. Je reco­pie ci-des­sous une expli­ca­tion que j’ai rédi­gée pour Sigo­lene mais qui devrait aider d’autres per­sonnes à com­prendre mon point de vue : 

« Chère Sigolene,

Je dis des choses impor­tantes dans cette vidéo (grâce au cou­rage de Denis, qui a bra­vé l’in­ter­dit de me don­ner la parole mal­gré les menaces des anti­fa-natiques), et ori­gi­nales : ce n’est pas tous les matins qu’on est en face d’un élu qu’on peut inter­pe­ler, en direct, avec du temps et du calme. Je l’ai inter­pe­lé sur son salaire obs­cène, sur ses pri­vi­lèges révol­tants, sur sa scan­da­leuse impu­ni­té après avoir com­mis le crime anti­so­cial de la dés­in­dexa­tion des retraites, je lui ai signa­lé la muta­tion for­mi­dable – his­to­rique – des gilets jaunes en citoyens consti­tuants (écri­vant d’ores et déjà, un peu par­tout dans le pays, le RIC qu’ils veulent EUX et le salaire des élus qui devrait être égal au salaire médian des électeurs)… 

Le spec­tacle public de cette inter­pel­la­tion (d’un repré­sen­tant par un repré­sen­té, qui conteste jus­qu’à sa légi­ti­mi­té), nous le devons au cou­rage de Denis (et ce n’é­tait qu’un début). 

C’é­tait AVANT le 10 juin et on voit bien la bien­veillance de Denis. Arrê­tez de lui col­ler une res­pon­sa­bi­li­té qui n’est pas la sienne : ceux qui me tapent des­sus (par der­rière et à plu­sieurs, sans me per­mettre de me défendre : Libé­ra­tion, Les Inrocks, L’Obs et tous les com­plices du sys­tème de domi­na­tion par­le­men­taire) sont les vrais affreux (ça fait dix ans qu’ils me tapent des­sus aus­si mal­hon­nê­te­ment ; ils tapent sim­ple­ment plus fort que jamais, tou­jours pour se dis­pen­ser d’un débat de fond loyal qu’ils craignent plus que tout, mais rien n’a chan­gé sur le fond ; c’est une varia­tion d’in­ten­si­té), affeux qui ont exploi­té mal­hon­nê­te­ment MA maladresse. 

Denis est un type bien.

Étienne. »]

Pour m'aider et m'encourager à continuer, il est désormais possible de faire un don.
Un grand merci aux donatrices et donateurs : par ce geste, vous permettez à de beaux projets de voir le jour, pour notre cause commune.
Étienne

Catégorie(s) de l'article :

20 Commentaires

  1. joss

    Idriss ABERKANE – Sa vision de la Blo­ck­chain et des Cryptomonnaies
    https://​you​tu​.be/​Q​Y​4​g​W​j​i​r​YR4
    à la min 10:00 – la sépa­ra­tion des pou­voirs (5 pouvoirs)
    à la min 11:20 – même Idriss Aber­kane parle d’E­tienne en bien 🙂
    et le reste inté­res­sant aussi…théorie rela­tive de la monnaie…

    Réponse
  2. rf
    • Jasa

      Je suis déçu par la vision sim­pliste et naïve de M. Friot. L’é­vo­lu­tion poli­tique est à la fois natu­relle (civi­li­sa­tion­nelle, socio­lo­gique et autres), fon­dée sur des inté­rêts diverses – en par­ti­cu­lier ceux de classe – et inten­tion­nelle concer­tée, c’est à dire pla­ni­fiée par des réseaux. L’in­ten­tion­nel, lors­qu’il s’ap­puie sur les puis­sances de la finance, les « ser­vices d’ordre » (police, armée, ren­sei­gne­ment) et la tech­nos­cience ne se laisse pas démon­ter par des ini­tia­tives locales, si nom­breuses paraissent-elles être. Friot, à son corps défen­dant, oublie que les acquis de l’a­près seconde guerre mon­diale ont été obte­nus par la guerre (50 mil­lions de morts envi­ron). De nou­veau, on nous endort avec des détour­ne­ments de conscience. Si inté­res­santes soient les solu­tions théo­riques de M. Friot, elles n’ap­portent aucun cré­dits à ses ana­lyses de la situation.

      Réponse
  3. LEBRUN

    Vous êtes bien brave mon­sieur Chouard !
    Mais quand même, je ne peux que m’in­ter­ro­ger, mal­gré tout, mal­gré vous, et en ver­tu de cette cohé­rence logique que vous déployez si bien, et qui consti­tue le ferment de l’hon­nê­te­té intel­lec­tuelle, (dont tous ceux qui vous lapident… manquent…), Mon­sieur Robert devait bien savoir, ou alors il est puceau… ce dont je doute, vu le, les guê­piers dont il s’est dépar­ti, que en pla­çant Entho­ven bis, le résul­tat était acquis d’a­vance pour eux.…
    Que diable avez-vous été faire dans cette galère ?
    Ces écueils, capi­taine, sont bali­sés… qu’a­vez-vous per­du comme temps avec E.L. qui ne peut par ata­visme rien concéder…
    Vous êtes trop bons, du pain béni pour ces gens…
    nous n’a­vons pas rivé dans nos gênes cette par­ti­cu­la­ri­té d’être habile à chi­ca­ner sur tout et rien… nous avons trop le sens du but à atteindre… nous sommes en mou­ve­ment (je n’ose pas écrire « en m—– ».
    Eux n’ont qu’une rente de situa­tion à faire per­du­rer, entre eux… les uns les autres, au détri­ment de tous les autres…
    Venez à Manille évo­quer la pro­blé­ma­tique qui vous vaut de tels oukase… per­sonne ne vous com­pren­dra… non plus à Madagascar…
    Et à l’op­po­sé l’autre sorte de vos oppo­sants eux sont vic­times (eux aus­si…) par contre du syn­drome d’a­voir dû long­temps, trop long­temps, été « cryp­to-… » mar­gi­naux… tel Media­part, Libé, etc…avec les mêmes effets, refus dans leur cas de s’au­to-psy­cha­na­ly­ser même au détri­ment du moindre espoir de voir les choses changer…
    Mon­sieur Chouard vous nous man­quez !, même si tel­le­ment angélique !
    claude Lebrun

    Réponse
    • Dom GDziD

      Non Claude,
      Étienne n’est pas « bien brave » !
      Il est tout « sim­ple­ment », comme vous l’é­cri­vez vous-mêmes :
      « […] cette cohé­rence logique que vous déployez si bien, et qui consti­tue le ferment de l’honnêteté intellectuelle […] »
      Car, si Étienne entrait dans leur « jeu » il per­drait, de fac­to, ce que jus­te­ment vous lui recon­nais­sez comme une qua­li­té pre­mière : son hon­nê­te­té intel­lec­tuelle viscérale !
      bien à vous 😉

      Réponse
  4. gonzalez

    Bon­jour,
    Sans doute avez vous déjà connais­sance de ces trois petits mon­tages bien enle­vés qui vous concernent, mais n’en étant pas cer­taine, je tiens à vous les par­ta­ger car c’est ce qui m’a fait le plus chaud au cœur depuis la décon­ve­nue de votre entre­tient avec les sieurs Robert et Ein­tho­ven sur le média.
    https://​you​tu​.be/​T​0​s​3​c​m​5​e​0NQ
    https://​you​tu​.be/​T​D​P​g​a​1​S​Q​HjA
    https://​you​tu​.be/​T​N​1​i​s​M​2​G​lRU
    Pour ma part j’ai appré­cié de bout en bout la façon dont vous avez négo­cié cette « aven­ture », car j’ai cru com­prendre exac­te­ment que vous refu­siez d’en rabattre sur la liber­té d’ex­pres­sion, tout en pre­nant sur vos épaules toutes les consé­quences de l’in­com­pré­hen­sion géné­rale de votre posi­tion. Et ce cou­rage incom­pris m’a touchée.
    Pre­nez bien soin de vous, car votre puis­sante pen­sée est une joie pour tous les gens honnêtes.
    Toutes mes amitiés.

    Réponse
  5. BlueMan

    Même en t’ayant plan­té un poi­gnard dans le dos avec un com­plice, tu conti­nues à ne pas voir la vraie nature de ce type… ^^

    Étienne, tu deviens aveugle : Denis Robert est un traître. Il en a tous les signes fac­tuels, et même sa phy­sio­no­mie et son expres­sion ver­bale suintent la trahison.

    Écoutes bien mon ami : la seule chose qu’on puisse attendre d’un traître, c’est une tra­hi­son encore plus grande.

    S’il te plaît, fais plus atten­tion aux gens à qui tu accordes ta confiance. Tous les êtres humains ne se valent pas. Il y a des gens gen­tils et hono­rables, mais il y a aus­si des per­vers et des gens vrai­ment malveillants.

    Ami­tiés.

    Réponse
      • BlueMan

        PAS D’ACCORD !

        Le Christ n’est pas venu pour appor­ter la paix à la Terre, mais le feu et la division.

        Il faut sépa­rer le grain de l’i­vraie, et jeter l’i­vraie au feu.

        Per­mettre à toutes les forces, bonnes ou mau­vaises, de se mélan­ger dans un glou­bi-boul­ga n’est pro­fi­table qu’aux forces du Mal. 

        Il faut appe­ler un chat, un chat, et fuir le poli­ti­que­ment cor­rect dont nous sommes tous en train de cre­ver à petit feu.

        Aux chiottes votre Com­mu­ni­ca­tion Non Violente !

        Ce qui ne veut pas dire qu’il faut être violent constam­ment dans la forme, mais qu’il faut savoir don­ner le coup de poing quand il faut, ou dit autre­ment savoir prendre le tau­reau par les cornes au moment appro­prié en par­lant droit et clair.

        L’ex­pé­rience intel­li­gente de toute néces­site l’é­tat psy­cho­lo­gique et l’ac­tion cor­res­pon­dants à chaque situation.

        Bonne jour­née.

        Réponse
        • Berberis

          Par les mots de l’a­mour, le Christ a divi­sé, entre ceux qui cher­chaient en pre­mier la véri­té et ceux qui cher­chaient uni­que­ment ou au pre­mier plan, leur inté­rêt bas­se­ment matériels.
          La véri­té tranche, la véri­té de cha­cun, c’est la déci­sion propre.
          La vraie vie est la vie qui apporte la paix à tous, sauf à ceux qui ne veulent faire aucun effort.
          La vraie paix demande des efforts de la part de tous.
          Entre le faux confort de l’é­goïste ou la san­té, il faut choisir.
          Le Christ était intran­si­geant sur le lan­gage de l’a­mour, on ne mar­chande pas celui-ci.
          L’homme est sujet et non objet et il doit se com­por­ter comme tel et non se lais­ser ache­ter pour de vul­gaires objets.

          Réponse
    • Dom GDziD

      Si nous vou­lons qu’ad­vienne une socié­té paci­fiée et non-vio­lente, nous devons aller à la « ren­contre » de TOUTES et TOUS, dans l’ou­ver­ture et la clar­té d’es­prit qui nous per­met d’ac­cueillir les « besoins » des autres ET d’ex­pri­mer les nôtres dans la bienveillance.
      Et c’est ce que, jus­te­ment, fait Étienne à chaque ins­tant ! Com­ment pour­rait-on lui repro­cher de faire ce tra­vail « d’hu­ma­ni­tude » ? (mer­ci Jacques Testart!)
      Com­ment avoir une telle socié­té si nous com­men­çons d’emblée par reje­ter TOUT ce qui ne pense pas comme nous?…
      Sommes-nous les seuls déten­deur de LA« vérité »?…
      Pour ma part, je ne pense pas. « Elle » est mul­tiple, à l’i­mage de cha­cun et cha­cune d’entre nous.
      Alors com­ment pou­vons-nous nous pré­va­loir « d’a­voir » UNE véri­té « supé­rieure » aux autres ? Ce serait bien pré­somp­tueux de notre part !
      La vraie démo­cra­tie se doit d’être inclu­sive de et dans la diver­si­té, je ne vois pas d’autres alternatives.
      😉

      Réponse
  6. Dom GDziD

    Et, à pro­pos de « véri­té », quelques réflexions… qui ne te sur­pren­drons pas Étienne!!!:

    Tout ce que nous appe­lons « véri­té » n’est que croyance et ce dans tous les domaines Y COMPRIS scientifique. 

    Un esprit véri­ta­ble­ment « libre », est prêt à remettre en ques­tion en per­ma­nence ses croyances ou véri­tés, car il-elle sait qu’elles ne sont que le fruit d’un envi­ron­ne­ment, au sens large, à un ins­tant T et dans un lieu donné.

    Pre­nons l’exemple de : » la terre est plate » !

    Cela était consi­dé­ré comme une « véri­té » avec « démons­tra­tion » à l’ap­pui en occi­dent et au moyen-âge. Et plu­sieurs siècles plus tard nous nous gaus­sons de ce que nous appe­lons MAINTENANT « croyance »…

    Mais ne nous leur­rons pas, TOUT est croyance ! La seule chose est de savoir si nous y sommes atta­ché-e‑s ?

    Si oui, cela devient, pour nous, LA vérité !
    Et c’est là que les « ennuis » com­mencent, si je puis dire!!!

    Car pour défendre « sa » croyance, par­don, « véri­té », cer­tains sont prêt aux pires extré­mi­tés pour l’im­po­ser aux autres…
    Rap­pe­lons-nous de ce qui c’est pas­sé au moyen-âge, en occi­dent pour ceux-celles qui osaient remettre en cause la véri­té : « la terre est plate…
    Je constate qu’exac­te­ment le même prin­cipe est tou­jours à l’œuvre aujourd’­hui et ce par­tout dans le monde et dans TOUS les domaines : reli­gieux tou­jours, évi­dem­ment, mais éga­le­ment dans les domaines scien­ti­fiques, poli­tiques, éco­no­miques, moné­taires, etc., etc.
    Et regar­dez com­bien de morts, nos atta­che­ments à nos croyances, conti­nuent de géné­rer par­tout sur cette pla­nète, à com­men­cer chez-nous…
    Car oui les pauvres qui meurent dans la rue, en France en 2019, faute de soins, d’un toit, de nour­ri­ture… sont le résul­tat de la croyance que le sys­tème capi­ta­lisme, avec sa concur­rence soit disant « libre » et non faus­sée, est le seul sys­tème envi­sa­geable et ce, mal­gré tous les morts et les des­truc­tions qu’il génère PARTOUT à tra­vers le monde…

    Voi­là où nous conduit « l’AT­TA­CHE­MENT » à nos croyances !

    « Avoir » des croyances, certes, mais ne pas y « être » atta­ché c’est mieux !

    Réponse
  7. ève

    Dans un temps anté­rieur , don­nant la parole à M. Aude Lan­ce­lin et à ses invi­tés , le média avait tout de même à l« époque une écoute qui ne ces­sait de grandir !
    Cette émis­sion  » vrai­ment poli­tique  » a été arrê­tée sans avoir conscience de l’im­por­tance de son écoute !
    J’ai lu sur le défi­le­ment d’un  » tchat  » qu’une res­tric­tion d’ex­pres­sion avait été impo­sée à M. Lancelin .
    Soit ! Une que­relle interne , ça peut arriver !
    Plus tard , j’ai vision­né cette vidéo avant les élec­tions , donc je pense avoir com­pris le mes­sage mer­veilleux déli­vré au député .
    Rien à ajou­ter , sinon que j« ai beau­coup appré­cié l’ensemble !
    Mais la sur­prise fût déme­su­rée quand l’in­sis­tance des deux com­pères chaus­sés comme des ‘va‑t« en guerre’ ont fait leur « bou­lot » de jour­na­listes .…genre bfm , sur une ques­tion dont on nous rebat les oreilles depuis si longtemps !
    Pour­quoi tant de téna­ci­té sur un sujet non pas à oublier , mais à vivre avec toutes les plaies ouvertes et appar­te­nant au pas­sé ! Celles-là et tant d’autres .….DONT ON NE PARLE JAMAIS !
    Ce qu’on ne dit pas :
    Cette guerre de 39–45 , vou­lue par ceux qui ont mis Hit­ler au pou­voir par peur du front popu­laire , est la conti­nui­té du FCFA IMPOSÉ aux états Afri­cains ! Peu importe ce que vous croyez ou non , .….il est bon dans ce milieu de rap­pe­ler par tous les moyens qui est le patron , et c’est encore mieux si on peut en évin­cer les nobles pen­seurs aux idées abo­lis­santes de l’oligarchie !
    Lequel des deux a inci­té ou s’est lais­sé entrai­ner ? On sau­ra jamais .…
    et on s’en fiche ! Ne regar­der que les dégâts sur­mon­tés d’un incroyable et durable sou­tien envers vous qui per­met de conti­nuer dans la confiance !
    Cela n’a pas de prix , sauf sûre­ment des endu­rances vous concer­nant personnellement !
    Pour Denis Robert , on peut faire ce que l’on veut dans SA tri­bune , à condi­tion d’a­voir les reins bien solides ! Ça ne veut pas dire qu’on soit mal­veillant , mais plu­tôt crédule !
    Tou­jours pas de Mer­ci qui est si ano­din ici !
    Bonne ren­trée si vous tra­vaillez toujours !
    ève

    Réponse
  8. Pierre

    Avec le recul je me dis que dans une démo­cra­tie qui fonc­tionne bien la majo­ri­té des citoyens devraient avoir les 3 carac­té­ris­tiques suivantes :

    1‑La bien­veillance et la volon­té de cher­cher le bien commun.
    2‑L’intelligence et la capa­ci­té de com­prendre com­ment les choses fonctionnent.
    3‑Le goût de la liber­té indi­vi­duelle et col­lec­tive, supé­rieur à celui du confort ou de la sécurité.

    Si tous les être humains avaient ces trois carac­té­ris­tiques, alors non seule­ment la démo­cra­tie fonc­tion­ne­rait très bien, mais elle serait inévitable.

    Mal­heu­reu­se­ment avec le recul post-gilets jaunes, je me rend compte que seule une petite mino­ri­té réunit ces 3 carac­té­ris­tiques. Alors je me demande com­ment on peut vrai­ment amé­lio­rer les choses par la démo­cra­tie si le peuple est com­po­sé de per­sonnes qui ne cherchent pas le bien com­mun et qui ont des accès de mal­veillance, ou bien qui ne com­prennent rien, ou bien qui ont besoin d’o­béir à un maître qui les ras­surent plu­tôt que d’être libre et d’as­su­mer la res­pon­sa­bi­li­té de son destin.

    Cela s’ap­plique éga­le­ment à tous les pro­jets cryp­to-anar­chistes (logi­ciel libre, cryp­to-monaies, com­mu­ni­ca­tions chif­frées), dont le but pre­mier qui est louable ne touche qu’une minorité.

    Réponse
    • F68.10

      Solu­tion : recher­cher les gens qui satis­font à ces trois cri­tères, et s’or­ga­ni­ser avec eux pour assai­nir le cli­mat déli­rant actuel de la scène du débat public.

      Plus le temps passe, et plus je me dis que l’é­co­sys­tème per­met­tant à un débat ration­nel d’é­mer­ger est plus impor­tant que le jeu poli­tique lui-même.

      Vaste pro­gramme.

      Réponse
  9. joss

    Débat sur les mêmes thèmes en Ita­lie, même diag­nos­tique sur la consti­tu­tion, la sou­ve­rai­ne­té moné­taire, la démo­cra­tie, les trai­tés euro­péens et le néo­li­bé­ra­lisme (la tra­duc­tion auto­ma­tique fonc­tionne mais pas tou­jours cor­rect), nous ne sommes pas seuls :
    https://​you​tu​.be/​L​l​p​i​w​o​8​_​98k

    1. La Consti­tu­tion passe en premier
    La Consti­tu­tion, dans le sys­tème juri­dique ita­lien, est une loi supé­rieure à toutes les autres. Cela signi­fie qu’elle est hié­rar­chi­que­ment supé­rieure non seule­ment aux lois ordi­naires et au droit déri­vé, mais aus­si aux trai­tés inter­na­tio­naux, y com­pris les trai­tés euro­péens, qui entrent dans notre sys­tème par le biais d’une loi d’ap­pli­ca­tion ; sinon, ils n’ont aucune valeur au sein des fron­tières nationales.
    Com­ment est-il jus­ti­fié, par exemple, d’in­tro­duire un bud­get en équi­libre à l’ar­ticle 81 de la Consti­tu­tion, un article qui viole de manière fla­grante les prin­cipes démo­cra­tiques expri­més par l’As­sem­blée constituante ?

    2. La sou­ve­rai­ne­té n’est pas trans­fé­rable (mais a été transférée)
    Le deuxième ali­néa de l’ar­ticle 1 de la Consti­tu­tion dis­pose : « La sou­ve­rai­ne­té appar­tient au peuple qui l’exerce dans les formes et les limites de la Consti­tu­tion ». Les verbes « appar­tient » et « exerce » sont d’une impor­tance fon­da­men­tale. Un régime peut être défi­ni comme démo­cra­tique si, et dans la mesure où, les fonc­tions fon­da­men­tales de l’É­tat sont attri­buées au peuple d’une manière per­ma­nente et inéluctable.
    Contrai­re­ment à ce prin­cipe, la sou­ve­rai­ne­té est aujourd’­hui trans­fé­rée à des appa­reils supra­na­tio­naux qui ne répondent pas aux exi­gences de la démo­cra­tie : ils ne sont pas élus direc­te­ment par le peuple et n’ont aucune res­pon­sa­bi­li­té poli­tique. On peut donc dire qu’en fait, aujourd’­hui, on n’est plus en démocratie.

    3. L’I­ta­lie a per­du sa sou­ve­rai­ne­té monétaire
    L’I­ta­lie a trans­fé­ré la com­pé­tence exclu­sive en matière de poli­tique moné­taire. En ce sens, elle est deve­nue un non-État. La BCE est indé­pen­dante du pou­voir poli­tique et donc de la démo­cra­tie. L’i­dée que l’É­tat puisse exer­cer un rési­du de sou­ve­rai­ne­té moné­taire, après avoir com­plè­te­ment cédé la pla­ni­fi­ca­tion éco­no­mique et finan­cière aux organes de com­man­de­ment de l’U­nion euro­péenne, est une idée naïve, illu­soire et dangereuse. 

    4. L’I­ta­lie a per­du sa sou­ve­rai­ne­té fiscale
    En adhé­rant au pacte fis­cal, l’I­ta­lie a sou­mis son bud­get à une sur­veillance très étroite de l’UE, excluant effec­ti­ve­ment toute poli­tique éco­no­mique d’un bud­get par­le­men­taire appro­fon­di. La poli­tique bud­gé­taire est celle qui concerne les recettes et les dépenses de l’É­tat, c’est-à-dire ce que l’É­tat per­çoit par le biais du pré­lè­ve­ment fis­cal et ce que l’É­tat nous rend par les dépenses publiques. La dif­fé­rence entre les recettes et les dépenses, ce qu’on appelle le solde pri­maire, est essen­tiel­le­ment le bud­get de l’É­tat. Selon les dis­po­si­tions actuelles de la légis­la­tion euro­péenne, les gou­ver­ne­ments des États membres sont tenus de sou­mettre tout acte de poli­tique moné­taire, fis­cale et bud­gé­taire au contrôle strict de l’UE, se pri­vant ain­si d’une des fonc­tions démo­cra­tiques fon­da­men­tales ini­tia­le­ment réser­vées au peuple par notre Constitution. 

    5. Plein emploi et autres expres­sions cos­mé­tiques des trai­tés européens
    Le terme « plein emploi », selon la vision consti­tu­tion­nelle, peut être défi­ni comme l’u­ti­li­sa­tion maxi­male pos­sible de la main-d’œuvre dis­po­nible. Tech­ni­que­ment, le plein emploi se pro­duit lorsque le chô­mage tombe en des­sous de 4% (un mini­mum de chô­mage est physiologique).
    Le concept de plein emploi est lit­té­ra­le­ment repris par les trai­tés euro­péens. Cepen­dant, il ne faut pas se leur­rer : il ne s’a­git pas de la vision consti­tu­tion­nelle expo­sée ci-des­sus, mais d’une vision dif­fé­rente, dia­mé­tra­le­ment oppo­sée. En effet, selon les trai­tés euro­péens, le plein emploi n’est pas un objec­tif de l’U­nion euro­péenne, mais un effet ten­dan­ciel de l’é­co­no­mie sociale de mar­ché hau­te­ment com­pé­ti­tive à la base des poli­tiques euro­péennes (art. 3 TUE). La forte com­pé­ti­ti­vi­té, à la base du modèle libé­ral néo­clas­sique, est tou­jours mise en pre­mière place par les trai­tés euro­péens, et consti­tue la base du fonc­tion­ne­ment du mar­ché inté­rieur libre ; un mar­ché libre qui, seul, favo­ri­se­ra le plein emploi (art. 151 TUE). Par consé­quent, selon la vision néo­li­bé­rale, l’hy­per-com­pé­ti­ti­vi­té du mar­ché favo­rise le plein emploi de manière auto­ma­tique, comme un effet naturel.
    Mais alors, si le prin­ci­pal objec­tif décla­ré de l’UE est la sta­bi­li­té des prix, com­ment un entre­pre­neur peut-il aug­men­ter son béné­fice s’il ne peut aug­men­ter le coût du produit ?

    Réponse
  10. Faird

    Cher Etienne,

    Ne connais­sant évi­dem­ment pas Denis Robert comme vous, je suis cepen­dant prêt de mon côté à accor­der le béné­fice du doute dans /l’Affaire/ en question.

    Ce qui per­siste à me déran­ger cepen­dant, est un pro­blème logique, et le voici :

    Si Denis Robert était et demeure effec­ti­ve­ment bien­veillant à votre égard, pour­quoi n’a-t’il pris votre défense à aucun moment devant les innom­brables attaques (bel et bien mal­veillantes et de pure mau­vaise foi, elles) et (il faut bien les appe­ler par leurs noms) calom­nies dont vous avez fait l’ob­jet suite à l’in­ter­view faite ensemble ?

    Si l’on tient Denis Robert pour une per­sonne qui vous veut du bien, son atti­tude depuis lors ne consti­tue-t’elle pas un paradoxe ?

    – Farid

    Réponse
  11. germaine

    Ouvrez sim­ple­ment vos yeux et vos oreilles, tout est là devant vous !

    Réponse
  12. LaProuj

    Je pro­pose une « lec­ture » per­son­nelle de ces deux sujets : l’ITV sur LeMé­diaTV et cette réponse d’Étienne.
    D’une part il nous dit : « Denis Robert a fait ce qu’il a pu à ce moment là ». Il ne lui prête pas d’in­ten­tions, il lui recon­naît le droit d’être ce qu’il est à un ins­tant don­né, dans une situa­tion don­née… sans en conclure que l’in­di­vi­du se résume à ce qu’il a fait à cet instant.
    D’autre part, au cours de l’in­ter­view, il montre nous montre ce que pour­rait être un homme conscient de ses capa­ci­tés et de ses limites, et refu­sant de se confor­mer à une ligne de pen­sée qu’on cherche à lui impo­ser. On com­prend pour­quoi il cite spon­ta­né­ment 1984 !…
    Si ses « pro­cu­reurs », et la meute hur­lante du net, avaient pris la peine de visi­ter ce site et d’é­plu­cher les liens qui y figurent, ils auraient vu que son posi­tion­ne­ment poli­tique est sans la moindre ambigüi­té. S’ils ne l’ont pas fait, ce ne sont pas des pro­fes­sion­nels. Et si l’on fait, ils sont sim­ple­ment de mau­vaise foi (encore que je dis­tingue D. Robert du roquet qui aboyait à ses côtés…).
    Dis, Étienne… com­ment tu fais pour évi­ter la colère et le res­sen­ti­ment ? En tout cas, tu as tout mon soutien.

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Voyage constituant au Québec, début juin 2024

Voyage constituant au Québec, début juin 2024

Chers amis, Je vais enfin rencontrer les copains québécois constituants 🤗 On va évidemment réfléchir ensemble à une constitution d'origine citoyenne pour le Québec libre 🙂 Je pars pour Montréal ce 1er juin et mon périple durera une quinzaine de jours....