[ROBOTS TUEURS] Big Brother n’aura bientôt plus besoin de snipers, si nous n’apprenons pas (très vite) à limiter nous-mêmes ses pouvoirs. Lisez Grégoire Chamayou : Théorie du drone !

22/11/2017 | 10 commentaires

Les ateliers constituants populaires (quotidiens et contagieux) ne sont pas « théoriques » : ils sont une réaction sociale de survie, pragmatique et ultra-prioritaire

À lire absolument : 

Théorie du drone, par Grégoire Chamayou

https://​lafa​brique​.atheles​.org/​l​i​v​r​e​s​/​t​h​e​o​r​i​e​d​u​d​r​o​ne/
Nom­breux extraits dans ma page ‘Pré­cieuses pépites’ (cher­chez ‘Cha­mayou’) :

« Les grandes conquêtes impé­riales qui furent les nôtres à l’autre bout de la terre parce que nous pos­sé­dions la mitrailleuse Maxim et, qu’en face, ils n’avaient que des sagaies, nous revien­dront en mémoire à la vue de ces nou­veaux exploits, où le sang ne cou­le­ra plus, ou du moins plus de notre côté, car nous aurons les groupes télé­chi­riques [machines com­man­dées à dis­tance], alors qu’eux, les pauvres, n’auront que du napalm et du gaz mou­tarde à leur opposer. »
Ano­nyme, 14 mai 1964, cité par Gré­goire Cha­mayou dans « Théo­rie du drone », p 39.

Les res­sorts dif­fé­ren­tiels de l’indignation morale ont leurs mys­tères. Tan­dis que la chasse vir­tuelle aux ani­maux sus­ci­tait un scan­dale à peu près uni­ver­sel, la chasse à l’homme télé­com­man­dée pou­vait, à la même époque, prendre tran­quille­ment son essor, dans des formes simi­laires, sans que per­sonne, par­mi ces mêmes acteurs, n’y trou­vât rien à redire.
Gré­goire Cha­mayou, « Théo­rie du drone », p 49.

Une guerre qui requiert de notre part une chasse à l’homme internationale.
George W. Bush, 14 février 2003, cité par Gré­goire Cha­mayou dans « Théo­rie du drone », p 49.

En 2001, Donald Rum­sfeld s’était convain­cu que « les tech­niques uti­li­sées par les Israé­liens contre les Pales­ti­niens pou­vaient tout sim­ple­ment être déployées à grande échelle ». Il pen­sait sur­tout aux pro­grammes d’ « assas­si­nats ciblés » dont l’État d’Israël venait de recon­naître offi­ciel­le­ment l’existence. Les ter­ri­toires occu­pés étant deve­nus, comme l’explique Eyal Weiz­man, « le plus grand labo­ra­toire du monde pour les tha­na­to­tac­tiques aéro­por­tées », il n’était pas éton­nant que celles-ci soient exportées.

Mais il res­tait un pro­blème : « com­ment orga­ni­ser le dépar­te­ment de la Défense pour les chasses à l’homme ? À l’évidence, confiait Rum­sfeld en 2002, nous ne sommes pas bien orga­ni­sés pour cela à l’heure actuelle. » L’appareil mili­taire états-unien n’était pas prêt, au début des années 2000, a assu­rer effi­ca­ce­ment à l’échelle mon­diale des mis­sions habi­tuel­le­ment dévo­lues à la police dans l’espace domes­tique : l’identification, la traque, la loca­li­sa­tion et la cap­ture ─ mais plu­tôt dans les faits, l’élimination phy­sique ─ d’individus suspects.
Gré­goire Cha­mayou, « Théo­rie du drone », p 50.

 
Quoi qu’il en soit, il fal­lut s’attacher à défi­nir et impo­ser une nou­velle doc­trine stra­té­gique. Des cher­cheurs tra­vaillèrent à énon­cer les « prin­cipes théo­riques de la chasse à l’homme » des­ti­nés à ser­vir de cadre à ces opé­ra­tions. George A. Craw­ford les résu­ma dans un rap­port publié en 2009 […] Ce texte, qui se pro­po­sait de « faire de la chasse à l’homme un des fon­de­ments de la stra­té­gie état­su­nienne », en appe­lait notam­ment à créer une « agence natio­nale de la chasse à l’homme », ins­tru­ment indis­pen­sable pour « bâtir une force de chasse à l’homme du futur ».
Gré­goire Cha­mayou, « Théo­rie du drone », p 51.

David Rohde, jour­na­liste au New York Times kid­nap­pé en 2008 et déte­nu au Wazi­ris­tan pen­dant sept mois, fut l’un des pre­miers occi­den­taux à décrire les effets que cette sur­veillance létale per­sis­tante pro­duit sur les popu­la­tions qui la subissent. Évo­quant un « enfer sur terre », il ajoute : « les drones étaient ter­ri­fiants. Depuis le sol, il est impos­sible de déter­mi­ner qui ou quoi ils sont en train de tra­quer pen­dant qu’ils décrivent des cercles au-des­sus de votre tête. Le bour­don­ne­ment loin­tain du moteur sonne comme le rap­pel constant d’une mort immi­nente. […] Tout le monde a peur tout le temps. »
Gré­goire Cha­mayou, « Théo­rie du drone », p 67.

« C’est le plus étrange des rituels bureau­cra­tiques : toutes les semaines, plus d’une cen­taine de membres du ten­ta­cu­laire appa­reil de sécu­ri­té natio­nale se réunissent par télé­con­fé­rence sécu­ri­sée pour dis­ser­ter des bio­gra­phies de ter­ro­ristes pré­su­més et dési­gner au pré­sident ceux qui doivent être les pro­chains à mou­rir. » Cette réunion heb­do­ma­daire a été sur­nom­mée, à Washing­ton, le « mar­di de la ter­reur ». Une fois éta­blie, la liste des nomi­nés part à la Mai­son blanche, où le pré­sident [Oba­ma] approuve per­son­nel­le­ment, de façon orale, chaque nom. La « kill list » ayant ain­si été vali­dée, les drones se chargent du reste.

Les cri­tères per­ti­nents, pour l’établissement de ces listes de condam­nés à mort sans pro­cès, demeurent incon­nus. L’administration se refuse à toute pré­ci­sion en la matière.
Gré­goire Cha­mayou, « Théo­rie du drone », p 69.

 
Avec le concept de « guerre glo­bale contre la ter­reur », la vio­lence armée a per­du ses bornes tra­di­tion­nelles : indé­fi­nie dans le temps, elle l’est aus­si dans l’espace. Le monde entier, dit-on, est un champ de bataille. Mais il serait plus exact de dire un ter­rain de chasse. Car si le rayon de la vio­lence armée se glo­ba­lise, c’est au nom des impé­ra­tifs de la traque.
Gré­goire Cha­mayou, « Théo­rie du drone », p 79.

Comme le rap­pellent les théo­ri­ciens de la chasse à l’homme, « les fron­tières sou­ve­raines comptent par­mi les meilleurs alliés » qu’un fugi­tif puisse avoir.

La Com­mon Law anglaise auto­ri­sait autre­fois, dans les cam­pagnes, à « mener la chasse aux bêtes de proie nui­sibles, tels les renards et les putois, jusque sur la pro­prié­té d’autrui ; parce que détruire de telles créa­tures était répu­té d’intérêt public ». C’est ce genre de droit que vou­draient aujourd’hui s’arroger les États-Unis, pour des proies humaines, à l’échelle du monde. Il faut, résu­mait Paul Wol­fo­witz, « leur dénier tout sanctuaire ».

Ce qui se des­sine, c’est un pou­voir inva­sif se fon­dant moins sur une notion de droit de conquête que de droit de pour­suite. Un droit d’intrusion et d’empiètement uni­ver­sel qui auto­ri­se­rait à cou­rir sus à la proie par­tout où elle se réfugie […]

En deve­nant stra­to­sphé­rique, le pou­voir impé­rial modi­fie son rap­port à l’espace. Il s’agit moins d’occuper un ter­ri­toire que de le contrô­ler par le haut en s’assurant la maî­trise des airs. Eyal Weiz­man explique en ces termes tout un pan de la stra­té­gie israé­lienne contem­po­raine, qu’il décrit comme une « poli­tique de la ver­ti­ca­li­té ». Dans ce modèle, « tech­no­lo­gie plu­tôt qu’occupation », il s’agit de « main­te­nir la domi­na­tion sur des zones éva­cuées par d’autres moyens que le contrôle ter­ri­to­rial ». À cette ver­ti­ca­li­sa­tion du pou­voir cor­res­pond une forme d’autorité hors-sol, où tout, chaque indi­vi­du, chaque mai­son, chaque rue, « même le plus petit évé­ne­ment sur le ter­rain peut être sur­veillé, sou­mis à des mesures de police ou détruit depuis le ciel.
Gré­goire Cha­mayou, « Théo­rie du drone », p 80.

Lorsqu’elle est éta­blie, le but immé­diat d’une « kill box » [zone des­si­née sur une carte géo­gra­phique] est d’autoriser les forces aériennes à conduire des opé­ra­tions contre des cibles de sur­face sans autre coor­di­na­tion avec le com­man­de­ment. […] chaque cube devient alors une « zone auto­nome d’opération » pour les uni­tés com­bat­tantes qui en ont la charge. En clair, dans un cube don­né, feu à volon­té. Une « kill box » est une zone de tue­rie temporaire.
Gré­goire Cha­mayou, « Théo­rie du drone », p 83. 

 
Il s’agit en fait de nano-drones, des robots insectes auto­nomes capables de marau­der en essaim et de « navi­guer dans des espaces de plus en plus confi­nés ». Grâce à des engins de ce type, la vio­lence armée pour­rait s’exercer dans de tout petits espaces, dans des micro-cubes de mort. Plu­tôt que de détruire tout un immeuble pour éli­mi­ner un indi­vi­du, minia­tu­ri­ser l’arme, pas­ser dans les embra­sures et confi­ner l’impact de l’explosion télé­com­man­dée à une seule pièce, voire à un seul corps. Votre chambre ou votre bureau deviennent une zone de guerre. […]

En redé­fi­nis­sant la notion de zone de conflit armé comme un lieu mobile rat­ta­ché à la per­sonne de l’ennemi, on en arrive à reven­di­quer, sous cou­vert de droit des conflits armés, l’équivalent d’un droit à l’exécution extra­ju­di­ciaire éten­du au monde entier, même en zone de paix, contre tout sus­pect, hors pro­cé­dure, y com­pris contre ses propres citoyens.
Gré­goire Cha­mayou, « Théo­rie du drone », p 85–87.

La guerre de gué­rilla a tou­jours posé pro­blème à des grandes puis­sances régu­liè­re­ment empê­trées dans des conflits asy­mé­triques. […] Le drone appa­raît comme la réponse tar­dive à ce pro­blème his­to­rique : il retourne contre la gué­rilla, mais sous une forme radi­ca­le­ment abso­lu­ti­sée, son vieux prin­cipe : pri­ver l’ennemi d’ennemi. Un par­ti­san confron­té à une armée de drones ne dis­pose plus d’aucune cible à attaquer.
Gré­goire Cha­mayou, « Théo­rie du drone », p 93. 

Si vous faites quelque chose pen­dant suf­fi­sam­ment long­temps, le monde fini­ra par l’accepter. […] Le droit inter­na­tio­nal pro­gresse par des vio­la­tions. Nous avons inven­té la thèse de l’assassinat ciblé et il nous a fal­lu l’imposer.
Daniel Reis­ner, ancien direc­teur du dépar­te­ment juri­dique de l’armée israé­lienne, cité par Gré­goire Cha­mayou dans « Théo­rie du drone », p 231.


Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :

Pour m'aider et m'encourager à continuer, il est désormais possible de faire un don.
Un grand merci aux donatrices et donateurs : par ce geste, vous permettez à de beaux projets de voir le jour, pour notre cause commune.
Étienne

Catégorie(s) de l'article :

10 Commentaires

  1. Mickaël D.

    Bon­jour Etienne,

    Je me per­mets de quit­ter le silence et de pas­ser de simple spec­ta­teur à acteur (ce qui n’est pas mon habitude).

    Voi­ci plu­sieurs vidéos que je vous entends être dépi­té de ne pas com­prendre pour­quoi, (alors que vous arri­vez à convaincre rapi­de­ment quel­qu’un qui est, à la base, réti­cent à vos idées) l’i­dée du tirage au sort et de la reprise en main par nous-mêmes de la consti­tu­tion ne se pro­page pas plus vite, voir stagne à un cer­tain nombre de personnes.
    Après avoir appris beau­coup de chose de votre part, je vais ten­té d’ap­por­ter ma pierre à l’édifice.

    Comme vous l’a­vez com­pris et dit dans cer­taines vidéos, ça dépend du niveau de conscience de la per­sonne, mais être conscient du pro­blème ne suf­fit pas. C’est sur­tout le niveau de conscience géné­ral de la per­sonne qui importe si elle va inté­grer ou non l’i­dée dans sa vie.

    L’é­tude des niveaux de conscience est une « matière » très peu déve­lop­pé, voir inexis­tant en France. Pour­tant, elle est déter­mi­nante pour com­prendre le monde dans lequel on vit et com­ment il pour­rait évoluer.
    Un auteur comme Ken WILBER (phi­lo­sophe amé­ri­cain), énor­mé­ment publié dans le monde, peine à vendre en France.

    Pour faire simple, tout le monde sait à peu près que l’en­fant suit des niveaux de déve­lop­pe­ment qui font qu’un jour, vous ver­sez le liquide d’un petit verre dans un grand verre, il dira qu’il y a plus de liquide dans le grand verre. Puis un ou deux ans plus tard, vous refaites l’ex­pé­rience et il sau­ra que le grand verre contient la même pro­por­tion de liquide que le petit. Son niveau de conscience a évo­lué. C’est PIAGET qui a mis à jour ces « stades » de conscience. Sauf que l’on croit que ce déve­lop­pe­ment s’ar­rête magi­que­ment à 18 ans. Il n’en est rien et il est existe dif­fé­rents stades (ou niveaux) de conscience à l’âge adulte (je sim­pli­fie volon­tai­re­ment). Ces stades ont été repé­rés par beau­coup de cher­cheurs, mais Ken WILBER reste, le plus acces­sible. Il existe éga­le­ment la « Spi­rale Dyna­mique » de Don BECK, qui classe les sys­tèmes de valeur en fonc­tion du niveau de conscience (appe­lé « même »). C’est ce déve­lop­pe­ment que je vais prendre comme exemple pour expli­quer votre souci.

    Chaque même cor­res­pond à une cou­leur qui cor­res­pond à un sys­tème de valeur. Chaque humain suit la même évo­lu­tion en com­men­çant par beige, vio­let, rouge, bleu, orange, vert, jaune et tur­quoise (pour l’instant).

    Tou­jours pour faire simple, rouge cor­res­pond à la domi­na­tion par la force (je suis le plus fort donc j’ai rai­son, les sys­tèmes féo­daux par exemple), le bleu cor­res­pond à l’o­béis­sance au règle, à un dieu auto­ri­taire (les grandes reli­gions), ensuite orange cor­res­pond à l’es­prit ration­nel (la science comme auto­ri­té, le libé­ra­lisme, la démo­cra­tie), puis vient le vert qui, là où orange était ration­nel et donc lais­sait les émo­tions de côté, lui prend en compte les émo­tions, voir trop. Vert refuse éga­le­ment les hié­rar­chies (mul­ti­cul­tu­ra­lisme, décons­truc­ti­visme, fémi­nisme…). Jusque là, chaque même trouve que l’autre même est un con.

    Puis, on passe au niveau supé­rieur (appe­lé deuxième palier) avec le même jaune, là où les gens com­mencent à se prendre en main, com­prennent qu’ils sont arri­vés là parce qu’ils sont pas­sés par tous les stades pré­cé­dents, com­prennent qu’il existe des hié­rar­chies natu­relles (contraire des hié­rar­chies auto­ri­taires), voient la vie plus de façon sys­té­mique. Je passe sur tur­quoise qui n’a pas grand inté­rêt pour notre démonstration.

    Le tirage au sort, comme la prise en main de la consti­tu­tion par le peuple est une idée plu­tôt jaune et, comme le dit un dis­ciple de WILBER, cela ne peut mar­cher que si la majo­ri­té de la popu­la­tion à un niveau de conscience jaune.

    Or, le compte n’y est pas. Dans nos socié­té occi­den­tales, 70% se situe entre bleu et orange, 20% est vert et seule­ment 1% est jaune (et encore, je pense que c’est très opti­miste). Faites le compte, le reste est en des­sous de bleu.

    Donc si 1 % veulent deve­nir indé­pen­dants, se gérer sans repré­sen­tants élus, sans chefs, ça n’est pas le cas de 99% de la popu­la­tion. Et même si jaune arrive à convaincre vert, il faut que vert passe une majo­ri­té de ces valeurs à jaune, et contrai­re­ment à ce que pense Michel ONFRAY, quand il juge la vali­di­té d’un phi­lo­sophe sur son vécu et non sur ses écrits, la pen­sée pré­cède tou­jours les actes, il faut tou­jours un cer­tain temps pour que la pen­sée passe en action (faire le deuil de son ancien sys­tème). Tout ça prend énor­mé­ment de temps, pour une per­sonne iso­lée, ça peut aller plus vite, mais pour une popu­la­tion, on parle en géné­ra­tion (et encore, au plus on monte en même, au plus ça va vite). Et si vous vou­lez convaincre orange ou bleu, ils seront de toute façon obli­gés de pas­ser par les autres stades avant d’ar­ri­ver à jaune (de toute façon, ce sont les per­sonnes qui ne veulent même pas en entendre parler).

    Ca peut paraître déses­pé­rant, mais c’est un fait.

    Et donc quand vous par­lez de la cause des causes, il y a éga­le­ment la cause de la cause des causes, c’est-à-dire le niveau de conscience général.

    Pour ceux que ça inté­resse, je mets le lien d’ « Un entre­tien avec Ken WILBER » qui parle de la spi­rale de BECK (et qui en parle lar­ge­ment mieux que moi).
    http://​www​.human​-side​.com/​w​i​l​b​e​r​/​I​n​t​e​r​v​i​e​w​S​h​a​m​b​1​.​htm

    Ensuite, il y a le livre  » La spi­rale dyna­mique » de Fabien et Patri­cia CHABREUIL (sinon, il y a de nom­breux sites qui en parle plu­tôt bien).

    Enfin, les livres de Ken WILBER tra­duits en fran­çais, avec « Une brève his­toire de tout » que je conseille for­te­ment, mais « Le livre de la vision inté­grale » est très bien aus­si pour commencer.

    Mickaël D.

    Réponse
    • Thierry Saladin

      Bon­jour Mickaël D,
      Très inté­res­sant, ce petit expo­sé sur les niveaux de conscience. Merci.
      Je com­mence à mieux com­prendre cer­taines choses, main­te­nant que je vous ai lu.
      Je vais creu­ser le sujet.
      Pour en reve­nir à la rédac­tion de la Consti­tu­tion par le peuple fran­çais, eh bien les riches n’ont qu’à se frot­ter les mains : le temps joue pour eux. Hélas.
      Cordialement.
      Thierry

      Réponse
  2. ève

    Tu m’fous la trouille avec tes trucs !
    Comme çà , ils vont pou­voir lever l’é­tat d’ur­gence , plus de débats sur le sujet , et sur bien d’autres !
    Démon­ter leurs programmes .…
    Ben bonne nuit , je ne vais pas pou­voir dor­mir moi

    Réponse
    • ève

      Eh bien sûr , s’ils auto­ma­tisent la bourse de Ber­lin , ils ont pro­ba­ble­ment pen­ser à une géné­ra­trice de secours en cas de panne .…..
      Une bonne rai­son pour le FN de cher­cher le pou­voir absolu …
      mais pas seule­ment eux !
      Je ne sais pas si une consti­tu­tion popu­laire chan­ge­rait les pro­jets de ces cin­glés , mais ne pas aban­don­ner , cha­cun à sa hauteur !
      Mer­ci pour ces infos capitales

      Réponse
  3. ève

    Au moins , nous savons à peu près où nous allons maintenant !
    Beau­coup de points d’in­hu­ma­ni­té nous sont visibles actuel­le­ment , nos jeunes n’en semblent pas conscients ou en deviennent des adeptes par sou­ci de moder­nisme pour tou­jours aus­si en faire par­tie ! Cette vie de pro­grammes va nous les avaler !
    L’ archaïsme va souf­frir encore plus , nos traces vont dis­pa­raitre , les sui­vants ne trou­ve­ront que de la tôle et des ondes !
    Dans 5000 ans , seuls qques livres de démo­cra­tie gar­dés dans une bibli du midi seront lus dans toutes les écoles de cette ère nouvelle !
    Un tra­vail de titan a four­ni ce monsieur !
    Mer­ci à lui infiniment !
    Bonne semaine

    Réponse
  4. gracia

    A Mickaël D.

    Expo­sé inté­res­sant mais quels sont les niveaux de conscience dans des situa­tions d’ur­gence par rap­port à une situa­tion de normalité.
    Le jaune est-il tou­jours au plus bas ?
    Ce sont des théo­ries qui ne prennent pas en compte l’His­toire MAIS l’Humain.
    Il faut regar­der pour cela les évé­ne­ments sur un très long terme et croire que « l’im­pos­sible » est irréa­li­sable n’est pas un fait qui se véri­fie dans l’histoire.
    Tout est chan­ge­ment sur le plan his­to­rique. Du cli­mat, à l’économie,en pas­sant par les crises éner­gé­tiques et j’en passe ont accou­ché de l’imprévu.
    La chute du com­mu­nisme n’a pas atten­du que la popu­la­tion soit « jaune » ou verte ..mais la réa­li­té d’un régime mori­bond et « rouillé » de l’in­té­rieur. On ne peut sépa­rer l’Etre humain et l’His­toire. Ce sont 2 élé­ments qui s’interpénètrent à chaque instant..

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Voyage constituant au Québec, début juin 2024

Voyage constituant au Québec, début juin 2024

Chers amis, Je vais enfin rencontrer les copains québécois constituants 🤗 On va évidemment réfléchir ensemble à une constitution d'origine citoyenne pour le Québec libre 🙂 Je pars pour Montréal ce 1er juin et mon périple durera une quinzaine de jours....