Bruno Parmentier : Nourrir l’humanité ? [Thinkerview, EN DIRECT]

29/09/2017 | 20 commentaires

Ce type est pas­sion­nant, et c’est maintenant 🙂

Mer­ci Thinkerview 🙂

Pour m'aider et m'encourager à continuer, il est désormais possible de faire un don.
Un grand merci aux donatrices et donateurs : par ce geste, vous permettez à de beaux projets de voir le jour, pour notre cause commune.
Étienne

Catégorie(s) de l'article :

20 Commentaires

  1. etienne

    [vidéo] BRUNO PARMENTIER – « NOURRIR L’HUMANITÉ DU XXIE SIÈCLE SUR UNE PLANÈTE AUX RESSOURCES DÉCLINANTES »

    https://​webtv​.univ​-nantes​.fr/​f​i​c​h​e​/​5​8​8​6​/​b​r​u​n​o​-​p​a​r​m​e​n​t​i​e​r​-​n​o​u​r​r​i​r​-​l​-​h​u​m​a​n​i​t​e​-​d​u​-​x​x​i​e​-​s​i​e​c​l​e​-​s​u​r​-​u​n​e​-​p​l​a​n​e​t​e​-​a​u​x​-​r​e​s​s​o​u​r​c​e​s​-​d​e​c​l​i​n​a​n​tes

    RÉSUMÉ DE LA VIDÉO :

    Les pro­grès de l’a­gri­cul­ture ont été consi­dé­rables depuis 50 ans (quan­ti­té, qua­li­té, prix, etc). Mais la déré­gu­la­tion pro­voque des sou­bre­sauts dif­fi­ci­le­ment com­pa­tibles avec le déve­lop­pe­ment de l’a­gri­cul­ture. Et la « révo­lu­tion verte » ne tient plus ses promesses :

    1 mil­liard de per­sonnes ne mangent pas à leur faim, 1 autre mil­liard mangent mal, et la paix du monde dépend main­te­nant for­te­ment du moindre inci­dent cli­ma­tique dans les zones céréa­lières lequel pro­voque des pénu­ries puis­qu’on n’a plus assez de stocks dis­po­nibles (émeutes de la faim en 2007, prin­temps arabe en 2011).

    L’aug­men­ta­tion de la popu­la­tion mon­diale oblige à main­te­nir un fort rythme de crois­sance de la production.

    De nom­breuses per­sonnes changent de régime ali­men­taire, et se mettent à man­ger de la viande ou boire du lait, ce qui occa­sionne une nou­velle ponc­tion sur les res­sources de la planète.

    On gâche le tiers de la nour­ri­ture pro­duite dans le monde, et on uti­lise des terres agri­coles pour pro­duire de l’éner­gie et des matières pre­mières à usage industriel.

    Il va fal­loir aug­men­ter de 70 % la pro­duc­tion agri­cole mon­diale, et la tri­pler en Afrique.

    Nous allons devoir assu­mer les consé­quences de nos incon­sé­quences : le réchauf­fe­ment cli­ma­tique va chas­ser de très nom­breux agri­cul­teurs de leurs terres, et rendre plus com­pli­quée l’a­gri­cul­ture pour beau­coup d’autres. Les épi­dé­mies vont de mul­ti­plier au XXIe siècle. La baisse de la bio­di­ver­si­té repré­sente un dan­ger réel. Les terres s’épuisent.

    Si les solu­tions du XXe siècle ne marchent plus, Bru­no Par­men­tier nous pro­pose une ana­lyse argu­men­tée et des exemples de solu­tions dis­po­nibles pour répondre à ces enjeux fon­da­men­taux de déve­lop­pe­ment pour l’a­ve­nir de nos sociétés.

    Pré­sen­ta­tion de l’intervenant :

    Bru­no Par­men­tier est ancien direc­teur géné­ral de l’ESA (Ecole supé­rieure d’agriculture d’Angers). Il est l’au­teur du livre Nour­rir l’hu­ma­ni­té (Edi­tions La Décou­verte 2009, prix Ter­ra), de Man­ger tous et bien (Edi­tions du Seuil 2011) et de Faim zéro, en finir avec la faim dans le monde (Edi­tions La Décou­verte 2014) qui mettent l’accent sur les dif­fé­rents modes d’agricultures et sur nos pra­tiques alimentaires. 

    En savoir plus : http://​www​.nour​rir​-man​ger​.fr

    Les confé­rences de l’Université per­ma­nente de Nantes :

    L’Université de Nantes a confié à l’Université Per­ma­nente la mis­sion de per­mettre à tous de se culti­ver, d’apprendre en étant un pont entre l’établissement, ses ensei­gnants, ses cher­cheurs et tous les citoyens. Tout au long de l’année, l’Université per­ma­nente de Nantes orga­nise donc à Nantes, et dans toutes ses antennes (Por­nic, Saint-Bré­vin, Cha­teau­briant…), des cycles de confé­rence grand public ouverts à tous. Chaque année, près de 300 confé­rences sont orga­ni­sées cou­vrant un éven­tail très large de dis­ci­plines : lit­té­ra­ture, phi­lo­so­phie, socio­lo­gie, langues anciennes, his­toire, his­toire de l’art, ciné­ma et théâtre, géo­gra­phie, monde et ter­ri­toires, droit et socié­té, sciences, langues étrangères…

    Réponse
  2. Benoit

    « HSBC, Qatar, Paname Papers, Gol­den Chain de Ben Laden, Ara­bie Saou­dite, Al-Nosra…
    La majo­ri­té n’a eu que de mots pour reje­ter un à un tous nos amen­de­ments contre le finan­ce­ment du ter­ro­risme inter­na­tio­nal : « Avis défavorable. »
    Retour sur l’a­près-midi de jeu­di qui a agi­té l’As­sem­blée nationale. »

    Réponse
  3. BA

    Depuis mai 1974, les élec­teurs fran­çais votent tou­jours pour des hommes poli­tiques favo­rables à la construc­tion européenne.

    Pour­tant, quand nous com­pa­rons toutes les belles pro­messes des euro­péistes à ce que nous avons obte­nu dans le monde réel …

    … nous avons obte­nu exac­te­ment le contraire !

    En clair : nous avons obte­nu une régres­sion sociale historique.

    La ques­tion est donc :

    pour­quoi les élec­teurs fran­çais conti­nuent-ils à voter pour la construc­tion euro­péenne, alors que ces 43 années de construc­tion euro­péenne abou­tissent à une régres­sion sociale historique ?

    Cette ques­tion sera un mys­tère pour les his­to­riens du futur.

    C’est un suicide.

    C’est le sui­cide du peuple français.

    Jeu­di 28 sep­tembre 2017 :

    « Un raz-de-marée de la misère » : le pré­sident du Secours popu­laire par­ti­cu­liè­re­ment tou­ché par les retrai­tés qui demandent à manger.

    En marge de la mani­fes­ta­tion des retrai­tés contre la hausse de la CSG, Julien Lau­prêtre, pré­sident du Secours popu­laire, a témoi­gné jeu­di 28 sep­tembre sur fran­cein­fo du « drame » des per­sonnes âgées tou­chées par la pau­vre­té. Celui qui le touche « le plus ».

    « Le nombre de per­sonnes âgées qui viennent deman­der de l’aide au Secours popu­laire fran­çais est en aug­men­ta­tion crois­sante, a‑t-il détaillé. L’an­née der­nière, nous avons aidé trois mil­lions de per­sonnes en France et il y avait par­mi elles de nom­breux retrai­tés. C’est un raz-de-marée de la misère. »

    « C’est le drame qui me touche le plus, voir des retrai­tés qui ont tra­vaillé toute leur vie et qui viennent deman­der à man­ger au Secours popu­laire, c’est vrai­ment douloureux. »

    Julien Lau­prêtre a éga­le­ment poin­té « le drame de l’ac­cès aux soins » qui est « difficile ». 

    « Nous avons créé « les méde­cins du Secours popu­laire ». Nous avons pas­sé un par­te­na­riat avec l’Ordre natio­nal des méde­cins pour essayer de soi­gner les per­sonnes qui n’ont pas les moyens de le faire », a‑t-il expliqué. 

    http://​www​.fran​cet​vin​fo​.fr/​e​c​o​n​o​m​i​e​/​r​e​t​r​a​i​t​e​/​u​n​-​r​a​z​-​d​e​-​m​a​r​e​e​-​d​e​-​l​a​-​m​i​s​e​r​e​-​l​e​-​p​r​e​s​i​d​e​n​t​-​d​u​-​s​e​c​o​u​r​s​-​p​o​p​u​l​a​i​r​e​-​p​a​r​t​i​c​u​l​i​e​r​e​m​e​n​t​-​t​o​u​c​h​e​-​p​a​r​-​l​e​s​-​r​e​t​r​a​i​t​e​s​-​q​u​i​-​d​e​m​a​n​d​e​n​t​-​a​-​m​a​n​g​e​r​_​2​3​9​3​2​3​6​.​h​tml

    Réponse
  4. ève

    Il me semble qu’ avoir un endroit pour pro­duire ses légumes et fruits est néces­saire à chaque famille ! Mais il fau­drait pour ça que la san­té soit accep­table , qu’on nous rende nos vraies graines et que l’hu­main devienne par­ta­geur ! C’est pas gagné !
    La concen­tra­tion des humains dans les zones urbaines est une fabrique de misère ! Les per­sonnes qui ont eu de bas salaires durant leur vie pro­fes­sion­nelle n’ont pas et n’au­ront pas une retraite suf­fi­sante ! Reste à faire recon­naitre l’u­ti­li­té d’un balayeur par rap­port à la secré­taire tapant sur un cla­vier pen­dant des heures ! Autre­ment dit , nive­ler par le haut l’im­por­tance de chaque poste ! C’est comme cela que je le vois , sans Macron ! Est-ce que je rêve ?

    Réponse
  5. BA

    Lamarck avait tout pré­vu il y a 200 ans.

    Jean-Bap­tiste de Lamarck écri­vait ces phrases en 1820 :

    « L’homme par son égoïsme trop peu clair­voyant pour ses propres inté­rêts, par son pen­chant à jouir de tout ce qui est à sa dis­po­si­tion, en un mot, par son insou­ciance pour l’avenir et pour ses sem­blables, semble tra­vailler à l’anéantissement de ses moyens de conser­va­tion et à la des­truc­tion même de sa propre espèce. En détrui­sant par­tout les grands végé­taux qui pro­té­geaient le sol, pour des objets qui satis­font son avi­di­té du moment, il amène rapi­de­ment à la sté­ri­li­té ce sol qu’il habite, donne lieu au taris­se­ment des sources, en écarte les ani­maux qui y trou­vaient leur sub­sis­tance, et fait que de grandes par­ties du globe, autre­fois très fer­tiles et très peu­plées à tous égards, sont main­te­nant nues et sté­riles, inha­bi­tables et désertes. Négli­geant tou­jours les conseils de l’expérience, pour s’abandonner à ses pas­sions, il est per­pé­tuel­le­ment en guerre avec ses sem­blables, et les détruit de toutes parts et sous tous pré­textes : en sorte qu’on voit des popu­la­tions, autre­fois consi­dé­rables, s’appauvrir de plus en plus. On dirait que l’homme est des­ti­né à s’exterminer lui-même après avoir ren­du le globe inhabitable. »

    Jean-Bap­tiste de Lamarck, « Sys­tème ana­ly­tique des connais­sances posi­tives de l’Homme », pages 154 et 155.

    http://​www​.lamarck​.cnrs​.fr/​i​c​e​/​i​c​e​_​p​a​g​e​_​d​e​t​a​i​l​.​p​h​p​?​l​a​n​g​=​f​r​&​t​y​p​e​=​t​e​x​t​&​b​d​d​=​l​a​m​a​r​c​k​&​t​a​b​l​e​=​o​u​v​r​a​g​e​s​_​l​a​m​a​r​c​k​&​b​o​o​k​I​d​=​3​9​&​t​y​p​e​o​f​b​o​o​k​D​e​s​=​L​i​v​r​e​s​&​p​a​g​e​O​r​d​e​r​=​1​5​5​&​f​a​c​s​i​m​i​l​e​=​o​f​f​&​s​e​a​r​c​h​=no

    Tout est dit.

    Rien à ajouter.

    Réponse
    • ève

      J’a­joute cepen­dant , que nous devons mettre en évi­dence aus­si le fait que cer­tains hommes sont nés pour détruire , d’autres pour construire !
      C’é­tait sans comp­ter avec l’homme venu d’ailleurs !
      Pierre Rha­bi , ingé­nieur agro­nome , phi­lo­sophe de renom , créa­teur éga­le­ment d’un modèle d’a­gri­cul­ture fer­ti­li­sa­trice des sols abimés !

      Réponse
      • majax

        L’es­sen­tia­lisme est par­fois un peu dangereux ! 🙂

        Réponse
        • ève

          Oui , mais moins que le moder­nisme à tous les prix !
          Cher­cher com­ment le rendre moins « dan­ge­reux « .…. voir dans la magie peut-être ?

          Réponse
    • ève

      On a aus­si ceux qui oeuvrent silen­cieu­se­ment der­rière les fron­tières des autres en sachant que ce qu’ils font va cau­ser bien des dégâts chez leurs frères humains .…… ceci c’est lors­qu’il ne sentent plus le poids de leur couronne !
      La bar­ba­rie devrait nor­ma­le­ment s’a­moin­drir avec une édu­ca­tion adap­tée pour tous , mais là aus­si , la sélec­tion s’or­ga­nise de façon à rem­pla­cer les tenants du sys­tème com­plè­te­ment sépa­rés et éloi­gnés des milieux vitaux dans les­quels nous devons évo­luer sans détruire ! Ça veut dire , abattre un arbre mort pour en faire du bois de chauffe , mais replan­ter der­rière , et ne pas se conten­ter de juste se ser­vir et dire mer­ci la nature !
      Au lieu de faire des plans sur la comète , il serait pré­fé­rable d’é­tu­dier le fonc­tion­ne­ment de tout ce qui vit , com­ment s’en ser­vir sans abi­mer , et lui rendre ce don en connaissance !

      Réponse
  6. Benoit


    Points posi­tifs et cri­tiques autour du Réfé­ren­dum d’I­ni­tia­tive Citoyenne aux États-Unis.

    Andreas Auer est Pro­fes­seur de droit public à l’u­ni­ver­si­té de Zurich et direc­teur fon­da­teur du Centre d’é­tude et de docu­men­ta­tion sur la démo­cra­tie directe (c2d) créé à Genève en 1993.

    Extrait de « Le réfé­ren­dum et l’i­ni­tia­tive popu­laires aux États-Unis 12 » http://www.college-de-france.fr/site/pierre-rosanvallon/seminar-2014–03-19–10h00.htm

    Retrans­crip­tion :
    « Les pères fon­da­teurs n’é­taient pas des démo­crates. La démo­cra­tie c’est pas ce qui les inté­res­sait le plus. C’é­tait plu­tôt la sépa­ra­tion des pou­voirs, checks and balances et le fédé­ra­lisme. Et ils en avaient même une hor­reur de poser des ques­tions au peuple. Les élec­tions même étaient très sus­pectes pour [Hamil­ton et Madi­son?] pour les auteurs [de la consti­tu­tion]. Au niveau fédé­ral, encore aujourd’­hui (comme en Alle­magne d’ailleurs) aucun élé­ment de démo­cra­tie directe ne sub­siste au niveau des pays membres des états membres des enti­tés qui com­posent cet état fédé­ral. Les 50 états amé­ri­cains, c’est à ce niveau que les ins­ti­tu­tions de démo­cra­tie directe existent. Et puis au niveau local encore davan­tage, au niveau des « Coun­ties », au niveau des villes. 

    « Qu’est ce que vous pen­sez de la démo­cra­tie directe ? » « Est-ce qu’il fau­drait la sup­pri­mer ? Est-ce qu’il fau­drait en finir ou est-ce qu’il fau­drait la déve­lop­per ? », 70% des gens trouvent que c’est une bonne chose. C’est ce que j’ap­pe­lais tout à l’heure l’i­déo­lo­gie démo­cra­tique. L’i­déo­lo­gie démo­cra­tique est très forte aux états unis dans les gens, dans le peuple. Par­mi les gens qui la pra­tiquent mais dans l’é­lite, par­mi les poli­tiques, au sein des uni­ver­si­tés, par­mi les juristes ou les poli­to­logues à l’u­nis­son, tout le monde s’en­tend pour dire que la démo­cra­tie directe c’est pas bien. 

    Ensuite com­mence la phase de récolte des signa­tures. Donc on com­mence à récol­ter des signa­tures selon les états à nou­veau ça varie entre 3% et 10% envi­ron des élec­teurs qui ont par­ti­ci­pé. Dans un cer­tain délai. Dans la plu­part des états y a des délais qui sont fixés et les délais sont assez courts aux etats unis. En Cali­for­nie c’est 3 mois. C’est pas long donc il faut vrai­ment mettre le paquet. C’est pour ça que dans cette phase de récolte de signa­tures vous n’ar­ri­ve­rez pas avec une poi­gnée de mili­tants à récol­ter 600 000, 800 000 signa­tures dans le délai pres­crit. Donc vous vous adres­sez à des spé­cia­listes, à des entre­prises qui vous récoltent les signa­tures sur n’im­porte quoi pour­vu que vous payez ; ça coûte envi­ron trois dol­lars la signa­ture et c’est comme ça donc il faut 2 mil­lions 3 mil­lions [de dol­lars] aux états unis rien que pour le phase de récolte de signa­tures, autre­ment c’est pra­ti­que­ment pas pos­sible. Même si vous avez une bonne orga­ni­sa­tion très puis­sante. Aller récol­ter des signa­tures dans la rue… vous ne savez même pas si l’é­lec­teur qui s’ap­prête à signer est enre­gis­tré. Donc il y a beau­coup de gens qui ne s’en­re­gistrent pas. Et donc tout ça c’est dans les mains des pro­fes­sion­nels. Il y a une « inia­tive indus­try », un com­merce mené, un com­merce d’in­dus­trie d’i­ni­tia­tive popu­laire qui est pra­ti­qué par des entre­prises qui se sont spé­cia­li­sées. « Vous vou­lez faire une ini­tia­tive ? Venez chez nous on vous récolte les signa­tures dans les délais qu’il faut. 

    Une ini­tia­tive, une loi qui a été approu­vée par le peuple ne peut pas être remise en cause par le par­le­ment de cet état. Donc il jouit d’une pro­tec­tion accrue. Vous avez deux lois en quelque sorte : la loi pro­po­sée par le par­le­ment et votée par le par­le­ment ; le par­le­ment peut reve­nir là-des­sus, peut la chan­ger une année après, dix ans après sans pro­blème. C’est la même auto­ri­té qui change. Si le peuple a approu­vé une loi dans les cinq états notam­ment en Cali­for­nie, si le peuple approu­vé une loi le par­le­ment ne peut plus la remettre en ques­tion, elle jouit d’une pro­tec­tion accrue. Si le peuple a déci­dé une fois quelque chose on dit que le par­le­ment n’a pas le droit de défaire ce que le peuple a voulu. 

    Le peuple ne peut pas seule­ment élire mais il peut déci­der. Il peut prendre des déci­sions sur les normes par­fois obli­ga­toi­re­ment, par­fois à titre facul­ta­tif. C’est une chose extrê­me­ment impor­tante. Déclen­che­ment auto­nome du vote : aux États-Unis dans ces états (comme en Suisse, comme en Irlande, comme au Dane­mark en par­tie, en Ita­lie) le vote est déclen­ché de façon auto­nome. Il ne dépend pas des auto­ri­tés au contraire il contourne les autorités.

    L’i­ni­tia­tive et le réfé­ren­dum [sont] vus comme des ins­tru­ments diri­gés contre les pour­ris – excu­sez-moi l’ex­pres­sion – la pour­ri­ture du par­le­ment et la pour­ri­ture de la mafia qui est au pou­voir c’est l’o­ri­gine de ces ins­ti­tu­tions et ce côté anti-auto­ri­taire est tou­jours très pré­sent aux états.

    En terme de réfé­ren­dum facul­ta­tif son domaine est assez res­treint dans la mesure où ce qui s’ap­pelle les « lois de police » et « les lois des finances » ne peuvent pas faire l’ob­jet d’un réfé­ren­dum. Et qu’est ce que c’est qu’une « loi de police » ? ça c’est le légis­la­teur qui le dit. Donc il a quand même la pos­si­bi­li­té de réduire le rôle du réfé­ren­dum à une por­tion rela­ti­ve­ment congrue. 

    Eli­sa­beth Ger­ber a publiée il y a une dizaine d’an­nées « Stee­ling the ini­tia­tive » « voler l’i­ni­tia­tive » pour mon­trer un peu la marge de manœuvre qu’ont les auto­ri­tés par­fois dans les pro­ces­sus de mise en œuvre des révi­sions consti­tu­tion­nelles et légis­la­tives vou­lues par le peuple. Il y a presque tou­jours une marge d’ap­pré­cia­tion parce que les ini­tia­tives pour réus­sir, pour pas­sé le pre­mier cap de la récolte des signa­tures on les for­mule sou­vent de façon un peu vague. Si vous don­nez trop de détails vous créez des adver­saires, vous pro­vo­quez des adver­saires et des oppo­si­tions diverses de sorte que ça risque de ne pas pas­ser. Donc on reste vague sur un thème qui « croche ». Mais si le terme est vague la déter­mi­na­tion de son sens pré­cis qui incombe par la suite au légis­la­teur, aux auto­ri­tés exé­cu­tives et admi­nis­tra­tives est d’au­tant plus large. 

    Dans les « Town mee­tings », dans les assem­blées popu­laires qui s’or­ga­ni­saient dans toutes les com­munes du Mas­sa­chu­setts : « Êtes-vous pour ou contre cette consti­tu­tion ? » Mais atten­tion c’é­tait pas un oui ou un non ils pou­vaient faire des amen­de­ments. Vous pou­vez dire « oui je suis d’ac­cord avec cet article mais l’autre article je vou­drais qu’il soit rédi­gé comme ça. » Alors ima­gi­nez-vous le façon de décomp­ter les résul­tats c’é­tait la pre­mière expé­rience de réfé­ren­dum consti­tu­tion­nel qui a été répé­té dans d’autres états (New-Hamp­shire, Maine, etc…) de la côte ouest. Et ain­si la méfiance qu’on avait à l’é­gard du légis­la­teur a conduit à confier l’é­la­bo­ra­tion de la consti­tu­tion à une consti­tuante et puisque c’est une consti­tuante qui l’a faite, il fal­lait que le peuple la rati­fie. C’est ain­si qu’est né le réfé­ren­dum consti­tu­tion­nel amé­ri­cain et puis vous savez il a été reçu en France assez rapi­de­ment : 1792 « Il ne peut y avoir de consti­tu­tion que celle approu­vée par le peuple ». C’est une devise de la révo­lu­tion française. »

    Réponse
  7. BA

    La Com­mis­sion euro­péenne ne recon­naît pas le droit des peuples à dis­po­ser d’eux-mêmes.

    Mer­cre­di 11 octobre 2017 :

    Cet après-midi, les masques sont tombés.

    La Com­mis­sion euro­péenne vient de prendre posi­tion : elle est pour le main­tien de l’u­ni­té de l’Es­pagne. Elle est contre l’in­dé­pen­dance de la Catalogne.

    En clair : la Com­mis­sion euro­péenne ne recon­naît pas le droit des peuples à dis­po­ser d’eux-mêmes.

    La Com­mis­sion euro­péenne est anti-sociale, anti-popu­laire, anti-démocratique.

    Mais ça, on le savait déjà.

    Quant à nous, notre mis­sion est claire :
    – détruire la Com­mis­sion européenne
    – détruire l’U­nion européenne.

    Lisez cet article :

    https://​www​.roman​die​.com/​n​e​w​s​/​Z​O​O​M​-​C​a​t​a​l​o​g​n​e​-​l​a​-​C​o​m​m​i​s​s​i​o​n​-​e​u​r​o​p​e​e​n​n​e​-​a​p​p​e​l​l​e​-​a​u​-​p​l​e​i​n​-​r​e​s​p​e​c​t​-​d​e​-​l​-​o​r​d​r​e​-​c​o​n​s​t​i​t​u​t​i​o​n​n​e​l​-​e​s​p​a​g​n​o​l​/​8​5​1​7​1​8​.​rom

    Réponse
    • majax

      Tout dépend si l’on consi­dère que les Cata­lans sont un peuple. Per­son­nel­le­ment, je me réjouis de cette déci­sion même si elle ne me concerne pas direc­te­ment, et même si l’U.E a sans doute encore fait cela pour d’obs­cures raisons.
      Sur­tout que beau­coup d’af­fiches lors des mani­fes­ta­tions sem­blaient mon­trer une volon­té de quit­ter l’Es­pagne ET de res­ter dans l’U.E. On rêve…

      Réponse
  8. BA

    En octobre 2017, qui sont nos ennemis ?

    1- Pre­mière chose : qu’a choi­si le par­le­ment de Catalogne ?

    Le par­le­ment de Cata­logne compte 135 députés.

    https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​P​a​r​l​e​m​e​n​t​_​d​e​_​C​a​t​a​l​o​gne

    La majo­ri­té abso­lue est de 68 députés.

    Mar­di 10 octobre 2017, une majo­ri­té de 72 dépu­tés a signé la pro­cla­ma­tion d’in­dé­pen­dance de la Répu­blique de Catalogne.

    La fameuse décla­ra­tion d’in­dé­pen­dance signée par les 72 dépu­tés indé­pen­dan­tistes vient d’être publiée par El Mundo : 

    https://twitter.com/ElMundoEnVivo/status/917845085638856705/photo/1?ref_src=twsrc%5Etfw&ref_url=http%3A%2F%2Fwww.lemonde.fr%2Feurope%2Flive%2F2017%2F10%2F10%2Fcrise-en-catalogne-suivez-en-direct-le-discours-du-president-catalan-carles-puigdemont_5198961_3214.html

    2- Deuxième chose : qu’a choi­si le peuple de Cata­logne lors du réfé­ren­dum du 1er octobre ?

    Nombre d’é­lec­teurs ins­crits : 5 340 000.
    Nombre de votants : 2 305 936, soit 42,38 % des inscrits.
    Résultat :
    90,18 % de « oui » à l’in­dé­pen­dance de la Catalogne
    7,83 % de « non » à l’in­dé­pen­dance de la Catalogne.

    (Rap­pel : lors d’une élec­tion, ou lors d’un réfé­ren­dum, le résul­tat qui compte, c’est le résul­tat par rap­port aux suf­frages exprimés.)

    https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f%C3%A9rendum_de_2017_sur_l%27ind%C3%A9pendance_de_la_Catalogne

    Conclu­sion :

    1- Le peuple cata­lan a choi­si l’in­dé­pen­dance de la Cata­logne lors du référendum.

    2- Le par­le­ment cata­lan a choi­si l’in­dé­pen­dance de la Cata­logne par 72 dépu­tés contre 63.

    3- Tous ceux qui refusent l’in­dé­pen­dance de la Cata­logne refusent le droit des peuples à dis­po­ser d’eux-mêmes. Ils sont nos ennemis.

    Réponse
  9. BA

    Jean-Claude Jun­cker vient de faire une décla­ra­tion explosive.

    La Com­mis­sion euro­péenne ne recon­naît pas le droit des peuples à dis­po­ser d’eux-mêmes.

    Ven­dre­di 13 octobre 2017 :

    Le pré­sident de la Com­mis­sion euro­péenne Jean-Claude Jun­cker a décla­ré aujourd’­hui qu’il ne sou­hai­tait pas que la Cata­logne devienne indé­pen­dante, crai­gnant un effet domi­no en Europe.

    « Si nous lais­sons la Cata­logne se sépa­rer – mais ce n’est pas notre affaire -, d’autres le feront. Je ne sou­haite pas cela », a‑t-il mar­te­lé dans un dis­cours devant des étu­diants à l’u­ni­ver­si­té du Luxem­bourg. Il s’est dit « très inquiet » face aux menaces sépa­ra­tistes en Europe.

    « Je ne veux pas d’une Union euro­péenne qui com­pren­drait 98 Etats dans 15 ans. C’est déjà rela­ti­ve­ment dif­fi­cile à 28, pas plus facile à 27, mais à 98, ça me semble impos­sible », a ajou­té M. Jun­cker, appe­lant à « la res­pon­sa­bi­li­té de tous les acteurs ».

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/10/13/97001–20171013FILWWW00198-catalogne-juncker-ne-souhaite-pas-l-independance.php

    Réponse
    • ève

      On s’en fout de ce qu’il craint ou pas Jean – Claude Junker !
      Les cata­lans sont moins bêtes que les fran­çais qui n’ont qu’à faire de même s’ils veulent sor­tir de L’U.E ! C’est sûr que pour sou­mettre 98 pays , ce sera beau­coup plus com­pli­qué , de plus il y per­drait sa cou­ronne déjà posée sur le coin de l’oeil ! Et pour­quoi faire simple quand le com­pli­qué est libérateur !

      Réponse
  10. Le Dieu venu du Centaure

    Devi­nette :

    Com­ment sau­ver le der­nier homme de la sur­na­ta­li­té afri­caine et autres sur­bé­ton­nage ? Facile !

    Indices :

    Qui a dit que tous devaient être des grands blancs ?
    Plus petits, plus ronds, plus lisses, et tous pour­ront ain­si se côtoyer pul­lu­lant dans la che­ve­lure de béton qui recou­vri­ra la Terre… et retrou­ver ain­si leurs aises.
    Les femmes se mas­cu­li­ni­se­ront, les hommes se fémi­ni­se­ront, et tous s’infantiliseront, mais dans le gâtisme appri­voi­sé, la bien­veillance bla­sée du vieil homme en marche clau­di­quant assis­té par des robots chan­geant ses couches, ses petits plai­sirs, de plus en plus petits…

    Réponse
  11. ève

    Ce que M. Par­men­tier ne dit pas .
    Les causes sont ins­crites dans ce besoin de pos­ses­sion , de domination !
    Le vivant à été confis­qué par quatre grands groupes agro­chi­mistes de pos­ses­seurs de semences et de pro­duits toxiques tou­jours en com­pé­ti­tion pour le trône final !
    Ils nous ont volé nos graines , ces graines qui four­nis­saient des pro­duc­tions luxu­riantes de légumes , il y a cin­quante ans ! Ils en ont fait des bre­vets à fric pour qu’elles ne soient pas uti­li­sables l’an­née sui­vante ! Ce sont des affa­meurs ! Les jar­di­niers des villes décrochent , ceux des cam­pagnes se désolent !
    Des pays en Amé­rique du Sud , en Inde , au Mexique .….…ont contri­bué vic­times de l’en­fu­mage men­son­ger de Mon­san­to à la des­truc­tion des terres !
    Une fois détruit , il faut plus de 7 ans pour retrou­ver un sol culti­vable « avec des intrants » ! Deman­der à Claude et Lydia Bour­gui­gnon ce qu’ils en pensent ! D’autres parts , si Mon­san­to n’a­vait pas été dénon­cé de ses empoi­son­ne­ments ter­restres et huma­ni­taires , son enri­chis­se­ment aurait , et a , cau­sé bien des dégâts à la pla­nète qui n’en est d’ailleurs pas sau­vée pour autant et Dieu sait ce qu’ils seront encore capables de trou­ver pour conti­nuer leurs mal­fai­sances , nui­sances chi­miques de poubelle .

    Non , tout le monde ne peut pas se payer des navets , carottes , poi­reaux pour faire une soupe , parce que lorsque tu es dehors avec tes gosses ou même tout seul , ce n’est pas la cha­leur des pavés qui la cuit ! Et quand on demande des plats cui­si­nés pen­dant la cam­pagne des cha­riots , ce n’est pas par sno­bisme ou par goût pour la faci­li­té , c’est juste une ques­tion d’in­tel­li­gence pratique !

    Depuis qques années , on ponc­tionne cer­tains pays d’A­frique sur ses res­sources minières naturelles :
    https://​ong​sau​ver​les​na​tions​.word​press​.com/​2​0​1​6​/​0​4​/​2​0​/​l​e​s​-​1​1​-​p​l​u​s​-​g​r​a​n​d​-​p​a​y​s​-​d​a​f​r​i​q​u​e​-​r​i​c​h​e​s​-​e​n​-​m​i​n​e​r​a​i​s​-​i​l​-​e​s​t​-​v​r​a​i​m​e​n​t​-​i​m​p​o​s​s​i​b​l​e​-​d​e​-​c​r​o​i​r​e​-​q​u​e​-​l​a​f​r​i​q​u​e​-​n​e​-​s​o​i​t​-​p​a​s​-​l​e​-​c​o​n​t​i​n​e​n​t​-​l​e​-​p​l​u​s​-​r​i​c​h​e​-​d​e​-​l​a​-​p​l​a​n​e​t​e​-​t​e​r​re/
    pour leur prendre à bas coût , ça ne change pas , du cobalt , du manganèse ,
    du col­tan , de l’or , des dia­mants , du cuivre , nickel etc.… Leurs habi­tants sont payés avec une bou­chée de pain , de la mal­trai­tance , et de l’in­dif­fé­rence à pro­pos des gué­rillas locales et fron­ta­lières ins­tal­lées et armées à four­nir un com­merce illé­gal pour les négo­cia­tions de ces matières .
    Les pro­duits extor­qués vont ser­vir à déve­lop­per les richesses de la France entre autres puis­sances occi­den­tales et éra­di­quer par­tiel­le­ment leur faim ,
    pen­dant qu’au Sud il meure une per­sonne toute les 10 mns !
    La France a des armes partout !
    Les matières pre­mières qui auraient pu , bien négo­ciées , don­ner l’a­li­men­ta­tion néces­saire à son peuple ou du moins contri­buer gran­de­ment à son déve­lop­pe­ment se perd dans des poches autant fiables que douteuses !

    Mer­ci à Thin­ker­view pour cette vidéo et leurs ques­tions pertinentes

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Voyage constituant au Québec, début juin 2024

Voyage constituant au Québec, début juin 2024

Chers amis, Je vais enfin rencontrer les copains québécois constituants 🤗 On va évidemment réfléchir ensemble à une constitution d'origine citoyenne pour le Québec libre 🙂 Je pars pour Montréal ce 1er juin et mon périple durera une quinzaine de jours....