Bernard Friot : « À quoi je dis oui »

3/12/2016 | 16 commentaires

Chers amis,

Je vous parle depuis long­temps du tra­vail de deux amis qui comptent beau­coup pour moi, Franck Lepage et Ber­nard Friot, le pre­mier m’ayant fait décou­vrir le second. 

Ber­nard a fait mille et une confé­rences, mais Franck a réus­si à lui faire pré­pa­rer une confé­rence ges­ti­cu­lée, ce qui est très dif­fé­rent (vous allez voir).

Et la contre-his­toire (l’his­toire popu­laire qui contre­dit l’his­toire offi­cielle écrite et impo­sée par les vain­queurs) que Ber­nard nous rap­pelle ici est fondamentale.
Ici, en juin 2016, sous cette forme ori­gi­nale, il prend le temps de racon­ter cette his­toire en détail, et ça vaut le coup.

Il faut prendre le temps d’ap­prendre cette his­toire, et de ne pas la lais­ser perdre.
C’est pas­sion­nant et important.

[Sécu­ri­té sociale, inven­tée & réa­li­sée par la classe ouvrière, salaire à vie…]

00:00 Pré­sen­ta­tion
Par­tie 1
07:21 Introduction
27:00 Le cor­beau et le renard
44:06 Le jeune chercheur
1:12:58 Sor­tir de la mili­tance du dimanche
Par­tie 2
1:25:38 Revoir ses fondamentaux
1:45:05 La retraite
2:23:10 Le régime général
2:37:20 La reli­gion du capital
2:49:51 Une autre lecture

Il faut connaître, suivre et aider Réseau sala­riat :
http://​www​.reseau​-sala​riat​.info/​?​l​a​n​g​=fr

Étienne.

______

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​4​7​3​5​7​1​4​9​8​2​317

Catégorie(s) de l'article :

16 Commentaires

  1. etienne

    [Lutte des classes : guerre des riches contre les pauvres]
    À New York, François Fillon fait l’éloge des emplois précaires (!)

    « Devant quelques Fran­çais ins­tal­lés aux Etats-Unis, le can­di­dat à la pri­maire de la droite a esti­mé qu’il « serait temps » que les Fran­çais acceptent la pré­ca­ri­té plu­tôt que les aides sociales. » […]

    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2016/09/09/25001–20160909ARTFIG00370-a-new-york-francois-fillon-fait-l-eloge-des-emplois-precaires.php
    Source : Le Figaro

    Réponse
    • Ronald

      Au moins les poli­ti­ciens « de droite » ne prennent pas les gens en traître. Fillon met tout sur la table. Et il y a des mil­lions de per­sonnes qui se sont dépla­cées pour élire quel­qu’un qui explique sans détours qu’ils vont tra­vailler plus pour gagner moins (et écar­ter celui qui pro­po­sait le rin­gard ‘tra­vailler plus pour gagner plus’). A un moment don­né, les gens ont ce qu’ils ont vou­lu, et je ne vais pas me lamen­ter sur eux. Quant à « C’est le tra­vail qui libère », est-ce de l’hu­mour cynique, ou une provocation ?

      Réponse
      • zedav

        Je suis tout à fait d’ac­cord avec toi Ronald. Ce qui dif­fé­ren­cie le plus la gauche et la droite (et depuis bien plus long­temps qu’on ne le croit) c’est que la droite met en œuvre une poli­tique rela­ti­ve­ment proche de ce qu’elle affiche (il y a quand même des déca­lages car l’af­fir­ma­tion du libé­ra­lisme, soit d’une socié­té de com­pé­ti­tion, est assez mal­hon­nête dans la mesure ou la com­pé­ti­tion est sur­tout intra-classe , la struc­ture inter-classe étant sur­tout hié­rar­chique) tan­dis que la gauche se carac­té­rise par une forme pro­non­cée de « double pen­sée », soit une forte contra­dic­tion entre les objec­tifs reven­di­qués et les poli­tiques mises en œuvre.

        C’est peut-être pour ça qu’Or­well avait nom­mé le par­ti de Big Bro­ther l’Ang­soc (contrac­tion d’an­gli­can socia­lism) le par­ti de la double pen­sée et de la novlangue.

        Lor­don explique très bien pour­quoi les « socia­listes » sont mieux à même de faire pas­ser les « réformes » (et, d’a­près moi, de nous emme­ner asymp­to­ti­que­ment vers « 1984 ») :

        Réponse
  2. etienne

    Au revoir Fidel


    Par Jim­mie Moglia – Le 27 novembre 2016 – Source the​sa​ker​.is
    http://​lesa​ker​fran​co​phone​.fr/​a​u​-​r​e​v​o​i​r​-​f​i​del

    Au revoir, Fidel
    « C’était un homme, voyez-le comme il était, 
    je n’en ver­rai plus comme lui. »
    Ham­let, acte 1, scène 2

    Nous sommes nom­breux dans le monde, à nous sen­tir frap­pés d’une sen­sa­tion obs­cure par la mort de Fidel Cas­tro, comme celle que ferait res­sen­tir le bruit de l’obscurité. Et bien que pré­vue, il y avait un espoir flou, inex­pri­mé, que cette nou­velle pour­rait encore être repor­tée à un futur sans date et sans nom. Mais,

    «... Tout ce qui vit doit mourir, 
    pas­sant par la nature vers l’éternité. » 1

    Dans cer­tains pays euro­péens, des articles de jour­naux écrits avant la mort de quelque per­son­nage impor­tant et appe­lés « cro­co­diles », amal­games de réjouis­sances et de lamen­ta­tions face à ce décès, étaient en attente.

    Et comme cha­cun sait, la gauche his­to­rique euro­péenne n’est plus, rem­pla­cée par une assem­blée de syco­phantes, lèche-culs de leurs maîtres trans­at­lan­tiques, appro­ba­teurs confus de la phi­lo­so­phie néo-libé­rale et régur­gi­ta­teurs de dis­tor­sions grotesques.

    Dans l’une de ces dis­tor­sions, par exemple, le rôle colo­nial hos­tile des États-Unis envers Cuba n’est même pas men­tion­né. Au lieu de cela, Cas­tro est éti­que­té comme un doc­tri­naire, assoif­fé de dic­ta­ture abso­lue, qui est deve­nu mar­xiste et a éli­mi­né tous ses adver­saires. Jusqu’à l’affrontement avec les idées de Che Gue­va­ra, qui a été for­cé de ten­ter sa chance révo­lu­tion­naire ailleurs.

    Il n’est pas men­tion­né que dans cer­tains domaines, Cuba est le pays le plus avan­cé en Amé­rique latine, notam­ment en méde­cine. Y com­pris, par exemple, la contri­bu­tion cri­tique de Cuba à la défaite du virus Ebo­la. Et d’autres inno­va­tions phar­ma­ceu­tiques uniques, telles que le seul trai­te­ment dis­po­nible qui empêche l’amputation du soi-disant « pied dia­bé­tique ». Tels des médi­ca­ments jusqu’à récem­ment indis­po­nibles aux États-Unis à cause du siège de Cuba, géné­ra­le­ment appe­lé « embar­go ».

    Par consé­quent, les « cro­co­diles » euro­péens reflètent la néga­tion gros­sière de la réa­li­té des faits, ou plu­tôt une réa­li­té orwel­lienne ins­pi­rée par les prin­cipes de la post-démo­cra­tie, post-véri­té, post-mathé­ma­tiques et même post-sta­tis­tiques, comme l’a démon­tré la récente vague uni­forme et una­nime de son­dages, don­nant Clin­ton gagnante par les médias grand public et le milieu universitaire.

    Pour­tant, par un tour inat­ten­du de l’histoire, la révo­lu­tion cubaine a une signi­fi­ca­tion aus­si per­ti­nente aujourd’hui qu’à la fin des années 1950. Parce que cette révo­lu­tion visait à la fois des réformes sociales et l’indépendance natio­nale. Et ces réformes n’auraient pu être pos­sibles sans l’indépendance. Parce que la pré­sence de « quelques-uns qui avaient tout » et de « tous ceux qui n’avaient rien » était intrin­sè­que­ment liée à la poli­tique néo-colo­niale (aujourd’hui rebap­ti­sée néo-libé­rale) du vrai, de fac­to, régime impé­rial situé à 90 miles.

    Tout comme aujourd’hui, tenant compte du pas­sage du temps et de la dif­fé­rence des cir­cons­tances, on peut consi­dé­rer la soi-disant « Union euro­péenne » comme une sorte de ter­ri­toire pré-Cas­tro gou­ver­né par les États-Unis, par l’intermédiaire de ses sem­pi­ter­nels man­da­taires, comme l’Amérique latine l’a tou­jours été, sauf excep­tions récentes. Ce qui signi­fie qu’il ne peut y avoir aucune réforme sans retour à l’indépendance nationale.

    Les élites amé­ri­caines ont sup­po­sé que la révo­lu­tion de Cas­tro entraî­ne­rait une restruc­tu­ra­tion minime de l’administration cubaine, lais­sant intactes les mas­sives inéga­li­tés, les immenses pro­prié­tés fon­cières pri­vées, l’état de ser­vi­tude et l’économie-lupanar (même dépeinte par Hol­ly­wood). En d’autres termes, une révo­lu­tion orange pour ren­for­cer une répu­blique bana­nière – une struc­ture déte­nue par des inté­rêts amé­ri­cains, et par les mili­taires lorsque cela est néces­saire, comme dans tous les autres pays d’Amérique latine.

    Mais « dans le retour­ne­ment du hasard se trouve la véri­table preuve des hommes » 2. Incré­dule, aba­sour­die et éton­née de la tour­nure des évé­ne­ments à Cuba, la direc­tion des États-Unis avait déve­lop­pé la thèse selon laquelle la révo­lu­tion cubaine allait mou­rir s’ils tuaient Fidel et après sa mort le socia­lisme hon­ni allait tom­ber comme un châ­teau de cartes. Comme un pers­pi­cace com­men­ta­teur le nota, cette thèse était aus­si une façon d’exorciser l’impensable idée qu’un gou­ver­ne­ment s’inspirant du socia­lisme pour­rait exis­ter à courte dis­tance de la côte impé­riale, et dans les condi­tions créées et impo­sées par l’embargo.

    L’élite amé­ri­caine ne pou­vait pas accep­ter, et encore moins expli­quer le consen­sus popu­laire du peuple cubain pour et envers Fidel Cas­tro. Qui peut oublier les images de la Place de la Révo­lu­tion à La Havane, rem­plie à ras-bord de gens écou­tant atten­ti­ve­ment les longs, élo­quents et par­fois même amu­sants dis­cours de Fidel ?

    Inca­pable alors de créer un ISIS, les États-Unis s’engagèrent dans une série de ten­ta­tives d’assassinat, qui auraient même été risibles, n’eussent été les nom­breuses per­sonnes mortes dans le processus.

    « Qu’il doive mou­rir est une poli­tique digne, 
    mais encore vou­lons-nous une teinte à sa mort » 3

    Du moins le croyaient-ils, lorsqu’ils orga­ni­sèrent l’invasion de la Baie des Cochons, soi-disant ten­tée par des « révo­lu­tion­naires » à la solde de la CIA. Inva­sion qui démon­tra éga­le­ment, après le fait, jusqu’où les par­ties res­pon­sables du fias­co sont allées pour cou­vrir leurs âneries.

    Nous ne devrions pas non plus oublier l’Opération Nor­th­wood , des­ti­née à cou­ler un navire amé­ri­cain, sacri­fiant des citoyens amé­ri­cains sur le conti­nent et accu­sant Cas­tro de ces crimes. Comme nous le savons, Ken­ne­dy reje­ta ce plan, ce qui a peut-être contri­bué à son assas­si­nat. Par exten­sion, cela devrait aus­si nous infor­mer sur les cou­pables du 11 sep­tembre, un élé­phant dans la pièce qu’apparemment per­sonne en charge ne peut voir.

    Les médias et gou­ver­ne­ments occi­den­taux ont beau­coup dit que Cas­tro étouf­fait la dis­si­dence. Je me sou­viens clai­re­ment des paroles de Cas­tro sur le sujet. Cela ne nous dérange pas – disait-il – nous ne condam­nons ni ne regret­tons que des gens se plaignent de tel ou tel aspect du gou­ver­ne­ment, parce que c’est leur gou­ver­ne­ment, après tout. Mais nous ne pou­vons pas accep­ter que des gens soient payés et finan­cés par nos enne­mis pour tra­vailler contre notre gouvernement.

    Après l’expérience de l’Ukraine (« Nous avons dépen­sé 5 mil­liards $ pour faire de l’Ukraine une démo­cra­tie – dit Vic­to­ria, f** k‑les-Euro­péens, Nuland), qui pour­rait encore cri­ti­quer Cas­tro pour sa posi­tion sur la question ?

    Il a été accu­sé d’être un com­mu­niste et un allié de la Rus­sie. Il ne l’était en fait pas, jusqu’à la ten­ta­tive de la Baie des Cochons par l’Empire. La crise des mis­siles, comme nous le savons, était due à la fois à la ten­ta­tive d’invasion de la Baie des Cochons et à l’installation par les États-Unis en Tur­quie de mis­siles nucléaires ciblant l’URSS.

    D’ailleurs, les plus récents déve­lop­pe­ments his­to­riques ont ample­ment démon­tré que le com­mu­nisme était un éten­dard pra­tique, en ver­tu duquel dis­si­mu­ler une rus­so­pho­bie intrin­sèque des États-Unis et de leurs alliés occi­den­taux, comme le montre la pos­ture actuelle, poli­tique et mili­taire, des États-Unis et de leurs sbires envers la Rus­sie. Pour un exa­men de ce sujet, voir l’article du Saker sur les racines de la rus­so­pho­bie.

    Contre Cas­tro, la cabale des États-Unis a tout essayé et tout a échoué. Fina­le­ment, ils espé­raient que la chute de l’URSS condui­rait à la chute de Cuba. Ils ont même fait visi­ter La Havane au pape Woj­ty­la, en espé­rant qu’il y crée une autre Pologne. Au lieu de cela, il a presque obte­nu l’effet inverse. Contrai­re­ment à l’incessante pro­pa­gande, Cas­tro n’a pas répri­mé la reli­gion. Mais, comme il l’a confié publi­que­ment au pape, la hié­rar­chie catho­lique, notam­ment au début de la révo­lu­tion, prit le par­ti des oppres­seurs, des tenan­ciers de bor­dels et des pro­prié­taires de casi­no. L’opposition à cer­tains chefs reli­gieux ne signi­fie pas oppo­si­tion à la reli­gion, a décla­ré Cas­tro. Woy­ti­la a été contraint de se décla­rer, même si c’était pla­to­ni­que­ment, contre l’embargo.

    Tou­jours inca­pables d’expliquer le suc­cès de la révo­lu­tion cubaine, cer­tains experts des médias tra­di­tion­nels ont pro­duit une autre théo­rie. C’était l’embargo même qui a main­te­nu en vie le régime cubain.

    Pour­tant, ces expli­ca­tions de der­nière heure, le plai­sir affi­ché à la mort de Cas­tro ou les réflexions sur son régime sont ana­chro­niques. Le sys­tème qui, depuis 60 ans, assiège Cuba et a essayé de tuer son chef, semble s’écrouler sous le poids de ses propres contra­dic­tions, après avoir fait des mil­lions de vic­times dans le monde entier et per­pé­tré appa­rem­ment sans fin d’innommables crimes. Un sys­tème tel­le­ment dépra­vé, que le mieux qu’il a pu faire pour le monde était Clin­ton et Trump. Avec la pro­messe de nou­veaux bor­dels, de nou­veaux oli­garques, de nou­veaux acca­pa­reurs de la consom­ma­tion et de nou­veaux Batis­ta au XXIe siècle. Ce qui devrait être une preuve suf­fi­sante que « quelque chose est pour­ri dans l’état de l’impérialisme et de l’économie néo-libé­rale. » 4

    Pen­dant ce temps, en Europe, un Par­le­ment euro­péen mas­si­ve­ment para­si­taire veut cen­su­rer (lire « blo­quer ») des canaux Inter­net poli­ti­que­ment désa­gréables. Peut-être que ces gens n’ont pas encore com­pris que les médias offi­ciels ne sont qu’un cani­veau de men­songes et de trom­pe­rie. Et que pour un site cen­su­ré, d’autres, innom­brables, sont prêts à prendre la relève.

    C’était his­to­ri­que­ment seule­ment hier qu’il y avait effec­ti­ve­ment un seul média, avec un mes­sage et une idéo­lo­gie. D’autres voix étaient incon­nues, car elles étaient inau­dibles. Et la cri­tique se limi­tait à dire méta­pho­ri­que­ment, « c’est mau­vais et il ne peut rien en sor­tir de bon : mais saigne, mon cœur ; car je dois tenir ma langue ». 5

    Néan­moins, il est tou­jours vrai que

    «… Ni une tour de pierre, ni des murs d’airain martelé, 
    ni un don­jon étouf­fant ni de solides liens de fer, 
    ne peuvent résis­ter à la force de l’esprit ». 6

    … cet esprit que main­te­nant par­tout on entend par le miracle des com­mu­ni­ca­tions élec­tro­niques élargies.

    Je ter­mi­ne­rai en citant tex­tuel­le­ment l’hommage à Fidel de George Galloway.

    Fidel Cas­tro n’est pas mort. Il est vivant, il vit en cha­cun de nous et dans la vie de nos enfants, même encore à naître. Et voi­là pour­quoi ces visages aux cica­trices, aux dents d’or, dansent à Mia­mi aujourd’hui, parce qu’ils pensent qu’ils seront de retour aux affaires comme avant.

    Le plus grand héri­tage de Fidel Cas­tro est que Cuba ne sera plus jamais le casi­no de per­sonne, le bor­del de per­sonne. C’est un pays libre, grâce à la révo­lu­tion cubaine et à son chef Fidel Cas­tro, un des plus grands êtres humains qui ait jamais vécu, qui ait jamais fou­lé cette terre.

    Nous avons eu le pri­vi­lège de vivre à son époque. Cer­tains d’ entre nous ont eu le pri­vi­lège d’être ses cama­rades et amis et de pas­ser de nom­breuses heures avec lui.

    Il est encore là.

    « Has­ta la vic­to­ria siempre, Coman­dante Fidel Cas­tro ! Presente ! »

     

    Tra­duc­tion par William pour le site lebon​net​des​pa​triotes​.net

    1. Ham­let
    2. Troi­lus et Cres­si­da
    3. King Hen­ry VI, part 2
    4. d’après Ham­let
    5. Ham­let
    6. Jules César. Dans la pièce (ouver­ture). Le com­men­taire de Ham­let sur son père, tué par Clau­dius, l’oncle d’Hamlet.

     

    Réponse
  3. etienne

    Salut à tous 🙂

    Je vois fleu­rir, comme à chaque élec­tion, des mes­sages disant que je « sou­tiens » x, et d’autres qui s’en offusquent bruyamment…

    Je ne « sou­tiens » per­sonne, au sens dis­ci­pli­naire et alié­nant des partis.

    Je sou­tien­drai (au sens propre du terme) (mais sans illu­sion sur ses chances de suc­cès) celui qui défen­dra, APRÈS ÊTRE SORTI DU PIÈGE DE L’UE, soit une assem­blée consti­tuante INTÉGRALEMENT tirée au sort, soit une mul­ti­tude d’as­sem­blées consti­tuantes com­mu­nales avec par­ti­ci­pa­tion DIRECTE au pro­ces­sus consti­tuant de TOUS les citoyens qui le dési­rent ; puis, réfé­ren­dum article par article (et pas tout en bloc, à prendre ou à laisser). 

    Autre­ment, dans l’in­té­rêt de notre réflexion col­lec­tive, je me réserve le droit 🙂 d’ap­pré­cier telle ou telle posi­tion de… n’im­porte qui 🙂 

    Et ce n’est pas éton­nant que je m’in­té­resse sou­vent à Mélen­chon, Asse­li­neau ou Dupont-Aignan… ou à un « sou­ve­rai­niste » : tous les démo­crates dignes de ce nom défendent la sou­ve­rai­ne­té (popu­laire ET natio­nale, le dis­tin­go est fumeux, je trouve), à mon sens — même si tous les sou­ve­rai­nistes ne sont pas démo­crates, évidemment. 

    Je note d’ailleurs qu’il y a fort peu (et même sou­vent pas du tout) de démo­crates dans les direc­tions des par­tis et des médias dits « de gauche » ; donc, pas de quoi don­ner des leçons à tout le monde… 🙂
    Res­tons humbles et sachons cher­cher PARTOUT les bonnes idées qui nous manquent.

    Étienne.

    Réponse
  4. jeremiechayet

    Salut Etienne,

    N’est pas révo­lu­tion­naire qui veut. Vous en êtes de beaux spécimens.

    Ami­tiés coti­santes et consti­tuantes, les deux mamelles de l’émancipation.

    Réponse
  5. zedav

    A voir, à lire :

    Réponse
    • Aquablue03

      Bon­soir,

      tom­bée par hasard sans me faire mal sur une page de lec­ture dans un livre de ma biblio­thèque que je n’a­vais pas pris la peine de lire jus­qu’au bout, par manque de temps il y a qques mois, je passe vous remer­cier d’a­voir par­ti­ci­pé à l’é­la­bo­ra­tion de ce chef-d’oeuvre de lit­té­ra­ture enfan­tine « Si je t’écris » ! 

      Édi­té par l’as­so­cia­tion « Aide et Sou­tien Aux Enfants Malades », il contient votre « Lettre Ano­nyme », dégus­tée avec beau­coup de plai­sir, et avec laquelle je ferais une séance de lec­ture spé­ciale en explication ! 

      Magni­fique ! Mer­ci infiniment
      Ève

      Réponse
  6. pierre9459

    Pour une fois, je vais publier un avis contraire . Je me suis pro­fon­dé­ment emm*** avec la confé­rence ges­ti­cu­lée de Friot que j’ai trou­vée d’un ennui ter­rible. De plus, comme il sau­tait du coq à l’âne en pas­sant par l’é­ter­nel Ara­gon, j’ai très vite du me battre pour com­prendre son mes­sage, si tant est que je l’ai compris.
    Bref pour moi, plus de 3 heures que je ne renou­vel­le­rais pas, désolé.

    Réponse
    • RV

      Pour avoir lu cer­tains de ses livres j’au­rai appré­cié qu’en 3 heures il prenne le temps d’ap­pro­fon­dir cette notion de salaire à vie et en quoi ce n’est pas une construc­tion, une ana­lyse, après coup de sa part mais bien une volon­té pre­mière dans l’é­la­bo­ra­tion de la sécu­ri­té sociale.

      Réponse
  7. Aquablue03

    Dans la len­teur des sujets expo­sés , au défi­le­ment des minutes silen­cieuses , le temps pré­cieux nous donne à pen­ser au delà de ce que l’on voit , de ce que l’on a vécu !
    Ara­gon est ici évo­qué dans un contexte qui n’est pas le nôtre , enfin pas encore .….mais vous avez de la chance , je l’a­dore ! J’ai bien aimé les tran­si­tions de repli par la poé­sie , et je sais que Fer­rat en aurait été heureux !
    Par ailleurs , je regrette bou­gre­ment la mise en évi­dence du « lais­ser aller » face à la misère . Inci­ter à un « lâcher prise » en revient à exa­cer­ber un genre d’é­go­cen­trisme , autre misère à ne pas per­mettre de déve­lop­per en soi , sur­tout si elle est accom­pa­gnée de sa soeur la jalou­sie , culture jar­di­née pour le stan­ding indus­triel ! Lâcher prise , c’est aus­si mou­rir un peu !
    Rac­cro­chez vous , les wagons sont pleins de gens qui sont pas­sés très prêts !
    J’ai vision­né en deux fois .…bonne continuation
    ève

    Réponse
  8. Aquablue03

    Sur quelle pla­nète vivez vous ?
    Le com­men­taire posé à l’ins­tant et ter­mi­né à 14 h et 10 mns indique chez vous une exé­cu­tion com­mise à 14 h 51 mns ! lol Sachant qu’en octobre nous avons un retrait d’une heure .….. ???? Seriez – vous aus­si en rébel­lion contre
    le fuseau horaire , ou les empê­cheurs de dor­mir tranquille …!
    Bon dimanche

    Réponse
  9. etienne

    Chris­tian Cha­va­gneux (Alter­na­tives éco­no­miques) : « Com­bien de temps un inves­tis­seur conserve-t-il une action ? »

    Ber­nard Friot : « Un »inves­tis­seur, c’est un type qui com­mence par te piquer l’argent qu’il te doit (en te ver­sant un salaire trop bas), et qui ensuite… te le prête ! »

    L’actionnaire est un ver solitaire.

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Les activités de décembre 2022

Les activités de décembre 2022

Chers amis, Je n'ai pas publié sur le blog depuis juillet, pardonnez-moi je désespère, et je me recentre comme je peux sur un projet de livre dont je vous parlerai un de ces jours. Vous êtes nombreux à me poser des questions au sujet de la reprise des émissions "Jeudi...