Une nouvelle « Semaine de la Démocratie » commence demain à Montpellier

24/04/2016 | 5 commentaires

L’an der­nier, quelques jeunes gens bien déci­dés ont orga­ni­sé une sorte de fête de la démo­cra­tie à Mont­pel­lier, et ils ont réus­si à faire inter­ve­nir des cher­cheurs pas­sion­nants, comme Fran­cis Dupuis-Déri.

Ils recom­mencent cette année ; ça com­mence demain, lun­di 25 avril 2016 ; et ils ont besoin d’un peu d’aide pour finan­cer l’événement.

• Voi­ci donc leur site :
http://​www​.semai​ne​de​la​de​mo​cra​tie​.fr/,

le pro­gramme :

http://​www​.semai​ne​de​la​de​mo​cra​tie​.fr/​p​r​o​g​r​a​m​me/

Une petite vidéo de présentation :

Le lien pour leur don­ner quelques sous :
http://​fr​.ulule​.com/​s​e​m​a​i​n​e​-​d​e​m​o​c​r​a​t​ie/
Il nous reste 4 heures pour les aider !… un défi 🙂

Et quelques vidéos de l’an pas­sé, vrai­ment très inté­res­santes (elles viennent d’être publiées, ça va vous plaire, c’est sûr) :
http://​www​.semai​ne​de​la​de​mo​cra​tie​.fr/​2​0​1​6​/​0​4​/​2​2​/​l​e​d​i​t​i​o​n​-​2​0​1​5​-​e​n​-​v​i​d​e​os/

https://​www​.you​tube​.com/​w​a​t​c​h​?​l​i​s​t​=​P​L​G​c​6​W​j​i​7​x​R​F​j​n​k​A​M​N​z​f​V​i​f​b​f​w​p​Z​r​3​u​c​r​k​&​v​=​Q​i​v​1​C​B​7​c​-r0
______

Bon cou­rage à tous les virus, dans leur tra­vail quo­ti­dien de conta­mi­na­tion démocratique 🙂

Étienne.

Semaine de la Démo­cra­tie 2015 – jour 1 :
« Démo­cra­tie, his­toire d’un malentendu » 

Semaine de la Démo­cra­tie 2015 – jour 2 :
« Sommes-nous en Démocratie ? »

______
Lien Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​4​1​4​7​7​3​7​9​3​2​3​1​7​?​p​n​r​e​f​=​s​t​ory

Catégorie(s) de l'article :

5 Commentaires

  1. zedav

    Vous pou­vez faire confiance à M. Dupuy Dié­ry. Un acti­viste fémi­niste déli­rant. (@ Etienne, je vous recom­mande de ne pas lui décrire votre struc­ture fami­liale, qui tra­vaille, qui est à la mai­son, etc. car vous l’i­gno­riez peut-être mais vous êtes selon ses cri­tères un odieux mas­cu­li­niste dominateur).

    Je suis déso­lé mais déli­rant est le terme juste quand on lit ces textes dont le résu­mé est simple : hommes tou­jours cou­pables, domi­na­teurs et avan­ta­gés (sauf lui bien sûr et sa clique de repen­tants misandres) femmes tou­jours vic­times, domi­nées et désavantagées.

    Les pères sont écar­tés de leurs enfants ? C’est for­cé­ment à cause de leurs voies de faits sur les mères et de leurs com­por­te­ments irres­pon­sables ! Le monde est simple n’est-ce pas ?

    Je serais mal pla­cé pour dire qu’il ne faut pas le lais­ser s’ex­pri­mer puisque je suis pour la liber­té d’ex­pres­sion au sens de Chom­sky. Mais savoir qui parle, d’où il parle et avec quelle rigueur et hon­nê­te­té intel­lec­tuelle ou par­ti pris idéo­lo­gique est tou­jours utile pour décryp­ter un discours :

    Entres autres nom­breuses cas­quettes de l’ac­ti­viste et mili­tant acharné :

    Pro­fes­seur asso­cié au groupe de recherche Genre et dis­cri­mi­na­tion sexistes et homo­phobes (GEDI), Uni­ver­si­té d’An­gers (2014-pré­sent).

    Pro­fes­seur res­pon­sable du Groupe inter­dis­ci­pli­naire de recherches sur l’an­ti­fé­mi­nisme (GIRAF) de l’Ins­ti­tut de recherches et d’é­tudes fémi­nistes (IREF) (2011- présent).

    Pro­fes­seur asso­cié au Réseau qué­bé­cois en études fémi­nistes (RéQEF) (2011- présent).

    Membre asso­cié à l’Institut de recherches et d’études fémi­nistes (IREF) – UQAM (2006- présent).

    Les hommes pro­fé­mi­nistes : com­pa­gnons de route ou faux amis[1]?

    Fran­cis Dupuis-Déri
    Résumé

    L’objectif de l’auteur est de réflé­chir à la posi­tion poli­tique para­doxale et pro­blé­ma­tique qu’occupe l’homme pro­fé­mi­niste dans son rap­port aux femmes en géné­ral et aux fémi­nistes en par­ti­cu­lier. Après avoir rap­pe­lé très briè­ve­ment quelques pro­blèmes asso­ciés à l’engagement mal­heu­reux d’hommes pro­fé­mi­nistes à la fin du XIXe siècle et au XXe siècle, l’auteur mon­tre­ra, dans une pers­pec­tive fémi­niste radi­cale maté­ria­liste (Chris­tine Del­phy), que les hommes, même les mieux inten­tion­nés, sont tou­jours pri­vi­lé­giés en tant que mâle. Il pro­po­se­ra consé­quem­ment que les hommes pro­fé­mi­nistes s’engagent dans un pro­ces­sus de disem­po­werment. En repre­nant la dis­tinc­tion entre le « pou­voir sur » (pou­voir de domi­na­tion) et le « pou­voir de » (pou­voir d’agir), l’auteur cla­ri­fie­ra ce qu’il entend par disem­po­werment, soit un pro­ces­sus par lequel des hommes devraient tra­vailler indi­vi­duel­le­ment et col­lec­ti­ve­ment à limi­ter le pou­voir qu’ils exercent sur les femmes et les fémi­nistes. Il rap­pel­le­ra enfin que, mal­gré leurs bonnes inten­tions, l’engagement des hommes pro­fé­mi­nistes recèle tou­jours un poten­tiel pro­blé­ma­tique pour des fémi­nistes et que c’est le rap­port de force créé et entre­te­nu par des fémi­nistes qui pousse des hommes à se dire pro­fé­mi­nistes et qui limite les effets néga­tifs de leur engagement.

    https://​blogs​.media​part​.fr/​f​r​a​n​c​o​i​s​-​s​o​u​l​a​b​a​i​l​l​e​/​b​l​o​g​/​0​4​1​1​1​1​/​f​r​a​n​c​i​s​-​d​u​p​u​i​s​-​d​e​r​i​-​j​e​-​s​u​i​s​-​f​e​m​i​n​i​s​t​e​-​m​a​i​s​-​j​e​-​n​e​-​r​e​n​t​r​e​-​p​a​s​-da

    http://​oli​vier​kaestle​.blog​spot​.fr/​2​0​1​2​/​0​3​/​l​e​-​f​e​m​i​n​i​s​m​e​-​u​n​i​v​e​r​s​i​t​a​i​r​e​-​o​u​.​h​tml

    Ceux qui vou­dront pour­ront trou­ver de très nom­breuses traces de M. Dupuy Déry.

    Je suis pour l’é­ga­li­té des droits et condi­tions des hommes et des femmes… Mais la vraie, pas celle qui ne se pré­oc­cupe que des injus­tices faites aux femmes (et qui nie sys­té­ma­ti­que­ment les injus­tices faites aux hommes) ou qui sous cou­vert d’as­pi­ra­tion à l’é­ga­li­té, n’est qu’une gyno­lâ­trie misandre et un com­bat pour la domi­na­tion des femmes sur les hommes.

    Réponse
  2. zedav

    Dupuis-Déry, doc­teur en sciences poli­tiques ( consiste à étu­dier les pro­ces­sus poli­tiques met­tant en jeu des rap­ports de pou­voir entre les indi­vi­dus, les groupes, et au sein de l’É­tat) et mili­tant anar­chiste (cou­rant phi­lo­so­phique anti-autoritaire).

    Drôle de doc­teur en sciences poli­tiques qui consi­dère que le rôle social « assi­gné » aux femmes d’é­le­ver les enfants depuis des temps immé­mo­riaux n’au­rait aucune influence sur les déci­sions que prennent les juges aux affaires fami­liales, ces der­niers se trou­vant donc comme par magie en dehors du champs des repré­sen­ta­tions sociales, par­fai­te­ment neutres et objectifs. 

    En gros, les femmes sont vic­times de ce rôle qui leur est socia­le­ment impo­sé (notam­ment en matière de rap­port au tra­vail et là c’est vrai) mais, lors­qu’elles se retrouvent devant les JAFs, elles n’en tirent pour autant aucun avan­tage, subi­te­ment aucun pré­ju­gé favo­rable n’o­pé­rant plus en leur faveur (car le point de départ de toute ana­lyse fémi­niste est qu’au­cun pré­ju­gé n’est jamais favo­rable aux femmes).

    Et drôle de mili­tant « anar­chiste » se récla­mant de la juste auto­ri­té des juges au moins en matière d’af­faires fami­liales. Là encore et tout aus­si inex­pli­ca­ble­ment, ce corps, incar­na­tion s’il en est du pou­voir sans limite, violent et coer­ci­tif (via leurs adjoints poli­ciers et gen­darmes) consti­tué de magis­trats qui exer­cant un pou­voir exor­bi­tant ( régle­men­ter la fré­quence à laquelle un parent ver­ra ses enfants jus­qu’à la rup­ture totale du lien filial et même la pri­va­tion de liber­té sur simple dénon­cia­tion calom­nieuse) , sans contrôle réel et en toute impu­ni­té même lors­qu’ils violent la loi, ne dérange aucu­ne­ment M. Dupuis-Déry (qui, inca­pable de remon­ter une seule marche de cause des causes, réserve son opprobre à l’ins­ti­tu­tion policière) 

    Drôle d’a­nar­chiste qui ne lutte contre les pou­voirs que lors­qu’ils ne vont pas dans le sens de son idéo­lo­gie ! (outran­ciè­re­ment sexiste et même sou­vent miso­gyne comme l’est sou­vent para­doxa­le­ment le féminisme) 

    Mon­tes­quieu (qui ne se reven­di­quait pour­tant pas anti-auto­ri­taire) aurait vrai­sem­bla­ble­ment été cho­qué par le sta­tut tota­le­ment irres­pon­sable des juges contem­po­rains (tout homme qui a du pou­voir est por­té à en abu­ser, il faut que par la dis­po­si­tion des choses, le pou­voir arrête le pou­voir) mais l’  »anar­chiste » Dupuis-Déry lui, n’en est nul­le­ment cho­qué et défend même le bilan des JAFs qui ne serait abso­lu­ment pas injus­te­ment favo­rables aux mères…mais sur­tout en der­nière ana­lyse extrê­me­ment défa­vo­rable aux enfants.

    Ne s’op­po­ser aux pou­voirs que lors­qu’ils vous déplaisent est une démarche aus­si peu anar­chiste que n’est « libé­rale » la liber­té d’ex­pres­sions réser­vée à ceux qui sont d’ac­cord avec vous…

    Réponse
  3. Eliade guy

    sans tran­si­tion ..
    Bon­jour Etienne
    je sais que je suis chiant.
    Mais :
    1) je conti­nue à vous suivre et à par­ti­ci­per comme je peux aux ate­liers consti­tuants. Je suis allé à Nuit Debout à Auch.
    2) je vou­lais faire une remarque rapide sur la TRM
    Je trouve que d’a­près ce que j’en lis, c’est un sys­tème éli­taire et qui va vers une socié­té hau­te­ment tech­no­lo­gique. Ça va créer des com­mu­nau­tés d’in­té­rêt éco­no­miques sépa­rées. Pour moi c’est liber­ta­rien. Avec leurs toiles de confiance. Ça ne fait pas société !!
    Je n’ai pas d’autres com­men­taires à en faire.
    Pro­duc­teurs, pro­duc­teurs … je cite : « aucun des indi­vi­dus ou grou­pe­ment d’individus d’une zone éco­no­mique don­née n’est en mesure d’imposer aux autres une vision par­ti­cu­lière de ce qui est de la valeur ou ce qui n’en est pas »…(mon cul, ce n’est pas ce qui se pas­se­ra dans les faits) etc .. sépa­ra­tion géné­ra­li­sée .. et élites tech­no­lo­giques et hié­rar­chie de valeur.

    3) Ber­nard Friot et réseau sala­riat : c’est presque plus humain .. mais tout le monde sala­rié ça fait un peu kolkhoze
    Bien à vous

    Réponse
  4. joss

    On entend sou­vent l’ar­gu­ment de la mise à l’é­cart des femmes lors de la démo­cra­tie athé­nienne, de manière à y induire une consé­quence néga­tive de cette démocratie.

    A cette époque, les femmes, que ce soit à Athènes, à Sparte ou à Rome, ne par­ti­cipent pas à la Poli­tique. Dès lors ce n’est pas spé­ci­fique à Athènes et à son sys­tème démocratique.

    Réponse
  5. joss

    Expé­rience éton­nante des « rats plongeurs » :
    https://​www​.dai​ly​mo​tion​.com/​v​i​d​e​o​/​x​k​r​8​i​e​_​e​x​p​e​r​i​e​n​c​e​-​d​e​s​-​r​a​t​s​-​p​l​o​n​g​e​u​r​s​-​d​i​d​i​e​r​-​d​e​s​o​r​_​a​n​i​m​als

    Une hié­rar­chie de domi­nance s’ins­talle spon­ta­né­ment dans tout groupe ani­mal (et humain aus­si). Mais l’homme est le seul ani­mal à pou­voir le savoir et donc à pou­voir s’en pré­mu­nir (le pou­voir cor­rompt, le pou­voir entraîne les abus de pouvoir).
    La démo­cra­tie directe avec assem­blée consti­tuante tirée au sort pour­rait en être un moyen. Mais cela va à l’en­contre des inté­rêts des dominants.
    Voir les tra­vaux de Hen­ri Laborit

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...