Une nouvelle « Semaine de la Démocratie » commence demain à Montpellier

24/04/2016 | 5 commentaires

L’an der­nier, quelques jeunes gens bien déci­dés ont orga­ni­sé une sorte de fête de la démo­cra­tie à Mont­pel­lier, et ils ont réus­si à faire inter­ve­nir des cher­cheurs pas­sion­nants, comme Fran­cis Dupuis-Déri.

Ils recom­mencent cette année ; ça com­mence demain, lun­di 25 avril 2016 ; et ils ont besoin d’un peu d’aide pour finan­cer l’événement.

• Voi­ci donc leur site :
http://​www​.semai​ne​de​la​de​mo​cra​tie​.fr/,

le pro­gramme :

http://​www​.semai​ne​de​la​de​mo​cra​tie​.fr/​p​r​o​g​r​a​m​me/

Une petite vidéo de présentation :

Le lien pour leur don­ner quelques sous :
http://​fr​.ulule​.com/​s​e​m​a​i​n​e​-​d​e​m​o​c​r​a​t​ie/
Il nous reste 4 heures pour les aider !… un défi 🙂

Et quelques vidéos de l’an pas­sé, vrai­ment très inté­res­santes (elles viennent d’être publiées, ça va vous plaire, c’est sûr) :
http://​www​.semai​ne​de​la​de​mo​cra​tie​.fr/​2​0​1​6​/​0​4​/​2​2​/​l​e​d​i​t​i​o​n​-​2​0​1​5​-​e​n​-​v​i​d​e​os/

https://​www​.you​tube​.com/​w​a​t​c​h​?​l​i​s​t​=​P​L​G​c​6​W​j​i​7​x​R​F​j​n​k​A​M​N​z​f​V​i​f​b​f​w​p​Z​r​3​u​c​r​k​&​v​=​Q​i​v​1​C​B​7​c​-r0
______

Bon cou­rage à tous les virus, dans leur tra­vail quo­ti­dien de conta­mi­na­tion démocratique 🙂

Étienne.

Semaine de la Démo­cra­tie 2015 – jour 1 :
« Démo­cra­tie, his­toire d’un malentendu » 

Semaine de la Démo­cra­tie 2015 – jour 2 :
« Sommes-nous en Démocratie ? »

______
Lien Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​4​1​4​7​7​3​7​9​3​2​3​1​7​?​p​n​r​e​f​=​s​t​ory

Catégorie(s) de l'article :

5 Commentaires

  1. zedav

    Vous pou­vez faire confiance à M. Dupuy Dié­ry. Un acti­viste fémi­niste déli­rant. (@ Etienne, je vous recom­mande de ne pas lui décrire votre struc­ture fami­liale, qui tra­vaille, qui est à la mai­son, etc. car vous l’i­gno­riez peut-être mais vous êtes selon ses cri­tères un odieux mas­cu­li­niste dominateur).

    Je suis déso­lé mais déli­rant est le terme juste quand on lit ces textes dont le résu­mé est simple : hommes tou­jours cou­pables, domi­na­teurs et avan­ta­gés (sauf lui bien sûr et sa clique de repen­tants misandres) femmes tou­jours vic­times, domi­nées et désavantagées.

    Les pères sont écar­tés de leurs enfants ? C’est for­cé­ment à cause de leurs voies de faits sur les mères et de leurs com­por­te­ments irres­pon­sables ! Le monde est simple n’est-ce pas ?

    Je serais mal pla­cé pour dire qu’il ne faut pas le lais­ser s’ex­pri­mer puisque je suis pour la liber­té d’ex­pres­sion au sens de Chom­sky. Mais savoir qui parle, d’où il parle et avec quelle rigueur et hon­nê­te­té intel­lec­tuelle ou par­ti pris idéo­lo­gique est tou­jours utile pour décryp­ter un discours :

    Entres autres nom­breuses cas­quettes de l’ac­ti­viste et mili­tant acharné :

    Pro­fes­seur asso­cié au groupe de recherche Genre et dis­cri­mi­na­tion sexistes et homo­phobes (GEDI), Uni­ver­si­té d’An­gers (2014-pré­sent).

    Pro­fes­seur res­pon­sable du Groupe inter­dis­ci­pli­naire de recherches sur l’an­ti­fé­mi­nisme (GIRAF) de l’Ins­ti­tut de recherches et d’é­tudes fémi­nistes (IREF) (2011- présent).

    Pro­fes­seur asso­cié au Réseau qué­bé­cois en études fémi­nistes (RéQEF) (2011- présent).

    Membre asso­cié à l’Institut de recherches et d’études fémi­nistes (IREF) – UQAM (2006- présent).

    Les hommes pro­fé­mi­nistes : com­pa­gnons de route ou faux amis[1]?

    Fran­cis Dupuis-Déri
    Résumé

    L’objectif de l’auteur est de réflé­chir à la posi­tion poli­tique para­doxale et pro­blé­ma­tique qu’occupe l’homme pro­fé­mi­niste dans son rap­port aux femmes en géné­ral et aux fémi­nistes en par­ti­cu­lier. Après avoir rap­pe­lé très briè­ve­ment quelques pro­blèmes asso­ciés à l’engagement mal­heu­reux d’hommes pro­fé­mi­nistes à la fin du XIXe siècle et au XXe siècle, l’auteur mon­tre­ra, dans une pers­pec­tive fémi­niste radi­cale maté­ria­liste (Chris­tine Del­phy), que les hommes, même les mieux inten­tion­nés, sont tou­jours pri­vi­lé­giés en tant que mâle. Il pro­po­se­ra consé­quem­ment que les hommes pro­fé­mi­nistes s’engagent dans un pro­ces­sus de disem­po­werment. En repre­nant la dis­tinc­tion entre le « pou­voir sur » (pou­voir de domi­na­tion) et le « pou­voir de » (pou­voir d’agir), l’auteur cla­ri­fie­ra ce qu’il entend par disem­po­werment, soit un pro­ces­sus par lequel des hommes devraient tra­vailler indi­vi­duel­le­ment et col­lec­ti­ve­ment à limi­ter le pou­voir qu’ils exercent sur les femmes et les fémi­nistes. Il rap­pel­le­ra enfin que, mal­gré leurs bonnes inten­tions, l’engagement des hommes pro­fé­mi­nistes recèle tou­jours un poten­tiel pro­blé­ma­tique pour des fémi­nistes et que c’est le rap­port de force créé et entre­te­nu par des fémi­nistes qui pousse des hommes à se dire pro­fé­mi­nistes et qui limite les effets néga­tifs de leur engagement.

    https://​blogs​.media​part​.fr/​f​r​a​n​c​o​i​s​-​s​o​u​l​a​b​a​i​l​l​e​/​b​l​o​g​/​0​4​1​1​1​1​/​f​r​a​n​c​i​s​-​d​u​p​u​i​s​-​d​e​r​i​-​j​e​-​s​u​i​s​-​f​e​m​i​n​i​s​t​e​-​m​a​i​s​-​j​e​-​n​e​-​r​e​n​t​r​e​-​p​a​s​-da

    http://​oli​vier​kaestle​.blog​spot​.fr/​2​0​1​2​/​0​3​/​l​e​-​f​e​m​i​n​i​s​m​e​-​u​n​i​v​e​r​s​i​t​a​i​r​e​-​o​u​.​h​tml

    Ceux qui vou­dront pour­ront trou­ver de très nom­breuses traces de M. Dupuy Déry.

    Je suis pour l’é­ga­li­té des droits et condi­tions des hommes et des femmes… Mais la vraie, pas celle qui ne se pré­oc­cupe que des injus­tices faites aux femmes (et qui nie sys­té­ma­ti­que­ment les injus­tices faites aux hommes) ou qui sous cou­vert d’as­pi­ra­tion à l’é­ga­li­té, n’est qu’une gyno­lâ­trie misandre et un com­bat pour la domi­na­tion des femmes sur les hommes.

    Réponse
  2. zedav

    Dupuis-Déry, doc­teur en sciences poli­tiques ( consiste à étu­dier les pro­ces­sus poli­tiques met­tant en jeu des rap­ports de pou­voir entre les indi­vi­dus, les groupes, et au sein de l’É­tat) et mili­tant anar­chiste (cou­rant phi­lo­so­phique anti-autoritaire).

    Drôle de doc­teur en sciences poli­tiques qui consi­dère que le rôle social « assi­gné » aux femmes d’é­le­ver les enfants depuis des temps immé­mo­riaux n’au­rait aucune influence sur les déci­sions que prennent les juges aux affaires fami­liales, ces der­niers se trou­vant donc comme par magie en dehors du champs des repré­sen­ta­tions sociales, par­fai­te­ment neutres et objectifs. 

    En gros, les femmes sont vic­times de ce rôle qui leur est socia­le­ment impo­sé (notam­ment en matière de rap­port au tra­vail et là c’est vrai) mais, lors­qu’elles se retrouvent devant les JAFs, elles n’en tirent pour autant aucun avan­tage, subi­te­ment aucun pré­ju­gé favo­rable n’o­pé­rant plus en leur faveur (car le point de départ de toute ana­lyse fémi­niste est qu’au­cun pré­ju­gé n’est jamais favo­rable aux femmes).

    Et drôle de mili­tant « anar­chiste » se récla­mant de la juste auto­ri­té des juges au moins en matière d’af­faires fami­liales. Là encore et tout aus­si inex­pli­ca­ble­ment, ce corps, incar­na­tion s’il en est du pou­voir sans limite, violent et coer­ci­tif (via leurs adjoints poli­ciers et gen­darmes) consti­tué de magis­trats qui exer­cant un pou­voir exor­bi­tant ( régle­men­ter la fré­quence à laquelle un parent ver­ra ses enfants jus­qu’à la rup­ture totale du lien filial et même la pri­va­tion de liber­té sur simple dénon­cia­tion calom­nieuse) , sans contrôle réel et en toute impu­ni­té même lors­qu’ils violent la loi, ne dérange aucu­ne­ment M. Dupuis-Déry (qui, inca­pable de remon­ter une seule marche de cause des causes, réserve son opprobre à l’ins­ti­tu­tion policière) 

    Drôle d’a­nar­chiste qui ne lutte contre les pou­voirs que lors­qu’ils ne vont pas dans le sens de son idéo­lo­gie ! (outran­ciè­re­ment sexiste et même sou­vent miso­gyne comme l’est sou­vent para­doxa­le­ment le féminisme) 

    Mon­tes­quieu (qui ne se reven­di­quait pour­tant pas anti-auto­ri­taire) aurait vrai­sem­bla­ble­ment été cho­qué par le sta­tut tota­le­ment irres­pon­sable des juges contem­po­rains (tout homme qui a du pou­voir est por­té à en abu­ser, il faut que par la dis­po­si­tion des choses, le pou­voir arrête le pou­voir) mais l’  »anar­chiste » Dupuis-Déry lui, n’en est nul­le­ment cho­qué et défend même le bilan des JAFs qui ne serait abso­lu­ment pas injus­te­ment favo­rables aux mères…mais sur­tout en der­nière ana­lyse extrê­me­ment défa­vo­rable aux enfants.

    Ne s’op­po­ser aux pou­voirs que lors­qu’ils vous déplaisent est une démarche aus­si peu anar­chiste que n’est « libé­rale » la liber­té d’ex­pres­sions réser­vée à ceux qui sont d’ac­cord avec vous…

    Réponse
  3. Eliade guy

    sans tran­si­tion ..
    Bon­jour Etienne
    je sais que je suis chiant.
    Mais :
    1) je conti­nue à vous suivre et à par­ti­ci­per comme je peux aux ate­liers consti­tuants. Je suis allé à Nuit Debout à Auch.
    2) je vou­lais faire une remarque rapide sur la TRM
    Je trouve que d’a­près ce que j’en lis, c’est un sys­tème éli­taire et qui va vers une socié­té hau­te­ment tech­no­lo­gique. Ça va créer des com­mu­nau­tés d’in­té­rêt éco­no­miques sépa­rées. Pour moi c’est liber­ta­rien. Avec leurs toiles de confiance. Ça ne fait pas société !!
    Je n’ai pas d’autres com­men­taires à en faire.
    Pro­duc­teurs, pro­duc­teurs … je cite : « aucun des indi­vi­dus ou grou­pe­ment d’individus d’une zone éco­no­mique don­née n’est en mesure d’imposer aux autres une vision par­ti­cu­lière de ce qui est de la valeur ou ce qui n’en est pas »…(mon cul, ce n’est pas ce qui se pas­se­ra dans les faits) etc .. sépa­ra­tion géné­ra­li­sée .. et élites tech­no­lo­giques et hié­rar­chie de valeur.

    3) Ber­nard Friot et réseau sala­riat : c’est presque plus humain .. mais tout le monde sala­rié ça fait un peu kolkhoze
    Bien à vous

    Réponse
  4. joss

    On entend sou­vent l’ar­gu­ment de la mise à l’é­cart des femmes lors de la démo­cra­tie athé­nienne, de manière à y induire une consé­quence néga­tive de cette démocratie.

    A cette époque, les femmes, que ce soit à Athènes, à Sparte ou à Rome, ne par­ti­cipent pas à la Poli­tique. Dès lors ce n’est pas spé­ci­fique à Athènes et à son sys­tème démocratique.

    Réponse
  5. joss

    Expé­rience éton­nante des « rats plongeurs » :
    https://​www​.dai​ly​mo​tion​.com/​v​i​d​e​o​/​x​k​r​8​i​e​_​e​x​p​e​r​i​e​n​c​e​-​d​e​s​-​r​a​t​s​-​p​l​o​n​g​e​u​r​s​-​d​i​d​i​e​r​-​d​e​s​o​r​_​a​n​i​m​als

    Une hié­rar­chie de domi­nance s’ins­talle spon­ta­né­ment dans tout groupe ani­mal (et humain aus­si). Mais l’homme est le seul ani­mal à pou­voir le savoir et donc à pou­voir s’en pré­mu­nir (le pou­voir cor­rompt, le pou­voir entraîne les abus de pouvoir).
    La démo­cra­tie directe avec assem­blée consti­tuante tirée au sort pour­rait en être un moyen. Mais cela va à l’en­contre des inté­rêts des dominants.
    Voir les tra­vaux de Hen­ri Laborit

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles