François Bégaudeau & Gil Delannoi – Élites, pensée dominante et démocratie (ENS, 2019)

4/06/2021 | 7 commentaires


 
J’aime lire et écou­ter ces deux hommes, et je me réga­lais à l’a­vance d’un échange entre eux.

Mal­heu­reu­se­ment, Fran­çois était un peu trop ten­du ce jour-là (je ne sais pas pour­quoi) et par quelques piques il a (injus­te­ment et inuti­le­ment, je trouve) heur­té Gil, qui n’a ensuite presque plus par­lé ; et je trouve ça dommage.

Ceci dit, vous com­pren­drez, en la regar­dant, l’in­té­rêt que je porte à cette vidéo : Gil et Fran­çois y défendent des idées impor­tantes. On devrait retrans­crire au moins le plan détaillé de cet échange.

Il me semble pour­tant que toutes ces idées auraient gagné à être ana­ly­sées et cor­ri­gées par un défen­seur ardent :
• d’un pro­ces­sus consti­tuant popu­laire permanent,
• d’une pro­cé­dure élec­to­rale dont les élec­teurs n’au­raient rien à craindre (parce qu’ils en maî­tri­se­raient l’ins­ti­tu­tion grâce à un entrai­ne­ment pratique),
• et des ver­tus intrin­sèques du tirage au sort en poli­tique et en économie,
sui­vez mon regard 🙂

J’es­père que, un jour, la chance me sera don­née de débattre de cette manière avec Fran­çois et avec Gil, que je res­pecte et appré­cie tous les deux.

Étienne.


Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :


Tweet cor­res­pon­dant à ce billet :

Catégorie(s) de l'article :

7 Commentaires

  1. Quéguiner

    MODELE AGRICOLE et SOCIÉTÉ : Une solu­tion concrè­te­ment réa­li­sable mais qui n’in­té­resse personne.….
    Vous êtes-vous déjà posé la ques­tion de com­ment se fabrique la matière vivante dans notre belle période pla­né­taire actuelle ?
    Par quels méca­nismes la matière miné­rale inerte est assem­blée de telle manière qu’elle devient à la fois la matière por­teuse du vivant, car­bu­rant néces­saire au fonc­tion­ne­ment de la matière du vivant et prin­ci­pal élé­ment sta­bi­li­sa­teur de la com­po­si­tion atmosphérique ?
    Nous avons aujourd’­hui des élé­ments de réponses à ces ques­tions. Des élé­ments qui matchent par­ti­cu­liè­re­ment bien aux évo­lu­tions de notre réa­li­té maté­rielle actuelle.
    Ces méca­nismes de fabri­ca­tion et de fonc­tion­ne­ment du vivant, tout simples et à l’œuvre sur la pla­nète entière sont notre com­mun vital.
    Le vivant actuel se déve­loppe sur une règle « natu­relle » générale :
    déve­lop­pe­ment indi­vi­duel maxi­mum sans conscience du com­mun, ni atten­tion à la réa­li­té maté­rielle impo­sée à l’en­semble du vivant

    si un brin d’herbe par­mi tous les autres acquiert la pos­si­bi­li­té de colo­ni­ser toute la pla­nète en détrui­sant l’en­semble du vivant, c’est ce qui arrive !
    l’hu­main est issu du même moule que ce brin d’herbe.…
    Le monde actuel cor­res­pond à l’application de cette règle par l’ensemble du vivant et ce depuis quelques mil­liards d’années…

    Le truc, c’est que nous sommes aujourd’hui conscients de l’impasse bio­lo­gique dans laquelle cette règle nous a mené.
    nous sommes conscients
    • du rôle nour­ri­cier et pro­tec­teur de l’atmosphère,
    • que les végé­taux assemblent, en uti­li­sant l’énergie du soleil, le car­bone miné­ral inerte de l’atmosphère pour en faire la matière car­bo­née vivante,
    • que les bac­té­ries du sol assemblent, en uti­li­sant l’énergie pro­duite par les végé­taux, l’azote miné­ral inerte de l’atmosphère pour en faire la matière azo­tée du vivant,
    • que les cham­pi­gnons et les racines pré­lèvent, en uti­li­sant l’énergie et la matière vivante pro­duite par végé­taux et bac­té­ries, les miné­raux du sol pour les rendre uti­li­sables par le vivant.
    • que nos méthodes de pro­duc­tion actuelles per­turbent le fonc­tion­ne­ment de cette machine à fabri­quer le vivant, désta­bi­lise la com­po­si­tion atmo­sphé­rique et ins­talle ain­si une pénu­rie ali­men­taire glo­bale et une pol­lu­tion pour l’ensemble du vivant planétaire…..

    Du coup trois options s’offrent à nous, du moins tant que nous sommes dans cette période pla­né­taire rela­ti­ve­ment stable qui est la notre actuellement :
    • Conti­nuer à appli­quer col­lec­ti­ve­ment la règle jusqu’au bout : les maitres du monde actuels (grands diri­geants mon­diaux et grands mar­chands) et le mar­ché en sont l’aboutissement ultime et l’humanité en accepte les consé­quences, en conscience ou non, de grès ou de force.
    • Agir indi­vi­duel­le­ment en fonc­tion de cette prise de conscience et de cette com­pré­hen­sion du fonc­tion­ne­ment de notre envi­ron­ne­ment impo­sé : démarche per­son­nelle, locale et plus ou moins indi­vi­duelle pour ten­ter de s’extraire de l’impasse
    • Agir col­lec­ti­ve­ment en fonc­tion de cette prise de conscience et cette com­pré­hen­sion du fonc­tion­ne­ment de notre envi­ron­ne­ment maté­riel impo­sé : uti­li­ser les moyens que nous met­tons en com­mun, pour réunir les com­pé­tences et apprendre à pro­duire nos affaires en res­pec­tant et en uti­li­sant, voire en amé­lio­rant le fonc­tion­ne­ment de la machine à fabri­quer la matière vivante
    Pour cette troi­sième option, Il y a un tra­vail col­lec­tif à réa­li­ser : Il nous faut une ferme qui tire sa fer­ti­li­té d’une aug­men­ta­tion de la vie du sol, qui pro­duit nour­ri­ture, éner­gies, maté­riaux de construc­tion et maté­riaux à manufacturer.
    Cet axe de déve­lop­pe­ment, qui concerne uni­que­ment nos besoins maté­riels de base (se nour­rir, se loger, se chauf­fer, se vêtir,….) bou­le­verse l’é­co­no­mie en relo­ca­li­sant le quo­ti­dien. Il bou­le­verse aus­si le poli­tique en don­nant de l’im­por­tance à l’é­che­lon local. C’est une vraie solu­tion à l’en­semble des pro­blèmes envi­ron­ne­men­taux et socié­taux. Cet axe de déve­lop­pe­ment assure éga­le­ment une tran­si­tion pro­gres­sive, sur 30 à 40 ans, au rythme de la trans­mis­sion des terres agricoles.….
    Nous avons 28 mil­lions d’hectares uti­li­sés par l’agriculture en France actuel­le­ment, il suf­fit d’approvisionner 4 per­sonnes à l’hectare pour sub­ve­nir aux besoins de 112 mil­lions de Fran­çais. Nous sommes 70millions actuellement…..
    Nous avons 5 mil­liards d’hectares culti­vés aujourd’hui à l’échelle de la pla­nète, il suf­fit d’approvisionner 2 per­sonnes par hec­tare pour sub­ve­nir aux besoins de 10 mil­liards d’humains…
    Le pro­blème n’est pas maté­riel, n’est pas quantitatif.
    Le pro­blème est de prendre conscience de la réa­li­té maté­rielle qui est la nôtre,
    et si le choix est fait d’une action collective,
    De réunir les com­pé­tences néces­saires sur une ferme
    De lais­ser la tran­si­tion s’opérer au rythme de la trans­mis­sion des terres agricoles
    De lais­ser s’organiser la socié­té humaine qui va avec ces nou­velles méthodes de production
    Rien qu’on ne sache faire ou qu’on ne puisse apprendre, ni rien d’abstrait ni de maté­riel­le­ment irréaliste….
    Rien qui péna­lise ce qui ne relève pas du quo­ti­dien maté­riel de base (tech­no­lo­gies éla­bo­rées, liber­té de l’esprit et des relations)
    Uto­pique tant qu’on n’a pas réa­li­sé une pre­mière ferme
    Les obs­tacles sont
    • dans la dif­fi­cul­té d’une prise de conscience collective
    • dans notre peur du chan­ge­ment, nos idées pré­con­çues et autres blo­cages intellectuels
    • dans les résis­tances de l’écosystème tech­ni­co­fi­nan­cier mar­chand qui se ver­rait bien ache­ver la finan­cia­ri­sa­tion du monde en y incluant l’air, l’eau, la nour­ri­ture et la santé….
    Voi­là, une autre façon de voir les choses, peut-être moins répan­due, ce qui n’est pas vrai­ment sûr, mais cer­tai­ne­ment beau­coup moins orga­ni­sée que la vision mar­chande de notre monde…..

    Je dirais que, par for­ma­tage idéo­lo­gique ou déci­sions réflé­chies, nos gou­ver­nants ont fait leurs choix…
    • gigan­tisme, concen­tra­tion et dépen­dance à l’argent pour la production
    • finan­cia­ri­sa­tion du com­mun et du vivant
    • adap­ta­tion for­cée des popu­la­tions et du vivant à un envi­ron­ne­ment arti­fi­ciel et pollué
    • dépen­dance pri­maire des popu­la­tions à la finance

    De toute part, expri­mé de dif­fé­rentes manières, plus ou moins expli­cites, les chan­ge­ments sont deman­dés et plus ou moins atten­dus…. Le tout dans un fata­lisme désa­bu­sé devant la puis­sance du sys­tème des­truc­teur et anes­thé­siant qui s’est ins­tal­lé pro­gres­si­ve­ment sans qu’on en mesure cor­rec­te­ment les conséquences….

    La concen­tra­tion du pou­voir et des moyens d’action aug­mente, la misère et les désordres envi­ron­ne­men­taux aug­mentent en proportion….ça sent la révo­lu­tion dans le sang si nous ne sommes pas capables de pro­po­ser une alter­na­tive, pour le com­mun maté­riel de base, au sys­tème mar­chand…. Une alter­na­tive plus orga­ni­sée et moins nébu­leuse avant les pro­chaines élections…

    La terre agri­cole est l’épicentre actuelle du combat….
    Qu’on le veuille ou non, qu’on en soit conscient ou non, la ligne de front des dif­fé­rents com­bats, envi­ron­ne­men­taux, socié­taux, éco­no­miques et moné­taires se situe sur les terres agricoles.

    Envi­ron­ne­ment, bio­di­ver­si­té, rési­lience et san­té des popu­la­tions, par­tage des richesses, la conver­gence des luttes se situe sur la ferme capable de s’installer sur les énormes sur­faces agri­coles mises en vente dans les cinq années à venir….
    Et ce n’est pas qu’une affaire de paysans….
    L’é­vo­lu­tion « natu­relle » de la situa­tion nous mène vers la tech­no­lo­gie, la finan­cia­ri­sa­tion, la concen­tra­tion des pou­voirs et des moyens d’action…
    Se don­ner un choix entre la carte tech­no­lo­gique et la carte du vivant comme moyen de gérer le com­mun vital et de s’adapter à notre envi­ron­ne­ment maté­riel impo­sé (par le soleil et le cycle pla­né­taire de la matière) n’est pas natu­rel, demande un rai­son­ne­ment et une démarche active….

    Les élec­tions régio­nales à venir peuvent être l’occasion de deman­der la mise en œuvre des moyens maté­riels pour un type de ferme plus adap­té à la réa­li­té maté­rielle qui nous entoure : 

    une ferme école des savoir-faire fon­da­men­taux : 50ha dont 10ha de cam­pus et 40ha de ferme
    • mettre au point cette agri­cul­ture qui tire sa fer­ti­li­té d’une aug­men­ta­tion de la vie du sol.
    • mettre au point les méthodes qui per­mettent de cou­vrir nos besoins à par­tir de sa production.
    • Mettre au point les méthodes d’organisation du tra­vail sur cette ferme.
    habi­tat et bâti­ments de tra­vail, légers, clairs, confor­tables, auto­nomes, de dimen­sion évolutive.
    low tech pour l’utilisation des maté­riaux locaux, l’au­to­no­mie des habi­tants et de la production.
    méthodes de gou­ver­nance hori­zon­tale pour l’au­to­ges­tion du groupe de tra­vail sur la ferme
    iti­né­raires tech­niques pour super­boos­ter rapi­de­ment la vie du sol sur les zones cultivées.

    Mettre les moyens publics (admi­nis­tra­tion, finance) pour réunir sur un même site les com­pé­tences déve­lop­pées par la socié­té civile ces der­nières années pour créer une exploi­ta­tion céréa­lière auto­nome, agro­fo­res­tière, bio, sans tra­vail du sol, en poly­cul­ture polyélevage.
    Les arbres y sont choi­sis et posi­tion­nés en fonc­tion de pro­duc­tion visée et de la vie du sol.
    L’é­le­vage y est choi­si (bovins, volailles, abeilles comme point de départ), dimen­sion­né (une vache de race mixte et sa suite sur 3ha, x poules oeufs et viande par ha, 2 à 5 essaims par hec­tares), orga­ni­sé (un pas­sage de bovins tous les deux ans mini­mum, un pas­sage de volaille à chaque inter­cul­ture) en fonc­tion des besoins de la vie du sol.
    La ferme pro­duit nour­ri­ture, éner­gie, maté­riaux de construc­tion et maté­riaux à manu­fac­tu­rer en fonc­tion de besoins locaux
    Objectif :
    apprendre à appro­vi­sion­ner 4 per­sonnes à l’hectare y com­pris les habi­tants de la ferme pour le quo­ti­dien maté­riel de base
    Mon­trer à quoi res­semble la vie et le tra­vail sur cette ferme
    Ima­gi­ner à quoi res­semble la vie sur une com­mune rurale orga­ni­sée pour le quo­ti­dien maté­riel de base autour de fermes de ce type
    Ima­gi­ner à quoi res­semble la vie dans une ville entou­rée et appro­vi­sion­née par une telle campagne
    Ima­gi­ner à quoi res­semble la gou­ver­nance locale et natio­nale dans un pays restruc­tu­ré par une telle orga­ni­sa­tion, appro­vi­sion­né au quo­ti­dien par de telles fermes

    Se don­ner un choix….

    Réponse
    • Lucien Schweitzer

      @quéguiner Solu­tion réa­li­sable qui ne peut inté­res­ser que les VRAIS ECOLOGISTES , ceux qui étu­dient les sciences de la nature sur notre pla­nète , de la consé­cra­tion du vivant en toutes matières depuis les mil­liards d’an­nées avant celle de l’homme que nous sommes devenus…
      <> Jean Ros­tand bio­lo­giste fran­çais 1894–1977 .

      Réponse
  2. Joh

    C’est un concours de gôgôl­chias­se­rie ? Alors le type qui veut don­ner le pou­voir au peuple mais le méprise parce qu’il veaute RN (il dit encore FN et avoue mater la télé ! Si si !) et n’a­dore pas les mos­quées. Ouch !
    Il en est encore au cli­vage D/G ! Et fous la paix aux gj !

    Réponse
  3. Dominique Gagnot

    1 – Le pou­voir ne peut pas aller au peuple de manière démo­cra­tique. Fran­çois Bégau­deau a par­fai­te­ment expli­qué pourquoi. 

    2 – Comme l’a évo­qué Gil Delan­noi, si rien ne se passe l’homme dis­pa­rai­tra avant le capi­ta­lisme. En effet, « la recherche sys­té­mique de pro­fits conduit à orga­ni­ser le pillage des res­sources ter­restres et humaines, et la des­truc­tion de la bio­sphère ». (Ça c’est de moi ;).

    3 – Donc, le seul espoir d’arrêter la course folle des capi­ta­listes (du haut à droite) est dans le rap­port de force armé. 

    4 – La loi du plus fort étant tou­jours la meilleure, seule l’armée la plus puis­sante de la pla­nète peut en déci­der : celle des Etats Unis. Jus­te­ment, des bruits de cou­loir disent qu’il se passe des choses là bas…

    Sinon, j’ai écrit ça : http://​bit​.ly/​c​a​p​i​t​a​l​i​sme

    Réponse
  4. Yvan BACHAUD

    Que l’on tire au moins 1000 personnes.Qu’elles ne soient pas rem­pla­cées, si elles décident de ne pas « par­ti­ci­per » du tout aux tra­vaux ni aux déci­sions ou très peu jus­qu’à la remise de leur pro­jet de Consti­tu­tion sou­mis à référendum.

    Je suis 100% contre le TAS des dépu­tés car ce serait la « pro­por­tion­nelle inté­grale » et il n’y aurait pas de poli­tique géné­rale défi­nie, de bud­get pour la France pour les 5 ans, quel 1er ministre aurait la confiance de l’assemblée ?

    De plus si on dis­pose du RIC en toutes matières , le par­ti ou la coa­li­tion qui a la majo­ri­té à l’ AN est sous contrôle conti­nu : AVANT sa publi­ca­tion au J.O, un veto peu être mis à toute loi esti­mée inap­pro­priée ou injuste et des citoyens peuvent pro­po­ser au peuple DEVENU enfin sou­ve­rain, des pro­po­si­tions alternatives.

    Le RIC révo­ca­toire n’a aucun sens. Les citoyens ont – à tous les niveaux ter­ri­to­riaux le pou­voir en der­nier ressort,donc si une mau­vaise déci­sion a été prise c’est que les citoyens n’ont pas jugé bon d’y mettre un veto. Et ils vou­draient ren­voyer des élus pour LEUR insuf­fi­sance ? C’est grotesque.

    Je suis prêt à répondre aux contradicteurs..

    Réponse
    • Lucien Schweitzer

      Mais pour cela encore fau­drait-il que le peuple puisse avoir le droit d’é­crire et de déci­der sur les trois prin­cipes fon­da­men­taux <> et en der­nier res­sort il ne l’au­ra jamais sauf s’il siège lui-même sur les bancs de l’AN à la place des par­tis poli­tiques pré­sents depuis la révo­lu­tion fomen­tée par l’a­ris­to­cra­tie bour­geoise aidé en cela par le clergé…Là où je trouve gro­tesque c’est de voire tous les pré­si­dents des répu­bliques dites démo­cra­tiques faire allé­geance la main sur la bible jurant devant dieu ? de tout faire pour la misère du peuple.

      Réponse
  5. Bachaud

    Je suis 100% pour le tirage au sort d’une consti­tuante car elle sera repré­sen­ta­tive à condition :

    Que l’on tire au moins 1000 per­sonnes. Qu’elles ne soient pas rem­pla­cées, si elles décident de ne pas « par­ti­ci­per » du tout aux tra­vaux ni aux déci­sions ou très peu jus­qu’à la remise de leur pro­jet de Consti­tu­tion sou­mis à référendum.

    Je suis 100% contre le TAS des dépu­tés car ce serait la « pro­por­tion­nelle inté­grale » et il n’y aurait pas de poli­tique géné­rale défi­nie, de bud­get pour la France pour les 5 ans, quel 1er ministre aurait la confiance de l’assemblée ?

    De plus si on dis­pose du RIC en toutes matières , le par­ti ou la coa­li­tion qui a la majo­ri­té à l’ AN est sous contrôle conti­nu : AVANT sa publi­ca­tion au J.O, un veto peu être mis à toute loi esti­mée inap­pro­priée ou injuste et des citoyens peuvent pro­po­ser au peuple DEVENU enfin sou­ve­rain, des pro­po­si­tions alternatives.

    Le RIC révo­ca­toire n’a aucun sens. Les citoyens ont – à tous les niveaux ter­ri­to­riaux le pou­voir en der­nier ressort,donc si une mau­vaise déci­sion a été prise c’est que les citoyens n’ont pas jugé bon d’y mettre un veto. Et ils vou­draient ren­voyer des élus pour LEUR insuf­fi­sance ? C’est grotesque.

    Je suis prêt à répondre aux contradicteurs..

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...