Des nouvelles de « la science », au service de « la sécurité des plus fragiles »… (et des profiteurs de guerre)

18/01/2021 | 4 commentaires

Ce que disent les documents sur les vaccins anti-Covid-19 volés à l’Agence européenne des médicaments

Source : Le Monde, 16 jan­vier 2021, https://​www​.lemonde​.fr/​p​l​a​n​e​t​e​/​a​r​t​i​c​l​e​/​2​0​2​1​/​0​1​/​1​6​/​v​a​c​c​i​n​s​-​c​e​-​q​u​e​-​d​i​s​e​n​t​-​l​e​s​-​d​o​c​u​m​e​n​t​s​-​v​o​l​e​s​-​a​-​l​-​a​g​e​n​c​e​-​e​u​r​o​p​e​e​n​n​e​-​d​e​s​-​m​e​d​i​c​a​m​e​n​t​s​_​6​0​6​6​5​0​2​_​3​2​4​4​.​h​tml£

Ces don­nées déro­bées, puis dif­fu­sées sur le Dark Web, montrent la pres­sion à laquelle fai­sait face l’agence pour approu­ver au plus vite le vac­cin Pfizer-BioNTech.

par Lise Barnéoud


COLCANOPA

Des docu­ments confi­den­tiels déro­bés à l’Agence euro­péenne des médi­ca­ments (EMA) le 9 décembre 2020 refont sur­face dans le Dark Web. Le Monde a pu en récu­pé­rer une par­tie, et une équipe euro­péenne de jour­na­listes les a éplu­chés. L’ensemble com­prend une ving­taine d’éléments, essen­tiel­le­ment autour du dos­sier d’évaluation du vac­cin de Pfi­zer-BioN­Tech. Il com­prend éga­le­ment 19 cour­riels, échan­gés entre le 10 novembre et le 25 novembre par divers res­pon­sables de l’agence, dont cer­tains auraient été « mani­pu­lés » par les hackeurs, a aver­ti l’EMA, ven­dre­di 15 jan­vier, dans un com­mu­ni­qué. Tou­te­fois, dans un échange avec Le Monde, l’agence recon­naît que « les cour­riels divul­gués reflètent les pro­blèmes et les dis­cus­sions qui ont eu lieu ».

Par­mi les e‑mails, qui appa­raissent dûment datés, avec les dif­fé­rents des­ti­na­taires visibles, donc a prio­ri moins sus­cep­tibles d’avoir fait l’objet de mani­pu­la­tions, cinq per­mettent de tou­cher du doigt la pres­sion à laquelle fai­sait face l’agence pour approu­ver au plus vite un pre­mier vac­cin contre le Covid-19. Dans un échange daté du 12 novembre, une res­pon­sable de l’EMA signale par exemple une dis­cus­sion avec la com­mis­saire euro­péenne à la san­té, Stel­la Kyria­kides. Celle-ci s’étant enga­gée « à ce que tous les Etats membres reçoivent le vac­cin en même temps », elle aurait alors insis­té sur l’importance de ne pas les « for­cer » à uti­li­ser des pro­cé­dures natio­nales à cause de délais dans le pro­ces­sus d’autorisation offi­ciel. Selon une direc­tive de l’UE, les Etats peuvent en effet uti­li­ser des médi­ca­ments non auto­ri­sés par l’EMA en cas d’épidémie.

Le 19 novembre, un haut res­pon­sable de l’EMA évoque éga­le­ment une confé­rence télé­pho­nique avec la Com­mis­sion euro­péenne qui se serait tenue dans « une atmo­sphère plu­tôt ten­due, par­fois même un peu désa­gréable, qui donne une idée de ce que à quoi l’EMA peut s’attendre si les attentes ne sont pas satis­faites, que ces attentes soient réa­listes ou non ». Le len­de­main, dans un échange avec l’Agence danoise du médi­ca­ment, le même res­pon­sable se dit sur­pris qu’Ursula von der Leyen, pré­si­dente de la Com­mis­sion euro­péenne, ait « clai­re­ment iden­ti­fié les deux vac­cins qui pour­raient être approu­vés avant la fin de l’année [Pfi­zer-BioN­Tech et Moder­na]. Il y a encore des pro­blèmes avec les deux », sou­ligne l’agent.

C’est sur cer­tains de ces « pro­blèmes » que portent les autres docu­ments déro­bés en décembre 2020, non sus­pec­tés de mani­pu­la­tions par l’EMA. Et plus par­ti­cu­liè­re­ment, les pro­blèmes concer­nant le vac­cin Pfi­zer-BioN­Tech. On découvre ain­si qu’en novembre l’agence euro­péenne for­mu­lait trois « objec­tions majeures » vis-à-vis de ce vac­cin : cer­tains sites de fabri­ca­tion n’avaient pas encore été ins­pec­tés ; il man­quait encore des don­nées sur les lots de vac­cins com­mer­ciaux ; mais, sur­tout, les don­nées dis­po­nibles révé­laient des dif­fé­rences qua­li­ta­tives entre les lots com­mer­ciaux et ceux qui avaient ser­vi durant les essais cli­niques. C’est sur ce der­nier point que les éva­lua­teurs semblent alors le plus préoccupés.

« Point bloquant »

En effet, pour pas­ser d’un stade cli­nique à un stade com­mer­cial, les fabri­cants ont dû chan­ger leurs pro­ces­sus de fabri­ca­tion, ils ont aus­si inves­ti dans de nou­velles lignes de pro­duc­tion et de nou­velles usines. Autant de modi­fi­ca­tions qui expli­que­raient des dif­fé­rences dans la com­po­si­tion exacte des vac­cins, en par­ti­cu­lier une dimi­nu­tion du degré d’intégrité de l’ARN. Celui-ci est l’élément cru­cial de ce vac­cin qui per­met, une fois injec­té dans les cel­lules, de fabri­quer la pro­téine Spike du virus et ain­si apprendre au sys­tème immu­ni­taire à recon­naître ce patho­gène et le neu­tra­li­ser. Les vac­cins uti­li­sés lors des essais cli­niques pos­sé­daient entre 69 % et 81 % d’ARN « intègre », c’est-à-dire la séquence entière per­met­tant de fabri­quer la pro­téine Spike. En revanche, des don­nées sur les lots fabri­qués dans ces nou­velles lignes de pro­duc­tion révé­laient des pour­cen­tages plus faibles, 59 % en moyenne. Cer­tains lots des­cen­daient même jusqu’à 51 % et 52 %. Un « point blo­quant », dit l’EMA le 23 novembre.

La ques­tion se pose en effet de savoir si ce taux d’ARN plus faible pour­rait non seule­ment impac­ter l’efficacité de la vac­ci­na­tion mais aus­si sa sécu­ri­té, car qui dit moins d’ARN intègre, dit plus d’impuretés, notam­ment d’ARN tron­qués. « Nous avons fré­quem­ment des ARN un peu plus courts ou un peu plus longs dans ces pro­duits. On filtre en fonc­tion de la taille de la molé­cule, mais cette fil­tra­tion est dif­fi­cile à grande échelle », com­mente Steve Pas­co­lo, cher­cheur à l’hôpital uni­ver­si­taire de Zurich, qui tra­vaille depuis vingt ans sur les vac­cins ARN (cofon­da­teur de Cure­Vac en 2000, il a quit­té cette entre­prise, et a aujourd’hui des pro­jets en com­mun avec BioN­Tech). Ces ARN tron­qués ne peuvent évi­dem­ment plus être tra­duits en pro­téine Spike. Tou­te­fois, des don­nées four­nies par l’industriel à l’EMA indiquent qu’avec un taux d’ARN com­plet de 62 %, la pro­téine est tout de même pro­duite dans des quan­ti­tés com­pa­rables. « Dans les pre­miers essais de BioN­Tech, ils avaient des réponses immu­ni­taires avec un seul micro­gramme d’ARN, pointe Steve Pas­co­lo. Là, le vac­cin est cen­sé en avoir 30 micro­grammes, donc ils ont de la marge. »

C’est aus­si le point de vue de la Food and Drug Admi­nis­tra­tion (FDA) amé­ri­caine, avec qui l’EMA était en contact. « La ques­tion de la teneur en ARN mes­sa­ger n’est pas per­çue comme majeure » pour la FDA, explique un res­pon­sable de l’EMA dans un mail daté du 23 novembre. Il appa­raît en réa­li­té dans ce mes­sage que ces pro­blèmes de fabri­ca­tion et de contrôle qua­li­té n’affectent pas les auto­ri­sa­tions d’utilisation d’urgence (mises en œuvre par les Etats-Unis, le Cana­da ou le Royaume-Uni). Ces der­nières ne consti­tuent pas en réa­li­té une auto­ri­sa­tion du vac­cin lui-même, mais une auto­ri­sa­tion de son uti­li­sa­tion tem­po­raire. L’autorisation de mise sur le mar­ché tem­po­raire, que vise l’EMA, semble à l’inverse plus contrai­gnante sur ce point. D’où cette néces­si­té de « s’aligner sur des spé­ci­fi­ca­tions com­munes » à l’EMA, la FDA et l’Agence cana­dienne, « afin d’éviter qu’une région obtienne tout le maté­riel sous-opti­mal », peut-on lire quelques jours plus tard dans un e‑mail.

« Objection majeure »

Le 26 novembre, BioN­Tech et Pfi­zer ont l’occasion de répondre aux objec­tions de l’EMA. Des ins­pec­tions des dif­fé­rents sites sont en cours, peut-on lire dans leur pré­sen­ta­tion. Ils pro­posent aus­si de rele­ver le taux d’intégrité mini­mum d’ARN à 60 % dans les pre­mières étapes de fabri­ca­tion pour évi­ter de se retrou­ver en des­sous de 50 % dans le pro­duit final, ce qui appa­raît comme le cri­tère d’acceptation dans tous les docu­ments consul­tés. Dans leur pré­sen­ta­tion, les fabri­cants de ce vac­cin dit Comir­na­ty affirment que ces dif­fé­rences de quan­ti­té d’ARN « ne devraient pas affec­ter » ni l’efficacité ni la sécu­ri­té de leur pro­duit. Cer­tains de ces lots ont été uti­li­sés dans des essais cliniques.

Mais l’EMA ne semble pas encore convain­cue, puisque les der­niers docu­ments ou échanges dis­po­nibles ne per­mettent pas encore de lever cette « objec­tion majeure ». Une cap­ture d’écran d’un mail échan­gé le 30 novembre entre l’EMA et les fabri­cants le confirme : « Ces pro­blèmes sont consi­dé­rés comme cri­tiques, en par­ti­cu­lier dans le contexte de la nou­veau­té de ce type de pro­duit et de l’expérience limi­tée, une stra­té­gie de contrôle plus stricte est donc atten­due ». Dans l’un des der­niers rap­ports acces­sibles, on apprend tou­te­fois qu’un ajus­te­ment des pro­cé­dés de fabri­ca­tion per­met de retrou­ver des niveaux d’intégrité autour de 75 %, com­pa­rables aux lots des essais cliniques.

Trois jours plus tard, le 3 décembre, le Wall Street Jour­nal publiait un article fai­sant état d’un pro­blème de pro­duc­tion du vac­cin Pfi­zer. « Cer­tains pre­miers lots de matières pre­mières ne répon­daient pas aux normes. Nous avons réso­lu le pro­blème, mais nous avons man­qué de temps pour répondre aux expé­di­tions pré­vues de cette année », y explique une « per­sonne direc­te­ment impli­quée dans le déve­lop­pe­ment du vac­cin Pfi­zer ». Faut-il y voir un lien ? Pfi­zer n’a pas sou­hai­té s’exprimer, men­tion­nant uni­que­ment l’enquête en cours de l’EMA sur la cybe­rat­taque. Ven­dre­di 15 jan­vier, BioN­Tech et Pfi­zer ont à nou­veau annon­cé des retards de livrai­son, invo­quant des tra­vaux néces­saires dans l’usine belge de Puurs.

Sol­li­ci­tée, l’EMA a confir­mé que ce pro­blème de qua­li­té avait été réglé par la suite : « La socié­té a été en mesure de résoudre ces pro­blèmes et de four­nir les infor­ma­tions et don­nées néces­saires pour per­mettre à l’EMA d’évoluer vers une recom­man­da­tion posi­tive pour ce vac­cin ». L’agence assure par ailleurs que les spé­ci­fi­ca­tions actuelles sur le niveau d’ARN « sont consi­dé­rées comme scien­ti­fi­que­ment jus­ti­fiées et accep­tables ». Il est par exemple peu pro­bable, sou­ligne l’agence, que ces molé­cules d’ARN tron­quées puissent être tra­duites en pro­téine ou en pep­tide, et ain­si pro­vo­quer des effets indé­si­rables. « Mal­gré l’urgence, il y a tou­jours eu un consen­sus dans toute l’UE pour ne pas com­pro­mettre les normes de haute qua­li­té et pour fon­der toute recom­man­da­tion sur la force des preuves scien­ti­fiques, sur la sécu­ri­té, la qua­li­té et l’efficacité d’un vac­cin, et rien d’autre », insiste l’EMA. La Com­mis­sion euro­péenne a éga­le­ment répon­du à notre sol­li­ci­ta­tion : elle affirme que ces dis­cus­sions « n’ont jamais empié­té sur l’indépendance de l’agence et n’ont jamais inter­fé­ré de quelque manière que ce soit avec l’intégrité de la mis­sion de l’EMA en ce qui concerne l’évaluation des can­di­dats-vac­cins ou d’autres médicaments ».

La piste russe ou russophile

Reste à savoir qui pour­rait être der­rière cette attaque. Les fichiers ont été récu­pé­rés sur Rutor : « Ru » pour Rus­sia (Rus­sie) et « tor », comme le navi­ga­teur Web per­met­tant de navi­guer de façon ano­nyme sur le Web. Ce qui pour­rait accré­di­ter l’idée d’un hackeur d’Etat russe ou rus­so­phile. « Ce genre de tac­tique de pira­tage avec vol de don­nées, sui­vi de fuite, a déjà été pra­ti­qué par des agents russes (Guc­ci­fer 2.0, ou l’affaire de l’Agence mon­diale anti­do­page) », explique Jean-Michel Doan, spé­cia­liste en cyber­cri­mi­na­li­té chez Sekoia, une entre­prise de sécu­ri­té infor­ma­tique. Dif­fi­cile d’exclure éga­le­ment le cybe­res­pion­nage indus­triel, d’autant plus qu’il semble y avoir eu une sélec­tion des docu­ments visant spé­ci­fi­que­ment Pfi­zer. La manière dont ce dos­sier a été nom­mé le sug­gère éga­le­ment : « Preuves de la grande arnaque aux don­nées des vac­cins de Pfi­zer (…) ! » Quid d’un groupe anti­vax qui cher­che­rait à décré­di­bi­li­ser les vac­cins ? « Il est peu pro­bable qu’un hackeur anti­vax publie ensuite ses don­nées sur un site assez obs­cur, spé­cia­li­sé en pira­tage », com­mente Jean-Michel Doan.

Quelle que soit la lec­ture de ces docu­ments, les faits sont les sui­vants : le vac­cin de Pfi­zer-BioN­Tech sera fina­le­ment approu­vé le 21 décembre 2020 par l’EMA, soit trois semaines après le Royaume-Uni et deux semaines après les Etats-Unis, ce qui montre que l’Agence euro­péenne a mal­gré tout pris un cer­tain temps pour résoudre ce pro­blème de qua­li­té avant de don­ner son feu vert. Un délai qui était pour­tant jugé « dif­fi­ci­le­ment accep­table par la Com­mis­sion euro­péenne », d’après un échange de cour­riels entre col­lègues de l’EMA daté du 19 novembre : « Quoi que nous fas­sions, accé­lé­rer le pro­ces­sus pour s’aligner [sur les autres agences] ou prendre le temps néces­saire pour avoir une garan­tie robuste (…), l’EMA devra faire face aux ques­tions et aux cri­tiques de diverses par­ties (Com­mis­sion euro­péenne, Etats membres, Par­le­ment euro­péen, médias, grand public) », y écrit un haut res­pon­sable de l’agence. Il n’avait pas pré­vu qu’une cybe­rat­taque vien­drait aus­si s’y mêler.

Cette enquête fait par­tie du pro­jet euro­péen #behind­the­pledge, finan­cé par Jour­na­lism­fund et IJ4EU. Ludo­vi­ca Jona (Ita­lie), Hris­to Boyt­chev (Alle­magne), Lucien Hor­dijk (Pays-Bas) et Pri­ti Pat­naik (Suisse) y ont éga­le­ment contribué.

Source : Le Monde, 16 jan­vier 2021, https://​www​.lemonde​.fr/​p​l​a​n​e​t​e​/​a​r​t​i​c​l​e​/​2​0​2​1​/​0​1​/​1​6​/​v​a​c​c​i​n​s​-​c​e​-​q​u​e​-​d​i​s​e​n​t​-​l​e​s​-​d​o​c​u​m​e​n​t​s​-​v​o​l​e​s​-​a​-​l​-​a​g​e​n​c​e​-​e​u​r​o​p​e​e​n​n​e​-​d​e​s​-​m​e​d​i​c​a​m​e​n​t​s​_​6​0​6​6​5​0​2​_​3​2​4​4​.​h​tml£


Je consi­dère l’in­jec­tion obli­ga­toire de sub­stances indus­trielles comme un ABUS DE POUVOIR inac­cep­table. ÉC.

Catégorie(s) de l'article :

4 Commentaires

  1. Étienne CHOUARD

    [D’autres nou­velles des abus de pouvoir]
    Très inté­res­sante : un des rares spé­cia­liste fran­çais des thé­ra­pies ARN, madame Hen­rion-Claude, géné­ti­cienne, s’exprime
    • sur l’in­ten­si­té des débats scien­ti­fiques contra­dic­toires (invi­si­bi­li­sés sur les médias),
    • sur « la folie » qu’est la géné­ra­li­sa­tion des « vac­cins ARN » en popu­la­tion saine,
    • sur la phar­ma­co­vi­gi­lance tru­quée (incroyable !) en France,
    • sur le casier judi­ciaire des indus­triels res­pon­sables des injec­tions forcées,
    • sur la redou­table « loi de bio-éthique »,
    • sur la mau­vaise infor­ma­tion des séna­teurs sur les dan­gers de la vac­ci­na­tion (risque de nou­veaux variants chez les vac­ci­nés, res­pi­ra­tion sur­in­fec­tée des vac­ci­nés, risque de rétro­trans­crip­tase sur des per­sonnes vac­ci­nées non malades du sida),
    • sur les trai­te­ments alter­na­tifs aux vaccins… :

    https://​you​tu​.be/​M​7​S​Y​q​2​_​w​VGA

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...