Alain Supiot : DU GOUVERNEMENT PAR LES LOIS À LA GOUVERNANCE PAR LES NOMBRES #2 En quête de la machine à gouverner

31/03/2020 | 1 commentaire

La deuxième leçon d’A­lain Supiot sur la gou­ver­nance par les nombres s’in­ti­tule « En quête de la machine à gou­ver­ner » :

Voi­ci la pré­sen­ta­tion de Mer­ryl Mone­ghet­ti (dont je trouve toutes les syn­thèses remar­quables) :

« Pour­quoi dans le contexte de la glo­ba­li­sa­tion, faut-il s’interroger sur la diver­si­té de sens de la notion de gou­ver­ne­ment ? Pour­quoi l’Etat social est-il une caté­go­rie à reques­tion­ner ? Pour­quoi la quête de la « machine à gou­ver­ner » et pour­quoi cette machine n’est-elle plus régie par des lois ?

Couverture du Léviathan de Thomas Hobbes en 1651 / "L'écrivain", automate de Pierre Jacquet-Droz, 1774 (A. Supiot reprend le détail du mécanisme dans "La Gouvernance par les nombres"Fayard, p 37)Cou­ver­ture du Lévia­than de Tho­mas Hobbes en 1651 / « L’é­cri­vain », auto­mate de Pierre Jac­quet-Droz, 1774 (A. Supiot reprend le détail du méca­nisme dans « La Gou­ver­nance par les nombres« Fayard, p 37) Cré­dits : Wiki­com­mons / Musée d’art et d’his­toire, Neuchâtel

Quel est ce besoin vital de se mettre en scène pour tout gou­ver­ne­ment, qu’il soit un Etat ou une entre­prise ? Que veut dire le mot « repré­sen­ter » en droit du tra­vail ? Com­ment la loi peut-elle perdre sa « sou­ve­rai­ne­té pour se faire l’instrument de la réa­li­sa­tion d’un pro­gramme dans l’imaginaire cybernétique ?

Nous pour­sui­vons en com­pa­gnie du juriste Alain Supiot, Pro­fes­seur au Col­lège de France, titu­laire de la chaire « État social et mon­dia­li­sa­tion : ana­lyse juri­dique des soli­da­ri­tés », fon­da­teur en 2008 del’Ins­ti­tut d’é­tudes avan­cées de Nantes, sa série de cours inti­tu­lée, « Du gou­ver­ne­ment par les lois à la gou­ver­nance par les nombres ».

Dans la pré­sen­ta­tion de ce cours pour le Col­lège de France, Alain Supiot souligne :

« Der­rière le glis­se­ment séman­tique du « gou­ver­ne­ment » à la « gou­ver­nance », c’est une nou­velle façon de diri­ger les hommes que donne à voir l’a­na­lyse juri­dique. La rai­son du pou­voir n’est plus recher­chée dans une ins­tance sou­ve­raine trans­cen­dant la socié­té, mais dans des normes témoi­gnant de son bon fonctionnement. »

Cette semaine, Alain Supiot explore le gou­ver­ne­ment par les lois sur la longue durée (de l’Antiquité à aujourd’hui) et il inter­roge le rap­port aux lois d’autres cultures. Il indique ain­si repre­nant les tra­vaux de l’ethnobotaniste André Hau­dri­court :

« A la méta­phore du ber­ger ou du timo­nier – de celui qui conduit les hommes avec un bâton, en exer­çant sur eux une action directe – s’oppose dans les pays à domi­nante hor­ti­cole celle du jar­di­nier, qui agit indi­rec­te­ment en créant les condi­tions les plus favo­rables à l’éclosion du génie propre de chaque espèce de plante ».

Alain Supiot suit l’évolution de la « machine à gou­ver­ner ima­gi­née par Hobbes »,

« cal­quée sur le modèle de l’automate et régie par des lois inflexibles du même types que l’astrophysique » vers son modèle cybernétique.

Dans une inter­view don­née au maga­zine, L’U­sine Nou­velle en 2015, Alain Supiot résumait :

« Comme sou­vent, le chan­ge­ment d’imaginaire a com­men­cé dans l’ordre juri­dique avant de s’exprimer au plan scien­ti­fique et tech­nique. La perte de la foi dans l’existence d’un sou­ve­rain légis­la­teur date du XIXe siècle et de la pre­mière crise de légi­ti­mi­té de l’État. C’est cette crise qui a don­né nais­sance à l’État social, mais aus­si aux expé­riences tota­li­taires du XXe siècle qui ont cher­ché dans la science les « vraies lois » devant régir l’humanité. Au plan scien­ti­fique et tech­nique ce sont dès les années 30, de grandes décou­vertes mathé­ma­tiques, puis l’invention de la machine de Turing et les débuts de l’informatique, qui marquent ce pas­sage à l’imaginaire cyber­né­tique (…) Trois concepts jouent un rôle essen­tiel dans cette nou­velle vision de l’homme et du monde : le pro­gramme, le feed­back (aujourd’hui nous dirions la « réac­ti­vi­té ») et la per­for­mance. « L’homme machine » des XVII-XVIIIe siècles dis­pa­raît, ou plus exac­te­ment, il se méta­mor­phose en « machine intel­li­gente », machine pro­gram­mable par des objec­tifs chif­frés (…) Le fan­tasme aujourd’hui pour­sui­vi est celui d’une mise en pilo­tage auto­ma­tique des affaires humaines. »

Alors, com­ment l’Europe pense-t-elle le gou­ver­ne­ment des hommes ? Nous gagnons l’amphithéâtre du Col­lège de France, pour le cours d’Alain Supiot, le 7 février 2013, « En quête de la machine à gou­ver­ner ».


Pour prolonger :

Les res­sources en ligne autour d’A­lain Supiot : biblio­gra­phie, confé­rences et entre­tiens, les résu­més annuels des cours…

La leçon inau­gu­rale d’A­lain Supiot, « Gran­deur et misère de l’État social » sur France Culture et auCol­lège de France(lien vers le fichier vidéo).

Alain Supiot, La Gou­ver­nance par les lois, Fayard, 2015, Col­lec­tion « Poids et Mesures du monde »

Alain Supiot, La Gouvernance par les nombresAlain Supiot, La Gou­ver­nance par les nombres • Cré­dits : Fayard

Le musée d’art et d’his­toire de Neu­châ­tel pré­sente sur son site des pho­tos des auto­mates de l’hor­lo­ger, Pierre Jaquet-Droz avec un com­men­taire sur les oeuvre et les méca­nismes. « Les auto­mates sont expo­sés et acces­sibles au public toute l’an­née et fonc­tionnent en démons­tra­tions le pre­mier dimanche du mois ou encore sur réservation »…

Alain Supiot au Col­lège de France en entre­tien :

Pré­sen­ta­tion de l’Ins­ti­tut d’é­tudes avan­cées Nantes

Voir tous les épisodes 

DANS LA MÊME SÉRIE

Du gouvernement par les lois à la gouvernance par les nombres (3/12) : L'essence des lois, le nomos grec et la lex dans le droit romain

Du gouvernement par les lois à la gouvernance par les nombres (4/12) : L'essence de la loi dans la tradition juridique occidentale

Du gouvernement par les lois à la gouvernance par les nombres (5/12) : Ritualisme et légalisme

Alain Supiot, Grandeur et misère de l'Etat social

Gran­deur et misère de l’E­tat social
Alain Supiot
Fayard, 2013

La Gouvernance par les nombres

La Gou­ver­nance par les nombres

Alain Supiot Fayard, 2015

"Le droit du travail" (PUF, 2019)

Le droit du travail
Alain Supiot
PUF – Que sais-je?, 2019

L'esprit de Philadelphie : la justice sociale face au marché total

L’es­prit de Phi­la­del­phie : la jus­tice sociale face au mar­ché total
 Alain Supiot
Seuil, 2010

Source : France Culture, https://www.franceculture.fr/emissions/les-cours-du-college-de-france/du-gouvernement-par-les-lois-la-gouvernance-par-les‑1

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet : 

Catégorie(s) de l'article :

1 Commentaire

  1. STOCKER philippe

    Bon­jour.

    Vous pou­vez publier l’a­dresse mail, il y a les filtres anti-spam sous gmail

    Bonne soi­rée.

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...