Étienne Chouard : « Je ne suis évidemment pas négationniste, ni antisémite, les chambres à gaz sont une horreur absolue qui ont tué des foules d’innocents, toutes les erreurs, toutes les manipulations et toutes les idéologies de domination devraient pouvoir être publiquement contestées en toute liberté, la Shoah est une des pires atrocités de l’histoire humaine, et tout mon travail depuis 15 ans consiste précisément à élaborer ensemble des STRUCTURES d’origine populaire qui empêchent durablement que de tels crimes puissent se reproduire. »

12/06/2019 | 197 commentaires

J’ai tou­jours été (et j’ai tou­jours dit être) sur la ligne de Noam Chom­sky, que j’ad­mire en tous points : 

Je ne suis évi­dem­ment pas néga­tion­niste, ni anti­sé­mite, les chambres à gaz sont une hor­reur abso­lue qui ont tué des foules d’in­no­cents, toutes les erreurs, toutes les mani­pu­la­tions et toutes les idéo­lo­gies de domi­na­tion devraient pou­voir être publi­que­ment contes­tées en toute liber­té, la Shoah est une des pires atro­ci­tés de l’his­toire humaine, et tout mon tra­vail depuis 15 ans consiste pré­ci­sé­ment à éla­bo­rer ensemble des STRUCTURES d’o­ri­gine popu­laire qui empêchent dura­ble­ment que de tels crimes puissent se reproduire.

Je pré­cise for­mel­le­ment ces pen­sées per­son­nelles car le micro­cosme poli­ti­cien et jour­na­lis­tique est en train de faire tour­ner en boucle quelques mots que j’ai osé dire à Denis Robert et Mathias Entho­ven il y a quelques jours sur Le Média : « je ne sais pas », en les défor­mant et en les mon­tant en épingle.

https://​you​tu​.be/​z​M​t​m​Z​Q​4​l​b2g

Je vou­drais remer­cier Denis Robert et Mathias Entho­ven qui m’ont offert ce jour-là une pos­si­bi­li­té de m’ex­pli­quer publi­que­ment sur les contro­verses qui cir­culent à mon sujet, et je sou­ligne que je prends leur invi­ta­tion et cet entre­tien comme des actes à la fois exi­geants et non malveillants. 

Je trouve que la plu­part des com­men­taires sous la vidéo, qui s’in­dignent des condi­tions de l’en­tre­tien, sont des contre­sens : Denis et Mathias cherchent à com­prendre hon­nê­te­ment qui je suis, en se par­lant à cœur ouvert, sans a priori.

Je dois bien recon­naître que je suis mal­adroit ; mais le lyn­chage média­tique qui s’or­ga­nise subi­te­ment autour de ces mal­adresses res­semble plus à un règle­ment de comptes pour se débar­ras­ser faci­le­ment d’un oppo­sant poli­tique qu’à une véri­table indi­gna­tion bien fondée.

En fait, je devrais car­ré­ment refu­ser de m’ex­pri­mer sur ces sujets, qui servent sur­tout aux puis­sants du moment à muse­ler leurs oppo­sants politiques.

Je pro­pose d’en repar­ler (un peu) jeu­di pro­chain sur Sud radio, avec Didier Maïs­to et Éli­sa­beth Lévy, et peut-être aus­si avec Fran­çois Bégaudeau.

[Edit – Voi­là l’en­tre­tien en question :
Sud Radio ! Y a du peuple, Seul contre tous ! Etienne Chouard débat avec Eli­sa­beth Lévy – 13/06/19

]

Étienne.

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet : 


Quelques sources sur ce sujet, que je découvre et tra­vaille, pro­gres­si­ve­ment, depuis le jour de cette émis­sion (28 mai) :

https://​phdn​.org/​n​e​g​a​t​i​o​n​/​i​n​d​e​x​.​h​tml

https://​ici​.radio​-cana​da​.ca/​n​o​u​v​e​l​l​e​/​7​0​3​5​5​1​/​v​i​s​i​t​e​-​c​a​m​p​-​p​h​o​t​o​r​e​p​o​r​t​age

https://​www​.ama​zon​.fr/​v​o​i​x​-​s​o​u​s​-​c​e​n​d​r​e​-​S​o​n​d​e​r​k​o​m​m​a​n​d​o​s​-​d​A​u​s​c​h​w​i​t​z​-​B​i​r​k​e​n​a​u​/​d​p​/​2​2​5​3​1​1​5​258

https://​www​.ama​zon​.fr/​S​o​n​d​e​r​k​o​m​m​a​n​d​o​-​D​a​n​s​-​l​e​n​f​e​r​-​c​h​a​m​b​r​e​s​-​g​a​z​/​d​p​/​2​2​5​3​1​2​8​910

https://​www​.you​tube​.com/​w​a​t​c​h​?​t​i​m​e​_​c​o​n​t​i​n​u​e​=​7​5​7​&​v​=​8​X​A​L​D​q​t​2​Qeg

Catégorie(s) de l'article :

197 Commentaires

  1. JPM

    Dom­mage… Vrai­ment dommage..mais je comprends.

    Réponse
    • JACOB Jean-luc

      J’ai regar­dé l’in­ter­view sur le média, je suis socio et voi­là ce que j’ai pos­té à l’in­ten­tion du MEDIA :
      Il n’y a pas d’am­bi­guï­té sur Chouard. Il essaie seule­ment de dire à nos pauvres esprits rabou­gris que nous sommes un mélange type YIN et YANG. Certes, notre cer­veau euro­péen n’ar­rive pas à l’in­té­grer. Il a rai­son, Étienne, sur la résis­tance au nazisme des années 40 en France. Elle a été faite de l’al­liance de cou­rants poli­tiques adverses qui avaient le même but (c’est his­to­rique) : lut­ter contre le nazisme pour des inté­rêts émi­nem­ment diver­gents. On peut le nier, ne pas vou­loir le regar­der, mais c’est comme ça (dire le contraire serait révi­sion­niste) : La résis­tance à l’en­ne­mi nazi a été plu­rielle. On pour­rait aus­si par­ler de Sta­line si on avait envie de se faire mal au neu­rones. L’eau trouble est aus­si une bois­son ! Nous, gau­chistes, nous pou­vons avoir le même enne­mi que les natio­na­listes quand l’en­ne­mi est étran­ger. L’un le com­bat parce qu’il est un enne­mi poli­tique et l’autre parce qu’il est étran­ger. Et c’est le cas aujourd’­hui : l’en­ne­mi est trans-natio­nal puis qu’il est néolibéral.
      L’his­toire des chambres à gaz, les juifs, le sio­nisme … Mais vous bar­rez en couille les gars !
      Vous vous ren­dez compte de votre dis­cours ? Celui qui mécon­nait les diverse pré­ci­sions his­to­riques ne peut être ran­gé auto­ma­ti­que­ment dans le néga­tion­nisme. Vous décon­nez à plein tube. Là, je suis un socio humilié !
      Moi j’exècre Benya­min Neta­nya­hou parce que c’est un Nazi à mes yeux, un colo­nia­liste de pre­mier ordre. Alors, tout le monde doit pen­ser que je suis anti-sémite alors que je suis anti-sio­niste ? Puis, je dis que mon nom est JACOB et on m’ab­sout ? Vous faites chier avec ça.
      Hé les gars, résu­mer un entre­tien avec E CHOUARD à ce péri­mètre « anti-sémite », c’est s’al­lier avec l’en­ne­mi néo­li­bé­ral. Vous per­dez votre temps et le notre. Que les gens qui sont contre le néo­li­bé­ra­lisme conti­nuent à taper sur nos alliés et nous per­drons le com­bat. Bra­vo pour votre clairvoyance !
      Jour­na­liste du MEDIA, explique les choses et ne te perds plus dans de l’en­cu­lage de mouche que je viens de voir et d’en­tendre. Moi, audi­teur, je sais faire la part des choses, et chaque être humain doit pou­voir être capable de le faire sans ton inter­ven­tion balourde et orien­tée. Tu ne fais que com­pli­quer le débat par excès de pré­ci­sion séman­tique. Ca devient un laby­rinthe intellectuel.
      Moi, ça m’a sou­lé comme quand Clé­men­tine Autain a par­lé de « rouge brun » à l’at­ten­tion de CHOUARD. Vous pou­vez l’in­vi­ter pour la faire par­ler du côté « rouge brun » de Fran­çois Mit­ter­rand, on va se mar­rer ? Pour­quoi recher­cher obs­ti­né­ment autant de limites à la pen­sé ? J’ai trou­vé votre sujet détes­ta­ble­ment orien­té et contraire à son objec­tif qui aurait du être de rendre à E CHOUARD l’hon­nê­te­té de son com­bat, celui qu’il mai­trise. Si un jour vous invi­tez Joseph PROUDHON, évi­tez de cen­trer votre entre­tien sur la reli­gion ou la propriété !

      Cor­dia­le­ment

      Réponse
      • Yoshitune

        Mer­ci de lais­ser le yin yang en dehors de tout cela, ou alors essayez de le com­prendre avant d’en parler

        Réponse
      • Dufag

        Mer­ci Monsieur

        Réponse
      • Odile

        ouf ! grand mer­ci pour votre réponse, qui aurait pu être la mienne !

        Réponse
      • Fanfan Gauloise Réfractaire
      • Izual

        Extrê­me­ment déçu par la réac­tion de pros­ter­na­tion d’E­tienne Chouard qui montre par là qu’il lui manque l’es­sen­tiel du com­bat­tant : les tripes.
        Quand ils t’ac­cablent dis-leurs seule­ment qu’ils sont malhonnêtes !
        Quand ils te traitent comme un cri­mi­nel dis-leurs que tes juges sont les gilets jaunes.
        Quand ils font preuve de mau­vaise foi dis-leurs qu’ils sont obsé­dés par le pas­sé et que tu vis dans le pré­sent et vers l’avenir.
        Quand ils te t’in­sultent dis-leurs d’al­ler se faire foutre.
        Tu val­lais mieux que ça… T’es là pour armer les cer­veaux ou pour cirer des pompes ?
        Secoue-toi pour sep­tembre et remets les points sur les « i » : la Shoah et les juifs c’est pas ça ton job. Il suf­fi­sait de fer­me­ment leurs dire que c’é­tait pas ton pro­blème mais le leurs et éven­tuel­le­ment celui de la jus­tice pour leurs adver­saires néga­tion­nistes et autres mal pensants…
        Ils suf­fi­sait d’être ferme. Je suis déçu. Médite plu­tôt sur ton manque de soli­di­té plus que sur les gages qu’on vou­lait que tu donnes et qui se retournent contre toi. Com­ment veux-tu armer quelque cer­veau que ce soit avec autant de molesse ?
        J’at­tends de voir mieux que ça de ta part…

        Réponse
    • Radojka Riffault

      Vous auriez du res­ter intégre et main­te­nir vos doutes sur les chambres à gaz, pour­quoi la « véri­té » aurait elle besoin d une loi ??? C est jus­te­ment la loi Gays­sot qui declanche le fameux « néga­tion­nisme » ! On se dit que c est bizarre que le seul « fait » de l his­toire humaine pos­sède cette chape de plomb qui inter­dit tout doute et toute recherche ! On se dit qu c est louche, on se dit qu ils nous cachent des choses for­cé­ment ! Mon père, com­mu­niste d ori­gine slave à fait 4 ans de camp de concen­tra­tion de Ste­tin avec plein de natio­na­li­tés dif­fé­rentes.. Il nous a racon­té que c était l enfer car les Nat­zis les uti­li­saient comme force de tra­vail gra­tuite dans les usines de muni­tions, des champs agri­coles etc mais en aucun cas juste pour les tuer car ils leur tatouaient pen­dant une demie heure un chiffre de matri­cule sur le bras comme pour mar­quer leur bétail jus­te­ment pour ne pas qu ils s échappent car ils en avaient besoin comme esclaves pour la machi­ne­rie de guerre ! Les pre­miers 3 années ils étaient même nour­ris cor­rec­te­ment et on leur don­naient les fameux pyja­mas pour des rai­sons d hygiène et pour qu ils ne s échappent pas, ils étaient régu­liè­re­ment trai­tés contre les poux avec Ddt, une poudre blanche car ils dor­maient dans les dor­toires à 60 etc. Les choses deve­naient encore plus infer­nales quand les ailies bom­bar­daient l Alle­magne et qu il n y avaient plus de nour­ri­ture, il y avait a cause de ça la famine par­tout et encore plus dans les camps ! Ça a declanche le typhus (mon père a sur­vé­cu mais pesait que 50kg pour 1m78) donc les camps étaient là pour faire tra­vailler toutes les natio­na­li­tés qui n étaient pas avec les Alle­mands comme esclaves dans les usines mili­taires et les champs ! Mon père n à tou­ché aucun cen­time pour cette période !

      Réponse
    • POULE

      Greg Tabi­bian explique très bien le pro­blème, la dif­fé­rence entre la croyance et le doute : Je crois que la terre est ronde mais je n’ai pas les argu­ments tech­niques et scien­ti­fiques qui me per­mettent de dire pour­quoi je le crois…
      Si on me pose la ques­tion je suis sans expli­ca­tion donc soit je dis quelle est ronde et c’est ma croyance, soit je dis je ne sais pas pour­quoi elle l’est et je deviens confu­sion­niste car je remets en ques­tion la ver­sion offi­cielle (?!) c’est absurde.
      Les chambres à gaz ont exis­tées c’est ma croyance mais je ne sau­rai pas le prou­ver donc le doute s’ins­talle en moi si on me pose la ques­tion car poser la ques­tion prouve qu’il y a pas une seule réponse pos­sible ! (sinon à quoi sert cette question.…)

      Réponse
  2. M.T.

    Bon­jour Étienne,
    La réac­tion, réflé­chie, des médias à ton sujet semble en effet habile : on fait vendre du papier, c’est bon pour les affaires. Et on tente d’en­ter­rer le per­son­nage média­tique Chouard.
    Et Fran­çois Ruf­fin par exemple, que j’ap­pré­cie par ailleurs, par sa mécon­nais­sance du sujet tombe dans le piège, Clé­men­tine Autain itou, …etc…
    Ça en est désespérant

    Réponse
  3. JPM

    Etienne.… le fas­cisme des temps modernes… Il est là. Ça me fait mal au coeur que vous soyez obli­gé de vous mettre à genou. Vous n avez pas etu­die.. Le sujet?? Et alors!! Ces gens sont insup­por­tables. Les fas­cistes c est eux.

    Réponse
  4. Ralph Chaleon

    En com­plé­ment du syn­drome de la bulle qui fait que l’on finit par ne consul­ter que des sources dont on se doute à prio­ri que l’on va être d’ac­cord avec elles, on peut invo­quer le syn­drome de la conver­sa­tion de comptoir :

    - Lors­qu’un expert est inter­ro­gé ou donne sim­ple­ment son avis sur un sujet qui sort de son domaine d’ex­per­tise, la valeur de sa réponse est du niveau d’une conver­sa­tion de comp­toir (ex. M.Onfray qui s’ex­prime sur l’a­gri­cul­ture bio­lo­gique, John­ny Hal­ly­day invi­té à 7/7).
    Je dis ceci sans augu­rer aucu­ne­ment de la qua­li­té des conver­sa­tions dites de comp­toir. Je pointe juste la dif­fé­rence entre un dis­cours fruit d’une longue appro­pria­tion sur un sujet don­né et un dis­cours de béotien.

    Cet écueil est accen­tué par notre hyper média­ti­sa­tion et nous amène vers le sketch de Coluche : ‘On s’au­to­rise à pen­ser dans les milieu autorisés…’.

    Dans ces condi­tions, ‘ce n’est pas mon sujet’, devient une réponse tout à fait rece­vable voire salu­taire, sauf si on est effec­ti­ve­ment au comptoir.

    Réponse
  5. Gilbert

    Bra­vo Etienne vous avez tout mon sou­tien. Je vois ce que vous essayez d’ac­com­plir, votre tra­vaille vise à aug­men­ter l’in­tel­li­gence col­lec­tive et même sous cette pres­sion vous tien­drez le cap d’une main de fer comme vous l’a­vez tou­jours fait !

    Tan­dis que les deux camps (le camp com­mu­nau­taire dont anti­fa semble être un des bras armé et le camp Sora­lien) cherchent à obte­nir de vous la sou­mis­sion, vous résis­tez comme un lion contre toute absorp­tion. Bien sûr le pro­blème est que leur but est votre sou­mis­sion donc ils n’ac­cep­te­ront jamais une posi­tion neutre, par sou­mis­sion j’en­tends qu’ils veulent que vous poi­gnar­diez le camp adverse et que vous vali­diez les grandes thèses ce que vous avez tou­jours refu­sé de faire (dans un sens comme dans l’autre). Et pen­dant ce temps vous gagnez du ter­rain massivement. 

    Bien sûr ça peut être pénible car quand ils vous invitent ils sont prêts à vous poser 10x la même ques­tion pour vous for­cer à prendre posi­tion sur un point absor­bant comme celui des chambres à gaz. Les vain­queurs de la 2e guerre mon­diale ont tout inté­rêt à ver­rouiller mora­le­ment ce point des chambres à gaz car leur immu­ni­té poli­tique en dépend. Moi je dis conti­nuez à gagner du temps pen­dant lequel l’in­tel­li­gence col­lec­tive gagne du terrain.

    Réponse
    • Borntogrowl

      « Tan­dis que les deux camps (le camp com­mu­nau­taire dont anti­fa semble être un des bras armé et le camp Sora­lien) cherchent à obte­nir de vous la soumission »
      C’est vrai que Soral invite sou­vent Etienne Chouard pour lui faire dire que les chambres à gaz c’est du bidon… Que ne faut-il pas lire…

      Réponse
  6. Raphaël

    Tout mon sou­tien et mon admi­ra­tion cher Etienne.
    Je n’ar­rive plus à com­prendre com­ment des gens qui sont fon­ciè­re­ment d’ac­cord avec vous peuvent vous trai­ter de la sorte.
    Pour les défen­seurs du sys­tème, je com­prends. Mais que des démo­crates, que ce soit des per­son­na­li­tés et de simples mili­tants (et des gens très bien, pour­tant), s’en prennent à vous avec une telle viru­lence, ça me dépasse…

    Réponse
  7. barbe

    Cher Etienne
    tu peux dire ce dont tu te fends ici ; pas de pro­blème de leur mon­trer patte blanche. Mais je crois qu’il serait bon que tu leur dises que le ter­rain sur lequel ils veulent que tu te battes n’est que le ter­rain de la morale, pas de la poli­tique : por­ter des juge­ments sur les gens ; parce qu’un tel a dit cela et un autre ceci… Ils ont gagné s’ils sont par­ve­nus, sans que le public s’en rende compte, à te faire te conten­ter de t’ex­pri­mer là-des­sus. Ok je ne suis pas anti­sé­mite : on passe à autre chose ? Les pro­blèmes, mes­sieurs les jour­na­listes, ne seraient que des pro­blèmes moraux, reli­gieux ? voire des que­relles de per­sonnes ? Comme dans la cour d’é­cole primaire ?
    Je sais que tu sais tout ça, et que la réponse est impa­rable, comme l’en­seigne la com­mu­ni­ca­tion non-vio­lente. Mais je tenais à te l’é­crire. Belle journée.

    Réponse
  8. ligne de fuite

    Mon­sieur Chouard, pre­nez svp mon avis pour ce qu’il est : celui d’un lec­teur lamb­da bien­veillant à votre endroit, mais qui pense sin­cè­re­ment que vous vous fourvoyez.

    Bien­veillant parce que je com­prends vrai­ment tout ce que vous dites, et en sai­sis par­fai­te­ment la logique. Je me sens en totale empa­thie avec vous, et par­ti­cipe d’ailleurs à vos luttes.

    Cri­tique car je me situe sur la ligne de Fré­dé­ric Lor­don au moment de Nuit Debout, qui m’a­vait lit­té­ra­le­ment éclai­ré : on ne com­bat pas uni­que­ment Contre, on com­bat aus­si Pour ; et que s’il est abso­lu­ment légi­time de dis­cu­ter avec tout le monde (encore faut-il en avoir le désir et la force, et je vous admire aus­si pour cela), je crois néces­saire de tra­cer une ligne très simple et très claire, qui per­mette de dis­cu­ter avec tout le monde certes (per­sonne n’est condam­né à être enfer­mé dans ses pen­sées ou croyances), mais de dire aus­si clai­re­ment ce que l’on veut, et ne veut pas. Lor­don en avait, par un trait ful­gu­rant qui fait sa puis­sance, des­si­né le contour au moment de l’ « affaire » Fin­kiel­kraut : je cite :
    « Ce pays est rava­gé par deux vio­lences à grande échelle : la vio­lence du capi­tal, et la vio­lence iden­ti­taire raciste. »

    Or vous ne mar­chez que sur une jambe, celle du com­bat contre le capi­ta­lisme néo­li­bé­ral = l’i­déo­lo­gie de l’ex­trême mar­ché. Il vous manque l’autre jambe.

    Com­pre­nez-moi bien : je vous sais non raciste ! Mais pour­quoi diable faire de cette seconde vio­lence quelque chose de secon­daire ? Comme si l’en­ne­mi prin­ci­pal était le capi­tal, et que le racisme (quelle que soit sa forme) puisse se régler ensuite. C’est en sub­stance ce que vous dites dans Le Média, en par­lant de la Résis­tance qui réunis­sait mau­ras­siens et communistes.
    Mon­sieur Chouard, je vous conjure de médi­ter là-des­sus : c’est une erreur. Le risque qu’une révo­lu­tion tourne mal est immense, au point qu’il faille prendre abso­lu­ment toutes les pré­cau­tions en amont. Il est néces­saire de se pré­sen­ter d’emblée, sans aucune ambi­guï­té, sur la ligne anti-raciste. Ce qui implique que l’on désigne des adver­saires. Je peux appré­cier nombre des posi­tion­ne­ments de Soral lors­qu’il parle de jus­tice sociale. Mais j’exècre son étio­lo­gie anti­sé­mite et son désir auto­ri­taire. Je pour­rais dis­cu­ter avec lui, mais en aucun cas je ne sou­tien­drais que nous lut­tons pour la même cause. Car ma cause marche sur ces deux jambes. Car en obli­té­rer une, crée­rait dans un éven­tuel pro­ces­sus révo­lu­tion­naire (que j’ap­pelle de mes vœux!) un péril peut-être pire encore que ce que nous vivons aujourd’­hui. Nous lut­te­rons donc peut-être avec Soral sur les bar­ri­cades contre l’ar­mée de l’o­li­gar­chie, mais je n’en ferai jamais un cama­rade de lutte. Com­pre­nez-vous cette nuance ?

    Je crois pour finir que vous n’a­vez pas per­çu l’es­pèce de « trou noir » émo­tion­nel que char­rie cette ques­tion de l’an­ti­sé­mi­tisme. J’ai long­temps été exas­pé­ré par le chan­tage qu’en font nos médias, cer­tains de nos intel­lec­tuels média­tiques, etc. Et le suis encore, mais dif­fé­rem­ment. Car une lec­ture m’a, un jour, fait res­sen­tir phy­si­que­ment l’im­mense béance qui se jouait là, qui va bien au delà du ration­nel. Cette ques­tion de l’an­ti­sé­mi­tisme est, dans notre socié­té fran­çaise, un gru­meau, une prise en masse du risque d’in­hu­ma­ni­té qui est en cha­cun de nous. Je ne le juge pas, c’est comme ça. Ca aurait pu prendre une autre forme, peut-être ; ou en tout cas être davan­tage mul­tiple (pour­quoi l’is­la­mo­pho­bie ou la traitre des Noirs ne char­rient-t-elles pas les mêmes affects ? Je ne répon­drai pas ici à ces vastes questions).
    De sorte que je pour­rais avoir un débat véhé­ment avec un « sio­niste radi­cal » sur le son idéo­lo­gie qui s’ap­pa­rente à un racisme en Israël aujourd’­hui. Mais je gar­de­rai tou­jours le cap qui empê­che­ra qui­conque, et les êtres les plus mal­veillants au pre­mier chef, de trou­ver une faille dans ma lutte contre le racisme. Ce qui implique non pas de refu­ser de répondre, comme vous avez l’air de vou­loir le faire, mais au contraire de répondre enfin de façon aus­si claire que vous le faites dans les quelques lignes de votre texte. 

    Et de réa­li­ser qu’a­vec le degré de popu­la­ri­té que vous avez, une tache vous incombe désor­mais Mon­sieur Chouard (et j’en suis déso­lé pour vous, car je sais que c’est très dif­fi­cile et que vous ne l’a­vez pas vou­lu, mais on ne choi­sit pas vrai­ment d’a­voir un tel des­tin, n’est-ce pas ?). Celle de bran­dir l’é­ten­dard anti­ra­ciste (et donc anti-anti­sé­mite, pour les rai­sons que je viens d’é­vo­quer) aus­si haut que l’é­ten­dard anti-oligarchique. 

    Je m’ar­rête ici, tout est trop vite dit, mais je tente de res­ter concis…

    Avec tout mon res­pect, et même j’ose, avec tout mon amour, camarade…

    Bon cou­rage à vous,

    Sébas­tien

    Réponse
    • Poil de lama

      Impec­cable. J’ap­prouve chaque mot.

      Réponse
    • albedo

      mer­ci sebas­tien ce sont des mots tres justes, et j’ose espe­rer que m. chouard sau­ra s’ap­pro­prier la cause anti raciste.

      Réponse
    • François Roby

      « Et de réa­li­ser qu’avec le degré de popu­la­ri­té que vous avez, une tache vous incombe désor­mais Mon­sieur Chouard (et j’en suis déso­lé pour vous, car je sais que c’est très dif­fi­cile et que vous ne l’avez pas vou­lu, mais on ne choi­sit pas vrai­ment d’avoir un tel des­tin, n’est-ce pas ?). Celle de bran­dir l’étendard anti­ra­ciste (et donc anti-anti­sé­mite, pour les rai­sons que je viens d’évoquer) aus­si haut que l’étendard anti-oligarchique. »

      Une faute d’or­tho­graphe (absence d’ac­cent cir­con­flexe) me per­met d’être assez d’ac­cord avec ce passage…

      Qui­conque n’a pas com­pris que la « lutte contre l’an­ti­sé­mi­tisme » est une arnaque n’a rien compris. 

      Déjà, parce que ceux qui s’en font les spé­cia­listes sont aus­si ceux qui asso­cient sys­té­ma­ti­que­ment « les juifs » – comme si cette caté­go­rie avait un sens pré­cis – avec le seul État au monde qui se moque du droit inter­na­tio­nal depuis 70 ans et qui se défi­nit lui-même par une dis­cri­mi­na­tion eth­nique, qu’il « jus­ti­fie » aujourd’­hui par un fana­tisme reli­gieux. Comme moyen de don­ner une image posi­tive au « peuple juif », il y a mieux…

      Ensuite parce que les mêmes parlent sys­té­ma­ti­que­ment de « lutte contre le racisme et l’an­ti­sé­mi­tisme », en dis­tin­guant bien les deux. Fau­drait savoir : l’an­ti­sé­mi­tisme est-il un racisme, ou pas ? Si oui, pour­quoi le dis­tin­guer des autres ? Parce qu’il y aurait un peuple plus égal que les autres ? Mais ce ne serait pas un peu raciste, ça ? Et si non – si c’est juste une oppo­si­tion intel­lec­tuelle, comme on peut dire « je n’aime pas la culture amé­ri­caine » ou « je n’aime pas le com­mu­nisme » – pour­quoi fau­drait-il mon­trer cela du doigt ? On n’au­rait pas le droit de cri­ti­quer « les juifs » en tant que culture, que reli­gion, que sys­tème de pen­sée ? Ils seraient donc là aus­si « plus égaux que les autres » ?

      Alors oui, « une tache vous incombe ». Sans accent cir­con­flexe. Celle de n’a­voir pas su hié­rar­chi­ser les ques­tions qui vous sont posées.

      Réponse
      • ligne de fuite

        Mer­ci Fran­çois d’a­voir cor­ri­gé mon erreur, et pour votre trait esprit.

        Sur le fond de ce que vous dites, je vous com­prends mais reste en désac­cord. Il est bien vrai que ceux qui traquent l’an­ti­sé­mi­tisme par­tout se sont ren­dus pro­fon­dé­ment odieux ; qu’ils l’u­ti­lisent même à des fins peu avouables, qui n’ont rien à voir avec une réelle lutte anti­ra­ciste. Et qu’on peut même dire sans se trom­per qu’ils ali­mentent l’an­ti­se­mi­tisme en véri­té. Tout cela est juste. Et pour­tant, ce n’est pas une rai­son pour leur aban­don­ner la cause.

        A ce compte-là, nous devrions aban­don­ner la laï­ci­té au RN, le pro­gres­sisme à LREM, l’i­dée de gauche au PS… Et nous nous retrou­ve­rions à poil !

        Nous sommes dans un monde orwel­lien à plus d’un titre. En par­ti­cu­lier en cela que les mots sont retour­nés en doigts de gant, et qu’il est pos­sible de les uti­li­ser pour leur faire dire l’in­verse de ce qu’ils signi­fient (« La guerre, c’est la paix », « La connais­sance c’est l’ignorance »…).
        Je crois néces­saire de por­ter haut la lutte contre le racisme, même et sur­tout en n’hé­si­tant pas à cri­ti­quer ceux qui se tra­ves­tissent de cette lutte pour la dévoyer. Ne jetons pas le bébé etc…

        Ou alors, nos enne­mis auraient gagné, ce que je me refuse à admettre.

        Enfin, ne confon­dons pas lutte contre le racisme et cri­tique des reli­gions. Comme nietz­schéen par exemple, je peux dis­cu­ter et cri­ti­quer la pen­sée au coeur du catho­li­cisme, du judaïsme ou de l’is­lam, sans mépri­ser le moins du monde les catho­liques, les juifs ou les musul­mans. La cri­tique peut et doit s’o­pé­rer sur les sys­tèmes de pen­sées, non sur les êtres qui en sont les récep­tacles. Ce qui implique un refus de toute essen­tia­li­sa­tion : il n’existe pas de Juif, de Catho­lique ou de Musul­man (concepts gros comme des dents creuses, comme dirait Deleuze) ; il existe des êtres de confes­sion juive, catho­lique ou musul­mane, avec toutes une infi­ni­té de nuances, et qui ne peuvent jamais se réduire à ce seul trait.

        Cor­dia­le­ment,

        Sébas­tien

        Réponse
        • François Roby

          Bon­jour Sébastien,

          Je pense réel­le­ment que la « lutte contre le racisme » n’a AUCUN inté­rêt, non que le racisme soit une bonne chose bien enten­du, mais parce qu’on ne « lutte pas contre » le racisme, tout comme on ne « lutte contre » une mala­die mais on s’ar­range pour être (ou rede­ve­nir) en bonne santé.

          Autre­ment dit, je pense que « lut­ter contre » des dis­cri­mi­na­tions, de quelque nature qu’elles soient, abou­tit INÉLUCTABLEMENT à des actions stu­pides et contre-pro­duc­tives (par­fois vou­lues, par­fois non) du type « affir­ma­tive action » aux USA.

          On ne lutte pas contre la bêtise, on favo­rise l’in­tel­li­gence. Et l’in­tel­li­gence ne s’é­pa­nouit que dans la liber­té… qui inclut la liber­té de res­ter idiot, évi­dem­ment. Le monde par­fait n’existe pas, et les bonnes inten­tions per­mettent rare­ment de s’en appro­cher, elles pavent même l’en­fer paraît-il, d’autres l’ont dit bien avant moi !

          Réponse
    • berthier

      C’est assez dingue :
      Ne pas être cer­tain de l’exis­tence des chambres à gaz fait de vous un raciste ?
      Alors que par ailleurs, Il recon­nait la mons­truo­si­té de l’holocauste.
      Le résul­tat de ce type de dia­bo­li­sa­tion risque d’être à l’op­po­sé de l’ef­fet recherché.

      Réponse
  9. Sergio

    Mon pauvre Chouard, comme je com­pa­tis et comme je te plains. Tel Gali­lée tu as été contraint de renier tes convic­tions pro­fondes .Tu gardes bien évi­dem­ment toute mon estime et mon respect.

    Réponse
  10. Bruneau Chantal

    Com­ment as tu pu te four­voyer à ce point ? Com­ment as tu pu te faire pas­ser pour un néga­tion­niste aus­si mal­adroi­te­ment que cela ?

    J’ac­corde une grande place à tes recherches, et cette bévue me donne un esprit cri­tique salutaire.

    mer­ci à toi Étienne.

    Je me gou­ver­ne­rai mieux.…. Encore merci.

    Réponse
  11. Jean-Pierre F.

    Mon pauvre Étienne et gen­til naïf,
    Il ne faut jamais répondre à ce genre de pro­vo­ca­tion. L’i­déo­lo­gie domi­nante ne tient en grande par­tie que par ça. Rap­pe­lez-vous le début du Mou­ve­ment des Gilets Jaunes : les dénon­cia­tions d’  »anti-sémi­tisme » arri­vant comme un che­veu sur la soupe.
    Ne répon­dez rien, jamais rien sur le sujet, retran­chez-vous der­rière la loi liber­ti­cide socia­lo-sta­li­nienne Fabius-Gays­sot. N’en­tre­te­nez pas la polé­mique. Cela vous sera nui­sible. Vous fera perdre votre temps et votre éner­gie. Vous détour­ne­ra de votre sujet. L’in­dif­fé­rence, le silence sont les meilleures réponses. Choi­sis­sez vos inter­lo­cu­teurs. Les moins pires.
    Deman­dez-vous plu­tôt pour­quoi on vous attaque et qui vous attaque (et sur ce sujet deve­nu tota­le­ment démen­tiel, déli­rant, malade). Et qui ne veut pas, au grand jamais du RIC. Ni remettre en cause le racisme, colo­nia­lisme sio­niste concen­tra­tion­naire et géno­ci­daire, patent et ignoble. Cela marche ensemble.
    Tout tient dans le mépris d’une caste bour­geoise qui a en haine le peuple mal-pen­sant, mal-votant, juste bon à être exploi­té ; maf­fia par­fai­te­ment repré­sen­tée par Macron et sa clique.
    Deman­dez-vous pour­quoi cette hys­té­rie média­tique est bien pire de nos jours que dans les années des Trente Glo­rieuses. C’est que le vent est en train de tourner.
    Quant à Fau­ris­son (pour ne par­ler que de lui, et que vous ne sem­blez pas connaître, et c’est dom­mage) deman­dez-vous enfin pour­quoi on lui a tou­jours refu­sé débat dans les media. S’il était si nul, il était facile à écra­ser, non ?
    Enfin, Chom­ski, oui, mais tout n’est pas parole d’é­van­gile chez lui non plus. .
    Dans les années cin­quante cer­tains disaient : « vien­dra un jour ou les anti-fas­cistes seront les nou­veaux fas­cistes » ; là on y est !
    Salu­ta­tions libertaires.

    Réponse
    • Karl

      Très bon mes­sage Jean-Pierre F… Sans votre per­mis­sion (excu­sez-moi) je l’ai copié pour le publier sur mon fb. Sou­tien total à Étienne Chouard… Vive le RIC !

      Réponse
  12. marine

    je pense que vous auriez dû juste répondre, en accord avec vos prin­cipes et pour clore le sujet : « je pense que les chambres à gaz existent , jus­qu’à preuve du contraire ».

    Réponse
    • François Roby

      Vous vous ber­cez d’illu­sions ! Cette phrase aus­si peut être taxée de « néga­tion­nisme » à cause de sa der­nière par­tie… Un mot qui a encore moins de sens que celui de race, puisque tous les his­to­riens même les plus « ortho­doxes » peuvent à un moment ou un autre être trai­tés de « négationnistes ». 

      Un bon conseil, lisez vrai­ment (ce que per­sonne ne fait…) ceux qu’on met en avant pour « contrer » les « néga­tion­nistes » (Polia­kov, Mayer, Hil­berg, Pres­sac…) et vous com­pren­drez qu’on ne peut rai­son­ner sur des notions ne repo­sant sur rien. Une très bonne intro­duc­tion a été faite par Bric­mont dans « La Répu­blique des cen­seurs » dont j’ai fait une fiche de lec­ture ici :

      https://​aitia​.fr/​e​r​d​/​l​a​-​r​e​p​u​b​l​i​q​u​e​-​d​e​s​-​c​e​n​s​e​u​rs/

      Et j’ai pu ren­con­trer l’au­teur, qui m’a dit être régu­liè­re­ment « dés­in­vi­té » depuis ce livre, et même quand il s’a­git de ne par­ler que de phy­sique quantique…

      Étienne a un gros défaut : être tel­le­ment gen­til qu’il lui est impos­sible d’i­ma­gi­ner que la véri­table méchan­ce­té (ou la véri­table traî­trise) existe.

      Réponse
  13. Gérard

    « Calom­nies des médias du sys­tème de domi­na­tion contre ses opposants »
    La calom­nie dont vous êtes vic­time de la part du sys­tème de domi­na­tion semble se cris­tal­li­ser tou­jours sur la même thé­ma­tique. Et cette thé­ma­tique est visi­ble­ment uti­li­sée à la manière d’une arme de des­truc­tion mas­sive sur la répu­ta­tion et l’hon­neur des oppo­sants. Moi, qui ai tou­jours consi­dé­ré votre démarche comme admi­rable et au service
    de tous les Fran­çais, je com­mence à m’in­ter­ro­ger sur la nature pro­fonde de ce sys­tème de domi­na­tion, car les armes qu’il uti­lise semblent tou­jours pro­ve­nir du même four­nis­seur. Vous avez tout mon sou­tien dans votre com­bat pour la France, toute cette calom­nie prouve que vous faites avan­cer la cause du bien com­mun, au détri­ment de la cause oligarchique.

    Réponse
  14. Sandrine LEROUX

    Je vous soutiens !
    Il est vrai­ment triste que tout le monde doive ren­trer dans une « case » bien pré­cise dans notre monde.…
    Tou­jours vou­loir mettre des éti­quettes à chaque per­sonne, c’est soûlant…
    Mer­ci à vous d’a­voir cette grande ouver­ture d’es­prit que peu ont.

    Réponse
  15. nlescan

    Bon cou­rage vieux, tu as déclen­ché une crise d’hys­té­rie col­lec­tive, c’est pathétique.

    Réponse
  16. Journet

    Pour­quoi ne pas leur avoir don­né cette réponse et le faire main­te­nant ; au lieu de répondre « je n’ai pas étu­dié la question… »?

    Réponse
  17. Tony

    Cou­rage Etienne vous n’a­vez rien fait de mal et une grande par­tie de la France le sait. Vous êtes juste arri­vé sur une scène média­tique qui sert en prin­cipe à mani­pu­ler le peuple. Vous vous êtes retrou­vé là parce que vous aviez un mes­sage à por­ter et vous l’a­vez dit aux fran­çais. Main­te­nant peut être devez vous por­ter un autre mes­sage mal­gré vous comme d’autres l’ont fait avant vous… l’a­ve­nir nous le dira…

    Réponse
  18. Peuimporte

    Bon­jour Mr CHOUARD,

    La télé, vous voyez ce que c’est ? Vous voyez le niveau, voyez le résu­tat sur la masse ?
    Et vous pen­sez que c’est un outil via lequel on peut faire une démons­tra­tion intel­lec­tuelle avec les chambres à gaz en arrière plan ?
    Vous pen­sez que vous allez reti­rer un béné­fice à pas­ser dans une émsi­sion de praud ?
    Pen­sez-vous défendre vos idées en les sou­met­tant à cette épreuve ?
    A reven­di­quer le droit pour un humain d’être antisémite ?
    Alors j’ai une révé­la­tion : c’est inau­dible ! Sur ces sujets, ser­vez de la mora­line ou tai­sez-vous. Qu’in­tel­lec­tuel­le­ment il y ait des vrais ques­tions n’est pas le sujet. En 2019, la tv sert du praud, du nanou­na, du ruquier, du e. lemoine, du pré-maché même pas besoin de pen­ser. Regar­dez le niveau affli­geant des poli­ti­cens (gue­ri­ni, cas­ta­ner, schip­pa, gri­veau, macron, bel­lou­bet, etc.) Onfray est homo­phobe (enten­du / pla­teau praud). Vous voyez le truc ?! Donc à quel trai­te­ment vous atten­dez-vous quand on voit le coup des chambres à gaz arri­ver à 2000 km ??!! 

    Je vous suis depuis des années. Je trouve votre tra­vail (et inves­tis­se­ment) admi­rable. Cela m’aide à me construire en tant qu’être humain.

    Mais que faites-vous le gui­gnol à vou­loir rai­son­ner / phi­lo­so­pher sur des sujets dont ON SE FOUT ! Vous avez beau dire ne pas en par­ler, vous met­tez sys­té­ma­ti­que­ment les deux pieds dedans ! On vous tend le dra­peau rouge et bin­go, vous fon­cez tête la pre­mière. L’at­ten­tion est détour­née, etc, etc.
    Supers béné­fices que ces pas­sages dans les médias !

    Kun­de­ra.… on ne rai­sonne pas avec des fous.
    Vous savez l’ob­ses­sion média­tique pour les « jui­ve­ries » / les « musul­ma­ne­ries », tout ce qui peut faire par­tir un sujet en couilles.
    Ces obses­sions qui sont concré­te­ment absentes de nos vie quo­ti­diennes mais médiat­que­ment ultras présentes.
    Vous connais­sez les gôchos. Vous avez sai­si je pense la nuance entre nuits debouts et les gilets jaunes. On n’en­tend pas Lor­don en ce moment… man­ger la mer­guez cuite à la palette avec un poten­tiel éléc­teur du fn…

    Enfin voi­là… votre écrit de mise au point ne gom­me­ra pas l’ab­sur­di­té de votre atti­tude. Ce n’est pas écrire ces mots aujourd’­hui qu’il fal­lait faire mais les pro­non­cer il y a qques jours. 

    C’est fati­guant. Usant. Inutile. Et vous venz de remettre cent balles dans la machines.

    Durant un live FB aujourd’­hui D. Mais­to a bien dit qu’il y aurait peut-être 2–3 places de libres pour la seconde par­tie d’é­mis­sion (avec F Begau­deau) de demain soir mais habi­tant à 70 km de sud radio, je n’ai pas envie de me cas­ser le nez devant une porte close.
    Donc, Mr Chouard, je vous adresse ici de cha­leu­reuses pen­sées et mon sou­tien moral.

    Réponse
  19. ligne de fuite

    Bon­jour « Peu importe »,

    je sous­cris à ce que vous venez de publier, sauf à cette asser­tion : « Vous connais­sez les gôchos. Vous avez sai­si je pense la nuance entre nuits debouts et les gilets jaunes. On n’entend pas Lor­don en ce moment… man­ger la mer­guez cuite à la palette avec un poten­tiel élec­teur du fn… ».

    J’ai écrit un com­men­taire sur ce site qui répond jus­te­ment à cela, mais qui semble avoir été « modé­ré » (entendre refu­sé), je ne com­prends pas du tout pour­quoi. Parce que jus­te­ment c’est pré­ci­sé­ment ce point sur lequel nous butons. Deux per­cep­tions dif­fé­rentes de ce qu’il est essen­tiel de défendre comme valeur, au delà de nos points de conver­gence, qui sont innom­brables. Clas­sez-moi avec Lor­don par­mi les gôchos si vous le sou­hai­tez (ah, les éti­quettes…), mais je sous­cris à son ana­lyse lors­qu’il écrit :
    « Ce pays est rava­gé par deux vio­lences à grande échelle : la vio­lence du capi­tal, et la vio­lence iden­ti­taire raciste. »

    Et voi­ci non plus une, mais deux valeurs prin­ci­pielles que les gens comme nous bran­dis­sons en éten­dard. Deux com­bats à mener conjoin­te­ment. Et tous ceux qui pensent que la lutte contre le capi­tal est la lutte supé­rieure, et relèguent la lutte contre le racisme au second plan (sans pour autant être racistes évi­dem­ment, mais en pen­sant qu’elle se fera en temps vou­lu, après la vic­toire face à l’o­li­gar­chie) jouent, à notre sens (les gôchos…), un jeu extrê­me­ment dan­ge­reux qui pour­rait nous mener à la catas­trophe lors d’un pro­ces­sus révo­lu­tion­naire que nous appe­lons tous de nos vœux. Je ten­tais d’ex­pli­quer pour­quoi dans mon com­men­taire… En tout cas, je crois que c’est un débat essen­tiel que nous devons avoir, entre nous, qui sommes des alliés. Et qui est bien dans l’es­prit d’E­tienne Chouard.

    Ami­ca­le­ment,

    Sébas­tien

    Réponse
    • François Roby

      La lutte contre le racisme n’est en effet pas à mettre au second plan, je suis d’ac­cord avec vous. Mais ne comp­tez sur­tout pas sur les offi­cines « anti­ra­cistes » offi­cielles pour la mener. Il fau­drait pour cela qu’elles com­mencent par dénon­cer le seul État au monde qui a offi­cia­li­sé le racisme dans sa défi­ni­tion même : Israël. 

      Et comme par hasard, ceux qui bran­dissent l’é­pou­van­tail « néga­tion­niste » (un mot inven­té par eux à cette fin et dont il est impos­sible de don­ner une défi­ni­tion cohé­rente) sont soit des agents du lob­by israé­lien, soit ses petits (au sens moral) et lâches collaborateurs.

      Cer­tains vou­draient nous api­toyer et nous faire culpa­bi­li­ser sur le sort des juifs inno­cents per­sé­cu­tés par le nazisme, parce qu’ils étaient juifs. Ils sont tort, sur le plan logique comme sur le plan éthique : si l’on doit se révol­ter contre de telles pra­tiques, ce n’est pas parce qu’ils étaient juifs, mais parce qu’ils étaient innocents.

      La ficelle com­mence à res­sem­bler à une grosse corde bien visible.

      Réponse
      • F68.10

        « si l’on doit se révol­ter contre de telles pra­tiques, ce n’est pas parce qu’ils étaient juifs, mais parce qu’ils étaient innocents. »

        Fran­che­ment, même si les juifs avaient été « cou­pables » de tout ce qu’on a pu leur impu­ter, je ne vois même pas com­ment on pour­rait jus­ti­fier ce qui s’est passé.

        Et, selon les cri­tères d’Elisabeth Lévy, je dois être un anti­se­mite light, puisque les juifs ont ten­dance à me gon­fler. C’est pas de la haine, mais sim­ple­ment de la « gon­fli­tude ». Les catho­liques et les musul­mans ont aus­si ten­dance à me gon­fler un peu de la même manière mais selon des moda­li­tés quelque peu dif­fé­rentes. Et je parle bien des per­sonnes, et non pas seule­ment de la religion.

        Bref. Il serait bien qu’un jour on puisse arri­ver à par­ler d’autre chose que de cela. Parce que tou­jours rame­ner les chambres à gaz des qu’on affirme 2+2=4, c’est quand même un gros gros gros biais cog­ni­tif réper­to­rié dans rationalwiki.

        https://​ratio​nal​wi​ki​.org/​w​i​k​i​/​W​h​a​t​a​b​o​u​t​ism

        https://m.youtube.com/watch?v=TejoMjHk3x0

        Étienne Chouard est par­fai­te­ment dans son bon droit à ce sujet.

        Réponse
        • François Roby

          Bien évi­dem­ment je ne jus­ti­fie pas qu’on s’en prenne à des per­sonnes (et sur­tout pas à un groupe, eth­nique ou reli­gieux) en les per­sé­cu­tant ou les éli­mi­nant phy­si­que­ment au motif qu’ils sont cou­pables de quoi que ce soit, je demande seule­ment que la jus­tice s’ap­plique. Et la jus­tice, ça doit tenir compte des actes indi­vi­duels, pas de l’ap­par­te­nance à un groupe quel qu’il soit.

          Quant à dire « les juifs ont ten­dance à me gon­fler », si vous par­lez des « juifs visibles » style BHL ou Lévy (Éli­sa­beth), je suis évi­dem­ment d’ac­cord, mais pour les juifs que je connais per­son­nel­le­ment, je vous répon­drai « ça dépend », comme pour plein de gens. Mais il paraît que sous-entendre qu’il y a une sur-repré­sen­ta­tion juive dans les media (ou dans la banque) c’est déjà être anti­sé­mite – chose pour­tant aisé­ment véri­fiable et fac­tuelle – donc je dois moi aus­si être un anti­sé­mite à l’in­su de mon plein gré.

          D’ailleurs, ou pour­rait rétor­quer aux « chas­seurs d’an­ti­sé­mites » qu’à force de pré­tendre que sont « anti­sé­mites » des affir­ma­tions fac­tuelles, ils sont en train de sug­gé­rer que la seule façon de ne pas être « anti­sé­mite » c’est de ne pas voir le monde tel qu’il est, c’est-à-dire d’être soit un enfant pas encore doué de rai­son, soit un fou… Ce sont donc eux les véri­tables antisémites !

          Réponse
          • F68.10

            Le concept de jus­tice est un concept phi­lo­so­phique pas si simple à sai­sir. Je m’en tenais à une asser­tion morale. J’espère que vous n’y avez pas per­çu un pro­cès d’intention à votre endroit.

            Pour moi BHL est cou­pable de Crime Per­pé­tuel contre la Rai­son et mérite bien ses entar­tages. Per­so, je me conten­te­rais d’une paire de baffes pour Juste Punition.

            J’avoue avoir un petit faible pour Eli­sa­beth Lévy. Elle arrive quand même à peu près à faire la part des choses et sa gouaille me fait per­son­nel­le­ment mar­rer. Pour moi, elle ne me fait pas vrai­ment pen­ser à une « juive visible » mais à une gene­voise. Les suisses raconte que le GE sur les plaques d’immatriculation gene­voises signi­fie Gueule Élas­tique. Je pense que ça cor­res­pond bien à Eli­sa­beth Lévy. Moi, j’aime bien.

            Mais non, je fais plu­tôt réfé­rence, entre autres, à des juifs que je connais, notam­ment au sein de ma famille éten­due. Je ne vais pas vous embê­ter avec des his­toires de cul et des his­toires de sous, mais je trouve qu’il y a eu des com­por­te­ments, des paroles et des pen­sées que je n’arrive abso­lu­ment pas à cau­tion­ner. Et j’ai d’autres situa­tions en tête aussi.

            Quant à la « sur­re­pré­sen­ta­tion » des « juifs » dans la banque et les médias, il y a cer­tains signes visibles sur les­quels il est dif­fi­cile de faire l’impasse, bien que dans la caté­go­rie « fait », il y a beau­coup de choses à dire pour ne pas faire des asser­tions bru­tales, ban­cales et idiotes. Mais effec­ti­ve­ment, c’est révé­la­teur des rela­tions ambi­guës que les juifs ont entre­te­nu avec le pou­voir en Occi­dent, rela­tion qui a été un mal néces­saire car le pou­voir a eu ten­dance à les pro­té­ger au prix de leur atti­rer une vin­dicte popu­laire rare. Pour moi, il faut sur­tout arri­ver à nor­ma­li­ser les rela­tions des juifs avec le pou­voir pour cas­ser une des rai­sons d’être de l’antisemitisme. Et c’est pas gagné du tout.

            Main­te­nant, sur la ques­tion des faits et de la res­pon­sa­bi­li­té morale qu’il y a en dis­cu­ter, il me semble qu’on peut trai­ter le sujet sans rame­ner tou­jours l’antisemitisme sur le tapis. Le racisme scien­ti­fique se prête tout aus­si bien à la dis­cus­sion. Par exemple, cette dis­cus­sion là pose de sérieuses ques­tions sur la res­pon­sa­bi­li­té morale qu’il y a à dis­cu­ter ou ne pas dis­cu­ter des faits.

            Sam Har­ris et Charles Mur­ray. Entre­tien « For­bid­den Know­ledge » au sujet du livre « The Bell Curve ». Dis­po­nible sur YouTube.

            Mais effec­ti­ve­ment, les chas­seurs d’antisemites vont trop loin. Main­te­nant, des vrais anti­se­mites qui s’ignorent, j’en ai aus­si vu. Je pense à une dis­cus­sion entre un col­lègue polo­nais et un col­lègue juif dans laquelle j’ai mali­cieu­se­ment pous­sé mon pote polo­nais à sau­ter à pieds joints dans tous les pièges cog­ni­tifs et rac­cour­cis cultu­rels que moi et mon col­lègue juif lui ten­daient. La seule phrase qui me vient à l’esprit pour décrire cette dis­cus­sion qui m’a tor­du de rire, c’est « Mimi Cra­cra, l’eau elle aime ça »… Je m’en tord encore de rire à l’heure actuelle bien que ce soit un sujet on ne peut plus sérieux.

            Bref. La dérai­son pure, toute cette histoire.

          • François Roby

            J’a­voue que je me suis un peu lais­sé aller en met­tant « le Lévy » et « la Lévy » dans le même sac. Même avis que vous concer­nant le sta­tut de cri­mi­nel per­pé­tuel contre la rai­son du pre­mier ; quand à la seconde, il faut noter que c’est une des seules, sinon la seule, à avoir don­né la parole à Dieu­don­né lors de l’af­faire du même nom, par une inter­view tota­le­ment libre et non tron­quée (relue par l’in­té­res­sé) dans Cau­seur. Ça n’en fait pas une démo­crate, mais au pays de aveugles…

          • F68.10

            Cet article, j’imagine ? Dom­mage qu’il ne soit pas dis­po­nible en intégralité…

            https://​www​.cau​seur​.fr/​d​i​e​u​d​o​n​n​e​-​j​e​-​n​-​a​i​-​a​b​s​o​l​u​m​e​n​t​-​a​u​c​u​n​-​r​e​m​o​r​d​s​-​2​6​116

            Je ne m’étais pas inté­res­sé à ce débat à l’époque, mais je découvre main­te­nant à quel point les jour­na­listes (Fré­dé­ric Hazi­za entre autres) semblent avoir vou­lu éta­blir un cor­don sani­taire autour d’Elisabeth Lévy. Je suis assez sidé­ré par ce que je lis au sujet de cet entre­tien par les autres médias. J’avais visi­ble­ment quit­té la France un peu trop longtemps…

            Bon Dieu (puisse‑t’il n’avoir jamais exis­té لا يمكن أن يكون موجودا), faut il être con et stu­pide pour trai­ter ain­si une jour­na­liste qui inter­view un bon­homme « d’infréquentable » ! J’écoute bien les inter­views de Ted Bun­dy ! Pour­quoi fau­drait-il pro­té­ger les gens de l’expression de Dieu­don­né dans un maga­zine ? Ça me dépasse complètement.

          • François Roby

            Oui c’est cet article… j’a­vais ache­té Cau­seur en ver­sion papier à l’é­poque (je ne sais plus où il est, ni même si je l’ai encore). Notez que la ver­sion tron­quée dis­po­nible en ligne est trom­peuse : com­men­çant par une affir­ma­tion (fausse) « Dieu­don­né n’est cer­tai­ne­ment pas un imbé­cile, mais un anti­sé­mite… », et se ter­mi­nant par une ques­tion à Dieu­don­né : « Ne tour­nons pas autour du pot : êtes-vous anti­sé­mite ? » sans four­nir sa réponse…

            Moi aus­si ça me dépasse com­plè­te­ment, et notam­ment qu’on puisse per­mettre au pire des cri­mi­nels de se défendre via un avo­cat (ce qui est nor­mal) mais qu’on refuse ce droit élé­men­taire à cer­taines per­sonnes qui ont été décré­tées cou­pables par un pouvoir-occulte-qui-n’existe-pas…

          • François Roby

            Je rajoute un com­men­taire : en fait, c’est pire que ce que je pen­sais. L’ar­ticle que vous citez ne se ter­mine pas par le tra­di­tion­nel « cet article est réser­vé aux abon­nés, veuillez vous iden­ti­fier » mais par « Vous venez de lire un article en accès libre. », ce qui est un men­songe. Et aucun lien du genre « lire la suite… ».

            C’est donc bien une trom­pe­rie déli­bé­rée car il ne s’a­git évi­dem­ment que du début (l’ar­ticle était même assez long) ! Nous sommes en plein 1984, la réécri­ture de l’his­toire est en marche…

          • F68.10

            1984 me paraît quand même un peu plus bru­tal que la tron­ca­ture de cet interview.

            Mais je crois que si on veut regar­der la ques­tion de la liber­té d’expression sur le temps long, il faut inlas­sa­ble­ment reve­nir à John Mil­ton et à son ouvrage Areopagitica.

            https://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​A​r​e​o​p​a​g​i​t​ica

            Les temps n’étaient pas les mêmes, mais les pro­blèmes sur le fond étaient les mêmes. John Mil­ton ne s’opposait pas à la cen­sure. Il s’opposait à la cen­sure pré­pu­bli­ca­tion et sou­te­nait une cen­sure postpublication.

            Tout l’argumentaire de John Mil­ton peut se résu­mer ain­si : Il faut trou­ver tous les moyens pos­sibles pour que le débat d’idée ait lieu afin de s’approcher de l’ideal (chré­tien) de la véri­té. C’est pour cela qu’il sou­te­nait l’abandon de la cen­sure pré­pu­bli­ca­tion. La cen­sure post­pu­bli­ca­tion était en revanche per­çue comme néces­saire pour que les idées jugées fausses ne puissent pas se pro­pa­ger et cor­rompre les esprits.

            Il est dif­fi­cile de ne pas consta­ter que ce sont bien ce type de consi­dé­ra­tions qui sont encore à l’oeuvre dans nos sys­tèmes poli­tiques. Le « para­doxe » est que ce n’est qu’au prix d’une jus­ti­fi­ca­tion par la recherche de la véri­té que la cen­sure n’a pu être (que par­tiel­le­ment) arra­chée au pou­voir religieux.

            Donc, effec­ti­ve­ment, qu’il s’agisse de Dieu­don­né, de la loi Gays­sot, des pla­tistes ou des vac­cins, on retombe tou­jours sur cet éter­nel débat. Et c’est pour com­prendre cela qu’il faut lire John Mil­ton. Cet ouvrage est d’ailleurs sou­vent cité par la cour suprême aux États Unis comme fon­de­ment théo­rique et phi­lo­so­phique de leur liber­té d’expression, qui para­doxa­le­ment (quand on lit Mil­ton dans le détail…) est mieux pro­té­gée qu’en France.

          • François Roby

            Quand je com­pa­rais à 1984, c’é­tait dans l’in­ten­tion (de trom­per et réécrire l’his­toire), pas dans l’é­ten­due de la dys­to­pie évidemment.

            Mer­ci pour votre réfé­rence à l’ou­vrage de Mil­ton, que je ne connais­sais pas. Mais si le but de la cen­sure post-pro­duc­tion est que « les idées jugées fausses ne puissent pas se pro­pa­ger et cor­rompre les esprits », on retombe sur l’é­ter­nelle ques­tion : qui décide de ce qui est vrai ou faux ? Autre­ment dit, sur la ques­tion de la véri­table démo­cra­tie, chère à Étienne.

            Pour moi, une cen­sure ne peut se jus­ti­fier (et doit même abso­lu­ment exis­ter) que pour les per­sonnes par défi­ni­tion inca­pables d’un dis­cer­ne­ment suf­fi­sant, c’est-à-dire les enfants, ou disons les per­sonnes non majeures, même si la limite est tou­jours dif­fi­cile à défi­nir et plus ou moins arbi­traire. Il s’a­git là de pro­té­ger des per­sonnes vul­né­rables ; on constate d’ailleurs que cette pro­tec­tion est bien défaillante, les auto­ri­tés étant bien plus sou­cieuses de « pro­té­ger » les enfants (et même les adultes !) des spec­tacles de Dieu­don­né, où toutes les géné­ra­tions et les cou­leurs se côtoient dans une ambiance très déten­due, que de leur évi­ter le viol de leur psy­chisme par des images pornographiques.

            « Donc, effec­ti­ve­ment, qu’il s’agisse de Dieu­don­né, de la loi Gays­sot, des pla­tistes ou des vac­cins, on retombe tou­jours sur cet éter­nel débat. »

            Sur les vac­cins, je vous recom­mande vive­ment « Toxic sto­ry » du Pr. Ghe­rar­di. J’y ai consa­cré un billet ici :

            https://​aitia​.fr/​e​r​d​/​t​o​x​i​c​-​s​t​o​ry/

            C’est très inté­res­sant, non seule­ment pour com­prendre que les « auto­ri­tés sani­taires » sont cou­pables de men­songe sur la non-toxi­ci­té de l’a­lu­mi­nium des vac­cins, son méca­nisme d’ac­tion étant aujourd’­hui élu­ci­dé, mais aus­si pour savoir que même un méde­cin expé­ri­men­té comme Ghe­rar­di, avant de s’in­té­res­ser for­tui­te­ment aux vac­cins pour ten­ter de com­prendre ses résul­tats de recherche, n’a que de très vagues idées sur la question. 

            À recom­man­der éga­le­ment l’as­so­cia­tion pour des vac­cins sans alu­mi­nium, qui fait un gros tra­vail de tra­duc­tion en fran­çais de publi­ca­tions scientifiques :

            https://​www​.vac​cins​san​sa​lu​mi​nium​.org/​b​i​b​l​i​o​g​r​a​p​h​i​e​-​s​c​i​e​n​t​i​f​i​q​ue/

          • F68.10

            Au sujet de 1984, je n’arrive tou­jours pas à adhé­rer à l’idée que la tron­ca­ture de l’interview de Dieu­don­né n’ait été autre chose qu’accidentelle. Mais bon, mon his­toire per­son­nelle m’a aus­si prou­vé que j’avais ten­dance à ne pas être suf­fi­sam­ment para­no dans la vie. Dom­mage que les méde­cins ne pres­crivent pas de sub­stances qui puissent rendre davan­tage parano…

            Qui décide de ce qui est vrai et ce que est faux ? A l’époque de Mil­ton, l’Etat et l’Eglise, pour autant qu’il y ait fon­da­men­ta­le­ment une dif­fé­rence entre les deux dans l’Angleterre de cette époque. Sinon, de manière géné­rale, dans toute socié­té, de la même manière qu’il y a tou­jours eu des struc­tures de pou­voir plus ou moins dif­fuses, il y a tou­jours eu des struc­tures de savoir plus ou moins dif­fuses. Dans le monde occi­den­tal, his­to­ri­que­ment, les savoirs « abs­traits » ont eu ten­dance à se crys­tal­li­ser autour de l’université. C’est encore le cas de nos jours, bien qu’elle me semble pas­sa­ble­ment affai­blie en France.

            De la même manière qu’une struc­ture de pou­voir demande le mono­pole de la force, une struc­ture de savoir demande le mono­pole de l’argument d’autorité. Le pro­blème de l’argument d’autorité est qu’il est vital à la construc­tion du savoir à tra­vers le temps et les hommes, mais qu’il est aus­si sujet à cer­tains biais, et est un véhi­cule pour d’autres biais. La contes­ta­tion des argu­ments d’autorité, quand elle est struc­tu­rée, peut don­ner nais­sance aux Lumières, à l’anarchisme, au post­mo­der­nisme. Mais la dis­so­lu­tion de la struc­ture de savoir ne donne lieu à aucune évo­lu­tion de la pen­sée mais abou­tit au « rela­ti­visme » tant honni.

            Une part essen­tielle de la res­pon­sa­bi­li­té de l’ignorant vis à vis des sachants est effec­ti­ve­ment de déter­mi­ner quand l’argument d’autorité est uti­li­sé pour enfler autrui. Il y a des réponses à cela, mais ce ne sont pas des réponses faciles.

            « Pour moi, une cen­sure ne peut se jus­ti­fier (et doit même abso­lu­ment exis­ter) que pour les per­sonnes par défi­ni­tion inca­pables d’un dis­cer­ne­ment suf­fi­sant, c’est-à-dire les enfants, ou disons les per­sonnes non majeures, même si la limite est tou­jours dif­fi­cile à défi­nir et plus ou moins arbitraire. »

            Aïe ! Tou­cher à ce sujet c’est tom­ber sur plu­sieurs os ! Je vous conseille cette lec­ture à ce sujet :

            https://​www​.tand​fon​line​.com/​d​o​i​/​f​u​l​l​/​1​0​.​1​0​8​0​/​0​0​2​0​7​4​1​1​.​2​0​1​6​.​1​2​6​4​037

            « Il s’agit là de pro­té­ger des per­sonnes vul­né­rables ; on constate d’ailleurs que cette pro­tec­tion est bien défaillante, les auto­ri­tés étant bien plus sou­cieuses de « pro­té­ger » les enfants (et même les adultes !) des spec­tacles de Dieu­don­né, où toutes les géné­ra­tions et les cou­leurs se côtoient dans une ambiance très déten­due, que de leur évi­ter le viol de leur psy­chisme par des images pornographiques. »

            Sans même par­ler de Dieu­don­né, je dois avouer que le rap­port avec la por­no­gra­phie m’échappe quelque peu…

            Sur les vac­cins, je ne serais pro­ba­ble­ment pas de votre avis. Je pense aus­si que le débat devrait avoir lieu ailleurs. Je me per­mets juste quatre remarques :

            1. Selon les méde­cins, être contre les vac­cins, c’est déjà man­quer de discernement…

            2. La dis­cus­sion ci des­sus sur les struc­tures de savoir et l’importance de la réflexion autour de l’argument d’autorité s’applique dans le cas des vaccins.

            3. Une ques­tion : est-ce que, dans le cas où un cer­tain niveau de dom­mage du à l’aluminium serait prou­vé et accep­té par la com­mu­nau­té scien­ti­fique, cela remet­trait radi­ca­le­ment en cause l’arbitrage moral effec­tué par les auto­ri­tés publiques en faveur de l’obligation vac­ci­nale ? (Je ne le crois pas).

            4. Les vac­cins ne sont pas de simples médi­ca­ments avec une struc­ture molé­cu­laire simple. Ce sont des assem­blages qua­si-vivant de com­plexes de pro­téines et d’agents chi­miques. Les tes­ter est extrê­me­ment com­plexe, et si vous dites à un bon­homme tra­vaillant dans un labo que vous vou­lez rem­pla­cer l’aluminium par le phos­phate de cal­cium, il va vous regar­der avec des yeux tout ronds, va faire une rapide éva­lua­tion men­tale du bou­lot à accom­plir, et va peter un ané­vrisme devant vos yeux éba­his. Quid du réa­lisme des oppo­sants à l’aluminium quand il s’agit de manœu­vrer des pro­jets aus­si lourds et com­plexes que la mise au point de vaccins ?

            Je laisse ces sujets à votre réflexion. Mais com­pre­nez que quand un membre de « l’elite » vous lit, le bon­homme, il risque de ne pas être très ras­su­ré. Et c’est à mon avis un des fac­teurs essen­tiels qui les amènent à tour­ner les chouar­diens en déri­sion et à faire mari­ner Chouard avec tous les faux pas pos­sibles et ima­gi­nables jusqu’a aller lui deman­der s’il croit que la Terre est plate…

          • François Roby

            Juste sur les vac­cins car le reste dépasse un peu ma com­pé­tence réelle : il vous faut vrai­ment lire le livre de Ghe­rar­di « Toxic Sto­ry » pour com­prendre l’é­ten­due du pro­blème (et com­prendre aus­si que les méde­cins sont pri­son­niers de leur propre for­ma­tion, s’ils ne font pas l’ef­fort de se poser des ques­tions comme lui l’a fait). 

            Pour ma part, je ne dirais cer­tai­ne­ment pas que « selon les méde­cins, être contre les vac­cins, c’est déjà man­quer de dis­cer­ne­ment… » et sur­tout la ques­tion n’est pas « pour ou contre » mais « libre ou contraint » car énor­mé­ment de méde­cins sont atta­chés – avec rai­son – à des actes médi­caux indi­vi­dua­li­sés et non sys­té­ma­tiques. De plus Ghe­rar­di, qui est méde­cin, n’est pas oppo­sé aux vac­cins mais à l’u­ti­li­sa­tion de l’a­lu­mi­nium dans ceux-ci après avoir décou­vert et com­pris sa dangerosité.

            1) la rai­son du choix de l’a­lu­mi­nium est, au départ, à peu près aus­si aléa­toire qu’un tirage du loto (les ten­ta­tives avec d’autres sub­stances, que Ghe­rar­di découvre dans la lit­té­ra­ture, laissent sans voix)

            2) la rai­son de l’a­ban­don d’autres adju­vants (qui exis­taient) trouve sa source dans une pure « logique indus­trielle » de maxi­mi­sa­tion du pro­fit et pas du tout dans une logique de tests scrupuleux

            3) les auto­ri­tés sani­taires mais aus­si de nom­breux méde­cins « experts » se contre­foutent de l’in­té­rêt des patients du moment que Big Phar­ma conti­nue à les sou­doyer (autre décou­verte de Ghe­rar­di qui tombe de haut)

            4) la preuve en est que le méca­nisme d’ac­tion de l’a­lu­mi­nium vac­ci­nal, pas du tout tri­vial (la dose ne fait pas le poi­son dans ce cas) est par­fai­te­ment élu­ci­dé mais on conti­nue à pré­tendre que non et que tout va bien…

            5) enfin la meilleure preuve qu’on est dans l’ir­ra­tion­nel le plus total (sauf pour les finances de cer­tains) est quand un(e) ministre déclare « la vac­ci­na­tion ça ne se dis­cute pas » : c’est la défi­ni­tion d’un dogme, donc d’une sor­tie hors de la science. La seule chose qui ne se dis­cute pas pour un méde­cin c’est le but : la san­té des patients, et non les moyens employés…

            Et on en revient tou­jours au même pro­blème : la cor­rup­tion par l’argent ! Comme pour les élus qui ne sont pas intrin­sè­que­ment des cor­rom­pus, mais qui le deviennent parce que « le sys­tème » conduit inévi­ta­ble­ment à ça…

          • F68.10

            J’aurais aimé ne pas trai­ter le thème des vac­cins, car les vac­cins en soi ne m’intéressent pas beau­coup. Fran­che­ment, compte tenu de mon pas­sé médi­cal, que les gosses crèvent ou pas m’indiffère un peu. Ça devrait pas, mais c’est comme ça.

            Si Ghe­rar­di veut avoir mon atten­tion, ce n’est pas en me deman­dant d’acheter son livre, mais en publiant sur Inter­net ou dans des revues scientifiques.

            Que les méde­cins soient pri­son­niers de leur for­ma­tion, je le sais plus que qui­conque. Je suis né du ventre d’un méde­cin, dans une famille éten­due de méde­cins. Et je peux vous dire que sur plu­sieurs décen­nies, j’ai enten­du pas mal de conne­ries sor­tir de leur bouches.

            « Pour ma part, je ne dirais cer­tai­ne­ment pas que « selon les méde­cins, être contre les vac­cins, c’est déjà man­quer de discernement… » »

            Ah bon ? Et les dis­cours qu’on entend affir­mer que ne pas vac­ci­ner c’est de la mal­trai­tance, vous croyez qu’ils viennent d’ou ? Ces dis­cours signi­fient que des « croyances » sont les causes d’un « dan­ger pour autrui ». Per­sonne ne veut le dire expli­ci­te­ment, mais je vous assure que la ques­tion est de fait posée en des termes expli­ci­te­ment psy­chia­triques qui légi­ti­ment le recours à la contrainte. Et c’est d’ailleurs ce qui se passe avec l’obligation vaccinale.

            « Sur­tout la ques­tion n’est pas « pour ou contre » mais « libre ou contraint » car énor­mé­ment de méde­cins sont atta­chés – avec rai­son – à des actes médi­caux indi­vi­dua­li­sés et non systématiques. »

            Si vous saviez… Le recours à la contrainte n’a de fait que peu de choses à voir avec la sys­te­ma­ti­ci­té des actes. Dans le cas pré­cis des vac­cins, ces deux thèmes coïn­cident, mais ce qu’un arte­fact rela­tif à la spé­ci­fi­ci­té des vaccins.

            La sys­te­ma­ti­ci­té des actes relève en règle géné­rale d’un autre phé­no­mène : l’implementation pro­gres­sive de pra­tiques indexées sur l’EBM, la méde­cine fon­dée sur des preuves. Mou­ve­ment qui a ses défauts mais que je soutiens.

            Les rai­sons des méde­cins de s’opposer aux actes sys­té­ma­tiques ne sont pas tou­jours bonnes. La peur infon­dée en est une et n’importe qui peut en faire les frais.

            Je ne pré­tends pas que Ghe­rar­di soit oppo­sé aux vac­cins au sens où vous l’entendez. Je m’excuse si j’ai pu vous sem­bler com­mettre ce contresens.

            Pour moi, les points 1, 2 et 3, c’est Ghe­rar­di qui découvre l’eau tiède. Je ne vais pas trai­ter le point 4 qui nous emmè­ne­rait trop loin. Vous faites par contre un contre­sens sur le point 5 : il ne s’agit pas exac­te­ment de dogme et de sor­tie de la science. De manière plus pré­cise, il s’agit d’arbitrages poli­tiques ou plu­tôt tech­no­cra­tiques, et la phrase signi­fie plu­tôt « la science nous auto­rise à nous consi­dé­rer fon­dés en l’état des choses à faire le choix de la vac­ci­na­tion. Les cri­tiques sur l’état de la situa­tion scien­ti­fique sont connues, pas toutes infon­dées, mais ne remettent pas en cause l’arbitrage final. Donc on ne dis­cute plus la science, en tout cas plus avec nous. » C’est un chouilla dif­ferent, mais il est nor­mal et natu­rel que la dif­fe­rence vous échappe, si c’est le cas.

            Le pro­blème de fond au sujet de la thé­ma­tique spé­ci­fique de l’aluminium est exac­te­ment celle que je vous ai expo­sée quand on évoque la pos­si­bi­li­té de repas­ser au phos­phate de cal­cium. Il s’agit effec­ti­ve­ment d’une logique indus­trielle, ce qui com­prend le volet pécu­niaire, bien évi­dem­ment. Mais c’est presque plus tech­no­lo­gique que pécu­niaire : il n’est pas en l’é­tat des choses tech­no­lo­gi­que­ment conce­vable de pas­ser avec des coûts modé­rés à une situa­tion où on aurait le choix entre vac­cins avec alu­mi­nium ou avec phos­phate de cal­cium, et même en terme de temps de déve­lop­pe­ment, c’est hard. La rai­son pro­fonde en est que les vac­cins sont bien des sub­stances bien plus orga­ni­que­ment com­plexes et vola­tiles que de simples molé­cules. C’est cette contrainte tech­no­lo­gique qui rend le « débat » par­ti­cu­liè­re­ment ten­du. C’est pour cela que les vac­cins ne suivent pas les mêmes règles de sécu­ri­té que les médi­ca­ments. Et au final, c’est bien un choix tech­no­cra­tique qui est fait à ce sujet. Les débats scien­ti­fiques des « oppo­sants » à la vac­ci­na­tion se heurtent donc aux fins de non rece­voir des auto­ri­tés poli­tiques car cela condam­ne­raient les auto­ri­tés poli­tiques, in fine, à l’inaction per­pé­tuelle. C’est vrai­ment une ques­tion de niveau de preuve requise pour pas­ser ou ne pas pas­ser à l’action technocratique.

            En un sens, c’est un peu comme le vélo. Pour ne pas tom­ber, il faut conti­nuer de pédaler…

            Et dans ce contexte, comme je l’ai dis, même si l’aluminium se révé­lait modé­ré­ment nocif, l’arbitrage tech­no­cra­tique serait très pro­ba­ble­ment le même.

            Vous sem­blez croire que c’est l’argent qui cor­rompt tout. Il est acquis que l’argent est un moyen de cor­rup­tion. Mais ce n’est qu’un moyen… Même dans une dic­ta­ture du pro­lé­ta­riat sans argent, il y aurait des poli­tiques de san­té publique, et une indus­trie phar­ma­ceu­tique, et des peurs de toutes parts et en tous sens au sujet de la san­té. L’arbitrage poli­tique ne serait pro­ba­ble­ment pas très différent…

            Si cause de cor­rup­tion il y a, elle est à mon avis bien plus à cher­cher dans le déca­lage qu’il y a de la part de tous les acteurs de cette affaire sur les dif­fé­rentes repré­sen­ta­tions du concept de san­té et du concept de risque. Ce que cer­tains appellent, à tort à mon avis, les « croyances ».

            L’industrie phar­ma­ceu­tique existe parce qu’on en a besoin. Et dans un monde avec argent ou sans argent, elle cher­che­ra par tous les moyens à mon­trer et légi­ti­mer son uti­li­té sociale. Dans le monde actuel, c’est en fai­sant des béné­fices et en rému­né­rant ses action­naires qu’elle le prouve. Dans un monde alter­na­tif, il y aurait d’autres indi­ca­teurs, alter­na­tifs aux béné­fices, qui se révè­le­raient de la même manière des « moyens » de corruption.

          • François Roby

            « Si Ghe­rar­di veut avoir mon atten­tion, ce n’est pas en me deman­dant d’acheter son livre, mais en publiant sur Inter­net ou dans des revues scientifiques. »

            Mais c’est ce qu’il a fait, nom d’une pipe ! Et plus il a publié plus il a eu des pro­blèmes pour finan­cer ses recherches ! Et il n’est pas le seul…

            https://​www​.vac​cins​san​sa​lu​mi​nium​.org/​b​i​b​l​i​o​g​r​a​p​h​i​e​-​s​c​i​e​n​t​i​f​i​q​ue/

            « Et dans ce contexte, comme je l’ai dis, même si l’aluminium se révé­lait modé­ré­ment nocif, l’arbitrage tech­no­cra­tique serait très pro­ba­ble­ment le même. »

            L’a­lu­mi­nium EST toxique (dif­fé­rem­ment selon les indi­vi­dus), c’est PROUVÉ et le méca­nisme d’ac­tion est COMPRIS. Voir plus haut.

          • F68.10

            « L’aluminium EST toxique (dif­fé­rem­ment selon les indi­vi­dus), c’est PROUVÉ et le méca­nisme d’action est COMPRIS. Voir plus haut. »

            Peut-être. Mais ce n’est pas mon sujet. En tout cas, ce n’est pas moi qu’il faut convaincre.

            Ce que je peux vous dire, c’est que com­pre­nant com­ment les auto­ri­tés de san­té fonc­tionnent, et sur­tout pour­quoi elles fonc­tionnent ain­si, ce n’est pas un lien vers une telle page qui les convaincra.

            Le cri­tère qu’il fau­drait atteindre, c’est, au mini­mum, une étude épi­dé­mio­lo­gique qui montre un impact des vac­cins avec alu­mi­nium sur une caté­go­rie diag­nos­tique précise.

            Vous avez-cela dans les liens qui sont sur la page que vous avez pro­po­sée ? Parce que je ne vais pas me taper les études une à une moi-même pour déter­mi­ner s’il y en aurait une qui répon­drait à ce critère.

            Et encore une fois, per­son­nel­le­ment, les vac­cins, je m’en fous com­plè­te­ment. Dans un sens comme dans l’autre.

  20. Marais

    étienne,

    je pense que ce que tu cherches à expri­mer c’est que :
    ‑tu es per­sua­dé que la shoah a exis­té, car tu as le sen­ti­ment que tout ca est vrai
    ‑en revanche tu n’es pas convain­cu, car tu n’as aucun argu­ment pour le démon­trer, tu ne t’ai pas inté­res­sé au sujet. Tu ne sau­rais don­ner des contre-argu­ments à un négationniste.

    C’est comme pour la démo­cra­tie en fin de compte. On était per­sua­dé qu’on y était mais on était pas convain­cu, après si être inté­res­sé de près, il s’a­vère qu’on est pas en démo­cra­tie. La shoah c’est peut être pareil ou peut être pas, mais tant qu’on a pas fait le tra­vail de recherche sur la ques­tion, qui suis-je pour affir­mer une chose ou une autre ? Je laisse les experts par­ler, c’est vers eux qu’il faut prê­ter l’oreille.

    Réponse
  21. je pense donc je doute

    Mon Dieu !

    Je lis dans Europe 1 et France Soir :
    « L’U­nion des étu­diants juifs de France (UEJF) et la Licra ont annon­cé leur inten­tion de por­ter plainte après des pro­pos ambi­gus d’E­tienne Chouard ».

    Avec la loi Fabius-Gays­sot, et qu’on y croit ou pas, il n’y a qu’une réponse pos­sible à la ques­tion « croyez-vous aux chambres à gaz ? » :
    Bien enten­du, puisque c’est la loi !
    Il ne peut y avoir de réponse hon­nête avec cette loi, dans un sens comme dans l’autre.

    Réponse
  22. RV

    A pro­pos de votre entre­tien sur LE MEDIA.
    Appa­rem­ment vous ne vous ren­dez pas compte à quel point votre réponse à la ques­tion sur l’exis­tence des chambres à gaz ne peut qu’ap­por­ter de l’eau au mou­lin de vos détrac­teurs et lais­ser sur leur faim vos lec­teurs habituels.
    Je ne com­prends pas com­ment vous pou­vez assu­mer de dire
    « c’est pas mon sujet, j’y connais rien, moi »
    Cela n’a pas été dit « en pas­sant », Denis Robert vous a don­né tout le temps pour pré­ci­ser votre posi­tion, il vous a relancé.
    Vous don­nez des verges pour vous faire battre.
    Denis Robert vous fait dire, vous fait remar­quer, que vous n’a­vez aucune hési­ta­tion à dire que la Terre n’est pas plate, et pour­tant ce n’est pas plus votre sujet.
    On ne parle pas là d’un sujet d’his­toire ancienne mal docu­men­tée sur lequel des géné­ra­tions d’his­to­riens auraient eu des lec­tures dif­fé­rentes sui­vant les époques,
    ni de théo­ries scien­ti­fiques remises en causes par des tra­vaux récents, mais d’un fait contem­po­rain lar­ge­ment docu­men­té par les jour­naux et les pho­tos et les films d’époque.
    Votre posi­tion me semble com­plè­te­ment insou­te­nable et du coup don­ner rai­son à ceux qui vous accusent de confusionnisme !

    Comme Denis Robert et Mathias Entho­ven je n’ai aucun doute sur le bien fon­dé de votre com­bat pour construire une démo­cra­tie digne de ce nom, mais j’a­voue que là je ne vous com­prends pas, accep­ter de faire une émis­sion ayant pour thème votre dia­bo­li­sa­tion, émis­sion dans laquelle on n’a­borde donc qua­si­ment pas l’œuvre, le com­bat de votre vie, et ne pas être capable de don­ner de réponse claire aux inter­ro­ga­tions mais au contraire de sou­te­nir une posi­tion qui ne pour­ra que les ali­men­ter, ça me dépasse, ça me désole.

    Réponse
    • François Roby

      C’est vous qui n’a­vez pas les idées très claires en com­pa­rant les chambres à gaz et la Terre plate : on ne fait de pro­cès à per­sonne s’il ou elle affirme – et on en trouve encore aujourd’­hui – que la Terre est plate. Ceci devrait suf­fire à vous faire com­prendre, même si vous n’êtes pas un expert en logique, que l’obs­cu­ran­tisme est du côté de ceux qui IMPOSENT par la menace une ver­sion de l’his­toire au lieu de lais­ser la dis­cus­sion libre à son sujet. Étienne Chouard a par­fai­te­ment rai­son de résis­ter aux obs­cu­ran­tismes de toute nature.

      Par ailleurs, allez emprun­ter des livres très cou­rants en biblio­thèque, et vous ver­rez que même l’his­toire « offi­cielle » est « néga­tion­niste », puis­qu’elle se renie elle-même et cor­rige ses erreurs, ce qui est par­fai­te­ment nor­mal du reste. Le dogme n’a rien à faire en his­toire ni dans aucune science.

      Réponse
      • RV

        L’exemple de la terre plate est direc­te­ment issue de l’en­tre­tien dont il est ques­tion, il per­met d’illus­trer que la réponse d’E­tienne Chouard est immé­diate sur ce sujet alors que même relan­cé sur celle des chambres à gaz il reste sur son argu­ment d’in­cer­ti­tude personnelle.
        L’existence des chambres à gaz n’est pas un dogme mais un fait his­to­rique. Il est regret­table qu’E­tienne Chouard n’ait pas su l’af­fir­mer pen­dant cet entre­tien comme il le fait en tête de cette page.

        Réponse
        • François Roby

          Cela ne peut pas aujourd’­hui être un fait his­to­rique, jus­te­ment, puisque c’est un dogme à cause de cette loi (SVP, pre­nez un dic­tion­naire et regar­dez la défi­ni­tion d’un dogme).

          Trou­vez-moi UN SEUL autre exemple de « fait » qui ait besoin d’une loi pour être affir­mé… mais peut-être consi­dé­rez-vous que l’his­toire n’est pas une science, et n’a pas à res­pec­ter les règles de la rai­son et de la logique.

          En sciences, il existe des pro­po­si­tions non démon­trées et néan­moins consi­dé­rées comme vraies, on appelle ça des prin­cipes. Mais on est abso­lu­ment libre d’en chan­ger ou de les lais­ser tom­ber si on trouve mieux ou qu’on n’en a plus besoin.

          Réponse
    • majax

      On peut peut-être com­prendre aus­si qu’É­tienne en ait ras le bol de s’ex­pri­mer sur un sujet qu’il a abor­dé des dizaines de fois et de sur­croît chro­no­phage. Ce n’est pas un concours d’é­lo­quence à celui qui par­le­ra le mieux de son hor­reur pour l’ho­lo­causte. Plein le cul de ce sujet, il a déjà répon­du, il suf­fit de regar­der sur You­tube, celui qui ne veut pas entendre sa posi­tion, c’est qu’il en fait exprès. Et pen­dant ce temps, la parole média­tique se perd et le temps s’é­graine, au détri­ment de la défense de la démo­cra­tie. C’est ça qui est désolant.

      Réponse
      • François Roby

        Entiè­re­ment d’ac­cord avec vous. Il ne faut pas oublier que tout temps de parole est limi­té, et que cer­tains sujets sont déli­bé­ré­ment uti­li­sés pour évi­ter d’a­voir à en abor­der d’autres, et même s’ils n’ont stric­te­ment rien à voir.

        Réponse
      • ève

        Tout à fait d’ac­cord ! Ce genre de ques­tion revient sou­vent dans beau­coup d’en­tre­tiens , à croire qu’ils se donnent rdv pour le faire ! D’autres en ont fait les frais dans les mêmes cir­cons­tances ! Cette insis­tance découle direc­te­ment des mêmes personnages !
        Les hor­reurs com­mises à l’é­poque des camps ont bien été exis­tantes ! Je n’é­tais pas née , mais on nous a racon­té et réa­li­sé des films , tout comme pour d’autres évè­ne­ments gra­vis­simes , dont l’es­cla­vage per­du qque part entre les emplois sous payés et les mul­ti­na­tio­nales aux manettes actuelles ! C’est pas le sujet , mais c’est du vécu depuis 4500 ans (pas 70 ans ) ! Et qui a com­men­cé à mar­chan­der l’être humain ??
        Ce qui me désole , c’est de voir dans les com­men­taires des gens prêts à pro­fi­ter des lumières d’un homme et ren­voyer un com­por­te­ment ver­sa­tile dans une contro­verse orga­ni­sée au point d’en assom­brir son inté­gri­té et faire tom­ber pour des caprices tout un tra­vail de recherche ! C’est pas comme çà qu’on construit l’ ave­nir ! Mais la rai­son j’en suis sûre l’emportera , même s’il est clair qu’on peut tou­jours se tromper !
        Je vous sou­tiens Étienne et vous adresse toute ma sympathie !
        ève

        Réponse
    • Farid MEHCER

      Un biais impar­don­nable et un manque de rigueur logique dans votre com­men­taire : il est IMPOSSIBLE à qui que ce soit n’ayant jamais lu une ligne à ce sujet de se baser sur quoi que ce soit de tan­gible pour acqué­rir la convic­tion pro­fonde que les chambres à gaz ont bel et bien exis­té (c’est d’ailleurs vrai pour une majeure par­tie d’élé­ments his­to­riques puisque l’His­toire n’est jamais écrite par des per­sonnes dignes d’une totale confiance, objec­tives et impar­tiales). Seule l’é­tude de ce sujet en recou­pant nombre de sources et de preuves poten­tielles per­met d’ac­qué­rir cette certitude.

      L’exemple de la forme de la Terre, en revanche, est TOTALEMENT dif­fé­rent : l’en­ver­gure et l’é­ten­due des moyens à mettre en oeuvre, et cela sur une période tel­le­ment longue et constante, pour per­mettre à une telle super­che­rie rien moins que pla­né­taire (dans tous les sens du mot pour le coup !) d’être orches­trée (Par qui ? Pour quoi ? Dans l’in­té­rêt de ?) et de per­du­rer ain­si est à tel point ver­ti­gi­neuse et gro­tesque que le simple bon sens (sans même avoir besoin d’en recou­rir à la Rai­son et la Logique) est aus­si­tôt offus­qué à cette seule hypothèse.

      Faut-il avoir lu et étu­dié la ques­tion pour être inti­me­ment convain­cu que les chambres à gaz ont exis­té ? OUI. Pour mon cas per­son­nel, qui est le même que celui d’E­tienne, n’ayant jamais lu une ligne sur la ques­tion, encore moins étu­dié quoi que ce soit, je n’ai aucune conviction.
      Est-ce que je doute de leur exis­tence alors ? NON. Dou­ter serait déjà un début d’o­pi­nion, hors je n’ai tout bon­ne­ment aucune, _AUCUNE_ opi­nion sur ce thème. Je pense qu’elles ont _très probablement_ exis­té, mais c’est une pen­sée sans valeur, sans rien d’ap­pro­chant une rigueur scien­ti­fique puisque je n’ai RIEN sur lequel me baser (ie. rien lu ni étu­dié par moi-même).
      Même chose avec la Shoah : je suis cer­tain qu’il y a eu un pro­gramme d’ex­ter­mi­na­tion nazi des juifs (mais aus­si des homos, des han­di­ca­pés, des tzi­ganes, etc.) pour les mêmes rai­sons que je suis cer­tain que la Terre est ronde (en fait légè­re­ment ovale), car l’in­ven­tion pure et simple de ce fait dépasse même les pos­si­bi­li­tés d’in­fluence des plus grandes puis­sances et conspi­ra­tion humai­ne­ment possibles.
      Est-ce que je SAIS qu’il y a eu 6 mil­lions de juifs exter­mi­nés ? Non. C’est peut-être moins, peut-être plus. Là encore, sans avoir rien lu et étu­dié avec sérieux et patience, un point aus­si aisé­ment fluc­tuant dans les rap­ports his­to­riques qu’une don­née chif­frée ne peut être prise pour argent comp­tant sans le moindre esprit cri­tique par quel­qu’un d’in­tel­lec­tuel­le­ment honnête.

      Entre les erreurs (volon­taires et invo­lon­taires) des his­to­riens, les fautes de métho­do­lo­gie pour comp­ta­bi­li­ser, les variances de résul­tat sui­vant les dif­fé­rentes méthodes de réper­to­ra­tion employées, les inexac­ti­tudes inévi­tables de l’ob­ser­va­tion et la retrans­crip­tion d’un fait his­to­rique par l’é­tude des traces qu’il a lais­sé, et sans oublier les tou­jours pos­sibles récu­pé­ra­tion et arran­ge­ments faits aux comptes-ren­dus his­to­riques offi­ciels dans des but pro­pa­gan­distes poli­tiques et com­mu­nau­ta­ristes, pour toutes ces éven­tua­li­tés accep­ter sans condi­tions ni exa­men per­son­nel minu­tieux un chiffre, quel qu’il soit, comme étant le reflet strict et OBLIGATOIRE de la réa­li­té des faits du pas­sé, est ce que Camus nom­mait un « Sui­cide intel­lec­tuel ». Aucun scien­ti­fique intègre ne l’accepterait.

      Quand on est même pas fou­tus de tom­ber d’ac­cord sur un chiffre pré­cis, exact et incon­tes­table du taux de chô­mage à un moment don­né en France (dif­fé­rents moyens de comp­ta­bi­li­sa­tion pos­sible, conflit d’in­té­rêt poli­ti­card à don­ner un chiffre réel plu­tôt qu’à le bais­ser arti­fi­ciel­le­ment, etc.), il me semble rai­son­nable de n’ac­cep­ter aucun chiffre his­to­rique comme étant _d’une cer­ti­tude absolue_ ! Tout au plus ces chiffres donne des indi­ca­tions, des ordres d’i­dée, voi­là. Après, s’il y a des preuves incon­tes­tables (ça arrive — est-ce le cas pour le nbre de vic­times de la Shoah, je serais bien inca­pable de l’af­fir­mer ou le nier, je répète que je n’ai jamais lu une ligne sur le sujet, et très hon­nê­te­ment j’ai bcp trop d’autres choses à étu­dier avant cela pour en avoir jamais le temps avant ma mort).

      Ulti­me­ment, si on est hon­nête et intel­lec­tuel­le­ment intègre comme c’est mon cas, on ne peut jamais RIEN savoir avec une cer­ti­tude abso­lue autre que ce que l’on a étu­dié et appris/découvert/compris par SOI-MÊME. C’est juste une ques­tion d’é­thique per­son­nelle, d’hy­giène intel­lec­tuelle, pour évi­ter de se faire influen­cer et four­rer n’im­porte quoi dans la tête à son insu.

      Concer­nant ce qu’on a fait subir à Etienne sur Le Média : contrai­re­ment à ce que lui-même affirme, je pense que tout le monde aura main­te­nant com­pris que Denis Robert et son aco­lyte étaient tout sauf bien inten­tion­nés à son égard — j’en veux d’ailleurs pour preuve sup­plé­men­taire que vous ne ver­rez pas M. Robert s’ex­pri­mer publi­que­ment pour réaf­fir­mer, au milieu de cette meute mer­dia­tique hur­lante, qu’il est convain­cu que Chouard n’est pas anti­sé­mite comme il l’a répé­té à maintes reprises en matière d’ex­cuse navrante durant l’en­tre­tien. Il a fait son bou­lot, celui d’a­me­ner Etienne Chouard sur un ter­rain glis­sant et le + polé­mique en espé­rant que celui-ci se four­voie­rait et com­me­trait un impair dans sa façon de répondre, ce qui n’a pas lou­pé. Son tra­vail étant accom­pli, il peut main­te­nant s’en féli­ci­ter, et soyez assu­rer qu’il ne dira plus jamais une seule fois de sa vie qu’il est convain­cu que Chouard n’est pas anti-sémite. Il sait que c’est bien le cas, que Chouard en est même le strict oppo­sé, mais il ne lève­ra pas le petit doigt pour le défendre, d’au­tant que c’est lui le « bour­reau » qui s’est sour­noi­se­ment char­gé de son « exé­cu­tion » médiatique.

      Cet entre­tien aura cepen­dant eu 2 aspects inté­res­sants, voire utiles pour la suite, en appor­tant 2 infor­ma­tion à tous :

      1- La loi Gays­sot (depuis son ins­tau­ra­tion d’in­ter­pré­ta­tion extrê­me­ment déli­cate) est main­te­nant deve­nue OFFICIELLEMENT d’in­ter­pré­ta­tion la + large que l’on puisse envi­sa­ger : il ne s’a­git plus sim­ple­ment de poursuivre/accuser/dénoncer/vilipender qui­conque émet des DOUTES sur l’exis­tence des Chambres à gaz ou la Shoah, mais bel et bien qui­conque ne pro­fesse pas une foi abso­lue sur le sujet ! Autre­ment dit, il est désor­mais non seule­ment inter­dit d’é­mettre des doutes (inter­dic­tion qui pour­rait encore à la limite se jus­ti­fier), mais éga­le­ment inter­dit de res­ter SANS OPINION !
      (Les Etu­diants Juifs de France et la Licra ont annon­cés leur inten­tion d’in­ten­ter un pro­cès à Etienne pour ses pro­pos, ses pro­pos par­mi les­quels, je le rap­pelle, pas un ins­tant il n’a nié quoi que ce soit ! Il va donc bel et bien être pour­sui­vi en jus­tice pour être res­té SANS OPINION sur l’exis­tence des Chambres à gaz). Régime tota­li­taire, non seule­ment anti-démo­cra­tique mais à pré­sent l’E­tat de droits lui-même va pro­gres­si­ve­ment être ain­si remis en ques­tion de plus en plus pour qui­conque conteste QUOI QUE CE SOIT de la ver­sion offi­cielle et OBLIGATOIRE de tout. Bien­ve­nu en France.

      2- A par­tir de cet ins­tant, je pense que là encore tout le monde en aura tiré la LECON qui s’im­pose : plus ques­tion de faire montre d’in­cor­rup­ti­bi­li­té intel­lec­tuelle au nom de son hon­nê­te­té et son hon­neur per­son­nels : TOUT indi­vi­du plus ou moins média­tique pro­po­sant un dis­cours et une ana­lyse dis­si­dente, contes­ta­taire, voire réso­lu­ment révo­lu­tion­naire (de Sapir à Dela­marche et Gave, de Franck Lepage à Phi­lippe Pas­cot, de Michel Col­lon à Jean Bric­mont, de Fran­çois Bégau­deau à Alain Dama­sio, des Pin­son-Char­lot aux lan­ceurs d’a­lerte, des Gilets Jaunes aux lea­deurs de mou­ve­ments anar/révolutionnaires, de Fran­cois Bou­lo à Juan Bran­co, etc.), pla­cé devant la ques­tion-piège-chan­tage : « Croyez-vous en l’exis­tence de [insé­rer la ver­sion offi­cielle concer­née — Shoah, 911, …] ? » se __DOIT__, par ins­tinct de sur­vie (et quelles que puisse par ailleurs être ses réserves intel­lec­tuelles éven­tuelles sur le sujet, s’il/elle en a), de répondre très pré­ci­sé­ment « OUI, j’y crois ! J’en ai la plus intime convic­tion, il ne sau­rait y avoir le moindre doute ni équi­voque à ce sujet ! ».
      Même chose si la ques­tion-chan­tage est tour­née ain­si : « Niez vous [insé­rer la ver­sion offi­cielle appro­priée] ? » —> « Abso­lu­ment PAS, jamais, pas un ins­tant ! Je ne le nie ni main­te­nant ni jamais et ne l’ai jamais fait par le passé ! »

      Il ne s’a­git plus de pou­voir expri­mer une posi­tion (ou une _ABSENCE_ de posi­tion, comme je viens de le mon­trer) sur le sujet, mais de plus prag­ma­ti­que­ment s’é­par­gner le dis­cré­dit média­tique géné­ral et per­ma­nent (sans par­ler des pour­suites judi­ciaires), de ne pas don­ner le bâton pour se faire battre.

      Réponse
      • RV

        Le bon sens est bien sou­vent contre­dit par la science.
        L’exemple le plus emblé­ma­tique est celui de la chute des corps.

        Réponse
      • RV

        …/… on ne peut jamais RIEN savoir avec une cer­ti­tude abso­lue autre que ce que l’on a étu­dié et appris/découvert/compris par SOI-MÊME. …/…
        Pen­sez-vous réel­le­ment que chaque géné­ra­tion doit faire table rase de la somme des connais­sance accu­mu­lées par l’humanité ?

        Réponse
      • sylvie arondel

        Etant par­fai­te­ment d’ac­cord avec votre ana­lyse de l’en­tre­tien entre Etienne Chouard, Mat­thias Entho­ven, Denis Robert sur Le Media, j’ai­me­rais poser la ques­tion sui­vante : qu’est-ce qui motive Denis Robert pour agir ainsi ?
        Ses pleur­ni­che­ries sur sa sidé­ra­tion, le fait qu’il  » ne s’at­ten­dait pas etc… » sont-elles convaincantes…

        Réponse
  23. Antoine

    Après l’in­qui­si­tion, vinrent les pro­cès de Mos­cou, puis le mac­car­thysme, et main­te­nant le shoatisme.

    On ne s’en sort pas, quelle tris­tesse de voir un Denis Robert paré des ori­peaux de com­mis­saire politique.

    Lui, en d’autres temps, le grand pour­fen­deur de clairs­tream, ce qui lui valu bien des « coups de batons », com­ment a t’il pu tom­ber si bas ???

    Réponse
  24. olegna

    « LES MENSONGES DE FAURISSON DEVRAIENT ÊTRE MIEUX CONTREDITS PUBLIQUEMENT » dites-vous.
    Je suis d’ac­cord et je m’interroge :
    Pour­quoi ces contra­dic­tions publiques ne se font-elles JAMAIS ? Je parle de contra­dic­tions étayées par des faits face aux faits avan­cés par Faurisson.
    Quand on ne veut pas (ou ne peut pas?) contre­dire quel­qu’un, cela lui donne du cré­dit, n’est-ce pas ?

    Réponse
    • émile

      Ces contra­dic­tions publiques ne se font jamais parce que la « Véri­té » est défi­nie, pro­té­gée et ren­due obli­ga­toire par la force de la loi. C’est elle aus­si qui défi­nit les contours de l’es­pace de liber­té et de véri­té consen­ti aux citoyens que nous sommes, ceci en toutes matières, His­toire incluse.

      Réponse
  25. Franck

    Bon­jour Etienne, sur ces ces sujets conten­tez-vous, sans RIEN rajou­ter, de décla­rer que vous n’êtes pas com­pé­tent sur le sujet ! Point barre ! On sait bien que vous êtes hon­nête ! Par contre si vous pen­sez que Robert et Entho­ven sont hon­nêtes, vous faites preuve d’une naï­ve­té, qui comme vous le voyez, fini par vous nuire ! Il me sem­blait que vous aviez appris de votre échange avec Atta­li qu’il ne fal­lait pas dia­lo­guer avec les enfumeurs !
    Amicalement

    Réponse
  26. Titus

    Résu­mé de l’entretien :
    – Bon­jour, je m’ap­pelle Etienne Chouard. Je cherche une solu­tion pour libé­rer le peuple de la tyran­nie d’une oli­gar­chie abjecte qui a tout confisqué.
    – Hu, hu… Remet­tez-vous en cause l’exis­tence des chambres à gaz ?
    Rideau.
    —————-
    -> Les yeux grands fermés ?

    Réponse
  27. Ronald

    « Je trouve que la plu­part des com­men­taires sous la vidéo, qui s’indignent des condi­tions de l’entretien … »
    « La plu­part » est une litote : j’ai lu les com­men­taires you­tube de la video : sur les 2000 pre­miers com­men­taires il y en avait plus de 1990 contre Denis Robert et Mathias Entho­ven et leurs pra­tiques. C’est au moins une bonne approxi­ma­tion de l’a­vis du public du Média, dont je pense qu’il ne sont pas tous fas­cistes. Cela semble un peu dif­fé­rent sur twit­ter, qui est plus le réseau social où s’ex­pri­mer la caste. Mais glo­ba­le­ment, comme sur d’autre ter­rains il y a un fos­sé entre l’o­pi­nion du public et les cor­res­pon­dants poli­tique de Denis Robert.

    Sinon, par­mi les com­men­taires intel­li­gents que j’ai lu, il y a celui de maQia­vel sur Ago­ra­vox, que je vais copier-col­ler, c’est plus simple, je n’ai rien à ajouter :

    « Il y a quelque chose que je com­mence à peine à com­prendre : à par­tir du moment ou des indi­vi­dus luttent radi­ca­le­ment contre une idéo­lo­gie qu’ils répugnent mais à un niveau paroxys­tique comme s’ils avaient affaire à une mala­die mor­telle ultra conta­gieuse ou à une sorte de gaz empoi­son­née qui a voca­tion à se répandre dans la socié­té , il y a une logique qui se déploie. Lorsque ces indi­vi­dus ren­contrent des gens qui ne font pas de cette lutte leur prio­ri­té mais qu’en plus , ils ont tenu des pro­pos qui ne dis­qua­li­fient pas les agents qui sont pré­ten­du­ment por­teur de cette toxi­ci­té mor­telle , conta­gieuse et puru­lente , immé­dia­te­ment se pose sur eux le soup­çon de l’ambiguïté , de l’hypocrisie , de la com­plai­sance , de la conni­vence , de la naï­ve­té , de la bêtise etc. Et peu importe la façon dont se défen­dront ceux qui sont soup­çon­nés, ça ne chan­ge­ra rien à moins qu’ils se conver­tissent à cette lutte pour mon­trer patte blanche ( et encore , ça peut ne pas être suffisant).
    Les inter­ve­nants dans cette vidéo dis­cutent pen­dant 20 minutes du terme « résis­tant » , c’est quelque chose que j’aurais trou­vé com­plè­te­ment aber­rant il y a pas si long­temps , tout sim­ple­ment parce que lorsque j’entends EC dire , je para­phrase « Soral résiste aux guerres et à la pré­da­tion finan­cière , c’est un résis­tant » , je com­prends lit­té­ra­le­ment son pro­pos , à savoir que du fait de sa résis­tance à des guerres impé­riales et à la finance , Soral est un résis­tant dans le sens de « celui qui résiste » à ces élé­ments , ça ne veut pas dire qu’être résis­tant est un sta­tut social , que Soral résiste à tout , que tout ce que Soral fait est bon ou qu’il doit être sui­vi , ça veut tout sim­ple­ment dire ce que ça veut dire et cette prise de tête sur l’usage de ce mot m’aurait aba­sour­di. Mais ces gens qui luttent radi­ca­le­ment contre le fas­cisme comme s’ils lut­taient contre un virus Ebo­la puis­sance dix , ce n’est pas ce qu’ils entendent et ce n’est pas la façon dont ils l’interprètent : le mot « résis­tance » a pour eux une énorme charge affec­tive et sym­bo­lique , quand on rajoute le fait que ce mot soit asso­cié à un pro­pa­ga­teur du virus qu’ils com­battent (Soral ) , et qu’il est pro­non­cé par une per­sonne qu’ils jugent déjà ambi­gu ( Chouard ) , ça donne nais­sance à tout un contexte qui fait qu’à leurs oreilles , ce mot a un tout autre sens. Etienne peut tou­jours s’expliquer sur l’usage de ce mot mais à leurs yeux , le mal est fait.
    De là , lorsqu’ils disent qu’EC est un confu­sion­niste , ce n’est pas contrai­re­ment à ce qu’ils pré­tendent qu’EC est intrin­sè­que­ment confus , d’ailleurs beau­coup de gens le com­prennent très bien et sans aucune dif­fi­cul­té , c’est plu­tôt qu’eux l’entendent confu­sé­ment parce qu’ils per­çoivent des choses nau­séa­bondes qui grouillent autour de sa per­sonne qui leur donne cette impres­sion de flou. Ain­si , lorsqu’Etienne s’exprime , même en ayant des pro­pos tout à fait banaux , ça leur donne sys­té­ma­ti­que­ment l’impression que son pro­pos est bru­meux, sim­ple­ment parce qu’ils l’associent à un contexte : celui d’un EC ambi­gu qui aurait de la com­plai­sance pour le fas­cisme , qui par­ti­cipe à la dif­fu­sion du fas­cisme par bêtise ou dupli­ci­té et qui a tenu d’autres pro­pos qu’ils jugent condam­nables. En bref , ce n’est pas EC qui est confus , c’est leur per­cep­tion du para­digme d’EC qui est confuse.
    C’est tout une logique qui se déploie et qui peut sem­bler très étrange quand on observe de l’extérieur , j’ai sou­vent pen­sé à cause de ça que les anti­fas et assi­mi­lés étaient soit des débiles men­taux , soit des agents sub­ver­sifs conscient de leurs actes mais non , il faut essayer de se pla­cer dans leur pers­pec­tive pour com­prendre leur logique.
    C’est la même chose pour cette polé­mique sur les chambres à gaz qui me semble à prio­ri sur­réa­liste. Lorsqu’EC dit qu’il ne connait rien aux chambres à gaz , moi je com­prends qu’il dit ce qu’il dit , à savoir qu’il ne connait rien au sujet , pour moi ça s’arrête là et il n’y a pas de quoi se prendre la tête parce qu’on ne connait pas un sujet.
    Mais aux oreilles de ces gens-là pour les­quels les chambres à gaz ont un conte­nu sym­bo­lique et affec­tif gigan­tesque , la simple phrase « Ce n’est pas mon sujet, je n’y connais rien » devient confuse à leurs oreilles , d’autant plus qu’elle est pro­non­cée par Etienne qui est à leurs yeux un per­son­nage ambi­gu qui dit des choses floues , donc ils entendent « les chambres à gaz n’ont pas exis­té ». Mais comme il ne le dit pas expli­ci­te­ment , c’est donc du confusionnisme.
    Il y a toute une logique der­rière qui fait que de simples phrases ne sont plus écou­té telle qu’elles sont prononcées. »

    PS : Un peu hors sujet mais pas tant que cela : le Sta­gi­rite a fait une seconde video en com­men­taire du débat Raphaël Entho­ven – Etienne Chouard, cette fois au sujet de Rous­seau, avec une très inté­res­sante expli­ca­tion de texte du Contrat Social que je n’a­vait pas per­çue (com­bien de fois faut-il lire cet ouvrage pour le comprendre !?) :
    https://​you​tu​.be/​-​N​o​y​I​w​o​0​5WU

    Réponse
  28. joss

    Si je suis la logique d’at­taque, les Romains, supré­ma­cistes blancs ont inven­té les chaus­sées, le chauf­fage cen­tral, etc… du coup parce qu’ils étaient supré­ma­cistes blancs, il nous est inter­dit de pro­fi­ter de ces inven­tions ? Il est inter­dit d’u­ti­li­ser les inven­tions, les bonnes idées de nos voi­sins parce qu’ils sont méchants ? Mais des amé­ri­cains, des euro­péens étaient escla­va­gistes, du coup on ne peut pas les écouter ?
    Les géné­ra­li­tés, les amal­games sont extrê­me­ment dan­ge­reux, ce sont des outils uti­li­sés par les régimes tota­li­taires, ce sont des outils qui sont main­te­nant uti­li­sés par ceux-là même qui dénon­çaient leurs atro­ci­tés. Avec ces outils, on jette le bébé avec l’eau du bain.
    Etienne gêne, il a un esprit cri­tique, s’il est un « anti », il est anti-confor­miste, il décons­truit les dogmes qui nous aliènent, alors qu’on aime­rait tant lui col­ler une belle éti­quette de « méchant » sur le front.
    Etienne est une pas­se­relle vers l’an­ti-confor­misme, vers la « pilule bleue ».

    Réponse
  29. OLIVIER DUTEL

    Ne vous jus­ti­fiez pas mr Chouard. Vous êtes un type gen­til, huma­niste et démo­crate. Un des meilleurs…à des années lumières de ces 2 sales types de jour­na­lope qui ont été minables et se sont ridi­cu­li­sés. Je ne les écou­te­rai pas tant qu’ils ne vous pré­sen­te­ront pas des excuses. Nous savons ce que vous valez. Force et honneur…et mer­ci pour votre travail

    Réponse
  30. Claude Gracée

    Bon­jour Étienne,
    Vous êtes tom­bé dans un sacré piège !
    Per­son­nel­le­ment, j’es­time que le doute devrait être auto­ri­sé en toute matière.
    Sauf que jus­te­ment, en ce qui concerne le géno­cide, il est illé­gal de douter !
    Donc c’est com­plè­te­ment casse-tête de répondre honnêtement.
    Peut-être faut-il répondre :
    « non je n’ai pas de doute sur l’exis­tence des chambres à gaz, mais j’ai­me­rais avoir la liber­té de dou­ter si l’en­vie m’en prenait. »
    Et si vous avez un doute sur l’exis­tence des chambres à gaz, peut-être faut-il répondre :
    « aujourd’­hui, il n’est plus pos­sible d’a­voir de doute sur l’exis­tence des chambres à gaz, mais j’ai­me­rais avoir la liber­té de dou­ter si l’en­vie m’en prenait. »
    Bonne chance pour demain !
    Bises !
    C.G.

    Réponse
  31. Claude Gracée

    Plus j’y réflé­chis et plus je trouve la situa­tion ubuesque. Je crois que la seule réponse pos­sible est de dire qu’au­jourd’­hui on ne peut plus dou­ter de l’exis­tence des chambres à gaz.
    La vraie ques­tion d’ailleurs n’est même plus de savoir si les chambres à gaz ont exis­té ou pas, puisque le débat est inter­dit. La seule vraie ques­tion est de savoir s’il faut réta­blir la pos­si­bi­li­té de débattre sur le sujet. Mais le pro­blème, c’est que récla­mer le droit de débattre sera sûre­ment déjà consi­dé­ré par cer­tains comme négationniste !
    Pour demain cela va être chaud…
    Il fau­drait peut-être conve­nir avec Didier de ne pas appro­fon­dir le sujet, car le dos­sier est vrai­ment deve­nu trop explo­sif à notre époque…
    L’é­mo­tion emporte tout et il n’est plus pos­sible d’être rationnel…

    Réponse
  32. henri alberti

    Je vous suis à dis­tance mais de très près depuis 2007/2008, Mr Chouard. J’ad­mire votre bou­lot depuis long­temps. Depuis votre plus grande média­ti­sa­tion avec les gilets jaunes, je vois évi­dem­ment des cri­tiques répu­gnantes, néga­tives et des cri­tiques pseu­do construc­tives du style « vous auriez du… », « vous devriez… », « naï­ve­té », etc…
    Ne chan­gez rien. La gen­tillesse, la poli­tesse, l’hu­mi­li­té sans oublier la com­pé­tence et la pré­ci­sion désarme. A court terme ça peut (vous) piquer, mais à la longue vous gagnez. J’en viens à ma nou­velle forme d’ad­mi­ra­tion ; pour arri­ver à cette espèce d’ex­tra­va­gante patience, il faut je pense une paire de burnes de taille planétaire.
    Bref, pour les com­men­ta­teurs et les cri­ti­queurs constructifs :
    Encou­ra­gez, remer­ciez, faites des bisous, cri­ti­quez tech­ni­que­ment sur des faits mais évi­tez les conseils SVP.

    Réponse
  33. Gaudefroy

    Sur le sujet des chambres à gaz et plus lar­ge­ment de la seconde guerre mon­diale, pre­nez la pos­ture du boy­cott, comme ça, plus besoin de vous jus­ti­fier, de culpa­bi­li­ser et d’être obli­gé d’é­cou­ter ce qui se dit à ce sujet.

    La loi Gays­sot est liber­ti­cide et anti-Fran­çaise, et tant que la liber­té de pen­ser n’au­ra pas été réta­blie pour cette période, refu­sez de vous y inté­res­ser et d’en dis­cu­ter. Vous échap­pe­rez aux inqui­si­tions des com­mis­saires poli­tiques comme lors­qu’on dit en garde à vue : 

     » je n’ai rien à décla­rer sur ces sujets à part que je suis un libre pen­seur et que je suis pour l’a­bo­li­tion de la loi Gays­sot. point »

    Réponse
    • Paule

      Je pense que cette réponse aurait déjà été consi­dé­rée comme du négationisme…On en sort pas.…
      Mais de toute manière, même s’il avait juré sur la bible qu’il croyait aux chambres à gaz.…ça n’au­rait pas suf­fi!!! Comme ne suf­fisent pas toutes ses expli­ca­tions lors­qu’on lui parle de Soral!!! RIEN ne suf­fit lors­qu’on veut abattre un homme!!!! Res­pect et sou­tien total à vous Etienne Chouard!!!

      Réponse
  34. Berberis

    Le jeune blanc bec, cou­sin de mon­sieur Raphaël poils aux oreilles (essayant de jouer à Maquia­vel)… avec l’aide de Denis Robert que vous avez défen­du sur votre blog et qui n’a fait que très très peu d’ef­fort pour vous comprendre…
    J’ai cette image en tête ; d’un pro­cès du cler­gé inqui­si­teur cher­chant l’aveu…et tour­nant et retour­nant les ques­tions de façon tou­jours plus tor­dues, au point de rap­pe­ler le grand prin­cipe de la paille et la poutre…pas besoin de cher­cher l’er­reur, comme dit plus haut, c’est celui qui le dit qui l’est…
    Alors soyez en Paix, n’é­cou­tez pas ces fadaises, vous savez qui vous êtes et
    beau­coup savent qui ils repré­sentent, eux, ceux qui les paient pour faire ce cirque…

    Réponse
  35. Alain

    Cher Étienne,

    Pour­riez-vous expli­quer cette inco­hé­rence dans vos pro­pos, SVP ?
    – vous dites ne pas avoir étu­dié ce sujet (inter­dit par la Loi Fabius Gays­sot) pour pou­voir vous faire votre opi­nion sur la question,
    – alors com­ment pou­vez-vous affir­mer que les tra­vaux de M. Fau­ris­son sont des mensonges ?

    Étienne, sin­cè­re­ment je vous plains, car quand vous dites que les 2 com­mis­saires poli­tiques qui vous ont inter­ro­gé « ne cher­chaient qu’à [vous] com­prendre », il semble que vous n’ayez stric­te­ment RIEN com­pris à ce qui s’est pas­sé, ni les enjeux réels de cette conver­sa­tion (pas ano­dine du tout)… Appa­rem­ment, vous parais­sez être encore bien naïf et gran­de­ment igno­rant, comme quelqu’un qui n’a rien com­pris à la réa­li­té du monde qui l’entoure.

    A l’évidence, comme vous gênez de plus en plus le pou­voir pro­fond, celui-ci vous a ten­du un piège (LE piège abso­lu pour détruire le moindre oppo­sant), et vous êtes tom­bé dedans à cause de votre naï­ve­té, votre igno­rance, votre gen­tillesse et votre can­deur angé­lique. Mais si le Sys­tème a déci­dé de vous détruire, vous ne pour­rez rien y chan­ger. Alors soit vous vous sou­met­trez pour sub­sis­ter mais y per­drez votre digni­té, votre hon­neur (et votre âme), soit vous res­te­rez debout et droit et vous serez broyé. Broyé, certes, mais LIBRE.

    J’espère qu’un jour vous ouvri­rez les yeux sur la nature réelle de notre monde, des forces occultes qui le gou­vernent et l’objectif qu’elles pour­suivent, et com­pren­drez que le MAL est partout. 

    A pro­pos, Vol­taire disait : « Pour savoir qui te gou­verne, il suf­fit de trou­ver qui tu n’es pas auto­ri­sé à critiquer. »

    Ami­ca­le­ment,
    Alain

    Réponse
    • albedo

      bon­jour alain,

      ca n’est pas une cita­tion de vol­taire, mais c’est une tra­duc­tion d’une phrase de Kevin Alfred Strom, qui est le fon­da­teur du natio­nal van­guard, un par­ti néo-nazi américain.

      Réponse
      • François Roby

        Atten­tion de ne pas cher­cher à réha­bi­li­ter Vol­taire en le dédoua­nant de cette « cita­tion »… vous ris­que­riez d’a­voir des sur­prises en matière d’  »anti­sé­mi­tisme » !

        Réponse
  36. Simon Detrente

    Ahu­ris­sant !
    On en arrive à une ambiance de ter­reur assez stu­pé­fiante. Per­sonne n’ose plus émettre une opi­nion dis­so­nante sous peine d’exé­cu­tion sociale. Ça n’aide pas à éra­di­quer l’an­ti­sé­mi­tisme ni la croyance en un lob­by tout puissant.

    Réponse
  37. BlueMan

    Salut Étienne.

    T’es mort. ^^

    Dans ta naï­ve­té et ton amour de la Véri­té, tu t’es tiré plu­sieurs balles dans le pied tout seul lors de ton pas­sage dans Le Média. On peut même dire que tu as été un peu bébête.

    Les gens qui t’interrogent ne sont pas des gens comme toi et moi : ils sont per­vers et retords, ils te guettent, il t’at­tendent, ils cherchent des failles pour te décré­di­bi­li­ser, et avec toi tous les prin­cipes de la démo­cra­tie véritable.

    À la pre­mière ques­tion sur les chambre à gaz, tu aurais dû soit t’en aller, soit dire ce que le sys­tème attend que tu dises. En ce qui me concerne, j’au­rais posé un ulti­ma­tum à ce sup­pôt du sys­tème qu’est Denis Robert : soit il arrête ses conne­ries, soit je m’en vais. Et il ne fal­lait pas hési­ter une seconde à par­tir, à quit­ter ce pla­teau d’in­qui­si­teurs de la pen­sée unique. Main­te­nant, il aurait été sans doute plus sage de dire ce que ce qu’ils vou­laient que tu dises, et te sou­mettre au nom de la sur­vie de toutes les idées géné­reuses et justes que tu défends sur la démo­cra­tie, etc.

    T’es mort mon ami. Regardes les quelques com­men­taires com­pi­lés dans ces article :
    https://​www​.ago​ra​vox​.tv/​t​r​i​b​u​n​e​-​l​i​b​r​e​/​a​r​t​i​c​l​e​/​c​o​n​f​u​s​i​o​n​n​i​s​m​e​-​n​e​g​a​t​i​o​n​n​i​s​m​e​-​8​1​976

    Édi­fiant, pas vrai ? :-(((

    Ta gen­tillesse et ta naï­ve­té t’ont per­du, et tout ton tra­vail est par­ti avec l’eau du bain. Nos enne­mis uti­lisent toutes les ficelles du Mal. Il faut faire donc très atten­tion, et savoir qu’ils nous tendent de nom­breux pièges.

    Main­te­nant, com­mencent pour toi les vrais pro­blèmes. Soit tu vas devoir ram­per et t’ex­cu­ser à n’en plus finir, comme jamais, par­tout, à chaque fois que tu seras invi­té ici ou là, et te trans­for­mer dès lors en ser­pillière bien esso­rée et trau­ma­ti­sée, soit quit­ter la sphère des médias mains­tream pour te consa­crer « en silence » avec les Gilets Jaunes et les citoyens simples, amou­reux de la démo­cra­tie, à tes tra­vaux sur cette démocratie.

    J’ai mal pour toi mon ami.

    Je suis dépi­té pour toi. Vrai­ment. Ça me fait mal au coeur cette histoire.

    T’as mer­dé grave, et tous les sup­pôts du sys­tème vont se faire un plai­sir de te tom­ber des­sus, sans répit.

    Je ne sais plus quoi te dire…

    Alors je te dis : Cou­rage ! Cou­rage ! Et il va t’en falloir…

    Recentres toi sur les gens qui t’aiment, les gens de confiance, les gens fidèles et sin­cères, et retires toi pour un temps des médias mains­tream (peut-être à l’exception de Sud Radio : mais tu vas devoir y mon­trer pâte blanche et faire une décla­ra­tion solen­nelle que tu as inté­rêt à bien pré­pa­rer à l’a­vance, afin de limi­ter la casse, et de reti­rer quelques argu­ments à tes ennemis).

    Ami­tiés sin­cères dans ces tri­bu­la­tions ter­ribles qui s’annoncent.

    Blue­Man.

    Réponse
    • Gilbert

      Relax, per­sonne n’est mort. Etienne va conti­nuer son tra­vail que les médias l’in­vitent ou non, que les valets du pou­voir l’in­sultent ou non. Les chiens aboient la cara­vane passe comme dit le proverbe.

      Il est conster­nant de consta­ter l’au­to­ri­té qu’exerce tou­jours l’es­ta­blish­ment dans l’i­ma­gi­naire des gens même dans les cou­rants de pen­sée alternatifs.

      Réponse
      • BlueMan

        Je pense que vous n’a­vez pas bien com­pris la nature des gens du sys­tème aux­quels nous sommes confrontés.

        Même erreur de com­pré­hen­sion pour votre seconde remarque : l’establishment n’exerce sur moi aucune auto­ri­té. Je com­bat la caste et la dénonce depuis plus de 10 ans, alors je la connais bien. Et je sais par longue expé­rience que désor­mais Étienne est inva­li­dé défi­ni­ti­ve­ment dans les médias mains­tream, la classe poli­tique, etc. Même un Fran­çois Ruf­fin qui, à un moment l’a sou­te­nu, va devoir lui cra­cher des­sus (on va l’in­ter­ro­ger sur cet inci­dent, vous ver­rez), et même com­plè­te­ment se déso­li­da­ri­ser de lui, pour conti­nuer à exis­ter. Vous ver­rez : on en est qu’au début de cette affaire.

        Et le pro­blème, c’est que désor­mais, grâce à cette inter­view-piège de merde, la caste a TOUS LES OUTILS, TOUS LES PRÉTEXTES, pour détruire le dis­cours et le tra­vail d’É­tienne. L’af­faire est beau­coup plus grave que vous ne le pensez.

        Alors certes, il va pou­voir conti­nuer son tra­vail « dans son coin », mais désor­mais même ses confé­rences publiques ici ou là vont sus­ci­ter des oppo­si­tions inat­ten­dues, des annu­la­tions, des pres­sions énormes, etc., pour l’empêcher de dif­fu­ser ses idées démo­cra­tiques, notam­ment sous l’impulsion d’as­so­cia­tions comme l’UE­JIF, et de chiens de garde de l’ul­tra-gauche du capi­tal comme les Anti­fas et autre gau­chistes extrémistes.

        Le sys­tème a atteint son objec­tif : sora­li­ser Étienne. Game Over.

        Seul le peuple peut désor­mais le « sau­ver ». Désor­mais, les pro­blèmes pour Étienne vont être incessants.

        Réponse
        • Berberis

          Il faut sur­tout évi­ter de tom­ber dans le piège du fata­lisme et du stress inutile, pre­mière cause d’AVC ^^ mdr
          Savez-vous qu’en par­lant ain­si, vous faites exac­te­ment comme les gros médias, faire du foin pour ali­men­ter le pompier-pyroman.
          Enfin, ça reste mon avis, bien enten­du, cha­cun fait comme il croit être bon.

          Réponse
    • Vl

      Il est « mort » uni­que­ment pour la fausse gauche, ceux qui ont peur du peuple, comme Schnei­der­mann, ces pseu­dos intel­lec­tuels qui pensent repré­sen­ter l’é­lite bien-pen­sante, l’é­lite de gauche, mais qui ne vou­draient sur­tout pas que le peuple pense à leur place. Ils ont pro­ba­ble­ment peur de dis­pa­raître avec la démo­cra­tie… de perdre leur place d’op­po­sants inté­grés dans le système.

      Réponse
    • ève

      Ben c’est bien , comme çà il va pou­voir renaître dans une autre vie démo­cra­tique , la vraie ! La misère est logée bien bizar­re­ment quelquefois !

      Réponse
  38. Betty

    Mon­sieur Chouard. Je ne com­prends pas que vous excu­siez vos deux inter­lo­cu­teurs qui ont eu une atti­tude plus qu’am­bigüe. Je com­prends votre posi­tion qui consiste à être dans la maî­trise et votre (j’i­ma­gine) incom­pré­hen­sion que l’on puisse vous poser une ques­tion dont la réponse ‑celle que vous don­nez expli­ci­te­ment – était, si l’on vous connaît un tant soit peu, évi­dente et si la démarche de cette inter­view n’é­tait pas mal­veillante… enfin ce n’est que mon point de vue. La place que vous avez est dif­fi­cile et je ne suis pas convain­cue que par­ti­ci­per à des émis­sions sur Sud Radio soit une bonne chose tout comme cette inter­view. Le RIC en toutes matières est le dan­ger des dan­gers pour la classe diri­geante (mais pas que) mais cela vous le savez. Tout, abso­lu­ment sera mis en oeuvre pour empê­cher la réa­li­sa­tion de ce pro­jet. Mais cela aus­si vous le savez. Je me sou­viens de vos pro­pos à l’o­ri­gine du mou­ve­ment des Gjs (je contracte) et de leur inté­rêt à être consti­tuants:« c’est mer­veilleux mais ça me paraît un peu tôt ». Je vous remer­cie à nou­veau pour le tra­vail que vous faites. Bien cordialement.

    Réponse
  39. Jacques

    La démons­tra­tion est donc faite : il n’y a pas d’E­preuve radi­cale pour la Bien­veillance et la Bon­té incarnées.

    Réponse
  40. Tony

    Le Media a vou­lu « mon­trer au peuple » votre vrai visage et fina­le­ment c’est vous qui avez mon­tré au peuple le vrai visage du média…

    - le nombre d’a­bon­nés a dimi­nué, ce qui n’é­tait je pense jamais arri­vé : https://​snag​.gy/​n​S​i​0​d​z​.​jpg
    – les com­men­taires sous la vidéo sont una­nimes (rien à voir avec les articles dans les médias, encore une fois une preuve d’une absence voire d’une inver­sion de la repré­sen­ta­ti­vi­té) : https://​snag​.gy/​z​8​i​9​m​5​.​jpg

    Le soit disant « idiot inutile » n’au­ra pas été si inutile que ça. Il aura per­mis au peuple fran­çais d’ou­vrir un peu plus ses yeux. 

    Quand je vois ça je n’ai qu’un constat qui est sans appel : cette inter­view a été une réus­site et vous avez été parfait.

    Réponse
    • sylvie arondel

      excellent !

      Réponse
  41. Michel 65

    L’en­tre­tien avec Denis Robert et Mat­thias Entho­ven était mal foutu.
    Mat­thias était très inci­sif mais bien­veillant, mais Denis Robert (comme à son habi­tude) avait besoin de démon­trer qu’il était très copain avec son invi­té, afin de pou­voir lui poser la ques­tion sur les chambres à gaz.
    Je ne com­prends pas pour­quoi Etienne Chouard ne peut répondre sim­ple­ment « c’est une hor­reur et je ne doute pas qu’il y a eu des chambres à gaz », point barre.
    Ou est la difficulté ?

    Réponse
  42. Belmonte

    Dom­mage d’a­voir fait cet inter­view qui ne rime à rien. On dirait un inter­ro­ga­toire chez BFM. Le média est deve­nu vrai­ment ridi­cule. Vous avez vrai­ment mieux à faire que ça Mr. Chouard. Conti­nuez ce que vous faites le mieux , ouvrir poli­ti­que­ment les gens avec vos ateliers.

    Réponse
  43. Allart

    Ils ne vous lâche­ront pas ‚vous vous bat­tez pour le peuple .…..

    Réponse
  44. Je pense donc je doute

    Ce qui m’a cho­qué dans cette inter­view, c’est la confu­sion chez les « jour­na­listes » entre « on » te fait des attaques, le « on » variant aléa­toi­re­ment des « anti­fas » aux « réseaux sociaux » à « tout le monde (?) » à « nous les jour­na­listes » à « moi denis robert ou machin enthoven »..
    Et ce reproche de confu­sion­nisme (nou­veau terme pour rem­pla­cer « com­plo­tiste » qui appa­rem­ment ne fait plus recette, comme le réchauf­fe­ment cli­ma­tique qui est deve­nu un dérè­gle­ment comme ça c’est plus simple), bref, repro­cher à quel­qu’un de rendre confus le débat tout en affirmant :
    anti­sio­niste = anti­sé­mite = néga­tion­niste = raciste = supré­ma­ciste blanc = Dieu­don­né = rouge-brun = soral = terre plate = Faurisson…
    Avec une bonne louche de culpa­bi­li­té par asso­cia­tion et tout en pré­ten­dant vou­loir aider…
    C’est un peu fort de café !

    A force de voir que l’im­mense majo­ri­té des médias ne parlent que des chambres à gaz, j’en viens à dou­ter… Et si fina­le­ment c’é­tait ça le vrai sujet ?
    Que comme aux USA, la liber­té d’ex­pres­sion doit être la base de la démo­cra­tie et qu’il faut donc réduire en cendre cette loi avant de pou­voir avan­cer sur la Constitution.

    Réponse
  45. Je pense donc je doute

    En par­lant de confu­sion­nisme, cher Etienne, je trouve que vous devriez mieux défi­nir ce que vous appe­lez Gauche et Droite, deux termes qui pour moi n’ont plus aucun sens, sur­tout depuis l’a­vè­ne­ment du « en même temps ». Le pro­gramme éco­no­mique d’Hit­ler était socia­liste par exemple. Sou­vent, j’ai l’im­pres­sion que par Gauche, vous enten­dez « mon­dia­listes » en oppo­si­tion à « natio­na­listes » ou « sou­ve­rai­nistes », par­fois c’est pour dire « pou­voir au peuple » face à une concep­tion pyra­mi­dale du pouvoir, …

    ET mer­ci encore pour tout ce que vous faites !

    Réponse
  46. Berberis

    Etienne, sur­tout res­tez vous-même.
    On dirait que les « vam­pires »^^ fuient la lumière…que vous êtes et qui rafraî­chi tout et qu’ils cherchent à éteindre car ça leur fait mal aux petits yeux étroits et mes­quins, avec leur cer­veau qui ne com­prend rien d’autre que le réflexe de pav­lov, tiens ta cro­quettes, brave chien-chien (ils sont insé­cur sans cela).
    Sur­tout évi­tez d’é­cou­ter les com­men­taires qui vous culpa­bi­lise, ils sont peu construc­tifs (les binaires aus­si, tour­nez à droite, tour­nez à gauche…système ordi gps 😉
    Vous êtes la géné­ro­si­té incar­née, la patience faite homme.
    Chez vous, point de par­tia­li­té, quand la véri­té est une avec le cosmos.
    Vous êtes un exemple de l’homme vrai, bon et fort à tous point de vue, vous mar­quez des points, pas par van­tar­dise et c’est là votre force, par convic­tion profonde.
    Alors tenez bon, beau­coup sont avec vous 🙂
    je vous embrasse. Une admi­ra­trice de votre tra­vail et de votre bonté.

    Réponse
  47. Gonzales

    Bon­jour,
    Je tiens d’a­bord à te dire Bra­vo et Mer­ci pour tout le tra­vail que tu pro­duis et qui m’a aidé à me for­ger un avis plus solide sur cer­taines ques­tions (démo­cra­tie, économie…)
    Mais je suis un peu en colère contre toi. Je par­tage l’a­vis des 2 jour­na­listes : avec les reproches que l’on te fait depuis des années d’être proche de l’ex­trême droite, tu ne peux pas être aus­si léger sur la ques­tion du négationnisme.
    Je suis un mili­tant de gauche radi­cale et je prends régu­liè­re­ment ta défense auprès de mes cama­rades mili­tantes qui te jugent sou­vent trop vite. Je t’as­sure que la tâche est ardue et ce débat sur ta per­sonne empêche sou­vent d’ap­pro­fon­dir l’ar­gu­men­ta­tion autour des idées que tu défends. Alors bien sou­vent, je parle de tes idées sans dire qu’elle vienne de toi, c’est plus simple pour ne pas perdre de temps dans des débats sté­riles. Et c’est dom­mage, car je vou­drais que mes cama­rades prennent le temps de regar­der tes vidéos et ton argumentaire.
    J’a­vais l’es­poir que cette inter­view bien­veillante chez le Média allait pou­voir aider à par­ler de toi. Si tu avais admis sans ambi­gui­té que le mot de résis­tant n’é­tait pas appro­prié pour Soral, si tu n’a­vais aucun doute sur les chambres à gaz.
    Mal­heu­reu­se­ment, cela n’a pas été le cas.
    STP Etienne, lis et regarde les docu­ments que l’on t’a conseillé sur le sujet et annonce que tu n’as plus de doutes. Autre­ment, il va deve­nir vrai­ment très com­pli­qué de te défendre à gauche.
    Bon courage,
    Amicalement

    Réponse
    • sylvie arondel

      s’il te plaît, Etienne, fais ce qu’on te demande, pour que la gauche radi­cale te défende.…!!!
      parce que Chouard a besoin de la gauche radicale ? 

      êtes vous un troll… ou bien la preuve que la gauche radi­cale se prend pour ce qu’elle n’est pas ?

      Réponse
  48. Thierry

    La réponse faite à DENIS ROBERT sur tweeter :

    Mer­ci de ne pas avoir cédé à la dic­ta­ture bien pen­sante des hommes poli­tiques, jour­na­listes et bobo pari­siens de gauche. Je ne sou­tiens pas Chouard par­ti­cu­liè­re­ment, je suis de gauche, mais il a rai­son sur le fait qu’il faut par­ta­ger avec tous et pas que par poli­tesse… Exclure un groupe de per­sonne qui ne pensent pas comme nous entre­tient les dic­ta­tures par­le­men­taires, le plus dan­ge­reux consiste a stig­ma­ti­ser, alors que l’in­tel­li­gence col­lec­tive et le débat sont plus forts. Les bien­pen­sants, jour­na­listes, poli­tiques se pla­çant au des­sus des débats sont dans l’er­reur et repro­duisent l’ac­tion des fachos…
    Le seul moyen de sau­ver la répu­blique est de défendre l’homme, d’ou­blier le mili­tan­tisme et les rup­tures politiciennes…de lut­ter contre la peur…et d’a­van­cer contre un sys­tème éco­no­mique totalitaire.
    Twee­té en réponse à Denis Robert le 12 juin 2019
    ___________________
    Mer­ci pour votre action, ne vous posi­tion­nez en vic­time, pas besoin de vous jus­ti­fier, mais mon­trez leur gen­ti­ment à quel point ils sont décon­nec­té de la réa­li­té et blo­qué dans un monde ancien qu’il faut renouveler…
    Avec mon soutient …

    Réponse
  49. Mitrax

    Pour ceux qui estiment qu’E­tienne se serait tiré une balle dans le pied et qu’il aurait du répondre de but en blanc « oui je suis convain­cu » sans admettre qu’il ne connais­sait pas grand chose au sujet, pen­sez vous réel­le­ment que les choses se seraient arrê­tées là ?
    Il est très pro­bable qu’il aurait du répondre à toute une série d’autre ques­tions, avec l’in­jonc­tion de don­ner son point de vue sur le 11 Sep­tembre, sur Madu­ro, Pou­tine, Bashar al-Assad ou tout chef d’é­tat éti­que­té « vilains dictateurs »
    Des réponses nuan­cées et pru­dentes sur ces sujets auraient entrai­né la même réac­tion chez les inter­vie­wers « mais enfin Etienne ! tu ne peux pas dire que tu connais pas le sujet », et s’en seraient sui­vi des extraits choi­sis sur Twit­ter et gros titre « CHOUARD S’ENTÊTE DANS LE CONSPIRATIONNISME » …
    Certes … l’é­ti­quette de néga­tion­niste c’est le mieux qu’ils puissent trou­ver pour essayer de dis­cré­di­ter Etienne, mais ils auraient trou­vé autre chose pour lui jeter l’op­probre de toute façon.
    Le seul tord d’E­tienne à mon sens (mais je ne peux pas lui en vou­loir) c’est d’être trop gen­til et de voir de la bien­veillance chez Denis Robert et son com­parse… Dans peu de temps ils diront qu’ils se sont trom­pés sur le bon­homme, qu’ils lui ont don­né une chance mais qu’il s’est enfon­cé tout seul, conta­mi­né par ses accoin­tances avec « l’estrême-drouate » et ils fini­ront par cra­cher des­sus comme l’ont fait Lor­don et Ruf­fin avant eux.

    Réponse
    • François Roby

      Pas mieux ! Vous avez tout com­pris, il manque à Étienne la conscience du Mal. Et sur­tout que ce Mal n’ap­par­tient pas au pas­sé, mais qu’il est là, jus­te­ment, en action chez ceux qui cherchent à ter­ro­ri­ser avec le pas­sé pour mieux faire oublier le présent.

      Réponse
  50. Totor2222

    Bon­jour,
    Je pense vrai­ment que Denis Robert et Mathias Entho­ven ne sont pas des per­sonnes mal­veillantes ayant essayé de pié­ger M. Chouard. En criant à la tra­hi­son, à l’i­gno­mi­nie du trai­te­ment de cette WebTv, nous ne vau­drions pas mieux que les articles nau­séa­bonds qui sortent à la pelle sur M. Chouard depuis la dif­fu­sion de cette vidéo. Ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain, le Média fait un tra­vail exem­plaire. Mais par contre, c’é­tait évident que le lyn­chage média­tique sur un tel sujet serait immé­diat. L’i­dée que l’on puisse par­ler de tout avec tout le monde est trop dur à accep­ter dans notre socié­té. Et dire que l’on ne sait pas et qu’on ne veut pas se pro­non­cer sur des sujets aus­si déli­cats est inac­cep­table dans le monde de pen­sée unique dans lequel nous vivons. Tout mon sou­tien à M. Chouard car je pense que cela va être très dur de se remettre de cet abattage…

    Réponse
    • Berberis

      La ques­tion est : sont-ils des hommes ou des robots ? Les robots n’en ont pas ;
      deux contre un…
      … et pour réci­ter une apa­thique létar­gique litur­gie de messe…

      Réponse
  51. BELLIER

    J’ai noté la contra­dic­tion d’En­tho­ven qui vous demande de ne plus vous expri­mer sur des sujets que vous ne connais­sez pas, pour ne pas créer de polé­mique ; et qui vous pose une ques­tion sur un sujet que vous ne maî­tri­sez pas. Qu’au­riez vous répon­du, sur la vac­ci­na­tion ? sur les ovni ? sur le para­nor­mal ? Sur des sujets tabous, où toutes cri­tiques rend com­plo­tiste ou infré­quen­table. Votre pos­ture d’ou­ver­ture à l’autre est la solu­tion et vous faites face à des détrac­teurs par­ti­sans. La police poli­tique des idées est ter­rible. Elle oblige à pen­ser dans le moule, c’est du prêt à penser.

    Réponse
  52. JPM

    J ai coupe Sud Radio au bout de 5 minutes. Pénible de vous voir à plat ventre comme un enfant qui a fait une bêtise. Didier Maes­tro m a énor­mé­ment déçu… mais bon entre sa place à Sud Radio et votre liber­té de parole… Il a choi­si.. Cou­rage à vous Etienne..

    Réponse
  53. Je pense donc je doute

    Etienne, je viens de vous regar­der sur SudRadio.
    Pour moi ce n’est que la redite de « l’af­faire du lien » il y a quelques années. Quand vous avez rai­son, tenez votre posi­tion et ne vous excu­sez pas. Vos excuses ne seront jamais suf­fi­santes pour ceux qui vous accusent, et n’a­mè­ne­ront que de nou­velles accu­sa­tions tou­jours plus déli­rantes. Lais­sez aboyer les gau­chistes à la recherche de pure­té chi­mique et les ren­tiers de l’in­di­gna­tion. Eli­za­beth Lévy a dit lors de l’é­mis­sion, l’an­ti­sé­mi­tisme se cache der­rière le néga­tion­nisme, je pense per­son­nel­le­ment que c’est l’inverse.
    Vous l’a­vez dit vous-même, « on » vous tend des pièges (ou pire, on essaie de vous « aider ») sur ce ter­rain pour que vous ne puis­siez pas déve­lop­per l’important.

    Puis­qu’elle res­semble furieu­se­ment à ce qu’  »on » exige que vous fas­siez, je rap­pel­le­rai uni­que­ment la réponse d’un groupe de 34 his­to­riens sui­vant la paru­tion de l’ar­ticle de Fau­ris­son dans Le Monde du 29/12/78, avant même la loi Gayssot :
    « Il ne faut pas se deman­der com­ment, tech­ni­que­ment, un tel meurtre de masse a été pos­sible. Il a été pos­sible tech­ni­que­ment puisqu’il a eu lieu. Tel est le point de départ obli­gé de toute enquête his­to­rique sur ce sujet. Cette véri­té, il nous appar­te­nait de la rap­pe­ler sim­ple­ment : il n’y a pas, il ne peut y avoir de débat sur l’existence des chambres à gaz. »

    Si cela peut mai­gre­ment vous conso­ler, pour avoir dis­cu­té avec des dizaines et des dizaines de gilets jaunes chaque same­di, et mis à part pour quelques anar­chistes anti­fas, ces accu­sa­tions leur en touchent une sans faire bou­ger l’autre.

    Réponse
    • François Roby

      Et par­mi les 34 his­to­riens qui ont répon­du à Fau­ris­son qu’il ne fal­lait pas cher­cher à com­prendre, cer­tains ont éga­le­ment signé ce texte :

      « L’histoire n’est pas une reli­gion. L’historien n’accepte aucun dogme, ne res­pecte aucun inter­dit, ne connaît pas de tabous. Il peut être dérangeant.

      L’histoire n’est pas la morale. L’historien n’a pas pour rôle d’exalter ou de condam­ner, il explique.

      L’histoire n’est pas l’esclave de l’actualité. L’historien ne plaque pas sur le pas­sé des sché­mas idéo­lo­giques contem­po­rains et n’introduit pas dans les évé­ne­ments d’autrefois la sen­si­bi­li­té d’aujourd’hui.

      L’histoire n’est pas la mémoire. L’historien, dans une démarche scien­ti­fique, recueille les sou­ve­nirs des hommes, les com­pare entre eux, les confronte aux docu­ments, aux objets, aux traces, et éta­blit les faits. L’histoire tient compte de la mémoire, elle ne s’y réduit pas.

      L’histoire n’est pas un objet juri­dique. Dans un État libre, il n’appartient ni au Par­le­ment ni à l’autorité judi­ciaire de défi­nir la véri­té his­to­rique. La poli­tique de l’État, même ani­mée des meilleures inten­tions, n’est pas la poli­tique de l’histoire. C’est en vio­la­tion de ces prin­cipes que des articles de lois suc­ces­sives – notam­ment lois du 13 juillet 1990, du 29 jan­vier 2001, du 21 mai 2001, du 23 février 2005 – ont res­treint la liber­té de l’historien, lui ont dit, sous peine de sanc­tions, ce qu’il doit cher­cher et ce qu’il doit trou­ver, lui ont pres­crit des méthodes et posé des limites. Nous deman­dons l’abrogation de ces dis­po­si­tions légis­la­tives indignes d’un régime démocratique. »

      source :
      http://​www​.lph​-asso​.fr/​i​n​d​e​x​3​4​d​1​.​h​t​m​l​?​o​p​t​i​o​n​=​c​o​m​_​c​o​n​t​e​n​t​&​v​i​e​w​=​a​r​t​i​c​l​e​&​i​d​=​2​&​I​t​e​m​i​d​=​1​3​&​l​a​n​g​=fr

      Réponse
      • Je pense donc je doute

        M. Roby je vous salue ! Je suis un lec­teur assi­du de votre site.
        Ma femme est de Pau, j’y passe fré­quem­ment, j’a­do­re­rais vous offrir un café un jour.

        M. Chouard, M. Roby est doc­teur et maitre de confé­rence en phy­sique à l’u­ni­ver­si­té et je vous invite à visi­ter son site. C’est très ori­gi­nal, pas­sion­nant, très solide ET drôle.
        Et si un jour, vous vou­liez orga­ni­ser une ren­contre entre vous, je pense que ce serait tout sim­ple­ment lumi­neux. Le croi­se­ment entre vos domaines de com­pé­tence serait fabu­leux, notam­ment sur la place des lan­ceurs d’alerte.

        Réponse
  54. cl

    Cher Mon­sieur Chouard,
    Pre­mière fois que je vous écris mais votre pas­sage au tri­bu­nal de l’in­qui­si­tion média­tique, et l’acharnement média­ti­co-litur­gique qui s’en suit au regard de votre Crime-Pen­sé (1984), me fait dire que vous méri­tez tout mon sou­tien et l’expression de ma plus grande sympathie.
    C’est gens là veulent vous empê­chez d’articuler ce qui fera leur perte, soit l’al­liance gauche-droite
    et
    le fait contre le dogme.
    70 ans plus tard, nous n’en avons rien a faire des chambres, des indiens d’Amériques ou de la traites négrière. Ces souf­frances du pas­sé ont pour but de mas­quer celles du pré­sent (et dieux qu’il y en a!)
    Seul compte de nous libé­rer des chaines de l’es­cla­vage au pré­sent et votre tra­vail y contri­bue. Alors conti­nuez et ne vous reniez jamais ! vous valez mieux qu’eux et tout les gens sin­cères le savent.
    Merci

    Réponse
  55. beo

    allez, haut les cœurs, le gou­ver­ne­ment est bien emmer­dé par la pro­cé­dure de réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive par­le­men­taire. L’op­po­si­tion a réus­si à déclen­cher une col­lecte sur https://​www​.refe​ren​dum​.inter​ieur​.gouv​.fr/ qui dans le pire des cas retar­de­ra la pri­va­ti­sa­tion des aéroports.

    Réponse
  56. adoque

    Etienne
    Soyez réa­liste : vous étiez deve­nu l’en­ne­mi public numé­ro 1, pour les pou­voirs à tous les degrés.
    Logi­que­ment, vous avez été flin­gué, mais vous ne l’a­vez pas vu venir, car vous prê­tez aux autre des inten­tions qui res­semblent aux vôtres.
    Votre voi­sin, Jean Pierre Petit pour­rait vous expli­quer les pro­ces­sus en jeu, très ami­ca­le­ment, j’en suis persuadé.
    L’ex­pres­sion que JPP cite volon­tiers, c’est : « la dic­ta­ture, c’est ferme-la, la démo­cra­tie c’est cause tou­jours »… l’ap­pli­ca­tion actuelle démontre que l’on est déjà pas­sé dans la dictature.

    Mais, vous avez semé et de mul­tiples graines ont ger­mé… autre manière de dire : les « gen­tils virus » se sont réveillés… sans doute vont-ils gagner en virulence 😉

    Réponse
  57. Hakuna Matata

    Cher Étienne,

    Vous réa­li­sez que votre tra­vail depuis des années, votre pro­jet fait de plus en plus écho et d’émules par­mi la popu­la­tion, de plus en plus de citoyens vous suivent, vous sou­tiennent, ou adhèrent au prin­cipe du RIC, de la Consti­tuante (avec les gilets jaunes notam­ment). Et comme vous débor­dez de gen­tillesse et d’altruisme, cela attire d’autant plus les per­sonnes de bon sens et de bonne volon­té. Puis vous sou­hai­tez unir cou­rants poli­tiques de gauche et de droite comme à l’époque du CNR, car la France est au bord du pré­ci­pice, un cas de force majeure, et vous avez raison.

    Comme vous devez déjà vous en dou­ter, les par­rains de la mafia poli­tique aux com­mandes de la France voient cette éman­ci­pa­tion citoyenne d’un mau­vais oeil, hors de ques­tion qu’ils laissent les clés du pays et le pou­voir de déci­sion aux citoyens. Et hors de ques­tion de lais­ser s’unir des cou­rants poli­tiques qui sont cen­sés se com­battre (divi­ser pour mieux régner). Par consé­quent tout lea­der d’opinion ou équi­valent ayant la capa­ci­té, l’opportunité d’éveiller les consciences, lever les foules, pro­po­ser un che­min alter­na­tif ou chan­ger le para­digme catas­tro­phique actuel, doit être écar­té, cen­su­ré, conspué, boy­cot­té, etc main­te­nant vous connais­sez la chanson.

    Ils n’avaient RIEN contre vous, mise à part (oh miracle) une vieille inter­view où vous par­liez 5 min d’Alain Soral sans en dire du mal (sur des mil­liers d’heures d’interviews, de confé­rences etc). Bin­go ! L’ordre était pas­sé dans les rédac­tions, avec la fameuse tech­nique par asso­cia­tion. Ensuite les pseu­do jour­na­listes n’ont ces­sé de vous ques­tion­ner là-des­sus avez-vous remar­qué. Étienne vous n’avez pas à cour­ber l’échine ou à vous jus­ti­fier. Vous n’avez rien fait de mal et les ques­tions qui vous été posées n’ont aucun lien avec votre tra­vail et vos recherches.

    Lorsqu’ils veulent vous entraî­ner sur ce ter­rain, vous devriez exi­ger de pas­ser à autre chose, oui exi­ger. Durant tout l’interview sur Le Media c’était à se deman­der… mais quand va-t-il leur dire de chan­ger de sujet… et votre infi­nie patience et votre belle naï­ve­té ont don­né du grain à moudre aux hyènes média­tiques qui sous ordres vous atten­daient au tour­nant. Mal­heu­reu­se­ment c’est ain­si que ce sys­tème fonc­tionne, dégueu­lasse en effet.

    Et dites-vous bien que LA ques­tion posée par Denis Robert n’était pas ano­dine, encore une fois que vient faire ce sujet en pleine inter­view ? C’est sur­réa­liste. Démo­cra­tie, Consti­tuante, RIC, UE, créa­tion moné­taire, usure, etc ? Non… les chambres à gaz. Quel rap­port ? Les Fran­çais com­mencent à en avoir marre de ce chan­tage à la Shoah ou à l’antisémitisme reve­nant en per­ma­nence, ces accu­sa­tions par asso­cia­tion, ces amal­games, ces diver­sions, et il y a plus urgent dans leur quo­ti­dien que les chambres à gaz, ils ont d’autres priorités.

    Quant au sujet tabou, sans s’étendre davan­tage, la ques­tion à se poser est celle-ci :
    Pour­quoi une loi inique, exclu­sive et anti­cons­ti­tu­tion­nelle a‑t-elle été impo­sée en urgence, loi empê­chant tout citoyen ou his­to­rien pro­fes­sion­nel (sous peine de deux ans de pri­son ferme !) de modi­fier ne serait-ce qu’une vir­gule du compte ren­du offi­ciel du tri­bu­nal mili­taire de Nuremberg ?
    Vous avez deux heures… ^^

    Réponse
  58. Hakuna Matata

    ps, erra­tum : Vous n’avez rien fait de mal et les ques­tions qui vous ONT été posées n’ont aucun lien avec votre tra­vail et vos recherches. Ques­tions posées ou impo­sées c’est au choix.
    Étienne ne ployez pas le genou, force et honneur.
    Vous êtes un brave par­mi les braves.

    Réponse
  59. Elie

    Etienne, tu n’é­tais pas obli­gé de bran­dir cette déclaration.
    (Nous ne sommes jamais ren­con­trés, mais je me per­mets de vous tutoyer).

    Je n’ai jamais eu de doutes sur l’exis­tence des chambres à gaz – et je suis bien cer­tain, comme tout le monde, y com­pris Robert et Entho­ven, que tu n’en avais pas non plus – ça tombe juste sous le sens et tout le monde s’en contrefout. 

    Mais je regrette – je le regrette en majus­cules invi­sibles – que cela reste par­fois un cri­tère pour pas­ser quel­qu’un à la ques­tion (: tor­ture au sens médié­val), afin de le dis­qua­li­fier comme un mal-pen­sant dan­ge­reux, et obli­té­rer tout un dis­cours cru­cial et vrai­ment déran­geant celui-là.
    Là, les vraies vic­times des camps comme des chambres sont pié­ti­nées. A cha­cun sa conscience.

    Tu as été vic­time d’un coup tor­du, dont les deux exé­cu­tants consen­tants n’a­vaient même pas conscience – et je ne leur en veux même pas.

    Pas­sons à autre chose, tous les gens qui te suivent sont tran­quilles avec toi, ne perds pas le cap, la bonne direc­tion et res­pire un bon coup.
    (Facile à dire, tu as grosse, grosse pression).
    Mais mer­ci d’a­vance et pense bien qu’on est avec toi.

    Réponse
  60. job

    loi Gays­sot dit : tout ce que dit Tri­bu­nal de Nurem­ber est Bible.
    si tu n’y crois pas : bûcher !!
    poser la ques­tion de la Foi sur ce point c’est se mettre dans la peau d’un bour­reau ( Denis Robert ) de l’In­qui­si­tion ayant pla­cé sa vic­time sur la table de torture.
    Chouard est un uni­ver­si­taire pas un combattant.
    on va main­te­nant le décré­di­bi­li­ser sur l’en­semble de ses idées.
    Mais ses dis­ciples écra­se­ront les valets du système !

    Réponse
  61. Je pense donc je doute

    Ce qu’ils ne com­prennent pas, ou qu’ils com­prennent mais comme ils n’ont qu’une arme, ils conti­nuent, c’est que ces accu­sa­tions et ces soup­çons d’in­ten­tion per­ma­nents ne font que
    – émous­ser la critique
    – éveiller la curio­si­té sur les autres dam­nés de la terre, qui n’a­vaient rien d’an­ti­sé­mite jus­qu’à ce que la patrouille leur tombe des­sus (Mul­lins (éco­no­mie), Fau­ris­son (lit­té­ra­ture), Guyé­not (Moyen-âge), …)

    Réponse
    • Glaçon

      Mul­lins ? Par­fois peu rigoureux.

      Guyé­not sur le Moyen-Âge ? Farfelu.

      Réponse
      • Glaçon

        Cher « Je pense donc je doute » (cogi­to ergo dubi­to ?), votre réponse et ma réponse à celle-ci ont été reti­rées, plus vrai­sem­bla­ble­ment par sou­ci d’al­lé­ger la page qu’à cause de leur conte­nu (banal, me sem­blait-il). Si vous n’a­vez pu lire mon der­nier com­men­taire, sachez donc que je vous disais ne m’être pas pro­non­cé ici sur le sujet en ques­tion, et que je vous remer­ciais pour votre humour.

        Réponse
  62. Claude Gracée

    Bon­jour,
    J’ai regar­dé votre émis­sion hier sur Sud Radio avec Eli­sa­beth Levy et vous avez été clair : vous dites avoir regret­té vos pro­pos tenu sur « Le Média », et il semble désor­mais acquis que vous ne remet­tez pas en cause l’exis­tence des chambres à gaz. Pour­tant, pour le moment, c’est le silence radio com­plet : aucun jour­nal ne relaie votre mea culpa. Affaire à suivre.
    C.G.

    Réponse
  63. zedav

    Cher Étienne,

    Vous n’a­vez rien à vous repro­cher dans cette inter­view sauf d’y être allé (la télé­vi­sion, la radio – y com­pris Sud Radio – sont des sys­tèmes de contrôle des repré­sen­ta­tions et ne sont pas fait pour votre com­bat qui – du moins me semble t‑il – s’y gal­vaude et s’y dis­sout plus qu’il ne se renforce).
    Il est nor­mal de dou­ter en géné­ral. Ça l’est encore plus sur le sujet des chambres à gaz car c’est un des argu­ments prin­ci­paux qui per­met de confé­rer à la Shoah un sta­tut d’ab­so­lue excep­tion­na­li­té dans l’his­toire des hommes (confère une dimen­sion indus­trielle au mas­sacre) de la his­ser en crime des crimes, non pas seule­ment au des­sus de tous les autres mais incom­men­su­rable, en une sorte de nou­velle religion.

    Cette reli­gion est un moyen pour jus­ti­fier l’in­jus­ti­fiable, de rendre une caste intou­chable (toute l’o­li­gar­chie et pas seule­ment l’o­li­gar­chie de confes­sion juive, du fait de l’as­so­cia­tion entre juifs et banque sys­té­ma­ti­que­ment bran­die par ceux la même qui pré­tendent la dénon­cer) et une nation incri­ti­quable, et aus­si de détruire les esprits cri­tiques et les per­sonnes qui gênent par la bande, tout ceux qui révèlent le fonc­tion­ne­ment de l’op­pres­sion financiaro-bancaire.

    Peut-être en avez vous assez fait ? Le magni­fique ter­ri­toire / jar­din a sur­vé­cu à l’homme qui plan­tait des arbres (Gio­no), les graines que vous avez plan­tées et arro­sées cou­ra­geu­se­ment, infa­ti­ga­ble­ment, inlas­sa­ble­ment depuis presque quinze ans – encais­sant les coups les plus bas y com­pris de gens que vous esti­miez – vous survivront.

    Peut-être est-il temps pour l’hu­main Chouard de rac­cro­cher l’ha­bit de mili­tant ? De lais­ser agir tout ceux que vous avez « éle­vés » (ils sont si incroya­ble­ment nom­breux que l’on se croi­rait vrai­ment dans la nou­velle de Gio­no !) et de vous consa­crer à votre famille, à vos amis, au para­pente ? Ce qui ne vous empê­che­ra pas de pour­suivre vos recherches d’in­tel­lec­tuel insa­tiable dans l’in­ti­mi­té de votre bureau / bibliothèque.
    Vous pour­rez alors pro­gres­ser serei­ne­ment sur cer­taines ques­tions qui servent prin­ci­pa­le­ment à divi­ser le peuple (anti­ra­cisme ins­ti­tu­tion­nel, fémi­nisme, shoah et chambres à gaz, etc.) tou­jours des ques­tions parais­sant de prime abord aller dans le bon sens, avoir des objec­tifs huma­nistes, mais qui sont per­ver­se­ment dévoyés en ins­tru­ments du Pouvoir.

    En vous remer­ciant infi­ni­ment pour ce que vous avez appor­té à notre socié­té et à d’in­nom­brables per­sonnes dont moi-même.

    Réponse
  64. Farid MEHCER

    Et voi­là : Etienne se retrouve contraint de prendre de son temps, temps qui est infi­ni­ment pré­cieux, pour se pen­cher sur un sujet abso­lu­ment pas prio­ri­taire pour le bien com­mun, et cela sous la seule pres­sion média­tique du chan­tage à l’an­ti­sé­mi­tisme et à l’O­BLI­GA­TION d’a­voir une opi­nion (et l’o­bli­ga­tion d’a­voir LA bonne opi­nion, celle qui est homo­lo­guée par la Loi fran­çaise, svp).

    Comme c’est triste et comme ces médias sont mes­quins, mépri­sables et pathé­tique dans leur mal­veillance envers un grand pen­seur huma­niste comme Etienne Chouard.

    Les médias de mon pays peuvent pro­cla­mer haut et fort leur tolé­rance (feinte) et leur com­bat (hypo­crite) des obs­cu­ran­tismes, j’au­rais honte d’être fran­çais si l’exis­tence même de per­sonnes béné­voles et à l’al­truisme irré­pro­chable comme Etienne ne venait appor­ter un peu d’es­poir au milieu de toute cette mas­qua­rade glauque.

    Mon sou­tien res­te­ra incon­di­tion­nel contre tous les men­songes et toutes les diffamations.
    – Farid

    Réponse
    • Glaçon

      Cher Farid Meh­cer, si votre sou­tien reste incon­di­tion­nel contre toutes les formes de men­songes, c’est que vous condi­tion­nez ce sou­tien à la connais­sance de la véri­té, donc que vous vous inter­di­sez de sou­te­nir des gens qui s’ex­priment sur un sujet que vous ne maî­tri­sez pas. Autant dire que votre tolé­rance risque d’être aus­si peu fruc­tueuse que l’a­mour le plus pla­to­nique… Car enfin, com­bien de sujets maî­trise entiè­re­ment même le plus brillant érudit ?

      Et s’il était ques­tion de défendre non ce que vous savez, mais un prin­cipe, en l’oc­cur­rence le droit des révi­sion­nistes à dire ce qu’ils croient, quelle que soit l’in­ten­si­té de l’op­po­si­tion qu’ils rencontrent ?

      Réponse
      • François Roby

        Ah, la froi­deur de l’im­pla­cable logique ! D’où le pseu­do ? En tout cas, un gla­çon c’est aus­si ce truc glis­sant que vous n’ar­ri­vez jamais à attra­per, par les temps qui courent c’est aus­si une bonne pré­cau­tion de se pré­sen­ter comme ça 😉

        Réponse
        • Glaçon

          Par­fai­te­ment deviné !

          Pseu­do pro­pi­tia­toire : j’ai ten­dance à lais­ser paraître mon aga­ce­ment dans cer­taines conver­sa­tions, quand cinq ou six fois d’af­fi­lée l’autre par­tie ne voit pas que 1 et 1 font 2, alors ce pseu­do­nyme doit m’ai­der à me rap­pe­ler qu’il faut gar­der une cer­taine dis­tance dans le débat.

          😉

          Réponse
  65. Pierre

    Sou­tien total à toi Etienne.

    Honte à ceux qui pra­tiquent cette chasse aux sor­cières ignoble.

    Aucun néga­tion­nisme de ta part sur le Média.

    S’il te plaît arrête de t’excuser.

    Il est évident que tout ceci est un traquenard.

    Réponse
  66. Glaçon

    Ce qu’on sacra­lise est à tout jamais cou­pé du peuple par cet obstacle.

    Une fois petit bout de l’en­ton­noir dans le bec, on est bien obli­gé de tout ava­ler. Les consé­quences vien­dront ensuite.

    L’an­ti­ra­cisme, la forme la plus hai­neuse du racisme.

    Réponse
  67. Je pense donc je doute

    Vous écri­vez
    « la Shoah est une des pires atro­ci­tés de l’histoire humaine »
    Atten­tion, vous flir­tez avec l’an­ti­sé­mi­tisme : la Shoah est LA pire atro­ci­té de l’his­toire de l’UNIVERS.
    Voi­là quoi dire à la télé ! et pro­fi­tez-en pour vous frap­per la poi­trine jus­qu’à pleu­rer, sinon ça res­te­ra un peu suspect.

    Par­don, j’en plai­sante alors que je me rap­pelle à quel point ça me tou­chait au début ces accu­sa­tions et vous devez être bien à la peine.
    Ca pas­se­ra, comme l’a fait l’his­toire nau­séa­bonde du lien le plus sombre de notre his­toire. L’im­por­tant, c’est l’exac­ti­tude et la droi­ture morale.
    Force à vous !
    Le reste ne dépend pas de vous.

    Réponse
  68. Oliv1320

    Étienne gar­dez svp votre liber­té de pen­ser la ten­ta­tive de vous « assi­mi­ler » à des ques­tions vieilles de presque 80 ans est un mer­veilleux pré­texte pour dis­cré­di­ter vous et vos idées car cela montre que votre mes­sage porte et FINIT par gêner. Nos maîtres élus !
    Tout le monde cri­tique Soral mais qui a fait le bou­lot de lire ce qu’il a écrit comme com­prendre l’empire ? Qui a eu l’honnête Intel­lec­tuelle de lire de votre ami Michel Coll­lon « pour­quoi soral séduit » pour avoir un avis construit et argu­mente pour démon­ter les argu­ments d’alain Soral !! Peu de gens j’en prends le pari
    Oui nous méri­tons nos médiocres élus car col­lec­ti­ve­ment nous le sommes terriblement
    Hor­rible constat pour nous tous , nous jugeons avec l’air du temps sans réflé­chir sans prendre le temps de lire à charge et à décharge mais nous jugeons sans res­pec­ter le prin­cipe du contra­dic­toire un des fon­de­ments de toute socié­té de droit
    Mer­ci de tout ce que vous m’avez ins­pi­ré et conti­nue­rez à m’inspirer d’espoir en un monde véri­ta­ble­ment démocratique
    Et je me répète res­tez ce que vous êtes ne lâchez rien svp

    Réponse
  69. BRISSET

    Sou­tien à toi, garde la tête haute, tu le mérites
    Mer­ci pour ton tra­vail et sur­tout ne lâche rien.

    Réponse
  70. Farid MEHCER

    Faut-il avoir lu et étu­dié la ques­tion pour être inti­me­ment convain­cu que les chambres à gaz ont exis­té ? OUI.
    Pour mon cas per­son­nel, qui est le même que celui d’E­tienne, n’ayant jamais lu une ligne sur la ques­tion, encore moins étu­dié quoi que ce soit, je n’ai aucune conviction.
    Est-ce que je doute de leur exis­tence alors ? NON PLUS ! Dou­ter serait déjà un début d’o­pi­nion, hors je n’ai tout bon­ne­ment aucune, _AUCUNE_ opi­nion sur ce thème, NI DANS UN SENS, NI DANS L’AUTRE ! Je pense qu’elles ont _très probablement_ exis­té, mais c’est une pen­sée sans _valeur_, sans rien d’ap­pro­chant une rigueur scien­ti­fique puisque je n’ai RIEN sur lequel me baser (ie. rien lu ni étu­dié par moi-même).
    Même chose avec la Shoah : je suis cer­tain qu’il y a eu un pro­gramme d’ex­ter­mi­na­tion nazi des juifs (mais aus­si des homos, des han­di­ca­pés, des tzi­ganes, etc.) pour les mêmes rai­sons que je suis cer­tain que la Terre est ronde (en fait légè­re­ment ovale) : l’in­ven­tion pure et simple de ce fait dépasse même les pos­si­bi­li­tés d’in­fluence des plus grandes puis­sances et conspi­ra­tion humai­ne­ment possibles.
    En revanche est-ce que je SAIS qu’il y a eu 6 mil­lions de juifs exter­mi­nés ? Non. C’est peut-être moins, peut-être plus. Là encore, sans avoir rien lu et étu­dié avec sérieux et patience, un point aus­si aisé­ment fluc­tuant dans les rap­ports his­to­riques qu’une don­née chif­frée ne peut être prise pour argent comp­tant sans le moindre esprit cri­tique par quel­qu’un d’in­tel­lec­tuel­le­ment honnête.

    Entre les erreurs (volon­taires et invo­lon­taires) des his­to­riens, les fautes de métho­do­lo­gie pour comp­ta­bi­li­ser, les variances de résul­tat sui­vant les dif­fé­rentes méthodes de réper­to­ra­tion employées, les inexac­ti­tudes inévi­tables de l’ob­ser­va­tion et la retrans­crip­tion d’un fait his­to­rique par l’é­tude des traces qu’il a lais­sé, et sans oublier les tou­jours pos­sibles récu­pé­ra­tion et arran­ge­ments faits aux comptes-ren­dus his­to­riques offi­ciels dans des but pro­pa­gan­distes poli­tiques et com­mu­nau­ta­ristes, pour toutes ces éven­tua­li­tés accep­ter sans condi­tions ni exa­men per­son­nel minu­tieux un chiffre, quel qu’il soit, comme étant le reflet strict et OBLIGATOIRE de la réa­li­té des faits du pas­sé, est ce que Camus nom­mait un « Sui­cide intel­lec­tuel ». Aucun scien­ti­fique intègre ne l’accepterait.

    Quand on est même pas fou­tus de tom­ber d’ac­cord sur un chiffre pré­cis, exact et incon­tes­table du taux de chô­mage à un moment don­né en France (dif­fé­rents moyens de comp­ta­bi­li­sa­tion pos­sible, conflit d’in­té­rêt poli­ti­card à don­ner un chiffre réel plu­tôt qu’à le bais­ser arti­fi­ciel­le­ment, etc.), il me semble rai­son­nable de n’ac­cep­ter aucun chiffre his­to­rique comme étant _d’une cer­ti­tude absolue_ ! Tout au plus ces chiffres donne des indi­ca­tions, des ordres d’i­dée, voi­là. Après, s’il y a des preuves incon­tes­tables (ça arrive — est-ce le cas pour le nbre de vic­times de la Shoah, je serais bien inca­pable de l’af­fir­mer ou le nier, je répète que je n’ai jamais lu une ligne sur le sujet, et très hon­nê­te­ment j’ai bcp trop d’autres choses à étu­dier avant cela pour en avoir jamais le temps avant ma mort).

    Ulti­me­ment, si on est hon­nête et intel­lec­tuel­le­ment intègre comme c’est mon cas, on ne peut jamais RIEN savoir avec une cer­ti­tude abso­lue autre que ce que l’on a étu­dié et appris/découvert/compris par SOI-MÊME. C’est juste une ques­tion d’é­thique per­son­nelle, d’hy­giène intel­lec­tuelle, pour évi­ter de se faire influen­cer et four­rer n’im­porte quoi dans la tête à son insu.

    Concer­nant ce qu’on a fait subir à Etienne sur Le Média : contrai­re­ment à ce que lui-même affirme, je pense que tout le monde aura main­te­nant com­pris que Denis Robert et son aco­lyte étaient tout sauf bien inten­tion­nés à son égard — j’en veux d’ailleurs pour preuve sup­plé­men­taire que vous ne ver­rez pas M. Robert s’ex­pri­mer publi­que­ment pour réaf­fir­mer, au milieu de cette meute mer­dia­tique hur­lante, qu’il est convain­cu que Chouard n’est pas anti­sé­mite comme il l’a répé­té à maintes reprises en matière d’ex­cuse navrante durant l’en­tre­tien. Il a fait son bou­lot, celui d’a­me­ner Etienne Chouard sur un ter­rain glis­sant et le + polé­mique en espé­rant que celui-ci se four­voie­rait et com­me­trait un impair dans sa façon de répondre, ce qui n’a pas lou­pé. Son tra­vail étant accom­pli, il peut main­te­nant s’en féli­ci­ter, et soyez assu­rer qu’il ne dira plus jamais une seule fois de sa vie qu’il est convain­cu que Chouard n’est pas anti-sémite. Il sait que c’est bien le cas, que Chouard en est même le strict oppo­sé, mais il ne lève­ra pas le petit doigt pour le défendre, d’au­tant que c’est lui le « bour­reau » qui s’est sour­noi­se­ment char­gé de son « exé­cu­tion » médiatique.

    Cet entre­tien aura cepen­dant eu 2 aspects inté­res­sants, voire utiles pour la suite, en appor­tant 2 infor­ma­tion à tous :

    1- La loi Gays­sot (depuis son ins­tau­ra­tion d’in­ter­pré­ta­tion extrê­me­ment déli­cate) est main­te­nant deve­nue OFFICIELLEMENT d’in­ter­pré­ta­tion la + large que l’on puisse envi­sa­ger : il ne s’a­git plus sim­ple­ment de poursuivre/accuser/dénoncer/vilipender qui­conque émet des DOUTES sur l’exis­tence des Chambres à gaz ou la Shoah, mais bel et bien qui­conque ne pro­fesse pas une foi abso­lue sur le sujet ! Autre­ment dit, il est désor­mais non seule­ment inter­dit d’é­mettre des doutes (inter­dic­tion qui pour­rait encore à la limite se jus­ti­fier), mais éga­le­ment inter­dit de res­ter SANS OPINION !
    (Les Etu­diants Juifs de France et la Licra ont annon­cés leur inten­tion d’in­ten­ter un pro­cès à Etienne pour ses pro­pos, ses pro­pos par­mi les­quels, je le rap­pelle, pas un ins­tant il n’a nié quoi que ce soit ! Il va donc bel et bien être pour­sui­vi en jus­tice pour être res­té SANS OPINION sur l’exis­tence des Chambres à gaz). Régime tota­li­taire, non seule­ment anti-démo­cra­tique mais à pré­sent l’E­tat de droits lui-même va pro­gres­si­ve­ment être ain­si remis en ques­tion de plus en plus pour qui­conque conteste QUOI QUE CE SOIT de la ver­sion offi­cielle et OBLIGATOIRE de tout. Bien­ve­nu en France.

    2- A par­tir de cet ins­tant, je pense que là encore tout le monde en aura tiré la LECON qui s’im­pose : plus ques­tion de faire montre d’in­cor­rup­ti­bi­li­té intel­lec­tuelle au nom de son hon­nê­te­té et son hon­neur per­son­nels : TOUT indi­vi­du plus ou moins média­tique pro­po­sant un dis­cours et une ana­lyse dis­si­dente, contes­ta­taire, voire réso­lu­ment révo­lu­tion­naire (de Sapir à Dela­marche et Gave, de Franck Lepage à Phi­lippe Pas­cot, de Michel Col­lon à Jean Bric­mont, de Fran­çois Bégau­deau à Alain Dama­sio, des Pin­son-Char­lot aux lan­ceurs d’a­lerte, des Gilets Jaunes aux lea­deurs de mou­ve­ments anar/révolutionnaires, de Fran­cois Bou­lo à Juan Bran­co, etc.), pla­cé devant la ques­tion-piège-chan­tage : « Croyez-vous en l’exis­tence de [insé­rer la ver­sion offi­cielle concer­née — Shoah, 911, …] ? » se __DOIT__, par ins­tinct de sur­vie (et quelles que puisse par ailleurs être ses réserves intel­lec­tuelles éven­tuelles sur le sujet, s’il/elle en a), de répondre très pré­ci­sé­ment « OUI, j’y crois ! J’en ai la plus intime convic­tion, il ne sau­rait y avoir le moindre doute ni équi­voque à ce sujet ! ».
    Même chose si la ques­tion-chan­tage est tour­née ain­si : « Niez vous [insé­rer la ver­sion offi­cielle appro­priée] ? » —> « Abso­lu­ment PAS, jamais, pas un ins­tant ! Je ne le nie ni main­te­nant ni jamais et ne l’ai jamais fait par le passé ! »

    Il ne s’a­git plus de pou­voir expri­mer une posi­tion (ou une _ABSENCE_ de posi­tion, comme je viens de le mon­trer) sur le sujet, mais de plus prag­ma­ti­que­ment s’é­par­gner le dis­cré­dit média­tique géné­ral et per­ma­nent (sans par­ler des pour­suites judi­ciaires), de ne pas don­ner le bâton pour se faire battre.

    Réponse
    • François Roby

      Vous dites :
      « Même chose avec la Shoah : je suis cer­tain qu’il y a eu un pro­gramme d’extermination nazi des juifs (mais aus­si des homos, des han­di­ca­pés, des tzi­ganes, etc.) pour les mêmes rai­sons que je suis cer­tain que la Terre est ronde (en fait légè­re­ment ovale) : l’invention pure et simple de ce fait dépasse même les pos­si­bi­li­tés d’influence des plus grandes puis­sances et conspi­ra­tion humai­ne­ment possibles. »

      Main­te­nant lisons ce que disent des his­to­riens « sérieux » et « non sus­pects », comme Léon Poliakov :

      “Les archives éven­trées du IIIè Reich, les dépo­si­tions et récits de ses chefs, nous per­mettent de recons­ti­tuer dans les moindres détails la nais­sance et le déve­lop­pe­ment de ses plans d’agression, de ses cam­pagnes mili­taires et de toute la gamme des pro­cé­dés par les­quels les Nazis enten­daient recréer le monde à leur façon. Seule, la cam­pagne d’extermination des juifs reste, en ce qui concerne la concep­tion ain­si que sur bien d’autres aspects essen­tiels, plon­gée dans le brouillard. […] En ce qui concerne la concep­tion pro­pre­ment dite du plan d’extermination totale, les trois ou quatre prin­ci­paux acteurs sont morts. Aucun docu­ment n’est res­té, n’a peut-être jamais existé.”

      Vous trou­ve­rez les sources de cette cita­tion, et d’autres du même ton­neau, ici :

      https://​aitia​.fr/​e​r​d​/​l​a​-​r​e​p​u​b​l​i​q​u​e​-​d​e​s​-​c​e​n​s​e​u​rs/

      Va-t-on devoir orga­ni­ser un auto­da­fé sélec­tif de cer­tains livres qu’on trouve dans toutes les biblio­thèques, muni­ci­pales, uni­ver­si­taires ou de col­lèges et lycées ?

      Avoir une biblio­thèque, c’est bien, lire ses livres, c’est mieux !

      Réponse
      • Farid MEHCER

        Mer­ci pour ta réponse, François.

        Comme je l’ai expli­qué ci-des­sus, mes posi­tions sur ces sujets sont entiè­re­ment conçues et condi­tion­nées par le fait (reven­di­qué et donc tout sauf dog­ma­tique, bien au contraire) que je ne me suis jamais inté­res­sé à la chose, n’en ai jamais lu la moindre ligne dans un sens comme dans l’autre (et ai bien l’in­ten­tion de pour­suivre sur la même ligne — puisque cha­cun devrait avoir la liber­té de ses prio­ri­tés en matière de lec­ture et d’u­ti­li­sa­tion de son temps, pas vrai ?). Si mon inté­rêt peut à l’oc­ca­sion être atti­ré par dif­fé­rentes périodes de l’His­toire, celle des années 30–40 du XXe n’en fait déci­dé­ment pas par­ti ! Et le fait que toute décou­verte dis­si­dente ou inter­ro­ga­tion à ce pro­pos tombe immé­dia­te­ment sous le coup de la Loi fran­çaise rend de toute façon cette étude assez peu attrac­tive à mes yeux (dans la mesure où ce que j’aime c’est aus­si pou­voir ECHANGER ensuite sur les sujets que j’étudie).

        Quelles que puisse être par ailleurs les dif­fé­rentes thèses et preuves à charge exis­tantes et ren­dues publiques par des pen­seurs dis­si­dents (cer­tai­ne­ment méri­tants et cou­ra­geux pour leur tra­vail), je m’en tien­drai donc à ma posi­tion, dic­tée tout bon­ne­ment par l’es­prit scien­ti­fique (ie. rasoir d’Oc­cam en l’occurrence)…

        …Avec d’au­tant plus de séré­ni­té sur le sujet (quand à mon éven­tuelle igno­rance et four­voie­ment intel­lec­tuels) que ça n’est pas, dans ma vision du Monde ni l’im­pact sur icelle, un point par­ti­cu­liè­re­ment fon­da­men­tal, je te le concède.

        Si la Loi inter­dit à pré­sent de DOUTER, mais aus­si de res­ter SANS OPINION sur ces ques­tions (et je me ferais fort de don­ner, — avec tout le cynisme dont je suis capable et qui est grand —, si je devais jamais être sou­mis à la Ques­tion, ou plu­tôt de RECITER la Réponse Offi­cielle et obli­ga­toire, la seule qui puisse être accep­tée dans notre socié­té actuelle, comme on l’a vu hélas, avec une par­faite bonne conscience quand à cette trans­gres­sion très inha­bi­tuelle à mon mode pen­sée d’or­di­naire beau­coup plus por­té sur le doute, la remise en cause et la cri­tique — néces­si­té fai­sant loi), si donc une telle loi existe, il n’y a en revanche pas (pas encore, tout au moins) de loi contrai­gnant offi­ciel­le­ment et expli­ci­te­ment le citoyen a pla­cer ces pré­oc­cu­pa­tions his­to­riques au centre de leurs pré­oc­cu­pa­tions et de leur vie (hors du cadre édu­ca­tif, tout au moins).

        Je res­te­rai donc cer­tai­ne­ment dans le flou à ce pro­pos (« Igno­rance is bliss » après tout ;-), conscient de m’y trou­ver, et ma foi m’y com­plai­sant sans la moindre ver­gogne, je peux te l’assurer !

        La récu­pé­ra­tion du pou­voir popu­laire afin de reprendre en main nos des­ti­nées, volées par des domi­nants amo­raux, me parait être une pré­oc­cu­pa­tion d’un autre poids intel­lec­tuel et d’une autre impor­tance, assez net­te­ment plus fon­da­men­tale celle-là, et je suis sûr que nous serons d’ac­cord là-dessus. 🙂

        Réponse
        • François Roby

          Bon­jour Farid,

          « il n’y a en revanche pas (pas encore, tout au moins) de loi contrai­gnant offi­ciel­le­ment et expli­ci­te­ment le citoyen a pla­cer ces pré­oc­cu­pa­tions his­to­riques au centre de leurs pré­oc­cu­pa­tions et de leur vie (hors du cadre édu­ca­tif, tout au moins) »

          Je pense que le « Chouard­gate » (par­don pour le néo­lo­gisme) est une preuve du contraire. Bien sûr, on ne va pas encore – pour l’ins­tant ! – deman­der au moindre pas­sant ce qu’il pense des chambres à gaz, mais dès qu’une per­sonne un peu en vue risque d’être « dan­ge­reuse » pour les pou­voirs en place, la ques­tion arrive auto­ma­ti­que­ment sur le tapis.

          Pour moi, c’est un véri­table viol des consciences, dont les consé­quences vont bien au-delà du cadre strict de la deuxième guerre mon­diale (et, en effet, on peut très bien s’en dés­in­té­res­ser, c’est d’ailleurs mon cas) et qui s’ap­pa­rente plu­tôt à un test de soumission.

          Il me paraît tota­le­ment impos­sible de chan­ger quoi que ce soit en pro­fon­deur dans cette socié­té sans que quelques per­son­na­li­tés-phares émergent pour por­ter les idées néces­saires au chan­ge­ment, et il me paraît tota­le­ment exclu que ce chan­ge­ment se fasse avec des indi­vi­dus accep­tant de se soumettre.

          Réponse
    • Glaçon

      Évi­dem­ment, si ok croit que Fran­çois Bou­lo ou Juan Bran­co sont des dan­gers pour le sys­tème de domi­na­tion au pou­voir, on en arrive, iné­luc­ta­ble­ment, à la conclu­sion qu’il faut res­pec­ter la règle impo­sée par la caste domi­nante pour vaincre la caste dominante.

      Et si on consi­dère ces deux ‑là comme des élé­ments par­ti­ci­pant du sys­tème, on conclu­ra au contraire que vous recom­man­dez de deman­der à la classe sociale au pou­voir s’il vous est per­mis d’a­bor­der les sujets qu’elle inter­dit rigou­reu­se­ment d’aborder.

      Réponse
  71. Je pense donc je doute

    Par rap­port à la loi Gays­sot et ce qu’elle inter­dit d’é­tu­dier (je n’ose même plus pro­non­cer les mots chambre et gaz, encore moins l’un à côté de l’autre), et pour chan­ger du « les vain­queurs écrivent l’histoire » :
    1984 : « Celui qui a le contrôle du pas­sé contrôle le futur, celui qui a le contrôle du pré­sent a le contrôle du passé. »

    Réponse
  72. Lise et Michel

    Cher Etienne, ta mine triste et décon­fite lors de ton « méa culpa » néces­saire sur Sud Radio nous a fait beau­coup de peine … quelle dif­fé­rence avec cette jour­née dimanche der­nier à Tou­louse où nous avons même eu la grande chance de pou­voir déjeu­ner avec toi (et aus­si Chris­tian Lau­rut et sa compagne) ! 

    Per­son­nel­le­ment je ne vois pas comme beau­coup le disent …cet entre­tien sur le média comme un coup four­ré contre toi et rejoins entiè­re­ment ton ana­lyse à pro­pos de Denis Robert ain­si que de Mathias Entho­ven qui sou­hai­taient te conseiller.

    j’ai la même opi­nion concer­nant Didier Maïs­to (qui lui doit avoir des comptes à rendre à plus haut… ) ou Eli­sa­beth Levy qui pour une fois est res­tée bien posée …
    à mon avis tes mal­adresses (« conne­ries » ) viennent du fait que tu n’es pas un « homme poli­tique » (avec un « petit p ») alors que toute ton action est Poli­tique (avec un « grand P ») et que tes idées d’as­sem­blée consti­tuante et de tirage au sort dérange tout ce beau monde au plus haut point… il y va de leur sur­vie …(à quoi ser­vi­ront les par­tis poli­tiques dans une démo­cra­tie directe avec tirage au sort ? )

    il y va même de leur gagne pain ! 

    Sur la shoah
    oui c’est une des pires atro­ci­tés, mais pas plus que l’ex­ter­mi­na­tion des Indiens d’A­me­rique par les conquis­ta­dores ou des mil­lions d’in­fi­dèles par la plu­part des reli­gions éta­blies… ça aus­si on doit le dire .

    et la loi Gays­sot, je n’ai rien à ajou­ter de ce que vous avez dit tous les 3, si ce n’est qu’il fau­dra faire un RIC pour l’abroger …

    Bon cou­rage Etienne, nous pen­sons que tu vas sor­tir gran­di de cette épreuve et espé­rons que ces « Jeu­di Chouard » sur Sud Radio que nous appré­cions vrai­ment (l’é­mis­sion ET la radio la seule qui soit vrai­ment libre…jusqu’à main­te­nant) vont pou­voir continuer.

    BIEN À TOI

    Réponse
  73. Edmond Dantes

    Dire que les chambre à gaz n’ont jamais exis­té peut-être consi­dé­ré comme du négationnisme.
    Mais dire que l’on ne sait pas si les chambres à gaz ont exis­té ou pas ne peut-être consi­dé­ré comme du négationnisme.
    C’est l’é­vi­dence même. Ou alors les mots n’ont plus aucun sens !
    C’est le prin­cipe même de la liber­té de pen­ser qui est en jeu. S’il n’est même plus per­mis de dou­ter, nous sommes dans un régime totalitaire.

    Par consé­quent le tor­rent de boue que s’a­bat sur toi, Etienne est un scan­dale honteux.

    Je ne rêve que d’une chose : que tu les attaques tous en diffamation.

    Sache en tout cas que dans cette épreuve nous sommes nom­breux à te soutenir.

    Je suis per­sua­dé que si tu as besoin d’un sou­tien finan­cier pour mener un com­bat juri­dique beau­coup d’entre nous répon­dront présent.

    Il faut arrê­ter de bais­ser la tête.

    Si je peux me per­mettre un conseil : cesse de gas­piller ton temps et ton éner­gie à débattre avec des per­sonnes de mau­vaise foi.

    Avec tout mon soutien

    Réponse
    • François Roby

      Je suis entiè­re­ment d’ac­cord avec vous. Cer­tains veulent nous faire renon­cer au sens même des mots, au droit de dou­ter, pour nous plon­ger dans un régime tota­li­taire. Il n’est pas exces­sif de dire cela.

      Il est donc temps de rele­ver la tête et d’ac­cu­ser ces per­sonnes au lieu de s’ex­cu­ser d’a­voir l’au­dace d’être libre.

      Réponse
    • Farid MEHCER

      Je suis bien sûr entiè­re­ment d’ac­cord moi aus­si avec l’é­non­cé de M. le Comte ! 😉

      Cepen­dant, sa logique, impa­rable par ailleurs, n’est valable que dans une socié­té où l’E­tat de droit est garan­ti et la bonne foi de ses ins­ti­tu­tions inébranlable.

      En l’oc­cur­rence tou­te­fois, et pour la socié­té telle qu’elle est et qui nous pré­oc­cupe ici, ce que je crois (comme je l’ai écrit dans un com­men­taire pré­cé­dent) c’est que l’ap­pli­ca­tion de cette fameuse loi vient DE FAIT de se voir éten­due à l’ab­sence d’opinion !

      Autre­ment dit la police de la pen­sée macro­nienne tombe le masque et révèle peu à peu son vrai visage. Après on peut dis­cu­ter stra­té­gie : cer­tains pré­co­ni­se­ront la Résis­tance farouche, forte d’a­voir la Logique et le Bon Droit pour elle et cela lui suffisant.
      Je suis per­son­nel­le­ment par­ti­san d’une stra­té­gie beau­coup plus bas­se­ment prag­ma­tique, à base de sou­mis­sion hypo­crite (sur ces ques­tions uni­que­ment ça va de soi ! puis­qu’elles sortent désor­mais du champ de l’E­tat de droit) évi­tant par ailleurs mon­tants impor­tants per­dus en amendes, voire peines de pri­son humi­liantes et injustes.
      Ou pour le dire plus net­te­ment, avec une for­mule à l’emporte-pièces : on ne s’op­pose pas à Big Bro­ther de front ! (On endort sa confiance, et au 1er moment d’i­nat­ten­tion où il tourne le dos on le poi­gnarde. C’est en tout cas la façon de faire qui me semble avoir le plus de chances, et tant pis pour la légi­ti­mi­té que nous confère le Bon Droit).

      Ceci étant dit, la sug­ges­tion (qui m’é­tait d’ailleurs venue à l’es­prit aus­si) de contre-atta­quer tous ces médias mal­hon­nêtes, fourbes et mépri­sables en dif­fa­ma­tion me semble être une ten­ta­tive qui vau­dra la peine d’être envi­sa­gée si Etienne le juge per­ti­nent (avec obli­ga­tion d’une rétrac­ta­tion totale et excuses publiées par tous à la clé, évidemment).
      J’ai le regret d’a­vouer qu’au vu du trai­te­ment juri­dique des Gilets Jaunes et de la dupli­ci­té et com­pli­ci­té avec le Pou­voir exé­cu­tif que celal a mis en évi­dence, je n’ai pas grand espoir…

      Voir d’a­bord quel sera la conclu­sion de la plainte pour néga­tion­nisme de ces ordures de l’UE­JF à l’en­contre d’E­tienne (si la plainte est main­te­nue et jugée rece­vable) : cela don­ne­ra une idée plus pré­cise du degré d’im­par­tia­li­té et de Jus­tice sur lequel on peut comp­ter ensuite. ie. L’é­ten­due d’ap­pli­ca­tion de la loi Gays­sot, dont j’ai dit qu’elle était désor­mais consom­mée de fait au niveau média­tique, sera-t’elle enté­ri­née par une condam­na­tion juri­dique ? Si oui, alors juris­pru­dence, et l’ab­sence d’o­pi­nion tombe offi­ciel­le­ment sous le coup de la Loi.

      Réponse
  74. Bénédicte VOGELS

    Étienne vous avez tout mon sou­tien, pour autant qu’une voix compte.

    Excé­dée de cette polé­mique je ne peux m’empêcher de voir Denis Robert extrê­me­ment mal­adroit, sinon très ambi­gu. Sans par­ler d’Enthoven.

    Je vous en prie, ne pre­nez pas sur vous cette mal­adresse. Vous êtes tel­le­ment har­ce­lé, vous avez tel­le­ment démen­ti de toutes les manières pos­sibles ! La pro­ba­bi­li­té était grande qu’un jour ou l’autre l’une de vos allé­ga­tions soit inter­pré­tée contre vous.

    Tout cela n’est qu’une sinistre inqui­si­tion. Tenez bon, nous sommes des mil­liers avec vous.

    Avec toute ma gra­ti­tude et mon admiration,
    Bénédicte.

    Réponse
  75. Bénédicte

    Étienne vous avez tout mon sou­tien, pour autant qu’une voix compte.

    Excé­dée de cette polé­mique je ne peux m’empêcher de voir Denis Robert extrê­me­ment mal­adroit, sinon très ambi­gu. Sans par­ler d’Enthoven.

    Je vous en prie, ne pre­nez pas sur vous cette mal­adresse. Vous êtes tel­le­ment har­ce­lé, vous avez tel­le­ment démen­ti de toutes les manières pos­sibles ! La pro­ba­bi­li­té était grande qu’un jour ou l’autre l’une de vos allé­ga­tions soit inter­pré­tée contre vous.

    Tout cela n’est qu’une sinistre inqui­si­tion. Tenez bon, nous sommes des mil­liers avec vous.

    Avec toute ma gra­ti­tude et mon admiration,
    Bénédicte.

    Réponse
  76. Mariana

    Qu’on ait clos le débat his­to­rique sur les conclu­sions du tri­bu­nal de guerre de Nurem­berg par la pro­mul­ga­tion de la loi Fabius-Gays­sot est une igno­mi­nie. C’est intel­lec­tuel­le­ment insupportable. 

    Com­ment défendre la démo­cra­tie sans condam­ner cette forfaiture ???

    Réponse
  77. Alain

    Cher Étienne,

    Vous dites « com­men­cer à étu­dier ce sujet » ; mais atten­tion car vous met­tez le doigt dans un engre­nage dan­ge­reux… dont vous ne pour­rez pas sor­tir indemne. (Cer­tains vous diront que la vraie liber­té est à ce prix).

    Mais d’ailleurs, il n’est nul besoin de vous fati­guer à étu­dier tout ça, puisque la loi la Loi Fabius-Gays­sot a défi­ni­ti­ve­ment éta­bli ce chaque citoyen doit savoir, pen­ser, croire et dire sur ce sujet-là. Donc vous avez la véri­té offi­cielle, et ça devrait vous suf­fir pour satis­faire votre curio­si­té intel­lec­tuelle et historique.

    PS : par contre si vous tenez quand même à perdre votre temps à étu­dier ça en détail, faites-le en ne négli­geant aucune source car vous ris­que­riez de rater des infor­ma­tions impor­tantes, et aus­si véri­fiez bien l’authenticité, la vali­di­té et l’exactitude des sources.

    Bien à vous,
    Alain

    Réponse
  78. Berberis

    Bon­soir Etienne, voi­ci une vidéo que je vous partage
    pos­tée par CitoiCitoyen
    Elle montre tout l’ab­surde de la situa­tion et nous rap­pelle le ton auto­ri­taire ou cette infan­ti­li­sa­tion usée et abu­sée par les médias de la télé sur les gens d’en-bas et depuis trop long­temps déjà, comme les maîtres sur les prolétaires.
    https://​you​tu​.be/​L​I​D​J​t​7​R​b​e4o

    Réponse
  79. Berberis

    Je rajoute ce com­men­taire (que je me per­met de pos­ter ici)
    « Effectivement,ils lui font dire ce qu’il n’a pas dit en plus.
    Il n’a jamais dit qu’il « dou­tait »,mais qu’il ne « savait » pas!!! » …

    Quand on évoque le pro­cès en sorcellerie…et l’a­veu recherché…on peut ima­gi­ner qu’ils vous mime­ront la réponse en babillant…
    Vous êtes vrai­ment d’une infi­niiiiiiiiiiiiiiiie patience face à ces fous hys­té­rique (cfr la Levy)

    Réponse
    • Farid MEHCER

      « Il n’a jamais dit qu’il « dou­tait »,mais qu’il ne « savait » pas!!! »

      Comme j’en ai fait l’ob­ser­va­tion pré­cé­dem­ment, il est évident que les 2 sont à pré­sent consi­dé­rer comme stric­te­ment équi­valent par l’empire média­tique et l’ul­tra-com­mu­nau­ta­risme : il est donc désor­mais tout autant INTERDIT de res­ter sans opi­nion sur la ques­tion, qui n’ad­met qu’une seule et unique réponse possible.
      Une varia­tion sur le thème bien connu « Si tu n’es pas AVEC nous… »

      Réponse
      • Berberis

        Oui, des com­men­taires m’ont peut-être échap­pé, il y en a tellement.
        Mer­ci pour ce beau lien vidéo témoi­gnage, très posi­tif partagé.

        Réponse
  80. Mathieu G

    Bon­jour Etienne,

    Comme vous l’a­vez remar­qué (avec sur­prise semble-t-il), nous sommes nom­breux à avoir per­çu l’in­ter­view du media d’une manière radi­ca­le­ment dif­fé­rente de la votre.

    Si vous vous posez des ques­tions sur l’o­ri­gine de cette dis­so­nance j’ai­me­rai vous faire part d’une petite réflexion toute personnelle :
    Au fond ce n’est pas tant la fameuse ques­tion à l’o­ri­gine de tout ce barouf, et le fait qu’elle ait été posée qui me dérange, mais plu­tôt qu’elle vienne de per­sonnes se pré­sen­tant comme des alliés à votre cause.
    Je vais faire une ana­lo­gie qui risque de paraitre un peu tri­viale mais tant pis : ima­gi­nez une scène où 2 per­sonnes disent à une autre au milieu d’une assem­blée de gens « Bon, on t’aime vrai­ment… t’es notre pote et on aime­rait bien t’avoir dans notre bande, par contre il faut qu’on te dise : cer­tains d’entre nous trouvent que tu pues un peu. Moi per­so je sais pas hein ! Mais ça la fout mal pour moi et vu que tu fré­quentes des cras­seux, ça se pour­rait. Tu sais quoi ? on va véri­fier ensemble ».

    Et bien cette inter­view c’est pareil, Denis Robert et Mat­thias Entho­ven vous expliquent qu’ils vous aiment bien mais que mal­gré des bonnes idées vous puez un peu idéo­lo­gi­que­ment, ils ont ame­nés un panier de linge sale comme preuve et reniflent vos chaus­settes pen­dant 45 min, tout ça pour finir par vous tendre la sainte savon­nette en disant « et bien quoi Etienne ? C’est simple pour­tant, pour­quoi tu refuses de la prendre ? Aller va te laver s’il te plait ! »

    Peut être était-ce fait de bonne foi, pour vous « rendre ser­vice »… tou­jours est il que pour qui­conque pos­sède un peu d’empathie et regarde la vidéo ça sus­cite un pro­fond malaise. On a l’impression de voir un adulte se sou­mettre à deux ados suf­fi­sants et obtus.

    Nous avions déjà vu Fre­de­ric Lor­don s’éloigner de vous en se pin­çant le nez osten­si­ble­ment, main­te­nant c’est Fran­çois Rufin qui fait de même suite à « l’affaire », c’est quand même révé­la­teur d’un état d’es­prit… Humai­ne­ment par­lant, venant de gens qui pré­tendent essayer de vous com­prendre et vous aider c’est dégueu­lasse, et pour moi comme pour d’autres qui vous suivent c’est insup­por­table à regarder.

    C’est en cela qu’il existe un pro­fond dés­équi­libre entre vous et eux (Robert & Entho­vens) : vous êtes l’ou­ver­ture d’es­prit et l’in­dul­gence incar­née et vous leur par­don­ner tout, eux placent la pure­té idéo­lo­gique (LEUR pure­té devrais-je dire) avant tout et n’hésitent pas à vous envoyer au casse pipe pour paraitre plus blanc que blanc (si ce n’était pas le but ils auraient pu cou­per la ques­tion au mon­tage afin de vous évi­ter le tor­rent de merde qui vous tombe des­sus en ce moment, ils ne l’ont pas fait). 

    Dis­cu­ter et débattre avec tout le monde, c’est néces­saire et je suis com­plè­te­ment d’accord là-des­sus, mais vous méri­tez le res­pect bor­del ! Exi­gez-le de la part de n’importe quel inter­lo­cu­teur, mais encore plus de ceux qui se pré­tendent être vos amis ou des cama­rades de combat.

    Cou­rage et bien à vous.

    Réponse
  81. André-Jacques Holbecq

    Ah, si j’a­vais 10 ans de moins et encore la force de me battre. Mais l’af­faire est cuite, « ils » (les 0,01%) ont gagné et pré­parent tran­quille­ment l’ef­fon­dre­ment de la socié­té, à leur bénéfice !
    Sache, Étienne que tes vieux amis, ceux qui savent qui tu es et ce que tu penses, ne te lâchent pas.

    Réponse
  82. ULCERÉ

    Quand je pense a cette inter­wiew qui n etait qu’un moyen de vous faire par­ler… comme la gas­ta­po ou la Corée du Nord au choix !!!
    Celà nous montre bien que vous n avez pas a pen­ser par vous méme dans notre soi disant démo­cra­tie qui n en est pas une, mais qui vous oblige à suivre les consignes de pen­sée prétablie !!!!
    Appla­tis­sez vous devant vos maitres, une lois vous inter­dit de contre­dire leur dic­tat, d’ailleurs qui est a la tete du CSA ???
    C’est un hasard n’est ce pas !!!
    Robert est pitoyable pour pas dire pire, je l’i­ma­gi­nais pas tom­ber aus­si bas, mais faut bien qu’il fasse par­ler de lui pour vendre ses livres…
    Mr Chouard nous sommes avec vous, vous n’a­vez pas a vous jus­ti­fier sur quoi que soit, beau­coup de gens vous sou­tiennent car ont sait tous que vous etes quel­qu’un de remarquable
    Et que vos détrac­teurs cessent de vous faire la’­mo­rale, je vou­drais bien vous y voir devant deux cha­cals atten­dant la mise a mort de la bête, un coup l’un, un coup l’autre, minables petits per­son­nages qui se prennent pour des juges de la pen­sée unique

    Tout mon soutien

    Réponse
  83. adoque
    • Reconsidération

      Bon­jour Mr Chouard,
      A en croire les der­nières nou­velles, votre « repen­tance » n’au­ra pas suf­fit pour empê­ché votre évic­tion de Sud Radio ! C’est un tour­nant pour votre com­bat, vous aller conti­nuer votre che­min et beau­coup apprendre. Vous n’êtes pas seul.
      Amicalement.

      Réponse
  84. Bernard

    Mon­sieur Chouard, j’ap­pré­cie en géné­ral beau­coup vos idées mais, dans vos expli­ca­tions à Sud Radio sur le fameux sujet des chambres à gaz, je trouve que vous avez été bien trop gen­til ! Vous auriez du, au lieu de vous en en excu­ser aus­si pla­te­ment, res­ter ferme et envoyer pro­me­ner Eli­sa­beth Levy en vous can­ton­nant, comme vous le faites sou­vent, sur le ter­rain de la théo­rie et de la logique.

    En effet, il y a un prin­cipe fon­da­men­tal, bien connu des juristes, qui s’ap­pelle le « prin­cipe du contra­dic­toire », qui énonce que, pour pou­voir juger d’une chose, il est *impé­ra­tif* que les deux par­ties d’un débat aient été entendues.

    Or, à cause de la loi Gays­sot, seule la par­tie en faveur de l’exis­tence des chambres à gaz a le droit d’être enten­due, ce qui fait que, en ver­tu de ce prin­cipe fon­da­men­tal, per­sonne et à for­tio­ri vous qui n’êtes pas his­to­rien, n’a le moyen de juger for­mel­le­ment de l’exis­tence de ces chambres à gaz ! Vous auriez donc du défendre que la morale vous inter­di­sant de men­tir, à for­tio­ri publi­que­ment, la morale vous inter­dit d’af­fir­mer avoir une cer­ti­tude sur ce sujet.

    Et, à mon avis, comme les tri­bu­naux de la plu­part des pays sont très à che­val sur ce prin­cipe du contra­dic­toire, vous auriez été assu­ré, si cette affaire venait à se gâter par la suite, d’a­voir la Jus­tice car­ré­ment de votre coté.

    Mais, dans cette affaire, il y a un coté très posi­tif : si tant de médias se sont rués là des­sus afin de vous décré­di­bi­li­ser, c’est vrai­sem­bla­ble­ment qu’ils ont très peur de vous et du RIC ! Comme quoi : vous êtes dans la bonne voie et ne lâchez rien.

    PS : Mer­ci de détruire mon post pré­cé­dent (de 9h15) qui n’é­tait qu’un brouillon de celui ci.

    Réponse
  85. Valérie Cochereau

    Cher Etienne,
    Je vous suis depuis 2005 et j’ai tou­jours vu en vous un homme droit, sin­cère et d’une grande hon­nê­te­té intel­lec­tuelle. J’é­tais d’a­vance ravie de vous voir de nou­veau inter­viewé par le Media mais quelle ne fut pas ma décep­tion en voyant le piège qu’on vous ten­dait en vous deman­dant de vous expri­mer plus clai­re­ment sur votre soit-disant confusionisme.
    Je com­prends votre sou­hait d’é­par­gner Denis Robert et M. Entho­veen mais com­ment ne pas être extrê­me­ment déçue (au bas mot) voire en colère en assis­tant impuis­sante à cet achar­ne­ment, ce lyn­chage publique.
    Ces jour­na­listes savaient très bien ce qu’ils fai­saient et je me demande vrai­ment quelle était la VRAIE inten­tion cachée.
    Après ce gâchis, alors que vous aviez clai­re­ment expri­mé dans une autre émis­sion il y a quelques mois votre sou­hait de ne plus reve­nir sur la polé­mique qui vous liait à Soral, il va fal­loir conti­nuer à faire ce que vous avez tou­jours fait : conti­nuer votre tra­vail d’é­du­ca­tion popu­laire et d’é­veil des consciences en étant tou­jours vous-même.
    Si je peux juste me per­mettre un petit conseil… Essayez désor­mais de vous faire bien conseiller pour toute com­mu­ni­ca­tion dans les médias car que vous le vou­liez ou non vous êtes une célé­bri­té, aimée ou detes­tée, mais une célé­bri­té quand même.
    Pour ma part, je vais désor­mais res­ter méfiante vis-à-vis du MEDIA. Et j’at­tends la suite avec SUD RADIO qui n’a pas non plus été tendre avec vous lors de la der­nière émission.
    Je vous sou­haite le meilleur pour la suite des éve­ne­ments et le suc­cès des ate­liers constituants.
    Valérie

    Réponse
  86. ARONDEL SYLVIE

    mon com­men­taire suite à la chro­nique de Arrêt sur images :

    Le refus de Chouard de répondre montre sim­ple­ment qu’il n’a pas pour ambi­tion de faire par­tie du busi­ness media­ti­co-poli­tique bien pen­sant qui squatte le temps de parole.

    Tant pis pour Sud radio, dont l’au­dience va sûre­ment explo­ser grâce à Eli­sa­beth Levy enfin seule à péro­rer et à nous faire pro­fi­ter de ses ana­lyses pro­fondes et documentées !

    (je ne suis pas aus­si sûre que vous de la bien­veillance de Denis Robert et Tho­mas Entho­ven à votre égard 🙂

    Si les media du net veulent rejoindre la clique des mains­tream, ils n’ont qu’à suivre l’exemple de Denis Robert : invi­ter les types qui n’ont pas la parole sur les grands media, leur dire com­bien il les appré­cie, les admire, les tutoyer, les plaindre de leur situa­tion ostra­ci­sée, leur deman­der de quand même ras­su­rer tous les inter­nautes qui dou­te­raient, et ris­que­raient de ne pas les suivre ; (les pauvres, ils n’ont rien com­pris, ils ont juste besoin qu’on leur dise etc…) Et pour cela il suf­fit d’af­fir­mer qu’ils croient aux chambres à gaz.

    Le pro­chain sur la liste est Juan Bran­co ! !! Denis Robert vient de lui dire qu’il meurt d’en­vie de tra­vailler avec lui au Media à la ren­trée, .… mais il va fal­loir bien répondre à La ques­tion, qui en amè­ne­ra une autre ; par exemple, pas anti­sé­mite, ok, mais peut-être anti­sio­niste ? ou anti… quelque chose (de pas bien); et hop, le mec va pas­ser son temps et son éner­gie à par­ler d’autre chose que de son sujet.

    Chouard a pour sujet d’é­tude la démo­cra­tie directe. Point barre. 

    Quant à Juan Bran­co, il doit bien y avoir une grille de lec­ture qui per­met­tra, appli­quée à Cré­pus­cule, de démon­trer à la bien pen­sance qu’il est anti­sé­mite. J’es­père qu’il ne se fera pas avoir.….….…

    Si quel­qu’un est neu-neu, c’est bien Denis Robert, s’il croit qu’il va aider Chouard à se débar­ras­ser des ragots qui le suivent, et que pour cela il est le mieux pla­cé, avec Le Media … à moins qu’il n’ait eu un tout autre pro­jet ? Se faire par­don­ner peut-être ? La divi­sion des mou­ve­ments d’op­po­si­tion a encore de beaux jours devant elle, et LREM n’a pas de sou­ci à se faire pour 2020.

    Réponse
  87. laurence

    Bon­jour Mr Chouard , je viens d’ap­prendre que vous ne ferez plus vos émis­sions sur Sud radio et je res­sens une grande frus­tra­tion . Je ne revien­drais pas sur votre  » inter­ro­ga­toire  » sur le Média … pour moi ils ont été à vomir !
    Par contre , j’ai été énor­mé­ment déçue par Didier Maïs­to qui avec l’autre hys­té­rique , en a remit une couche . Je ne vous pense pas aus­si naïf que ce que l’on peut dire de vous car vous êtes très intel­li­gent et sub­til , vous SAVEZ et c’est bien à cause de cela que vous faites des bourdes , vous ne vou­lez pas vous renier et vous avez rai­son ! SVP conti­nuez votre com­bat , à ouvrir les consciences , MERCI

    Réponse
  88. Bernard

    Mon­sieur Chouard,

    Hier, j’ai pris la peine d’al­ler sur votre blog afin de vous indi­quer com­ment, selon moi, vous pour­riez sor­tir la tête haute de cette affaire, voire même retour­ner la situa­tion à votre avan­tage, mais vous avez cen­su­ré ce post (de 11h06). Vous avez cer­tai­ne­ment vos rai­sons (vrai­sem­bla­ble­ment vous avez la frousse 😉 ), mais la cor­rec­tion aurait été que que vous me les indi­quez, même briè­ve­ment, au moins par mail.

    Comme je vous suis depuis long­temps sur Inter­net et que vous m’a­vez appris des trucs (notam­ment le RIC, que je défend tous les same­dis 😉 ), je renou­velle, mais cette fois ci plus crû­ment, mon conseil :

    Vous avez eu tort de, comme vous l’a­vez fait à Sud Radio, bais­ser ain­si votre froc devant les médias msm car ceux ci ne vous feront, de toutes façons, pas de cadeaux. Et, bien au contraire, il se servent main­te­nant de vos regrets expri­més à Sud Radio en allé­guant que ce sont … des aveux de vos pro­pos négationnistes !

    Ce qui compte dans cette affaire, c’est le res­pect de la loi : la loi Gays­sot inter­dit de contes­ter l’exis­tence des chambres à gaz mais elle n’im­pose aucu­ne­ment de s’ex­pri­mer là des­sus ! C’est pour­quoi votre réac­tion à leme­dia, en refu­sant de répondre à cette ques­tion à la con, a été, vu les cir­cons­tances, spon­ta­née et tout à fait conve­nable. Notez bien que tous les Inter­nautes sous cette vidéo vous y ont sou­te­nus. Vous n’a­viez donc pas besoin d’al­ler, tel que vous l’a­vez fait par la suite, encore plus loin que cette loi qui est déjà dis­cu­table en vous excu­sant là des­sus à Sud Radio. Là, j’ai eu honte pour vous.

    Bref, les médias msm sont en perte de cré­di­bi­li­té et l’a­ve­nir, en tout cas pour vous, c’est Inter­net. Alors je pense que vous devriez res­ter dans ce camp là, à savoir de tou­jours res­ter droit dans vos bottes. Et donc, ne pas vous per­ver­tir en vous com­por­tant, comme à Sud Radio et dans cette page de votre blog, au fond, … avec l’hy­po­cri­sie et la lâche­té d’un politicien. 😉

    Autre­ment dit : il vaut mieux vivre debout que … mou­rir à genoux 🙂
    Bernard

    Réponse
    • Bernard

      … houps ! Mes posts n’é­taient pas « cen­su­rés » : ils étaient en (longue) attente de modé­ra­tion ! Veuillez donc m’ex­cu­ser, Mon­sieur Chouard, de mon accu­sa­tion infondée.

      Et ne vous faites pas de mou­ron pour cette affaire d’au­tant que, à mon avis, per­sonne n’o­se­ra sai­sir la jus­tice contre vous ici. Et, s’il y en a qui l’o­saient, et bien cela serait selon moi encore mieux car, là, ils perdraient !

      Bonne conti­nua­tion avec le RIC car c’est cela qui est important.

      Réponse
  89. Sylvain C.

    Bon­jour Etienne,
    on ne se connaît pas mais je te suis depuis 2005 et je pense savoir recon­naître un homme hon­nête et intègre, aus­si je t’é­coute avec atten­tion et je n’ai jamais cou­ru avec la meute lâchée à tes trousses il y a déjà quelques années.
    J’ai regar­dé l’é­mis­sion du Média avec Denis Robert, je ne l’ai pas trou­vée très pas­sion­nante et sur­tout je t’ai trou­vé très mal­adroit. Denis Robert t’a offert une oppor­tu­ni­té en or de te réha­bi­li­ter auprès de ceux qui à gauche, abu­sés par l’in­qui­si­tion média­tique, hur­laient avec les loups. Le moins qu’on puisse dire, c’est que tu as tout foi­ré avec brio et te voi­là grillé pour de nom­breuses années et ton mes­sage sur tout ton tra­vail sur la démo­cra­tie en pâtit sévè­re­ment. C’est vrai­ment dommage.
    J’i­ma­gine que tu dois te sen­tir assez mal après ça alors je vou­lais juste te témoi­gner de mon sou­tien. Je sais que tu n’es ni anti­sé­mite, ni néga­tion­niste et que tu fais un tra­vail remar­quable sur les outils d’é­man­ci­pa­tion démo­cra­tique des peuples et la dénon­cia­tion de leur domi­na­tion par les oli­gar­chies financières.
    (au pas­sage, ce sont ces oli­gar­chies qui ont per­mis l’ho­lo­causte, et les voir aujourd’­hui t’ac­cu­ser toi de néga­tion­nisme est écoeu­rant, mais qu’est-ce qui ne l’est pas venant de ces gens et de leurs valets?)
    C’est une mau­vaise passe, mais ça n’en­lè­ve­ra jamais la qua­li­té de ton tra­vail pour laquelle je te suis infi­ni­ment reconnaissant.
    Bon cou­rage à toi.

    Réponse
  90. rigole

    bon­jour Mr Chouard,
    LE PIEGE ! pour vous dis­cré­di­ter vous et votre com­bat pour le RIC et toutes vos idées alternatives.
    et ben voi­la c’est fini ! vous voi­la anti­sé­mite ! et meme +, cryp­to-anti-sémite ! avec Soral en plus ! ouh ! bouh !
    mais fran­che­ment avez-vous lu Fau­ris­son ? et les revi­sio­nistes ? pesé leurs argu­ments et ceux de leurs contra­dic­teurs ? si le bar­rage est aus­si fort (lois, matra­quage, inter­dit de réflé­chir) y aurai pas qq chose par la dessous ?
    dérou­lez la pelote du revi­sio­nisme.. un petit argu­ment pas ci .. un petit doute par la, et les cer­ti­tudes bas­culent, et tout part avec.
    ON EST EN DEMOCRATIE ! n’en dou­tez pas ! c’est notre bon­heur qu’ils veulent ! et les anit­sé­mites y a rien de pire cote malheur !
    mais lisez un peu de fau­ris­son, ou d’autres, regar­dez der­rière le décor… mais chut ! sans rien dire à per­sonne, hein ! bouche cousue.
    sinon !…
    ouhlala !

    Réponse
  91. Olivier

    le mythe de l’homme pro­vi­den­tiel est un pilier fon­da­teur du sys­tème de domi­na­tion ; il per­met de dis­cré­di­ter les idées libé­ra­trices en poin­tant du doigt les imper­fec­tions de ceux qui les défendent, et d’en­tre­te­nir la mas­ca­rade en s’a­che­ter les ser­vices d’un bon acteur.

    mais dans ce spec­tacle de men­songes, le RIC fait des dom­mages irré­ver­sibles. il vous survivra. 

    et vous nous mon­trer main­te­nant que les idées comptent plus que les hommes.

    mer­ci.

    Réponse
  92. agobard

    Votre réac­tion n’est pas celle d’un chom­skiste. En fai­sant vôtre le terme « néga­tion­niste », vous faites vôtre la loi Gayssot.
    Votre com­mu­ni­qué – celui que vous avez épin­glé sur Twit­ter – est un acte de sou­mis­sion totale devant la Licra, et une légi­ti­ma­tion de la police de la pensée.
    C’est décevant.

    Réponse
    • Reconsidération

      Bon­jour, Vous avez vos rai­sons d’être déçu mais pas obli­ga­toi­re­ment rai­son, aus­si pre­nons garde de ne pas ajou­ter de la souf­france à la souffrance…nous qui post­ons des com­men­taires qu’au­rions nous fait ? le savons nous, nous qui sommes der­rière notre écran ? Peut être qu’un jour nous serons à la place d’E­tienne Chouard et comme le dit l’a­dage« c’est au pied du mur qu’on voit le maçon ».
      Cette acte de sou­mis­sion en est-il vrai­ment un ? A y réflé­chir et à regar­der le com­bat de E.Chouard depuis tant d’an­nées, çà ne lui res­semble pas et son com­bat en témoigne.Nous avons tous été édi­fié et enri­chi par ses réflexions et ana­lyses, mal­gré son carac­tère doux en appa­rence presque can­dide, E.C à fait preuves bien sou­vent d’une offen­si­vi­té redoutable.
      Je ne sonde pas les coeurs et les reins et peux me trom­per, mais je doute que Etienne, dans son fort inté­rieur, se satis­fasse de l’is­su qu’il a « choi­sit ».. il y a qq chose de décon­nant là dedans…
      Les choses sont allées si vite, trop vite, dans ce contexte irra­tion­nel, ani­mé par cette Croyance et sa Loi(gayssot)tout aus­si irra­tion­nelle, pou­vant à elle seule engen­drer des réac­tions symp­to­ma­tiques qui pour­raient s’ap­pa­ren­ter à de la schi­zo­phré­nie ou syn­drome de sto­ckolm. Dans cette épreuve, la pres­sion de l’accusateur(le diable/psyché humaine)est telle que seul un Sacri­fice (du bon Sens) sem­blait salu­taire. Résul­tant, occul­ta­tion de ses convic­tions et sens cri­tique, regret d’a­voir offus­qué la croyance popu­laire , pei­né d’a­voir mis Didier Maïs­to dans l’embarras et à son ini­tia­tive Etienne sacri­fie­ra les pro­chaines émis­sions pro­gram­mées dans Le Média..il se sacrifie..
      Afin de se déga­ger de ce piège sacri­fi­ciel et de l’ac­cu­sa­teur nous rétor­que­rons : « l’obéissance(à la véri­té) vaut mieux que les sacri​fices​.la Bible 1 sam ch15:v22 ». Debout sol­dat Chouard !! il est temps de dis­si­per Nuit et Brouillard, tout cela est déjà du pas­sé.. C’est ici et main­te­nant, l’heure de la résu­rec­tion, pas le temps d’être déçu ni de juger qui­conque, pas d’autre issu que retrou­ver ds l’u­ni­té, luci­di­té, paix et tran­quilli­té inté­rieur, afin que dans la Liber­té cha­cun prenne part au com­bat selon ses talents et convictions.
      Si un des nôtres tré­buche n’est ce pas pour mieux se rele­ver et pour en être que fortifié.
      A en lire le texte Grec des évan­giles, lors de l’ar­res­ta­tion du Christ,l’heure est aux ténèbres, Pierre l’Apôtre(l’envoyé)terrifié,reniera son ami , plus tard ce même Pierre, après avoir reçu le paraclet(consolateur) accom­pli­ra jus­qu’au bout, le com­bat, la mis­sion lumi­neuse qu’il lui était assi­gnée. Le mar­tyr le délivrera.
      Com­bien de temps encore ces gays­sot­te­ries devront-elles tenir la véri­té cap­tive. Contre cette loi inique une péti­tion a été faite à l’i­ni­tia­tive de E.Blanrue signé par bean­coup dont Chom­sky . A renouveler ?

      Réponse
    • Paule

      Vous réagis­sez exac­te­ment comme les acti­vistes noirs ont réagi face à Man­de­la qui à peine élu leur a deman­dé la récon­ci­lia­tion!! Mais com­ment!!! Ce Man­de­la est un sans couilles ! On ne va pas s’a­pla­tir devant ces blancs oppres­seurs etc…
      Vous sem­blez inca­pable de voir l’in­fi­nie bon­té de cet homme, Etienne Chouard, sa détes­ta­tion de la vio­lence au point qu’il pré­fère la subir qu’en être l’au­teur.… Etienne Chouard ne s’est pas apla­ti, com­pro­mis, sou­mis ou je ne sais quoi d’autre!!! Il n’est tout sim­ple­ment et défi­ni­ti­ve­ment pas de cette pla­nète binaire qui oppose vain­queurs et vain­cus, domi­nants et sou­mis, forts et faibles etc.… Il est très très loin au des­sus de tout ça ! Il y a un côté Chris­tique chez cet homme. Diriez-vous du Christ qu’il s’est dégon­flé devant les romains ?

      Réponse
  93. Lilalou

    « La cri­tique est facile, mais l’art est difficile » …
    Quant on parle de fas­cisme, de crimes de guerre, de géno­cides orga­ni­sés, on parle de patho­lo­gies mentales.
    Pour appor­ter un élé­ment de plus à cette réflexion col­lec­tive, je viens vous par­ler des PN (per­vers nar­cis­siques). Oui, je sais, rien à voir avec les lois, la Consti­tu­tion, les décrets etc … Cela concerne les humains. Ceux-là mêmes qui fondent les socié­tés. Par­mi elles, eux, il semble qu’il y ait un pour­cen­tage consé­quent de PN (envi­ron 10 à 15 %, avec des degrés de dan­ge­ro­si­té dif­fé­rents). Apprendre à les com­prendre pour les mettre hors d’é­tat de (nous) nuire. Il y a des cen­taines de vidéos sur you­tube, alors avant que la psy­cho­lo­gie nous soit inter­dite ou réduite à l’é­tude exclu­sive des pul­sions « freu­diennes » ou du machia­vé­lisme, pre­nez le temps d’en décou­vrir quelques unes.

    Celle-ci montre le côté extrême de la vio­lence du PN : du PN « domes­tique » au tueur en série : https://​you​tu​.be/​V​V​S​x​x​c​a​w​X7s

    Quels sont les méca­nismes qui engendrent cette insen­si­bi­li­té qui les pousse à faire mal aux autres pour se sen­tir mieux ? D’u­ti­li­ser la vio­lence pour domi­ner ? Bref … Par­mi toutes les chaînes de you­tu­bers coachs en psy, j’ai appré­cié celle-ci : https://​you​tu​.be/​l​e​6​k​E​L​E​e​aT8 qui concerne en par­ti­cu­lier la vio­lence qu’ont subi les Gilets jaunes (il y a un petit silence après la présentation) 

    J’ai appré­cié l’emission « Cartes sur table » pour le seul résul­tat qu’elle a fina­le­ment obte­nu : un pic de vues sur les vidéos de Fau­ris­son et des per­sonnes qui se sont inté­res­sées à ce sujet, aus­si para­doxa­le­ment que cela soit. 

    Mais il me semble que l’é­tude du fas­cisme est bien loin de nos consi­dé­ra­tions et attentes, « nous », les citoyens consti­tuants, qui décou­vrons les lois, « le droit » et « les droits » … 

    Je nous sou­haite à tous plus de modé­ra­tion dans nos pro­pos et sur­tout dans l’u­sage du juge­ment cri­tique pour déni­grer des per­sonnes, plu­tôt que pour étu­dier fac­tuel­le­ment les idées ou les faits. … « Les petits esprits parlent des gens, les esprits moyens parlent des évé­ne­ments, les grands esprits parlent des idées » …

    « La curio­si­té est le moteur de l’intelligence » 

    Le confu­cia­nisme : https://​chine​.in/​g​u​i​d​e​/​c​o​n​f​u​c​i​u​s​-​c​o​n​f​u​c​i​a​n​i​s​m​e​_​2​7​.​h​tml « La doc­trine phi­lo­so­phique et reli­gieuse de Confu­cius, qui défie les sys­tèmes poli­tiques depuis 2 500 ans, pré­co­nise le retour à la morale en appe­lant aux droits des faibles et aux devoirs des puis­sants. » … Sans confu­sion pos­sible, vous êtes assu­ré­ment CONFUCIANISTE (peut-être inconsciemment !) 

    Extrait de la page :  » (…) pour bien for­mer les indi­vi­dus, il est néces­saire d’être édu­qué soi-même. Or, pour Confu­cius, c’est par l’é­tude et la pra­tique du bon gou­ver­ne­ment que l’on se forme à l’i­mage du jun­zi. En défi­ni­tive, gou­ver­ner par la ver­tu ne peut qu’ap­por­ter la ver­tu : « Si un homme sait se gou­ver­ner lui-même, quelle dif­fi­cul­té aura-t-il à gou­ver­ner l’É­tat ? Mais celui qui ne sait pas se gou­ver­ner lui-même, com­ment pour­ra-t-il gou­ver­ner les autres ? Au sei­gneur Ji Kang lui deman­dant s’il fal­lait punir les indi­vi­dus, Confu­cius aurait répon­du : « Pour gou­ver­ner le peuple, avez-vous besoin de la peine de mort ? Soyez vous-même ver­tueux et votre peuple sera vertueux. » 

    Nous avons les diri­geants qui reflètent notre incons­cient col­lec­tif … très sévè­re­ment dégra­dé suite aux matra­quages médiatiques… 

    L’é­té est la sai­son la plus pro­pice pour aban­don­ner sa télé … 

    Démo­cra­ti­que­ment vôtre !
    Namasté.

    Réponse
  94. etienne

    Bon­jour à tous.

    J’ai modi­fié le titre (et le texte et l’i­mage) de ma pro­tes­ta­tion, pour la rendre impersonnelle.

    Depuis plus d’un mois, je passe toutes mes jour­nées à lire les livres et à regar­der les films que Didier et Mathias m’ont conseillés (les trois volumes de Raul Hil­berg, le film de William Karel) et bien d’autres docu­ments encore (écrits par Shlo­mo Vene­zia, Jean-Claude Pres­sac, Valé­rie Igou­net, Rudolf Hoess, Claude Lanz­mann, Pierre Vidal-Naquet, Arno Meyer, Jacques Bay­nac, Robert Jan Van Pelt, Éric Conan, Michel de Boüard, Noam Chom­sky, etc.). Je découvre un monde (épou­van­table) qui m’é­tait étran­ger. Ça me bou­le­verse et me met le ventre dans tous les sens. 

    Ces lec­tures, notam­ment les livres d’his­to­riens contre le néga­tion­nisme, me conduisent à pen­ser qu’il est injuste et incom­plet d’ap­pe­ler à cri­ti­quer les idées d’une per­sonne plu­tôt qu’une autre sur ce sujet incroya­ble­ment dif­fi­cile (les nazis ont sup­pri­mé un très grand nombre de preuves de leurs abo­mi­nables for­faits), et je refor­mule donc ma décla­ra­tion de façon tota­le­ment impersonnelle.

    Je suis en train de pré­pa­rer (et c’est long) un texte en défense, plus cir­cons­tan­cié que les deux ITV (au Média et à Sud Radio) au cours des­quelles j’ai été trop inter­rom­pu, où je n’ai pas eu le temps de com­prendre les enjeux et les méthodes, et où des savoirs élé­men­taires me manquaient.

    Mer­ci à tous, pour les mil­liers et les mil­liers d’en­cou­ra­ge­ments, un peu par­tout sur le net.

    Étienne.

    PS : Même s’ils me désho­norent, me ruinent, m’emprisonnent et me tuent, vous êtes d’ores et déjà assez grands, forts et nom­breux pour tout chan­ger sans l’aide de per­sonne. Nous n’a­vons pas besoin de chefs pour écrire nous-mêmes le contrat de tra­vail de nos repré­sen­tants (notre consti­tu­tion, en peuple digne de ce nom). Mul­ti­pliez et géné­ra­li­sez les RIC SAUVAGES (sans l’aide des élus) et les ate­liers consti­tuants popu­laires : c’est ça qui va tout chan­ger sur terre. Parce que nous pre­nons enfin nous-mêmes notre impuis­sance poli­tique à sa racine.

    Réponse
    • Ronald

      Bon­jour Etienne,
      Ce n’est que mon avis, mais je pense que beau­coup de ceux qui te suivent par­ta­ge­ront : je décon­seille vive­ment un N‑ième « texte en défense ». Si main­te­nant tu ne vois pas que cha­cune des « défenses » suc­ces­sives a ren­du la situa­tion PIRE qu’a­vant, tu le ver­ras jamais. Ce qu’il faut faire, et que tout les audi­teurs ont bien com­pris, c’est de s’en tenir à l’at­ti­tude « ce n’est pas mon sujet, je n’en parle pas » quand on essaie de t’at­ti­rer en dehors de ton dis­cours . Pour faire court, disons qu’on est ici dans le domaine de l’ir­ra­tion­nel, et que tout pro­pos basé sur le rai­son­ne­ment est inutile, hors sujet.
      Cela dit, même si on est dans l’at­ti­tude reli­gieuse, celle-ci imprègne une grande par­tie des super­struc­tures de notre socié­té il est tou­jours bon d’a­voir lu sur le sujet (c’est un peu comme vou­loir réfor­mer l’I­ran, mais pré­tendre ne pas s’in­té­res­ser aux his­toires de famille de Mahomet).
      Hor­mis la sus­pen­sion de Jeu­di Chouard, les pertes liées à cette der­nière affaire sont sans doute faibles : tes sou­tiens te sou­tiennent tou­jours, et tes enne­mis sont tou­jours tes enne­mis. L’es­sen­tiel actuel­le­ment est de ne pas cou­per des ponts en se radi­ca­li­sant. Les gens de gauche font sans doute beau­coup de dégâts mais « ils ne savent pas ce qu’il font ». Il faut tâcher de main­te­nir tous les contacts, se concen­trer sur le « core busi­ness » et continuer.

      Ami­tiés.

      Ronald

      Réponse
      • Farid MEHCER

        Sans même par­ler du fait que je me désole (je doute d’être le seul dans ce cas) de savoir Etienne — dont le temps est déjà si pré­cieux — consa­crer des semaines et toute son éner­gie à se docu­men­ter sur un topic qui, pour tra­gique et his­to­ri­que­ment majeur qu’il soit, n’a à peu près rien à voir direc­te­ment avec le tra­vail entre­prit depuis son éveil poli­tique voi­ci 15 ans (la lutte contre toutes les formes de domi­na­tion), ni non plus avec l’ur­gence et la gra­vi­té de la situa­tion politique/sociale/économique de notre pays (et de la +part des autres, soyons clairs…).

        Non, déci­dem­ment, l’ur­gence, ça n’est pas dans la réfu­ta­tion des thèses néga­tion­nistes qu’elle se trouve (réfu­ta­tion déjà faite à mainte reprises de toute façon, il me semble — non pas que je pré­vois moi-même de jamais prendre une minute pour me pen­cher sur tout cela, beau­coup d’autres l’on fait et le font encore, com­bien de décen­nies seront encore néces­saires avant que l’on puisse enfin recon­naitre que CELA SUFFIT ? Comme disait Fran­çois Mit­té­rand, pour lequel je n’ai bien sûr que très peu d’es­time par ailleurs : « C’est l’en­tre­tien de la haine ». En cela il est clair qu’il avait vu juste quand au des­sein de l’ul­tra-com­mu­nau­ta­risme en France) !

        …Sans comp­ter que toute ce tra­vail de docu­men­ta­tion est au final assez incon­sé­quent et futile (hor­mis pour quelque rai­son d’é­di­fi­ca­tion per­son­nelle, sans doute) puisque la Réponse Ultime et Défi­ni­tive est, d’une, dores et déjà four­nie offi­ciel­le­ment et, de deux, obli­ga­toire (for­mel­le­ment inter­dite à tout débat).
        Et aus­si parce que, comme le disait Etienne lors de cette fameuse entre­vue du Média : « Ca n’est pas mon sujet ! ».

        La situa­tion fran­çaise a‑t’elle chan­gé ? Celle de mil­lions de fran­çais dans le besoin ou en voie de pau­pé­ri­sa­tion galo­pante s’est-elle à tout le moins inflé­chie ? La cause des causes a‑t’elle fina­le­ment été ne serait-ce qu’entamée ?
        Ca n’é­tait pas ton sujet Etienne, et je ne sou­haite qu’une chose, c’est que toute cette pres­sion et ce chan­tage média­tique ne par­vienne pas à t’é­bran­ler intel­lec­tuel­le­ment, au point que tu en oublies que ça n’est TOUJOURS PAS ton sujet. Ni le nôtre. Ni celui d’à peu près per­sonne en réa­li­té, hor­mis les his­to­riens, légi­times, et aus­si peut-être une poi­gnée d’in­di­vi­dus mal­veillants et sans aucun scru­pule ni hon­neur, tout à fait sereins à l’i­dée d’ins­tru­men­ta­li­ser la mémoire d’un géno­cide à des fins poli­tiques (avec un « p » minus­cule), mon­trant ain­si la véri­table éten­due du /respect/ qu’ils éprouvent et mani­festent vis-à-vis de cette mémoire.
        Voi­là bien à mes yeux les anti-sémites véri­tables, et l’on voit bien que l’ap­par­te­nance ou non à ladite com­mu­nau­té sémite importe peu au final, et ne garan­tit aucun res­pect à ses propres ancètres quand elle se trouve face aux consi­dé­ra­tions égoïstes d’une classe sociale domi­nante, défen­dant ses pri­vi­lèges becs et ongles.

        Enfin, Etienne aime à rap­pe­ler que ça n’est pas de lea­ders dont nous avons besoin, et c’est bien évi­dem­ment vrai… En revanche ça l’est moins en ce qui concerne les PENSEURS, dont Etienne est à l’heure actuelle l’un des plus dignes repré­sen­tants (l’un de ces _véritables_ pen­seurs de gauche dont parle Bégau­deau, capables d’é­mettre des pen­sées, posi­tions et idées dés­in­té­res­sées, allant par­fois à l’EN­CONTRE de leurs propres inté­rêts par­ti­cu­liers et pri­vi­lèges de classe !!), tant par la qua­li­té et la puis­sance de son tra­vail que par les qua­li­tés humaines peu com­munes d« humi­li­té, de bien­veillance, d’é­coute, de sin­cé­ri­té et d’in­cor­rup­ti­bi­li­té dont il fait montre depuis son appa­ri­tion dans le champ médiatique.
        Etienne Chouard n’est peut-être pas (plus ?) lui-même indis­pen­sable à la pour­suite de la lutte de jus­tice sociale et d’é­qui­té poli­tique qu’il a jus­qu’i­ci cou­ra­geu­se­ment et admi­ra­ble­ment contri­bué à mener. Cela ne signi­fie pas qu’il ne demeure pas impor­tant, ni sa contri­bu­tion déci­sive quand à la proxi­mi­té (ou l’é­loi­gne­ment) rela­tive d’une issue dans le temps, si ce n’est à l’is­sue elle-même.

        Réponse
        • Berberis

          J’es­père que votre mes­sage por­te­ra, car le temps est pré­cieux et le plus urgent concerne bien la lutte des classes, les autres sujets étant pré­texte-matière à diviser.
          La lutte des classes ici et par­tout dans le monde, celle que les médias paille­té essaie de noyer par tous les moyens.

          Réponse
  95. Je pense donc je doute

    M. Chouard, avez-vous main­te­nant la foi ? Croyez-vous ?

    Réponse
  96. Je pense

    Et par pitié pour vous-même, comme dit Ronald, ces­sez de vous excu­ser. Et déjà, qu’a­vez-vous dit de si monstrueux ?

    Etienne, avez-vous des doutes sur le fait qu’on puisse créer des fluides non-new­to­niens avec de la Maïzena ? 

    On l’a bien vu dans « le débat » :
    – Les chambres à gaz Etienne ?
    – Je ne sais pas, ce n’est pas mon sujet.
    – Quoi mais c’est ignoble, tu peux pas dire ça ! Confusionniste !

    et 10 minutes plus tard,
    – Etienne vous devriez répondre « ce n’est pas mon sujet »

    La ques­tion est pié­gée. Y jouer, c’est accep­ter de perdre, de se mettre en posi­tion de repen­tant et de ne plus jamais par­ler que de ça. Vous ne cour­be­rez jamais assez la tête pour les défen­seurs du sys­tème, qu’ils soient des idiots utiles ou de mau­vaise foi. Vous met­tez le sys­tème en péril ( plus en réunis­sant la gauche et la droite à mon avis que par le RIC ou la consti­tu­tion mais c’est un autre sujet), vous venez d’être mar­qué du sceau de l’in­fa­mie. Toute men­tion du nom Chouard à la télé sera désor­mais accom­pa­gné de « accusé/condamné à plu­sieurs reprise pour négationnisme/appel à la haine » ou une conne­rie du genre.

    Je pense que la seule bonne réponse à
     » Croyez-vous ? »
    est
    « Pour­quoi poser la ques­tion si ce n’est pour impli­quer qu’il pour­rait y avoir une légi­time sus­pi­cion ? Ne croyez-vous pas ? A quel point y croyez-vous ? Y croyez-vous plus qu’à votre propre existence ? »
    La posi­tion de l’in­qui­si­teur est vrai­ment plus facile.
    Ca me rap­pelle un cer­tain pro­cès qui chan­gea le cours de l’His­toire offi­cielle mais je m’é­loigne (enfin pas tant que ça).

    Réponse
  97. Je pense donc je doute

    Je veux sim­ple­ment ajou­ter qu’il est facile de voir que les médias de « gauche dure », le Média, Média­part, Arrêt sur Image (Schnei­der­mann vous a lit­té­ra­le­ment cra­ché à la gueule dans cer­tains tweets), Usul, …, ne sont là que pour impo­ser des bar­rières entre la « gauche » et la « droite », main­te­nir le divi­ser pour régner.

    Pour vous faci­li­ter vos recherches, je vous conseille de voir ce des­sin de Ted­di­jo, qui a bien résu­mé la situa­tion à laquelle vous faites face.

    Réponse
  98. Farid MEHCER

    Heu­reu­se­ment, il reste encore une (minus­cule) poi­gnée de médias de vraie gauche, sin­cères et intègres (je pense notam­ment à Rup­tures et Hors-Série — encore que H‑S s’at­tache au ras­sem­ble­ment des pen­seurs de gauche mais, de son propre aveu, ne sou­haite pas trop enta­mer le débat avec la Droite).

    Mer­ci d’a­voir rap­pe­lé ce fait conster­nant (et plus que par­lant sur la mani­gance que cela cache) : Daniel Schnei­der­mann, Aude Lan­ce­lin, Denis Robert, Edwy Ple­nel, Usul (sans par­ler de Sud Radio, bien enten­du) : TOUS ont contri­bués à calomnier/insulter Etienne Chouard et dif­fu­ser les dif­fa­ma­tions habi­tuelles à son encontre !

    AUCUN d’eux (à part Usul il y a des années dans 1 vidéo — avant de bien retour­ner sa veste ! Mais on sait depuis qu’il est cou­tu­mier des com­por­te­ments lâches et mépri­sables, comme quand il tente d’exer­cer des pres­sions pour empê­cher Tatia­na Ven­tôse de d’autres d’être invi­tés à des débats) n’a JAMAIS fait preuve de la plus élé­men­taire décence et inté­gri­té jour­na­lis­tique en per­met­tant au moins à Etienne de s’ex­pri­mer pour se défendre.
    AUCUN d’eux n’a jamais cri­ti­qué de façon argu­men­té, construc­tive et impar­tiale le tra­vail et les idées défen­dues par Etienne : TOUS n’ont jamais fait autre-chose que de l’at­taque Ad Homi­nem et de vul­gaires men­songes et insi­nua­tions malveillantes.
    Et ça se pré­tend jour­na­liste indépendant…

    Avec une gauche comme ça, j’au­rais presque envie d’être de droite, tiens ! (Evi­dem­ment, il reste quand-même qques types authen­ti­que­ment for­mi­dables comme Pas­cot, Lepage, Bégau­deau, Friot, Col­lon, Bric­mont, Ber­ruyer, etc. pour conti­nuer de gar­der espoir !)

    Réponse
  99. Regine

    Bon­jour Etienne, et bon­jour à toutes celles et tous ceux qui liront mon message,
    J’ai vu, enten­du, et lu (pas tout) et voi­ci ce que j’ai à dire : la pos­ture qu’elle soit phi­lo­so­phique, poli­tique, jour­na­lis­tique… que l’on pour­rait qua­li­fier de men­tale ou d’in­tel­lec­tuelle ou encore d’es­prit, va de pair avec la pos­ture physique.
    N’en déplaise à cer­tains « purs intel­lec­tuels » envoyer des mes­sages puis­sants* ne peut se faire qu’en étant sur « 2 jambes » et avec des « tripes » (en «  » les mots que j’ai gla­nés sur ce fil de discussion).
    « Être ferme » / « solide » (aspect phy­sique) et « clair » / « sans ambi­guï­té » (aspect intel­lec­tuel) per­mettent, ensemble, d’être confiant et d’ins­pi­rer estime et respect.
    Encore faut-il être confiant, ins­pi­ré, s’es­ti­mer et se res­pec­ter… Com­men­cer par soi-même est essen­tiel, comme toujours…
    Je vous sou­haite cher Etienne de retom­ber sur vos deux jambes, de redres­ser votre torse, et de pos­ter votre tête fiè­re­ment sur vos épaules. Et ceci n’empêche pas de savoir faire preuve d’hu­mi­li­té, et de conti­nuer d’être « gentil ».
    Per­met­tez-moi de vous souf­fler de forts encoeur­ra­ge­ments pour vous rele­ver, orga­ni­ser votre défense avec les sou­tiens ad hoc, vous ver­ti­ca­li­ser, et tenir bon…
    Mes pen­sées les plus cha­leu­reuses, et avec toute ma conviction,
    Régine
    *puis­sants : « par le mot puis­sance il ne faut pas entendre ici domi­na­tion, mais cette facul­té qui fait qu’on peut réduire en acte tout ce qu’on se pro­pose » Sun Tzu in L’art de la guerre, rédi­gé au VIe s. av. J.-C.

    Réponse
  100. René Philippe

    Les guerres sur terre on tou­jours exis­ter et la meilleure façon de par­ve­nir à la vrai paix c’est dans notre volon­té de vrai­ment vou­loir la paix, que fai­sons nous pour nous assu­ré d’une paix durable pour tous ?
    Je crois vrai­ment que Étienne Chouard nous apportes beau­coup de solu­tions par la façon de nous ras­sem­bler avec le RIC, et cela vaut beau­coup mieux que se sépa­rer à par­ler du pas­ser atroce que nous ne vou­lons pas. Ce que étienne Chouard enseigne est exem­plaire pour nous aidez à avoir une vie qui est rayon­nante et en har­mo­nie tous ensemble, mer­ci Étienne ! René Philippe

    Réponse
  101. Reconsidération
  102. Berberis

    « Dic­ta­ture Fas­ciste Tyran­nique Totalitaire »
    BabylonDecodedFR
    « Des mots bru­taux avec un fond encore plus bru­tal qui ont pro­ba­ble­ment été oubliés, sinon nous ne serions pas dans une telle situation !
    Qui aurait pen­sé que un jour res­pi­rer libre­ment serait consi­dé­ré comme un crime ?
    La démo­cra­tie a déjà été saluée comme « liber­té », mais elle est libre comme un lion est libre dans un zoo !
    Le moment de vrai­ment tout enquê­ter et de tout cor­ri­ger fon­da­men­ta­le­ment (RADIKAL = racine) est plus que néces­saire dans tout ce chaos pour retrou­ver la clar­té et ain­si reve­nir à la vie ! »
    https://​you​tu​.be/​u​g​O​y​n​L​h​j​7Ek

    Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Chouard : vous avez dit bizarre – confusions sur confusions - Du Racisme Social Mondial - […] Sur le Média, nouvelle mouture, après la période et départ d’Aude Lancelin, désormais animé par Denis Robert, celui-ci a…

Laisser un commentaire

Derniers articles

[Éducation populaire – Démocratie – TIRAGE AU SORT] Prochaine soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée « Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs »

[Éducation populaire – Démocratie – TIRAGE AU SORT] Prochaine soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée « Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs »

Voilà un événement qui va certainement être passionnant et surtout important : la soutenance de thèse de notre cher Dimitri Courant, intitulée "Le nouvel esprit du tirage au sort. Principes démocratiques et représentation politique des mini-publics délibératifs"...