27 Commentaires

  1. bruno Crozel

    Cher Etienne Chouard,
    Je vous suis depuis des années et bra­vo pour votre franc par­ler, votre cou­rage aus­si dans la tour­mente actuelle…
    (D’ailleurs comme disait Gand­hi, on rit de vous, puis on vous com­bat, et fina­le­ment on gagne ! Et après avoir été raillé depuis des années, vous voi­là com­bat­tu à pré­sent ! Vous devriez être heu­reux ! C’est bon signe !)

    Je trouve qu’il serait inté­res­sant de com­prendre l’in­té­rêt du Conseil Natio­nal de Tran­si­tion conseil​na​tio​nal​.fr et voir son pro­gramme. Voir les videos sur la chaîne you­tube demosophie.
    Et cette video de ce jour : https://​you​tu​.be/​i​X​m​5​g​S​b​c​F​d​0​&​f​e​a​t​u​r​e​=​e​m​-​u​p​l​o​a​d​e​m​ail

    Il me semble que vous ne connais­sez pas le CNT car sinon je suis per­sua­dé que vous en par­le­riez. En 2 mots, c’est une struc­ture juri­dique qui garan­tit que la prise de pou­voir par le peuple et pour le peuple (sans lea­der) est légale et sur­tout légi­time, et non consi­dé­rée comme un putch et contré par l’O­NU etc… et il n’y a aucun lea­der à sa tête.
    E Fio­rile qui en a eu l’i­dée et qui l’ex­plique ne veut pas être à la tête du CNT, mais seule­ment l’ins­tal­ler, c’est à dire selon son pro­gramme, avec conseils de citoyens pour les déci­sions immé­diates, débats TV, infos TV pour infor­mer le peuple des affaires cachées, et grand audit etc… 

    C’est une struc­ture pour une tran­si­tion rapide per­met­tant d’ins­ti­tuer alors ensuite tran­quille­ment le régime que veut le peuple avec débats tv etc et votes par referendum. 

    Sug­ges­tion : voir la video de ce jour de E Fio­rile où il montre notam­ment que le RIC est la preuve qu’on serait tou­jours dans un sys­tème où on ne vote pas la loi nous-même sauf quand il y a RIC, alors que la vraie démo­cra­tie comme vous le dites est de voter les lois soi-même… 

    Bref, faire connaître le CNT chez les Gilets Jaunes et faire qu’ils en com­prennent l’in­té­rêt va per­mettre ENFIN de convaincre les MILITAIRES qui croient res­pec­ter la loi, alors que c’est le CNT qui applique la VRAIE LOI légi­time du peuple !
    C’est tota­le­ment dans le sens de ce qui vous sou­hai­tez pour la France, et avec une struc­ture juri­dique qui pro­tège le peuple pour prendre le pou­voir ! C’est tout ! et c’est TOUT ! 

    Votre parole est écou­tée et vous pou­vez faire connaître ce CNT qui aura un effet viral dans le monde entier une fois ins­tal­lé en France !!!!
    mer­ci d’avance
    Donc la video de ce jour à voir sur la situa­tion actuelle :
    https://​you​tu​.be/​i​X​m​5​g​S​b​c​F​d​0​&​f​e​a​t​u​r​e​=​e​m​-​u​p​l​o​a​d​e​m​ail

    Joyeuses fêtes et tout le meilleur
    Vive la France libre !

    Réponse
    • etienne

      Ce type allume tous mes war­nings, pardon.

      Réponse
    • joss

      En lisant CNT, je pense au CNR de 1944 …

      Nos grands-parents s’é­taient bat­tus pour l’in­dé­pen­dance de la presse à l’é­gard des puis­sances de l’argent, pour une véri­table démo­cra­tie, pour la natio­na­li­sa­tion des grandes banques et des grands moyens de production…l’histoire se répète, c’est écrit noir sur blanc dans leur programme.
      http://​www​.fon​da​tion​re​sis​tance​.org/​d​o​c​u​m​e​n​t​s​/​d​o​s​s​i​e​r​_​t​h​e​m​/​D​o​c​0​0​1​0​4​.​pdf

      Extraits tirés du pro­gramme du Conseil Natio­nal de la Résis­tance (CNR) – Les Jours Heureux :
      « Assurer :
      ‑la pleine liber­té de pen­sée, de conscience et d’expression ;
      ‑la liber­té de la presse, son hon­neur et son indé­pen­dance à l’égard de l’Etat, des puis­sances d’argent et des influences étrangères ;
      Promouvoir :
      ‑l’instauration d’une véri­table démo­cra­tie éco­no­mique et sociale, impli­quant l’éviction des grandes féo­da­li­tés éco­no­miques et finan­cières de la direc­tion de l’économie ;
      ‑une orga­ni­sa­tion ration­nelle de l’économie assu­rant la subor­di­na­tion des inté­rêts par­ti­cu­liers à l’intérêt géné­ral et affran­chie de la dic­ta­ture pro­fes­sion­nelle ins­tau­rée à l’image des Etats fascistes ;
      ‑l’intensification de la pro­duc­tion natio­nale selon les lignes d’un plan arrê­té par l’Etat après consul­ta­tion des repré­sen­tants de tous les élé­ments de cette production ;
      ‑le retour à la nation des grands moyens de pro­duc­tion mono­po­li­sée, fruits du tra­vail com­mun, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des com­pa­gnies d’assurances et des grandes banques ;
      ‑le déve­lop­pe­ment et le sou­tien des coopé­ra­tives de pro­duc­tion, d’achats et de ventes, agri­coles et artisanales ; »

      Réponse
  2. ève

    Devant les écrans dimanche !

    Réponse
  3. joss

    Gilets Jaunes – Débat sur le RIC sur « Le Média »

    inté­res­sant 😉

    Réponse
  4. Tom Baeza

    Bon­jours Mr Chouard, j’ai sui­vis avec assi­dui­té votre inter­ven­tion (elles se font mal­heu­reu­se­ment trop rare) , encore une fois, les sujets ont été qu’ef­fleu­ré par manque de temps, et c’est regrettable.
    Les citoyens fran­çais ont besoin de toute votre exper­tise en matière de constitution.
    Je vous remer­cie pour votre com­bat et votre pédagogie.

    Un Anar­chiste démocrate.

    Réponse
  5. BlueMan

    La vidéo d’É­tienne Chouard à Sud Radio le 30 Décembre 2018 : « (Macron) est un gre­din, un voleur, un criminel ! » :

    Réponse
    • ève

      ben il a raison !
      Il y en a qui font de la pri­son pour bien moins que çà , comme de voler pour don­ner de quoi man­ger à ses enfants , ce que je trouve nor­mal si la situa­tion de la per­sonne le provoque !

      Réponse
  6. Richard CLEMIDY

    la legi­ti­mite d’un repre­sen­tant ou d’un gou­ver­nant ne peut pas lui etre confe­ree par ceux qu’il repre­sente ou qu’il gou­verne, a moins de conce­voir que tous les repre­sentes ou gou­vernes soient éga­le­ment aptes a repre­sen­ter ou gou­ver­ner, ce qui implique une impos­si­bi­lite qui est qu’une meme chose ne peut pas etre en acte et en puis­sance en meme temps, autre­ment dit qu’on ne peut pas etre repre­sente et repre­sen­tant ou gou­verne et gou­ver­nant a la fois. Si effec­ti­ve­ment les Fran­çais n’ont plus la pos­si­bi­lite de se consti­tuer une veri­table elite, alors il leur fau­dra son­ger a  » une civi­li­sa­tion de sub­sti­tu­tion ou de rem­pla­ce­ment  » dont les pre­misses sont déjà visibles.

    Réponse
    • ève

      Bien sûr que si ! On apprend çà à l’é­cole pri­maire quand on veut inter­pel­ler un joueur qui ferait perdre les autres pour en tirer des avan­tages .…. et il me semble que le gou­ver­nant est aus­si gou­ver­né ailleurs ! Cher­chant à se tirer vers le haut là où il est gou­ver­né en bon petit sol­dat de bombes lacry­mos et dont le pire reste à venir ! Il fabrique la place au soleil du fhaine en deux temps trois mou­ve­ments voir quatre .… com­pren­dra qui voudra !
      En accord avec les pré­mices peut-être , mais peut-être pas les mêmes que les vôtres , sait-on jamais ?

      Réponse
  7. claude saint-jarre

    La ques­tion sur la mon­naie devrait être répon­due lors d’une ulté­rieure invi­ta­tion. l’ar­ticle sur les médias est correct.

    Réponse
  8. Ronald

    J’ai lais­sé tom­ber après 20 minutes tel­le­ment des ques­tions du jour­na­liste étaient sans intérêt.
    Mais au fond Etienne, que penses-tu des Gilets Jaunes qui font des quenelles ? 😉

    Réponse
  9. sam

    j’ai pen­sé pareil, quelle arro­gance ce petit roquet inde­pen­dant, j’ai un petit mes­sage à faire , quelle reso­nance cog­ni­tive glo­bale apres cet echange de libre pen­seur ? mer­ci a etienne qui est bcp trop res­pec­teu face a des pro­pos mepri­sant, ces jour­na­listes n’ont pas su prendre la mesure du cou­rage du peuple. ils devraient s’en ins­pi­rer, ils ne le feront pas, pas parce qu’ils ne le veulent pas parce qu’ils en sont inca­pable et qu’ils l’in­gnore. leur atti­tude font honte au cou­rage du peuple dont il ne font pas par­tis , le peuple est celui sur qui le pou­voir s’exerce , ils l’i­gnorent. je suis pauvre mais pas de tout, et je serai tres heu­reux de foutre deux mains dans la gueule de ces aro­gants, cela ne les ren­draient pas plus com­pe­tants mais ça les ren­draient plus humble, et sur­tout ça me ferait du bien.

    Réponse
  10. Berbère

    com­men­taire bien per­ti­nent sous la vidéo : « Une fois encore, on constate que l’ou­til média­tique est fabri­qué pour ne pas que réponse soit faite, et encore moins que la ques­tion soit débattue.
    A 3 contre 1 pour cas­ser sans cesse le fil de la dis­cu­tions ( comme sur tous les pla­teaux ) des cou­pures en veux-tu en voi­là, et un for­mat beau­coup trop court pour la mesure du sujet.
    Une forme stro­bo­sco­pique qui empêche tout rai­son­ne­ment de fond et de valeur pour un déve­lop­pe­ment constant et com­plet, tels sont les médias, des machines à traire les mots à grande vitesse.

    Il est impor­tant pour les Gilets Jaunes d’ex­clure au plus vite cette forme de machinerie.
    Quand un homme à quelques chose à dire sur un sujet aus­si pro­fond que le R.I.C., il faut 2 heures pleine, sans aucun piaf sur le pla­teau pour cas­ser le rythme, afin que la chose soit dite et comprise.

    Va-t-il fal­loir que les Gilets Jaunes créent leur propre chaine d’information ?
    Au vu du désastre ambiant, c’est semble-t-il la meilleurs option. »

    Réponse
    • Philippe

      Les débats sont orga­ni­sés de façon déloyales en effet :
      – d’un côté, les médias donnent l’illu­sion d’or­ga­ni­ser un « débat », ils peuvent donc s’ho­no­rer de don­ner la parole à tous les intervenants,
      – de l’autre, ils en pro­fitent pour désta­bi­li­ser et décré­di­bi­li­ser l’in­ter­ve­nant, par la for­mu­la­tion des ques­tions (qu’il faut cri­ti­quer et cor­ri­ger), en ne le lais­sant pas expli­quer ses idées ni déve­lop­per sa pen­sée (mal­heur à ceux qui n’ont pas le sens de la for­mule et d’art de la conci­sion), en chan­geant de sujet (pour bien noyer le pois­son et qu’im­porte que cela n’ait aucun rap­port). Par exemple le jour­na­liste qui coupe en disant « on va en repar­ler » et fina­le­ment cela n’est plus abordé…

      Réponse
  11. Sophie

    Etienne,
    Suite à l’é­mis­sion de ce dimanche, après avoir vision­né de nou­veau des heures entières de débats, après t’a­voir écou­té et enten­du au Han­gar 14 à Bor­deaux , ton dis­cours ‑qui est pour moi un concen­tré de bon sens- est chaque fois un peu plus étayé d’exemples irré­fu­tables et de constats indé­niables. Lors d’un de tes der­niers mes­sages (suite à la vidéo de Vidau­ban) tu deman­dais à ce que l’on retrans­crive les réflexions et les idées que tu nous sou­mets à cha­cune de tes inter­ven­tions. J’y tra­vaille et ce tra­vail de mise en forme est une façon aus­si de s’ap­pro­prier cette vision citoyenne et res­pon­sable, d’y réflé­chir avant et pen­dant les ate­liers. Je vais essayé de vous livrer ‑hum­ble­ment- mor­ceaux par mor­ceaux (des heures de débats à syn­thé­ti­ser demande un peu de temps et un peu de tra­vail et comme beau­coup, j’ai d’autres acti­vi­tés) une retrans­crip­tion aus­si fidèle que pos­sible (qui sera bien évi­dem­ment amen­dable et modifiable).
    Mer­ci encore Etienne, car comme beau­coup il y a encore peu de temps dégou­tée par la poli­tique j’é­tais rési­gnée parce que me sen­tant impuis­sante. J’hur­lais dans dans le vide mon indi­gna­tion, m’oc­cu­pant de mes asso­cia­tions et de ma petite entre­prise dans laquelle j’ai mis mes valeurs que je ne pou­vais plus mettre dans la grande entre­prise pour laquelle je tra­vaille et qui est ancien­ne­ment publique.
    Un réveil citoyen qui est conta­gieux : hier lors d’un ate­lier, une dame m’a confié que dans leur famille ( 2 adultes, 2 ados, une petite fille) ils font un rou­le­ment pour par­ti­ci­per à toutes les mani­fes­ta­tions sur Bor­deaux (on habite à 50 km de Bor­deaux) et aux per­ma­nences du rond-point, ados com­pris. Cela m’a pro­fon­dé­ment tou­chée ; l’im­pli­ca­tion de toute une famille pour le bien de tous ! Je suis toute petite à coté de ces gens là. Com­ment res­ter inerte en voyant cela ? Com­ment ne pas avoir envie de contri­buer et de s’in­ves­tir à la créa­tion d’un nou­veau modèle de socié­té ? Parce qu’en­fin on ne se sait plus seule à croire que c’est possible.
    Enfin pour répondre à Bru­no Cro­zel, j’ai regar­dé toute la vidéo de E Fio­rile (1h35) que je ne connais­sais pas aupa­ra­vant, pas plus que E Fio­rile et le CNT d’ailleurs ; pour faire court, s’il y a des idées inté­res­santes, je trouve d’une part qu’il manque à son pro­jet une dimen­sion col­lec­tive (un tra­vail col­lec­tif d’ap­pro­pria­tion) et que d’autre part l’offre d’un pro­gramme éma­nant d’un seul indi­vi­du ne peut être aujourd’­hui le pro­jet d’une nation ; c’est bien de cela dont les gens se méfient et dont ils ont rai­son de se méfier ; Il n’existe pas de sau­veur ou d’homme pro­vi­den­tiel (même si E Fio­rile ne se pré­sente pas comme cela), c’est un leurre que de le croire. Sans asso­cier le peuple à la réflexion, voire à l’é­cri­ture du pro­gramme, il ne peut y avoir d’adhé­sion pleine et entière au point de vou­loir le défendre lors qu’il se fera atta­quer. Pour finir, j’y trouve un coté « règle­ment de comptes » qui me dérange un peu ; Mais ce n’est là que mon sen­ti­ment peut-être que je me trompe ou que j’ai mal compris.
    Je crois plu­tôt qu’il nous faut se concen­trer sur le tra­vail que nous avons à accom­plir nous même pour pro­gres­ser et nous trans­for­mer ensemble. Depuis notre plus jeune âge, tout ce que nous appre­nons, nous l’ap­pre­nons soit par le tra­vail soit par l’ex­pé­rience (une des ver­tus de l’é­chec) Il n’y a pas d’autre choix que d’être acteur. C’est à dire acteur de notre propre des­tin et de celui que nous vou­lons pour nos enfants. Et il n’y a qu’en y tra­vaillant et en écri­vant les règles de la cité que nous devien­drons véri­ta­ble­ment citoyens. En écri­vant notre consti­tu­tion et nos lois que nous nous les appro­prie­rons. Et, en connais­sant ce qu’il y a dans notre consti­tu­tion nous serons en « vigi­lance par­ta­gée » et nous ne lais­se­rons plus duper sans réagir comme nous nous lais­sons faire un peu plus chaque jour. Mais là encore ce n’est que mon humble avis.

    Réponse
    • Citoyen Constituant

      Quel beau mes­sage, il m’a beau­coup plu ! 🙂

      Réponse
  12. Pierre

    Contre argu­ments de « la consti­tu­tion actuelle a été votée par référendum » :

    -Elle a été votée en 1958, la plus part des votants de l’é­poque sont mort, nous n’a­vons pas a por­ter les choix des géné­ra­tions pas­sés. Nous avons le droit d’être en désac­cord avec les géné­ra­tions passés.

    -Il est faux de dire que cette consti­tu­tion a été approu­vé par le peuple, car de nom­breuses modi­fi­ca­tions y ont été appor­tés, via le congrès, sans référendum.

    -Quand on pro­pose une consti­tu­tion à réfé­ren­dum se pose la ques­tion de l’al­ter­na­tive si on dit « non ». Le peuple peut avoir dit « oui » car il trouve cette consti­tu­tion meilleur que la pré­cé­dente et qu’il est donc d’ac­cord pour la rem­pla­cer. Ça ne veut pas dire qu’il ne sou­hai­te­rai pas avoir encore mieux.

    -Le peuple fran­çais a put voter pour plé­bis­ci­ter son auteur (de Gaulle), plu­tôt que de pour vali­der les ins­ti­tu­tion indé­pen­dam­ment de de Gaulle.

    Réponse
    • Pierre

      *Le peuple peut avoir dit « oui » car il trouve cette consti­tu­tion moins mau­vaise que la pré­cé­dente et qu’il est donc d’accord pour la remplacer

      Réponse
    • Philippe

      Il y a eu 24 modi­fi­ca­tions de la Consti­tu­tion depuis 1958… Elle n’a donc plus le même visage qu’à l’o­ri­gine ! Les Pré­si­dents suc­ces­sifs ont pro­po­sé tant d’in­ter­ven­tions chi­rur­gi­cales qu’on ne recon­nait plus la Consti­tu­tion ori­gi­nelle. Ain­si, le Pré­sident qui devait être un arbitre au des­sus de la mêlée par­ti­sane, est deve­nu le chef de la majo­ri­té légis­la­tive et de l’exé­cu­tif, il concentre entre ses mains le pou­voir exé­cu­tif (il choi­si un Pre­mier Ministre qui lui est dévoué) et le pou­voir légis­la­tif (les dépu­tés sont élus sur son nom pour qu’il ait une majo­ri­té lui per­met­tant d’ap­pli­quer son pro­gramme, ils votent les « pro­jets de lois » et ils sont sou­mis à la dis­ci­pline du Par­ti contrô­lé par son chef qui est le Pré­sident !). Au départ, la Consti­tu­tion met la France dans la caté­go­rie des « régimes semi-pré­si­den­tiels », comme l’Au­triche ou le Por­tu­gal aujourd’­hui, mais désor­mais notre régime poli­tique de concen­tra­tion des pou­voirs entre les mains d’un Pré­sident tout puis­sant nous met à part : notre régime poli­tique est unique au monde… Il n’y a pas de contre-pou­voirs… L’op­po­si­tion fait de la figu­ra­tion. Com­ment s’é­ton­ner alors que la pro­tes­ta­tion se fasse dans la rue ?

      Réponse
    • Pierre

      -La cin­quième répu­blique a été écrite à un moment ou ni le peuple ni ceux qui l’on écrit ne pou­vaient prendre en compte Inter­net qui change abso­lu­ment tout : Le fait qu’on soit capable de débattre, com­mu­ni­quer ins­tan­ta­né­ment d’un bout à l’autre du pays, ne peut être sans influence sur le choix des ins­ti­tu­tion. Inter­net par sa dif­fu­sion virale, rend pos­sible en pra­tique qu’un seul citoyen, ai une idée géniale qui se pro­page et récolte 700 000 signa­tures, ce qui était qua­si-impos­sible à ima­gi­ner sans orga­ni­sa­tion ou finan­ce­ment en 1958.

      Réponse
  13. Sophie

    je pense qu’en 1958 le contexte était fon­da­men­ta­le­ment dif­fé­rent sur beau­coup d’as­pects. La vie poli­tique d’au­jourd’­hui n’a rien a voir avec la vie poli­tique de 1958. Il ne faut pas oublier qu’à cette époque De Gaulle même 12 ans après la guerre incarne le libé­ra­teur du peuple fran­çais ( j’en­tends encore par­ler mes grands parents). De plus , je pense qu’au­jourd’­hui tout le monde ne met plus la même signi­fi­ca­tion ni les mêmes valeurs der­rière les mots « res­pect » et « incar­na­tion » qu’il y a 60 ans. Qui peut dire ce que cha­cun de nous aurions pen­sé à cette époque dans le contexte de cette époque ? Je n’ai pas la pré­ten­tion de le savoir et je crois que per­sonne ne peut le dire.
    Enfin si inter­net à cette for­mi­dable pos­si­bi­li­té par sa « vira­li­té » de mettre en contact des incon­nus, de dif­fu­ser l’  »infor­ma­tion » à la vitesse grand « V » , inter­net à les incon­vé­nients de ses avan­tages, la dilu­tion du mes­sage, la dif­fu­sion de tout et n’im­porte quoi,… bref, gar­dons un esprit cri­tique et vigilant

    Réponse
  14. Jean Charles Desvouas

    J’admire votre patience devant ces « jour­na­listes « qui par ailleurs ne sont pas for­cé­ment les pires et en même temps pas non plus les meilleurs … Que de pon­cifs, d’approximations, de redites et peu d’arguments appor­tés à une argu­men­ta­tion contra­dic­toire… Il est vrai que le mes­sage tient debout tout seul … alors que peut on inven­ter pour le faire mous­ser ? Car il s’agit bien de faire de la mousse plu­tôt que des étincelles…celles qui naissent quand des cer­veaux se frottent les uns aux autres. Alors par dépit on s’en prend au mes­sa­ger… quitte à frac­tu­rer la boîte de Pan­dore pour l’affubler de toutes sortes de maux et le vouer aux gémonies.
    Au delà de la per­for­mance péda­go­gique qui vous honore, par la répé­ti­tion mille fois d’arguments qui devraient pro­vo­quer réflexion et intros­pec­tion peut être est ce pour vous une façon d’éprouver ce que Mon­taigne pro­fes­sait …ce qui pique désa­gréa­ble­ment touche et éveille plus que ce qui plait …
    Mais faut il vrai­ment emprun­ter ce che­min afin d’avoir l’espoir d’accélérer le réveil des consciences ? Depuis Pla­ton et Socrate on sait que la poli­tique et la phi­lo­so­phie on tou­jours fait mau­vais ménage…pourtant vous don­nez l’impression de vou­loir en pas­ser par là ?
    On vous sent plus près du pour­quoi que du com­ment pri­vi­lé­giant le ques­tion­ne­ment à l’action, non pas que vous y seriez for­cé­ment mal­adroit mais c’est sûre­ment votre nature celle qui vous a fait deve­nir prof.
    N’en pre­nez pas ombrage mais un vieil adage popu­laire voire popu­liste dit que …. « quand on ne sait pas faire quelque chose on peut tou­jours l’enseigner »…

    Éveil des consciences ver­sus action ? Ne rien pri­vi­lé­gier ? Pour­quoi pas après tout sur­tout qu’ il me semble qu’un che­mi­ne­ment emprun­tant le che­min étroit du « en même temps » ( cette locu­tion adver­biale reste inté­res­sante mal­gré sa nou­velle conno­ta­tion) peut exister …
    Don­ner ces coups de bou­toir qui feront bas­cu­ler les choses en même temps que de pré­pa­rer sérieu­se­ment la suite. Une pré­pa­ra­tion sérieuse implique que le peuple fasse preuve de matu­ri­té en pro­po­sant ses propres visions de l’organisation poli­tique de son pays, soit capable et donc en mesure d’indiquer ses choix et en atten­dant que la mise en œuvre d’un pro­ces­sus Consti­tuant devienne incon­tour­nable quoi de plus simple et de plus effi­cace que le RIC, sous cer­taines condi­tions ; consti­tu­tion­na­li­té ( eh oui c’est para­doxale …) indé­pen­dance finan­cière ( a ce pro­pos vous devez connaître l’apport d’Yves Sin­to­mer à la pro­mo­tion du RIC … https://​you​tu​.be/​4​p​H​Y​k​U​D​r​VpY) pour pré­pa­rer à la fois les esprits et roder quelques méca­nismes ren­dant pos­sible une véri­table expres­sion démocratique !

    Alors c’est peut être par impa­tience mais je pense que nous sommes peut être quelques-uns à espé­rer vous voir aus­si du côté du bou­toir, au moins en tant que porte voix, vous avez l’opportunité d’en assu­rer la fonc­tion pour relayer par exemples des mots d’ordre qui ne peuvent pas être assi­mi­lés à de l’incitation au trouble à l’ordre public, bien que cela soit quelque part ce que l’on doit être capable d’assumer, quand cette inci­ta­tion n’est por­tée ni par la haine ni par la vio­lence, en tant qu’anarchiste …
    Cela pour­rait être par exemple celle d’un vote blanc aux pro­chaines élec­tions euro­péennes sous le mot d’ordre « un RIC sinon rien »
    Le vote blanc est tout de même comp­ta­bi­li­sé il est donc très facile d’observer sa progression…que dis je….son explosion !

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles