POURRITURE POLITICIENNE GÉNÉRALISÉE : pour en venir à bout, essayons de chercher les CAUSES de la CRIMINALITÉ POLITIQUE

14/12/2018 | 14 commentaires

POURRITURE POLITICIENNE GÉNÉRALISÉE : pour en venir à bout, essayons de cher­cher les CAUSES de la CRIMINALITÉ POLITIQUE : lob­bying, tra­fic d’in­fluence, pan­tou­flage, impu­ni­té des grands frau­deurs, appro­pria­tion des grandes sources d’in­for­ma­tion, pro­messes impu­né­ment bafouées, men­songes éhon­tés et tra­hi­sons de l’in­té­rêt général…

Tous les pou­voirs ont une ten­dance éter­nelle à s’au­to­no­mi­ser, à s’af­fran­chir de tout contrôle, et donc à écrire eux-mêmes les règles de la repré­sen­ta­tion (la consti­tu­tion), leurs propres limites.

Or, ce n’est pas aux hommes au pou­voir d’é­crire les règles du pou­voir : ce n’est pas aux par­le­men­taires, ni aux ministres, ni aux pro­fes­sion­nels de la poli­tique, d’é­crire ou de modi­fier la consti­tu­tion, parce qu’ils sont en CONFLIT D’INTÉRÊTS : ils ont un inté­rêt per­son­nel (ins­ti­tuer LEUR puis­sance) contraire à l’in­té­rêt géné­ral (ins­ti­tuer la sou­ve­rai­ne­té POPULAIRE).

Seuls les repré­sen­tés sont légi­times et aptes à écrire les règles de la repré­sen­ta­tion. Les repré­sen­tants, eux, devraient être écar­tés du pro­ces­sus constituant.

Les gilets jaunes aujourd’­hui, les autres citoyens demain, sont en train de contes­ter la repré­sen­ta­tion faus­sée par les poli­ti­ciens, et de pen­ser EUX-MÊMES les règles de la représentation.

Les élec­teurs enfants deviennent des citoyens constituants.

C’est his­to­rique.

Étienne.


Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​6​7​8​1​8​2​7​2​5​2​317

Catégorie(s) de l'article :

14 Commentaires

  1. Patrick Deleurme

    Saviez-vous que l’anagramme Exact de :
    « Le mou­ve­ment des gilets jaunes »
    Est :
    « Le mou­ve­ment génial des justes »
    ©Phi­lippe Guillemant 

    Tout un sym­bole ou une synchronicité ?

    Réponse
  2. Courdy Fabrice

    Lob­bying.

    Influence moné­taire, politique.
    En fran­çais, lob­bying veut dire, corruption.
    Plus que le palu­disme, vient de vos piques,
    Meurtres, guerres, Mort, sont tou­jours vos solutions.

    Allons-nous dire ce que sont les lobbyings ?
    For­tunes arra­chées, semées sur des cendres.
    Clubs fer­més d’initiés, héri­tiers de has been.
    Gan­grène d’une socié­té à descendre.

    Pas de rete­nues, des chiens prêts à vous mordre.
    Ce n’est qu’une meute rame­nant au maître,
    Les jou­joux sans prix. Obéis­sant aux ordres,
    Du chef, du meneur, qui ne peut que paraître.

    Influence moné­taire, politique.
    En fran­çais, lob­bying veut dire, corruption.
    Plus que le palu­disme, vient de vos piques,
    Meurtres, guerres, Mort, sont tou­jours vos solutions.

    Hier après-midi, brève halte au café.
    Je buvais un verre, pro­fi­tant du soleil.
    Pen­sant aux vieux copains, j’aime bien ce café.
    Tout à coup une phrase m’a mis en éveil.

    A la Une du jour­nal, il était écrit.
    Lisant donc : « Sang conta­mi­né : non-lieu requis ».
    Véri­té bafouée et le monde le crie.
    Pen­sant donc : « Sang conta­mi­né ; non-lieu acquis ! »

    Influence moné­taire, politique.
    En fran­çais, lob­bying veut dire, corruption.
    Plus que le palu­disme, vient de vos piques,
    Meurtres, guerres, Mort, sont tou­jours vos solutions.

    Fcy.

    Réponse
  3. Panis

    Pen­dant la révo­lu­tion, Dan­ton a mal fini je crois a cause de com­mis­sion ver­sée par des marchands.
    Il est cru­cial de refor­mer ce sys­tème. Pen­sez à ne pas vous retrou­ver seul et faites atten­tion à votre sécu­ri­té, les enjeux sont impor­tants et nous avons besoin de vous vivant.

    Réponse
  4. Louis

    Que cha­cun se défi­nisse enfin !
    Soyons les auteurs et les acteurs de nos vies. Sor­tons de nos émo­tions et réflé­chis­sons. Infor­mons nous et réédu­quons nous ensemble. Incluons nos enfants.Transmettons leur ce mou­ve­ment vers un affran­chis­se­ment pour leur vie future d’adulte. Trans­met­tons cela comme un cadeau de Noël (natu­rel et durable). Com­men­çons à ne plus nour­rir le sys­tème basé sur un régime de consom­ma­tion mis en place pour l’enrichir et nous asser­vir un peu plus.

    Réponse
  5. Le Gallou Eric

    Eh les mecs, mon pote Laurent m’a deman­dé d’en­voyer ça à Etienne : 

    « Le gilet jaune, le gilet qui réfléchi »

    Réponse
  6. fanfan
  7. fanfan

    Trop tard (https://​post​jo​rion​.word​press​.com/​2​0​1​8​/​0​2​/​2​1​/​3​6​5​-​t​r​o​p​-​t​a​rd/)

    « C’est dans cet esprit que nous avons créé sos maires, parce que les Maires des com­munes rurales res­tent le seul canot de sau­ve­tage col­lec­tif : https://​sos​maires​.org/
    Et c’est dans cet esprit que nous avons créé entraide-huma­num parce que la coopé­ra­tion entre ruraux et urbains sera pour beau­coup le gilet de sau­ve­tage indi­vi­duel : https://​entraide​-huma​num​.org/

    Réponse
  8. fanfan

    André-Jacques Hol­becq, Phi­lippe Der­ru­der – La dette publique, une affaire ren­table. A qui pro­fite le sys­tème ? Edi­tions Yves Michel, Mai 2008)
    “Déli­bé­ré­ment, l’Etat a trans­fé­ré sur le sys­tème ban­caire pri­vé son droit réga­lien de créa­tion moné­taire. Sans que cela ait don­né lieu au moindre débat public, on a pri­va­ti­sé l’argent de sorte que nous, peuple soit-disant sou­ve­rain, devons main­te­nant ache­ter notre propre mon­naie auprès des banques…
    Depuis, l’Etat, c’est à dire nous tous, doit payer un inté­rêt à ceux qui achètent des ins­tru­ments de cette dette (40% de rési­dents, 60% de non-rési­dents). Au fil des années, cet argent dis­tri­bué aux plus riches plombe les finances publiques et nous voi­la entraî­nés dans une spi­rale infer­nale : recou­rir sans cesse à de nou­veaux emprunts pour cou­vrir le défi­cit qui, comme par hasard est tou­jours proche du mon­tant des intérêts…
    En réa­li­té, le trans­fert, qu’il soit celui d’aujourd’hui ou de demain, ne se fait pas d’une géné­ra­tion aux sui­vantes, mais entre couches sociales : ce sont les contri­buables d’aujourd’hui qui paient les rentes ver­sées aujourd’hui à ceux qui en béné­fi­cient ; ce seront les contri­buables de demain qui ver­se­ront ce qui sera dû, demain aux héri­tiers des déten­teurs de la dette… Le risque est que les tra­vailleurs pauvres de la géné­ra­tion sui­vante soient obli­gés de payer ces inté­rêts (par leurs impôts indi­rects, par exemple) aux déten­teurs déjà riches peu impo­sés sur leurs reve­nus du capital.”
    https://​post​jo​rion​.word​press​.com/​2​0​1​8​/​1​2​/​0​1​/​3​6​8​-​c​o​m​m​e​n​t​a​i​r​e​-​d​h​a​d​r​i​en/

    La « Loi du 3 Jan­vier 1973 » n’existe plus mais les consé­quences qu’elle a impo­sé au peuple existent, elles, tou­jours et se sont renforcées.
    – La loi de 73 a été rem­pla­cée, d’abord lors de la trans­crip­tion dans la loi fran­çaise (Loi n° 93–980 du 4 août 1993 rela­tive au sta­tut de la Banque de France ) impo­sé par la signa­ture en 1992 du Trai­té de Maas­tricht [TUE] et de son article 104.
    – Ensuite l’article 104 est deve­nu l’article 123 du Trai­té de Lisbonne.
    Ces articles et ces loi n’ont eu que pour volon­té d’interdire aux Banques Cen­trales Natio­nales de finan­cer les défi­cits publics. Ce sont les sta­tuts actuels de la Banque de France Art. L. 141–3 qui ont aujourd’hui force de loi : « Il est inter­dit à la Banque de France d’autoriser des décou­verts ou d’accorder tout autre type de cré­dit au Tré­sor public ou à tout autre orga­nisme ou entre­prise publics. L’acquisition directe par la Banque de France de titres de leur dette est éga­le­ment inter­dite » sont la retrans­crip­tion en droit fran­çais de ces anciennes lois et des Trai­tés en cours.
    La plus grande par­tie de la dette publique, si nous n’avions pas du payer d’intérêts, si nous avions impo­sé à la Banque de France (laquelle appar­tient à 100% à l’Etat, donc au Peuple) de finan­cer les défi­cits pri­maires – c’est à dire les défi­cits hors les inté­rêts des dettes –  des Admi­nis­tra­tions publiques (Etat, Admi­nis­tra­tions locales, Sécu­ri­té Sociale), aurait pu être monétisée/financée direc­te­ment par la Banque de France tout au long de ces années, sans plus aug­men­ter la masse moné­taire que ne l’ont fait les banques com­mer­ciales. En ce cas, les Admi­nis­tra­tions n’auraient plus de dettes du tout !
    https://​post​jo​rion​.word​press​.com/​2​0​1​8​/​1​2​/​1​4​/​3​7​1​-​g​i​l​e​t​s​-​j​a​u​n​e​s​-​e​t​-​l​o​i​-​d​e​-​1​9​73/

    Bien sur, cette dette, ce n’est en fait pas très grave, les taux d’intérêts sont bas… N’oubliez pas que « pra­ti­que­ment » nous ne payons pas ces inté­rêts (puisque nous n’avons aucun solde pri­maire posi­tif) mais qu’ils s’ajoutent au défi­cit pri­maire, pour un mon­tant qu’il va nous fal­loir emprun­ter. Non, nous ne payons pas ces inté­rêts, ce sont des prê­teurs qui in fine rem­boursent les prêts arri­vant à échéance en sous­cri­vant de nou­veaux prêts.
    https://postjorion.wordpress.com/2012/11/12/261-holbecq-intervention-mpep-01–11-12/

    Le comp­teur fis­cal 2011–2018
    https://​twit​ter​.com/​g​d​u​v​a​l​_​a​l​t​e​r​e​c​o​/​s​t​a​t​u​s​/​1​0​7​1​8​5​4​6​2​4​2​3​8​3​7​4​917
    -> Depuis 2011, les mesures fis­cales nou­velles prises par les gou­ver­ne­ments suc­ces­sifs ont pré­le­vés en cumu­lé 58,8 mil­liards d’eu­ros de plus sur l’économie fran­çaise (et 2018 mar­que­ra un recul vs 2017). C’est considérable.
    → Ce qui est hal­lu­ci­nant, c’est qui a sup­por­té cet effort sup­plé­men­taire. Jusqu‘en 2013 les pré­lè­ve­ments addi­tion­nels sont gros­so modo répar­tis entre entre­prises et ménages. Mais à par­tir de 2014 (Pacte de res­pon­sa­bi­li­té, CICE…) l’arbitrage en faveur des entre­prises est sys­té­ma­tique et d’une puis­sance incroyable.
    → Sur les 58,8 mil­liards pré­le­vés en plus sur l’économie fran­çaise depuis 2011, 52,7 mil­liards ont été à la charge des ménages et 2,1 mil­liards à la charge des entreprises.
    → Qui d’autre n’a pas fait d’effort ? La dépense publique : 1 118 mil­liards d’eu­ros en 2011 et 1 257 mil­liards d’euros en 2017 soit +139 mil­liards d’euros
    Source : Coe-Rexe­code, http://www.rexecode.fr/public/Analyses-et-previsions/A‑noter/Compteur-fiscal-2011–2018-l-amorce-d-une-baisse-pour-les-menages

    Réponse
  9. Berbère

    Bilan pro­vi­soire des vio­lence poli­cières : au moins 11 Gilets Jaunes ont per­du un œil et 5 une main depuis le début du mouvement
    http://​www​.fawkes​-news​.com/​2​0​1​8​/​1​2​/​b​i​l​a​n​-​p​r​o​v​i​s​o​i​r​e​-​d​e​s​-​v​i​o​l​e​n​c​e​.​h​t​m​l​#​c​o​m​m​e​n​t​-​f​orm

    com­men­taire sous le lien : « Nico­las a récem­ment quit­té la police. Entre réfé­rences à Hit­ler et ultra­vi­ri­lisme, il raconte un quo­ti­dien mar­qué par l’ennui, les magouilles et la vio­lence. Et com­ment la sen­sa­tion de deve­nir « violent et raciste » l’a fait renon­cer au métier »

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...