Réflexions sur les partis politiques : Simone Weil, Robert Michels, ÉLECTION vs TIRAGE AU SORT, renfort de Jean-Claude Bourret

12/03/2018 | 2 commentaires

Un coup de pouce inat­ten­du — et sym­pa­thique — de la part de Jean-Claude Bour­ret, à l’oc­ca­sion d’une nou­velle réédi­tion du texte for­mi­dable de Simone Weil : « Note sur la sup­pres­sion géné­rale des par­tis politiques ».

Je pro­fite de cette occa­sion pour rap­pe­ler quelques réflexions anciennes sur les partis : 

Le texte ori­gi­nal (inté­gral) de Simone Weil :
Note sur la sup­pres­sion géné­rale des par­tis politiques

[pdf-embed­der url=« https://​www​.chouard​.org/​w​p​-​c​o​n​t​e​n​t​/​u​p​l​o​a​d​s​/​2​0​1​8​/​0​3​/​S​i​m​o​n​e​_​W​e​i​l​_​N​o​t​e​_​s​u​r​_​l​a​_​s​u​p​p​r​e​s​s​i​o​n​_​g​e​n​e​r​a​l​e​_​d​e​s​_​p​a​r​t​i​s​_​p​o​l​i​t​i​q​u​e​s​.​pdf »]
 télé­char­geable ici : https://​old​.chouard​.org/​E​u​r​o​p​e​/​S​i​m​o​n​e​_​W​eil Note_sur_la_suppression_generale_des_partis_politiques.pdf

Une vidéo (sur le toit de ma mai­son 🙂 ) où je dis tout le bien que je pense, à la fois du texte de Simone Weil, et du livre de Robert Michels : « Les par­tis poli­tiques. Essai sur les ten­dances oli­gar­chiques des démo­cra­ties » :

Un com­men­taire que tout ça m’ins­pire aujourd’hui ; 

OK pour détailler les nom­breux aspects mal­fai­sants des par­tis — et de l’es­prit d’or­tho­doxie, si bien décrit par Jean Gre­nier) —, mais, à mon avis, on ne peut pas inter­dire les par­tis : les hommes don­ne­ront jus­qu’à leur vie (!) pour gar­der les par­tis TANT QUE la cause pre­mière des par­tis, l’é­lec­tion-par­mi-des-can­di­dats-qu’on-peut-aider, sera en vigueur. C’est l’é­lec­tion qui rend néces­saires et dési­rables les par­tis. Renon­cez à l’é­lec­tion et vous serez débar­ras­sé des par­tis, sans même avoir à les inter­dire : les par­tis dis­pa­raî­tront faute d’in­té­rêt à ce qu’ils survivent.

C’est la pro­cé­dure de l’é­lec­tion (moteur cen­tral de l’o­li­gar­chie ET poi­son mor­tel pour la démo­cra­tie) dont il faut débar­ras­ser les corps sociaux qui aspirent à une démo­cra­tie vraie.

Donc, pour prendre à la racine le pro­blème des par­tis poli­tiques, voir ceci : 

L’en­tre­tien avec Nata­cha Polo­ny, où je résume les termes d’un néces­saire pro­cès de l’é­lec­tion :

Le pro­cès de l’é­lec­tion plus en détail :
https://​old​.chouard​.org/​E​u​r​o​p​e​/​N​e​c​e​s​s​a​i​r​e​_​p​r​o​c​e​s​_​d​e​_​l​_​e​l​e​c​t​i​o​n​.​pdf

[pdf-embed­der url=« https://​www​.chouard​.org/​w​p​-​c​o​n​t​e​n​t​/​u​p​l​o​a​d​s​/​2​0​1​8​/​0​3​/​N​e​c​e​s​s​a​i​r​e​_​p​r​o​c​e​s​_​d​e​_​l​_​e​l​e​c​t​i​o​n​.​pdf »]
 
Bon cou­rage à vous, bande de virus 🙂

Étienne.

Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet :
https://​www​.face​book​.com/​e​t​i​e​n​n​e​.​c​h​o​u​a​r​d​/​p​o​s​t​s​/​1​0​1​5​6​1​0​1​9​2​9​5​8​2​317

Catégorie(s) de l'article :

2 Commentaires

  1. etienne

    Je vou­drais vous signa­ler ce texte, à la fois fort et utile, de Jean Gre­nier, pro­fes­seur de phi­lo­so­phie de Camus (que Camus admi­rait), extrait de son petit livre for­mi­dable « Essai sur l’esprit d’orthodoxie » (1938).

    C’est une mer­veille, ne ratez pas cette pensée-là. 

    https://​old​.chouard​.org/​E​u​r​o​p​e​/​J​e​a​n​_​G​r​e​n​i​e​r​_​E​s​s​a​i​_​s​u​r​_​l​_​e​s​p​r​i​t​_​d​_​o​r​t​h​o​d​o​x​i​e​.​pdf

    Réponse
  2. etienne

    Moscou n’a « rien à cacher » et se dit prêt à une « enquête conjointe » avec Londres

    [photo]Vassili Neben­zia au Conseil de sécu­ri­té de l’ONU

    La Rus­sie a nié avoir effec­tué des recherches sur un agent chi­mique du nom de « Novit­chok » lors du Conseil de sécu­ri­té de l’O­NU convo­qué à la demande du Royaume-Uni à la suite de l’empoisonnement de l’ex-agent secret Ser­gueï Skripal.

    Aucune recherche scien­ti­fique sur un pro­duit chi­mique du nom de « Novit­chok » n’a été menée par la Rus­sie, selon le repré­sen­tant russe auprès de l’O­NU, Vas­si­li Neben­zia. Le pro­duit chi­mique uti­li­sé pour l’empoisonnement de l’an­cien agent secret Ser­gueï Skri­pal, à l’o­ri­gine d’une crise diplo­ma­tique entre Mos­cou et Londres, aurait pu être fabri­qué au Royaume-Uni selon le diplo­mate russe.

    Lire aus­si
    Péri­mètre de sécu­ri­té à Salis­bu­ry après la décou­verte de Ser­gueï Skri­pal et de sa fille inani­més sur un banc Espion­nage, « Novit­chok » et sanc­tions : tout ce que vous devez savoir sur l’af­faire Skripal

    S’ex­pri­mant lors d’une réunion du Conseil de sécu­ri­té de l’O­NU le 14 mars, Vas­si­li Neben­zia a esti­mé que la pro­ve­nance la plus pro­bable de l’agent chi­mique uti­li­sé à Salis­bu­ry au début du mois « se trouve dans les pays dans où, depuis la fin des années 90 jus­qu’à aujourd’­hui, des études inten­sives sur ces sub­stances, y com­pris le Royaume-Uni, ont été menées ».

    Il a en outre assu­ré que la Rus­sie était prête à mener une « enquête conjointe » avec le Royaume-Uni sur cet inci­dent, rap­pe­lant que Mos­cou n’a­vait « rien à cacher » et que la Rus­sie avait deman­dé à ce que la réunion du Conseil de sécu­ri­té de l’O­NU se déroule en public et et non à huis clos comme le dési­rait Londres. « A qui pro­fite le crime ?», s’est-il inter­ro­gé devant ses homologues.

    Vas­si­li Neben­zia a en outre sou­li­gné que le Royaume-Uni avait fait le choix de por­ter l’af­faire Skri­pal devant l’O­NU et non devant La Haye, c’est à dire devant l’Or­ga­ni­sa­tion pour l’in­ter­dic­tion des armes chi­miques (OIAC). Un choix qui, selon lui, révèle la crainte que nour­ri­rait Londres de devoir se confron­ter à une « enquête professionnelle ».

    Nous ne par­lons pas la langue des ultimatums

    Expli­quant le refus de la Rus­sie de se sou­mettre à l’ul­ti­ma­tum posé par le Royaume-Uni, Vas­si­li Neben­zia a décla­ré : « Nous ne par­lons pas la langue des ulti­ma­tums. » « Sans preuves irré­fu­tables, nous n’a­vons pas à nous jus­ti­fier », a‑t-il répé­té, déplo­rant que « la pré­somp­tion d’in­no­cence soit sup­plan­tée par la pré­somp­tion de culpa­bi­li­té ». « Nous ne sommes pas impli­qués, la Rus­sie n’a rien à voir avec cet évé­ne­ment », a‑t-il insis­té, en dénon­çant une « guerre de pro­pa­gande » pour « ins­tru­men­ta­li­ser l’o­pi­nion publique » à quelques jours du pre­mier tour de l’é­lec­tion pré­si­den­tielle russe.

    Selon Vas­si­li Neben­zia, Londres a refu­sé à la Rus­sie d’a­voir accès à des échan­tillons des pro­duits chi­miques incri­mi­nés. « Nous n’ac­cep­tons pas qu’on s’a­dresse à nous sur ce ton », a‑t-il pré­ci­sé en jugeant « inac­cep­tables » et « irres­pon­sables » les accu­sa­tions britanniques.

    https://​fran​cais​.rt​.com/​i​n​t​e​r​n​a​t​i​o​n​a​l​/​4​8​7​1​6​-​a​g​e​n​t​-​c​h​i​m​i​q​u​e​-​a​u​r​a​i​t​-​p​u​-​e​t​r​e​-​p​r​o​d​u​i​t​-​a​u​-​r​o​y​a​u​m​e​-​u​n​i​-​s​e​l​o​n​-​l​a​-​r​u​s​sie

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...

[Contre la tyrannie qui vient] Grand Appel et Marche pour défendre la Liberté

Chers amis, Sentez-vous que le temps est venu de prendre nos responsabilités pour défendre notre liberté ? Si ne disons jamais non aux pouvoirs abusifs, ils ne s'arrêteront jamais d'abuser : "tout pout pouvoir va jusqu'à ce qu'il trouve une limite" (Montesquieu)....