Union européenne. Amnesty découvre que des équipements de torture illégaux (sic) sont en vente à Paris (au salon « Milipol »)

27/11/2017 | 3 commentaires

Des cher­cheurs d’Am­nes­ty Inter­na­tio­nal ont décou­vert des équi­pe­ments de tor­ture illé­gaux, notam­ment des matraques à pointes, des fourches anti­émeute à pointes envoyant des décharges élec­triques, des gilets envoyant des décharges élec­triques et de lourdes entraves pour les pieds, ven­dues par des entre­prises chi­noises sur le salon Mili­pol, qui pré­sente des équi­pe­ments mili­taires et de police et qui se tient à Paris cette semaine.

L’im­por­ta­tion et l’ex­por­ta­tion d’é­qui­pe­ments de tor­ture sont inter­dites dans l’U­nion euro­péenne (UE) depuis 2006. En 2016, l’UE a éga­le­ment inter­dit la pro­mo­tion et l’ex­po­si­tion de ces équi­pe­ments dans les salons professionnels.

Cer­tains de ces articles décou­verts par Amnes­ty Inter­na­tio­nal figu­raient dans des cata­logues pré­sen­tés à Mili­pol, et d’autres étaient expo­sés au salon, et l’on se demande com­ment ils ont pu être impor­tés dans l’UE.

[…] Lire la suite : 

https://​www​.amnes​ty​.org/​f​r​/​l​a​t​e​s​t​/​n​e​w​s​/​2​0​1​7​/​1​1​/​e​u​-​a​m​n​e​s​t​y​-​d​i​s​c​o​v​e​r​s​-​g​r​u​e​s​o​m​e​-​i​l​l​e​g​a​l​-​t​o​r​t​u​r​e​-​e​q​u​i​p​m​e​n​t​-​f​o​r​-​s​a​l​e​-​i​n​-​p​a​r​is/

Hum.

1) Par déduc­tion du titre, je note qu’il existe des « équi­pe­ments de tor­ture légaux » qui pour­raient donc être en vente libre. (J’au­rais pré­fé­ré que « ins­tru­ment de tor­ture illé­gal » soit un pléo­nasme, dans un état de droit digne de ce nom, mais ce n’est pas le cas.)

2) Je vois là sur­tout une mani­fes­ta­tion de plus de ce que Big Bro­ther (Orwell, 1984) a déjà le champ presque libre, et je pense que c’est grâce à NOTRE DÉMISSION du pro­ces­sus constituant. 

Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux.

Les vio­lences poli­cières et patro­nales sont le résul­tat d’une même cause pre­mière, qui est NOTRE CAUSE COMMUNE : ce n’est pas aux hommes au pou­voir d’é­crire les règles du pouvoir.
Et c’est donc à nous, les autres, de le faire.

Vous et moi — et tous les humains sur terre — ne vivrons une socié­té de jus­tice et de pros­pé­ri­té par­ta­gée QUE QUAND nous serons deve­nus capables de VOULOIR ins­ti­tuer nous-mêmes, ensemble, cette socié­té, où tout pou­voir sera sou­mis à la vigi­lance de vrais citoyens et crain­dra de réelles puni­tions, et où la rota­tion des charges poli­tiques sera impo­sée sévèrement.

Nos que­relles quo­ti­diennes, qui res­tent toutes *légis­la­tives* (sur « la poli­tique qu’il fau­drait mener », alors que nous sommes tous ins­ti­tu­tion­nel­le­ment impuis­sants à chan­ger quoi que ce soit), me font pen­ser à des bagarres sté­riles de déte­nus dans une cel­lule de pri­son, sur le sujet inutile de savoir ce qu’on devrait faire si nous nous étions éva­dés, SANS S’OCCUPER DE LA PORTE — qui n’est pour­tant pas ver­rouillée (!) et qu’il suf­fi­rait de pous­ser ensemble pour nous échapper.

Un com­men­taire (et plein d’autres pho­tos de cet incroyable « salon ») sur rezo​.net (où j’ai décou­vert cette information) :
« C’est pas le stand qu’il fal­lait fer­mer, mais le salon. »
https://​seen​this​.net/​m​e​s​s​a​g​e​s​/​6​4​6​857


Fil Face­book cor­res­pon­dant à ce billet : 

Catégorie(s) de l'article :

3 Commentaires

  1. etienne

    QUI TORTURE DANS LE MONDE ?

    Le des­sous des cartes – 06.12.14 (Arte)

    Réponse
    • ève

      La tor­ture !
      Bon­jour ! Un vaste pro­gramme de tor­ture est mis à la dis­po­si­tion de ceux qui en usent , en abusent ! Le com­merce du sexe se sert de ces genres d’engins
      pour des cer­veaux malades , dotés de per­sonnes contraintes et for­cées à savoir en user ( peut-être pas en abu­ser quand même ) , pour nour­rir des mafieux en mal de cou­rage à bos­ser tous seuls !
      Les poli­ti­ciens , les rois et reines , les hié­rar­chies mili­taires , qui sont donc tous les maitres de l’his­toire connue et incon­nue ont aus­si depuis de nom­breuses ten­ta­tives de domi­na­tion par la tor­ture vou­lu impo­ser leur façon de pen­ser . Croyant sans doute pos­sé­der toutes les qua­li­tés requises à com­prendre où est le bien et le mal ! Nous sommes pas­sés par tous les modèles du genre autant bes­tiaux que dou­ce­reux et par toutes les mani­pu­la­tions men­tales autant archaïques que  » modernes  » et main­te­nant cyber­né­tiques ! Si tou­te­fois on atteint ce niveau de mise au pas , lorsque nous y serons tous , il n’en seront pas sau­vés pour autant , car dans ceux qui res­te­ront s’ins­tal­le­ra le doute , l’en­vie , la jalou­sie , le désir de tout pos­sé­der tout seul , ce besoin du pou­voir , et l’ob­te­nir pas­se­ra for­cé­ment par l’é­li­mi­na­tion suc­ces­sive des pos­sibles jus­qu’à ce qu’il n’en reste qu’un .….….
      Je ne me sens pas tor­tu­rée , enfin pas trop , .…… la souf­france des autres que je res­sens même de loin est une réelle tor­ture , mais j’es­père sur­tout ne pas l’in­fli­ger à quel­qu’un , j’en serais navrée !
      ève

      Réponse
  2. zedav

    Il suf­fi­rait de la pousser…
    Mais elle ne s’ou­vri­ra que si les 23 au moins des pri­son­niers la poussent ensemble. Et comme ils passent leur temps à se foutre sur la gueule…
    Ensemble, tout est là !
    Il faut voir et revoir le film l’An 01.
    Tout découle de cette « ensemble » qui décide de tout arrê­ter. Tout à l’air de décou­ler sim­ple­ment de cette déci­sion par la suite et c’est le cas.
    C’est le pré­misse qui parait pour­tant si simple « on arrête tout » « ensemble » qui est en réa­li­té si dif­fi­cile à atteindre.

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles