[Bien commun menacé – Tous concernés] Comment le Pentagone punit les lanceurs d’alerte

27/05/2016 | 18 commentaires

Mer­ci au Saker fran­co­phone (remar­quable site d’in­for­ma­tion quo­ti­dienne) d’a­voir tra­duit cet article impor­tant du Guar­dian.

Tous les pou­voirs vont jus­qu’à ce qu’ils trouvent une limite, et les pou­voirs n’aiment pas les limites : tous les pou­voirs tendent à s’au­to­no­mi­ser, à s’af­fran­chir pro­gres­si­ve­ment de tous les contrôles réels.
Les pou­voirs sont inca­pables de se limi­ter eux-mêmes.

Si nous n’ap­pre­nons pas à fixer nous-mêmes des limites aux pou­voirs, on ver­ra réap­pa­raître les camps et les mas­sacres, natu­rel­le­ment, les mêmes causes pro­dui­sant les mêmes effets.

Nous avons abso­lu­ment besoin que les lan­ceurs d’a­lerte soient bien pro­té­gés, par­ti­cu­liè­re­ment en ce moment, et il n’y a que nous pour le faire (les pou­voirs ne le feront jamais cor­rec­te­ment — à cause du conflit d’intérêts).

Com­plé­tez cette info autant que vous le pou­vez (dans les com­men­taires), et… faites passer.

ÉC.

Comment le Pentagone punit les lanceurs d’alerte


Par Mark Herts­gaard – Le 22 mai 2016 – Source The Guar­dian


À l’heure actuelle, presque tout le monde sait ce qu’Edward Snow­den a fait. Il a révé­lé des docu­ments top-secrets mon­trant que l’Agence natio­nale de sécu­ri­té (NSA) espion­nait des cen­taines de mil­lions de per­sonnes à tra­vers le monde, col­lec­tait des appels télé­pho­niques et des cour­riels de pra­ti­que­ment tout le monde sur terre uti­li­sant un télé­phone mobile ou Inter­net. Lorsque ce jour­nal [The Guar­dian, NdT] a com­men­cé à publier les docu­ments de la NSA en juin 2013, cela a pro­vo­qué un débat poli­tique féroce qui conti­nue à ce jour – à pro­pos de la sur­veillance du gou­ver­ne­ment, mais aus­si à pro­pos de la mora­li­té, de la léga­li­té et de la valeur civique de lan­cer des alertes.

Mais si vous vou­lez savoir pour­quoi Snow­den a fait une telle chose, et la façon dont il l’a fait, vous devez connaître les his­toires de deux autres hommes.

Le pre­mier est Tho­mas Drake, qui a dénon­cé les mêmes acti­vi­tés de la NSA dix ans avant Snow­den. Drake était un fonc­tion­naire de la NSA plus haut pla­cé dans la hié­rar­chie que ne l’était Snow­den. Il a obéi aux lois éta­su­niennes concer­nant les lan­ceurs d’alerte, en uti­li­sant les canaux offi­ciels pour trans­mettre ses griefs. Résul­tat, il fut explosé.

Drake fut viré, arrê­té à l’aube par des agents du FBI, pis­to­lets aux poings, dépouillé de son habi­li­ta­tion de sécu­ri­té, accu­sé de crimes qui auraient pu l’envoyer en pri­son pour le reste de sa vie, rui­né finan­ciè­re­ment et pro­fes­sion­nel­le­ment. Le seul tra­vail qu’il a pu trou­ver ensuite, fut dans un maga­sin Apple de la ban­lieue de Washing­ton, où il tra­vaille encore aujourd’hui. Ajou­tant l’insulte aux bles­sures, ses aver­tis­se­ments sur les dan­gers du pro­gramme de sur­veillance de la NSA ont été lar­ge­ment ignorés.

« Le gou­ver­ne­ment a pas­sé de nom­breuses années à essayer de me bri­ser, et plus je résis­tais, plus il deve­nait méchant », m’a dit Drake.

L’histoire de Drake a été racon­tée depuis, et a eu un impact pro­fond sur Snow­den, qui a dit à un jour­na­liste en 2015 : « Il est juste de dire que s’il n’y avait pas eu de Tho­mas Drake, il n’y aurait pas eu d’Edward Snow­den.»

Mais il y a un autre homme dont l’histoire n’a jamais été racon­tée et qui, pour la pre­mière fois, parle publi­que­ment ici. Son nom est John Crane, il était un haut fonc­tion­naire du minis­tère de la Défense, qui a com­bat­tu pour four­nir un trai­te­ment équi­table aux lan­ceurs d’alerte comme Tho­mas Drake – jusqu’à ce que lui-même soit contraint de quit­ter son emploi et de deve­nir lui aus­si un lan­ceur d’alerte.

Son témoi­gnage révèle un nou­veau cha­pitre cru­cial dans l’histoire Snow­den – et la bataille per­due de Crane pour pro­té­ger les pré­cé­dents lan­ceurs d’alerte montre très clai­re­ment que Snow­den avait de bonnes rai­sons de rendre ses révé­la­tions publiques.

Au cours de dizaines d’heures d’interviews, Crane m’a racon­té com­ment les hauts fonc­tion­naires du minis­tère de la Défense ont vio­lé la loi, à plu­sieurs reprises, pour per­sé­cu­ter Drake. Tout d’abord, raconte-t-il, ils ont révé­lé l’identité de Drake au minis­tère de la Jus­tice ; puis ils ont confis­qué (et peut-être détruit) les preuves, après que Drake eut été mis en exa­men ; enfin, ils ont men­ti à pro­pos de tout cela à un juge fédéral.

L’ironie suprême ? Dans leur zèle pour punir Drake, ces res­pon­sables du Penta­gone ont invo­lon­tai­re­ment ensei­gné à Snow­den com­ment échap­per à leurs griffes quand l’employé contrac­tuel NSA de 29 ans a, à son tour, lan­cé l’alerte. Snow­den igno­rait les machi­na­tions cachées à l’intérieur du Penta­gone pour cas­ser Drake, mais le résul­tat de ces machi­na­tions – l’arrestation de Drake, son incul­pa­tion et sa per­sé­cu­tion – a envoyé un mes­sage sans équi­voque : sou­le­ver des inquié­tudes au sein du sys­tème est source de malheur.

« Nom­mez un dénon­cia­teur de la com­mu­nau­té du ren­sei­gne­ment dont la divul­ga­tion a conduit à un chan­ge­ment réel – un chan­ge­ment de lois ou de stra­té­gies – et qui n’a pas été confron­té à des repré­sailles par la suite. Les pro­tec­tions n’existent tout sim­ple­ment pas, a décla­ré Snow­den au Guar­dian cette semaine. La triste réa­li­té d’aujourd’hui, est que trans­mettre à l’inspecteur géné­ral des preuves d’actes répré­hen­sibles vrai­ment sérieux est sou­vent une erreur. Les trans­mettre à la presse com­porte des risques graves, mais au moins vous avez une chance.»

Snow­den a vu ce qui était arri­vé à Drake et à d’autres lan­ceurs d’alerte comme lui. La clé de l’efficacité de Snow­den, selon Tho­mas Devine, le direc­teur juri­dique du Pro­jet Govern­ment Accoun­ta­bi­li­ty (PGA), est qu’il a pra­ti­qué la déso­béis­sance civile, plu­tôt que la dénon­cia­tion légale. (PGA, un groupe sans but lucra­tif de Washing­ton qui défend les lan­ceurs d’alerte, a repré­sen­té Snow­den, Drake et Crane.)

« Aucun des dénon­cia­teurs légi­times qui ont essayé d’exposer la sur­veillance sans man­dat du gou­ver­ne­ment – et Drake était loin d’être le seul à avoir essayé – n’a réus­si, me dit Devine. Ils se sont mani­fes­tés et ont avan­cé leurs charges, mais le gou­ver­ne­ment répond seule­ment : Ils mentent, ils sont para­noïaques, nous ne fai­sons pas ces choses là. Les dénon­cia­teurs ne pou­vaient pas prou­ver leur cause, parce que le gou­ver­ne­ment avait clas­sé ‘confi­den­tiel’ toutes les preuves. Consi­dé­rant que Snow­den a emme­né les preuves avec lui, quand le gou­ver­ne­ment a publié ses déné­ga­tions habi­tuelles, il a pu pro­duire, docu­ment après docu­ment, les preuves indi­quant que le gou­ver­ne­ment men­tait. C’est du lan­ce­ment d’alerte par déso­béis­sance civile. »

Crane, un résident de Vir­gi­nie, bien bâti avec des taches de gris dans son col­lier de barbe bien taillée, a com­pris la déci­sion de Snow­den de ne pas res­pec­ter les règles – mais la regrette. « Quelqu’un comme Snow­den ne devrait pas avoir à res­sen­tir le besoin de se faire du mal juste pour la bonne cause », me dit-il.

Le témoi­gnage de Crane n’est pas sim­ple­ment un indi­ca­teur des moti­va­tions et des méthodes de Snow­den. Si ses allé­ga­tions sont confir­mées par la cour, cela pour­raient ame­ner des hauts res­pon­sables actuels et anciens du Penta­gone en pri­son. (Des enquêtes offi­cielles sont tran­quille­ment en cours.)

Mais l’histoire de Crane a encore plus de consé­quences : elle réfute la posi­tion prise par Barack Oba­ma et Hil­la­ry Clin­ton contre Snow­den, disant que celui-ci aurait dû trans­mettre ses pré­oc­cu­pa­tions par des voies offi­cielles parce que la loi amé­ri­caine sur les lan­ceurs d’alerte l’aurait protégé.

Com­ment Edward Snow­den est-il pas­sé de ‘loyal entre­pre­neur tra­vaillant pour la NSA’ à ‘lan­ceur d’alerte’ ?

Au moment où Snow­den est deve­nu une figure publique en 2013, Crane avait déjà pas­sé des années à mener une bataille per­due au Penta­gone pour four­nir aux lan­ceurs d’alerte les pro­tec­tions juri­diques aux­quelles ils avaient droit. Il a pris ses res­pon­sa­bi­li­tés tel­le­ment au sérieux, et a été si sou­vent en conflit avec ses supé­rieurs, qu’il por­tait des copies de la loi sur la pro­tec­tion des lan­ceurs d’alerte de 1989 et de la Consti­tu­tion des États-Unis dans sa poche, pour les sor­tir pen­dant les conflits au bureau.

Les avo­cats de Crane à PGA – qui ont l’habitude de tra­vailler avec tous les types de lan­ceurs d’alerte, gou­ver­ne­men­taux ou pri­vés – ont été décon­cer­tés par son atti­tude. D’après leur expé­rience, les res­pon­sables gou­ver­ne­men­taux les plus éle­vés se sou­ciaient peu des droits des lan­ceurs d’alerte. Alors qu’est ce qui moti­vait Crane à conti­nuer à se battre pour les droits des lan­ceurs d’alerte au Penta­gone, alors même que ses supé­rieurs deve­naient de plus en plus hos­tiles et l’ont fina­le­ment for­cé à démissionner ?

Selon Crane, le cou­rage de se battre vient de sa famille. Il n’a jamais oublié l’histoire qu’il a enten­due étant enfant, de son propre grand-père, un offi­cier de l’armée alle­mande qui fit une fois face à Adolf Hit­ler, à la pointe du fusil, dans la nuit où le futur Füh­rer a ten­té son pre­mier coup d’État.

Ancien conseiller de presse pour les membres répu­bli­cains du Congrès, John Crane a été embau­ché par le bureau de l’inspecteur géné­ral du minis­tère de la Défense en 1988. Au sein des orga­nismes gou­ver­ne­men­taux des États-Unis, un ins­pec­teur géné­ral est comme une sorte de juge et chef de la police. L’IG, comme l’inspecteur géné­ral est connu, est char­gé de s’assurer qu’une agence don­née fonc­tionne selon la loi – obéit aux règles et règle­ments, dépense l’argent comme elle y est auto­ri­sée par le Congrès. « Dans le bureau de l’IG, nous étions les gars avec les cha­peaux blancs », nous dit Crane.

En 2004, Crane fut pro­mu ins­pec­teur géné­ral adjoint. À l’âge de 48 ans, ses res­pon­sa­bi­li­tés com­pre­naient la super­vi­sion du dépar­te­ment sur les dénon­cia­tions au minis­tère de la Défense, ain­si que d’enquêter sur toutes les allé­ga­tions de mal­ver­sa­tions pro­ve­nant des deux mil­lions d’employés du minis­tère (de loin le plus grand effec­tif au sein du gou­ver­ne­ment des États-Unis), et dans cer­tains cas les allé­ga­tions pro­ve­nant de la NSA et d’autres agences de renseignement.

A cette époque, Tho­mas Drake était déjà bien avan­cé sur le che­min qui allait fina­le­ment le relier à Crane. Le pre­mier jour de Drake comme employé à part entière de l’Agence natio­nale de sécu­ri­té fut le 11 sep­tembre 2001. Alors que la NSA allait gon­fler en taille et en bud­get lorsque les États-Unis répon­draient aux attaques du 11 Sep­tembre, l’agence était déjà clas­sée comme la plus grande orga­ni­sa­tion d’espionnage, la plus géné­reu­se­ment finan­cée sur terre. Créée en 1952, la NSA est le cas­seur de code du gou­ver­ne­ment et sonoreille mon­diale. La NSA inter­cepte les com­mu­ni­ca­tions des gou­ver­ne­ments et des indi­vi­dus étran­gers et tra­duit cette intel­li­gence brute en infor­ma­tion uti­li­sable par la CIA, le FBI et les agences gouvernementales.

Drake, père de cinq enfants, avait déjà tra­vaillé pour la NSA pen­dant 12 ans, comme entre­pre­neur du sec­teur pri­vé. Une fois deve­nu membre du per­son­nel de la NSA, il fut pla­cé direc­te­ment sous la res­pon­sa­bi­li­té du troi­sième plus haut fonc­tion­naire de la NSA, Mau­reen Bagins­ki ; elle a diri­gé la plus grande divi­sion de la NSA, la Direc­tion du ren­sei­gne­ment pour les signaux, qui était res­pon­sable de l’interception des appels télé­pho­niques et autres communications.

Grand, sombre, intense, Drake était un joueur d’échecs de cham­pion­nat à l’école secon­daire, dont le don pour les mathé­ma­tiques, l’informatique et les langues ont fait de lui un élé­ment natu­rel pour l’écoute clan­des­tine en langues étran­gères et la mise à dis­po­si­tion des com­pé­tences cryp­to­gra­phiques et lin­guis­tiques dont la NSA avait besoin. Pen­dant la Guerre froide, il a tra­vaillé pour le ren­sei­gne­ment de l’armée de l’air et la sur­veillance des com­mu­ni­ca­tions de la police secrète de l’Allemagne de l’Est, la Stasi.

Dans les semaines qui sui­virent les atten­tats du 11 sep­tembre, Drake a été affec­té à la pré­pa­ra­tion du plai­doyer de la NSA au sujet de la catas­trophe. Le Congrès, les médias et le public exi­geaient des réponses : qu’est ce qui avait mal tour­né à la NSA et dans les autres orga­nismes fédé­raux, pour per­mettre aux agents d’Oussama Ben Laden de mener une attaque si dévastatrice ?

Pen­dant que Drake inter­ro­geait des col­lègues de la NSA et fouillait les dos­siers de l’agence, il est tom­bé sur des infor­ma­tions qui l’ont hor­ri­fié. Il a décou­vert que la NSA – avant même le 11 sep­tembre – avait secrè­te­ment modi­fié son champ d’opérations pour étendre ses pouvoirs.

Depuis sa créa­tion, il était stric­te­ment inter­dit à la NSA d’écouter les com­mu­ni­ca­tions natio­nales. L’enquête de Drake l’a per­sua­dé que la NSA vio­lait cette res­tric­tion en col­lec­tant des infor­ma­tions sur les com­mu­ni­ca­tions à l’intérieur comme à l’extérieur des États-Unis. Et cela, sans avoir obte­nu les ordon­nances judi­ciaires exi­gées par la loi.

Res­pec­tueux de la loi depuis le lycée – il a une fois dénon­cé à la police les noms des cama­rades de classe qu’il soup­çon­nait de vendre de l’herbe – Drake m’a dit qu’il se sen­tait obli­gé d’agir. « J’ai fait le ser­ment de res­pec­ter et de défendre la Consti­tu­tion contre tous les enne­mis étran­gers et natio­naux », m’a‑t-il expliqué.

Pour Drake, le Pro­gramme de sur­veillance du Pré­sident, comme on l’appelait sous l’administration de George W. Bush, lui a rap­pe­lé l’état d’esprit de la Sta­si. « Vous ne pas­sez pas des années à écou­ter un État poli­cier sans en être affec­té, ce n’est pas pos­sible, me dit-il. Je me sou­viens m’être dit : Ouah, je ne veux pas que cela se pro­duise dans notre pays ! Com­ment pour­riez-vous vivre dans une socié­té où il faut tou­jours regar­der der­rière son épaule, ne sachant pas à qui pou­voir faire confiance, même dans votre propre famille ?»

Le cau­che­mar de la per­sé­cu­tion de Drake par son propre gou­ver­ne­ment a com­men­cé inno­cem­ment. Ayant décou­vert des preuves de com­por­te­ment appa­rem­ment illé­gal, il a fait ce que sa for­ma­tion mili­taire et le droit sur les lan­ceurs d’alerte lui deman­daient : il a trans­mis ces infor­ma­tions à la chaîne de com­man­de­ment. Dès le début 2002, il a fait part de ses pré­oc­cu­pa­tions, d’abord à un petit nombre de hauts fonc­tion­naires de la NSA, puis aux membres appro­priés du Congrès et au per­son­nel des comi­tés de sur­veillance du Sénat et de la Chambre des représentants.

Drake a pas­sé d’innombrables heures à ces séances, mais est fina­le­ment arri­vé à la conclu­sion que per­sonne ayant une posi­tion d’autorité ne vou­lait entendre ce qu’il disait. Quand il a dit à son patron, Bagins­ki, que la sur­veillance accrue de la NSA à la suite du 11 sep­tembre sem­blait juri­di­que­ment contes­table, elle lui aurait dit de lais­ser tom­ber car la Mai­son Blanche en avait déci­dé autrement.

John Crane a enten­du par­ler de Tho­mas Drake quand Crane et ses col­lègues du bureau de l’Inspection géné­rale du Penta­gone ont reçu une plainte d’un lan­ceur d’alerte en sep­tembre 2002. La plainte allé­guait que la NSA sou­te­nait une poli­tique de sur­veillance élec­tro­nique qui était à la fois finan­ciè­re­ment et consti­tu­tion­nel­le­ment irres­pon­sable. La plainte a été signée par trois anciens res­pon­sables de la NSA, William Bin­ney, Kirk Wiebe et Edward Loo­mis, et une ancienne membre du per­son­nel du Congrès prin­ci­pal, Diane Roark. Drake a éga­le­ment approu­vé la plainte – mais parce que lui, contrai­re­ment aux quatre autres, n’avait pas encore pris sa retraite de la fonc­tion publique, il a deman­dé à ce que son nom soit ano­nyme, même dans un docu­ment cen­sé être trai­té de manière confi­den­tielle au sein du gouvernement.

Bin­ney, Wiebe, Loo­mis et Roark ont par­ta­gé les pré­oc­cu­pa­tions de Drake sur les impli­ca­tions consti­tu­tion­nelles de la sur­veillance de masse sans man­dat, mais leur plainte por­tait sur deux autres questions.

Le pre­mier point était d’ordre finan­cier. Les lan­ceurs d’alerte ont sou­te­nu que le pro­gramme de sur­veillance de la NSA, du nom de code Trail­bla­zer, était un gas­pillage éhon­té de 3,8 mil­liards de dol­lars – il avait été plus effi­cace pour cana­li­ser l’argent des contri­buables vers des entre­pre­neurs pri­vés que pour pro­té­ger la patrie.

Le deuxième point dénon­cé était que Trail­bla­zer ren­dait en réa­li­té les États-Unis moins sûrs. Ils ont recon­nu que Trail­bla­zer avait consi­dé­ra­ble­ment élar­gi la quan­ti­té de com­mu­ni­ca­tions élec­tro­niques recueillies par la NSA. Mais cette ava­lanche de don­nées brutes était trop forte – les ana­lystes de la NSA avaient du mal à dis­tin­guer l’essentiel du futile et étaient donc sus­cep­tibles de man­quer des indices importants.

Drake en a décou­vert un exemple cho­quant en fai­sant des recherches pour son rap­port sur les atten­tats du 11 sep­tembre. Des mois aupa­ra­vant, la NSA était entrée en pos­ses­sion d’un numé­ro de télé­phone à San Die­go, qui a été uti­li­sé par deux des pirates de l’air qui plus tard se sont écra­sés sur le World Trade Cen­ter. Mais la NSA n’a pas agi suite à cette découverte.

Comme Drake l’a dit plus tard à l’expert sur la NSA, James Bam­ford, la NSA a inter­cep­té sept appels télé­pho­niques entre ce numé­ro de télé­phone à San Die­go et un QG d’al-Qaida au Yémen. Drake a trou­vé un enre­gis­tre­ment de ces sept appels enter­ré dans une base de don­nées de la NSA.

Les res­pon­sables amé­ri­cains savaient depuis long­temps que le QG du Yémen était une plaque tour­nante opé­ra­tion­nelle à tra­vers laquelle Ben Laden, depuis une grotte en Afgha­nis­tan, ordon­nait des attaques. Sept appels télé­pho­niques à un tel centre à par­tir du même numé­ro de télé­phone étaient évi­dem­ment sus­pects. Pour­tant, la NSA n’a pris aucune mesure – l’information avait appa­rem­ment été négligée.

Les lan­ceurs d’alerte de la NSA envoyèrent d’abord leur plainte à l’inspecteur géné­ral de la NSA, qui les a ren­voyés. Ils mon­tèrent plus haut dans l’échelle bureau­cra­tique, en dépo­sant la plainte auprès de l’inspecteur géné­ral du minis­tère de la Défense. Là, Crane et son per­son­nel ont sub­stan­tiel­le­ment défen­du la plainte – en d’autres termes, que leur propre enquête avait conclu que les accu­sa­tions des lan­ceurs d’alerte de la NSA étaient pro­ba­ble­ment valides.

Au cours de leur enquête, Crane et ses col­lègues du bureau de l’inspection géné­rale ont éga­le­ment confir­mé l’allégation selon laquelle le pro­gramme de sur­veillance de l’administration Bush avait vio­lé le qua­trième amen­de­ment de la Consti­tu­tion des États-Unis, en espion­nant les com­mu­ni­ca­tions des Amé­ri­cains sans man­dat légal. « Nous étions pré­oc­cu­pés par ces ques­tions consti­tu­tion­nelles avant même d’avoir étu­dié leur plainte, m’a dit Crane. Nous avions reçu d’autres docu­ments de la part d’autres lan­ceurs d’alerte qui confir­maient ce point.»

Confor­mé­ment à la pro­cé­dure stan­dard, ces résul­tats d’enquête ont été trans­mis aux comi­tés de la Chambre et du Sénat super­vi­sant la NSA – et cela a pous­sé le Congrès à mettre fin au finan­ce­ment du pro­gramme Trail­bla­zer. Mais pour les dénon­cia­teurs de la NSA, cette appa­rente vic­toire fut le début d’une sombre saga qui allait chan­ger leur vie à jamais.

Les efforts de sur­veillance de masse de l’administration Bush ont été par­tiel­le­ment expo­sés en décembre 2005, lorsque le New York Times a publié un article en pre­mière page, écrit par les jour­na­listes James Risen et Eric Licht­blau. Il révé­lait que la NSA avait espion­né des appels inter­na­tio­naux et des cour­riels de cer­taines per­sonnes aux États-Unis, sans man­dats légaux.

Huit ans plus tard, cette his­toire sera éclip­sée par les révé­la­tions de Snow­den. Mais à l’époque, la Mai­son Blanche de Bush était furieuse – et ils étaient déter­mi­nés à trou­ver et à punir celui qui avait divul­gué ces détails au New York Times.

Selon Crane, ses supé­rieurs du bureau de l’inspecteur géné­ral du Penta­gone étaient dési­reux d’aider à cela. Hen­ry Shel­ley, l’avocat géné­ral – l’avocat prin­ci­pal du bureau – a deman­dé que le bureau de l’inspection géné­rale dénonce Drake et les autres lan­ceurs d’alerte de la NSA aux agents du FBI enquê­tant sur la fuite du Times.

Après tout, la récente plainte des lan­ceurs d’alerte de la NSA avait dénon­cé les mêmes pra­tiques de sur­veillance décrites dans l’article du Times – ce qui en fai­sait logi­que­ment des sus­pects de la fuite. Crane s’y est vigou­reu­se­ment oppo­sé. Infor­mer qui que ce soit – encore moins des enquê­teurs du FBI – du nom d’un lan­ceur d’alerte était illégal.

Après avoir débat­tu de la ques­tion lors d’une réunion offi­cielle dans le bureau per­son­nel de l’inspecteur géné­ral, Shel­ley et Crane ont conti­nué à en débattre dans le cou­loir. « J’ai sor­ti ma copie de la loi sur la pro­tec­tion des lan­ceurs d’alerte de ma poche, se sou­vient Crane.Je crai­gnais qu’Henry ne soit en train de vio­ler la loi. Nos voix n’étaient pas fortes, mais la conver­sa­tion était, je dirais, très intense et agi­tée. Hen­ry [répon­dit] qu’il était l’avocat géné­ral, l’avocat géné­ral est celui char­gé de gérer les choses avec le minis­tère de la Jus­tice et qu’il ferait les choses à sa façon.»

Hen­ry Shel­ley a refu­sé mes demandes répé­tées pour une entre­vue. Dans un e‑mail, il m’a dit : « Je suis confiant que lorsque cette ques­tion sera com­plè­te­ment réso­lue, aucune faute de ma part ne sera rele­vée.»

Le désac­cord entre Crane et Shel­ley en res­ta là. Ou c’est ce qu’il sem­blait encore 18 mois plus tard. Le matin du 26 juillet 2007, des agents du FBI armés de fusils ont pris d’assaut les mai­sons de Bin­ney, Wiebe, Loo­mis et Roark. Bin­ney se séchait après la douche lorsque les agents l’ont arrê­té ; lui et sa femme se sont tout à coup trou­vés avec un canon de fusils entre les yeux, se sou­vient le retrai­té de la NSA.

Crane a sen­ti le coup four­ré. L’enquête que son per­son­nel avait menée sur la plainte des lan­ceurs d’alerte avait été hau­te­ment clas­si­fiée : très peu de gens pou­vaient connaître leurs noms, et ils auraient dû res­ter confi­nés à l’intérieur du bureau de l’Inspection géné­rale. Après les raids, Crane a confron­té Shel­ley et a exi­gé de savoir si le bureau de l’IG avait don­né les noms au FBI. Shel­ley a refu­sé de dis­cu­ter de la ques­tion, se rap­pelle Crane.

La bataille a bien­tôt dégé­né­ré. Quatre mois plus tard, des agents du FBI ont pris d’assaut la mai­son de Drake dans un raid tôt le matin, devant sa famille en état de choc.

Après que Drake eut été incul­pé en 2010, ses avo­cats ont dépo­sé une demande, conforme à la loi sur la liber­té d’information, pour obte­nir les docu­ments liés à l’enquête que le bureau de Crane avait menée sur les dénon­cia­tions des lan­ceurs d’alerte. Selon Crane, il lui a été ordon­né par ses supé­rieurs du bureau de l’IG de retar­der la remise des docu­ments – qui auraient pu inno­cen­ter Drake – jusqu’après le pro­cès, qui devait avoir lieu plus tard dans l’année.

Crane pré­tend qu’il lui a été ordon­né de le faire par Shel­ley et Lynne Hal­brooks – qui avait récem­ment été nom­mée direc­trice adjointe de l’inspecteur géné­ral (en d’autres termes, le deuxième plus haut fonc­tion­naire dans le bureau de l’IG). Crane a pro­tes­té, mais a aus­si per­du cette bataille. (Hal­brooks n’a pas répon­du à ses demandes répé­tées pour une entrevue.)

En décembre 2010, près de cinq ans après que le bureau de l’inspecteur géné­ral du Penta­gone avait appa­rem­ment don­né le nom de Drake aux enquê­teurs du FBI, les avo­cats de ce der­nier ont dépo­sé une plainte auprès de l’inspecteur géné­ral, allé­guant que Drake avait été puni en repré­sailles de sa dénon­cia­tion. Selon leur plainte, les crimes dont Drake avait été accu­sés étaient « basés en par­tie, ou en tota­li­té, sur des infor­ma­tions que M. Drake avait four­nies à l’IG [du Penta­gone]» au cours de son enquête sur les lan­ceurs d’alerte de la NSA.

Crane fut à la fois effrayé et révol­té. La plainte des avo­cats de Drake sem­blait confir­mer ses soup­çons que quelqu’un au bureau de l’IG avait illé­ga­le­ment dénon­cé Drake au FBI. Pire encore, l’acte d’accusation dépo­sé contre Drake pré­sen­tait des simi­li­tudes indé­niables avec le témoi­gnage confi­den­tiel que Drake avait don­né au per­son­nel de Crane – sug­gé­rant que quelqu’un dans le bureau de l’IG n’a pas sim­ple­ment don­né le nom de Drake au FBI, mais a par­ta­gé tout son témoi­gnage, une vio­la­tion fla­grante du droit.

La plainte de Drake deman­dait une enquête, a dit Crane à Hal­brooks. Mais Hal­brooks, rejoint par Shel­ley, aurait reje­té la demande de Crane. Elle a ajou­té que Crane n’était pas un « bon joueur d’équipe » et que s’il ne chan­geait pas, elle lui ren­drait la vie difficile.

Mais il y a pire encore. Alors que le pro­cès de Drake appro­chait, au prin­temps de 2011, Crane savait que la loi exi­geait du bureau de l’IG qu’il réponde à la plainte contre repré­sailles dépo­sée par les avo­cats de Drake. Mais, raconte Crane, Shel­ley l’a alors infor­mé qu’il lui serait impos­sible d’y répondre – parce que les docu­ments per­ti­nents avaient été détruits. Le per­son­nel de niveau infé­rieur « a fou­tu le bor­del », lui aurait dit Shel­ley : ils avaient déchi­que­té les docu­ments dans un net­toyage, pré­ten­du­ment de rou­tine, des vastes armoires de l’IG pleines de docu­ments confidentiels.

Crane ne pou­vait en croire ses oreilles. « J’ai rap­pelé à Hen­ry que la des­truc­tion de docu­ments dans de telles cir­cons­tances était, comme il le savait, une ques­tion très grave et pour­rait conduire l’inspecteur géné­ral à être accu­sé d’entrave à une enquête cri­mi­nelle. » Shel­ley a répon­du, selon Crane, qu’il n’y aurait pas de pro­blèmes si tout le monde se mon­trait bon joueur d’équipe.

Le 15 février 2011, Shel­ley et Hal­brooks ont envoyé au juge char­gé de l’affaire Drake une lettre qui répète l’excuse don­née à Crane : les docu­ments deman­dés ont été détruits, par erreur, lors d’un net­toyage de rou­tine. Ce net­toyage de rou­tine a eu lieu avant que Drake n’ait été incul­pé, est-il expli­qué dans cette lettre au juge Richard Bennett.

« Lynne et Hen­ry m’avaient écar­té à ce moment-là, donc je ne savais rien de cette lettre au juge Ben­nett, dit Crane. Ils ont donc fini par men­tir à un juge dans une affaire pénale, ce qui bien sûr est un crime.»

Avec Drake résis­tant fer­me­ment à la pres­sion des pro­cu­reurs pour trou­ver un accord – « Je ne vais pas négo­cier avec la véri­té », a‑t-il décla­ré –  le gou­ver­ne­ment a fina­le­ment reti­ré la plu­part des accu­sa­tions por­tées contre lui. Ensuite, le juge a fus­ti­gé la conduite du gou­ver­ne­ment. Il était « extra­or­di­naire », a‑t-il dit, que le gou­ver­ne­ment ait fait irrup­tion dans la mai­son de Drake, l’ait accu­sé, puis laisse tom­ber le cas à la veille du pro­cès comme si, après tout, ce n’était pas un gros pro­blème. « Je trouve cela inad­mis­sible, a ajou­té Ben­nett. Dérai­son­nable. Ce sont les racines même sur les­quelles ce pays a été fon­dé […] Ce fut l’une des choses les plus fon­da­men­tales dans la décla­ra­tion des droits, que ce pays ne devait pas être expo­sé à des gens frap­pant à la porte avec l’excuse de l’autorité gou­ver­ne­men­tale et péné­trant dans leurs mai­sons ».

Lorsque John Crane a mis sa car­rière en jeu en se mobi­li­sant pour un trai­te­ment légal des lan­ceurs d’alerte du Penta­gone, il sui­vait un code moral datant de 80 ans, trans­mis par son grand-père alle­mand. Crane a gran­di dans une ban­lieue de Vir­gi­nie, mais il a pas­sé presque chaque été en Alle­magne avec la famille de sa mère. Au cours de ces séjours d’été, Crane a enten­du d’innombrables fois l’histoire du moment où son grand-père a confron­té Hit­ler. Sa mère et sa grand-mère ont racon­té l’histoire, et la morale ne chan­geait jamais. « Il faut tou­jours essayer de faire la chose juste, même quand il y a des risques, se sou­vient Crane. Et si quelqu’un doit faire la chose juste, il peut bien sûr y avoir des consé­quences.»

Le grand-père de Crane était proche des 40 ans la nuit du Putsch de la bras­se­rie d’Hitler, le 8 novembre 1923. Com­plo­tant pour ren­ver­ser la Répu­blique de Wei­mar, Hit­ler et 600 membres armés de son nou­veau par­ti nazi ont encer­clé une bras­se­rie de Munich où le gou­ver­neur de Bavière, Gus­tav von Kahr, s’adressait à la foule. Les rebelles ont fait irrup­tion dans la salle, dans l’espoir d’enlever Von Kahr et de mar­cher sur Ber­lin. Après que ses hommes eurent dévoi­lé une mitrailleuse cachée dans la gale­rie à l’étage, Hit­ler a tiré en l’air et a crié : « La révo­lu­tion natio­nale a com­men­cé !»

Le grand-père de Crane, Gün­ther Rüdel, était dans la salle, dans le cadre de ses fonc­tions mili­taires. Rüdel a noté dans un mémo de huit pages, à simple inter­ligne, un compte ren­du du putsch, minute par minute, en tant que témoin ocu­laire. (Rüdel fut plus tard un témoin du gou­ver­ne­ment dans le pro­cès qui a condam­né Hit­ler à cinq ans de pri­son, même s’il n’a a pas été appe­lé à la barre.)

Fils d’un émi­nent géné­ral alle­mand, Rüdel avait ser­vi avec dis­tinc­tion dans la Pre­mière Guerre mon­diale, gagnant deux Croix de fer. En 1923, il occu­pait le poste de chef adjoint poli­tique au géné­ral Otto von Los­sow, plus haut fonc­tion­naire de l’armée alle­mande en Bavière. En tant que tel, Rüdel était le prin­ci­pal lien entre Von Los­sow et Von Kahr et au cou­rant des nom­breux rap­ports des deux hommes avec Hit­ler. Soup­çon­nant qu’Hitler et ses par­ti­sans avaient pré­vu un coup d’État, Los­sow et Rüdel avaient for­cé leur che­min dans la bras­se­rie afin de suivre les évè­ne­ments. Le chef de la police de l’État de Bavière, Hans Rit­ter von Seis­ser, était là aus­si, accom­pa­gné d’un garde du corps. Rüdel se tenait avec Los­sow et Von Seis­ser quand les hommes armés ont fait irrup­tion dans la salle, Hit­ler en tête.

« Hit­ler, pis­to­let au poing, escor­té à droite et à gauche par des hommes armés, sa tunique tachée de bière, a pris d’assaut la salle et le podium », a écrit Rüdel dans son affi­da­vit. « Quand il était exac­te­ment en face de nous, l’adjudant chef de la police Von Seis­ser a sai­si [mais n’a pas dégai­né] son épée. Hit­ler a immé­dia­te­ment poin­té son pis­to­let sur la poi­trine de l’homme. Je lui ai crié, Mon­sieur Hit­ler ce n’est pas de cette façon que vous libé­re­rez l’Allemagne. Hit­ler a hési­té, bais­sé son pis­to­let et a conti­nué son che­min entre nous vers le podium.»

Dans le chaos envi­ron­nant, les hommes d’Hitler ont essayé de for­cer Von Kahr, Los­sow et Von Seis­ser à rejoindre le coup d’État, mais leur sou­lè­ve­ment a fait long feu. Quelques jours plus tard, Hit­ler a été arrê­té et accu­sé de tra­hi­son. Il a pas­sé un an en pri­son, où il a écrit son auto­bio­gra­phie, Mein Kampf.

« Nous sommes en train de deve­nir un État poli­cier », a décla­ré Diane Roark dans une inter­view 2014 à la télé­vi­sion. En se réfé­rant à elle-même et aux autres lan­ceurs d’alerte de la NSA, elle a ajou­té : « Nous sommes les cana­ris dans la mine de char­bon. On n’a rien fait de mal. Tout ce que nous avons fait était de nous oppo­ser à ce pro­gramme. Et pour cela, ils nous ont piétinés. »

« Ils disent : Nous fai­sons cela pour vous pro­té­ger, m’a dit William Bin­ney, le col­lègue lan­ceur d’alerte de Roark. Je vais vous dire que c’est exac­te­ment ce que les nazis disaient dans un Ordre spé­cial 48 en 1933 – nous fai­sons cela pour vous pro­té­ger. Et voi­là com­ment ils se sont débar­ras­sés de tous leurs oppo­sants poli­tiques.»

Ce sont des décla­ra­tions fortes – com­pa­rer les actions du gou­ver­ne­ment des États-Unis à l’Allemagne nazie, aler­ter d’un état poli­cier nais­sant – il est donc utile de rap­pe­ler qui les a pro­non­cées. Les lan­ceurs d’alerte de la NSA ne sont pas des gau­chistes paci­fistes à la noix. Ils ont pas­sé leur vie pro­fes­sion­nelle à l’intérieur du sys­tème de ren­sei­gne­ment amé­ri­cain, consa­cré, pen­saient-ils, à la pro­tec­tion de la patrie et à la défense de la Constitution.

Ce sont des conser­va­teurs poli­tiques, très ins­truits, res­pec­tueux des preuves, fai­sant atten­tion à ce qu’ils disent. Et ils ont dit, sur la base de leur expé­rience per­son­nelle, que le gou­ver­ne­ment amé­ri­cain a été diri­gé par des gens qui étaient prêts à enfreindre la loi et à sub­ti­li­ser les pou­voirs impres­sion­nants de l’État à leurs propres fins. Ils disent que les lois et les tech­no­lo­gies qui ont secrè­te­ment été mises en place menacent de ren­ver­ser la gou­ver­nance démo­cra­tique éta­su­nienne, que l’ont croyait acquise, et de réduire leurs liber­tés à néant. Et ils disent que quelque chose doit être fait à ce sujet avant qu’il ne soit trop tard.

À Washing­ton, les hauts fonc­tion­naires et les poli­ti­ciens insistent tou­jours pour dire que le vrai méchant est Edward Snow­den. L’ancien direc­teur de la CIA James Wool­sey a appe­lé à ce que Snow­den soit  « pen­du par le cou jusqu’à sa mort, plu­tôt que d’être sim­ple­ment élec­tro­cu­té ».

Les démo­crates sont moins san­gui­naires, mais guère plus indul­gents. Le pré­sident Oba­ma et Hil­la­ry Clin­ton sou­tiennent que Snow­den a vio­lé la loi alors qu’il aurait dû leur faire confiance. « Il aurait pu obte­nir toutes les pro­tec­tions pro­mises à un lan­ceur d’alerte, a décla­ré Clin­ton dans le pre­mier débat pré­si­den­tiel démo­cra­tique d’octobre der­nier. Il aurait pu sou­le­ver toutes les ques­tions qu’il a sou­le­vées. Et je pense qu’il aurait obte­nu une réponse posi­tive à tout cela.»

Dites cela à Tho­mas Drake. Dites cela aus­si, sur ce sujet, à John Crane.

Hal­brooks a for­cé Crane à démis­sion­ner de son poste en jan­vier 2013. Après avoir quit­té le Penta­gone, Crane s’est diri­gé vers le Govern­ment Accoun­ta­bi­li­ty Pro­ject, où l’ancien pro­tec­teur des lan­ceurs d’alerte est deve­nu lui-même un lan­ceur d’alerte.

Crane a dépo­sé plainte contre Shel­ley et Hal­brooks, détaillant de nom­breux méfaits, bien plus que ceux décrits dans cet article. Le Bureau du Conseil Spé­cial (BCS), l’agence amé­ri­caine char­gée d’enquêter sur ces ques­tions, a conclu en mars 2016 qu’il y avait une « forte pro­ba­bi­li­té » que les accu­sa­tions de Crane soient fon­dées. Le choix par le BCS de l’expression « forte pro­ba­bi­li­té » est frap­pant. Il aurait pu esti­mer tout  sim­ple­ment de « manière rai­son­nable » que les accu­sa­tions de Crane étaient véri­diques, et dans ce cas, aucune autre mesure n’aurait été néces­saire. En concluant plu­tôt à une « forte pro­ba­bi­li­té », le BCS a déclen­ché un pro­ces­sus qui a léga­le­ment requis du secré­taire de la défense Ash­ton Car­ter d’organiser une nou­velle enquête sur les allé­ga­tions de Crane. Parce qu’aucun orga­nisme fédé­ral n’est auto­ri­sé à enquê­ter lui-même, cette enquête est menée par le minis­tère de la Justice.

Aus­si incroyable que cela puisse paraître, Crane vise à réin­té­grer son ancien emploi. Son avo­cat, Devine, pense que c’est un fan­tasme. De l’avis de Devine, les pro­blèmes aux­quels sont confron­tés les lan­ceurs d’alerte sont sys­té­miques – et le sys­tème ne par­donne jamais, sur­tout à quelqu’un qui a expo­sé la cor­rup­tion du sys­tème comme Crane l’a fait.

Pour Crane, cepen­dant, c’est une simple ques­tion de bien et de mal. Il n’est pas celui qui a vio­lé la loi ; ce sont ses supé­rieurs. Ce n’est donc pas à lui d’en payer le prix, mais à eux.

« Je veux seule­ment voir le sys­tème fonc­tion­ner cor­rec­te­ment, dit-il. Je sais que le sys­tème peut échouer – la Seconde Guerre mon­diale, l’Allemagne nazie – mais je sais aus­si que vous devez faire ce qui est juste. Parce que le gou­ver­ne­ment est si puis­sant, vous devez le faire tour­ner effi­ca­ce­ment et hon­nê­te­ment et confor­mé­ment à la loi.»

« Quelles sont les chances que le sys­tème fonc­tionne cor­rec­te­ment pour votre cas ?» deman­dai-je à Crane.

« Je ne vais pas vous don­ner de chiffres, répond-il avec un petit rire. C’est juste quelque chose que je me dois de faire.»

Mark Herts­gaard

Tra­duit par Wayan, relu par nadine pour le Saker Francophone.

Article ori­gi­nal du Guar­dian en anglais :
http://​www​.the​guar​dian​.com/​u​s​-​n​e​w​s​/​2​0​1​6​/​m​a​y​/​2​2​/​h​o​w​-​p​e​n​t​a​g​o​n​-​p​u​n​i​s​h​e​d​-​n​s​a​-​w​h​i​s​t​l​e​b​l​o​w​ers

_____

[Lan­ceurs d’a­lerte] Elise Lucet sans filtre, Cash inves­ti­ga­tion, Pana­ma Papers, l’of­fen­sive des journalistes ?

Source : Thin­ker­view

[Lan­ceurs d’a­lerte] Michel Col­lon « Pro­pa­gande de Guerre, fes­ti­val de médias men­songes et complot ? »

Source : Thin­ker­view

[Lan­ceurs d’a­lerte] Denis Robert « Char­lie Heb­do sans filtre »

Source : Thin­ker­view

Il faut voir le film (très émou­vant et très impor­tant) qui raconte l’his­toire de Snowden
iti­zen four

Pre­mière inter­ven­tion publique d’Ed­ward Snow­den en France (Inté­gra­li­té – en français)

Lan­ceurs d’a­lerte : cou­pables [selon les hommes au pou­voir] ou héros [selon le bien com­mun] ? Arte 16 décembre 2014

_______

[Edit]

Sté­pha­nie Gibaud : « on vous prend tout » [quand vous lan­cez une alerte]

Her­vé Fal­cia­ni : « j’é­tais prêt à aller jus­qu’en pri­son après mes révélations »


Her­vé Fal­cia­ni : « j’é­tais prêt à aller jus­qu’en… par fran­cein­ter

Un ancien agent de Trac­fin com­pa­raît pour des révé­la­tions sur le compte de Cahu­zac – 0511

_____________

Un article paru dans le jour­nal bri­tan­nique « The guar­dian » : le Penta­gone se pré­pare à une rup­ture civile de masse
http://​www​.upr​.fr/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​/​m​o​n​d​e​/​g​u​a​r​d​i​a​n​-​p​e​n​t​a​g​o​n​e​-​s​u​r​v​e​i​l​l​a​n​c​e​-​m​o​u​v​e​m​e​n​t​s​-​s​o​c​i​aux

Le Pentagone se prépare à une rupture civile de masse

Publié le 17 juin 2014

Pentagone-prepare-rupture-civile-masse

Un article paru dans le journal britannique « The guardian » : le Pentagone se prépare à une rupture civile de masse

Le jour­nal The Guar­dian – plu­tôt clas­sé à gauche sur l’échiquier poli­tique bri­tan­nique – s’est fait une spé­cia­li­té, depuis main­te­nant plu­sieurs années, d’ouvrir ses colonnes et son site Inter­net à ce qu’il est conve­nu d’appeler des whist­le­blo­wer (tra­duit approxi­ma­ti­ve­ment par « lan­ceurs d’alerte » en fran­çais). C’est-à-dire à des citoyens ordi­naires (fonc­tion­naires, cher­cheurs, uni­ver­si­taires,…), qui décident d’informer le grand public d’un dan­ger ou de dérives dan­ge­reuses ou cri­mi­nelles qu’ils ont pu consta­ter dans leur métier, en inter­pel­lant les pou­voirs en place et en sus­ci­tant la prise de conscience de leurs contemporains.

Par­mi les affaires les plus récentes, The Guar­dian a par exemple été l’un des prin­ci­paux médias dans le monde à don­ner en 2013 la plus large cou­ver­ture pos­sible à Edward Snow­den, ancien employé de la CIA et de la NSA, qui a ren­du public les pro­grammes de sur­veillance de masse de la NSA.

S’inscrivant dans cette ligne édi­to­riale, The Guar­dian a publié voi­ci quelques jours – le 12 juin 2014 sur son site Inter­net – un long article de Nafeez Ahmed, uni­ver­si­taire et jour­na­liste spé­cia­liste de la sécu­ri­té internationale.

Cet article révèle au grand public l’existence d’un pro­gramme – « l’initiative de recherche Miner­va » – lan­cé par le minis­tère amé­ri­cain de la Défense, qui consiste à mettre les sciences sociales et les recherches anthro­po­lo­giques au ser­vice opé­ra­tion­nel des mili­taires américains.

Par­mi les objec­tifs clai­re­ment annon­cés figure celui d’amener l’armée amé­ri­caine à étu­dier la façon dont appa­raissent les mou­ve­ments de pro­tes­ta­tion popu­laire (impli­quant plus de 1 000 par­ti­ci­pants en acti­vi­té de façon durable) dans 58 pays (dont les États-Unis eux-mêmes), et de la pré­pa­rer à neu­tra­li­ser ces mou­ve­ments. L’un des pro­grammes de recherche a ain­si orga­ni­sé des exer­cices mili­taires dans les­quels les par­ti­ci­pants étaient char­gés de repé­rer ceux qui ‘‘cau­saient les pro­blèmes’’, ceux qui ‘‘résol­vaient les pro­blèmes’’ et le reste de la popu­la­tion. L’objectif opé­ra­tion­nel était de défi­nir une cam­pagne « d’informations » « per­met­tant de dépla­cer le centre de gra­vi­té de l’opinion vers cet ensemble de valeurs et de points de vue qui consti­tuait ‘‘l’état final dési­ré’’ de la stra­té­gie de l’armée. »

Il ne s’agit pas de sup­po­si­tions « conspi­ra­tion­nistes », mais de faits éta­blis. Et il ne s’agit pas d’opérations anec­do­tiques. L’initiative de recherche Miner­va doit béné­fi­cier de 75 mil­lions de dol­lars sur cinq ans et a béné­fi­cié pour cette seule année d’une dota­tion de 17,8 mil­lions de dol­lars votée par le Congrès amé­ri­cain. Pour mémoire, le bud­get alloué par le Congrès à la Com­mis­sion d’enquête sur le 11 sep­tembre a été de 14 mil­lions de dol­lars. 

Autant dire que cet article est très inté­res­sant et qu’il me semble devoir être lar­ge­ment dif­fu­sé en France.

Je remer­cie le ser­vice de tra­duc­tion de l’UPR (Eli­sa­beth McCor­mick) pour avoir tra­duit en fran­çais cet article dont la ver­sion ori­gi­nale en anglais peut être consul­tée ici :http://​www​.the​guar​dian​.com/​e​n​v​i​r​o​n​m​e​n​t​/​e​a​r​t​h​-​i​n​s​i​g​h​t​/​2​0​1​4​/​j​u​n​/​1​2​/​p​e​n​t​a​g​o​n​-​m​a​s​s​-​c​i​v​i​l​-​b​r​e​a​k​d​o​w​n​?​C​M​P​=​twt

Le pentagone se prépare à une rupture civile de masse

Les sciences sociales se mili­ta­risent afin de déve­lop­per des « outils opé­ra­tion­nels » visant à cibler des mili­tants paci­fiques et des mou­ve­ments de protestation.

publié par Nafeez Ahmed le 12 juin 2014

le pentagone

 

Le Penta­gone finance des recherches en sciences sociales dans le but de modé­li­ser les risques de « conta­gion sociale » qui pour­raient com­pro­mettre les inté­rêts stra­té­giques amé­ri­cains. Pho­to­graphe : Jason Reed/REUTERS

Le Dépar­te­ment de la Défense amé­ri­cain (DoD) finance un pro­gramme de recherche uni­ver­si­taire dont le but est de modé­li­ser la dyna­mique, les risques et les points de bas­cu­le­ment de troubles civils à grande échelle à tra­vers le monde, sous la super­vi­sion de diverses agences mili­taires amé­ri­caines. Ce pro­gramme de plu­sieurs mil­lions de dol­lars est conçu pour éla­bo­rer des « éclai­rages per­ti­nents pour les com­bat­tants » à court et à long terme, des­ti­nés aux hauts fonc­tion­naires et déci­deurs de « la com­mu­nau­té de la défense ». Il vise éga­le­ment à infor­mer la poli­tique menée par « les com­man­de­ments de terrain. »

Lan­cée en 2008 – l’année de la crise ban­caire mon­diale – « l’initiative de recherche Miner­va » du DoD a noué un par­te­na­riat avec les uni­ver­si­tés, « visant à amé­lio­rer la com­pré­hen­sion de base des forces sociales, cultu­relles, com­por­te­men­tales et poli­tiques qui façonnent les régions du monde d’importance stra­té­gique pour les États-Unis. »

Par­mi les pro­jets rete­nus pour la période 2014–2017 figure une étude diri­gée par l’Université de Cor­nell, gérée par le Bureau scien­ti­fique de recherche de l’US Air Force, visant à déve­lop­per un modèle empi­rique « de dyna­mique de mobi­li­sa­tion du mou­ve­ment social et des phé­no­mènes de conta­gion. » Ce pro­jet déter­mi­ne­ra « la masse cri­tique (points de bas­cu­le­ment) » des conta­gions sociales à par­tir de l’étude de leur « empreinte numé­rique » dans les cas de « la révo­lu­tion égyp­tienne de 2011, des élec­tions de 2011 à la Dou­ma en Rus­sie, de la crise du car­bu­rant sub­ven­tion­né au Nigé­ria en 2012, et des mani­fes­ta­tions au parc de Gazi en Tur­quie en 2013. »

Les mes­sages sur Twit­ter et les conver­sa­tions seront exa­mi­nés « afin d’identifier les per­sonnes qui se mobi­lisent dans une conta­gion sociale et le moment à par­tir duquel elles se mobilisent. »

Un autre pro­jet attri­bué cette année à l’Université de Washing­ton « cherche à décou­vrir les condi­tions dans les­quelles les mou­ve­ments poli­tiques visant à des chan­ge­ments poli­tiques et éco­no­miques à grande échelle prennent nais­sance » ain­si que leurs « carac­té­ris­tiques et consé­quences ». Ce pro­jet, géré par le Bureau de recherche de l’Armée amé­ri­caine, met l’accent sur « les mou­ve­ments à grande échelle impli­quant plus de 1 000 par­ti­ci­pants en acti­vi­té de façon durable ». Il cou­vri­ra 58 pays au total.

L’an der­nier, l’initiative Miner­va du DoD a finan­cé un pro­jet per­met­tant de déter­mi­ner « Qui ne devient pas un ter­ro­riste et pour­quoi ? ». Ce pro­jet, cepen­dant, confond les mili­tants paci­fiques avec les « par­ti­sans de la vio­lence poli­tique », qui se démarquent des ter­ro­ristes en cela qu’ils ne versent pas eux-mêmes dans le « mili­tan­tisme armé ». Le pro­jet énonce expli­ci­te­ment qu’il va étu­dier les acti­vistes non violents :

« Dans chaque socié­té, nous trou­vons beau­coup d’individus qui ont en com­mun les mêmes arrière-plans  démo­gra­phiques, fami­liaux, cultu­rels ou socio-éco­no­miques que ceux qui ont déci­dé de s’engager dans le ter­ro­risme et qui, cepen­dant, s’abstiennent eux-mêmes de prendre les armes, même s’ils peuvent être favo­rables aux objec­tifs finaux de groupes armés. Dans le domaine des études sur le ter­ro­risme, les études n’ont pas, jusqu’à tout récem­ment, ten­té de regar­der ce groupe de contrôle. Ce pro­jet ne traite pas des ter­ro­ristes, mais des par­ti­sans de la vio­lence politique. »

Cha­cune des 14 études de cas du pro­jet « implique des entre­tiens appro­fon­dis avec plus de dix mili­tants et acti­vistes de par­tis et d’organisations non gou­ver­ne­men­tales qui, bien que favo­rables aux causes radi­cales, ont choi­si la voie de la non-violence. »

J’ai contac­té le cher­cheur prin­ci­pal du pro­jet, le Pro­fes­seur Maria Ras­mus­sen de l’École d’études supé­rieures du Centre naval amé­ri­cain, en lui deman­dant pour­quoi les acti­vistes non vio­lents tra­vaillant pour les ONG devraient être assi­mi­lés à des par­ti­sans de la vio­lence poli­tique  – et quels « par­tis et orga­ni­sa­tions non gou­ver­ne­men­tales » sont ain­si étu­diés. Mais je n’ai reçu aucune réponse.

De même, le per­son­nel du pro­gramme Miner­va a refu­sé de répondre à une série de ques­tions simi­laires que je leur ai sou­mises, deman­dant notam­ment com­ment les « causes radi­cales » pro­mues par les ONG paci­fistes pou­vaient consti­tuer une menace poten­tielle à la sécu­ri­té natio­nale sus­cep­tible d’intéresser le DoD.

Entre autres ques­tions, j’ai demandé :

  • « Le Dépar­te­ment amé­ri­cain de la Défense voit-il les mou­ve­ments de pro­tes­ta­tion et l’activisme social dans dif­fé­rentes par­ties du monde comme une menace pour la sécu­ri­té natio­nale amé­ri­caine ? Si oui pourquoi ? »
  • « Le Dépar­te­ment de la Défense amé­ri­cain consi­dère-t-il les mou­ve­ments poli­tiques visant un chan­ge­ment poli­tique et éco­no­mique à grande échelle comme une ques­tion de sécu­ri­té natio­nale ? Si oui pourquoi ? »
  • « L’activisme, la pro­tes­ta­tion, les ‘’mou­ve­ments poli­tiques’’ et bien sûr les ONG sont des élé­ments vitaux d’une socié­té civile saine et de la démo­cra­tie. Pour­quoi le DoD finance-t-il des recherches pour étu­dier de telles questions ? »

Le Dr Erin Fitz­ge­rald, direc­teur du pro­gramme Miner­va m’a répon­du  : « J’apprécie votre inté­rêt et je suis heu­reux que vous nous contac­tiez pour nous don­ner l’occasion d’apporter des cla­ri­fi­ca­tions », avant de me pro­mettre une réponse plus détaillée. Au lieu de quoi, j’ai reçu la vague décla­ra­tion sui­vante du bureau de presse du DoD :

« Le Dépar­te­ment  de la Défense prend au sérieux son rôle en matière de sécu­ri­té des États-Unis, de ses citoyens, des alliés de l’Amérique et de ses par­te­naires. Alors que tous les défis concer­nant la sécu­ri­té ne pro­voquent pas de conflit et que tous les conflits n’impliquent pas l’intervention de l’armée amé­ri­caine, Miner­va contri­bue à finan­cer des recherches en sciences sociales fon­da­men­tales qui aident le dépar­te­ment de la Défense à mieux com­prendre ce qui pro­voque l’instabilité et l’insécurité dans le monde entier. Par une meilleure com­pré­hen­sion de ces conflits et de leurs causes préa­lables, le Dépar­te­ment de la défense peut mieux se pré­pa­rer au futur envi­ron­ne­ment de sécu­ri­té dynamique. »

En 2013, Miner­va a finan­cé un pro­jet de l’Université du Mary­land, en col­la­bo­ra­tion avec le labo­ra­toire Paci­fic Nor­th­west Natio­nal du dépar­te­ment amé­ri­cain de l’énergie, pour éva­luer le risque de troubles civils dus au chan­ge­ment cli­ma­tique. Ce pro­jet trien­nal de 1,9 mil­lion de dol­lars éla­bore des modèles pour anti­ci­per ce qui pour­rait arri­ver aux socié­tés, selon un éven­tail de scé­na­rios de chan­ge­ments cli­ma­tiques potentiels.

Dès le départ, le pro­gramme Miner­va a été pré­vu pour four­nir plus de 75 mil­lions de dol­lars sur cinq ans dédiés à la recherche en sciences sociales et com­por­te­men­tales. Pour cette seule année, il lui a été alloué un bud­get total de 17,8 mil­lions de dol­lars par le Congrès amé­ri­cain.  

Une com­mu­ni­ca­tion par cour­riel interne des­ti­né au per­son­nel de Miner­va – réfé­ren­cée dans un mémoire d’ exper­tise de 2012 – révèle que le pro­gramme est orien­té vers des résul­tats rapides des­ti­nés à être direc­te­ment appli­cables aux opé­ra­tions sur le ter­rain. Le mémoire fai­sait par­tie d’un pro­jet finan­cé par Miner­va  visant à « contrer le dis­cours musul­man radi­cal » à l’Université de l’État de l’Arizona.

Un cour­riel interne du Pro­fes­seur Steve Cor­man, cher­cheur prin­ci­pal du pro­jet, fait état d’une ren­contre orga­ni­sée par le Pro­gramme de Modé­li­sa­tion Humaine, Sociale, Cultu­relle et Com­por­te­men­tale (HSCB) du Dépar­te­ment de la Défense, pro­gramme dans lequel des hauts res­pon­sables du Penta­gone indiquent que leurs prio­ri­tés sont « de déve­lop­per des capa­ci­tés rapi­de­ment dis­po­nibles » sous forme de « modèles et outils pou­vant être inté­grés aux opérations ».

Cor­man pré­cise dans son cour­riel que, bien que le res­pon­sable du Bureau de Recherche navale, le Dr Harold Haw­kins, ait assu­ré d’emblée aux cher­cheurs de l’Université que le pro­jet n’était qu’« un effort de recherche cou­rant, donc nous ne devrions pas être pré­oc­cu­pés par son appli­ca­tion pra­tique », la réunion a en réa­li­té mon­tré que le DoD cherche à « mettre en appli­ca­tion les résul­tats ». Cor­man conseille à ses cher­cheurs de « pen­ser à pré­sen­ter les résul­tats, les rap­ports, etc., de telle sorte qu’ils [le DoD] puissent clai­re­ment voir leur appli­ca­tion comme outils qui peuvent être mis en place sur le terrain. »

De nom­breux cher­cheurs indé­pen­dants cri­tiquent ce qu’ils consi­dèrent être les efforts du gou­ver­ne­ment amé­ri­cain en matière de mili­ta­ri­sa­tion des sciences sociales au ser­vice de la guerre. En mai 2008, l’Association Amé­ri­caine d’Anthropologie (AAA) a écrit au gou­ver­ne­ment amé­ri­cain pour sou­li­gner que le Penta­gone n’a pas « le genre d’infrastructure pour éva­luer la recherche anthro­po­lo­gique [et autres sciences sociales] » d’une manière qui assure « un exa­men par les pairs, rigou­reux, objec­tif et équi­li­bré » ; elle a deman­dé que de telles recherches soient gérées à la place par des orga­nismes civils comme la Fon­da­tion Natio­nal des Sciences (NSF).

Le mois sui­vant, le DoD a signé un pro­to­cole d’entente (Memo­ran­dum of unders­tan­ding) (MoU) avec la NSF afin de pou­voir coopé­rer à la ges­tion de Miner­va. En réponse, l’AAA a mis en garde que, même si les pro­po­si­tions de recherche devaient désor­mais être éva­luées par des comi­tés d’examen du mérite de la NSF, « les fonc­tion­naires du Penta­gone auront le pou­voir de déci­sion au moment de déter­mi­ner qui siè­ge­ra aux comi­tés d’examen » :

«… Il reste des inquié­tudes dans la dis­ci­pline que la recherche soit finan­cée uni­que­ment lorsqu’elle prend en compte l’ordre du jour du Penta­gone. Les autres cri­tiques du pro­gramme, notam­ment le Réseau des anthro­po­logues enga­gés, ont fait état de leurs inquié­tudes quant à un pro­gramme sus­cep­tible de décou­ra­ger la recherche dans d’autres domaines impor­tants, et de saper le rôle de l’Université comme lieu de dis­cus­sion indé­pen­dant et de cri­tique des ins­tances militaires ».

Selon le pro­fes­seur David Price, anthro­po­logue cultu­rel à l’Université de Saint-Mar­tin à Washing­ton DC et auteur de La mili­ta­ri­sa­tion de l’anthropologie : Les sciences sociales au ser­vice de l’État mili­ta­ri­sé : « Lorsque vous regar­dez chaque élé­ment d’un grand nombre de ces pro­jets, ils se pré­sentent comme des sciences sociales nor­males, d’analyse tex­tuelle, de recherche his­to­rique et ain­si de suite ; mais lorsque vous addi­tion­nez tous ces mor­ceaux, ils par­tagent tous des thèmes de lisi­bi­li­té avec toutes les dis­tor­sions résul­tant de la sur-sim­pli­fi­ca­tion. Miner­va tra­vaille à la pro­duc­tion des élé­ments de l’empire d’une façon qui peut per­mettre aux gens de dis­so­cier leurs contri­bu­tions indi­vi­duelles du pro­jet d’ensemble. »

Le Pro­fes­seur Price a pré­cé­dem­ment expo­sé com­ment le pro­gramme HTS (Human Ter­rain Sys­tems) du Penta­gone – pro­gramme conçu pour inté­grer des spé­cia­listes des sciences sociales dans le domaine des opé­ra­tions mili­taires – conduit régu­liè­re­ment des scé­na­rios de for­ma­tion dans les régions « à l’intérieur des États-Unis. »

Citant une cri­tique som­maire du pro­gramme envoyée aux direc­teurs d’HTS par un ancien employé, Price a rap­por­té que les scé­na­rios de for­ma­tion HTS « ont adap­té COIN [contre-insur­rec­tion] pour l’Afghanistan et l’Irak » à des « situa­tions internes aux États-Unis » où la popu­la­tion locale était consi­dé­rée d’un point de vue mili­taire comme une menace pour l’équilibre du pou­voir et de l’influence et une contes­ta­tion de la loi et de l’ordre ».

Price rap­porte qu’un exer­cice mili­taire impli­quait des mili­tants éco­lo­gistes pro­tes­tant contre la pol­lu­tion pro­ve­nant d’une cen­trale au char­bon près du Mis­sou­ri, dont cer­tains étaient membres de l’ONG envi­ron­ne­men­tale bien connue Sier­ra Club. Les par­ti­ci­pants furent char­gés d’« iden­ti­fier ceux qui ‘‘résol­vaient les pro­blèmes’’», ceux qui ‘‘cau­saient les pro­blèmes’’ et le reste de la popu­la­tion, qui devait être la cible d’opérations d’informations afin de dépla­cer le centre de gra­vi­té de l’opinion vers cet ensemble de valeurs et de points de vue qui consti­tuait ‘‘l’état final dési­ré’’ de la stra­té­gie de l’armée. »

Ces exer­cices mili­taires s’inscrivent dans le droit fil d’une série de docu­ments du Penta­gone qui indiquent que la sur­veillance de masse de l’Agence de la Sécu­ri­té Natio­nale (Natio­nal Secu­ri­ty Agen­cy – NSA) est en par­tie moti­vée par la pré­pa­ra­tion à l’impact désta­bi­li­sa­teur des chocs à venir, envi­ron­ne­men­taux, éner­gé­tiques et économiques.

James Petras, pro­fes­seur de socio­lo­gie à l’Université de Bin­gham­ton à New York, par­tage les inquié­tudes de Price. Les socio­logues finan­cés par Miner­va et liés aux opé­ra­tions de contre-insur­rec­tion du Penta­gone sont impli­qués dans l’« étude des émo­tions sur­ve­nant lorsqu’on ali­mente ou que l’on réprime des mou­ve­ments déter­mi­nés par une idéo­lo­gie » ajoute-t-il, notam­ment pour « contrer des mou­ve­ments populaires. »

Miner­va est un excellent exemple de la pro­fonde étroi­tesse d’esprit et de la nature défai­tiste de l’idéologie mili­taire. Pire encore, la mau­vaise volon­té des res­pon­sables du DoD pour répondre aux ques­tions les plus fon­da­men­tales est symp­to­ma­tique d’une évi­dence : dans leur mis­sion à toute épreuve pour défendre un sys­tème mon­dial de plus en plus impo­pu­laire qui sert les inté­rêts d’une infime mino­ri­té, les agences de sécu­ri­té n’hésitent pas à peindre le reste d’entre nous comme des ter­ro­ristes en puissance.

Le Dr Nafeez Ahmed est un uni­ver­si­taire et un jour­na­liste spé­cia­liste de la sécu­ri­té inter­na­tio­nale. Il est l’auteur du Guide de l’utilisateur de la crise de civi­li­sa­tion : et com­ment la sau­ver ain­si que du roman de science-fic­tion à paraître, ZÉRO POINT.

Source : http://​www​.upr​.fr/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​/​m​o​n​d​e​/​g​u​a​r​d​i​a​n​-​p​e​n​t​a​g​o​n​e​-​s​u​r​v​e​i​l​l​a​n​c​e​-​m​o​u​v​e​m​e​n​t​s​-​s​o​c​i​aux

Catégorie(s) de l'article :

18 Commentaires

  1. etienne

    Sté­pha­nie Gibaud : « on vous prend tout » [quand vous lan­cez une alerte]

    Réponse
  2. etienne

    Un ancien agent de Trac­fin com­pa­raît pour des révé­la­tions sur le compte de Cahu­zac – 0511

    Réponse
  3. Personne

    Etienne tu devrais jeter un oeil à Ethe­reum, je cite : 

    « Create a demo­cra­tic auto­no­mous organization

    Now that you have deve­lo­ped your idea and secu­red funds, what’s next ? You have to hire mana­gers, find a trust­wor­thy CFO to handle the accounts, run board mee­tings and do a bunch of paperwork.

    Or you can sim­ply leave all that to an Ethe­reum contract. It will col­lect pro­po­sals from your backers and sub­mit them through a com­ple­te­ly trans­pa­rent voting process.

    One of the many advan­tages of having a robot run your orga­ni­za­tion is that it is immune to any out­side influence as it’s gua­ran­teed to exe­cute only what it was pro­gram­med to. And because the Ethe­reum net­work is decen­tra­li­zed, you’ll be able to pro­vide ser­vices with a 100% uptime guarantee. »

    « You can build :

    A vir­tual orga­ni­za­tion where mem­bers vote on issues
    A trans­pa­rent asso­cia­tion based on sha­re­hol­der voting
    Your own coun­try with an unchan­geable constitution
    A bet­ter dele­ga­tive democracy »

    https://​www​.ethe​reum​.org/

    Sinon, plus pra­tique : tu devrais limi­ter le nombre d’ar­ticle par page sur ton blog, car avec toutes les vidéos ça devient un peu long à char­ger… (et pas spé­cia­le­ment lisible)

    Réponse
  4. etienne

    [juin 2015]Elise Lucet lance une péti­tion contre le secret des affaires prô­né par Bruxelles


    http://​www​.lex​press​.fr/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​/​m​e​d​i​a​s​/​e​l​i​s​e​-​l​u​c​e​t​-​l​a​n​c​e​-​u​n​e​-​p​e​t​i​t​i​o​n​-​c​o​n​t​r​e​-​l​e​-​s​e​c​r​e​t​-​d​e​s​-​a​f​f​a​i​r​e​s​-​p​r​o​n​e​-​p​a​r​-​b​r​u​x​e​l​l​e​s​_​1​6​8​7​8​5​7​.​h​tml

    La journaliste de France 2 s’insurge contre une directive que le Parlement européen pourrait adopter à la mi-juin. Il y a cinq jours, elle a donc lancé une pétition qui comptabilise déjà plus de 140 000 signatures.

    Celle qui traque les mau­vais com­por­te­ments des mul­ti­na­tio­nales avec son maga­zine d’en­quêtes Cash Inves­ti­ga­tion, monte au cré­neau pour défendre le secret des sources jour­na­lis­tiques. Sa cible : une direc­tive de 2013 qui doit pas­ser devant le Par­le­ment Euro­péen le 16 juin pro­chain. Ce texte vise à pro­té­ger le secret des affaires des entre­prises afin de lut­ter contre l’es­pion­nage indus­triel. Mais, comme le sou­ligne Elise Lucet dans la péti­tion qu’elle a lan­cée au début du mois sur le site Change​.org, les jour­na­listes qui révè­le­raient des infor­ma­tions sen­sibles seraient, eux aus­si, sous le coup de la justice.

    La protection des sources mise en danger

    « Avec la direc­tive ‘Secret des Affaires’, vous n’au­riez jamais enten­du par­ler du scan­dale finan­cier de Lux­Leaks, des pes­ti­cides de Mon­san­to, du scan­dale du vac­cin Gar­da­sil… », inter­pelle Elise Lucet. Et pour cause : la pro­tec­tion des sources, au coeur de la déon­to­lo­gie du jour­na­lisme, est mena­cée car le texte sou­mis au Par­le­ment dans une semaine donne une défi­ni­tion vague du secret des affaires. « Toute entre­prise pour­ra arbi­trai­re­ment déci­der si une infor­ma­tion ayant pour elle une valeur éco­no­mique pour­ra ou non être divul­guée », pointe du doigt Elise Lucet. L’a­dop­tion de cette direc­tive par le Par­le­ment euro­péen serait donc « une cen­sure inédite en Europe » selon la journaliste.

    Dans Cash Inves­ti­ga­tion, Elise Lucet entend révé­ler les pra­tiques dou­teuses de cer­tains indus­triels. Si la direc­tive « Secrets des affaires » passe au Par­le­ment euro­péen, son tra­vail d’en­quête risque d’être com­pro­mis. Cash investigation

    Il faut dire que son maga­zine Cash inves­ti­ga­tion s’est fait une spé­cia­li­té de dévoi­ler les petits secrets des grands groupe comme le ciga­ret­tier Phi­lip Mor­ris ou les prin­ci­paux opé­ra­teurs télé­pho­niques. Elise Lucet se sent donc direc­te­ment concer­née : « Notre métier consis­tant à révé­ler des infor­ma­tions d’in­té­rêt public, il nous sera désor­mais impos­sible de vous infor­mer sur des pans entiers de la vie éco­no­mique, sociale et poli­tique de nos pays. Les repor­tages deCash Inves­ti­ga­tion, mais aus­si d’autres émis­sions d’en­quête, ne pour­raient cer­tai­ne­ment plus être dif­fu­sés. », s’a­larme-t-elle. Des pro­grammes tou­chés en pre­mier lieu au porte-mon­naie puisque « si une source ou un jour­na­liste ‘viole’ ce ‘secret des affaires’, des sommes colos­sales pour­raient lui être récla­mées », ajoute la jour­na­liste de France 2.

    Edwy Plenel, Laurent Léger, Franck Annese… la classe journalistique mobilisée

    Vent debout contre cette direc­tive, Elise Lucet a donc lan­cé une péti­tion que de nom­breux confrères ont déjà signée. Par­mi eux le « déni­cheur de scan­dales » et patron de Média­part Edwy Ple­nel, le repor­ter de Char­lie Heb­do Laurent Léger, le fon­da­teur de So Press Franck Annese ou encore Oli­vier Siou, rédac­teur en chef adjoint à France 2. En tout ce sont plus de 140 000 signa­taires qui se sont éle­vés contre la direc­tive « Secret de saf­faires », en seule­ment cinq jours.

    Edwy Ple­nel, patron de Média­part, est l’un des 140 000 signa­taires de la péti­tion lan­cée par Elise Lucet le ven­dre­di 5 juin.

    REUTERS/Charles Pla­tiau

    Des noms issus de la classe jour­na­lis­tique donc, mais pas que. Les réseaux se mobi­lisent éga­le­ment sous le hash­tag #Tra­de­se­crets. Tout comme plu­sieurs syn­di­cats fran­çais et euro­péens ain­si que des ONG, pour qui cette direc­tive « fait pri­mer les pro­fits des mul­ti­na­tio­nales sur les inté­rêts sociaux, envi­ron­ne­men­taux et démocratique. »

    Une impor­tante mobi­li­sa­tion qui entend bien réité­rer la vic­toire de jan­vier der­nier, quand un amen­de­ment por­tant sur le « secret des affaires » a été reti­ré du pro­jet de loi Macron.

     

    Source : L’Express
    http://​www​.lex​press​.fr/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​/​m​e​d​i​a​s​/​e​l​i​s​e​-​l​u​c​e​t​-​l​a​n​c​e​-​u​n​e​-​p​e​t​i​t​i​o​n​-​c​o​n​t​r​e​-​l​e​-​s​e​c​r​e​t​-​d​e​s​-​a​f​f​a​i​r​e​s​-​p​r​o​n​e​-​p​a​r​-​b​r​u​x​e​l​l​e​s​_​1​6​8​7​8​5​7​.​h​tml

    Réponse
  5. Comte des Tuiles

    Il va fal­loir dis­sé­quer et ana­ly­ser tout ça, les choses deviennent de plus en plus com­plexes et je me demande qui a rai­son et qui dés­in­forme… j’ai moi-même relayé sur Elise LUCET et tout ce qui s’y rat­tache paraît très cré­dible, il n’empêche que cer­tains inter­nautes s’en méfient comme cette levée de bou­clier comme cer­tains noms (Edwy PLENEL en ce qui me concerne) pet poser tout autant de ques­tions, sans par­ler des péti­tions (ces réser­voirs à pro­tes­ta­tions) ou ces médias mains­tream qui relaie le tout… On aborde certes des pro­blèmes sérieux, des affaires de plus en plus déran­geantes, et tout cela est fort néces­saire pour aler­ter l’o­pi­nion et éclai­rer le monde comme il va, mais avance-t-on autant que ça pour autant ?…
    Je ne veux pas paraître pes­si­miste ou régu­liè­re­ment me faire l’a­vo­cat du diable, on doit être à la fois pru­dent et enthou­siaste et ne jamais oublier que ce rap­port de force en notre défa­veur est tout aus­si cer­tain que la mort et les taxes ^^

    Réponse
  6. zedav

    Je ne veux pas paraître mono­ma­niaque mais je rap­pelle néan­moins que l’op­pres­sion des lan­ceurs d’a­lerte ne serait pas pos­sible sans la caste des juges.

    Cette caste joue le rôle de machine à blan­chir, c’est elle qui donne la cau­tion du droit à la vio­lence des puis­sances d’argent.

    Ser­viles envers les puis­sants, impi­toyables envers les cibles des puissants…et tout cela en jouis­sant d’un sta­tut d’im­pu­ni­té dont, comble de la per­ver­si­té, l’a­li­bi est l’indépendance…

    Bien sûr, les juges tels qu’ils sont ne sont qu’une conséquence. 

    Mais une consé­quence essen­tielle à la légi­ti­ma­tion du sys­tème, à le faire paraître encore juste dans une cer­taine mesure, via l’é­ti­quette d’é­tat de droit…aussi essen­tielle que l’élection pour légi­ti­mer l’é­ti­quette démo­cra­tique que s’at­tri­buent nos gou­ver­ne­ments de tyran­nie insidieuse.

    Ces éti­quettes sont des outils par­mi d’autres du contrôle des repré­sen­ta­tions. Elles ne fonc­tionnent que grâce aux média.

    Le contrôle des repré­sen­tions sociales est la clé. Il per­met de mani­pu­ler le cer­veau col­lec­tif plus sûre­ment qu’un gou­rou ne mani­pule ses adeptes.

    Edward Ber­nays et les plus riches l’ont com­pris depuis longtemps…

    Réponse
  7. etienne

    Com­ment la Rus­sie se pré­pare à la Troi­sième Guerre mondiale
    Le Saker Francophone

    J’ai récem­ment publié un article dans lequel j’ai essayé de dis­cré­di­ter quelques mythes popu­laires au sujet de la guerre moderne. A en juger par de nom­breux com­men­taires reçus en réponse à ce texte, je dois dire que les mythes en ques­tion sont encore bien vivaces et que j’ai clai­re­ment échoué à convaincre de nom­breux lec­teurs. Ce que je pro­pose de faire aujourd’hui, est de regar­der ce que la Rus­sie est vrai­ment en train de faire, en réponse à la menace crois­sante de l’Occident. Mais d’abord, je dois défi­nir le contexte ou, plus exac­te­ment, re-défi­nir le contexte dans lequel la Rus­sie agit. Com­men­çons par exa­mi­ner les poli­tiques des Anglo-sio­nistes envers la Russie.

    […]

    http://​lesa​ker​fran​co​phone​.fr/​c​o​m​m​e​n​t​-​l​a​-​r​u​s​s​i​e​-​s​e​-​p​r​e​p​a​r​e​-​a​-​l​a​-​t​r​o​i​s​i​e​m​e​-​g​u​e​r​r​e​-​m​o​n​d​i​ale

    Réponse
  8. etienne

    Tous pour­ris (jus­qu’à l’os), les preuves s’accumulent :

    [scan­dale écœu­rant] J‑F Copé sou­haite faire pas­ser les lois impor­tantes en été pour évi­ter les mani­fes­ta­tions #ONPC

    Mon com­men­taire :

    L’élection pro­duit des maîtres, alors que le tirage au sort pro­duit des égaux

    D’avoir été dési­gné comme le meilleur, l’élu éprouve natu­rel­le­ment, et assez logi­que­ment, fier­té, vani­té et sen­ti­ment de supé­rio­ri­té, humeurs qui l’incitent natu­rel­le­ment à se sen­tir légi­time à tout déci­der tout seul, sans avoir à démon­trer davan­tage qu’il est digne de sa charge. 

    Bien des abus de pou­voir — et bien des négli­gences du bien com­mun — trouvent sans doute de pro­fondes racines dans ce sen­ti­ment de supé­rio­ri­té de « l’élu », qui naît for­cé­ment de cette pro­cé­dure aris­to­cra­tique qu’est l’élection par­mi des candidats.

    Au contraire, le tirage au sort n’offre aucune rai­son de res­sen­tir un sen­ti­ment de supé­rio­ri­té et incite donc le repré­sen­tant à l’humilité : on n’a pas été choi­si comme le meilleur, mais bien comme un égal, et il faut donc démon­trer à tout moment qu’on est digne de la charge.

    L’é­man­ci­pa­tion popu­laire ne vien­dra pas des « élus » — qui SONT le pro­blème —, mais des citoyens eux-mêmes, qui doivent apprendre (dès aujourd’­hui, et tous les jours un peu) à ins­ti­tuer en per­sonne leur propre puissance.

    Étienne.

    Réponse
  9. Comte des Tuiles

    Lors de son entée sur le pla­teau de l’é­mis­sion, COPé a pu faire illu­sion quelques ins­tants, si je puis dire, pas en ce qui concerne nom­breux d’entre nous évi­dem­ment ; que sais-je, cette atti­tude, ce main­tien, cet espèce de mélange entre bonne pré­sen­ta­tion, sérieux et affa­bi­li­té… et puis ^^ il a ouvert la bouche et là très vite tout trans­pa­raît, sans fard et sans pro­fon­deur, un oli­garque invé­té­ré qui ne nous appren­dra rien de neuf, un élu de trop comme on en a déjà trop vus, trop eus et qu’il est grand temps « d’éjecter » !
    Oui, oui, les mots ne sont pas trop forts quand, EUX, ne se voilent pour ain­si dire plus et osent avouer sans rete­nue aucune et le plus libre­ment du monde tout le ‘bien’ qu’ils pensent de nous… mais le « coup de vacances » est tel­le­ment gros qu’on peut se deman­der si tout cela n’a pas été pen­sé et vou­lu pour se dis­cré­di­ter au pro­fit d’un autre, SARKOZI par exemple_on peut bien tout ima­gi­ner maintenant !

    Réponse
  10. etienne

    Com­ment les ser­vices de ren­sei­gne­ment ont mis en place une sur­veillance géné­rale du Net dès 2009

    Bien avant les révé­la­tions d’Ed­ward Snow­den, la France avait mis en place un dis­po­si­tif de sur­veillance auto­ma­ti­sé de son réseau inter­net via l’ins­tal­la­tion de sondes sur l’en­semble du réseau ADSL. Ce pro­gramme, bap­ti­sé « IOL » pour Inter­cep­tions obli­ga­toires légales, per­met­tait de détour­ner le tra­fic d’un usa­ger en entrant sim­ple­ment son iden­ti­fiant. Il per­met­tait éga­le­ment de col­lec­ter « en temps réel », et poten­tiel­le­ment en masse, les méta­don­nées, pra­tique pour­tant non auto­ri­sée à l’époque.

    « Moi, assis der­rière mon bureau, j’avais cer­tai­ne­ment l’autorité pour pla­cer sur écoute n’importe qui, vous, votre comp­table, un juge fédé­ral, ou même le pré­sident des États-Unis si j’avais un mail per­son­nel. » Ce témoi­gnage, deve­nu his­to­rique, livré par Edward Snow­den à Glenn Green­wald en juin 2013 avait pro­vo­qué un véri­table séisme, sym­bo­li­sant en une phrase l’étendue des pou­voirs de la NSA, l’a­gence de sécu­ri­té amé­ri­caine. Il avait sus­ci­té, par­tout dans le monde, des réac­tions indi­gnées. Ce que l’on sait moins, c’est que le dis­po­si­tif décrit par le lan­ceur d’alerte n’était pas si inno­vant que cela et que d’autres pays, en l’es­pèce la France, dis­po­saient déjà depuis plu­sieurs années d’outils simi­laires dont cer­tains étaient, en théo­rie, encore interdits.

    Certes, les ser­vices de ren­sei­gne­ment fran­çais n’ont jamais dis­po­sé des mêmes moyens que leurs homo­logues amé­ri­cains. Mais plu­sieurs docu­ments et témoi­gnages recueillis par Media­part et Reflets montrent que le gou­ver­ne­ment a mis en place, à par­tir de 2009, un dis­po­si­tif d’écoute de grande ampleur, repo­sant sur l’installation de « sondes » chez les four­nis­seurs d’accès à Inter­net, per­met­tant d’intercepter n’importe quel flux de don­nées de manière auto­ma­ti­sée. [Lire la suite…]


    https://​www​.media​part​.fr/​j​o​u​r​n​a​l​/​f​r​a​n​c​e​/​0​6​0​6​1​6​/​c​o​m​m​e​n​t​-​l​e​s​-​s​e​r​v​i​c​e​s​-​d​e​-​r​e​n​s​e​i​g​n​e​m​e​n​t​-​o​n​t​-​m​i​s​-​e​n​-​p​l​a​c​e​-​u​n​e​-​s​u​r​v​e​i​l​l​a​n​c​e​-​g​e​n​e​r​a​l​e​-​d​u​-​n​e​t​-​d​e​s​-​2​009

    Réponse
  11. etienne
  12. Antoine

    La pre­mière demande poli­tique des masses : « le contrôle de l’autre ! »
    Alors que la stra­té­gie du nombre pour agir et la meilleure… Néan­moins dans l’his­toire de l’hu­ma­ni­té cette situa­tion idéale ne s’est jamais pro­duite… et pour­tant des ren­ver­se­ments ont bien eu lieu.
    Ils se sont pro­duits, à par­tir de mino­ri­té agis­sante, qui pro­po­sait la pre­mière demande poli­tique des masses !
    Est-il pos­sible de ren­ver­ser la table avec le nombre sans répondre à cette attente ?
    Nous, les gens de gauche nous sommes blo­qués dans ce dilemme !
    Com­ment en sortir ???

    Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. [Merci Flore] MEETING SNOWDEN : Larry Lessig et Birgitta Jónsdóttir vont rencontrer Edward Snowden en Russie, filmés par Flore Vasseur | Blog du Plan C - […] Voyez aussi (rappel) : • [Bien commun menacé – Tous concernés] Comment le Pentagone punit les lanceurs d’alerte https://www.chouard.org/2016/05/27/bien-commun-menace-comment-le-pentagone-punit-les-lanceurs-dalert……

Laisser un commentaire

Derniers articles

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Demain soir, on saura si les jeunes sont allés se mettre en travers de l’arbitraire, en élisant… En élisant n’importe qui contre le tyran du moment — qu’il est urgent de freiner, de limiter, d’empêcher !

Chers amis, Voilà 17 ans que j'instruis, dans ma tête et sur ce site, le procès de l'élection. Dix-sept ans que je creuse ce sujet central, et que je découvre et dénonce les mécanismes diaboliques (qui divisent) de ce piège politique — infantilisant et humiliant —...