François Asselineau : L’histoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer « le débarquement des anglo-saxons »

9/06/2014 | 3 commentaires

Encore un article pas­sion­nant de Fran­çois Asselineau :

De_Gaulle_refuse_de_commemorer_le_6_juin

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l‑histoire-vraie-il-y-a-50-ans-le-153022

C’est vrai­ment très intéressant.


Voir aus­si la reprise de ce tra­vail de mémoire de Fran­çois Asse­li­neau par Oli­vier Ber­ruyer, avec des com­plé­ments et com­men­taires intéressants :

http://​www​.les​-crises​.fr/​p​o​u​r​q​u​o​i​-​d​e​-​g​a​u​l​l​e​-​r​e​f​u​s​a​-​t​-​i​l​-​t​o​u​j​o​u​r​s​-​d​e​-​c​o​m​m​e​m​o​r​e​r​-​l​e​-​d​e​b​a​r​q​u​e​m​e​n​t​-​d​u​-​6​-​j​u​in/

Voir sur­tout cet autre article d’Olivier :
[L’en­sei­gne­ment de l’ignorance]
Quelle est la nation qui a le plus contri­bué à la défaite de l’Allemagne en 1945 ?

http://​www​.les​-crises​.fr/​l​a​-​f​a​b​r​i​q​u​e​-​d​u​-​c​r​e​t​i​n​-​d​e​f​a​i​t​e​-​n​a​z​is/

Avec cet incroyable gra­phique (qui prouve l’ef­fet, sur l’o­pi­nion d’une pro­vince, de 70 ans de pro­pa­gande d’un empire en formation) :

Et aus­si ces chiffres :


Pertes humaines pen­dant la Seconde Guerre mondiale :
http://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​P​e​r​t​e​s​_​h​u​m​a​i​n​e​s​_​p​e​n​d​a​n​t​_​l​a​_​S​e​c​o​n​d​e​_​G​u​e​r​r​e​_​m​o​n​d​i​ale

Catégorie(s) de l'article :

3 Commentaires

  1. BA

    A pro­pos de la nou­velle aristocratie :

    Quelles sont les der­nières pro­mo­tions concer­nant la nou­velle aristocratie ?

    Réponse :

    Fran­çois Hol­lande rema­nie sa garde rapprochée.

    La rumeur cir­cu­lait depuis plu­sieurs mois : le secré­taire géné­ral adjoint de l’Élysée, Emma­nuel Macron, quit­te­ra bien ses fonc­tions, et son bureau d’angle au deuxième étage de l’E­ly­sée, dans la pre­mière quin­zaine de juillet.

    Qui pour le rem­pla­cer ? Il s’a­gi­ra de Lau­rence Boone, éco­no­miste chez Bank of Ame­ri­ca, nom­mée conseillère éco­no­mique et financière.

    http://​www​.lemonde​.fr/​p​o​l​i​t​i​q​u​e​/​a​r​t​i​c​l​e​/​2​0​1​4​/​0​6​/​1​0​/​f​r​a​n​c​o​i​s​-​h​o​l​l​a​n​d​e​-​r​e​m​a​n​i​e​-​s​a​-​g​a​r​d​e​-​r​a​p​p​r​o​c​h​e​e​_​4​4​3​5​4​8​5​_​8​2​3​4​4​8​.​h​tml

    Pro­chaine étape :

    Bank of Ame­ri­ca rachète le palais de l’Elysée.

    Réponse
  2. Norton

    Aux ori­gines du car­can européen

    Les piètres fon­da­teurs de l’Europe, ces héros que nous célé­brons, scru­tin euro­péen oblige.

    Jacques-Marie BOURGET

    Annie Lacroix-Riz fait pen­ser à Eric Hobs­bawm le géant anglais de l’histoire, spé­cia­liste des nations et du natio­na­lisme. Un exemple : en 1994 ce savant écrit L’Age des extrêmes, un livre qui vous cloue à la véri­té, sans doute comme Archi­mède à l’instant de crier « Eureka ».

    Pour Hobs­bawm, le XXe siècle n’a pas duré cent ans mais soixante quinze, de 1914 à 1991. Avant la « Grande guerre », le XIX e achève son temps en pié­ti­nant son suc­ces­seur, et après la Guerre du Golfe, le XXIe est déjà à l’appel. L’historien anglais est fâché avec les calen­driers, même s’il a sa façon de les remettre à jour. Et qu’est-il arri­vé à ce bou­quin qu’on doit tou­jours tenir dans sa valise en cas d’exode ? En France rien. Il a fal­lu que Le Monde Diplo­ma­tique se mobi­lise pour qu’Hobsbawm soit tra­duit et édi­té par Com­plexe. A Paris, la cama­rilla qui tient la publi­ca­tion des livres d’histoire n’entendait pas livrer le point de vue de ce bri­tan­nique. Pour eux dis­qua­li­fié puisque mar­xiste, donc paléo et for­cé­ment com­plice du Goulag.

    Annie Lacroix-Riz vit la même aven­ture au sein même d’une « com­mu­nau­té » réduite au caquet, celle de nos his­to­riens offi­ciels qui écrivent leurs œuvres en direct à la télé­vi­sion, assis sur les genoux de BHL. En géné­ral ils ont un pas­sé de durs mili­tants du PCF et, comme tous les conver­tis, sont deve­nus des Savo­na­role. Tant pis, la cher­cheuse a une bonne répu­ta­tion sur le reste de la pla­nète et chez les anglo-saxons, même auprès de ses confrères les plus réacs. Ce que ces cher­cheurs appré­cient c’est la capa­ci­té de tra­vail de cette dame qui mange un sand­wich dans les archives et finit par y dor­mir. Elle lit tout dans toutes les langues, avec Lacroix-Riz nous sommes dans la bru­ta­li­té des faits, ses cita­tions font de ses lec­teurs les témoins de l’histoire.

    Elle vient de publier un livre dont, soyez en cer­tains, vous n’entendrez jamais par­ler : Aux ori­gines du car­can euro­péen (1900−1960) aux édi­tions Le Temps des Cerises. En cette période où l’on nous demande de voter sur le sujet, ses mots ont un sens. Rap­pe­lons- nous le pos­tu­lat, celui qui jus­ti­fie l’Union comme une évi­dence : « L’Europe c’est le moyen d’éviter la guerre »… En quelques phrases Lacroix-Riz règle son sort au slo­gan en rap­pe­lant les guerres You­go­slaves, les divi­sions vio­lentes et aujourd’hui l’Ukraine qui est un drame exem­plaire. Son res­sort est tou­jours le même, pour avan­cer leurs inté­rêts les États-Unis conti­nuent d’utiliser l’Europe comme un outil. Cette fois pour com­battre la Russie.

    Le tra­vail de l’historienne remonte à la source de ce sché­ma, de ce qu’on pour­rait appe­ler « Eur­amé­rique ». Car, cette Europe d’aujourd’hui, sa larve, ou son œuf, est bien plus ancienne que les mano à mano de De Gaulle ou Mit­ter­rand avec les chan­ce­liers Alle­mands. Au terme de ce livre, bilan des recherches : l’Europe n’est rien d’autre qu’une suc­ces­sion d’ententes oppor­tunes entre les grands groupes finan­ciers Alle­mands et Fran­çais, avec les États-Unis qui veillent au res­pect du contrat de mariage. D’abord une idylle cachée, au plus rude de la guerre de 1914. Un conflit qui va faire tuer les hommes mais pros­pé­rer l’industrie. Ain­si nous rap­pelle Lacroix-Riz, en août 1914, après l’entrée des Alle­mands à Briey, fut pris un accord secret de « non bom­bar­de­ment » des éta­blis­se­ments de Mon­sieur de Wen­del. Des pan­cartes « à pro­té­ger » furent même appo­sées afin qu’un bidasse cas­qué à pointe ne vienne enta­mer le patri­moine sacré de cette famille. Autre exemple d’entente très cor­diale, celui d’Henry Gall et de son trust chi­mique Ugine. Celui-ci, par l’intermédiaire de son usine suisse de La Lon­za, four­ni­ra à l’Allemagne toute sa pro­duc­tion élec­trique et les pro­duits chi­miques néces­saires à la fabrique d’armes ter­ribles comme la cyna­mide. Entre firmes, pen­dant la guerre, la paix continue.

    Autre démons­tra­tion de cette stra­té­gie trans­fron­tière, la mise à mal du trai­té de Ver­sailles. Ce der­nier, qui met­tait fin à la guerre de 1914 et contrai­gnait l’Allemagne à des sanc­tions, est conscien­cieu­se­ment sabo­té par les États-Unis qui redoutent « l’impérialisme » d’une France trop forte et trop laïque. Le 13 novembre 1923 Ray­mond Poin­ca­ré est contraint de céder à la pres­sion de Washing­ton. Le deal est le sui­vant : vous vous reti­rez de la Ruhr, vous accep­tez un Comi­té d’experts et de finan­ciers Amé­ri­cains, et nous ces­sons de spé­cu­ler contre votre franc. C’est le Secré­taire d’État Hugues qui pré­sente cet ulti­ma­tum au nom du ban­quier JP Mor­gan, cette même banque que nous trou­vons aujourd’hui à la source de crise finan­cière mon­diale. Dans cet ukase d’outre Atlan­tique on retrouve la main de l’ombre qui, petit à petit, va mode­ler l’Europe telle quelle est.

    Une anec­dote, en août 1928, quand Ray­mond Poin­ca­ré pro­pose à Gus­tav Stre­se­mann, le ministre Alle­mand des affaires étran­gères (qui fut briè­ve­ment chan­ce­lier 1923) de faire un « front com­mun » contre « la reli­gion amé­ri­caine de l’argent et les dan­gers du bol­che­visme », c’est un refus. Pour Lacroix-Riz, Stre­se­mann est un « père de l’Europe » trop mécon­nu, le pion des banques de Wall Street, et jus­te­ment de JP Mor­gan ou Young. En 1925, lors de la signa­ture du pacte de Locar­no, qui redes­sine l’Europe d’après guerre, c’est le même Stre­se­mann que Washing­ton adoube comme grand archi­tecte, tan­dis qu’Aristide Briand et la France sont assis à la pointe de fesses sur un stra­pon­tin. Stre­se­mann signe ce qu’il qua­li­fie secrè­te­ment de « mor­ceau de papier orné de nom­breux cachets ». Le gou­ver­ne­ment du Reich a déjà signé des accords secrets avec les natio­na­listes étran­gers, amis. Stre­se­mann sait que ce Pacte est obso­lète de nais­sance. Pour­tant « Locar­no », alors qu’Hitler pousse les portes, res­te­ra dans les dis­cours des par­tis de droite et ceux des Ligues, le mot sacré. Un syno­nyme de paix alors qu’il n’est qu’un masque du nazisme.

    Car­can

    La France ayant des­ser­ré son emprise sur la Ruhr, il est alors temps de signer la vraie paix, celle des affaires. C’est la nais­sance de « L’entente inter­na­tio­nale de l’acier », qui don­ne­ra le « Pool char­bon-acier », c’est-à-dire notre Europe made in banques. L’Allemagne obtient 40,45% de l’Entente, la France 31,8% : la guerre est finie et une autre peut com­men­cer. Et elle vient. En 1943 les États-Unis et l’Angleterre mettent au point le « sta­tut moné­taire » qui devra être mis en place dès le conflit ter­mi­né. Le vain­queur (les États-Unis) « impo­se­ra aux nations adhé­rentes l’abandon d’une part de leur sou­ve­rai­ne­té par fixa­tion des pari­tés moné­taires ». Ce sou­hait a mis un peu de temps se réa­li­ser mais, avec les rôles joués aujourd’hui par les agences de nota­tion et l’obligation qu’ont les États d’Europe de n’emprunter que sur le mar­ché pri­vé, le plan est fina­le­ment respecté.

    Le 12 juillet 1947 s’ouvre à Paris la « Confé­rence des seize ». Les canons nazis sont encore chauds quand l’Allemagne et les États-Unis pleurent à nou­veau sur le sort de la Ruhr. Si bien qu’en marge de la Confé­rence, Anglo-amé­ri­cains et Alle­mands tiennent des réunions paral­lèles afin de faire la peau aux dési­rs de la France. Pour une fois Paris tient bon. Furieux, les Amé­ri­cains envoient un émis­saire afin de « réécrire le rap­port géné­ral de la Confé­rence ». Dans le bon sens. En par­ti­cu­lier six points sont dic­tés par Clay­ton, le Secré­taire d’État au Com­merce. Ils résument le pro­gramme com­mer­cial et finan­cier mon­dial, et donc euro­péen, de Washing­ton. Les États-Unis exigent la mise en place d’une « orga­ni­sa­tion euro­péenne per­ma­nente char­gée d’examiner l’exécution du pro­gramme euro­péen ». Ce machin sera l’OECE. Il pré­fi­gure « notre » Europe. Et Charles-Hen­ri Spaak, pre­mier pré­sident de l’Organisation Euro­péenne de Coopé­ra­tion Éco­no­mique, n’est qu’un gref­fier appli­quant les consignes américaines.

    Quant aux héros que nous célé­brons, scru­tin euro­péen oblige, « les pères de l’Europe », à la lec­ture de Lacroix-Riz on n’a guère envie d’être leurs enfants. Jean Mon­net ? D’abord réfor­mé en 1914, mar­chand d’alcool pen­dant la Pro­hi­bi­tion, fon­da­teur de la Ban­ca­me­ri­ca à San Fran­cis­co, conseiller de Tchang Kaï-Chek pour le compte des Amé­ri­cains. Puis, à Londres en 1940, Monet refuse de s’associer à la France Libre pour, en 1943, deve­nir l’envoyé de Roo­se­velt auprès du géné­ral Giraud… Voi­là un homme au pro­fil idéal pour mettre sur pied une Europe libre. Dans ce jeu de famille vous vou­lez un autre « Père » ? Voi­là Robert Schu­man, autre icône. Un détail de la vie du héros suf­fit à le qua­li­fier : à l’été 1940 il vote les pleins pou­voirs à Pétain et accepte en bonus d’être membre de son gou­ver­ne­ment. Après guerre, Schu­man sera mis en péni­tence, ce qui est une pra­tique ordi­naire pour un si bon catho­lique. Puis, le pas­sé oublié, il va pous­ser à la roue d’une Euro-Amé­rique : capi­ta­liste, chré­tienne se déve­lop­pant sous la serre de l’OTAN.

    Avant le scru­tin « euro­péen » du 25 mai pro­chain, il reste assez de temps pour lire Aux ori­gines du car­can euro­péen, un livre qui laisse le roi nu. Ceux qui, comme Fran­çois Hol­lande, sont convain­cus que « Quit­ter l’Europe c’est quit­ter l’histoire », pour­ront consta­ter que le Pré­sident dit vrai. Quit­ter une his­toire écrite par les ban­quiers américains.

    Jacques-Marie Bour­get

    Annie Lacroix-Riz : Aux ori­gines du car­can euro­péen (1900−1960) , coédi­tion Del­ga-Le temps des cerises

    Réponse
  3. EFFAB

    Oui, Robert SCHUMAN et Jean MONET, des putes à la Répu­blique ! exé­cu­teurs, exé­cu­tants plu­tôt des basses oeuvres, tels un VALLS ou un HOLLANDE aujourd’­hui, marion­nettes d’e­go et de vices entre les mains de qui les emploie !

    Cer­tains ne le découvrent qu’au­jourd’­hui, d’autres le savent depuis peu à quelque temps_mais je suis sûr que cer­tains le savaient déjà depuis belle lurette !!

    Réponse

Laisser un commentaire

Derniers articles

Les activités de décembre 2022

Les activités de décembre 2022

Chers amis, Je n'ai pas publié sur le blog depuis juillet, pardonnez-moi je désespère, et je me recentre comme je peux sur un projet de livre dont je vous parlerai un de ces jours. Vous êtes nombreux à me poser des questions au sujet de la reprise des émissions "Jeudi...